Chronicle Legion – La Route de la Conquête – Tome 2 – Chapitre 2 – Partie 3

Bannière de Chronicle Legion – La Route de la Conquête ***

Chapitre 2 : Soldats de Fortune

Partie 3

Qui était ce joli garçon qui ressemblait à Ushiwakamaru ?

En plus, où se situait cet endroit ? Hatsune croyait que sa personnalité « simple », capable d’ignorer facilement ce genre de questions, était sa force.

Un jugement terrifiant était sur le point de commencer. Donc, ces détails triviaux étaient sans importance.

La manière de donner une leçon à ce garçon arrogant était ce à quoi elle devrait vraiment réfléchir.

« Je serais une honte pour mes ancêtres Tachibana si je laissais cette relique rester enterrée dans l’obscurité, » murmura Hatsune.

Hatsune avait dégainé le tachi qu’il lui avait donné.

Une confiance excessive dans la bonne volonté de l’adversaire serait très dangereuse, c’est pourquoi Hatsune avait déplacé la lame pour la tester.

Le tachi était très agréable à utiliser. Par exemple, si le rivet fixant la soie était desserré, la lame pourrait glisser hors de la poignée pendant une frappe. Heureusement, il n’y avait pas eu de tels problèmes.

Hatsune avait mis en position le tachi sans s’inquiéter.

Puis, en dirigeant la pointe de l’épée vers le beau visage d’Ushiwakamaru, elle avait déclaré ceci. « Laissez-moi tester à quel point vous êtes bon. »

Et après cela, Hatsune se précipita sur le garçon.

En même temps qu’elle faisait ça, elle avait exécuté une frappe mortelle des deux mains, visant à percer le beau visage du garçon.

L’adversaire avait prêté son arme à Hatsune dans une démonstration de confiance en soi. En tant que membre du clan Tachibana, Hatsune n’avait pas eu la décence de montrer de la bonté envers un ennemi aussi arrogant. Alors qu’il analysait les mouvements offensifs de Hatsune, le garçon avait reculé afin d’éviter la frappe du tachi.

« Je ne suis pas en position de critiquer les autres..., » le joli garçon déclara ça avec un sourire ironique, « Pour une jeune fille, vous avez vraiment un tempérament féroce. »

« De quoi parlez-vous ? Les combats sont gagnés par des frappes préventives ! » déclara Hatsune.

Dans les confrontations entre maîtres épéistes, on attaquait rarement à la légère.

Pour éviter d’être contre-attaqué, il était préférable de laisser l’adversaire attaquer en premier, puis de trouver une ouverture pour riposter. Ce concept était connu sous le nom de « go no sen » dans l’art de l’épée japonaise.

Cependant, Hatsune avait attaqué dès le départ, comme si le monde était sur le point de s’achever.

Un coup de chance aurait conduit à une victoire immédiate. C’était aussi le principe de combattre avec de véritables épées.

« Mon clan déteste attendre l’ouverture et ne pas attaquer, » déclara Hatsune.

« Je suis d’accord sur ce point, mais je pense que les femmes devraient être un peu plus discrètes, » répliqua le garçon.

« J’ai entendu beaucoup de conseils aussi énervants ! » répliqua Hatsune.

Tout en s’échauffant lors de ces échanges verbaux, Hatsune n’avait pas cessé de bouger.

Le garçon avait reculé et Hatsune le poursuivait.

La frappe haute de Hatsune avait balayé horizontalement le côté du joli visage du garçon, mais il avait esquivé à temps avec une légère torsion du haut de son torse. Puis Hatsune avait effectué une fente d’attaque avec son bras tout en exécutant une attaque en diagonale avec son tibia droit. Cette attaque avait également été esquivée.

Le garçon s’était déplacé latéralement d’environ un pouce, se dérobant une fois de plus avec les marges les plus minces.

« Une autre ! » déclara Hatsune.

« Hahahahaha. Alors voilà un cheval vicieux qui donne des coups de pied ! » déclara le garçon.

Hatsune avait alors effectué un coup de pied bas, dans l’intention de briser les rotules du garçon. Le garçon avait encore une fois sauté en arrière, évitant le coup de pied.

Jusqu’à présent, toutes ses attaques étaient à un ou deux centimètres de l’ennemi, sans jamais le toucher.

Pourtant, le garçon niait complètement le succès de Hatsune.

En plus d’une vue exceptionnelle, il possédait une vitesse et une flexibilité semblables à celles d’un animal. Sans talent naturel, l’entraînement seul n’atteindrait jamais ce niveau d’arts martiaux.

Il ne serait pas exagéré de comparer ses mouvements agiles à ceux d’un chat ou d’un singe. Ses réflexes et sa vision cinétique rivalisent avec ceux des animaux.

« Comme prévu du disciple du tengu de Kurama..., » murmura Hatsune.

Le jeune garçon, Ushiwakamaru avait maîtrisé les arts de la guerre sous la tutelle du grand tengu de Kurama.

Se souvenant alors d’une scène du théâtre nô, Hatsune avait utilisé sa propre carte maîtresse.

Bien qu’elle ne soit pas aussi puissante qu’une « technique secrète ultime », elle était très utile...

« Hiyahhhhhhhhhhhhhhhh ! » cria Hatsune.

« Oh ? »

Le joli garçon avait affiché un changement d’expression lorsqu’il avait esquivé de peu la frappe horizontale de Hatsune.

Il avait finalement mis de côté son attitude irrévérencieuse. Après avoir attaqué le garçon dans une succession rapide d’attaques venant de la gauche et la droite, Hatsune s’était mise à tenter de lui poignarder le cœur d’une seule main.

Le garçon avait évité toutes les attaques avec brio, sans complaisance présente sur son visage.

À la place, il avait maintenu une distance de quelques dizaines de centimètres pour éviter le tachi de Hatsune.

« Vos petits tours sont plutôt amusants, » jetant un regard furtif sur la position de Hatsune, le garçon murmura ça à lui-même.

Il était vraiment extraordinaire d’avoir pu percer à jour le tour de Hatsune. Si Tachibana Hatsune était un moineau chantant sur une branche, alors lui serait un phénix planant dans le ciel. Telle était l’énorme disparité entre eux.

Cependant, la disparité n’était pas entièrement impossible à combler. Il était trop tôt pour abandonner !

« Que pensez-vous de ça !? » s’écria Hatsune.

Hatsune s’était placée dans une position de seigan de niveau moyen, frappant avec son épée sur le garçon de côté.

Sa manœuvre défensive était encore plus impressionnante. Sautant rapidement dans les airs, il survolait légèrement la frappe de Hatsune.

Plus incroyable encore, il avait marché sur le tachi qui se balançait vers lui et avait sauté par dessus la lame.

Puis il était monté haut dans les airs comme un oiseau avant de faire un saut périlleux et d’atterrir derrière Hatsune.

« !? » s’exclama Hatsune.

« Une assez bonne idée. Dommage que ça ne marche pas sur moi, » déclara le garçon avec désinvolture.

Hatsune se souvient d’une légende où Matsubayashi Henyasai, un maître épéiste de la période Edo, avait utilisé une manœuvre similaire.

Henya était un surnom qui comparait sa vitesse et son agilité à celle d’une chauve-souris.

« Vous avez sauté partout et vous avez aussi confondu ce grand Benkei..., » Hatsune jeta un coup d’œil rapide à ses mains tenant le tachi.

Le garçon lui avait prêté un tachi avec un manche d’une trentaine de centimètres. Au cours de la série d’offensives précédentes, Hatsune avait légèrement ajusté la position de sa prise à chaque coup.

« Ce n’est pas assez si même le naginata de Benkei ne l’a pas touché, » murmura-t-elle.

Comme le manche mesurait trente centimètres de long, le fait de saisir l’épée près de la garde ou vers l’extrémité modifierait la portée globale de la lame. Par conséquent, Hatsune avait glissé ses mains le long de la poignée avant d’attaquer, ajustant la position de sa poignée de manière flexible pour faire des ajustements mineurs à la portée offensive du tachi.

Cette variabilité d’une dizaine de centimètres avait été étonnamment efficace pour perturber les instincts défensifs de l’ennemi.

Les experts ayant une vue exceptionnelle étaient particulièrement sensibles aux changements infimes et donc encore plus facilement touchés. C’était une technique de combat pratique qui ne pouvait être utilisée qu’avec une épée japonaise à long manche.

Comprenant leur écart en tant qu’artiste martiale, Hatsune se léchait les lèvres.

« Petite fille, je tiendrai ma promesse, » déclara le garçon.

Le joli garçon avait sorti un éventail de sa poitrine.

Plutôt qu’un éventail en métal avec un cadre en acier, il s’agissait simplement d’un éventail en papier japonais. Sans ouvrir l’éventail, il fixa Hatsune du regard.

« Manipuler une épée contre vous serait une atteinte à ma réputation. Mais sachez que moi, Kurou Yoshitsune, je suis à un niveau complètement différent quand je suis armé, » déclara-t-il.

Finalement, en introduisant son nom et son titre, le joli garçon avait cessé tout mouvement.

Affichant une expression aiguisée, le garçon exsudait une aura calme et recueillie alors qu’il observait chaque mouvement de Hatsune. Hatsune était un peu contrariée par le fait qu’il n’avait sorti qu’un éventail, mais elle ne pouvait pas y faire grand-chose. Kurou Hougan avait décidé que c’était « assez ».

« On dirait que je vais devoir prendre un pari et aller jusqu’à la fin en attaque..., » Hatsune murmura et commença à élaborer une stratégie.

Cependant, elle ne pensait qu’à ce que ses amis lui avaient dit. Masatsugu avait dit que le résultat final dépendait en fin de compte de la capacité de Tachibana Hatsune. La princesse lui avait ordonné de réussir sans faute. Rikka croyait que ce qui importait vraiment, c’étaient les exploits de combat après être devenu Chevalier.

« D’accord ! » murmura Hatsune.

Ayant pris sa décision, Hatsune avait redressé son dos.

Puis elle avait jeté le tachi dans sa main, le laissant tomber dans la rivière sous le pont.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? » s’exclama le garçon.

« Je peux trouver un moyen sans dépendre de ce genre de choses, » déclara Hatsune.

De plus, elle s’était assise les jambes croisées sur le sol.

« C’est à votre tour d’attaquer. Je ne vais nulle part. Alors, venez à moi quand vous le voulez ! » déclara Hatsune.

« Je n’aurais jamais cru que le Japon produirait un idiot qui me parlerait comme ça, » déclara le garçon.

Le garçon avait montré de la surprise, mais un sourire suffisant était apparu sur les coins de ses lèvres.

Le joli garçon du nom de Kurou Hougan Yoshitsune s’était approché avec un jeu de jambes agile. Devant Hatsune, il avait fait pivoter l’éventail de sa main droite à la vitesse de l’éclair.

L’éventail, un artisanat de bois et de papier, frappa Hatsune carrément sur la tête.

Le son de la frappe pouvait même être entendu, ce qui n’était normalement pas possible avec un éventail.

« Owww !? »

L’impact violent avait secoué le crâne et le cerveau de Hatsune, lui faisant voir des étoiles.

Il était vraiment incroyable qu’un éventail en papier puisse infliger un coup aussi puissant. C’était vraiment un exploit merveilleux aux proportions incomparables. Cependant, Hatsune avait rassemblé la force d’âme d’un jeune du clan Tachibana.

Hatsune imaginait que l’éventail pivoté par le bras droit de Kurou Hougan était un katana.

Elle avait réussi à exécuter une technique à mains nues pour contrer un adversaire armé. Hatsune avait eu la conviction que sa tête ou son visage aurait été la cible la plus probable puisque l’ennemi l’attaquait avec un éventail alors qu’elle était assise sur le sol. Déterminée à saisir son bras même au prix d’un coup, elle avait simplement attendu qu’il vienne jusqu’à elle.

« Yahhhhhhhhhh ! »

Hatsune se pencha en arrière, tirant le bras droit de Kurou Yoshitsune tout en plaçant ses jambes autour de son épaule.

Le garçon avait failli tomber vers l’avant. Ainsi, Hatsune était suspendue au bras du garçon.

Suspendue en plein air, Hatsune était naturellement tombée. Dès que son dos avait touché le sol, elle avait roulé, emmenant Kurou Yoshitsune. Tous les deux étaient entrés dans un état de combat au sol.

Tout en appliquant une pression sur l’articulation du coude, Hatsune avait exécuté une clef de bras.

La version face à elle d’Ushiwakamaru alias Kurou Yoshitsune était de petite taille. D’ailleurs, un combattant de la période Heian n’aurait probablement pas connaissance d’une attaque-surprise du jiu-jitsu brésilien.

L’attaque verbale avait été faite dans les règles de l’art par Hatsune afin de créer l’ouverture pour la victoire. Cependant, son attaque n’avait réussi qu’à mi-chemin.

« Tsk ! »

Avant que l’articulation ne soit complètement verrouillée, Kurou Yoshitsune avait déplacé vigoureusement son bras droit.

Hatsune avait presque redressé son coude, mais ne pouvait plus bouger son bras. Malgré l’apparence d’un garçon, la force des bras de Kurou Yoshitsune était extraordinaire. Hatsune ne pouvait pas le maîtriser, peu importe ses efforts.

Cependant, Hatsune avait déclaré avec fierté : « Et comment ça ? Est-ce correct si on vous attrape, pas vrai ? »

« En effet, je ne peux pas le nier, » répondit le jeune Kurou avec un peu d’amertume dans sa voix.

« Super ! » sachant qu’elle avait réussi, Hatsune avait crié en raison de son excitation.

Il se trouvait qu’elle exécutait ses attaques au sol sur le pont. Relâchant le bras droit du garçon, elle avait étendu ses membres, simplement allongée sur le sol dans une position en forme d’étoile.

Sa fatigue était intense, mais elle avait le même sentiment d’accomplissement.

Alors que Hatsune était allongée là, souriante, Kurou Yoshitsune se leva immédiatement.

« Au fait, je n’arrive pas à croire que vous ayez osé encaisser mon attaque, » déclara Kurou Yoshitsune.

Il fixa froidement Hatsune avec des paroles de louange.

« Bien sûr que c’était effrayant, mais ce rituel n’est en fin de compte qu’un test, » répliqua Hatsune.

Bien qu’il y ait un risque de mort, ce n’était en fin de compte qu’un test — .

Hatsune s’était souvenue des conseils de Rikka Akigase.

« À mon avis, ça ne devrait pas être trop dur. En plus, si vous vouliez vraiment me tuer, vous n’utiliseriez pas un éventail, n’est-ce pas ? » demanda Hatsune.

Un éventail de papier ne pouvait pas tuer, c’est pourquoi Hatsune avait osé prendre le pari.

Voyant Hatsune allongée sur le sol avec un sourire idiot, le jeune Kurou avait dit. « Je vois. »

« Vous êtes vraiment une idiote, » déclara Kurou.

« Arrêtez avec ça. N’êtes-vous pas trop grossier envers une dame ? » lui demanda Hatsune.

Hatsune était sur le point de protester quand elle avait sursauté de surprise.

Le jeune Kurou s’était approché d’une rambarde du pont et avait frappé avec l’éventail dans sa main droite. Touché par l’éventail, le bois épais s’était fissuré avant de s’effondrer après l’apparition de minuscule craquelure.

De plus, la destruction s’était limitée à ce seul endroit.

Cette attaque était plus puissante et choquante que son apparence ne l’avait suggéré.

Hatsune se leva lentement, fixant l’état tragique de la rampe.

« ... »

« Que je me serve d’un éventail ou d’une brindille, je peux facilement briser le crâne d’une petite fille. Je me suis délibérément retenu pour voir à quelle idée ridicule vous pensiez. Vraiment, vous avez réussi à piquer ma curiosité. C’est donc là votre victoire, » déclara-t-il.

« V-Vraiment ? » demanda Hatsune.

« En y réfléchissant bien, les idiots sont moins susceptibles d’être frappés par des flèches errantes sur les champs de bataille, » répliqua-t-il.

« C’est vraiment une remarque discriminatoire ! Sauter aux conclusions n’est pas agréable ! » s’écria Hatsune.

« Ne soyez pas trop pressée de le nier. En dépit d’être une idiote, en effet, vous avez un côté intelligent, ce qui fait de vous une idiote capable. Pour l’instant, je vous apporterai mon aide. Faites de votre mieux, » déclara-t-il.

Après s’être moqué de Hatsune, le corps du jeune Kurou avait peu à peu grandi.

Cette croissance n’était pas la maturation, mais l’expansion de la taille de son corps. Il s’était transformé en un soldat géant ailé de huit mètres de haut, très semblable à l’apparence du Kamuy, le pilier des Légionnaires impériaux du Japon.

Il était similaire, mais pas identique —

Après avoir vu la transformation jusqu’à sa conclusion, Hatsune avait perdu conscience.

 

☆☆☆

 

Quand elle s’était réveillée, Tachibana Hatsune s’était retrouvée allongée sur le tatami du dojo.

Elle s’était endormie sans même le vouloir. Le parchemin bleu encore serré dans sa main droite était la manifestation de l’Appellation Kurou Hougan Yoshitsune.

De plus, Hatsune le ressentait vaguement.

À l’intérieur du parchemin, il y avait une forte volonté ainsi que les émotions féroces d’un guerrier, assoiffé de batailles.

Dans son rêve, elle avait rencontré le général Kurou Hougan Yoshitsune. C’était la preuve que son puissant nom avait reconnu son prochain successeur.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire