Chronicle Legion – La Route de la Conquête – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 5

Bannière de Chronicle Legion – La Route de la Conquête ***

Chapitre 3 : Les Chevaliers et les Faits d’Armes

Partie 5

Le fort tutélaire de Fuji était installé dans les zones humides d’Ukishimagahara, dans la ville de Fuji, se situant dans la préfecture de Shizuoka.

La plus grande partie de la région présentait une abondance de nature et même les environs du fort tutélaire étaient luxuriants et verdoyants.

Les sites de construction des forts tutélaires étaient toujours choisis afin d’éviter autant que possible les centres urbains densément peuplés. Un emplacement rural discret serait une sorte de deuxième choix...

Il s’agissait d’une règle non écrite découlant de la Charte de la Chevalerie ratifiée par diverses nations. Avec l’exemple de l’empereur Karl le Grand, les Ressuscités aimaient s’engager dans le dernier recours inhumain de la diplomatie connu sous le nom de « guerre ». Même si elle était hypocrite, la Charte avait établi les conditions d’une justification universellement approuvée pour la guerre et toutes les nations devaient s’y conformer.

... Ce qui précédait était les pensées du Chevalier Noir.

Il était lui-même aussi un Ressuscité, d’où l’importance de tout ça.

Actuellement, le fort tutélaire de Fuji avait été occupé par un contingent britannique de l’Alliance pour la Restauration.

Le Chevalier ayant comme fonction celle de Châtelain ainsi que ses officiers et soldats avaient vaillamment combattu. Mais dorénavant, ils avaient été capturés et désarmés lors de la victoire britannique, et ils étaient actuellement sous une garde rapprochée.

Il y avait eu de malheureuses pertes au cours de cette bataille, mais de tels faits de guerre inévitables ne devaient même pas être mentionnés.

... En vérité, le véritable sens de la Charte de la Chevalerie est d’embellir le jeu connu sous le nom de guerre, afin de le rendre plus acceptable pour la population.

En ce moment, le Chevalier Noir se trouvait dans le sanctuaire de l’eau souterraine.

Dans ce réservoir majestueux de fluide ectoplasmique, des dizaines de colonnes se dressaient, créant une atmosphère solennelle comme celle d’un temple grec ancien. Il y avait aussi un « bain » à l’intérieur.

Le style architectural des sanctuaires d’eau était pratiquement universel à travers le monde. Le Chevalier Noir en avait déjà vu beaucoup au cours de sa vie.

En entrant dans le liquide bleu utilisé pour s’y baigner, il récita certaines paroles rituelles. « Honte à celui qui en pense mal. Sur mon véritable nom et mon âme, je supplie le sanctuaire de cette terre. Je lui demande de bien vouloir partager la nourriture et l’eau bénite avec mes soldats et qu’il me reconnaisse comme l’un des chevaliers de cette zone. »

Le Chevalier Noir ferma les yeux et pria, alors que tout son corps rayonnait faiblement.

Dans son champ de vision fermé et sombre, une certaine image avait fait surface.

Il s’agissait de soldats géants ailés de noir, ressemblant fortement aux Croisés. Leur armure noire de jais brillait avec la lumière de l’esprit combatif et de la gloire. Une armée de mille glorieux Chevaliers Noirs...

« Ô Chevaliers de la Jarretière [1], m’inspirez-vous ainsi afin que je me dépêche et que je vous prépare dès maintenant la suite de la campagne ? »

En écoutant les supplications de son armée, le Chevalier Noir avait souri ironiquement avant d’ouvrir les yeux.

À ce moment-là, il avait entendu des bruits de pas. Quelqu’un avait marché dans le bain en portant des bottes en cuir. Il y avait aussi le bruissement de vêtements. Vraisemblablement, le visiteur était entré sans même prendre la peine de se déshabiller.

L’entrée se situait derrière le Chevalier Noir. Il ne savait pas qui était arrivé, mais il s’était mis à parler sans même regarder en arrière. « Je ne vais pas dire ça... J’interdis aux autres de partager le bain quand je l’utilise, car ce serait bien trop rustre. Je ne sais pas qui vous êtes, mais je vous invite à vous déshabiller et à me rejoindre ici. C’est agréable d’avoir des moments de ce genre avec de jeunes chevaliers dans le bain de temps en temps. »

Les Chevaliers étaient tenus de garder leur calme en tout temps afin d’illustrer le caractère et les principes dictés par la chevalerie.

Le Chevalier Noir se remémorait souvent cela. Cependant, il avait entendu un « clic » venant de derrière lui, et cela le rendit très curieux quant à ce que c’était.

« Affirmative. En tant qu’esprit et non-Chevalier, il n’est pas vraiment nécessaire pour moi de reconstituer le liquide ectoplasmique dans un sanctuaire aquatique... Néanmoins, je vais me conformer à cet ordre, » déclara une voix féminine.

Dès qu’il entendit la voix d’une jeune fille, le Chevalier Noir tourna précipitamment la tête afin de voir ce qui se tenait derrière lui.

Celle qui était arrivée dans le bain était la poupée possédée par le génie Morrigan, vêtue d’un uniforme de marin ainsi que d’un béret. Elle avait bougé ses mains afin de dénouer l’écharpe autour de son cou, produisant un autre « clic » provenant de ses articulations.

« De plus, après cet événement, je déposerai un rapport auprès des plus hautes autorités... Annonçant comme quoi mon supérieur m’a soumis à un harcèlement sexuel. Alors, soyez prévenu, » déclara Morrigan.

Les simulacres utilisés par les génies étaient pour la plupart sans expression, mais actuellement, Morrigan regardait froidement le Chevalier Noir.

« Morrigan, ce n’est pas un ordre, » répondit-il. « Il s’agit simplement d’un malentendu, de plus... »

Le Chevalier Noir tenta de garder sa voix calme, mais ne put s’empêcher d’élever la voix. « Vous êtes celle qui harcèle sexuellement les autres... ! Une femme qui vient ici pour aller en présence d’un homme nu et qui va même jusqu’à me regarder si rudement ! »

« Le sanctuaire de l’eau est une installation d’une importance particulière, » répondit-elle. « Je voulais vérifier cela de mes propres yeux, » répondit-elle.

« Alors vous auriez pu choisir une autre fois quand je ne serais pas là ! » répliqua le chevalier.

La reconstitution du liquide ectoplasmique dans les sanctuaires de l’eau, les ablutions d’eau froide ou les rites de purification étaient tous des rituels sacrés.

Les vêtements n’étaient pas autorisés dans le bain, par conséquent le Chevalier Noir était complètement nu. Il avait normalement l’air plutôt mince, mais c’était purement un effet visuel provoqué par ses vêtements. En vérité, son corps était musclé jusqu’au bout des ongles.

Avec son corps spectaculaire totalement exposé, le Chevalier Noir gronda durement contre sa subordonnée.

***

« Selon mes recherches..., » déclara le simulacre du génie Morrigan en se dirigeant vers le Chevalier Noir.

Ils avaient déjà quitté le sanctuaire de l’eau souterraine. Ils faisaient une promenade dans les locaux alors qu’il marchait en ce moment sur la pelouse présente dans le fort tutélaire de Fuji.

« La pratique des bains mixtes existait aussi dans l’Angleterre médiévale et en France, » continua Morrigan. « Je ne peux donc pas comprendre la raison de votre choc et vos réprimandes. »

« Vous soulevez un point tout à fait correct, mais il s’agit des prérogatives d’un chevalier de défendre la vertu et la dignité... » répliqua le Chevalier Noir.

Au moment où il était sur le point de continuer sa réplique, le Chevalier Noir se rendit compte de quelque chose. L’Angleterre médiévale et la France. Ces mots n’auraient pas pu être prononcés par quelqu’un ignorant son identité.

« Morrigan, avez-vous compris mon identité ? » demanda-t-il.

« En effet... Franchement, la difficulté de l’énigme n’est pas bien grande, » répondit-elle. « Il y a beaucoup d’indices, tout simplement en observant vos paroles et votre comportement. »

« Je vois, » répondit-il. « Je suppose que c’est l’inconvénient d’avoir laissé son nom dans l’histoire, » déclara-t-il.

« Non, je crois plutôt que c’est purement le produit de vos imprudences, » répliqua-t-elle.

« Vous semblez avoir du talent pour les remarques mordantes..., » répliqua à son tour le Chevalier Noir.

« Cela aussi est l’une de nos traditions anglaises, » déclara le génie.

Le génie Morrigan avait hérité des coutumes anglaises du sarcasme mordant et de l’humour noir.

Le Chevalier Noir leva délibérément les yeux afin de cacher son sentiment d’embarras. Plus d’une centaine de Légionnaires britanniques, les Croisés, étaient en attente dans le ciel au-dessus du fort tutélaire de Fuji.

Tout en restant immobiles en tenant dans leurs mains droites leurs fusils à baïonnette, ils attendaient d’autres ordres.

Ces Légionnaires, sur le point de marcher sur Suruga, étaient sous le commandement de deux Chevaliers de Sa Majesté, Sire Steven et Sire Lampard, que le Chevalier Noir avait amenés depuis l’Angleterre.

Il était actuellement 14 h 53 et le ciel de Tōkaidō était très clair.

« Hier, il s’agissait de Sire Philneville qui a attaqué Suruga. Est-ce que vous allez le relever de son commandement ? » demanda le génie.

« L’armée de Phil n’a pas encore récupéré de ses pertes, » répondit-il.

Les chevaliers avaient pu invoquer des Légionnaires, des soldats géants ailés, de nulle part.

Ces êtres mystérieux pourraient facilement se rétablir en un jour de leurs blessures, ne comptant que sur leur régénération innée. Cela pouvait sembler scandaleux, mais en tout cas, ils n’avaient pas besoin de traitement ou de réparations.

Cependant, cela ne s’appliquait pas à ceux qui étaient frappés d’incapacité en raison de la mort ou de blessures critiques.

Les Légionnaires grièvement blessés avaient besoin d’une ou deux semaines avant de pouvoir se régénérer complètement et d’ainsi pouvoir retourner sur le champ de bataille.

« D’ailleurs, la princesse Akigase a pris le relais en tant que châtelain de Suruga..., » déclara-t-il. « Elle semble être une guerrière assez puissante. Selon des rapports non vérifiés, sa Force de Chevalier est exceptionnelle et peut-être beaucoup plus élevée que celle de Phil. »

« Je vois, » Morrigan hocha la tête et leva les yeux vers les Croisés présents en l’air.

Les Légionnaires britanniques blancs totalisaient 188 individus. Par rapport à hier, le nombre de Légionnaires convoqués par Sire Steven et Sire Lampard dans le destroyer Tintagel avait plus que doublé.

« En m’incluant, Stevie et Lamps ont également terminé leur pacte tutélaire dans le sanctuaire de Fuji. Actuellement, ce fort tutélaire de Fuji est devenu notre bastion..., » expliqua-t-il.

Plus les pouvoirs mystiques d’un sanctuaire étaient grands, plus il était facile d’invoquer un grand nombre de Légionnaires.

Les forts tutélaires équipés de sanctuaires d’eau remplissaient également les conditions d’un sanctuaire naturel. Mais comme les forts tutélaires étaient aussi des installations militaires, il n’y avait aucune raison pour que de telles bénédictions divines profitent aux envahisseurs.

Par conséquent, le « pacte tutélaire » était un rituel pour distinguer un ami d’un ennemi.

« ... En raison de cette règle, la manière dont nous menons la guerre est devenue plutôt archaïque, » Le Chevalier Noir avait souri ironiquement avant de continuer à parler. « En fin de compte, la guerre est revenue à la tactique de conquérir et de tenir des forteresses à utiliser comme place-forte. Actuellement, je m’attendrais à ce que la princesse Akigase forme un nouveau pacte au sanctuaire des eaux de Suruga, afin de transformer cette région en son propre bastion. »

« Oui, très certainement, » répondit-elle. « Un chevalier est limité à un sanctuaire d’eau lié à lui à la fois. »

Le destroyer Tintagel était contrôlé par Morrigan.

La source d’énergie du vaisseau, un réacteur à fluide, faisait circuler du liquide ectoplasmique artificiel afin de générer des pouvoirs mystiques. Par conséquent, le navire lui-même était équivalent à un sanctuaire, permettant aux Légionnaires d’être convoqués plus facilement que les terres ordinaires.

Cependant, en tant que « substitut », son efficacité ne pourrait pas faire face à ce qui était obtenu dans un sanctuaire d’eau.

C’est pourquoi les forces britanniques avaient donné la priorité à la conquête des différents forts tutélaires de Shizuoka, pour les utiliser comme base avancée.

« La révolution apportée par les armes à feu et la poudre à canon ainsi que l’invention de machines volantes ont rendu les fortifications faciles à neutraliser, » expliqua le chevalier. « Le mot “guerre de siège” a disparu des champs de bataille pendant près d’un siècle... Cependant, nous construisons encore une fois des forts tutélaires et consacrons des efforts pour prendre des châteaux et défendre notre propre territoire. » Le Chevalier Noir médiéval avait ri tout en parlant.

C’était vraiment drôle selon lui.

« Une fois votre image principale, l’Ifrit de Tintagel, Morgan la Fée, aura été transplanté dans le fort titulaire de Fuji, nous partirons avec Stevie et Lamps pour voir leurs capacités, » déclara-t-il.

« Comme vous le souhaitez, » répondit-elle.

La période du XIXe au XXe siècle...

... était un moment où les méthodes de guerre avaient rapidement évolué.

Ces changements étaient liés aux avancées spectaculaires dans la précision et les capacités des munitions des armes à feu, mais aussi au remplacement des véhicules hippomobiles par l’automobile. De plus, l’avènement des technologies sans fil et de l’avion ainsi que la disparition de la cavalerie du champ de bataille qui avait été supplantée par des chars d’acier dans les plaines avaient achevé ces modifications.

Les progrès dans les technologies industrielles avaient conduit une tendance à la mécanisation...

Dans le même temps, les miracles apportés par les Bêtes Sacrées avaient également favorisé les développements « mystiques ».

La technologie radar était apparue au cours de la Seconde Guerre mondiale, mais elle était tombée en désuétude une fois que les techniques de contrôle noétique avaient été établies. De plus, les unités des Légionnaires avaient la propriété de neutraliser toutes formes d’ondes radar, conduisant ainsi à son obsolescence dans le monde moderne. L’information devait donc être recueillie par les bêtes de rétention ou par l’observation humaine.

En outre, les avions n’avaient pas réussi à devenir les maîtres des cieux.

Les cieux étaient contrôlés par des bêtes de rétention capables de voler et les Bêtes Sacrées divines. Tous ceux qui travaillaient dans le domaine de l’aviation se promèneraient toujours avec la peur au ventre, alors qu’ils surveillaient les tempêtes et les turbulences causées par ces êtres sur un coup de tête. On pouvait infliger de graves dommages aux avions humains simplement en utilisant des ondes noétiques afin d’invoquer des vols d’oiseaux contre le poste de pilotage ou les moteurs...

Il s’agissait actuellement de l’année 1998 à la fin du XXe siècle, une époque où l’humanité n’était plus les seigneurs de toute la création.

Notes

  • 1 Chevaliers de la Jarretière : La Jarretière est bel et bien le collant pour femme utilisé avec un porte-jarretelles. Mais dans ce cas-là, il s’agit de quelque chose en relation. Cela fait référence à un ordre de chevalier de l’Angleterre.

    Le très noble ordre de la Jarretière (Most Noble Order of the Garter) est le plus élevé des ordres de chevalerie britanniques, fondé le 23 avril 1348 le jour de la Saint Georges, en pleine guerre de Cent Ans, par le roi Édouard III.
    Selon la légende, la création de cet ordre aurait été décidée par le roi Édouard III lors d’un bal à Calais, où il dansait avec sa maîtresse, la comtesse de Salisbury. Celle-ci ayant, en dansant, fait tomber sa jarretière, le roi, galamment, la ramassa sous les quolibets des danseurs, la mit à son genou et coupa court aux railleries par ces mots : « Messieurs, honi soit qui mal y pense. Ceux qui rient maintenant seront très honorés d’en porter une semblable, car ce ruban sera mis en tel honneur que les railleurs eux-mêmes le chercheront avec empressement. »
    Cet ordre de chevalerie, le plus ancien qui subsiste encore au xxie siècle, rassemblait autour du souverain vingt-cinq chevaliers, membres à part entière. Les hommes sont appelés « chevaliers compagnons ».

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Entendu, les ondes ''noétiques'' sont plus puissantes que les particules Minovsky de Gundam 🙂

    • Tu as aussi la réponse sur l'histoire des dragons des mers pour sentir l'odeur et des appareils portables. On est dans un monde moderne, mais avec des lacunes à causes de ces ondes omniprésente qui brouille tout.

      Donc pas de radar, pas de téléphone, et les communications longue distance sur des avions doivent être merdique, avec en plus le risque de crash qui est plus important.

Laisser un commentaire