Chronicle Legion – La Route de la Conquête – Tome 1 – Chapitre 1 – Partie 4

Bannière de Chronicle Legion – La Route de la Conquête ***

Chapitre 1 : Légions envahissantes (1)

Partie 4

À bord d’un Tintagel, un destroyer de Classe A, Type 27...

Il s’agissait d’un navire militaire nouvellement construit qui avait été placé sous sa direction il y a deux mois.

Le navire avait une longueur totale de 183 m et un tonnage de quinze mille tonnes. Son corps rationalisé résultait de l’application d’une conception furtive. Le système de contrôle des armes antiaériennes, l’Œil Maléfique, était lié entre eux par des ondes noétiques et un contrôle secondaire. Le réacteur à fluide installé là et qui allait utiliser le fluide ectoplasmique artificiel allait non seulement servir de source d’énergie, mais cela allait également permettre l’utilisation des pouvoirs mystiques essentiels au déploiement des soldats géants ailés qu’étaient les Légions.

En d’autres termes, la fonctionnalité de ce navire en ferait un support pour l’arme principale de l’ère moderne, les Légions.

Ce navire avait été nommé le Tintagel et appartenait à la flotte de l’Extrême-Orient des Forces Impériales Britanniques.

« Bonjour Madame. Comment allez-vous aujourd’hui ? » déclara Sire Grayson, le capitaine du navire.

Elle... l’esprit noétique autoentretenu, le génie Morrigan... avait répondu en transmettant des ondes noétiques.

{Bonjour... Capitaine. Statut... Bon. Actuellement, commence la possession.} Morrigan avait transmis des ondes noétiques pour répondre au capitaine, Sire Grayson.

Détenteur du grade de lieutenant-colonel, Sire Grayson était un gentleman âgé. Cependant, sa réponse tardive ne provient pas de la détérioration de l’audition.

Les humains sans aptitude noétique avaient de la difficulté à entendre le contenu des ondes noétiques.

Pour gérer ce problème, Morrigan avait commencé le processus de possession.

Ce qu’elle possédait était une poupée qu’elle utilisait régulièrement. Assise sur une chaise à bascule dans la première salle des opérations du Tintagel se trouvait une poupée représentant une jeune fille ayant environ 150 cm de haut

L’apparence de la poupée était celle d’une fille de douze ou treize ans, avec des cheveux blonds légèrement bouclés atteignant la hauteur des épaules.

Cette poupée avait été confectionnée de manière exquise, bien que la peau excessivement pâle soit faite de porcelaine dure tandis que les yeux bleus étaient de la verrerie. Les ongles roses avaient été peints à l’aide d’un colorant extrait de nitidotellina nitidula, un type de coquillages.

La peau avait, non seulement, fais un bruit lorsqu’elle avait été légèrement tapotée, mais avait également eu des vaisseaux sanguins cachés sous elle.

Les vaisseaux sanguins en plastique s’étendaient dans tout le corps. Ils étaient remplis de sang bleu, le liquide ectoplasmique artificiel qui avait également servi à alimenter les légions. Morrigan avait infusé le liquide avec une partie de son esprit.

{Division de l’esprit, Possession... Succès. Éveil imminent.}

Le sang bleu à l’intérieur des vaisseaux sanguins de la poupée avait commencé à s’écouler.

Le liquide ectoplasmique artificiel, qui pourrait également être utilisé pour alimenter les systèmes de production d’énergie hydraulique, avait permis à un miracle de se produire dans cette petite poupée, le transformant en avatar de Morrigan.

... Ayant fini de posséder la poupée, Morrigan se redressa lentement.

D’une texture dure à l’origine, sa peau de porcelaine était maintenant aussi douce que la chair d’une jeune fille.

Cependant, les joints entraînés par les engrenages et les manivelles étaient restés comme des éléments mécaniques, produisant des bruits de friction quand ils se déplaçaient. Des tubes remplis du liquide ectoplasmique bleu et d’engrenages auraient pu être trouvés sur tout le corps, indiquant que c’était tout au plus une vie temporaire.

La poupée était vêtue d’un costume de marin avec une jupe et un béret.

En utilisant les globes oculaires de verre qui étaient équipés de vision, Morrigan regarda Sire Grayson.

Sire Grayson était un gentleman âgé aux cheveux blancs et un officier de la marine qui illustrait l’image d’un « gentleman solennel ».

« Lieutenant-Colonel, cela fait si longtemps... depuis la dernière fois que nous nous sommes rencontrés de cette manière, » déclara-t-elle.

« Je vous salue, Madame. Excusez-moi d’être en avance, mais je suis venu pour vous informer qu’un certain monsieur souhaiterait vous rencontrer. À partir de maintenant, votre corps sera affecté sous ses ordres, » déclara-t-il. Sire Grayson avait toujours traité Morrigan avec le plus grand respect.

Assis sur la chaise à bascule, Morrigan hocha la tête afin de lui montrer qu’elle avait compris, produisant un cliquetis des articulations de son cou.

***

Sire Grayson avait emmené Morrigan jusqu’au pont du navire. Sur le destroyer Tintagel, il y avait un pont au centre en forme de « tour ».

Ils étaient allés tous deux jusqu’à cette tour.

« Prince, merci pour votre patience, » Sire Grayson s’adressa la silhouette debout sur le bord du pont.

Elle regardait la surface de l’océan Pacifique.

Le Tintagel naviguait actuellement dans les eaux territoriales japonaises au large de la péninsule de Shima, et il allait vers l’est. S’il continuait le long de ce cap, il atteindrait Enshunada, Omaezaki et la baie de Suruga.

L’espace aérien et les eaux territoriales du Japon étaient sous surveillance de la Bête Sacrée, le Seigneur Tenryuu et les dragons des mers et les wyvernes qui le servaient.

Le fait de naviguer près de la côte risquerait de les faire être détecté, mais Morrigan avait utilisé le contrôle noétique pour appliquer des enchantements de furtivité à tout le navire.

« Permettez-moi de vous présenter Morrigan, le génie de ce navire, » continua-t-il. « Son apparition en tant que jeune fille adorable dément ses exploits héroïques qu’elle a réalisés avec moi en battant des pirates dans l’océan Indien. »

« Alors c’est elle que vous avez spécialement chargée de me servir..., » répondit le Prince.

Le « prince » qui s’était retourné pour leur parler était un jeune homme d’une vingtaine d’années.

Le jeune homme avait des cheveux d’argent ainsi qu’un beau visage. Non, on devrait l’appeler un magnifique spécimen de la gent masculine. Non seulement ses traits faciaux étaient exquis, mais son expression brillait aussi d’une ambition étonnante et d’une impressionnante aura.

« Alors que dans ce cas, je m’attendais à un guerrier aguerri... Cependant, puisque nous ne sommes pas au Palais de Buckingham ou sur les champs de bataille d’Aquitaine, je suis un peu mal à l’aise d’être appelé “Prince.”, » continua-t-il.

Le bel homme était habillé comme un officier militaire tout comme Sire Grayson.

Son uniforme militaire consistait en une chemise blanche, une cravate et un pantalon noir. Cependant, le prince avait aussi une veste noire et une cape noire en plus de ça.

De plus, il y avait une longue épée qui pendait à sa taille. Il s’agissait presque d’un uniforme militaire utilisé pour des occasions formelles.

Parfaitement à l’aise dans cette magnifique tenue, le bel homme avait réfléchi un moment avant de parler.

« Morrigan, appelez-moi s’il vous plaît Sire Chevalier Noir, » déclara-t-il.

« Affirmatif, Sire Chevalier Noir, » après avoir répondu, Morrigan avait émis des ondes noétiques.

Elle avait connecté son esprit au domaine de la mémoire de Tintagel, la base de données, et avait fouillé son vaste contenu. Elle chercha des titres tels que « Prince » et « Sire Chevalier Noir », ainsi que des hommes ressemblant au jeune homme se tenant devant elle, mais revint les mains vides. Toutes les informations le concernant avaient été classées.

« Malheureusement, ma véritable identité est classée, » Le Chevalier Noir aux cheveux argentés avait souri après lui avoir dit ça. Il avait senti les ondes noétiques de Morrigan.

Cela signifiait qu’il était un maître noétique ou un Chevalier —

« Je comprends... Vous êtes donc un Chevalier. Est-ce vrai... ? » demanda-t-elle.

« Cela va sans dire. Sinon, pourquoi demanderais-je qu’on m’appelle le Chevalier Noir ? » demanda-t-il.

« Toutes mes excuses, » répondit-elle.

L’audition de Morrigan était normale, mais elle n’était pas bonne en ce qui concernait les conversations. En conséquence, son discours avait tendance à être agité.

« Pas besoin que cela pèse sur votre esprit, » répondit-il. « Je suis actuellement affecté en tant qu’observateur, donc mon intention est de voir comment vous et votre équipe combattez, ainsi que le climat culturel du Japon. »

Sire Chevalier Noir s’était alors tourné vers l’autre soldat.

« Grayson, conformément à votre demande, j’ai réaffecté deux Chevaliers de Sa Majesté d’Angleterre pour nous rejoindre à court terme. À savoir, Stevie et Lamps. Je suppose que cela devrait suffire pour l’atterrissage ? » demanda le Chevalier Noir.

Morrigan avait de nouveau recherché dans sa base de données.

Cette fois-ci, sa recherche fut couronnée de succès. Les seuls Chevaliers de Sa Majesté correspondant à ces deux surnoms étaient Sire Steven et Sire Lampard. Ils étaient tous les deux de braves guerriers qui avaient reçu l’Appel de Médaille du Chevalier de la Grande Croix.

En réponse, Grayson avait ri et avait dit d’un ton plutôt sardonique. « C’est très appréciable de votre part. Cependant, je dois faire une correction. Dans ce cas, j’ai simplement relayé une demande de nos alliés du Japon jusqu’à chez nous. Je n’ai jamais fait un appel personnel à... »

« Je le sais. J’ai parlé d’une manière trop imprudente, » répondit le Chevalier Noir.

« Maintenant que l’imprudence est un fait accompli, je n’ai aucune objection à ce que Votre Altesse participe personnellement à la bataille, » répondit Grayson.

« À mon avis, j’aimerais le faire également, mais il y a beaucoup de seigneurs à la maison qui aiment s’engager dans de mesquines critiques, » répondit le Chevalier Noir. « Faire un geste si désobéissant avant d’assumer officiellement ma position les obligerait à faire des allégations selon lesquelles je serais “dépassé” ou “médiéval”. »

Le Chevalier Noir avait souri avec ironie, puis il avait poursuivi. « Le fait d’être sermonné après l’avoir fait serait également une nuisance, alors je refuserai d’agir pour cette occasion. Bien sûr, s’il nous arrive de rencontrer le Seigneur César qui est actuellement au Japon, cela ne me dérangerait nullement de supporter ce genre de nuisance. »

« En d’autres termes... Vous allez nous servir de stratège pour le moment ? » demanda Grayson.

« Tout à fait, » répondit le Chevalier Noir. « Cela ne leur donnera aucun motif de se plaindre de moi. »

« ... Puis-je poser une question ? » Morrigan intervient dans la conversation entre le Chevalier Noir et le capitaine. « À l’instant, à en juger par la conversation, vous êtes d’un plus haut rang que les Chevaliers de Sa Majesté et Sire Grayson. Avez-vous aussi des liens intimes avec l’élite dirigeante de notre nation... ? »

« Tout à fait. De plus, je suis votre futur patron, » répondit simplement le Chevalier Noir.

« Compris, » répondit-elle simplement.

« Dans ce cas, Morrigan, s’il vous plaît, restez à mes côtés jusqu’à ce que je prenne officiellement mes fonctions. Pourriez-vous s’il vous plaît me montrer la carte ? » demanda-t-il.

La poupée de Morrigan hocha la tête, faisant des bruits de frottement métallique.

À partir de la base de données, elle avait extrait des images du Japon et les avait projetées dans les airs en utilisant des ondes noétiques. Une carte en deux dimensions des îles du Japon était apparue devant le Chevalier Noir.

« Pour que le Fief de Gifu qui est à nos côtés puisse marcher sur la Capitale Impériale de Tokyo, il y a une route à sécuriser..., » annonça le Chevalier Noir. « Par conséquent, Tōkaidō est cette fois-ci notre cible. Il y a cinq forts tutélaires entre Shizuoka et la zone de Hakone... Hamamatsu, Kakegawa, Suruga, Fuji et Nagahama, que nous allons conquérir tout de suite. »

Pointant du doigt cinq endroits sur la carte, le Chevalier Noir avait donné des ordres de combat. « En raison des problèmes à Suruga, nous avons été contraints d’accélérer notre opération de deux semaines, bien qu’il n’y ait pas d’autres problèmes à part ça. Si tout se passe comme prévu, l’opération sera complétée sans problème. »

Bientôt, ils étaient sur le point de faire un atterrissage au Japon afin de faire une bataille pour capturer Tōkaidō.

Après que Morrigan ait utilisé une recherche noétique pour obtenir des détails plus précis, le ciel au-dessus du Tintagel était rempli d’une vaste quantité de noesis.

« Donc, vous êtes tous deux arrivés ? » Dès que le Chevalier Noir avait pris la parole, deux officiers étaient venus rejoindre Morrigan et Grayson.

Ils étaient ceux qui avaient relâché les présentes noesis. Ces deux-là étaient de jeunes hommes d’une vingtaine d’années. Portant des vestes et des capes avec chacune une épée, ils étaient habillés de la même manière que le Chevalier Noir.

Il s’agissait de deux Chevaliers de Sa Majesté que Morrigan avait appelée tout à l’heure, Sire Steven et Sire Lampard.

« Stevie et Lamps, êtes-vous prêt à sortir ? » demanda le Chevalier Noir.

« Très certainement, Chevalier Noir, » répondit Steven.

« En utilisant l’Appel qui nous a été accordé, nous convoquerons une armée pour nous battre au nom de Sa Majesté, » répondit Lampard.

En dépit de ne pas s’adresser à leur supérieur de manière trop formelle, ils avaient parlé avec beaucoup d’affections.

Tout en touchant légèrement la poche de poitrine de leurs vestes respectives, ils avaient ensuite ouvert leurs paumes. Une médaille en forme de croix, brillant d’un fort éclat, était apparue sur leurs poches à partir de l’air où rien n’avait été là il y a un instant.

Il s’agissait de la Médaille du Chevalier de la Grande Croix.

Un emblème sacré permettant de convoquer la Légion principale de l’Empire Britannique, les guerriers de la « Croisade » ou encore « Croisés ».

Tout en portant des médailles en forme de croix sur leur poitrine, Sire Steven et Sire Lampard avaient regardé le ciel. La noèse remplissant l’air avait commencé à se manifester dans un contingent de soldats.

Émettant des ondes noétiques, Morrigan calculait rapidement les effectifs.

Un total de quatre-vingt-quatorze. Chaque Légion mesurait plus de huit mètres et était entièrement équipée d’un masque blanc, d’un uniforme et d’une armure. Cette armée impressionnante comptait pratiquement une centaine de membres.

Leurs armes étaient des fusils munis de baïonnettes. Des ailes à plumes ornaient leur dos.

« Très bien. Stevie attaquera Fuji pendant que Lamps marchera sur le fort tutélaire de Nagahama... À propos, qui est responsable de Suruga, le fort qui est le plus gênant ? » demanda le Chevalier Noir.

« Sire Philneville. Il est sur le Caerleon et non pas sur ce navire, » Morrigan avait répondu à la question du Chevalier Noir.

Le Caerleon et son Tintagel étaient des destroyers du même modèle.

« Sire Terry qui est également sur ce navire est chargé de prendre Hamamatsu tandis que Sire Ashley est responsable de Kakegawa. À ce propos, Sire Chevalier Noir, puis-je poser une autre question ? » demanda Morrigan.

Puis, regardant le visage du bel homme, Morrigan demanda. « Vous avez précédemment mentionné que cela ne vous dérangerait pas de prendre part à la bataille, mais seulement si le Seigneur César devait être présent. Comment avez-vous l’intention d’engager le combat contre le Seigneur César ? »

« Très simplement. Je me rendrai personnellement à l’avant-garde et je me retrouverai dans un duel contre le héros romain, » répondit le Chevalier Noir, se vantait nonchalamment de ça.

Derrière lui, une Légion noire s’était lentement manifestée.

Son apparence était très semblable à la Croisé sauf que son uniforme et son armure étaient tous noirs. Le masque sur son visage et les ailes sur son dos étaient également noirs.

Cette Légion était précisément la raison pour laquelle il se faisait appeler « Sire Chevalier Noir ».

« Très peu de généraux sont capables de l’égaler sur le champ de bataille, » continua-t-il. « Heureusement, je suis l’une des rares exceptions, donc ce serait un développement tout à fait bienvenu que j’espère, » contrôlant des soldats géants ailés qui n’étaient pas des Croisés, l’aristocrate aux cheveux d’argent murmura ça.

Morrigan avait finalement compris sa véritable identité. Les vagues noétiques liant cette paire noire du maître et du serviteur étaient beaucoup plus fortes que celles des deux chevaliers de Sa Majesté ici. Des centaines de fois plus fortes.

« Dans ce cas, vos souhaits sont des ordres... Legatus Legionis. O héros qui est revenu du monde souterrain où les morts sont rassemblés, moi, le génie Morrigan, je vous promets ma loyauté envers vos exploits, » déclara-t-elle.

Le commandant d’une armée, un véritable Chevalier...

En écoutant ses si importants titres, le Chevalier Noir avait souri avec fierté.

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire