Chronicle Legion – La Route de la Conquête – Tome 2 – Chapitre 6 – Partie 2

Bannière de Chronicle Legion – La Route de la Conquête ***

Chapitre 6 : Bataille entre Lion et Chien (2)

Partie 2

« Après avoir reçu une blessure si grave... On dirait qu’Onii-sama doit beaucoup souffrir, » chuchota Hatsune, anxieuse.

Elle se trouvait actuellement dans le donjon protecteur de la nation au cœur du fort tutélaire de Suruga. Le donjon protecteur de la nation était un bâtiment de quarante mètres de haut en briques rouges. Un disque rond au sommet n’était pas une horloge, mais une gigantesque roue de feng shui.

Hatsune avait accompagné la princesse Shiori au rez-de-chaussée du donjon.

La reconnaissance avait été effectuée principalement par des bêtes de rétention comme les Yatagarasus, les Loups Mibu et les wyvernes. Les renseignements qu’ils avaient recueillis avaient été rassemblés ici pour servir de base à l’analyse et à la prise de décisions.

À l’intérieur du donjon se trouvaient de nombreux soldats chargés de cette tâche, ainsi que des officiers noétiques.

Ce que les bêtes de rétention avaient observé sur le champ de bataille avait été converti en vidéo par une technique noétique et rediffusé à divers endroits dans la salle. Maintenant qu’elle était devenue Chevalier, Hatsune avait le droit de demander aux soldats de lui rapporter ou de lui expliquer certaines des informations.

Cependant, voyant tout le monde si occupé, elle ne se sentait pas à l’aise d’ajouter à leur charge de travail en tant que débutante.

Alors qu’elle mobilisait pleinement ses yeux, ses oreilles et son cerveau, elle avait cherché à saisir la situation. En fait, elle avait déjà acquis une compréhension holistique.

... Masatsugu Tachibana était en plein déplacement avec 203 Kanesadas, se dirigeant vers les eaux de la Baie de Suruga.

... Les 150 Kamuys retranchés dans le mont Satsuta attaquaient l’armée britannique pour soutenir la retraite des Kanesadas.

... À la tête de 812 Escalibors, Richard Coeur de Lion en avait envoyé 200 soldats pour atterrir sur le mont Satsuta et attaquer les Kamuys des trois Chevaliers, tandis que les 612 autres étaient avec lui les menant pour continuer la poursuite.

« L’armée d’Onii-sama qui bat en retraite n’en a que deux cents, tandis que Richard qui le poursuit en a six cents. Il est toujours en infériorité numérique à trois contre un..., » déclara Hatsune.

De plus, la cible de Masatsugu était Suruga.

Il avait décidé à l’avance que, quel que soit le chemin emprunté, sa destination finale était le fort tutélaire de Suruga.

Rikka Akigase était également prête à se battre pour coordonner son arrivée.

La princesse Shiori avait convoqué le génie Sakuya et avait expliqué avec soin leur plan de bataille.

« C’est tout. Y a-t-il quelque chose que vous ne comprenez pas ? » demanda Shiori.

« Pas de problème, Princesse, Votre Altesse, » répondit Sakuya.

La princesse était assise sur une chaise. Son état physique était encore médiocre.

Une jeune fille habillée comme une jeune fille de sanctuaire se trouvait devant Shiori. Avec une frange coupée uniformément à la hauteur des sourcils, vieille de huit ou neuf ans, elle était l’image du génie Sakuya.

L’image immatérielle avait évité tout contact visuel avec Shiori.

« Je suis sur le point de quitter le donjon protecteur de la nation. Envoyez-moi un renard pour me demander si vous rencontrez des décisions difficiles, et je vous enverrai des instructions instantanées, » déclara Shiori.

« Compris... Laissez-moi faire, s’il vous plaît, » répondit Sakuya d’une voix faible.

Elle avait l’air adorable, mais comparée à Morgane la Fée de la Grande-Bretagne, elle était beaucoup trop peu fiable. Cependant, ce qui avait vraiment surpris Hatsune, c’était ce que la princesse avait dit.

« Princesse, vous partez ? Où va-t-on ? » demanda Hatsune.

« Je dois retrouver Masatsugu-sama. Il retournera bientôt à Suruga. Venez vers moi, d’accord ? » lui demanda Shiori.

« Oui, madame, » répondit Hatsune.

Hatsune avait alors soutenu Shiori, qui était instable sur ses pieds, et elles étaient sorties du donjon protecteur de la nation.

Maintenant qu’elles étaient loin de l’oreille du génie, Hatsune avait exprimé ce qu’elle soupçonnait.

« Onii-sama a délibérément intercepté Richard loin du fort tutélaire... Princesse, c’est parce que Sakuya n’est pas très fiable, n’est-ce pas ? » lui demanda Hatsune.

Les prouesses martiales seules n’étaient pas suffisantes pour faire un bon chevalier.

Hatsune avait besoin d’apprendre les tactiques, la vision stratégique et les méthodes pour gérer les troupes le plus rapidement possible afin de devenir un Chevalier à part entière. C’est pourquoi elle avait partagé ses propres déductions.

« C’est l’une des raisons, mais selon moi..., » Shiori avait donné une réponse inattendue. « Il semble que Masatsugu-sama n’aime pas se battre d’un côté ou de l’autre des batailles de siège. »

« Mais n’a-t-il pas réussi à défendre le fort tutélaire de Suruga la dernière fois, et à la Cité de Fuji, n’est-ce pas aussi lui qui a suggéré un raid sur le fort ennemi ? »

La princesse intelligente secoua la tête en désaccord avec la réfutation de Hatsune.

« Être capable de l’accomplir et l’aimer sont deux choses distinctes... En outre, dans le cas des sièges... Il devrait avoir beaucoup d’expérience, » répondit Shiori.

« Onii-sama en a-t-il parlé !? » demanda Hatsune.

« Non, c’est simplement ce que j’imagine de mon côté, » répondit Shiori.

« ... Princesse, ne me dites pas que vous avez déjà deviné l’identité d’Onii-sama ? » demanda Hatsune.

Le ton confiant de Shiori n’avait pas l’air d’être dans son imagination.

Hatsune avait demandé dans le doute, mais Shiori avait simplement souri de façon ambiguë et avait dit. « J’admets qu’un certain nombre d’idées m’ont traversé l’esprit, mais je n’ai ni preuve concrète ni un nom certain. J’observerai plus longtemps avant de partager mes pensées avec vous. »

Pendant qu’elles discutaient, un gigantesque loup blanc s’approcha d’elles.

C’était un Loup Mibu que Shiori avait invoqué en utilisant ses capacités noétiques. L’énorme bête de rétention, aussi grande qu’un cheval, s’allongea sur le sol de sa propre initiative.

La princesse était sur le point de chevaucher le loup, mais son pied était devenu instable.

Shiori s’était inclinée, tombant presque en arrière. Hatsune l’avait vite attrapée. En regardant le visage de la dame qu’elle servait, elle avait remarqué la pâleur de la princesse et une température corporelle anormalement élevée.

Shiori souffrait d’une forte fièvre. En tant que sa dame d’honneur et chevalier, Hatsune avait fait une demande.

« Princesse, vous devez arrêter de vous surmener ! » déclara Hatsune.

« C’est n’importe quoi, c’est à moi de prendre cette décision..., » répondit Shiori.

« Non, c’est la décision du médecin. Et en l’absence d’un médecin, c’est moi qui décide, » déclara Hatsune.

« N-Non, je dois me dépêcher d’aider Masatsugu-sama..., » répliqua Shiori.

« Ne vous inquiétez pas ! Je sais tout ce qu’il faut faire pour aider Onii-sama ! » déclara Hatsune.

« Eh — ? » s’exclama Shiori.

« Reposez-vous bien et laissez-moi m’occuper de tout, Princesse ! » déclara Hatsune.

Arrêtant net une princesse surprise, Hatsune avait monté sur le dos du loup de Mibu à sa place.

Elle avait tapoté le cou blanc du loup et il s’était immédiatement levé. Ses ordres étaient très simples.

« Trouve Onii-sama... Cherche l’odeur de Masatsugu Tachibana et emmène-moi là-bas. Princesse, je reviens tout de suite ! » déclara Hatsune.

« Attendez un instant. Vous savez tout ? Pas possible !? » s’exclama Shiori.

Shiori s’était effondrée et s’était assise sur le sol. Sa force physique avait atteint ses limites.

Montée sur un loup de Mibu, Hatsune s’était courageusement rendue sur le champ de bataille.

 

☆☆☆

 

Alors que les Légionnaires volaient à toute vitesse pour charger dans les rangs ennemis — .

Ils n’avaient presque jamais tiré. Alors qu’ils avaient consacré tout le fluide ectoplasmique à une attaque de charge, ils avaient utilisé l’impact pour planter leurs baïonnettes dans le corps des ennemis.

C’était le genre de charge que Richard Cœur de Lion avait révélé à la Cité de Fuji.

L’impact d’une charge à pleine puissance était stupéfiant, capable d’infliger des dommages critiques à l’armée ennemie en une seule frappe.

Cette tactique avait recréé la « charge de cavalerie » des anciens champs de bataille.

Certains disaient que la charge de cavalerie était un chef-d’œuvre du champ de bataille.

Masatsugu n’avait aucune objection à cela. En effet, il s’agissait sans aucun doute d’une tactique très gênante.

Les chevaliers ou cavaliers lourds étaient équipés d’armure et de cotte de mailles alors qu’ils chevauchaient des chevaux de guerre en galopant pour charger dans les rangs ennemis. Puis ils plantaient les pointes de leurs lances pendant l’affrontement en plein dans le cœur de leurs adversaires.

... Lorsqu’un cheval galopait, sa vitesse, son élan et son poids s’ajoutaient à la puissance de l’attaque effectuée lors de la charge.

La lance utilisée ainsi pourrait facilement percer les soldats ennemis. Il était également impossible pour le corps humain de résister au piétinement d’un cheval en pleine charge. Le plus terrifiant de tous, ce type de charge avait été menée par un nombre important de cavaliers, des dizaines, des centaines ou des milliers d’un coup.

Frappée par une charge de cavalerie, toute armée subirait d’importantes pertes.

Tout au long de l’Antiquité et du Moyen Âge, la cavalerie lourde avait la même valeur que le « char issu des inventions modernes ».

Bien qu’il s’agissait d’un point de vue commun, il y avait une mise en garde. La charge de cavalerie était aussi une tactique difficile à utiliser correctement.

En tant que créatures vivantes, les chevaux étaient incapables de maintenir un galop pendant de longues périodes de temps. Ils se fatigueraient rapidement.

La priorité était de conserver la force des chevaux et de l’utiliser au moment opportun. De plus, tout obstacle empêchant un chemin droit entraînerait également la fin d’une charge en cas d’échec.

De plus, les chevaux étaient chers et coûteux à nourrir. Garder des chevaux était une affaire laborieuse.

Cependant, une fois que toutes ces difficultés avaient été surmontées pour exécuter avec succès une charge de cavalerie — sa puissance était inégalée.

Lorsque la cavalerie chargeait au cœur des rangs ennemis à un moment critique pour vaincre l’ennemi général et la force principale, il ne restait plus qu’une foule désordonnée.

Même contre un ennemi plusieurs fois plus nombreux, il était facile de vaincre la populace dispersée après une telle charge.

L’ancien roi de Macédoine et génie pionnier de la guerre, Alexandre le Grand, était aussi très accompli dans de telles tactiques...

« Pas étonnant qu’un gars comme Richard aime tant l’utiliser, » avait remarqué Masatsugu de façon satirique.

Après s’être blessé au flanc droit, Masatsugu s’était d’abord dirigé vers le sud, c’est-à-dire vers la Baie de Suruga. Le champ de bataille du mont Satsuta était à côté de la mer et Masatsugu arriva bientôt au-dessus de la surface de l’eau.

Il était actuellement sur une wyverne, survolant l’océan la nuit.

Les 203 Kanesadas restants volaient dans les environs.

La douleur diminuait graduellement à cause de sa blessure abdominale et le saignement s’était arrêté. Le corps d’un Ressuscité était évidemment résilient jusqu’à un degré surnaturel.

« Nous sommes les morts qui sont ressuscités de nos tombes... Maintenant que j’y pense, c’est normal, » murmura-t-il.

Masatsugu avait supposé qu’il avait peut-être une constitution particulière qui faisait qu’il ne mourrait pas si facilement.

Cependant, sa conscience était sans doute en train de s’estomper. Une fois ses limites atteintes, il allait probablement directement s’évanouir.

Et le « non-mort » en pleine santé était juste derrière lui, pourchassant l’armée de Masatsugu.

« Hahahahahahaha. Je suis surpris que vous puissiez supporter ce genre de blessure pendant si longtemps ! » déclara Richard.

Sous le commandement du Cœur de Lion, 612 Escalibors avaient poursuivi sans relâche.

Ils chargeaient à pleine vitesse par-derrière, essayant de mettre fin à la bataille en une seule fois.

« Chargez, mes Escalibors ! Permettez aux samouraïs de l’Orient d’être témoins de nos voies chevaleresques ! » déclara Richard.

Les Légionnaires britanniques avaient formé une formation en forme de V, la même que celle que Richard avait exposée à la Cité de Fuji, une formation spécialisée pour la charge de cavalerie.

Sa fonction principale était de pénétrer l’armée ennemie avec sa pointe pointue et de déchirer leur formation.

« Quel homme au sang chaud ! Dès que j’ai fui, il m’a pourchassé dans la joie, » murmura Masatsugu.

Masatsugu, le chassé et Richard, le Chasseur allaient tous les deux à plus de 500 kilomètres à l’heure. Les deux armées étaient séparées par une centaine de mètres.

En tant que bêtes de rétention, les wyvernes étaient en fait incapables d’atteindre de telles vitesses.

Un « fantôme de Kanesada » était apparu autour de Masatsugu et de sa monture wyverne.

Réutilisant la technique de convoquer un Légionnaire et de la fusionner avec son corps, Masatsugu avait utilisé la capacité de vol d’un Kanesada pour se transporter lui-même et la wyverne.

« Kukukukukuku ! C’est aussi la première fois que j’utilise cette méthode pour charger à côté de mes Escalibors... Tu es vraiment un adversaire charmant, Tachibana ! » Richard utilisait la même technique pour voler à une vitesse extrême.

Le légendaire roi anglais avait invoqué le fantôme d’un Légionnaire rouge pour transporter sa monture volante.

Cependant, la vitesse globale des deux armées avait chuté.

La bataille de mêlée aérienne avait consommé une grande quantité de liquide ectoplasmique. Par la suite, avec une évasion et une poursuite à pleine vitesse, les forces japonaises et britanniques étaient épuisées. Tous les Légionnaires commençaient à diminuer en matière de puissance disponible.

« Hohohohohoho, votre fière évasion ralentit, » déclara Richard.

« Il en va de même pour vous. La poursuite du Coeur de Lion n’est pas non plus impressionnante, » déclara Masatsugu.

Séparé par une distance importante, aucun des deux côtés ne pouvait s’entendre.

Cependant, Masatsugu pouvait deviner ce à quoi le Coeur de Lion pensait, plus ou moins. Il marmonnait à lui-même, livrant des réfutations aux paroles imaginaires de son ennemi.

Masatsugu s’était concentré et avait préparé son prochain coup.

Dans une telle situation, Richard Coeur de Lion n’était certainement pas un homme qui se retiendrait.

« Mes chevaliers, merci d’avoir enduré jusqu’ici. Par la présente, je vous accorde le Coeur de Lion ! » déclara Richard.

« Je le savais. Il utilise ce mouvement ! » s’exclama Masatsugu.

Les 612 Escalibors en poursuite avaient libéré une énorme quantité de puissance mystique.

En sentant la libération, Masatsugu remarqua Richard activant le Fait d’Armes — Coeur de Lion. Son effet était de s’assurer que son Légionnaire compléterait la charge même en ignorant la mort — .

Jusqu’à présent, les Escalibors avaient consommé beaucoup de liquide ectoplasmique et leur vitesse de vol avait clairement chuté.

Mais bientôt, leur vitesse augmenta lentement... Non, ils avaient retrouvé leur vitesse initiale. Le Fait d’Armes du Coeur de Lion avait permis à l’armée britannique de charger au plus haut niveau.

Par contre, la vitesse de vol du Kanesada était demeurée lente.

L’équilibre avait finalement été rompu quant à l’avance qu’ils avaient maintenue jusqu’à présent dans la poursuite.

L’armée de Richard se refermera peu à peu. Après s’être échappés jusqu’à présent, les 203 Kanesadas allaient être rattrapé en quelques minutes, pour cela aboutirait à une extermination totale.

Tous les préparatifs préalables seraient vains s’ils étaient attrapés.

Masatsugu ordonna hâtivement, « Tirez vers l’arrière ! »

« Tsk, des petits tours ! » s’exclama Richard.

L’armée de Masatsugu volait à l’origine en faisant face vers l’avant.

Tout en conservant la même direction de vol et la même vitesse, les 203, Kanesadas s’étaient retournés pour pouvoir tirer. Ils avaient continué à voler droit vers leur destination, sauf que leur corps était tourné vers l’arrière.

Bien sûr, leurs fusils étaient dirigés vers l’arrière — vers l’armée qui approchait de Richard.

Tous les Kanesadas avaient appuyé sur la gâchette.

Toute l’armée avait alors dirigé un tir continu à l’opposé de leur direction de vol. C’était comme une cascade.

Les 612 Légionnaires britanniques qui se rapprochaient prirent les tirs dans leur formation en coin. Les Kanesadas visaient le bout de la cale.

... Le but de cette vague de feu continu n’était pas d’infliger des dommages.

Après tout, bénis par les effets de Coeur de Lion, ils étaient effectivement immortels jusqu’à la fin de la charge.

Cependant, le feu continu des quelque deux cents Kanesadas avait permis de frapper les Escalibors en charge.

Le rideau dense de coups de feu avait fonctionné. La formation en coin avait momentanément cessé de se refermer sur eux.

Cependant, la distance par rapport à l’ennemi continuait de se réduire lentement.

Les puissantes ondes noétiques du Coeur de Lion avaient poussé la force et la vitesse des Escalibors au maximum.

Il restait cinquante mètres jusqu’à ce que les lions en furie les attrapent.

Quarante mètres, trente mètres, puis vingt mètres — Masatsugu savait que son plan était un succès.

Le donjon protecteur du fort tutélaire de Suruga n’était pas loin.

... Initialement, Masatsugu s’était retiré du ciel au-dessus du mont Satsuta puis survolait la Baie de Suruga.

Une fois que Richard avait invoqué le Coeur de Lion, Masatsugu s’était tourné vers Nihondaira où se trouvait le fort tutélaire de Suruga. Il savait que le moment était arrivé.

En survolant le terrain montagneux de la zone militaire, Masatsugu était enfin retourné au fort tutélaire.

« Dispersion ! » ordonna Masatsugu.

« Quoi !? » s’exclama Richard.

À la suite de l’ordre de Masatsugu, les 203 Kanesadas se dispersèrent dans différentes directions.

Les Escalibors qui chargeaient à pleine puissance ne s’arrêtèrent pas. Aucun d’eux n’avait pu s’arrêter. Et droit devant eux se trouvant un dragon gigantesque qui les attendait.

Il s’agissait de l’ifrit Seiryuuu chargé de protéger le fort tutélaire de Suruga.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire