Chargez sa magie avec un sourire – Tome 2 – Chapitre 60

Bannière de Chargez sa magie avec un sourire ***

Chapitre 60 : La Décision

Ribek, dans le Manoir du Seigneur.

Les Maires des différentes villes se trouvaient tous réunis dans la chambre de réunion.

Ville d’Akito, Madway.

Ville de Bisk, Agafon.

Ville de Magatan, Gerashim.

Ville de Kazan, Malte

Ville de Bragadeleu, Zawal

Ville de Pelmi, Maya

Madway, Agafon et Gerashim étaient présents lors de l’incident de Marato, mais Malte et Zawal étaient nouveaux.

La restauration de la ville de Pelmi avait été retardée, car Maya était ici en tant que représentante temporaire pour cette ville.

Tout le monde était calme, à l’exception de Zawal qui avait récemment été nommé en tant que maire. On pouvait clairement voir qu’il était nerveux.

« Commençons la réunion avec les différents rapports. » Déclara Yuria afin de les inciter à commencer. Elle était à mes côtés afin de m’aider au cours de la réunion.

Madway se leva en premier avant de dire. « Les zones que Maxim a endommagées ont été en majeure partie réparées. Récemment, des réfugiés et les vestiges de Maxim ont pu être repérés. »

« Des vestiges de Maxim ? » (Akito)

« Ils nous ont attaqués quelques fois par pur désespoir, mais à chaque fois, ils ont été repoussés. Mais maintenant, ils ont exprimé le souhait de se rendre et de pouvoir vivre en ville. Que devons-nous faire avec eux ? » (Madway)

« Je vous laisse vous en charger. Comme d’habitude, il faut qu’ils se mêlent dès que possible à la vie quotidienne. Il s’agit là de la plus haute priorité. Nous leur garantissons des conditions de vie minimales et ainsi, nous les aidons à être assimilés lentement mais sûrement dans la population. Et s’ils ont du mal et ne peuvent se débarrasser de leur habitude de vivre par le pillage... alors, dites-le à Maya. » (Akito)

« ... Compris. » (Madway)

Je ne m’intéresserai pas plus à cette affaire comme je ne demanderais pas non plus à Madway de faire d’autres rapports. J’aimerais vraiment qu’ils réussissent à rentrer dans le rang, mais c’est à eux de le faire.

À la suite de quoi Madway se rassit sur sa chaise avant qu’Agafon soit le suivant à se lever. « Bisk a connu une importante croissance de son commerce. Cependant, nous manquons d’argent, plus spécifiquement du papier monnaie. Il y a de plus en plus de cas où les personnes doivent payer avec uniquement des pièces de monnaie. Donc nous aimerions que vous fassiez plus de papier monnaie. »

« Compris. Je vais m’en charger. » (Akito)

Pour ce faire, j’avais besoin de plus de sang de dragon.

« En comparaison, nous, à Magatan, possédons un surplus important de billets. Pour commencer, 90 % des gens ont déclaré qu’ils espéraient payer leurs taxes saisonnières en utilisant de l’argent. » (Gerashim)

« Tant qu’ils payent en utilisant un argent légal, alors je ne vois aucune objection. » (Akito)

« Eh bien... Ceci ne se transformerait-il pas en une situation où vous nous donnez de l’argent et à la fin, vous finissez par le reprendre... ? »

« Ce n’est pas un problème en soi. » (Akito)

Dans les faits, il ne serait pas bien du tout si nous donnions de l’argent et que cet argent ne circulait pas après ça. Dans le cas des taxes, c’était bien mieux s’ils utilisaient de l’argent afin de nous payer.

Et ainsi, l’un après l’autre, ils se mirent debout avant de faire leurs rapports.

La plupart de leurs rapports m’avaient donné un sentiment de "Tout va bien", et que tout était sur la bonne voie.

J’avais alors vérifié mon DORECA et j’avais vu que la population de mes villes dépassait les 7000 âmes.

Deux nouvelles villes étaient venues sous mon contrôle. Les restes de l’armée de Maxim avaient été absorbés, et un certain nombre de Bêtes Esclaves avaient été vaincues. Tout cela s’additionnait pour donner ce résultat.

« Tous les rapports sont donc finis. » (Yuria)

« Bon travail. » (Akito)

« La suite. Il y a deux sujets qui sont encore à l’ordre du jour. » Yuria fit progresser tranquillement la réunion.

« Le premier ? » (Akito)

« Un certain nombre de personnes ont demandé la création de lois ? » (Yuria)

« Des lois ? » Je regardais d’un air ébahi les représentants.

La plupart me regardèrent avant de hocher légèrement la tête.

Puis Maya, affichant un large sourire, déclara. « Nous avons besoin de lois. Au sein de l’unité d’élite, nous sommes particulièrement pour. Plus le nombre de personnes augmente, et plus le nombre de problèmes augmente. Nous sommes de plus en plus appelées dans différents lieux, et parfois, nous sommes aussi appelés afin de méditer et de juger d’une situation particulière, donc des lois nous rendraient tout ça beaucoup plus simple. »

« Je comprends. » (Akito)

Puis Gerashim parla. « Non seulement pour ça. Mais nous avons aussi besoin de lois du point de vue du maintien dans un état stable des villes. Jusqu’à présent, nous avons seulement essayé désespérément de survivre, mais comme nous gagnons plus d’espace afin de mieux vivre, certaines choses apparaissent soudainement. »

Madway et Agafon étaient d’accord aussi alors qu’ils me communiquaient les désirs de leur population respective.

« Je vois. Je comprends parfaitement ce dont vous parlez. » (Akito)

J’avais compris, mais en même temps, cela me troublait un peu.

Des lois... ?

Tout comme ils l’avaient déclaré, nous étions à un moment où il devenait nécessaire d’en avoir. Maintenant que nous avions une population supérieure à 7000 personnes, nous en avions rapidement besoin. En vérité, nous aurions dû les avoir bien avant. Mais je n’avais pas été capable de les créer.

J’ouvris le menu de mon DORECA, et regardai la liste d’artisanat. Mais nulle part, il n’y avait un objet ayant pour nom Loi.

J’avais jusqu’à maintenant presque toujours délégué ce genre de choses que je ne pouvais pas faire avec le DORECA à d’autres personnes.

Et pour ce cas de figure... la personne la plus à même de le faire était...

« Yuria. » (Akito)

« Oui ? » (Yuria)

« Veuillez discuter avec tous le monde, et revenez auprès de moi avec un plan. »

« Compris. » Déclara Yuria sans même changer d’expression.

Même si j’avais en gros poussé la responsabilité gênante de décider des lois sur sa personne, elle n’avait pas changé d’un iota son expression.

« Qu’en pensez-vous, vous tous ? » (Akito)

Tous hochèrent la tête positivement avant de dire. « Pas de problème. »

Mais alors, je me rendis compte qu’elle avait dit qu’il y avait encore deux choses à l’ordre du jour...

« Le prochain vient de moi. » Déclara Malte. Elle était restée calme tout le temps. Malte me regarda. Il s’agissait là du regard le plus sérieux qu’elle m’avait fait depuis le jour où nous nous étions rencontrés. Je l’avais donc aussi regardé d’un air sérieux.

Je m’étais alors demandé ce qui viendrait comme demande de sa part, et je m’y préparai mentalement.

« C’est à propos du fait qu’il serait peut-être grand temps de vous vous fassiez appeler “Roi Akito”. » (Malte)

« ... Hein !? » (Akito)

Je m’étais préparé mentalement, mais je fus quand même très choqué, car il s’agit là d’une question tout à fait inattendue qui avait été mise à l’ordre du jour.

***

Au cours de la nuit, dans la chambre se trouvant dans le Manoir du Seigneur.

J’étais en train de bouger dans le lit en regardant le plafond.

« Le Roi, hein ? » (Akito)

Je l’avais prononcé à haute voix pour ainsi voir quel effet cela me ferait. À partir du moment où j’avais été réincarné ici et déposé sur cette terre par la déesse, ce mot flottait dans mon esprit.

J’étais venu ici dans l’intention de restaurer le monde et de le gouverner. J’avais au plus profond de moi toujours pensé que je deviendrais roi après avoir restauré ce monde. Et j’avais travaillé dur avec cet objectif en tête. Mais là, plus j’y pensais en ce moment, et plus je trouvais cela étrange.

Dans les faits militaires et dans l’histoire elle-même, ceux qui arrivaient à unifier le monde ou à le dominer n’attendaient pas que tout soit terminé pour le faire, ils devenaient rois en cours de route. Puis après ça, ils continuaient la tâche d’unifier le restant. C’est pourquoi je comprenais parfaitement leurs pensées vis-à-vis du sujet. Comme la population sous mon contrôle arrivait proche de 10’000, ne serait-il pas temps que je sois vu comme étant le Roi ?

Mais en vérité, j’avais été intrigué de pourquoi cette idée ne m’avait pas été proposée plus tôt. C’était comme si le fait était tombé devant mes yeux.

Donc devrais-je devenir maintenant le roi ?

Je m’étais alors installé ici après que mon travail fut fini afin de réfléchir à cette question.

Puis, un son de *Toc* *Toc* put être entendu en provenance de la porte.

« Vous pouvez rentrer. » (Akito)

« Bonsoir, desu. » (Lilia)

Il s’agissait de Lilia. L’une de mes quatre esclaves entra dans la pièce avant de se placer devant moi. Elle tenait un plateau dans ses mains avec une tasse dessus.

« Qu’est-ce que c’est ? » (Akito)

« J’ai apporté au Maître une tasse de thé, desu. » (Lilia)

« Du thé ? » (Akito)

« Oui, c’est grande sœur Risha qui m’a dit de le faire, desu. » (Lilia)

« Je vois. » (Akito)

Je m’étais alors assis avant de prendre la tasse de thé et d’y prendre une gorgée... il était vraiment délicieux. Il possédait un goût rafraîchissant qui me permit ainsi d’éclaircir mes pensées.

« Nous avions des feuilles de thé ? » (Akito)

« Oui, il faisait partie des objets que Bisk nous a donnés en tant que taxes, desu. » (Lilia)

« Hein !? » Dis-je, surpris par sa réponse.

J’avais entendu dire que tous se passaient très bien, mais je ne savais pas qu’ils avaient pu autant récupérer afin de pouvoir même s’occuper de quelques choses comme ça.

« Les personnes qui nous l’ont apporté nous ont dit... que le meilleur moment pour le boire était au cours de la semaine, alors s’il vous plaît Onii-chan.. Heu, je veux dire mon Seigneur, essayez-le, desu. » (Lilia)

« Vraiment ? » (Akito)

Je pris alors une autre tasse de thé. Oui, il était vraiment délicieux comme ils disaient.

« Est-ce que vous en avez aussi bu ? » (Akito)

« Il a été donné spécialement pour Onii-chan. Donc il n’y a aucune chance que j’en boirais sans votre permission, desu. » Dit-elle en me souriant.

Je vois... Je suppose qu’elle avait raison d’agir ainsi.

Ainsi, je devais simplement leur en donner la permission.

« Alors, essayez plus tard, il est vraiment délicieux. » (Akito)

« Merci beaucoup, desu. » (Lilia)

Je m’étais alors assis de manière à me détendre avant de siroter tranquillement mon thé. Lilia était à côté de moi en train de me surveiller alors que je buvais.

J’allais soulever la question, et je verrais bien ce qu’elle en pense.

« Avez-vous entendu parler de la dernière demande ? » (Akito)

« Qui est à propos de quoi, desu ? » (Lilia)

« À propos du fait que je devienne Roi. » (Akito)

« Ha, ça, desu. » (Lilia)

« Et qu’est-ce que vous en pensez ? Êtes-vous pour où contre ? » (Akito)

« Lilia est contre ça, desu. » (Lilia)

« Comment ça ? » Demandai-je un peu surpris. Je n’ai même jamais imaginé qu’elle puisse être contre.

Je pensais à coup sûr qu’elle dirait. « Le fait qu’Onii-chan devienne le roi est complètement naturel, desu. »

« Pourquoi ? » (Akito)

« Parce qu’il est tout à fait naturel qu’Onii-chan devienne un Dieu, desu. Donc, il n’est pas nécessaire de devenir quelque chose comme un roi avant ça, desu. » (Lilia)

Le raisonnement de Lilia semblait un peu biaisé...

Alors même je n’avais jamais pensé à devenir un Dieu.

« Hein !? Un Dieu ? » (Akito)

« Oui, desu. Vous serez le Dieu qui a restauré le monde, desu. Alors, devenir quelque chose d’aussi petit qu’un roi n’est pas nécessaire, n’est-ce pas, desu ? » déclara Lilia comme si c’était quelque chose de complètement évident. Sa voix n’avait même pas le moindre soupçon qu’elle pourrait avoir tort.

« Eh bien, je n’ai pas vraiment l’intention de devenir un dieu... » (Akito)

« Vraiment, desu ? » (Lilia)

« Oui. » (Akito)

« Alors Lilia pense cela, desu. Si vous ne voulez pas devenir un Dieu alors nous devrions vous établir en tant que Roi. » (Lilia)

« Hein, m’établir ? » (Akito)

C’était plutôt amusant.

Après avoir fini de boire ma tasse de thé, je la lui redonnai.

Lilia quitta ensuite la place

***

Le jour suivant, dans la salle du conseil.

J’avais appelé Yuria et elle entra dans la salle après s’être inclinée à l’entrée.

« Yuria. » (Akito)

« Oui. » (Yuria)

« Dites-le à tout le monde, je serai désormais le roi. » (Akito)

« Compris. » (Yuria)

Yuria hocha calmement la tête avant d’écrire quelque chose sur un document qu’elle avait avec elle. Il s’agissait là de son action habituelle.

« Je vais donc devenir le roi, mais les choses ne devraient pas changer. Je vous laisse régler les détails, mais allons de l’avant avec cela en tête. » (Akito)

« D’accord. » (Yuria)

Puis Yuria quitta la pièce.

Le Roi. D’une certaine manière, cela sonnait comme si ce n’était pas naturel. L’absence de réaction d’Yuria avait rendu cette impression encore plus forte.

Eh bien ! À un moment donné, tout va commencer à s’assembler. Tôt ou tard, je devrais vraiment me sentir comme le roi.

Alors que je réfléchissais à ça.

— Magie a été augmentée de 100'000 —

— Magie a été augmentée de 75'000 —

— Magie a été augmentée de 180'000 —

J’avais alors reçu trois charges de magie.

À en juger par le temps avant que cela arrive... c’était simplement qu’Yuria devait l’avoir annoncée aux trois autres.

En pensant à mes 4 esclaves, je pouvais facilement et clairement imaginer les regards qu’elles avaient en ce moment sur leurs visages.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

9 commentaires




  1. 0



    0

    Merci pour le chapitre.




  2. 0



    0

    Merci pour le chapitre 🙂
    ps: la Lilia ma bien fait rire XD il se pose plein de question juste pour devenir Roi l'autre j'imagine même pas pour devenir un Dieu XD




  3. 0



    0

    Ahahah, excellent ce chapitre, encore merci !
    Comme dit psycho plus haut, la logique tordue de Lilia est vraiment excellente ! Pourquoi s'embêter a devenir un roi, c'est trop petit, vous êtes un dieu... mais MDR quoi !




  4. 0



    0

    Merci pour le chapitre




  5. 0



    0

    La maire "Martha" c'est un changement de nom pour Malte, la petite fille? Ou une autre personne?

Laisser un commentaire