Chronicle Legion – La Route de la Conquête – Tome 2 – Chapitre 1 – Partie 3

Bannière de Chronicle Legion – La Route de la Conquête ***

Chapitre 1 : Sous l’ombre du Chevalier Noir

Partie 3

Edward le Prince Noir avait commencé son illustre carrière de victoires glorieuses à l’âge de seize ans.

Cette victoire était entrée dans l’histoire sous le nom de la bataille de Crécy. Même aujourd’hui, à la fin du XXe siècle, elle était restée très bien connue par les chercheurs sur la guerre.

L’année 1346 après Jésus Christ faisait partie du Moyen Âge européen familier à tous.

Pour Edward, c’était une période nostalgique de son passé d’adolescent.

Entièrement éduqué comme il sied à un prince anglais, il avait perfectionné ses prouesses martiales et son caractère noble en tant que chevalier, et avait élevé ses compétences en tant que général tout au long de sa vie sur les champs de bataille et hors du champ de bataille — c’était l’époque.

À l’époque, l’Angleterre et la France étaient en guerre.

C’était le début de la guerre de Cent Ans. Au village de Crécy, en territoire français, une grande bataille avait eu lieu pour déterminer le sort des deux nations.

L’armée anglaise comptait dix mille hommes alors que l’armée française en comptait quarante mille...

Cependant, les Anglais avaient quand même remporté une victoire écrasante à Crécy. À l’époque, les forces armées anglaises étaient dirigées par le père d’Edward, le roi Edward III d’Angleterre (le père et le fils partageaient le même nom, ce qui facilitait leur confusion).

Le roi Edward avait organisé ses forces en trois divisions pour engager l’armée française.

Le prince-héritier Edward avait dirigé l’une des divisions. Il avait joué un rôle déterminant dans la victoire.

Cette bataille fut le prélude à une légende. La saga héroïque du jeune et célèbre général, le Prince Edward atteindra son apogée lors de la bataille de Poitiers, dix ans après Crécy.

Cette fois en tant que commandant en chef, Edward avait dirigé une armée de six mille hommes pour affronter une armée française de trente mille hommes.

La disparité en nombre était encore plus défavorable qu’à la bataille de Crécy. Néanmoins, Edward avait remporté une victoire tout aussi splendide et avait même réussi à capturer le roi de France Jean II.

En prenant le roi de France en otage, l’Angleterre avait profité à la fois d’une belle rançon et d’un avantage dans les négociations diplomatiques.

De plus, la guerre anglo-française durera jusqu’en 1453, longtemps après la mort d’Edward en raison de la maladie. Le « premier sauveur de la France » qui était apparu vers la fin était précisément Jeanne d’Arc.

Puis le temps avait continué à avancer, menant à l’année 1998 —

 

☆☆☆

 

« D’après ce que j’ai entendu dire, cette dame nommée Jeanne est très populaire dans le monde moderne », avait dit le « Prince Noir » qui était né à nouveau dans ce monde.

Conformément aux accords antérieurs, il se débarrasserait aujourd’hui de son alias temporaire de « Chevalier Noir ».

« Cependant, en tant qu’Anglais... J’aimerais profiter de cette occasion pour faire savoir à tout le monde que moi, Edward n’était en aucune façon inférieur, » continua-t-il.

C’était le matin avant qu’il parte à la conquête du Point de Contrôle de Hakone.

Tôt le matin, il était sorti du fort tutélaire de Fuji près de la montagne sacrée de Fuji, puis avait avancé vers l’est pour attaquer le Point de Contrôle de Hakone.

Actuellement, Edward était sur le dos d’une wyverne, planant tranquillement dans le ciel au-dessus de Hakone.

En quelques heures à peine, il avait vaincu toutes les forces japonaises dans les forts tutélaires de Hakone. Avec la victoire fermement entrent ses mains, il était d’humeur très décontracté.

L’ennemi se composait de cinq cents Kamuys, les samouraïs bleus du Japon Impérial.

Les mille Légionnaires noirs qui combattaient sous le commandement d’Edward étaient des Chevaliers de la Jarretière, une variante supérieure du pilier britannique des Croisés.

L’armée d’Edward avait mis en place leur formation dans le ciel au-dessus du vaste lac d’Ashi.

Les quatre forts tutélaires étaient positionnés respectivement au nord, à l’est, au sud et à l’ouest du lac. Le premier fort tutélaire à l’est était défendu par l’ifrit Seiryuu, le deuxième fort tutélaire au sud avait Suzaku, le troisième fort tutélaire à l’ouest avait Byakko, et le quatrième fort tutélaire au nord avait Gênes. L’ensemble uni de quatre déités gardiennes s’était vigoureusement battu pour résister à l’invasion britannique.

Malheureusement, ils n’avaient pas été de taille contre le millier de Chevaliers de la Jarretière menés par le Prince Noir.

La force Chevalier d’Edward était de 1256 et il avait fait appel à un millier d’hommes pour attaquer.

« Chevaliers de la Jarretière, vous vous êtes bien battus. Moi, Edward, j’applaudis votre bravoure ! »

Edward avait fait l’éloge des chevaliers noirs qui étaient en formation au-dessus du lac d’Ashi.

Normalement, le Légionnaire principal de l’Empire Britannique, le Croisé, était de couleur blanche. Les troupes d’Edward étaient totalement noires.

Au Moyen Âge, Edward lui-même avait parcouru les champs de bataille alors qu’il était vêtu d’une armure noire.

C’est ainsi qu’était né le surnom de Prince Noir. C’était aussi la raison pour laquelle chaque Légionnaire sous son commandement était un Chevalier Noir.

« En parlant de ça, je n’aurais jamais pensé que j’aurais une chance de combattre en Extrême-Orient... »

Partageant ses pensées poignantes, il regarda ses fiers chevaliers.

À l’heure actuelle, ces Légionnaires faisaient la démonstration de sa formation caractéristique dans le ciel bleu clair. Tout d’abord, trois cents des mille Légionnaires s’étaient transformés en archers et avaient grimpé en altitude.

Ces archers n’étaient pas équipés de l’arme standard du Légionnaire, la carabine à baïonnette.

Les trois cents archers portaient des arcs longs. C’était la nouvelle arme qui leur était accordée par la capacité spéciale d’Edward, son Fait d’Armes.

— Les Archers de Crécy.

En effet, cela fonctionnait comme avec le chevalier du fort tutélaire de Suruga qui avait donné des épées japonaises à ses subordonnés.

De plus, la monture-wyverne d’Edward volait gracieusement, à un kilomètre de ses fiers chevaliers. Il avait déterminé qu’il n’était pas nécessaire qu’il commande l’armée au premier plan.

« Dans le passé, j’ai remporté de glorieuses victoires sur la colline de Crécy et sur la terre de Poitiers. Faites savoir au monde entier que le Japon a maintenant rejoint cette liste... Mon destin a été vraiment imprévisible. »

Après avoir augmenté leur altitude, les trois cents archers étaient restés en position dans le ciel.

Ils se trouvaient à environ quatre cents mètres au-dessus de la surface du lac d’Ashi. Les sept cents Chevaliers de la Jarretière restants encerclent les archers.

Cependant, leur altitude était cent mètres plus basse que celle des archers.

Cette situation s’apparentait à « l’installation d’archers sur une colline à l’avance tout en concentrant la cavalerie à la base afin de défendre toute la colline ».

Edward était très bon à ce type de formation « mode anglais ».

« Prince, il semble y avoir des restes. »

« Oh ? »

Edward avait entendu un avertissement dans son oreille.

Il y avait une petite poupée assise sur l’épaule d’Edward. La voix d’une jeune fille était sortie de sa bouche.

La poupée était une fille blonde vêtue d’une tenue de marin, de petite taille, mais d’une construction extrêmement complexe. Elle était possédée par le génie Morrigan des forces armées britanniques.

Edward lui-même avait également remarqué les noesis. Il avait regardé la direction qu’il avait détectée.

... au sud du lac Ashi, il y avait un endroit nommé la Passe d’Hakone.

Le deuxième fort tutélaire de Hakone, une forteresse aux murs de fortification en forme d’étoile, connu au Japon Impérial sous le nom de « la Forteresse de Goryōkaku ».

Du deuxième fort tutélaire, trente-deux légions japonaises, les Kamuys, avaient volé dans le ciel.

Ils visaient les milliers de Chevalier de la Jarretière en formation au-dessus du lac Ashi...

« Ce type d’offensive est connu sous le nom de “kamikaze” au Japon, n’est-ce pas ? »

« On dirait bien. »

La conversation entre le commandant et le génie s’était terminée ici.

Sans s’inquiéter, Edward avait fait descendre sa wyverne. Volant rapidement au-dessus de la surface du lac d’Ashi, il s’était dirigé vers le nord-est.

Dans l’eau près de la côte, il y avait un torii rouge.

Il était censé être l’entrée d’un sanctuaire shinto japonais — le sanctuaire de Hakone — et un symbole célèbre de la région.

Quand Edward l’avait repéré plus tôt, il avait été attiré par l’attrait exotique du torii et avait décidé d’y jeter un coup d’œil plus tard.

Le Prince Noir était déjà impatient d’aller faire du tourisme. Une bataille avait éclaté au-dessus de la tête.

... Les trente-deux Kamuys bleus avaient chargé en pleine force à l’armée noire de l’Empire Britannique.

... Les Chevaliers de la Jarretière chargés de l’interception étaient une équipe d’une centaine d’individus, en attente à basse altitude.

... Les deux camps avaient échangé des tirs avec leurs fusils à baïonnette.

... Cependant, les archers avaient aussi tendu leurs arcs en même temps. Ces trois cents chevaliers noirs avaient placé leur formation plus haut dans le ciel pour surplomber tout Hakone. Les arcs d’acier dans leurs mains gauches étaient extrêmement grands, presque plus longs que les huit mètres de hauteur des Légions.

... Ensuite, une flèche de lumière était apparue simultanément dans la main droite de chacun des trois cents archers.

... Les Kamuys bloqués dans une fusillade avec les chevaliers noirs à basse altitude — c’est-à-dire les Kamuys dont l’avance était entravée — étaient devenus les cibles des archers noirs tirant à pleine force d’une position supérieure.

... Comme une pluie de pluie, les flèches de lumière transperçaient impitoyablement les trente-deux Kamuys.

... Contre les flèches anglaises, les barrières de protection des troupes japonaises bleues étaient aussi faibles que du papier.

... En une minute ou deux, les restes de la force de défense Hakone avaient été anéantis — .

« Il n’y a pas de plaisir à combattre des ennemis excessivement faibles. »

Edward marmonnait cela à lui-même, regardant les Légionnaires du Japon Impérial mourir loyalement.

Il avait vaincu sans effort l’imprenable Point de Contrôle d’Hakone.

Ce fut un exploit étonnant qui avait mené à la victoire, mais Edward n’y trouva que peu de gloire. Il avait simplement mené son armée à attaquer les forces de défense d’Hakone, les battant dans un assaut frontal, c’était tout.

Ce n’était qu’une victoire de la force brute, s’appuyant sur sa Force de Chevalier et ses troupes d’élite.

Ayant démontré la capacité de vaincre une armée ennemie six fois plus grande que la sienne, le Prince Noir serait gêné de se vanter d’une si petite victoire...

Alors que ses pensées arrivaient à ce point, le prince légendaire avait souri avec un sourire ironique et dit : « Non, c’est grâce à la bénédiction de Dieu et à la valeur des soldats que la victoire totale a été obtenue. Je dois maintenant louer mes chevaliers pour leurs efforts glorieux et réfréner mon désir d’une compétition de stratégie. »

Edward avait rafraîchi son esprit et déclara ça au simulacre de l’esprit de la petite fille sur son épaule : « Morrigan, pourriez-vous faire une recherche pour moi ? »

« S’il vous plaît, dites-le. »

« J’ai entendu dire que Hakone est une station thermale populaire depuis l’antiquité. J’aimerais essayer une source chaude japonaise pour effacer la fatigue provoquée par la bataille. Aidez-moi à trouver la source chaude qui a la meilleure réputation. »

« Compris. Cependant. »

« Y a-t-il un problème ? »

« Oui. Je préférerais ne pas participer à nouveau à un bain mixte. »

« Attendez une seconde. Je jure sur ma vie que je ne suis pas un homme qui compte sur une position d’autorité pour faire des jeux avec de jeunes filles. Et n’oubliez pas que votre corps est une poupée ! »

« Objection. Nous, les esprits de haut niveau, nous avons aussi, plus ou moins, les droits de l’homme. »

« Eh bien, excusez-moi. Laissez-moi être clair avec vous. Si on m’a demandé si je préférais les femmes plus âgées ou plus jeunes, je préfère les femmes plus âgées ! »

« Je vois. »

Pendant qu’Edward et sa subordonnée bavardaient sans conséquence...

Sa monture-wyverne volait près de la surface du lac Ashi. Instantanément, le Prince Noir avait senti vivement les noesis. Il y avait une soif de sang faible, mais aiguë visant sa tête.

« S’il vous plaît. »

Edward avait donné un ordre simple.

Immédiatement, un Chevalier de la Jarretière était apparu à côté de la wyverne volante.

De la côte du lac Ashi, une balle de fusil avait été envoyée. Le projectile mortel tiré à partir d’un fusil de tireur d’élite avait été bloqué par l’armure du Légionnaire britannique.

Le Légionnaire noir avait riposté avec son fusil à baïonnette.

L’éclair de lumière avait détruit l’immeuble au bord du lac, empêchant l’ennemi de poursuivre à nouveau l’attaque.

Vraisemblablement, le tireur faisait partie de la force de défense de Hakone et était un tireur d’élite très expérimenté.

« Enchanté de me voir tout seul, hein ? ... Quelle erreur ! Les tireurs d’élite ne fonctionnent jamais contre un puissant chevalier. »

Edward n’avait senti aucune soif de sang ni aucune noesis jusqu’à la dernière seconde.

De plus, l’ennemi avait effectué un tir précis de la tête sur une cible volante depuis la surface d’un lac venteux.

Ces points s’étaient additionnés pour montrer qu’un tireur d’élite était à l’œuvre. Même ainsi, l’ennemi avait déjà fait une erreur au moment où il pensait que le tireur d’élite fonctionnerait contre un chevalier de la trempe d’Edward. Si la cible avait été un Chevalier japonais manquant d’expérience pratique au combat ou d’éclaireurs parmi les chevaliers britanniques, l’histoire serait différente...

Même si Edward appréciait sa visite et semblait très détendu, il n’était pas difficile de revenir instantanément à son état d’esprit du champ de bataille. C’était le genre d’homme qu’il était.

Il convenait également de noter que la Charte de la Chevalerie énonçait de nombreuses règles interdisant aux forces armées d’attaquer les structures civiles. Cependant, les structures civiles utilisées à des fins militaires étaient considérées comme des exceptions, ce qui expliquait que le tir de représailles tout à l’heure était tout à fait légitime.

« Ah oui, ce Chevalier utilisant un katana que j’ai vu à Suruga la dernière fois... Il a aussi fait preuve de la même capacité. »

Il y a quelques jours, Edward avait rencontré « un homme qui était sans aucun doute un ennemi puissant ».

Se souvenant de cette brève rencontre, Edward avait souri sans crainte. En dehors de cet homme, le généralissime César allait venir au Japon de l’Empire romain d’Orient.

En effet, la véritable guerre avait à peine commencé. Ce n’était que le prélude.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire