Chronicle Legion – La Route de la Conquête – Tome 2 – Chapitre 1

Bannière de Chronicle Legion – La Route de la Conquête ***

Chapitre 1 : Sous l’ombre du Chevalier Noir

***

Chapitre 1 : Sous l’ombre du Chevalier Noir

Partie 1

Octobre de l’année Tenryuu 58...

Nous étions au milieu du mois et l’automne battait son plein.

Les personnes appelaient l’automne la saison de l’appétit et le temps des sports. Cependant, profiter de ces plaisirs serait un peu difficile dans la résidence actuelle de Tachibana Masatsugu, la Ville de Suruga.

Après tout, les armées ennemies occupaient les « environs » de la Ville de Suruga.

« Taisei, combien de jours se sont écoulés depuis l’attaque des troupes de l’Empire Britannique ? » demanda Taisei.

« Nous sommes le sixième jour. Le temps passe vite, ça va bientôt faire une semaine, » répondit Masatsugu.

En ce moment, Masatsugu discutait avec Okonogi Taisei, l’un de ses rares amis.

Ils étaient des camarades de classe qui étudiaient en deuxième année du lycée privé Rinzai. Ils s’étaient rencontrés dans la salle de classe de deuxième année, la 2 E qui était leur classe d’origine.

La loi martiale avait été proclamée dans la ville de Suruga, mais le lycée Rinzai avait décidé de reprendre les cours.

Cependant, cela ne signifiait pas que leur vie était revenue à la normale. Envahissant sous la bannière de l’Alliance pour la Restauration, l’Empire Britannique avait pris le contrôle de la préfecture de Shizuoka en utilisant une force militaire écrasante.

Sur les cinq forts tutélaires présents dans la préfecture, quatre étaient déjà tombés. La seule exception était celle de la région de Suruga, donc ici.

Grâce à la Chevalière Akigase Rikka qui s’était rendue par hasard au fort tutélaire de Suruga — ainsi qu’aux efforts de Tachibana Masatsugu — ils avaient réussi à arrêter l’avance de l’Alliance pour la Restauration.

Le problème était que les forces ennemies restaient à l’intérieur de la préfecture de Shizuoka.

Les réseaux de transport entrant et sortant de la ville de Suruga avaient tous été bloqués par l’Alliance pour la Restauration. Ni les trains ni les automobiles ne pouvaient circuler hors et vers la zone.

La ville de Suruga et ses environs immédiats étaient comme une île isolée sur terre.

La loi martiale avait été imposée il y a cinq jours lorsque les Britanniques avaient attaqué et elle n’avait toujours pas été levée. Normalement, les établissements d’enseignement suspendaient les cours pendant la loi martiale. Cependant, le lycée où Masatsugu et Taisei étudiaient avait vu certaines de ses classes qui recommençaient.

Cela n’avait rien à voir avec les nobles idéaux du dévouement à l’apprentissage ou de défi contre la brutalité militaire.

Comme il était impossible de fuir la région de Suruga, les gens n’avaient rien à faire. Pourquoi ne pas rassembler tous les élèves et les enseignants de la ville et organiser des cours... ? Ce n’était donc rien de plus que ça.

« À la fin, j’ai l’impression que nous sommes venus à l’école afin de pouvoir bavarder. Sans les enseignants et les élèves qui proviennent de l’extérieur de la ville, les classes normales ne peuvent pas vraiment continuer, » déclara Taisei.

« Même si tu veux tuer le temps en regardant la télévision, il n’y a pas de réception, » répliqua Masatsugu.

Les techniques de contrôle noétique afin de causer des interférences destructives vis-à-vis des ondes électromagnétiques, les communications sans fil et les ondes noétiques étaient connues sous le nom de « perturbation noétique ».

Après le déclenchement de la guerre, la zone de Suruga avait été gravement perturbée. Les téléphones, téléviseurs et autres appareils électroménagers ne pouvaient pas être utilisés.

« D’ailleurs, les habitants de la préfecture de Shizuoka ne peuvent pas regarder la télévision uniquement parce que l’émetteur principal de la préfecture est situé dans la préfecture de Suruga. Bien sûr, c’est une affaire différente pour ceux qui vivent dans des régions qui peuvent recevoir des signaux de Kantō ou d’Aichi, » déclara Taisei.

« Ce qui veut dire que tout le monde souffre à cause de nous, » déclara Masatsugu.

« Peut-être que cela fait également partie du plan de l’Alliance pour la Restauration, pour minimiser la quantité d’informations inutiles reçues par les résidents de la préfecture — Oh, ça me fait me souvenir d’un truc, » Taisei avait soudainement changé de sujet. « Pour la quatrième période, les étudiants et les enseignants doivent quitter le campus pour des travaux d’intérêt général. »

En passant, il s’agissait actuellement de la pause entre la deuxième et la troisième période.

Celui qui avait informé Masatsugu, Okonogi Taisei, était aussi le vice-président du Conseil des Étudiants. Il s’adressait maintenant à une troisième personne qui était restée silencieuse jusqu’à présent.

« Je suis terriblement désolé d’imposer cela à un Chevalier... et à Votre Altesse, Princesse, » déclara Taisei.

« Ne vous inquiétez pas pour ça. C’est plus important que de perdre du temps sans rien faire, » répondit la princesse.

Sa réponse élégante avait incité Taisei à rétracter son cou avec un « merci ».

Voyant son « camarade de classe » réagir si timidement, la jeune fille avait souri et avait dit : « Nous sommes tous des camarades de classe en quête commune d’apprentissage. Il n’y a pas besoin d’être si réservé. »

« C’est juste, mais c’est un peu trop difficile pour un roturier comme moi, » déclara Taisei.

Malgré le fait qu’il parlait d’égal à égal avec Masatsugu, Taisei s’était montré particulièrement respectueux envers la jeune fille.

C’était tout à fait naturel. La personne qui était face à lui était devenue un nom familier dans la ville de Suruga depuis peu. Elle était Fujinomiya Shiori, la princesse impériale.

Taisei et Masatsugu conversaient en se tenant debout devant son siège.

De plus, cette jeune et belle princesse avait les cheveux blond-platine attachés dans une queue de cheval et elle portait le blazer de l’école.

« Si je me souviens bien... Votre Altesse a seize ans, n’est-ce pas ? » demanda Taisei.

Bien qu’il ait dit qu’il allait rester réservé, Taisei avait activement entamé une conversation avec la princesse.

En parlant de cela, comme son ami Masatsugu, Taisei était le genre de gars qui marchait au rythme de son propre tambour. Ni arrogant, ni soumis, il utilisait des formes polies sans beaucoup de rigueur pour parler à Shiori.

« C’est exact, » répondit Shiori.

« Alors vous êtes une deuxième année comme nous parce que —, » commença-t-il à demander.

« Je suppose que ça compterait comme un saut de classe en raison de mes notes, » répondit Shiori. « Je sais que j’ai réussi l’examen de transfert, donc sauter une classe est le résultat basé sur les résultats académiques. » Shiori ajouta ça malicieusement, « Naturellement, c’était gentil de la part de l’école de m’assigner à la même classe que Masatsugu-sama. »

« Je le pense aussi, » déclara Taisei.

Techniquement, Fujinomiya Shiori était aussi un étudiant ayant une excellence académique.

Elle n’avait pas seulement suivi les cours de deuxième année sans effort, mais elle avait aussi fait preuve d’intelligence pour obtenir des résultats parfaits aux tests mineurs et à la participation en classe dans toutes les matières.

La seule exception était le cours d’éducation physique qu’elle avait choisi de ne pas suivre en utilisant une excuse de « santé fragile ».

... Mais bien sûr, Masatsugu était conscient de la vérité.

Il n’y avait rien de mal quant à la santé de la princesse. Elle avait boycotté la classe d’éducation physique uniquement parce qu’elle avait besoin de garder son secret absolu d’« inaptitude athlétique ».

Cependant, la belle et charmante princesse avait commenté nonchalamment. « Puisque Suruga est actuellement en crise, peut-être, que je ne devrais pas dire cela... Cependant, je suis franchement très heureuse. Depuis longtemps, j’ai toujours voulu faire l’expérience de la vie scolaire. »

Elle n’avait pas négligé de faire un sourire discret.

Elle n’avait pas oublié le reportage qu’elle avait utilisé lors de l’entrevue pour l’émission de nouvelles de la dernière fois. Ayant joué le rôle tant de fois, sa capacité à feindre la docilité était comme une seconde nature.

Masatsugu avait entendu dire que Shiori avait sauté des classes pour entrer à l’université pendant ses études à Rome.

L’inscription au lycée au Japon devait créer l’image de « la jeune et frivole princesse ». En vérité, la princesse qui avait l’ambition de s’emparer du Japon était une étudiante assidue qui avait, non seulement, maîtrisée toutes les disciplines académiques régulières, mais aussi la politique, la diplomatie, l’histoire et les études culturelles de diverses nations, et même la stratégie militaire...

Née à l’époque ancienne, elle serait qualifiée de stratège de premier ordre. C’était l’élite qu’elle était.

« Au fait, vice-président, » comme Taisei était membre du Conseil des Étudiants, Shiori s’adressait toujours à lui par son titre.

Ce n’était probablement pas intentionnel de sa part, mais cela donnait l’apparence d’une « princesse qui demandait l’avis d’un subalterne sur les affaires nationales ».

« Comme on peut s’y attendre, il n’y a pas beaucoup d’élèves à l’école, » déclara Shiori.

« Beaucoup de gens croient que ce n’est pas le moment d’aller à l’école, » répondit-il.

La salle de classe était calme et inoccupée pendant la pause.

Le nombre d’étudiants était faible. Aujourd’hui, la participation n’était que de 50 %.

« L’Alliance pour la Restauration n’a pas attaqué depuis avant-hier soir... Personne ne sait quand les combats reprendront. Je peux comprendre leurs sentiments de vouloir rester à la maison, » déclara Taisei.

« Mais ne ressentez-vous pas la même chose, vice-président ? » demanda Shiori.

« J’assume après tout les responsabilités du Conseil des Étudiants, » répondit Taisei. « Si d’autres étudiants viennent, je ne peux pas feindre l’ignorance. De plus, si je vais à l’école... Ou plutôt, si je vais près des dortoirs, il y a un Seigneur Chevalier qui nous protège. » Répondant à la princesse, Taisei jeta un regard oblique sur Masatsugu. « J’attends avec impatience que ta puissance puisse chasser l’Alliance pour la Restauration, Masatsugu-kun. »

« Certainement, j’essaierai de faire de mon mieux... » Masatsugu avait répondu avec un haussement d’épaules.

Il avait informé l’école de sa capacité de contrôler les Légionnaires et de son intention d’utiliser ce pouvoir pour protéger la ville de Suruga.

Ce n’est qu’ainsi qu’il avait obtenu la clémence nécessaire accordée au « chevalier de la princesse ».

« Indéniablement, il y a beaucoup de choses dans ce monde qui sont au-delà de mes capacités. Pense à moi comme un bout de bois qui se montre quand tout le monde se noie, » déclara Masatsugu.

« Oublie le bout de bois, mais au moins convaincs-nous que tu es un canot de sauvetage, » déclara Taisei avec un sourire ironique.

Taisei avait facilement accepté le fait que son camarade de classe était Chevalier.

Il connaissait les pertes de mémoire de Masatsugu et sa capacité de combat inhabituellement importante. En entendant la vérité, il avait montré une sorte de regard « qui explique tout ».

Alors que la princesse, le Chevalier et le lycéen bavardaient...

« ... En ce moment, il y a déjà deux Chevaliers dans cette école, » la voix claire d’une fille sévère interrompt leur conversation.

Une beauté aux cheveux noirs était arrivée dans la salle de classe, vêtue de l’uniforme d’officier de l’Armée Impériale japonaise plutôt que de l’uniforme féminin du lycée Rinzai.

Taisei avait été surpris.

La jeune fille en uniforme militaire avait poursuivi : « Ce n’est peut-être pas un canot de sauvetage, mais un certain niveau d’assurance pourrait être fourni. »

« Oh, c’est Akigase-dono, » déclara Shiori.

« Ça fait un moment, Hiji-No, Tachibana-dono. C’est merveilleux de vous voir en bonne santé, Votre Altesse, » répondit Rikka.

Il y avait épée japonaise dans le fourreau suspendu à la ceinture de la fille aux cheveux noirs.

Cette apparence galante appartenait à l’actuelle châtelaine du fort tutélaire de Suruga, la Chevalière Akigase Rikka. Masatsugu ne pouvait pas se tromper sur l’identité d’une beauté frappante de son calibre.

Masatsugu avait alors dit : « En vérité, cela ne fait pas très longtemps. Nous nous sommes rencontrés hier et avant-hier. »

« E-En effet, vous avez raison, » Rikka avait un peu paniqué quand Masatsugu le lui avait rappelé.

Il y a trois nuits, Masatsugu avait vaincu les Kamuys de l’Alliance pour la Restauration en son nom. Le lendemain, Rikka lui avait rendu visite pour le remercier. Le lendemain, elle était revenue pour exprimer solennellement sa gratitude.

Et aujourd’hui, Akigase Rikka était de nouveau ici.

Elle avait même visité l’école alors que les classes n’étaient pas encore terminées, laissant ses fonctions militaires derrière elle.

Bien que le fort tutélaire de Suruga et le lycée Rinzai étaient « voisins », à moins d’une demi-heure de route...

L’attitude de Rikka était inexplicablement courtoise, malgré son statut de « princesse » du fief. Son père était Akigase Shouzan, le gouverneur général statuant sur Tōkaidō.

« Au fait, Akigase-dono, puis-je vous demander ce que vous faites ici aujourd’hui ? » demanda Masatsugu.

« Tout à fait. Comme vous, Tachibana-dono, nous sommes des Chevaliers protégeant Suruga, » en lui parlant, Rikka avait évité tout contact visuel avec Masatsugu. « C’est simplement que nous pourrions tirer le meilleur parti des occasions d’interagir et de mieux nous connaître. C’est..., seulement si cela ne vous dérange pas. »

« Oh ! Je vois. Afin de partager des idées en tant que Chevalier ? » demanda Masatsugu.

« Oui, précisément, les Chevaliers ont beaucoup d’informations pertinentes à partager, » répondit Rikka.

« Est-il nécessaire que vous veniez jusqu’à l’école pour ça ? » demanda Masatsugu.

« Il se trouve que j’avais un peu de temps libre. Je m’inquiétais de vous déranger, mais je ne voulais pas perdre de temps. Alors, je suis venue vous rendre visite d’une manière effrontée, je le reconnais, » répondit Rikka.

« Akigase-dono. Vous êtes, en vérité, la personne la plus occupée de Suruga en ce moment, » répliqua Masatsugu.

« P-Pas du tout. Ayant reçu mon grade de l’État impérial, je ne fais que remplir mes obligations. S’il vous plaît, comprenez-le, » répliqua Rikka.

Rikka avait dû rassembler tout son courage pour converser avec Masatsugu.

Plutôt qu’un partage d’idées entre Chevaliers, cela ressemblait davantage à une jeune fille supprimant ses sentiments timides pour s’approcher audacieusement de « l’objet de son affection ».

Décidant de ne pas trop y penser, Masatsugu avait hoché la tête.

Introvertie et abritée, les jeunes femmes étaient à son goût, mais il trouvait aussi très mignon quand les filles exprimaient honnêtement leur affection.

Peu importe quel genre de fille Akigase Rikka était, au moins il n’y avait aucun doute qu’elle était très attirante. Ses sentiments l’avaient également enchanté.

Masatsugu lui avait alors dit : « Bien sûr, mais ne restons pas debout et ne parlons pas dans une salle de classe. Nous irons dehors. »

« D’accord. Ce serait avec plaisir. »

« Masatsugu-kun, le cours commence dans deux minutes, » déclara Taisei.

« Désolé, ça fait partie du travail, alors, aide-moi à arranger les choses avec le professeur, » devant son compagnon Chevalier ravi, Masatsugu demanda une faveur à son ami maussade.

Pendant ce temps, sa supérieure, Fujinomiya Shiori avait révélé un regard momentané de panique en écoutant sa conversation avec Rikka. Elle toussa légèrement et déclara : « Excusez-moi, Masatsugu-sama, veuillez permettre à Hatsune de vous accompagner s’il y a une discussion sur ce qui concerne les Chevalier. »

« Pour quelle raison ? » demanda Rikka.

 

 

« En considération de la situation, » répondit la princesse. « Ne l’avons-nous pas mentionné précédemment... ? Hatsune souhaite hériter de l’Appellation qui est l’héritage de la famille Tachibana ? Il va de soi que Hatsune aurait avantage à assister à une conversation entre Chevaliers. Oui, c’est décidé. D’ailleurs, après mûre réflexion... »

Shiori avait déclaré d’une voix innocente : « Je devrais aussi prendre part à votre discussion. C’est le devoir d’une princesse de répondre à la loyauté manifestée par vous, chevaliers. »

« ... Je vois, » répondit Masatsugu.

La princesse pouvait-elle être jalouse parce qu’il séchait les cours pour aller à un « rendez-vous » ?

Après avoir réfléchi à cette spéculation irrespectueuse, Masatsugu avait accepté la demande de Shiori. Surpris par le développement soudain, mais incapable d’offrir des mots d’objection, Rikka n’avait pas d’autre choix que d’acquiescer.

***

Partie 2

« C’est pourquoi... C’est le moment de faire un pas de géant, Onii-sama ! »

« Hatsune, je n’ai pas la moindre idée d’où tu veux en venir, » la déclaration sérieuse de Tachibana Hatsune avait été rejetée avec indifférence par Masatsugu.

Akigase Rikka s’était présenté vingt minutes plus tôt. Quittant la salle de classe de la deuxième année où ils se trouvaient auparavant, ils s’étaient rendus dans un café en plein air à l’extérieur de l’école, ce qui avait conduit à l’échange susmentionné.

Il s’agissait actuellement de la troisième période et il n’y avait pas de bruit autour d’eux.

Shiori et Rikka étaient présentes, mais Taisei n’était pas venu.

« En fait, pendant le cours d’aujourd’hui, j’ai réfléchi à quelque chose et je n’ai pas pu me concentrer sur la leçon, » déclara Hatsune. « Tout bien considéré, Suruga a actuellement — non, le Japon a besoin d’un grand héros comme Tachibana Hatsune. »

« N’est-ce pas un peu bizarre d’être le grand héros qui s’assoupit en classe ? » demanda Masatsugu.

Hatsune était une élève de première année de classe 1.

Après que Masatsugu soit allé la chercher dans sa classe, la dame d’honneur de Shiori s’était assise dans le café en plein air et avait commencé à parler en un charabia.

Hatsune avait abordé son sujet trop brusquement, c’est pourquoi Masatsugu l’avait ridiculisée au nom de tout le monde.

« En faisant un pas de géant, tu veux dire…, » demanda Masatsugu.

« Je parle bien sûr de devenir un Chevalier. J’ai déjà mis la main sur la précieuse Appellation, » répondit Hatsune.

« Tu es donc certaine de devenir un héros, » répliqua Masatsugu.

« Allez, dans une telle situation, un titre cool est obligatoire même si un peu de mensonge doit être de mise. Tout ce que je dois faire après coup, c’est d’expliquer que c’était mon opinion personnelle, Onii-sama, » déclara Hatsune.

« Je vois, » répliqua Masatsugu sans montrer la moindre émotion.

« Ceux qui se disent des producteurs professionnels créatifs sont tous comme ça, » répliqua Hatsune.

« D’après ce que j’ai entendu dire, les gens qui se disent producteurs exagèrent plus souvent que toute autre chose, » répliqua Masatsugu.

« Hatsune et Masatsugu-sama, ne prenez-vous pas une tangente ? » Shiori les avait mis en garde avec tact pour que la conversation revienne sur le sujet. « Actuellement en possession de Hatsune, le Kurou Hougan du clan Tachibana est le présent problème. »

« En effet, vous avez tout à fait raison, Princesse, » déclara Hatsune.

En démontrant qu’elle était capable de répondre couramment à sa noble dame, Hatsune n’était vraiment pas une personne ordinaire.

Elle avait sorti un rouleau bleu de son cartable. Considéré comme la manifestation de l’appellation Kurou Hougan Yoshitsune, il s’agissait d’un artefact très distingué.

De plus, Hatsune était comme d’habitude habillée dans le style Haikara-san.

Le kimono Meisen jumelé à un hakama et des bottes, un uniforme scolaire à l’ancienne pour les filles.

« Depuis cinquante ans, aucun membre du clan Tachibana n’a pu l’utiliser... Personne ne connaît le truc pour libérer le rituel de succession, » d’un ton décontracté, Hatsune avait révélé l’horrible vérité. « Il y avait sept ou huit challengers au cours des années, mais ils sont tous morts pendant le rituel de succession, donc ils n’ont fourni aucune valeur de référence. »

« Pour avoir eu tant de challengers, le clan Tachibana est à la hauteur de sa réputation de ruffians, » répliqua Shiori.

« Pendant un certain temps, il était apparemment à la mode d’utiliser ce test comme un rituel de maturité ♪. Pour cette raison, notre clan n’a pas de nos jours beaucoup de jeunes, » déclara Hatsune.

« Je vois, c’est tout à fait fascinant », remarqua Rikka avec émotion après avoir écouté la conversation entre la princesse et Hatsune. « C’est assez semblable aux chasseurs d’un certain pays. On dit qu’ils doivent chasser et tuer un lion à eux seuls avant d’être considérés comme des adultes à part entière ».

« C’est aussi l’esprit du samouraï, Rikka-sama, » avait déclaré Hatsune joyeusement à Rikka, l’héroïne qui était devenue Chevalier plus tôt qu’elle. « Les anciens Japonais étaient aussi assez barbares, comme se tuer d’eux-mêmes, ou décapiter des généraux ennemis en tant que trophées pour revendiquer le crédit dans les batailles. »

« C’est vrai aussi. En fait, quand j’ai hérité de Yasutsuna…, » déclara Rikka.

Elle parlait de l’épée précieuse de la lignée de Genji, Onikiri Yasutsuna. Rikka détacha l’Appellation qui était suspendue à sa ceinture sous la forme d’une épée japonaise et la posa sur une chaise.

La jeune fille Chevalier regarda son épée bien-aimée et déclara avec nostalgie : « Tout le monde disait que l’échec conduirait à la mort — au début, je me sentais aussi intimidée. »

« Oh ! C’est vrai ! Il y a quelque chose que je voulais vous demander, Rikka-sama. Qu’avez-vous ressenti lorsque vous avez hérité d’une Appellation ? Et comment avez-vous réussi ? » demanda Hatsune.

« Ça ne me dérange pas de vous le dire, mais ça ne sera probablement pas d’une grande aide, » déclara Rikka.

« Hein ? » s’exclama Hatsune.

« Lorsqu’on hérite d’une Appellation de haut niveau comme Yasutsuna ou Kurou Hougan, le test entrepris pendant le rituel est unique, » répondit Rikka. « La volonté résidant dans l’Appellation modifiera le test en fonction du challenger... C’est ce que j’ai appris. »

Après avoir écouté l’explication de Rikka, Masatsugu hocha la tête. En héritant d’Izumi-no-Kami Kanesada de Hijikata Toshizō, il avait aussi ressenti une sorte de volonté dans l’épée.

Rikka, le Premier Chevalier de Tōkaidō, avait de nouveau pris la parole, « Tout bien considéré... Le rituel de succession n’est qu’un début. Ce qui compte vraiment, ce sont les exploits de combat après être devenu Chevalier, et ces Appellations ne le savent que trop bien. »

« Mm-hmm, » murmura la dame d’honneur.

« Bien qu’il y ait un risque de mort, ce n’est en fin de compte qu’un test. Faites de votre mieux comme si vous faisiez un saut à l’élastique d’une falaise, Tachibana, » déclara Rikka.

« Compris ! » s’exclama Hatsune.

Rikka l’appelait naturellement par son nom de famille et Hatsune avait répondu avec énergie.

Leur style de conversation ressemblait presque à celui que l’on trouverait dans les clubs d’athlétisme entre les membres seniors et juniors. Les deux filles étaient toutes deux des « combattantes » accomplies dans les arts martiaux. Peut-être cela les rendait-il particulièrement compatibles et sur la même longueur d’onde.

Concluant le sujet avec un vague appel au pouvoir de l’esprit sur le corps, Rikka avait ensuite parlé sinistrement, « De nombreux points déconcertants sont présents dans la situation actuelle... Il y en a un qui me préoccupe le plus. »

« Qu’est-ce que c’est, Rikka-sama ? » Shiori avait immédiatement demandé en réponse au ton sérieux de la dame Chevalière.

Rikka était assise très droite, avec dignité, face à sa princesse respectée.

« Ce qui me dérange, c’est la fille qui est venue m’attaquer avant l’attaque de Suruga par les Légionnaires du Fief de Kinai. Elle a utilisé un pouvoir étrange pour m’ensorceler — à l’époque, j’étais prête à succomber à tout moment, » déclara Rikka.

Cet incident avait conduit Rikka à perdre connaissance et Tachibana Masatsugu à se battre à sa place.

« Votre Altesse a mentionné... qu’elle pourrait avoir un lien de parenté avec la famille royale britannique ? » demanda Masatsugu.

« Que je ne peux pas affirmer avec certitude, » répondit Shiori. « Tout ce que je peux dire, c’est que la probabilité n’est pas faible. »

Étant la petite-fille de la Bête Sacrée, le Seigneur Tenryuu, la princesse hocha tranquillement la tête.

Shiori avait spéculé que l’enchanteresse blonde devait avoir des liens effectifs avec les forces britanniques — peut-être qu’elle était une princesse de la royauté comme elle.

En d’autres termes, il était possible qu’elle appartînt à la lignée d’une Bête Sacrée divine et possède des pouvoirs mystiques.

« La méthode qu’elle a utilisée pour m’ensorceler... était certainement un puissant pouvoir semblable à la magie ou à la sorcellerie, » déclara Rikka. « Ce serait une très mauvaise situation si elle est capable d’utiliser cette technique à plusieurs reprises et successivement. Si des fonctionnaires importants à travers le Japon, ou même l’Impératrice elle-même à la capitale tombaient sous le coup d’une telle sorcellerie — . »

Rikka murmura avec inquiétude, mais Shiori rejeta immédiatement l’idée. « Non, je crois qu’il n’y a pas à s’en inquiéter. »

« Comment ça ? » demanda Rikka.

« Si une telle capacité puissante pouvait être invoquée à volonté, l’Empire Britannique aurait annexé le Japon il y a longtemps sans avoir besoin d’aller en guerre, » répondit Shiori. « Le rêve de conquérir le monde serait également réalisable. Cependant, la réalité indique le contraire — je pense qu’il devrait y avoir des conditions strictes pour son utilisation pratique. »

Par exemple, les restrictions d’heure ou de date et les conditions d’utilisation. Shiori avait évoqué quelques possibilités et avait souri à Rikka. « Pourquoi n’y pensons-nous pas de cette façon ? La Grande-Bretagne a dû recourir à leur précieux atout contre vous, Rikka-sama... Et leur opération a finalement échoué. Oubliez pour l’instant cette menace de sorcellerie, je crois qu’elle ne concerne pas tout le monde. »

« Je vois, c’est plein de bon sens, » l’explication claire et logique de la princesse était très persuasive et Rikka comprenait.

Souriante, elle hocha la tête et ne souleva plus jamais la question de la « fille mystérieuse », et elle ne montra pas de signes d’inquiétude à ce sujet.

Elle était attentionnée et méticuleuse, mais assez sensible pour ne pas tomber dans la paranoïa — .

Cette attitude était la marque du calibre d’un héros. Akigase Rikka était vraiment quelque chose. Masatsugu avait décidé qu’il devait l’informer de quelque chose.

« Akigase-dono et Hatsune, il y a quelque chose que vous devez savoir », commença Masatsugu. Puis il racontera patiemment toute l’histoire.

***

« Je n’aurais jamais pensé que vous aviez perdu la mémoire, Tachibana-dono, » déclara Rikka.

Assise dans le siège du conducteur et tenant le volant, Rikka était en état de choc.

Masatsugu était assis à côté d’elle sur le siège du passager avant. La dame Chevalière conduisait une voiture de sport domestique, roulant à toute vitesse le long d’une route de montagne vers le fort tutélaire de Suruga. Malgré la vitesse élevée de son véhicule, sa conduite n’était pas du tout dangereuse.

... En raison de sa perte de mémoire, Tachibana Masatsugu n’avait pas été en mesure de reconstituer le liquide ectoplasmique en utilisant la méthode normale.

Tout à l’heure, Masatsugu avait expliqué sa faiblesse de façon concise. Maintenant, ils reprenaient la conversation précédente alors qu’ils étaient sur la route parce que Rikka devait retourner au fort tutélaire.

« Je n’ai que des souvenirs que des deux dernières années, » déclara Masatsugu.

« En d’autres termes, vous n’avez aucun souvenir de votre vie passée... ou de votre vrai nom ? » demanda Rikka.

« C’est vrai », avait admis Masatsugu d’emblée, surprenant Rikka.

De plus, il était clair que le volant et les sièges n’étaient pas de série.

Ils avaient été modifiés. La voiture de Rikka était une transmission manuelle plutôt qu’une automatique. Comme les militaires ne fourniraient pas ce genre de véhicule, Masatsugu avait conclu qu’il devait être la propriété personnelle de Rikka.

Il pouvait dire qu’elle aimait bien les voitures.

« ... Cependant, je crois que votre vrai nom est déjà évident. Après tout, vous avez été capable d’utiliser Izumi-no-Kami Kanesada aussi familièrement que vos propres membres —, » déclara Rikka.

« Mais même ainsi, cela ne signifie pas nécessairement que je suis le propriétaire original, » répondit-il.

Masatsugu est-il en vérité Hijikata Hijikata Toshizō ?

Cette question avait été très difficile à résoudre. À en juger par les fragments de souvenirs que Shiori lui avait montrés, la réponse semblait être non, mais il ne pouvait pas la rejeter complètement.

Pour être honnête, Masatsugu ne se souciait pas de savoir s’il était Hijikata Toshizō ou non.

Cependant, l’affection d’Akigase Rikka pour Tachibana Masatsugu découlait de cette possibilité.

Masatsugu avait besoin en premier d’éclaircir cette question avec elle. Puisqu’elle était l’alliée la plus fiable de Shiori ainsi que la sienne, Masatsugu ne voulait pas cacher entre eux des secrets qui pourraient les séparer à l’avenir.

« Akigase-dono, » Masatsugu avait appelé Rikka d’un ton un peu plus affirmé que d’habitude. « De votre point de vue... Est-ce que mon véritable nom est si important ? »

« O-Oui, » répondit Rikka.

« Mais pour moi, c’est sans importance. Que mon nom soit Hijikata ou non, pouvoir se battre à vos côtés contre les envahisseurs est déjà un grand honneur, » déclara Masatsugu.

« ... »

« Un vrai héros est le compagnon le plus précieux. Je suis très heureux de vous avoir rencontrée, » continua Masatsugu.

« Quel héros ? Ne vous moquez pas de moi ! » s’écria Rikka.

« Je ne plaisante pas, » répondit Masatsugu sur un ton sérieux. « Si je devais choisir un camarade d’armes et une épouse à l’instant, Akigase-dono, vous seriez mon choix. C’est à ce point que vous êtes une personne incroyable. »

« Camarade d’armes et... épouuuuseee !? » s’écria Rikka.

Rikka avait soudainement appuyé sur la pédale d’accélération.

La voiture accéléra instantanément puis elle avait rapidement ralenti. Le moment de surprise l’avait probablement amenée à appuyer par accident avec trop de force. Il était assez rare que la courageuse Rikka soit si agitée.

« T-Tachibana-dono. Q-Quand vous dites épouse, n’allez-vous pas trop loin avec votre blague... !? » s’écria Rikka.

« Pourquoi ? Akigase-dono, vous êtes forte, vertueuse, courageuse et magnanime. Je pense que tous les hommes voudraient certainement épouser une telle femme, » répondit Masatsugu.

« Personne ne m’a jamais dit ça…, » répondit Rikka en rougissant.

« Alors les hommes de ce pays sont aveugles, » déclara Masatsugu.

« Tachibana-dono…, » murmura Rikka.

« Masatsugu, cela serait mieux, » déclara Masatsugu.

Rikka s’était adressée à Masatsugu par son nom de famille, mais Masatsugu avait dit que : « L’utilisation de mon nom de famille facilite la confusion avec Hatsune, ce qui est déroutant. Pourquoi n’utilisez-vous pas directement mon prénom ? Nous sommes des camarades sur le champ de bataille, il n’y a pas besoin d’être formel. »

« Eh bien... Et Masatsugu-dono ? » demanda Rikka.

« Bien sûr, cela me va, » répondit Masatsugu.

Les camarades qui traversaient les champs de bataille devraient se dénuder l’un à l’autre.

Engagé dans une relation d’honnêteté, Masatsugu avait eu une conversation intermittente avec Rikka. Heureusement, Rikka ne s’y opposait pas. Malgré sa nervosité, elle avait répondu sincèrement à Masatsugu.

Mis à part la question de Hijikata Toshizō, les deux parties devaient d’abord apprendre à se connaître.

Alors que les efforts de Masatsugu commençaient à porter leurs fruits, Shiori avait finalement parlé après une longue période de silence sur le siège arrière.

« Vous deux semblez avoir une conversation merveilleusement engageante en tant que Chevaliers. » La voix de la princesse semblait inexplicablement sarcastique.

En fait, Shiori conduisait le même genre de voiture lorsqu’elle était allée au fort tutélaire.

À ce moment-là, Rikka avait répondu en panique en tant que membre du même sexe. « Je vous demande pardon, Votre Altesse ! »

« Détendez-vous. C’est une bonne chose de vous voir si bien vous entendre tous les deux, » répondit Shiori.

Le ton sarcastique ne pouvait plus être senti de la voix de la princesse.

Sur le rétroviseur, on pouvait voir le reflet du sourire habituel de Shiori, « l’innocence séduisante ». Peut-être Masatsugu s’était-il fait une fausse impression — probablement ?

En tout cas, Shiori parlait avec les airs gracieux d’une princesse, « Rikka-sama, avez-vous reçu des ordres de votre père à Nagoya... ? »

« Oui. Les ordres ont été transmis au fort tutélaire de Suruga ce matin, » répondit Rikka. « À ce sujet, j’aimerais avoir une discussion détaillée avec Votre Altesse et Hiji - Masatsugu-dono sur nos plans. »

Comme le téléphone et le courrier n’étaient pas disponibles, la communication avec le monde extérieur devait dépendre de bêtes de rétention.

Le gouverneur général du fief de Tōkaidō et sa fille Rikka avaient échangé des messages en utilisant la méthode magique primitive de « relayer les ordres par l’intermédiaire d’une bête de rétention ».

« Au fait, Votre Altesse, avez-vous reçu des instructions du palais impérial de Tokyo ? » demanda Rikka.

« Pas du tout. Silence complet, » répondit Shiori. « Il se pourrait bien que le palais espère que je disparaisse dans cette situation... Ça ne ressemble pas à une blague et c’est assez troublant, n’est-ce pas ? »

Shiori haussa les épaules et Rikka avait ri avec audace.

Alors que la voiture avait emmené les deux filles et Masatsugu dans la montagne, il n’y avait pas d’autres véhicules sur cette route militaire étant donné la présence de la loi martiale. Toute la route était dégagée et sans le moindre obstacle.

Bientôt, la voiture avait atteint les locaux du fort tutélaire.

Le fort tutélaire était situé sur le plus haut plateau de la ville de Suruga, également connu sous le nom de Nihondaira. C’était autrefois un endroit pittoresque célèbre offrant une vue du mont Fuji et de la Baie de Suruga de loin.

Il y avait une place de parking réservée au châtelain dans le parking des officiers de haut rang.

Après que Rikka avait garé sa voiture bien-aimée dans l’espace réservé, le trio avait marché ensemble dans le fort tutélaire. Leur destination était le donjon protecteur de la nation au centre du fort tutélaire.

Le donjon protecteur de la nation était un bâtiment de quarante mètres de brique, rappelant un ancien clocher.

En cours de route, de nombreux soldats les saluèrent avec des regards respectueux ou des saluts. Leur comportement n’était pas entièrement dû à la présence de la châtelaine ou de la princesse.

Masatsugu lui-même était également Chevalier avec une armée de Légionnaires.

Au sein de l’armée, les Chevaliers avaient été traités comme des officiers de haut rang.

De plus, c’était lui qui était responsable de la victoire il y a quelques jours. Et il y avait aussi des rumeurs.

(Est-il Hijikata-dono... ?)

(J’en ai aussi entendu parler...)

(Les gens disent même que l’épée qu’il porte est évidemment Izumi-no-Kami Kanesada...)

Les soldats et les officiers chuchotèrent entre eux pendant que Masatsugu passait.

Comme on s’y attend d’une installation militaire. En dehors de Rikka, d’autres avaient remarqué que Masatsugu contrôlait les Légionnaires, utilisant le style Tennen Rishin et l’Appellation Izumi-no-Kami Kanesada.

Par conséquent, les rumeurs avaient jailli de partout.

Et aussi grâce à cela, les soldats de Suruga avaient traité Tachibana Masatsugu avec le plus grand respect.

En réfléchissant à ce développement étrange, Masatsugu était arrivé au hall du donjon protecteur de la nation. Les deux filles qui étaient sa compagnie avaient commencé à discuter d’affaires pratiques.

« Mon père, le chef de l’Akigase, a l’intention de chasser l’Alliance pour la Restauration de Shizuoka en envoyant des forces du nord du Mont Fuji — en d’autres termes, Yamanashi, » expliqua Rikka. « Le premier endroit qui doit être repris est le fort tutélaire de Fuji qu’ils utilisent actuellement comme une forteresse cruciale... Le fort tutélaire de Fuji n’est qu’à des dizaines de kilomètres de Suruga. »

« En d’autres termes... Rikka-sama, vous allez soutenir l’opération depuis Suruga ? » demanda Shiori.

« Nous prévoyons également une coordination avec l’armée provinciale Kantō et la garnison de Rome orientale au Japon. Naturellement, mon père se prépare déjà sur ce front, » expliqua Rikka.

Rikka avait alors abordé le sujet de la stratégie militaire.

Son intention était d’une part de remplir son devoir d’expliquer la situation de crise à la princesse impériale dans le plus de détails possible tout en reconnaissant de l’autre la précieuse perspicacité de Shiori.

La princesse Shiori et la Chevalier Akigase Rikka.

Une solide relation de coopération s’était progressivement développée entre elles.

À l’instant où Masatsugu hochait la tête avec satisfaction, un bruit de sonnerie fut entendu sur les lieux. Un renard blanc de la taille de la paume de la main s’était manifesté sur l’épaule de Rikka.

Chargée de relayer les communications, la petite bête de rétention apportait des nouvelles.

« ... Quoi ? » s’écria Rikka.

Le renard de liaison avait apporté des nouvelles qui avaient grandement choqué Rikka.

Non seulement Rikka, mais Shiori et tous les soldats dans le hall du donjon protecteur de la nation avaient également été choqués. Masatsugu était le seul à écouter le rapport de la situation en silence.

« Le Point de Contrôle de Hakone — le Hakone est tombé en seulement une demi-journée ? » Rikka murmura à elle-même, doutant de ses oreilles.

Le Point de Contrôle de Hakone était réputé être le point le plus imprenable d’importance stratégique de Kantō. Situé dans la région montagneuse de Hakone, il avait fait construire des forts tutélaires à quatre endroits différents.

Ces quatre forts tutélaires avaient chacun plusieurs Chevaliers stationnés en tout temps.

Ces Chevaliers étaient tous des soldats expérimentés au service du fief de Kantō et avaient plus de quatre cents Légionnaies de type kamuy sous leur commandement.

De plus, les quatre forts tutélaires avaient chacun un ifrit qui leur était affecté.

Un total de quatre ifrits, respectivement Seiryuu, Suzaku, Byakko et Genbu. Cette puissante troupe protégeait la partie Ouest de la région Kantō, le cœur du Japon Impérial.

Les défenses imprenables de Hakone auraient été brisées par « le pouvoir d’un seul homme ».

« Cela signifie... que l’Empire Britannique a un nouveau Ressuscité ? » Shiori chuchota dès qu’elle entendit le nom de l’homme « Edward ».

***

Partie 3

Edward le Prince Noir avait commencé son illustre carrière de victoires glorieuses à l’âge de seize ans.

Cette victoire était entrée dans l’histoire sous le nom de la bataille de Crécy. Même aujourd’hui, à la fin du XXe siècle, elle était restée très bien connue par les chercheurs sur la guerre.

L’année 1346 après Jésus Christ faisait partie du Moyen Âge européen familier à tous.

Pour Edward, c’était une période nostalgique de son passé d’adolescent.

Entièrement éduqué comme il sied à un prince anglais, il avait perfectionné ses prouesses martiales et son caractère noble en tant que chevalier, et avait élevé ses compétences en tant que général tout au long de sa vie sur les champs de bataille et hors du champ de bataille — c’était l’époque.

À l’époque, l’Angleterre et la France étaient en guerre.

C’était le début de la guerre de Cent Ans. Au village de Crécy, en territoire français, une grande bataille avait eu lieu pour déterminer le sort des deux nations.

L’armée anglaise comptait dix mille hommes alors que l’armée française en comptait quarante mille...

Cependant, les Anglais avaient quand même remporté une victoire écrasante à Crécy. À l’époque, les forces armées anglaises étaient dirigées par le père d’Edward, le roi Edward III d’Angleterre (le père et le fils partageaient le même nom, ce qui facilitait leur confusion).

Le roi Edward avait organisé ses forces en trois divisions pour engager l’armée française.

Le prince-héritier Edward avait dirigé l’une des divisions. Il avait joué un rôle déterminant dans la victoire.

Cette bataille fut le prélude à une légende. La saga héroïque du jeune et célèbre général, le Prince Edward atteindra son apogée lors de la bataille de Poitiers, dix ans après Crécy.

Cette fois en tant que commandant en chef, Edward avait dirigé une armée de six mille hommes pour affronter une armée française de trente mille hommes.

La disparité en nombre était encore plus défavorable qu’à la bataille de Crécy. Néanmoins, Edward avait remporté une victoire tout aussi splendide et avait même réussi à capturer le roi de France Jean II.

En prenant le roi de France en otage, l’Angleterre avait profité à la fois d’une belle rançon et d’un avantage dans les négociations diplomatiques.

De plus, la guerre anglo-française durera jusqu’en 1453, longtemps après la mort d’Edward en raison de la maladie. Le « premier sauveur de la France » qui était apparu vers la fin était précisément Jeanne d’Arc.

Puis le temps avait continué à avancer, menant à l’année 1998 —

 

☆☆☆

 

« D’après ce que j’ai entendu dire, cette dame nommée Jeanne est très populaire dans le monde moderne », avait dit le « Prince Noir » qui était né à nouveau dans ce monde.

Conformément aux accords antérieurs, il se débarrasserait aujourd’hui de son alias temporaire de « Chevalier Noir ».

« Cependant, en tant qu’Anglais... J’aimerais profiter de cette occasion pour faire savoir à tout le monde que moi, Edward n’était en aucune façon inférieur, » continua-t-il.

C’était le matin avant qu’il parte à la conquête du Point de Contrôle de Hakone.

Tôt le matin, il était sorti du fort tutélaire de Fuji près de la montagne sacrée de Fuji, puis avait avancé vers l’est pour attaquer le Point de Contrôle de Hakone.

Actuellement, Edward était sur le dos d’une wyverne, planant tranquillement dans le ciel au-dessus de Hakone.

En quelques heures à peine, il avait vaincu toutes les forces japonaises dans les forts tutélaires de Hakone. Avec la victoire fermement entrent ses mains, il était d’humeur très décontracté.

L’ennemi se composait de cinq cents Kamuys, les samouraïs bleus du Japon Impérial.

Les mille Légionnaires noirs qui combattaient sous le commandement d’Edward étaient des Chevaliers de la Jarretière, une variante supérieure du pilier britannique des Croisés.

L’armée d’Edward avait mis en place leur formation dans le ciel au-dessus du vaste lac d’Ashi.

Les quatre forts tutélaires étaient positionnés respectivement au nord, à l’est, au sud et à l’ouest du lac. Le premier fort tutélaire à l’est était défendu par l’ifrit Seiryuu, le deuxième fort tutélaire au sud avait Suzaku, le troisième fort tutélaire à l’ouest avait Byakko, et le quatrième fort tutélaire au nord avait Gênes. L’ensemble uni de quatre déités gardiennes s’était vigoureusement battu pour résister à l’invasion britannique.

Malheureusement, ils n’avaient pas été de taille contre le millier de Chevaliers de la Jarretière menés par le Prince Noir.

La force Chevalier d’Edward était de 1256 et il avait fait appel à un millier d’hommes pour attaquer.

« Chevaliers de la Jarretière, vous vous êtes bien battus. Moi, Edward, j’applaudis votre bravoure ! »

Edward avait fait l’éloge des chevaliers noirs qui étaient en formation au-dessus du lac d’Ashi.

Normalement, le Légionnaire principal de l’Empire Britannique, le Croisé, était de couleur blanche. Les troupes d’Edward étaient totalement noires.

Au Moyen Âge, Edward lui-même avait parcouru les champs de bataille alors qu’il était vêtu d’une armure noire.

C’est ainsi qu’était né le surnom de Prince Noir. C’était aussi la raison pour laquelle chaque Légionnaire sous son commandement était un Chevalier Noir.

« En parlant de ça, je n’aurais jamais pensé que j’aurais une chance de combattre en Extrême-Orient... »

Partageant ses pensées poignantes, il regarda ses fiers chevaliers.

À l’heure actuelle, ces Légionnaires faisaient la démonstration de sa formation caractéristique dans le ciel bleu clair. Tout d’abord, trois cents des mille Légionnaires s’étaient transformés en archers et avaient grimpé en altitude.

Ces archers n’étaient pas équipés de l’arme standard du Légionnaire, la carabine à baïonnette.

Les trois cents archers portaient des arcs longs. C’était la nouvelle arme qui leur était accordée par la capacité spéciale d’Edward, son Fait d’Armes.

— Les Archers de Crécy.

En effet, cela fonctionnait comme avec le chevalier du fort tutélaire de Suruga qui avait donné des épées japonaises à ses subordonnés.

De plus, la monture-wyverne d’Edward volait gracieusement, à un kilomètre de ses fiers chevaliers. Il avait déterminé qu’il n’était pas nécessaire qu’il commande l’armée au premier plan.

« Dans le passé, j’ai remporté de glorieuses victoires sur la colline de Crécy et sur la terre de Poitiers. Faites savoir au monde entier que le Japon a maintenant rejoint cette liste... Mon destin a été vraiment imprévisible. »

Après avoir augmenté leur altitude, les trois cents archers étaient restés en position dans le ciel.

Ils se trouvaient à environ quatre cents mètres au-dessus de la surface du lac d’Ashi. Les sept cents Chevaliers de la Jarretière restants encerclent les archers.

Cependant, leur altitude était cent mètres plus basse que celle des archers.

Cette situation s’apparentait à « l’installation d’archers sur une colline à l’avance tout en concentrant la cavalerie à la base afin de défendre toute la colline ».

Edward était très bon à ce type de formation « mode anglais ».

« Prince, il semble y avoir des restes. »

« Oh ? »

Edward avait entendu un avertissement dans son oreille.

Il y avait une petite poupée assise sur l’épaule d’Edward. La voix d’une jeune fille était sortie de sa bouche.

La poupée était une fille blonde vêtue d’une tenue de marin, de petite taille, mais d’une construction extrêmement complexe. Elle était possédée par le génie Morrigan des forces armées britanniques.

Edward lui-même avait également remarqué les noesis. Il avait regardé la direction qu’il avait détectée.

... au sud du lac Ashi, il y avait un endroit nommé la Passe d’Hakone.

Le deuxième fort tutélaire de Hakone, une forteresse aux murs de fortification en forme d’étoile, connu au Japon Impérial sous le nom de « la Forteresse de Goryōkaku ».

Du deuxième fort tutélaire, trente-deux légions japonaises, les Kamuys, avaient volé dans le ciel.

Ils visaient les milliers de Chevalier de la Jarretière en formation au-dessus du lac Ashi...

« Ce type d’offensive est connu sous le nom de “kamikaze” au Japon, n’est-ce pas ? »

« On dirait bien. »

La conversation entre le commandant et le génie s’était terminée ici.

Sans s’inquiéter, Edward avait fait descendre sa wyverne. Volant rapidement au-dessus de la surface du lac d’Ashi, il s’était dirigé vers le nord-est.

Dans l’eau près de la côte, il y avait un torii rouge.

Il était censé être l’entrée d’un sanctuaire shinto japonais — le sanctuaire de Hakone — et un symbole célèbre de la région.

Quand Edward l’avait repéré plus tôt, il avait été attiré par l’attrait exotique du torii et avait décidé d’y jeter un coup d’œil plus tard.

Le Prince Noir était déjà impatient d’aller faire du tourisme. Une bataille avait éclaté au-dessus de la tête.

... Les trente-deux Kamuys bleus avaient chargé en pleine force à l’armée noire de l’Empire Britannique.

... Les Chevaliers de la Jarretière chargés de l’interception étaient une équipe d’une centaine d’individus, en attente à basse altitude.

... Les deux camps avaient échangé des tirs avec leurs fusils à baïonnette.

... Cependant, les archers avaient aussi tendu leurs arcs en même temps. Ces trois cents chevaliers noirs avaient placé leur formation plus haut dans le ciel pour surplomber tout Hakone. Les arcs d’acier dans leurs mains gauches étaient extrêmement grands, presque plus longs que les huit mètres de hauteur des Légions.

... Ensuite, une flèche de lumière était apparue simultanément dans la main droite de chacun des trois cents archers.

... Les Kamuys bloqués dans une fusillade avec les chevaliers noirs à basse altitude — c’est-à-dire les Kamuys dont l’avance était entravée — étaient devenus les cibles des archers noirs tirant à pleine force d’une position supérieure.

... Comme une pluie de pluie, les flèches de lumière transperçaient impitoyablement les trente-deux Kamuys.

... Contre les flèches anglaises, les barrières de protection des troupes japonaises bleues étaient aussi faibles que du papier.

... En une minute ou deux, les restes de la force de défense Hakone avaient été anéantis — .

« Il n’y a pas de plaisir à combattre des ennemis excessivement faibles. »

Edward marmonnait cela à lui-même, regardant les Légionnaires du Japon Impérial mourir loyalement.

Il avait vaincu sans effort l’imprenable Point de Contrôle d’Hakone.

Ce fut un exploit étonnant qui avait mené à la victoire, mais Edward n’y trouva que peu de gloire. Il avait simplement mené son armée à attaquer les forces de défense d’Hakone, les battant dans un assaut frontal, c’était tout.

Ce n’était qu’une victoire de la force brute, s’appuyant sur sa Force de Chevalier et ses troupes d’élite.

Ayant démontré la capacité de vaincre une armée ennemie six fois plus grande que la sienne, le Prince Noir serait gêné de se vanter d’une si petite victoire...

Alors que ses pensées arrivaient à ce point, le prince légendaire avait souri avec un sourire ironique et dit : « Non, c’est grâce à la bénédiction de Dieu et à la valeur des soldats que la victoire totale a été obtenue. Je dois maintenant louer mes chevaliers pour leurs efforts glorieux et réfréner mon désir d’une compétition de stratégie. »

Edward avait rafraîchi son esprit et déclara ça au simulacre de l’esprit de la petite fille sur son épaule : « Morrigan, pourriez-vous faire une recherche pour moi ? »

« S’il vous plaît, dites-le. »

« J’ai entendu dire que Hakone est une station thermale populaire depuis l’antiquité. J’aimerais essayer une source chaude japonaise pour effacer la fatigue provoquée par la bataille. Aidez-moi à trouver la source chaude qui a la meilleure réputation. »

« Compris. Cependant. »

« Y a-t-il un problème ? »

« Oui. Je préférerais ne pas participer à nouveau à un bain mixte. »

« Attendez une seconde. Je jure sur ma vie que je ne suis pas un homme qui compte sur une position d’autorité pour faire des jeux avec de jeunes filles. Et n’oubliez pas que votre corps est une poupée ! »

« Objection. Nous, les esprits de haut niveau, nous avons aussi, plus ou moins, les droits de l’homme. »

« Eh bien, excusez-moi. Laissez-moi être clair avec vous. Si on m’a demandé si je préférais les femmes plus âgées ou plus jeunes, je préfère les femmes plus âgées ! »

« Je vois. »

Pendant qu’Edward et sa subordonnée bavardaient sans conséquence...

Sa monture-wyverne volait près de la surface du lac Ashi. Instantanément, le Prince Noir avait senti vivement les noesis. Il y avait une soif de sang faible, mais aiguë visant sa tête.

« S’il vous plaît. »

Edward avait donné un ordre simple.

Immédiatement, un Chevalier de la Jarretière était apparu à côté de la wyverne volante.

De la côte du lac Ashi, une balle de fusil avait été envoyée. Le projectile mortel tiré à partir d’un fusil de tireur d’élite avait été bloqué par l’armure du Légionnaire britannique.

Le Légionnaire noir avait riposté avec son fusil à baïonnette.

L’éclair de lumière avait détruit l’immeuble au bord du lac, empêchant l’ennemi de poursuivre à nouveau l’attaque.

Vraisemblablement, le tireur faisait partie de la force de défense de Hakone et était un tireur d’élite très expérimenté.

« Enchanté de me voir tout seul, hein ? ... Quelle erreur ! Les tireurs d’élite ne fonctionnent jamais contre un puissant chevalier. »

Edward n’avait senti aucune soif de sang ni aucune noesis jusqu’à la dernière seconde.

De plus, l’ennemi avait effectué un tir précis de la tête sur une cible volante depuis la surface d’un lac venteux.

Ces points s’étaient additionnés pour montrer qu’un tireur d’élite était à l’œuvre. Même ainsi, l’ennemi avait déjà fait une erreur au moment où il pensait que le tireur d’élite fonctionnerait contre un chevalier de la trempe d’Edward. Si la cible avait été un Chevalier japonais manquant d’expérience pratique au combat ou d’éclaireurs parmi les chevaliers britanniques, l’histoire serait différente...

Même si Edward appréciait sa visite et semblait très détendu, il n’était pas difficile de revenir instantanément à son état d’esprit du champ de bataille. C’était le genre d’homme qu’il était.

Il convenait également de noter que la Charte de la Chevalerie énonçait de nombreuses règles interdisant aux forces armées d’attaquer les structures civiles. Cependant, les structures civiles utilisées à des fins militaires étaient considérées comme des exceptions, ce qui expliquait que le tir de représailles tout à l’heure était tout à fait légitime.

« Ah oui, ce Chevalier utilisant un katana que j’ai vu à Suruga la dernière fois... Il a aussi fait preuve de la même capacité. »

Il y a quelques jours, Edward avait rencontré « un homme qui était sans aucun doute un ennemi puissant ».

Se souvenant de cette brève rencontre, Edward avait souri sans crainte. En dehors de cet homme, le généralissime César allait venir au Japon de l’Empire romain d’Orient.

En effet, la véritable guerre avait à peine commencé. Ce n’était que le prélude.

***

Partie 4

Il s’agissait du soir après que Masatsugu ait fait un tour en voiture avec Rikka jusqu’au fort tutélaire de Suruga.

Lui et son seigneur Shiori étaient retournés ensemble au Dortoir de Lys Noir.

Bien qu’il s’agisse d’un dortoir, tout le bâtiment était réservé à l’usage exclusif de la princesse. Habillée dans un style Haikara-san avec un tablier sur le dessus, Hatsune préparait le repas.

Le menu comprenait du chinchard séché, de la salade de navet, du hijiki bouilli, des cornichons, du riz et de la soupe miso.

Après ce simple dîner, Masatsugu et Shiori étaient restés seuls. Les deux étudiants étaient allés dans la salle de lecture, qui servait en quelque sorte de petite bibliothèque pour les pensionnaires.

Cependant, la princesse avait simplement regardé les livres sur les étagères sans parler pendant tout ce temps.

Masatsugu avait rompu le silence. « Est-il possible que vous soyez contrariée ? »

« Bien sûr que non. Quelle raison aurais-je d’être ainsi ? » Shiori avait instantanément répondu.

Sa réponse avait été assez rapide, mais elle présentait clairement un air de déplaisir. Masatsugu avait alors lâché un, « je vois », puis il avait haussé les épaules et n’avait rien dit de plus.

L’expression de la princesse semblait vraiment indiquer qu’elle était maussade.

En public, Shiori avait toujours défendu son image de la douce princesse. Ce n’était que devant Masatsugu qu’elle avait exprimé ses émotions les plus sincères, et qu’elle boudait ou perdait son sang-froid dans certaines situations.

« Mais vous êtes déprimée depuis que nous avons quitté le fort tutélaire. Je me demandais si la chute de Hakone était la raison pour laquelle vous êtes contrariée, » demanda-t-il.

« Bien sûr que non. » Shiori secoua immédiatement la tête. « Pour que l’Alliance pour la Restauration marche vers Kantō, le premier point d’étranglement est Hakone. Je savais que la situation se passerait inévitablement de cette façon, même si la vitesse inattendue de leur attaque m’a surprise... Mais ce n’est pas une raison pour que je sois contrariée. »

« Ah ! En d’autres termes, vous êtes contrariée par d’autres raisons ? » s’exclama-t-il.

Masatsugu avait compris. Il hocha la tête en disant : « Alors, vous êtes contrariée parce qu’Akigase-dono et moi sommes trop proches ? »

« !? »

Masatsugu était allé droit au but, amenant une Shiori surprise à nier avec colère, « S’il vous plaît, ne suggérez rien de si grotesque ! »

« Toutes les autres raisons sont peu probables. En tant que votre chevalier, Princesse, j’ai eu des conversations amicales avec une autre fille pour développer une relation d’honnêteté mutuelle. Témoin de cela, on ne peut s’empêcher d’être jaloux — c’est le motif le plus convaincant. »

« M-Masatsugu-sama ! » s’écria la princesse.

« C’est pour ça que vous êtes bouleversée depuis ce moment, » continua Masatsugu.

« Vous vous trompez. Je suis restée calme pendant tout ce temps ! » une Shiori choquée avait nié fermement. Puis elle avait répondu sur un ton assertif, avec une attitude complètement différente de sa douceur habituelle ou de sa docilité feinte. « Mis à part ça, Masatsugu-sama, nous devons encore le faire aujourd’hui, n’est-ce pas ? Allons là-bas. »

Le beau visage de la princesse rougissait.

Malgré les émotions exacerbées dans son cœur, son ton était encore relativement calme.

Tous les deux étaient allés à la table au centre de la salle de lecture. Comme celles utilisées à l’école, la table était du mobilier de bureau banal. Il y avait quatre chaises à côté.

Bien sûr, ces meubles étaient destinés aux pensionnaires pour étudier et faire leurs devoirs.

Ignorant les livres, Masatsugu et Shiori s’étaient assis ensemble à la table.

Shiori avait étendu tranquillement sa main droite et avait caressé la main gauche de Masatsugu. Leurs mains qui se chevauchaient étaient parfaitement cachées sous la table.

« Un couple de lycéens gardant leur relation secrète, se rencontrant à la bibliothèque pour un essai, se tenant discrètement la main..., » murmura la princesse.

Ce qu’ils faisaient était très semblable à cela.

Cependant, c’était un rituel nécessaire. Alors qu’il était incapable de reconstituer le fluide ectoplasmique de la manière normale, Masatsugu Tachibana avait dû s’appuyer sur le pouvoir mystique des Chevaliers ou de la famille des Bêtes Sacrées — .

Le corps de Masatsugu était très froid, presque semblable à un état d’hypothermie.

Une pénurie chronique de liquide ectoplasmique avait entraîné un manque de chaleur dans son corps. Cependant, Shiori avait caressé avec douceur la main de Masatsugu, essayant de partager sa chaleur corporelle avec lui.

Cela s’était avéré efficace.

L’élégante et belle princesse transmettait la chaleur et le pouvoir mystique à travers sa paume.

Depuis leur serment d’allégeance, ils le faisaient en secret tous les jours.

« Après mûre réflexion, Hatsune sait aussi que j’ai perdu la mémoire », murmura Masatsugu à lui-même. « Nous n’avons plus besoin d’être secrets à ce sujet. »

« Non ! Cela ne doit pas être vu par les autres quoiqu’il arrive, c’est trop embarrassant..., » Shiori rejeta la suggestion et elle inclina la tête de honte.

Pendant ce temps, elle avait continué à caresser doucement la main de Masatsugu. Leurs corps étaient également appuyés l’un contre l’autre.

Indéniablement, ils ressemblaient actuellement à un couple affectueux l’un pour l’autre.

Il n’était pas surprenant qu’une jeune fille inexpérimentée en amour se sente timide. Masatsugu avait compris les réticences de la princesse et il accepta ses bonnes intentions.

« Au fait, Masatsugu-sama, » déclara la princesse.

 

 

Tout en continuant à réchauffer son chevalier, Shiori avait continué. « S’il vous plaît, ne parlez plus jamais aussi imprudemment comme vous venez de le faire. Franchement, je n’étais pas contrariée et je voudrais que vous vous absteniez de spéculations arbitraires quant à mes pensées. »

« Me suis-je trompé ? Désolé pour ça, » déclara-t-il.

La réponse têtue de la princesse était trop adorable, qu’est-ce qu’il allait donc bien faire d’elle ?

En hébergeant ces pensées irrespectueuses, Masatsugu s’était calmement excusé.

« Au fait, en ce qui concerne Hakone..., » tenant toujours la main de Masatsugu, Shiori avait changé de sujet. « Le problème sérieux ici est la chute de l’imprenable Hakone en moins d’une demi-journée. Ce qui est plus inquiétant, c’est... »

« Le nom du commandant ennemi ? » demanda-t-il.

« Oui, quand il s’agit des Ressuscités de l’Empire Britannique, il n’y a rien de plus important que l’amiral Horatio Nelson, qui a réussi à accaparer même l’empereur Napoléon de France, dont le nom est synonyme de héros ? C’est un commandant splendide et célèbre. Et ici, au pays de Hakone, un héros de son égal s’est montré. »

Le jeune chevalier avait dirigé une armée de Croisés noire, forte de mille hommes.

Ces Légionnaires étaient connus sous le nom de Chevaliers de la Jarretière. L’Exploit d’Armes transformant leurs fusils à baïonnette en longs arcs avait été nommé d’après la terre de Crécy.

En combinant tous ces rapports, il n’était pas difficile de déduire l’identité de leur commandant en tant qu’Edward, le Prince Noir.

« Pour être honnête, je n’ai jamais entendu parler de lui, » déclara-t-il.

« La majorité des Japonais non plus. Parmi ceux qui l’ont fait, la plupart auraient simplement lu le nom dans un manuel d’histoire, rien de plus. Mais c’est un héros légendaire connu de tous en Angleterre, » Shiori avait souri pour cacher ses inquiétudes et expliqua les origines de celle qui porte ce nom. « En tant que prince anglais, il a vaincu les armées de France à plusieurs reprises. À la fin, il a succombé à la maladie, mourant avant d’avoir pu succéder au trône... »

Masatsugu ne connaissait que le nom de l’homme et un bref profil.

Cependant, il était certain que c’était lui. La nuit où il avait repoussé l’Alliance pour la Restauration, il avait vu un jeune homme aux cheveux argentés, monté sur une wyverne britannique.

Le chevalier de cette rencontre devait sûrement être le Prince Edward.

C’était peut-être l’instinct d’un Ressuscité, mais Masatsugu se sentait inexplicablement certain de ce fait.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire