Chronicle Legion – La Route de la Conquête – Tome 2 – Chapitre 6 – Partie 4

Bannière de Chronicle Legion – La Route de la Conquête ***

Chapitre 6 : Bataille entre Lion et Chien (2)

Partie 4

« Argh... Je pense que j’en ai peut-être un peu trop fait, » murmura Masatsugu.

Sur sa wyverne, Masatsugu avait lentement quitté l’armée de Kanesadas.

Actuellement, les Légionnaires rouge pourpre s’étaient joints aux Kamuys de Rikka Akigase pour frapper l’armée du Cœur de Lion avec une attaque en tenaille, ce qui leur donnait un avantage écrasant.

Cependant, la perte de sang de Masatsugu était trop grave.

Alors que sa conscience s’estompait peu à peu, il faisait souvent des erreurs de contrôle.

Quand il s’était rendu compte qu’il était finalement loin du champ de bataille, il avait serré les rênes de sa monture, avec l’intention de retourner sur le champ de bataille, mais c’est alors qu’un renard messager était apparu sur son épaule.

« Onii-sama, regarde en bas. Viens vers moi ! » avait transmis le renard.

« Quoi ? » s’exclama Masatsugu.

À l’aide d’ondes noétiques, le renard avait transmis le message de Hatsune.

Le mont Udo était en contrebas. Le fort tutélaire de Suruga était situé sur les hautes terres formées par les deux petites montagnes du mont Kunou et du mont Udo. Le plus haut sommet n’était qu’à environ trois cents mètres d’altitude.

En regardant en bas depuis les airs, Masatsugu avait immédiatement remarqué quelque chose d’inhabituel.

Il faisait tard dans la nuit et tout était sombre dans les montagnes de basse altitude. Cependant, une faible lumière se déplaçait en un va-et-vient. Masatsugu avait alors essayé d’atterrir là-bas.

Comme prévu, c’était Hatsune.

Alors qu’elle était habillée dans le style Haikara-san, sa petite sœur agitait une lampe de poche depuis le sol.

Hatsune était sur une route militaire avec un loup blanc géant à côté de là — un Loup Mibu allongé sur le sol en attente. Quand la wyverne avait atterri sur la route, le Loup Mibu était resté imperturbable. Discipliné et loyal, il avait été bien entraîné.

Masatsugu avait alors dit depuis la selle de sa wyverne. « Et maintenant ? Je suis un peu occupé en ce moment... Au contraire, je suis extrêmement occupé en ce moment. »

« Richard ciblera les Kanesadas, n’est-ce pas ? » demanda Hatsune.

« Tout à fait. As-tu aussi compris cela ? » lui demanda-t-il.

« Bien sûr. Je ferais la même chose à sa place. Les Kanesadas ont aussi livré une longue bataille... C’est juste qu’ils sont moins épuisés que les Escalibors, » déclara Hatsune.

Hatsune avait gonflé sa poitrine et avait annoncé son analyse avec confiance.

Même derrière le kimono, on pouvait voir les rondeurs et le gonflement de sa poitrine.

« Dans le pire des cas, il lui suffit d’attaquer les Kanesadas en force tout en ignorant l’armée encore pleine d’énergie de Rikka-sama. Ce sera certainement plus facile de gagner ainsi, » déclara Hatsune.

« C’est exact. Bonne intuition, » déclara Masatsugu.

Les joues de Masatsugu se tortillèrent en un sourire.

Il avait du mal à imaginer Hatsune devenir un maître stratège. Mais un jour, son instinct et sa bravoure lui permettront de se distinguer sur le champ de bataille avec de nombreuses réalisations glorieuses à son actif.

Comme l’avait fait le roi Richard Cœur de Lion.

« Si tu sais tout ça... Alors tu comprends ce que tu dois faire ? » lui demanda Masatsugu.

« Bien sûr ! Sur mon Appellation de Kurou Hougan Yoshitsune —, » déclara Hatsune.

Masatsugu avait testé Hatsune et elle avait immédiatement chanté les paroles sacrées de sa convocation.

La fille en kimono avait libéré une impulsion d’énergie noétique. Bien que sa force et sa compétence ne puissent pas égaler celles d’Edward le Prince Noir, Masatsugu avait été stupéfait.

La force des noesis de Hatsune était clairement différente de celle qu’elle avait obtenue d’avant.

« Rassemblez-vous maintenant, mes Légionnaires ! » Hatsune avait crié son ordre.

Les noesis qu’elle avait relâchées dans les airs s’étaient transformées en soixante-douze Légionnaires.

Ils ressemblaient à des Kamuys, mais n’étaient pas des Kamuys. Le haut de leurs casques était allongé comme l’eboshi tandis que leur armure était rouge foncé avec un vêtement blanc sur le dessus.

La variante de Kamuy rouge et blanche avait reçu le nom de « Kurou Hougan » de Tachibana Hatsune.

Un total de soixante-douze Légionnaires. Le pouvoir de Hatsune en tant que Chevalier s’était complètement réveillé. Normalement, les Chevaliers japonais n’avaient qu’une Force de Chevalier d’environ 30 à 50.

Avec une Force de Chevalier de 72, le premier successeur de Kurou Hougan Yoshitsune avait une force formidable.

De plus, Hatsune était encore jeune et avait de la place pour une croissance future.

« Allez-y, mes Kurous. Allez aider l’armée d’Onii-sama à se battre ! » Hatsune ordonna hâtivement aux Légionnaires qui était apparue au-dessus de la tête.

Les soixante-douze Kurou Hougans s’étaient mis à voler avec agilité vers le ciel où les forces conjointes des Kamuys et des Kanesadas combattaient les Escalibors.

« Commandons d’ici, » déclara Masatsugu.

Il n’était pas nécessaire de charger sur les lignes de front. Masatsugu décida de rester au sol et de descendre de sa selle.

Il avait trébuché lorsqu’il était arrivé sur le sol.

« Ça va, Onii-sama !? » s’exclama Hatsune.

« En quelque sorte. Ne t’inquiète pas, je peux tenir un peu plus longtemps, » répondit Masatsugu.

Finalement, Hatsune avait prêté une épaule à Masatsugu pour qu’il s’appuie dessus et l’avait emmené sur le côté de la route militaire.

Masatsugu s’était assis et s’était appuyé contre la rambarde, ce qui lui donna enfin l’occasion de reposer son corps blessé. Le fait de voler sur une wyverne était physiquement épuisant.

Heureusement, Hatsune avait apporté une trousse de premiers soins.

En retirant rapidement la veste de Masatsugu et l’uniforme à col rigide, Hatsune avait dénudé la moitié supérieure de Masatsugu.

Elle avait d’abord appliqué de l’alcool désinfectant sur la plaie sur son flanc, mis de la gaze, puis enroulé des bandages autour de tout son abdomen. Ses mouvements étaient adroits et sans hésitation.

« Jolies compétences. As-tu de l’expérience dans le traitement des plaies ? » demanda Masatsugu.

« Oui, j’ai souvent été blessée avec mes compagnons quand on apprenait toutes sortes de choses, » répondit Hatsune.

Après avoir donné une réponse digne d’un membre d’un clan de personnages plus grands que nature, Hatsune soupira légèrement et elle déclara. « Avant de partir au combat, Onii-sama, tu as dit que prendre un coup de Richard pourrait être une bonne méthode. Je n’aurais jamais pensé que tu le ferais pour de vrai... »

« C’était une simple nécessité. Si je ne l’avais pas fait, il se serait méfié de ma retraite, » répondit Masatsugu.

Dès que le maître mourait, les Légionnaires sous son commandement devenaient une armée désorganisée.

Il était très logique qu’un chevalier blessé se retire pour éviter de mourir au combat.

« En outre, il s’agit d’une blessure avec relativement peu de répercussions à part la perte de sang tout au plus. Quoi qu’il en soit, ça devrait aller. Donne-moi un peu d’alcool et on le coudra plus tard, et tout ira bien. »

« Wôw, on dirait vraiment un ancien général de la période Sengoku. C’est fantastique, » s’exclama Hatsune.

« Pas comme. Je suis un ancien général, » déclara Masatsugu.

« C’est vrai. O-Oh c’est vrai, Onii-sama, » déclara Hatsune.

Masatsugu s’appuyait actuellement la rambarde de la route.

Hatsune était assise à côté de lui. Soudain, elle baissa les yeux et bégaya dans un rare moment de timidité.

« Au fait... J’ai promis quelque chose à la princesse, » déclara Hatsune.

« Tu lui as promis quoi ? » lui demanda Masatsugu.

« À l’origine, elle était censée venir t’aider... pour te donner du liquide ectoplasmique. Mais son corps est à sa limite, alors je suis venue à sa place..., » déclara Hatsune.

« Oh ? » s’exclama Masatsugu.

Habituellement énergique et joyeuse, Hatsune avait du mal à aborder le sujet.

Ce côté inédit de Hatsune était tout à fait adorable. Masatsugu s’était penché vers elle, mais la blessure abdominale avait piqué, ce qui l’avait fait froncer les sourcils.

« V-Vas-tu bien, Onii-sama... ? » lui demanda Hatsune.

« Je vais bien. Dis-moi, Hatsune, » déclara Masatsugu.

Masatsugu avait tendu la main vers sa petite sœur.

Les épaules de la fille au kimono frissonnaient. Elle avait l’air si douce et innocente. Masatsugu avait appris quelque chose de sa réaction.

« Tu es venu partager le fluide ectoplasmique avec moi, sachant ce que j’ai fait à la princesse, n’est-ce pas ? » lui demanda Masatsugu.

« Euh, oui... J-Je suis tombée dessus par hasard et je n’ai pas pu m’empêcher d’entendre..., » déclara Hatsune.

Hatsune rougissait jusqu’aux oreilles en raison de l’embarras.

Elle n’avait pas l’habitude de parler de sujets scandaleux. Considérant la personnalité pure et innocente de Hatsune... Peut-être qu’elle n’avait aucune expérience dans ce domaine.

« D’accord, et tu es maintenant un Chevalier, » chuchota Masatsugu à l’oreille de Hatsune. Son corps s’était de plus en plus raidi.

Elle était très tendue au niveau du corps et de l’esprit. Masatsugu n’avait pas prévu de faire quoi que ce soit jusqu’à ce qu’elle se détende. Tenant la main de la petite sœur dans sa paume froide, il lui avait dit calmement.

« J’ai négligé la possibilité de te demander de l’aide. Mais je n’aime pas non plus forcer une fille à faire des choses, » déclara Masatsugu.

« J-Je suis venue ici pour t’aider, donc ce n’est pas comme si tu me forçais, » déclara Hatsune avec fermeté, mais en continuant à agir timidement, « C’est juste que... Hmm, c’est effrayant de s’engager, je n’ai jamais été dans une situation similaire, donc c’est très bizarre en ce moment... »

« C’est normal qu’une jeune fille se sente ainsi. Ne t’inquiète pas pour ça, » déclara Masatsugu.

« C-C’est arrivé à ce stade, mais j’ai l’impression que... enlacer un homme est peut-être trop tôt pour moi. Dans une certaine mesure, je pense que c’est quelque chose qui devrait être fait après un rendez-vous officiel avec un œil vers le mariage ! » déclara Hatsune.

« Mariage, hein ? » demanda Masatsugu.

« M-Mais ne t’inquiète pas, Onii-sama ! » Hatsune avait serré le poing et avait souri courageusement. « C’est commun pour un homme et une femme de s’enlacer l’un et l’autre pour des gens comme les danseurs ou les ballerines. C’est bon, je me suis préparée. Franchement, ce n’est pas grave. »

« Ce qui veut dire que c’est bien tant que je t’épouse, n’est-ce pas ? » lui demanda Masatsugu.

« Hein ? » s’exclama Hatsune.

Puis Masatsugu déclara à la petite sœur surprise. « Pour moi, tu n’es pas seulement une partenaire appropriée pour le mariage... mais aussi une femme que j’admire beaucoup. Si c’est le genre de relation que tu veux construire, je suis prêt à y réfléchir sérieusement. »

« Q-Qu’est-ce que tu racontes, Onii-sama !? » s’exclama Hatsune.

« Tu es une artiste martiale accomplie avec un cœur courageux. Ton énergie est illimitée, ta gaieté vibrante et ton comportement imprévisible te rendent très adorable à mes yeux, » déclara Masatsugu.

« Tu n’as pas déjà dit que tu ne pensais pas du tout à moi !? » s’exclama Hatsune.

« Bien sûr. Mais maintenant, on parle de mariage, » déclara Masatsugu.

Hatsune était très agitée.

Masatsugu continua calmement, « Cependant, si je te considère comme l’une des possibilités pour le mariage... Je crois que l’homme qui passera sa vie avec Tachibana Hatsune sera un homme heureux. »

« O-Onii-sama ! Arrête tes paroles mielleuses ! » s’écria Hatsune.

Hatsune avait détendu son corps sans le savoir.

Peut-être que la conversation avait quelque peu soulagé ses sentiments nerveux. Tenant sa main tout le temps, Masatsugu savait que son épaule n’était plus tendue.

En regardant leurs mains serrées l’une contre l’autre, Hatsune baissa de nouveau la tête.

Elle était encore timide, mais n’exprimait plus de résistance.

« Alors... Qu’est-ce qu’on fait ensuite ? Dis-moi, Onii-sama, » lui demanda Hatsune.

« C’est dur pour moi de bouger, alors peux-tu t’approcher de moi ? » lui demanda Masatsugu.

« N-Nous sommes déjà très proches. Ne suis-je pas à côté de toi ? » lui demanda-t-elle.

« Approche-toi plus, » déclara Masatsugu.

Masatsugu tirait doucement la main de Hatsune et elle avait compris son intention. Hatsune hocha la tête et s’approcha lentement de lui.

Hatsune regarda Masatsugu dans les yeux.

Encore dix centimètres de plus, et Masatsugu pourrait l’enlacer.

Ils étaient justes à côté l’un de l’autre. Cette fois, Masatsugu l’avait tirée avec force et Hatsune avait fait preuve de détermination en l’étreignant timidement.

« Oh —, » murmura Hatsune.

« Hatsune, tu es si chaude, » déclara Masatsugu.

Appuyé contre la rambarde, Masatsugu ne pouvait que soulever son torse.

Hatsune était allongée sur lui. À travers le kimono meisen, Masatsugu pouvait sentir la volupté et la chaleur de sa petite sœur.

« O-Onii-sama, tu es si glacial..., » murmura Hatsune.

Hatsune avait déshabillé Masatsugu plus tôt pour soigner sa blessure, donc elle était au courant des changements de la température de son corps.

En raison de la lourde perte de sang et de la nécessité d’approvisionner les Kanesadas en liquide ectoplasmique, le corps de Masatsugu était encore plus froid que d’habitude.

« En partageant le fluide ectoplasmique avec toi, la princesse s’habille très légèrement... Y a-t-il une signification particulière à cela ? » lui demanda Hatsune.

« Bien sûr. S’habiller légèrement signifie qu’il m’est plus facile de sentir la température du sang qui circule sous la peau et à l’intérieur du corps de ma partenaire. J’ai besoin du fluide ectoplasmique qui s’est fondu dans la chair et le sang, » expliqua Masatsugu.

« Je... vois, » déclara Hatsune.

Après un moment de réflexion, Hatsune se leva.

Elle enleva timidement son kimono meisen et son hakama devant Masatsugu, ne laissant qu’un maillot de chanvre.

Le tissu blanc et fragile permettait de voir à travers la peau de Hatsune.

Ensuite, elle avait détaché la ficelle à sa taille. Le devant du vêtement s’était ouvert pour révéler une vue d’ensemble des sous-vêtements séduisants se trouvant en dessous. Au-dessus de sa poitrine, elle portait un soutien-gorge spécial de style débardeur pour l’assortir aux vêtements traditionnels japonais.

« A-Arrête de regarder fixement, Onii-sama, » demanda Hatsune.

En disant cela, Hatsune tourna la tête, trop gênée pour établir un contact visuel.

Rougissant jusqu’aux oreilles, elle s’approcha et se positionna de nouveau sur lui. Grâce à son déshabillage, Masatsugu avait pu admirer de près le magnifique décolleté de Hatsune.

« C-Comment est-ce que c’est ? » demanda Hatsune.

« Excellent. Désolé pour le dérangement, » déclara Masatsugu.

« Non, c’est bon. Onii-sama, toi et la princesse travailliez dur et faites tout personnellement. Je ne peux pas perdre face à cela, » déclara Hatsune.

Maintenant que Hatsune avait enlevé ses vêtements, il était plus facile pour Masatsugu de sentir sa chaleur.

Pratiquement à moitié nue, Hatsune était allongée sur le dessus de Masatsugu, utilisant ses paumes pour réchauffer ses épaules et son bras, mais sa température restait froide.

 

 

Hatsune avait rassemblé son courage et l’avait serré dans ses bras autour du cou de Masatsugu.

Leurs corps étaient encore plus serrés l’un contre l’autre. Le buste généreux de Hatsune était également comprimé contre la poitrine de Masatsugu.

La sensation de douceur et de lourdeur était mélangée à une tendre élasticité.

Jusqu’à présent, Masatsugu avait apprécié ce genre de contact intime.

Maintenant, la sensation était devenue encore plus claire. Plongé dans un plaisir indescriptible, Masatsugu absorbait la chaleur corporelle qu’elle lui offrait.

Mais Hatsune avait alors dit tristement. « Désolée, je ne suis pas habituée à ça. Est-ce que je le fais mal ? »

« Pas du tout. Qu’est-ce qui te fait penser ça ? » lui demanda Masatsugu.

« Parce que ton corps est encore si froid..., » déclara Hatsune.

« Ne t’inquiète pas, ça prend du temps, » répondit Masatsugu.

« Vraiment... ? Mais s’il y a un autre moyen, tu dois me le dire, d’accord ? Après tout, c’est un problème permanent et je dois travailler dur pour apprendre à t’aider, » déclara Hatsune.

« Problème permanent ? » lui demanda-t-il.

Hatsune n’était devenue Chevalier que récemment.

Elle n’avait pas reconstitué son fluide ectoplasmique de nombreuses fois, de sorte que le pouvoir mystique stocké dans son corps était assez faible. Masatsugu ne voulait pas trop la fatiguer aujourd’hui — .

« L’état de santé de la princesse n’est pas très bon, n’est-ce pas ? Si c’est pour cette raison, j’aiderais à partir de demain, » déclara Hatsune.

« C’est exact. Je n’y ai pas pensé, » répondit Masatsugu.

« Ah, » s’exclama Hatsune.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » lui demanda Masatsugu.

« Onii-sama, ton corps s’échauffe légèrement, » répondit Hatsune.

« C’est grâce à toi, » déclara Masatsugu.

« Fufufufufufufu. Je suis si heureuse. Ce sentiment est incroyable, » déclara Hatsune.

Hatsune avait souri tendrement, pressant encore plus fort sa poitrine contre lui.

Cette sensation procurait un plaisir différent de celui d’obtenir de la chaleur. De plus, il semblait que Hatsune, dont la personnalité n’était pas complètement mûre, agissait avec affection, ce que Masatsugu trouvait délicieux.

« Ah oui, Onii-sama. De ce dont nous parlions tout à l’heure..., » Hatsune avait changé de sujet.

« N’as-tu pas parlé... d’avoir un rendez-vous avec une pensée pour le mariage ? Peux-tu me laisser le temps d’y réfléchir lentement ? C’est notre promesse, d’accord ? » demanda Hatsune.

« Si tu dis oui, ça ne me dérange pas d’aller m’enregistrer demain, » déclara Masatsugu.

« A-Arrête avec cette idiotie, OK ? C’est pour toute une vie, il faut donc y réfléchir sérieusement ! En plus, Onii-sama, tu as oublié la chose la plus importante ! » déclara Hatsune.

« Quoi ? » demanda Masatsugu.

« D’après les registres de la famille, Masatsugu Tachibana n’a pas encore 18 ans. Tu ne peux pas te marier ! » déclara Hatsune.

« Ah oui, c’est comme ça avec la loi japonaise, » déclara Masatsugu.

Le fait de converser avec Hatsune tout en s’étreignant — .

Masatsugu pouvait sentir son corps devenir progressivement brûlant.

Masatsugu avait pu obtenir un fluide ectoplasmique substantiel à partir des réserves fournies par le corps et l’âme de Hatsune en tant que nouveau Chevalier.

Les Kanesadas nés des noesis de Masatsugu Tachibana étaient lourdement fatigués après les longs combats.

Mais maintenant, ils avaient gagné en force. Masatsugu acquiesça d’un signe de tête content, reconnaissant pour le travail de sa petite sœur.

 

☆☆☆

 

Pendant ce temps, le roi Richard Coeur de Lion était sur le champ de bataille — .

« Hmm. »

La bataille devenait de plus en plus intense, mais il se forçait à se détendre.

Richard avait lâché les rênes dans sa main et avait tourné la tête. Puis, supprimant sa ferveur naturelle, il avait examiné la situation actuelle.

... Ils avaient été attaqués des deux côtés après avoir chargé le fort tutélaire de Suruga, et après ça, les Escalibors étaient tombés à moins de deux cent cinquante.

... Mais un fait quelque peu ennuyeux était que soixante-dix Kamuys différents avec des têtes allongées s’étaient joints à la bataille.

... Les deux camps avaient abandonné les formations et étaient passés à des combats de mêlée chaotiques.

... Les plus exaspérantes de toutes étaient les Légionnaires rouge pourpre.

Les Légionnaires utilisateurs de katana de Masatsugu Tachibana étaient épuisés, et ils ne se débrouillaient pas beaucoup mieux que les Escalibors. Cependant, par un tour de magie inconnu — .

Un peu plus tôt, les Légionnaires rouge pourpre avaient retrouvé leur vigueur.

Du coin de l’œil, Richard avait vu un autre « rouge-violet » couper un Escalibor avec une frappe décisive.

— Si les rouges violets étaient épuisés, il y aurait au moins une chance de gagner...

À ce rythme, un déchaînement violent et un abandon imprudent n’aboutiraient qu’à une mort futile.

« C’est l’heure ? Hmph. »

Richard était furieux dès qu’il s’imaginait devoir rentrer et affronter le Prince Noir, le sermonnant avec un regard empli d’exaspération.

Cependant, il n’aurait une chance de savourer ce déplaisir que s’il revenait vivant.

« Escalibors, écoutez-moi. Vous vous battrez jusqu’à la fin amère ici sur cette terre de Suruga et vous vous sacrifierez pour moi. Que sept individus reviennent avec moi. »

Richard avait ordonné aux troupes restantes de gagner du temps pendant qu’il s’échappait.

Après avoir pris sa décision, Richard avait pris la tête de sept Escalibors et avait ordonné à sa wyverne d’atterrir sur le terrain montagneux en contrebas. Il allait se glisser dans les montagnes sous le couvert de la nuit pour se rendre jusqu’à la Baie de Suruga. Puis, volant à la surface de la mer ou se déplaçant sous l’eau, il retournerait au fort tutélaire de Fuji.

« Qu’il en soit ainsi. La fortune capricieuse a décidé de s’opposer à moi aujourd’hui, c’est tout, » déclara Richard en grinçant des dents.

Le roi Richard Cœur de Lion était un homme passionné et intense. Cependant, il y avait eu des moments sur le champ de bataille où il était impératif d’être calme. Quand le temps l’appelait à la maîtrise de soi, il était toujours capable de se maîtriser.

Plus il était tenu en échec, et plus les flammes qui allaient explosé dans le futur — .

Il s’était convaincu de garder un esprit calme pour l’instant.

« Tachibana, je vous concéderai la victoire pour aujourd’hui. » En disant cela, Richard 1er avait quitté le champ de bataille.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre. On plante les drapeaux dans le cœur des dames et sur les champs de bataille 😉

Laisser un commentaire