Bienvenue dans une guilde de monstres – Tome 1 – Chapitre 19

Bannière de Bienvenue dans une guilde de monstres ***

Chapitre 19 : La saveur du bonheur

« Raiz, pourquoi ici... ? » demanda Lety.

Il avait choisi une auberge que Lety avait déjà vue ou plutôt, il serait mieux de dire qu’elle avait vu sa porte arrière.

Raiz avait alors répondu. « Parce que la cuisine de monstre la plus populaire de la ville est servie ici. »

Au moment où ils étaient entrés, l’odeur forte présente dans l’air leur avait mis l’eau à la bouche.

« Bienvenue ! Oh, c’est vous ! Super, vous avez même amené votre copine !? » Un homme d’une trentaine d’années était sorti de la cuisine.

« ... » Lety avait frappé le côté de Raiz avec son coude.

« Aïe ! Qu’est-ce que c’était que ça ? » demanda Raiz.

« Rien, » elle avait l’air gêné par la situation.

« Je ne comprends rien, mais passons. Monsieur, deux omelettes de cockatrice, s’il vous plaît ! » déclara Raiz.

« Tout de suite ! » L’homme leur avait montré une table et il avait déplacé la chaise pour Lety. « Voilà, madame. »

« Merci... Merci. Raiz, manges-tu toujours ici ? » demanda Lety.

« Non, pas tous les jours, mais je viens souvent ici, » répondit Raiz.

« Je vois…, » après avoir dit ça, elle n’avait plus rien dit.

« Voilà les omelettes de votre cockatrice ! » annonça l’homme.

« C’était rapide ! » s’exclama Lety.

Un aliment de forme elliptique et jaune remplissait l’assiette qui était placée devant elle.

« Comment avez-vous fait ça en moins de cinq minutes ? » demanda-t-elle en raison de sa surprise.

« Eh bien, c’est le plat le plus demandé, donc nous en préparons ! » Cette fois, la réponse était venue de la femme qui avait déjà accepté des œufs de cockatrice.

« Ah ! » s’exclama Lety.

« Rebonjour, mademoiselle. Mes omelettes sont les meilleures au monde. Alors, prenez votre temps et appréciez-les, » sans plus attendre, elle était retournée dans la cuisine.

« C’est la femme du père du propriétaire. Elle n’aide pas seulement dans la cuisine, mais elle travaille aussi comme serveuse quand ils ont besoin d’aide, » expliqua Raiz.

« Je vois, » répondit Lety.

« Mangeons avant que cela ne soit froid, » déclara Raiz en lui donnant une fourchette et une cuillère.

« D-D’accord, » répondit-elle puis elle avait pris la cuillère et avait essayé de couper l’omelette. Elle était si onctueuse qu’elle l’avait coupée sans problème.

Elle dégageait une odeur forte et délicieuse.

« J’espère que ça te plaira, » déclara Raiz.

Avec un sentiment de méfiance, elle avait placé une cuillerée de cette omelette apparemment normale dans sa bouche.

« ! ? » Au début, une sensation de sirop d’érable avait rempli sa bouche.

Cela a l’air ferme de l’extérieur, mais elle est en vérité encore à moitié cuite à l’intérieur !

À cause de cela, une saveur sucrée s’était répandue sur sa langue, et quand elle avait essayé de la mâcher, une nouvelle vague de douceur s’était abattue sur sa bouche.

Il y a des légumes hachés dedans... Carotte, oignon, chou ! C’est vraiment agréable à mâcher, et même quelqu’un qui les déteste trouverait ce plat délicieux !

Lety avait commencé à se sentir reconnaissante envers le propriétaire amical de l’auberge.

Je me demande quel est le goût de cette partie...

Elle avait pris une cuillerée au milieu de l’omelette.

« Hmm... ! Mh !? » Son corps s’était raffermi face à cette saveur inattendue.

Est-ce que c’est... de la viande !?

La partie interne du plat cachait du bœuf haché.

Après une saveur de l’œuf et des légumes, c’est ici que réside le dernier boss ?

Le visage de Lety s’était détendu en goûtant ça.

C’est quoi cette viande ? Ce n’est pas celui d’une vache, d’un cochon ou même d’un poisson... J’ai goûté le serpent et la grenouille dans l’armée, mais ce n’est aucune d’entre elles non plus... !

« Raiz, c’est quoi cette viande ? » Elle n’avait pas trouvé de réponse et lui avait demandé tout de suite.

« C’est du lapin décapiteur, » répondit Raiz.

« Vraiment !? » Elle était étonnée.

Comme son nom l’indiquait, ce monstre utilisait ses longues dents pointues pour décapiter ses proies.

Ils étaient petits, rapides et visaient généralement des points vitaux. Ils n’étaient pas très forts, mais comme c’étaient des lapins, ils avaient tendance à se déplacer en groupes.

Si une bataille durait trop longtemps, ils appelaient leurs compagnons qui sauteraient simultanément au cou de leur proie. Ils faisaient partie des cinq premières causes de décès des nouveaux aventuriers.

« Je ne savais pas qu’ils avaient aussi bon goût, » déclara Lety.

Ce terrible monstre était maintenant un lapin commun et délicieux.

« Ils sont assaisonnés à l’avance. Ils sont mijotés puis mélangés avec les légumes pour obtenir cette saveur unique, » expliqua Raiz.

« Les mélanger est vraiment brillant, car ils s’équilibrent et la viande devient plus tendre. Mais comme cela prend beaucoup de temps, ils en font de grandes quantités, n’est-ce pas ? » demanda Lety.

Lety était heureuse du fond du cœur.

Le régime alimentaire d’un chevalier était basé sur des aliments simples et, à la guerre, elle ne savait jamais ce qu’elle allait manger.

L’armée préférait généralement les aliments à haut niveau nutritionnel, donc la saveur n’était pas vraiment importante pour eux.

« Ah, » s’exclama-t-elle.

Avant même de s’en rendre compte, elle avait vidé son assiette.

Raiz avait regardé son regard triste avant de demander. « Veux-tu en commander un autre ? »

« Hein ? Vraiment !? Oui, s’il te plaît ! » répondit Lety.

Comme ce n’était pas la cantine de l’armée, Lety avait immédiatement appelé la serveuse et avait commandé une autre omelette.

« Seront-ils rapides comme avant ? » demanda-t-elle en jouant avec sa cuillère. « Hé, Raiz. »

« Mh ? »

« Es-tu heureux de travailler avec tes monstres dans cette ville ? » demanda Lety.

Elle voulait entendre sa réponse, mais elle en avait un peu peur.

Je suis sûre que c’est le bon moment pour demander. Si c’est le cas, je devrai trouver le courage de l’accepter.

Elle avait demandé ça sur un coup de tête, mais il fallait qu’elle comprenne ses véritables intentions.

« Oui, je suis heureux. Je profite au maximum de cette opportunité, et les gens commencent à s’ouvrir avec nous, » répondit Raiz.

« ... Je vois, » répondit Lety.

Il avait répondu sans hésitation, et ses attentes s’effritèrent si facilement que cela lui laissa un goût aigre dans la bouche.

« D’accord, » déclara Lety.

Elle avait regardé la nouvelle omelette qui avait été placée devant elle et avait commencé à la manger.

« C’est délicieux, » déclara Lety.

« Oui, ça l’est vraiment, » répondit Raiz.

« C’est si bon... Je suis triste, » déclara Lety.

Le temps qu’elle avait apprécié, son repas avec son ami, s’était terminé en un clin d’œil.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. kurokagespirit

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire