Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 3 – Chapitre 5

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 5 : La formation de l’escouade Améthyste

***

Chapitre 5 : La formation de l’escouade Améthyste

Partie 1

Raid du donjon, jour 2…

L’oasis du poste militaire était enveloppée dans le calme du petit matin. Mais une foule s’était rassemblée sous la tente, plus grande que les autres, où l’on distribuait des mises à jour de la situation, des rapports et des ordres. Lorsque le quartier général était occupé, c’est qu’il y avait généralement un problème quelconque. Le raid se déroulait plus lentement que prévu jusqu’à présent, et ils avaient dû rendre compte au gouvernement de leurs plans sur la façon de procéder. Il faudrait aussi qu’ils transmettent le message aux équipes qui travaillent dans le donjon en ce moment. Il y avait aussi un autre gros problème.

« … Sont-ils toujours séparés là-dedans ? »

« Nous avons dû fermer la porte et les sceller. Il y a trop d’ennemis pour envoyer une équipe de secours. »

Le commandant du groupe, Hakam, avait poussé un soupir de frustration à la suite des paroles du sorcier. Mais il savait mieux que quiconque combien il était difficile de secourir des soldats isolés. Il était bien plus important de faire tomber le boss de l’étage actuel que de réduire leurs forces en les envoyant au secours.

« Si nous vainquons le boss de l’étage, toute la zone deviendra notre domaine. Cependant, il est peu probable que nous puissions les sauver à temps. »

« En effet. Après tout, nous n’avons fait que trente pour cent du trajet jusqu’à présent. En tout cas, les équipes de Zarish et de Gaston ont fait du bon travail. » Aja le magicien avait délibérément changé de sujet. Hakam s’en était rendu compte, mais avait délibérément suivi le changement de sujet. Il n’y avait pas de temps pour s’attarder sur des questions qui ne pouvaient pas faire changer pour le moment.

« C’est difficile à croire, mais c’est peut-être vraiment le retour des héros. Ce n’est pas étonnant que vous vous soyez porté garant de leurs capacités. »

« Hmph, ce sont des héros hors de prix. J’aurais pu être content d’eux sans réserve s’il n’y avait pas eu de problèmes avec leur conduite, » déclara Aja.

Malgré les critiques, il n’y avait personne de plus fiable que les deux en question. Zarish de l’Équipe Diamant, et Gaston de l’Équipe Rubis. Ils étaient comme deux lances de charge qui se faisaient concurrence en déchirant l’ancien donjon.

Soudain, Aja et Hakam avaient remarqué un petit groupe de lumières sur l’écran qui se déplaçait. La carte de l’ancien donjon était affichée en trois dimensions. Chaque point de lumière représentait un membre de l’escouade, et les informations qu’ils avaient obtenues lors de leur exploration avaient progressivement rempli la carte. Cependant, ces points de lumière particuliers étaient loin derrière le reste.

« Hoho, ils se sont enfin réveillés. Ce garçon et son groupe semblent bien dormir. »

« Le sommeil est bien pour un enfant, dit-on… Je les envie. À cause de mon âge, je ne peux pas m’empêcher de me lever à l’aube. Et toi, Aja ? … Non, je suppose que je n’ai pas besoin de demander. » Les deux hommes souriaient, trouvant un rare moment de réconfort dans les terribles ruines. Ainsi, le deuxième jour, relativement paisible, du raid sur les donjons avait commencé.

***

On s’était réveillés en frottant le sommeil de nos yeux. Les changements les plus évidents par rapport au moment où nous nous étions endormis plus tôt dans le monde réel étaient l’obscurité, le sol dur et la chaleur du corps de la fille à côté du mien… En fait, cette partie était la même. « *bâillement*… E-Esprits de lumière… » Bâillant en appelant les esprits, une faible lumière apparut au bout du doigt de Marie. Son doigt, qui était partiellement transparent à la lumière, piqua l’air comme pour réveiller les esprits endormis, et la lumière devint progressivement plus brillante. « Hm, c’est agréable et chaud… » La fille marmonnait paresseusement, incapable de s’éloigner du confort de la couverture chaude. La lumière devint encore plus forte, et une fois qu’elle eut atteint un niveau de luminosité adéquat, Marie la piqua une fois de plus, coupant la boule de lumière en deux. Elles s’étaient envolées vers chacun des quatre coins de la pièce, éclairant la petite pièce dans laquelle ils s’étaient endormis la nuit précédente.

« Bonjour, Marie. Assure-toi de ne pas te rendormir, » déclarai-je.

« Je n’aurais jamais cru voir le jour où tu me dirais ça. Alors, quand Wridra nous rejoindra-t-elle ? » demanda Marie.

C’était une bonne question. Je crois qu’elle a dit qu’elle arriverait à notre réveil… Oh, la voilà.

Une tache noire était apparue sur le mur, grandissant graduellement jusqu’à la taille d’une personne. Cela avait suinté comme du goudron visqueux, puis des bras étaient soudainement sortis de ses profondeurs. Les bras s’étaient agrippés aux murs de chaque côté de la forme, puis avait sorti le reste de son corps… Ouais, c’était un peu flippant.

« Nyaaaaaaa !? »

Marie tremblait sous sa couverture, laissant échapper un cri étonnamment fort venant d’une personne de si petite taille. Quand le globe d’ombre avait disparu, la femme qui en était sortie nous avait appelés d’une voix joyeuse.

« Bonjour, vous deux. Et… qu’est-ce que vous faites ? Il semblerait que vous ne puissiez déjà plus vous séparer l’un de l’autre. Hmm, peut-être avez-vous l’intention de me rendre envieuse ? » Elle avait cligné des yeux vers nous avec une expression perplexe, mais j’avais eu du mal à lui répondre en étant si bien accroché. J’avais réussi à soulever un bras de l’emprise de Marie et à répondre à la draconienne.

« Bonjour, Wridra. Belle journée, n’est-ce pas ? »

« Ne me fais pas peur comme ça, Wridra ! Comment suis-je censée me rendormir maintenant ? » demanda Marie.

Hein, donc elle pensait vraiment à se rendormir.

C’était en fait assez amusant de la voir agir comme si elle avait peur. Je voulais regarder un peu plus longtemps, mais l’intérieur d’un ancien donjon n’était ni le lieu ni le moment. En mettant la couverture de côté avec un peu d’hésitation, nous avions commencé les préparatifs de départ.

« Alors, comment allaient tes enfants ? » demandai-je.

« Ils étaient les mêmes que d’habitude. Haha, haha, bien que s’occuper d’eux ait été bien plus agréable cette fois-ci. Après tout, je me suis occupée de vous deux, des enfants, » déclara Wridra.

« Quoi ? Me considères-tu aussi comme un enfant ? Je te ferai savoir que j’ai plus de cent ans. J’ai vécu bien plus longtemps qu’un vieil homme, » déclara Marie.

Mais peut-être que du point de vue d’un dragon qui avait vécu pendant des milliers d’années, nous n’étions pas loin d’un bébé dragon. En y pensant, Wridra semblait être différente, avec une atmosphère maternelle dans sa beauté. Elle avait touché l’outil magique de la main droite, manipulant les points lumineux qui indiquaient notre position actuelle. C’était une tâche simple pour elle, en tant que personne qui connaissait les tenants et aboutissants de la magie.

« OK, vous êtes prêtes toutes les deux ? Commençons le deuxième jour de notre raid, » demandai-je.

Les filles avaient levé les poings avec un enthousiaste « Ouiii ! » et le moment que j’avais attendu avec impatience était arrivé.

Je m’étais vite rendu compte que nous descendions depuis un certain temps déjà. Peut-être qu’à l’époque, les anciens utilisaient cet étage comme espace de vie. En descendant vers les étages inférieurs, il y avait moins de signes de personnes ayant vécu là, et l’atmosphère se transformait en celle d’un air plus typique de donjon. Malheureusement, cela signifiait des ennuis pour moi. Mon maître d’épée, Wridra, m’avait forcé à m’entraîner avec joie, et mon niveau de compétence avait augmenté en échange de beaucoup de fatigue. Nous nous arrêtions pour nous reposer chaque fois que Marie voulait inspecter quelque chose en tant que sorcière du groupe, et notre exploration du donjon progressait correctement. Les filles faisaient des plaisanteries entre elles, ne parlant de rien en particulier, et continuaient à descendre encore plus d’escaliers. Les esprits de lumière illuminaient notre environnement et trois ombres vacillaient à nos pieds tandis que notre groupe continuait à marcher.

Puis, nous avions remarqué quelque chose. Il semblait y avoir quelque chose de dispersé sur le sol devant, et le groupe s’était arrêté de marcher. Cela semblait être les affaires de quelqu’un, et à l’inspection, elles semblaient être neuves, mais avec plusieurs trous percés. Les objets sur le sol semblaient être des rations militaires qui avaient été piétinées.

« Hein, je suppose que l’équipe de raid est déjà arrivée dans cette zone, » déclarai-je.

« Ils devaient être très pressés. Oh, regardez par là. Il y a une porte. » J’avais regardé dans la direction que Marie indiquait, où il y avait une porte sur une partie du mur qui semblait avoir été pelée et mise à nu. Une note particulière était qu’il était couvert de chaînes noires. Les chaînes formaient un octagramme, avec ce qui semblait être des ornements cérémoniels ornant leur sommet.

« Une porte cachée. Je me demande à quoi servent ces chaînes ? » demandai-je.

« Hmm, il semble avoir été scellé par les pouvoirs d’un prêtre. Ils étaient pressés, en effet. Je peux dire que ça a été fait dans la précipitation. » Ce qui signifiait qu’ils avaient probablement eu besoin de le sceller rapidement pour une bonne raison.

« J’aimerais savoir ce qu’il y a là-dedans. Oh, peut-être qu’on peut vérifier avec la carte en trois dimensions de l’outil magique. » J’avais pris l’objet cylindrique et je l’avais activé, l’utilisant pour montrer notre environnement. Nous avions tous jeté un coup d’œil de plus près pour voir que seule une petite partie de la salle était montrée. L’elfe avait pointé du doigt, en hochant la tête avec une expression perplexe. « La carte n’est pas remplie. On dirait qu’ils n’ont pas encore fini d’explorer cette zone. »

« Hmm, il y a deux points de lumière ici. Peut-être qu’il y a encore quelqu’un à l’intérieur, » les yeux de la fille s’élargirent et se tournèrent vers moi, mais je n’étais pas encore sûr. Cela m’avait aussi fait me demander si ces lumières ne réagissaient qu’aux êtres vivants.

« Peut-être que cette porte a été fermée parce qu’un ennemi puissant est apparu et qu’ils ont dû battre en retraite ? » demandai-je.

« Oui, je me le demande aussi. J’aimerais le combattre, si possible, et s’il y a quelqu’un là-dedans, je veux l’aider, » Marie avait dégluti. Nous étions impatients de combattre un ennemi puissant, mais il semblerait qu’elle ne pouvait s’empêcher d’être intimidée par la vue de la porte sinistre et fermée.

« OK, décidons de ce qu’il faut faire. Qu’en penses-tu, Marie ? » demandai-je.

« … Je suis désolée, mais je ne suis pas sûre. Je ne peux pas imaginer ce qui pourrait nous attendre derrière cette porte… mais si nous le pouvons, je veux aider ceux qui sont là-dedans. » Elle avait serré son bâton, me regardant d’un air inquiet. Ses fines épaules semblaient sur le point de se mettre à trembler d’une minute à l’autre, mais il y avait une étonnante détermination dans ses yeux. Elle y aurait pensé plus longtemps, si elle avait été comme avant. Elle croyait que chacun devait se débrouiller seul, et elle était du genre à éviter la confrontation. Peut-être que l’influence du film qu’on avait vu hier soir l’avait changée. Les étrangers étaient, par nature, des étrangers parce que vous n’aviez pas interagi avec eux et que vous aviez le potentiel de devenir amis seulement en faisant un effort pour apprendre à vous connaître. C’était la leçon qu’elle avait tirée du film.

J’avais tendu mon poing, et la jeune fille n’avait hésité qu’un bref instant avant de former un petit poing avec sa main et de le cogner avec un regard déterminé sur son visage. Puis, le poing de Wridra s’était joint à nous par le côté, nos volontés ne faisant plus qu’une.

« OK, allons voir s’ils sont vivants et exécutons une mission de sauvetage. Notre ordre de priorité est notre propre sécurité, puis la leur, et enfin, de vaincre nos ennemis. C’est bon ? » Elles avaient fait un signe de tête.

Wridra la draconienne devait veiller sur nous comme nous en avions discuté précédemment. Marie et moi aurions préféré terminer la mission de sauvetage sans l’aide de Wridra, mais ce n’était pas le moment de faire la fine bouche. Nous avons tenu l’outil magique et appuyé sur le bouton rouge. Cela nous permettrait de communiquer avec Aja, qui était au quartier général. On pouvait entendre un bruit blanc provenant de l’appareil, puis le lien était établi.

« C’est le QG. Qu’est-ce qu’il y a, mon garçon ? Avez-vous des problèmes ? » demanda Aja.

« Non, je voulais juste signaler que nous allons commencer une mission de sauvetage dans le hall. Mais d’abord, dites-nous si les deux personnes à l’intérieur sont vivantes ou non. » Il y avait eu une pause importante. Après un certain temps, la voix du commandant Hakam avait répondu à la place de celle du vieux mage.

« … Cette zone est très dangereuse. Il y a eu des rapports sur des démons qui peuvent engendrer d’innombrables monstres. On estime qu’ils sont au niveau 80, » déclara Hakam.

« Merci pour l’information. S’il vous plaît, dites-nous s’ils vont bien, » déclarai-je.

Les yeux de Marie s’élargirent face aux paroles du commandant. Un démon de niveau 80 serait au moins considéré comme de rang moyen, et il était probable qu’il soit équipé de capacités spéciales s’il pouvait engendrer autant de monstres. Cela rendrait la difficulté attendue beaucoup plus importante que nous le pensions au départ. Nous avions délibéré sur la façon de procéder en attendant la réponse du commandant. Finalement, une voix rauque s’était élevée de l’appareil.

« … Ils sont vivants, mais à peine. Une barrière les protège. »

« Je vois. Alors si possible, nous tenterons un sauvetage. » Je me sentais un peu nerveux, vu qu’on parlait avec des gens de si haut rang. Alors que je me préparais à éteindre l’interrupteur, la liaison de communication a de nouveau sonné.

« J’ai presque oublié de le mentionner, mais si vous partez en mission, vous ferez partie de l’équipe même si vous n’êtes pas de ce pays. Nous n’avons pas l’intention de vous donner des ordres ou quoi que ce soit du genre, mais nous devrons donner un nom d’équipe à votre groupe. » Nos yeux s’étaient élargis. Apparemment, les équipes avaient toutes été nommées d’après une sorte de pierre précieuse. J’avais appuyé un doigt contre le trou du récepteur pour qu’ils ne puissent pas nous entendre.

« Je ne sais pas quoi lui dire. C’est si soudain, » déclarai-je.

« Ça n’a pas l’air de vouloir dire grand-chose, alors pourquoi ne pas choisir une pierre précieuse au hasard ? » suggéra la fille aux yeux violets, et je la regardai, puis réfléchis à l’idée.

Je suppose que je vais alors choisir une pierre précieuse qui m’est familière.

« Alors, nous aimerions aller avec Améthyste, » déclarai-je.

« Très bien. Équipe Améthyste, je prie pour votre succès, » L’elfe affichait un regard qui semblait confus, alors il semblait qu’elle ne savait pas pourquoi je l’avais choisie. Wridra, cependant, m’avait fait un sourire complice, et je n’avais pas pu m’empêcher de devenir rose malgré mon âge. Soudain, nous avions reçu une autre transmission. Une voix avait désespérément crié au milieu du bruit blanc.

« Bzz... Bzz… Ici Pierre de Sang, j’appelle à la place de notre capitaine ! Je sais que c’est trop demander, mais je vous en prie, sauvez le capitaine Zera ! »

« C’est Andalousite. Appelant aussi à la place de notre capitaine. Elle… Elle m’a aidé à m’échapper à la fin ! S’il vous plaît, sauvez le Capitaine Doula. C’est vraiment une personne au grand cœur ! »

Marie avait tiré sur ma manche, et j’avais hoché la tête. Ce nom, Zera, appartenait à l’homme qui nous avait aidés il y a quelques jours. C’était un homme gentil et fiable, ce qui explique peut-être pourquoi l’appel à l’aide de ses coéquipiers était presque un cri désespéré. L’intensité de ses émotions pouvait être ressentie même à travers le lien de communication, allumant un feu dans ma poitrine.

« … Ici Améthyste. Bien reçu, » déclarai-je.

J’avais coupé le lien. Ces histoires m’avaient vraiment excité. Je pensais les avoir dépassés au collège, mais il me semblerait qu’après tout, j’étais encore jeune. Quelque chose couvait au fond de moi au moment où j’avais atteint la porte scellée.

***

Partie 2

Tintement, tintement, cliquetis…

Les chaînes s’étaient brisées en morceaux et étaient tombées sur le sol en pierre. Nous étions entourés par l’obscurité, avec une grande porte qui avait été fermée devant nous. Et maintenant, le sceau était brisé. Nous avions demandé à Aja le mage de briser le sceau depuis la surface, et nous allions nous retrouver face à un démon qui devait être au-dessus du niveau 80. Le plâtre et la poussière tourbillonnaient dans l’air, comme pour annoncer le compte à rebours de notre bataille.

« Je ne connais pas la situation dans le hall, alors trouvons une stratégie avec le Chat de Lien Mental dès que cela s’ouvre. Mais nous devrions prioriser notre coordination, alors j’aimerais suivre le même plan si possible, » déclarai-je.

 

 

« Compris. Dis juste le mot. » Je m’étais retourné pour trouver Marie avec un regard de détermination forte, et Wridra hochait la tête derrière elle d’un air sûr. Marie faisait référence à la création des enclos avec les esprits de la pierre et à la destruction efficace des ennemis un par un. La forme de l’enceinte devra être déterminée après avoir vu la situation et les positions ennemies à l’intérieur.

« Oh, selon les circonstances, nous pourrions avoir besoin que tu utilises cette fente de compétence secondaire vide. C’est bon ? » demandai-je.

« Bien sûr. Je l’ai gardé pour ce genre de situation. » Marie fit un signe de tête confiant avec de la suie qui tachait ses cheveux et ses joues.

La porte avait commencé à s’ouvrir avec un grincement important. La lumière s’était déversée de la salle, qui était probablement le reste de la magie d’illumination laissée par l’équipe de raid précédente. Alors que nous nous tenions debout, l’ensemble de ce qui nous attendait dans la pièce se révéla lentement. La pièce était de forme rectangulaire, avec une profondeur trop grande pour que la magie d’illumination puisse l’atteindre. Les épais piliers étaient disposés en rangées et supportaient un plafond bien au-dessus. Le long du mur se trouvait un tas de monstres qui se superposaient en nombre trop important pour être compté. Il était probable que sous cette pile…

« … Voilà. J’ai repéré deux personnes, elles semblent maintenir leur barrière. Un homme semble être inconscient et est retenu par une femme. Hmm, Marie, tu peux te mettre là ? Je veux que tu sois près de la sortie pour que tu puisses t’échapper à tout moment, » déclarai-je.

« J’ai compris. Comme nous l’avons déjà dit, nous allons élargir notre position petit à petit. Peux-tu les retenir pendant que je prépare notre première fortification ? » demanda Marie.

« Roger, » je répondis à la voix qui me parlait à l’oreille par le biais du Chat de lien mental, puis je commençai à avancer. Comment dire... Ils étaient comme des fourmis qui grouillaient sur du miel. Il était inutile d’essayer de compter les monstres qui rampaient les uns sur les autres de façon grotesque. J’avais été étonné qu’ils aient réussi à les retenir comme ça toute la nuit. La personne qui mettait en place la barrière devait être extrêmement compétente.

J’avais scruté mon environnement, puis j’avais commencé en activant Sur La Route cinq fois. Cette compétence me permettait de me transférer instantanément d’un point à un autre, et elle était très polyvalente grâce à l’absence de limite au nombre de fois où elle pouvait être utilisée. Il y avait d’autres restrictions en contrepartie. Il y avait une limite de poids, je devais marcher sur le sol avec les deux pieds, et je ne pouvais me déplacer que vers des points qui étaient dans mon champ de vision. J’avais fait des attaques rapides sur les monstres qui menaçaient de s’approcher de Marie. J’avais déjà mémorisé la position de leur cœur et la façon de les vaincre, de sorte que j’avais l’impression qu’ils mouraient automatiquement dès que j’avais fini de me téléporter. Le bruit des monstres se dissolvant dans un nuage de poussière résonnait dans mes oreilles.

« Ils ne chargent pas pour le moment, donc je pense que je vais commencer à avancer, » déclarai-je

« On ne sait pas quand ils pourraient commencer à nous envahir. Ne fais rien d’imprudent, d’accord ? » Elle me l’avait dit, mais je pensais être plus efficace quand j’étais un peu imprudent. Je veux dire, c’était après tout un monde de rêve pour moi. Se blesser n’était pas grave, et je me réveillerais au Japon si je finissais par mourir, mais je suppose que me rendormir après serait un peu douloureux.

La montagne de monstres ne s’approchait toujours pas, et seuls ceux qui nous remarquaient couraient vers moi. Ceux-ci n’étaient encore qu’au niveau 40 environ, et je les avais facilement vaincus d’un seul coup, grâce à l’entraînement de Wridra. J’étais apparu au flanc d’un monstre et avant que ses yeux de marbre ne puissent se concentrer sur moi, j’avais enfoncé mon épée dans son crâne jusqu’à la moitié de ma lame. Je l’avais tourné rapidement, puis j’avais retiré la lame. Le ventre de la créature s’était effondré sur le sol avant même qu’elle n’ait pu faire un bruit. Il semblerait que cela prendrait un certain temps, alors j’avais décidé de mémoriser ce mouvement avec Précision. Maintenant, je pourrais tuer instantanément ces monstres en leur coupant le cœur ou la tête.

Un par un, les monstres étaient tombés sur le sol dans le sens des aiguilles d’une montre. Mais bien sûr, je ne pourrais jamais les vaincre tous avec cette méthode. L’objectif n’était pas de vaincre tous les petits avortons, mais de faire sortir le démon qui se cachait quelque part. Et pourtant…

« Hmm, je n’ai aucune idée d’où il est, et leur nombre ne diminue pas du tout. D’où peuvent-ils bien venir ? » demandai-je.

« Oh, c’est vrai. S’ils sont plus nombreux à frayer, j’aurais dû essayer de détecter d’où ils viennent. Peux-tu en tuer une vingtaine pour que je puisse essayer ? » demanda Marie.

Hein, c’était une tâche compliquée après m’avoir dit de ne pas être imprudent. Comme j’avais besoin d’en vaincre beaucoup, j’avais échangé certains des emplacements que j’avais mémorisés avec Précision. Elle pouvait tenir jusqu’à une vingtaine de coups, alors j’avais mémorisé plusieurs schémas d’attaque pour attaquer de face, de côté et de dos. Bien sûr, je viserais le cœur ou la tête, où je pourrais éliminer l’ennemi d’un seul coup. Dès que je remplissais certaines conditions de « distance » et de « position », j’attaquais automatiquement. L’avantage de ceci était… Eh bien, ça m’avait demandé peu d’efforts.

« Un nouveau monstre est apparu. J’ai détecté plusieurs créatures au fond du couloir, derrière le pilier, » déclara Marie.

« Merci. Je suis tout échauffé maintenant aussi. Comment est la situation de votre côté ? » demandai-je à Marie et Wridra.

« Ma première structure est presque prête. Mais comme tu sembles tenir le coup assez facilement en ce moment, je veux aussi commencer à travailler sur la prochaine étape. Ça te convient ? » demanda Marie.

« Absolument, » lui avais-je dit. « Ne fais pas attention à moi ! »

J’avais maintenant quatre tâches à accomplir. Protéger Marie, vaincre le démon au bout de la pièce, nettoyer les Mobs faibles et secourir les deux dans la barrière qui pouvait s’effondrer à tout moment. Eh bien, c’était assurément plus intéressant de cette façon. Plus la tâche semblait impossible, plus la joie de l’accomplir était grande. Peut-être que j’étais un joueur dans ce sens. Bien que je n’avais pas vraiment joué à beaucoup de jeux dans le monde réel.

« Alors, pourquoi ne travaillerais-je pas sur deux missions à la fois ? C’est parti, » déclarai-je.

Je faisais attention à ne pas faire de bruit avant, mais il était temps de transpirer. Je levai mon épée et commençai à avancer sans hésitation. Même maintenant, je pouvais entendre le fracas des monstres qui s’attaquaient à la barrière près du centre de la pièce. Ils semblaient terriblement énervés. Ils étaient tellement concentrés par leur soif de sang pour leur cible qu’ils avaient à peine remarqué mon approche. Mais la marée commençait à tourner. J’avais marché vers eux, abattant chaque monstre qui entrait dans mon champ d’attaque. Je les laissais délibérément pousser leurs cris de mort, et les autres tournoyèrent dans ma direction comme s’ils avaient reçu une décharge électrique. En regardant les expressions de leurs visages, je m’étais lentement déplacé sur le côté. Alors même qu’ils venaient en masse vers moi, j’avais déjà mémorisé comment les vaincre avec ma compétence de Précision. Tant que je faisais attention à mon positionnement, le reste était pris en charge. Comme je l’avais mentionné plus tôt, ma capacité de mouvement instantané, Sur la Route, n’était pas sans faiblesses. L’un des inconvénients était que je ne pouvais voyager qu’à un endroit que je pouvais voir, donc j’aurais pu avoir des ennuis s’ils m’avaient entouré au point où je ne pouvais pas trouver un endroit où m’échapper.

« Je pense que je vais lentement faire mon chemin vers l’extérieur, » déclarai-je.

La réaction n’avait pas été trop forte au début, mais lorsque la montagne de cadavres avait commencé à s’empiler, leur attention avait commencé à se concentrer sur moi. La vue des innombrables yeux qui se tournaient vers moi était… enfin, pas trop effrayante, en fait. Je pourrais de toute façon toujours sauter si j’en avais besoin.

« Ah… ! Ouah ! » Marie ne pouvait s’empêcher de s’exclamer, voyant les ennemis descendre à un rythme record. J’avais fait des illusions chaque fois que j’avais failli être encerclé, mais ma marche régulière ne s’était jamais arrêtée. Tout cela grâce à la Précision, qui m’avait transformé en une machine à tuer les Koopahs automatisée, mais il était également vrai que je me poussais très fort. Je n’avais pas l’impression de faire des efforts, mais je sentais que ma vitalité était sapée. « C’est… un peu sinistre. Te regarder me fait mal. »

« Hmm, je ne suis pas sûr de ce que je ressens à ce sujet. De toute façon, j’attirerai les ennemis vers le fond, mais fais-moi savoir si tu as besoin d’aide, » déclarai-je.

« Très bien. Je viens de terminer la préparation de la deuxième structure. » C’était assez rapide. Avec son comportement calme et son utilisation précise de la magie, il était possible qu’elle me surpasse un jour.

La mer de monstres devant moi ressemblait à des dinosaures à la tête surdimensionnée, grinçant des dents comme un banc de piranhas. Ils pouvaient même sauter très haut dans les airs, ce qui les rendait particulièrement gênants. Peut-être que la vue d’un monstre mourant par seconde était étrange à voir, en effet. Mais il fallait que je puisse maintenir un tel rythme si j’espérais pouvoir affronter un si grand nombre de personnes.

« Oh, je n’ai plus que la moitié de ma vitalité. J’espère que je pourrai atteindre le démon, » déclarai-je.

J’étais à peu près à mi-chemin de ma rotation du côté sud lorsque j’avais fait une telle observation, mais mes progrès n’avaient pas été sans résultats. J’avais peut-être dépensé beaucoup d’énergie, mais il était maintenant beaucoup plus facile pour nos deux sauveteurs de s’échapper. La femme s’était finalement tournée vers moi, ses cheveux roux ondulant avec le mouvement. Elle s’accrochait encore désespérément à l’homme, qui semblait inconscient.

« Vous deux, s’il vous plaît, évadez-vous dès que vous en avez l’occasion. Mes compagnons vous attendent là-bas. » Elle était couverte de sueur et de saleté, mais ses yeux étaient d’une force étonnante. Je pouvais sentir un amour puissant entre eux alors qu’elle tenait l’homme dans ses bras.

C’est pourquoi elle a pu survivre toute la nuit comme ça… J’avais continué à marcher tandis que la pensée me traversait l’esprit, quand j’avais entendu la voix excitée de Marie.

« Un autre niveau de plus… ! » s’écria Marie.

« Marie, ne te laisse pas distraire par les niveaux en ce moment. Nous devons nous concentrer sur le sauvetage de ces deux-là, » déclarai-je.

« D-D’accord ! Oh, le démon bouge ! » déclara Marie.

Je l’avais aussi vu. Il avait dû remarquer que je m’approchais alors que je conduisais la foule d’ennemis plus loin dans le fond de la pièce. La créature qui était apparue derrière le pilier était un mince démon d’environ trois mètres de haut. En fait, peut-être que « mince » ne l’avait pas tout à fait décrit. Son corps était mince, comme s’il avait été formé de fils, et seules les cornes noires de sa tête étaient anormalement grandes. Ses yeux étaient comme des points blancs et brillants. Son front était orné d’un pentagramme inversé, et les multiples orbes d’obscurité qui flottaient autour de lui étaient probablement l’une de ses compétences. Puis, il avait crié.

Kyaaaaaaaaarrrgh !!

La bouche tendue à la verticale, il laissa échapper un grincement comme des fils de fer qui s’entrechoquaient. Ce n’était pas juste un cri, mais le langage des démons. J’aurais aimé l’apprendre un jour, mais… Non, peut-être que je ne devrais pas. J’avais le sentiment que Mademoiselle l’Elfe en serait venue à me détester si je faisais un tel bruit.

Alors que Marie analysait l’adversaire, le nom du démon apparut au-dessus de sa tête. Je pouvais à peine distinguer les lettres floues qui épelaient « Raab », et je m’étais dit que c’était un monstre rare. J’avais été surpris de constater que mon front était humide de sueur à cause de la pression intense que la créature émettait. Puis, j’avais entendu la voix alarmante de Marie dans ma tête par le biais du Chat de lien mental.

« Immunisé contre les attaques physiques, niveau de la barrière… Wôw, 82 ! Je ne peux pas localiser la source de son amplification magique, » déclara Marie.

« Ils sont généralement au cœur ou à la tête. Plus important, je suppose que ça annule les attaques physiques, hein ? Je sais que tu es très occupée, mais penses-tu pouvoir m’enchanter ? » Avec deux coups de pied rapides du sol, j’étais de retour à portée de Marie. Ouais, je n’aurais pas pu conquérir les donjons par moi-même sans cette mobilité. Les monstres m’avaient perdu de vue, et ils avaient tourné leurs grosses têtes en me cherchant dans la confusion. Pendant ce temps, le démon restait là où il était sans se donner la peine de le poursuivre. Malgré son apparence sauvage, il semblait avoir une personnalité soignée.

« Ne bouge pas, je te jette un sort. Je ne suis pas encore très douée pour la magie sacrée…, » déclara Marie.

« Tu peux le faire, Marie ! » déclarai-je.

Elle acheva son incantation, et des taches de lumière se rassemblèrent dans mon épée levée. Mon épée noire avait laissé échapper un hurlement désagréable, puis s’était brouillée momentanément. D’un grand coup, un symbole sacré le reconnaissant comme un objet d’un autre monde apparut sur l’épée.

« Uuugh, le niveau 40 est le plus haut que je puisse atteindre ! Cette épée n’est pas très compatible avec la magie sacrée, » déclara Marie.

« C’est suffisant. Je ne pouvais que m’enfuir jusqu’à présent, mais je peux enfin combattre le démon avec ça. J’ai hâte ! » J’avais fait quelques mouvements d’entraînement avec l’épée, et il faisait des bruits satisfaisants à chaque coup. Un monstre s’était approché de moi à ce moment-là, et je lui avais tranché la tête en un instant. La section qui avait été coupée brilla, et même son sang présentait une lueur éclatante.

« Wôw, c’est vraiment satisfaisant. OK, je pense que je vais me reposer un peu avant d’y aller, » déclarai-je.

« Il va commencer à clignoter quand l’effet sera sur le point de s’épuiser, alors fais-moi savoir si cela se produit. Ma troisième structure est prête, je vais donc commencer à les activer dans l’ordre, » déclara Marie.

Les choses commençaient à se mettre en place. Je voulais déjà vaincre le démon, mais il valait mieux être prudent. Le sol grondait alors que la première structure s’était activée.

***

Partie 3

J’avais couru sur le chemin qui s’étendait entre deux murs parallèles. En y repensant, je n’étais pas un grand coureur. Mes méthodes habituelles de voyage étaient la marche ou la téléportation. Je m’étais retourné avec ces pensées en tête, alors que des monstres au visage horrible me poursuivaient. Le raz-de-marée noir qui se dirigeait vers moi me rappelait un film d’horreur qui était populaire il y a quelque temps. J’avais dérapé pour m’arrêter dans une impasse, et je n’avais plus d’endroit où courir. Les monstres m’avaient vite rattrapé, m’engloutissant dans leur vague. Leurs dents avaient arraché mes bras et mes jambes, me dévorant sans pitié… mais ensuite, mon corps s’était déformé, devenant amorphe en perdant sa forme. Comme d’habitude, j’avais utilisé ma compétence « Image Fantôme ».

Ces murs ne faisaient pas partie du donjon original. Ils avaient été créés avec les esprits de pierre qui avaient été invoqués par la magie spirituelle de Marie. Mon vrai moi se tenait au sommet d’un mur de pierre d’environ deux mètres de haut, observant la vue ci-dessous. Ils criaient et sautillaient en vain. Puis l’entrée se referma derrière eux, les entassant dans une pièce hermétique. Les flammes avaient immédiatement éclaté sous leurs pieds, et j’avais sauté à un niveau plus élevé pour éviter la chaleur. J’avais atterri avec légèreté sur une plate-forme où se trouvaient Mariabelle, la fille elfe et Wridra, la draconienne. Marie jeta un bref regard dans ma direction, mais semblait plutôt préoccupée à lancer l’incantation pour rôtir les monstres en entier. La lumière du feu se reflétant sur ses yeux violets clairs, ils ressemblaient encore plus que d’habitude à des gemmes d’améthyste.

« Salut. On devient beaucoup plus efficace maintenant, n’est-ce pas ? » demanda Wridra.

« Hmm, cette méthode est différente de la précédente. Y avait-il un problème avec la méthode précédente ? » Marie et moi avions hoché la tête en réponse à la question de Wridra. Avant, nous avions posé des mines magiques pour faire exploser les ennemis qui nous poursuivaient. Cela n’avait pas vraiment fait de dégâts mortels, mais cela les avait suffisamment perturbés pour que je puisse porter le coup fatal.

« L’ancienne méthode entravait beaucoup ma mobilité. Tu sais, comme je peux me passer des murs des deux côtés. » Comme j’étais spécialisé dans la mobilité, fuir et échapper aux ennemis n’était pas un problème. En gros, nous étions passés à un plan qui pourrait éliminer plus efficacement plusieurs ennemis à la fois. J’avais regardé en bas, entendant les échos de feu et de monstres hurlants. Marie avait terminé son incantation de sorts, avait baissé son bâton et m’avait regardé.

« Tu devrais soigner ton énergie tant que tu le peux. Tiens, prends du thé, » déclara Marie.

Elle m’avait tendu une bouteille en plastique, que j’avais prise avec gratitude. Je m’étais assis sur le rebord de l’estrade et Marie s’était assise à côté de moi. C’était une vue horrible pour un rendez-vous, mais ce n’était pas le moment d’être difficile. Et ainsi, j’avais englouti mon verre et étanché ma soif. J’avais regardé le plafond sur un coup de tête et j’avais fait un commentaire.

« Oh, on dirait qu’il y a de la ventilation ici aussi. L’air ne s’amincit pas et la fumée ne s’accumule pas, même avec tout ce feu, » déclarai-je.

« Je n’utiliserais pas le feu dans des donjons comme celui-ci s’il n’y en avait pas. Cependant, ils brûlent vraiment bien. Peut-être qu’ils avaient beaucoup de graisse ? Héhé, je ne peux pas attendre le prochain piège, » déclara Marie.

Je m’étais demandé de quoi elle parlait, mais mon attention était tournée vers la « première structure » que la fille avait évoquée. Les Koopahs n’étaient pas les créatures les plus intelligentes du coin, mais même eux ne restaient pas inactifs pendant qu’on les faisait rôtir vivants. Ils s’étaient attaqués aux murs à plusieurs reprises, formant des fissures dans les murs de pierre à chaque coup.

« Je dirais qu’on peut les brûler comme ça encore trois fois environ. Mais cette méthode ne fonctionnera que contre les mobs les plus faibles. Je doute que les plus intelligents mordent à l’hameçon, » déclarai-je.

« Ouais, les Koopahs sont assez bêtes pour attaquer tout ce qui bouge. Je suppose que c’est ce qui les rend efficaces pour monter de niveau, » déclara Marie.

Les Koopahs étaient classés comme des « mobs plutôt faibles », mais leur niveau était en fait modérément élevé. Je suppose que « modérément élevé » était une description appropriée pour le niveau 40. Mais malgré leur manque d’intelligence, ils constituaient toujours une menace certaine lorsqu’ils étaient en nombre suffisant. Toute cette épreuve m’avait fait réfléchir sur les raisons pour lesquelles les sorciers étaient considérés comme les stars du champ de bataille. Une fois le plan mis en place comme ça, leur puissance de feu était sans limites. Quiconque avait vu la grande foule de Koopahs cuir dans le feu ardent serait probablement d’accord. Quant à Marie, elle regardait les impressionnants dessins de dragons sur son bâton.

« Je dois beaucoup de ces résultats à l’aide de Wridra. Un jour, j’espère pouvoir y arriver même sans ton bâton, » déclara Marie.

« Oui, peu de gens ont le pouvoir de contrôler les esprits avec autant d’habileté. Bien que, en tant qu’elfe, tu aies une longue vie devant toi. Je ne dirais pas que c’est impossible, » répondit Wridra, endormie, à côté de Marie. Elle semblait se sentir assez laxiste, et nous étions relativement en sécurité avec notre configuration actuelle.

Cependant, tout ne se passera pas sans heurts à partir d’ici. Le démon n’avait toujours pas bougé du fond de la pièce, et il continuait à engendrer des monstres au même rythme. Nous avions réussi à guérir et à nous stabiliser, tandis que le démon gagnait une paix momentanée.

« Cette invocation sans fin pourrait être la capacité spéciale du démon. Peut-être que tous les Koopahs de cet étage ont été engendrés par lui. Mais je ne comprends pas pourquoi il est juste assis là sans bouger, » déclarai-je.

« Oui, je suis sûre qu’il peut utiliser la magie, mais il n’a rien fait. Il se peut qu’il doive rester un observateur pour une raison quelconque, » répondit Marie.

Nous avions vaincu les monstres engendrés pendant tout ce temps pour tester s’il y avait une limite aux monstres qu’il pouvait invoquer, mais à en juger par la façon dont les renforts continuaient d’arriver, il semblait peu probable qu’ils s’arrêtent. Nous avions encore des réserves sur les structures en pierre, mais notre énergie n’était pas illimitée. S’il n’y avait pas moyen de l’appâter, il fallait passer à l’offensive.

« Je me suis assez reposé, alors je vais maintenant aller défier ce démon, » déclarai-je.

« Fais attention. Peu de gens ont réussi à vaincre un démon de rang moyen ou supérieur. » Le fait de l’entendre m’avait encore plus remonté le moral. J’aurais aimé devenir l’une de ces « quelques personnes ». Bien que je n’aurais pas eu d’autre choix que de fuir sans l’enchantement magique de Marie.

Je remarquai que les monstres que j’avais attirés dans notre piège avaient tous été complètement incinérés, et la porte en pierre s’ouvrit à nouveau pour le remplir de combustible afin de faire plus de feu. À ce rythme, il était peu probable qu’il y ait des problèmes. J’avais quitté la plate-forme et m’étais téléporté sur le sol de la pièce. Les monstres se précipitèrent avec ferveur vers la structure que Marie avait préparée, mais la salle était par ailleurs silencieuse. Les créatures étaient entrées en collision les unes avec les autres alors qu’elles se pressaient dans la seule entrée. Notre groupe était venu faire une descente dans le donjon, et il était donc un peu étrange de voir les monstres défier ce donjon miniature que la jeune elfe avait conjuré.

Je n’étais pas le seul à observer cette vue. L’homme et la femme étaient assis sur le sol avec des couvertures enroulées autour d’eux, la femme regardant ça avec une expression abasourdie.

« Je suis allé voir les deux autres, mais ils devraient aller bien pendant un certain temps. Il semble que Zera va reprendre connaissance, » déclarai-je.

L’homme et la femme, qui étaient couverts de suie et de boue, étaient les deux individus que je venais de secourir plus tôt. La femme tenait l’homme dans ses bras, les yeux argentés fixés sur moi, l’air encore confus sur ce qui se passait. Sa confusion, pour être juste, était une réaction assez appropriée. J’avais renoncé à essayer d’obtenir une réponse de sa part et je m’étais retourné, quand j’avais entendu un « Merci » murmuré par-derrière. Je m’étais retourné pour lui faire face et j’avais trouvé un regard de soulagement sur son visage. Après lui avoir fait un signe de la main, j’avais recommencé à marcher.

J’étais descendu du pavé, puis je m’étais arrêté. Devant moi, il y avait un mur avec des motifs particuliers gravés, indiquant que j’avais atteint l’extrémité de la salle. Puis, comme s’il m’avait attendu, le démon émergea lentement de derrière le pilier. J’avais déjà vu à quoi cela ressemblait, mais le seul mot que j’avais pu trouver pour le décrire était « anormal ». La chose était mince comme un rail, mais sa hauteur atteignait environ trois mètres. Il me cria de façon menaçante, un bruit comme des fils qui se grincent les uns sur les autres émanant de sa bouche étendue verticalement. Maintenant, il était temps de chasser un délicieux démon. Les démons étaient des créatures qui n’étaient pas de ce monde à l’origine, donc ils ne pouvaient pas être blessés par la plupart des attaques physiques. Ils avaient un trait de caractère qui leur donnait une immunité physique complète, c’est pourquoi j’avais reçu un enchantement saint de Marie. Je pris mon arme à la main en avançant, et les traits du démon Raab brillèrent d’une teinte dorée. À chaque pas lourd, la créature avait laissé des fissures en forme de toile d’araignée dans le sol. Il avait écarté ses dix longs doigts vers moi, bien que je ne sois pas sûr de la raison. Les doigts étaient disposés en cercle et commençaient à faire d’étranges bruits de tic-tac. Je n’avais aucune idée de ce qu’il essayait de faire. Mais il n’y avait pas de temps pour l’hésitation, et j’avais maintenu mon rythme en avançant, en essayant de calmer mon cœur qui battait rapidement.

« Une bataille avec un démon de rang moyen… Comme c’est excitant. Je ferai volontiers d’autres sauvetages si je peux faire des rêves comme ça, » déclarai-je.

Je ne savais pas ce qui allait se passer. C’était ce qui avait rendu ça si excitant. La raison pour laquelle j’avais pensé de cette façon était probablement parce que j’avais passé mon temps dans un endroit paisible comme le Japon. Je passais mes journées dans un ennui total, me sentant impuissant à faire quoi que ce soit par moi-même au fur et à mesure que les jours passaient. Mais une telle mélancolie fut mise de côté lorsque le doigt du démon se mit à briller. En un clin d’œil, un laser noir avait effleuré ma joue et était passé derrière moi, faisant sauter le sol avec lequel il était entré en contact et faisant monter mon excitation vers de nouveaux sommets.

« Un rayon laser noir ! ? C’est dingue ! » m’écriai-je.

Mes pieds avaient atterri contre le mur, et j’avais enfoncé mon épée noire dans la surface en même temps. Je voulais profiter d’autres combats d’anime, mais j’avais sorti l’épée immédiatement après. Le démon avait de nouveau tourné sa main encore incandescente vers moi. Une flamme rugissante était apparue sur le mur où je venais d’être. La force magique tirée de la main de mon adversaire avait arraché un morceau du mur, puis avait continué à me poursuivre alors que je me posais sur le sol. J’allais finir par être traqué si je continuais comme ça. Réalisant cela, je m’étais tout de suite téléporté dans le dos du démon. Mon épée était tenue au niveau de la taille et prête à se balancer, mais quelque chose ressemblant à une tache d’encre dans l’eau apparut devant moi. Puis, j’avais remarqué que le pentagramme sur la tête de Raab avait une tache similaire.

« Quoi ? Une attaque en réponse !? Vous plaisantez ! » m’écriai-je.

Quelque chose avait mordu à l’endroit où je me tenais avec une bouchée ! Une masse noire de la taille d’une voiture avait dévoré le sol et tout ce qui s’y trouvait avec ses énormes mâchoires. Étourdi, je perdis l’équilibre et je criais en roulant sur le sol.

« Argh ! Ce n’est pas n’importe quel monstre de rang moyen ! » criai-je.

Le fait qu’il puisse passer de la distance à la proximité à la volée m’avait permis de constater qu’il avait une grande expérience du combat. Une espèce rare avec des capacités spéciales, et un démon qui existait depuis les temps anciens… Il devait être de niveau 82 environ. Mais ce n’était pas le moment de faire des observations aussi calmes. La touffe noire d’avant commençait à changer de forme. Un géant, ressemblant à une anguille, était tombé à côté de moi avec un bruit sourd, leur nombre augmentant rapidement. C’était un Serpent Unagi qui avait été invoqué avec sa capacité spéciale. Sa bouche béante formait un cercle rond, et sa gueule pleine de dents pointues était franchement un peu terrifiante.

« Es-tu vraiment au niveau 80 ? Tu sembles de plus haut niveau, » déclarai-je.

Il y avait soi-disant des choses qu’on appelait des boss d’étage. Il y avait plusieurs sortes de donjons, des ruines normales aux endroits qu’un grand boss comme le Magi Drake avait transformées en leur propre bastion. Ensuite, il y avait des donjons comme celui-ci, où il était composé de plusieurs étages qui étaient gérés différemment, avec des boss d’étage différents qui prenaient la direction de ces étages. Je l’avais dit à haute voix, et la voix de Marie m’avait parlé à l’oreille.

« Si c’est vraiment le boss d’étage, il semblerait être beaucoup trop proche de l’entrée. Je pense que la raison pour laquelle les autres équipes se sont retirées, c’est aussi parce qu’elles pensaient que Raab n’était pas le boss de l’étage, » déclara Marie.

« Je suis d’accord, mais sa magie est vraiment forte. Ça pourrait être quelque chose comme un boss d’étage, mais pas tout à fait. De toute façon, je suppose que c’est à tous les coups au moins un boss de milieu d’étage, » répondis-je.

La tendance à avoir des conversations tranquilles à des moments inopportuns était une de mes mauvaises habitudes. Je me souciais beaucoup d’affronter l’inconnu en combattant avec des adversaires mystérieux, mais mes conversations avec Marie étaient encore plus importantes. Avec le temps que j’avais passé à parler, j’avais fini par être entouré de sept des monstres géants ressemblant à des anguilles. Ils avaient le ventre blanc, et la façon dont ils se tortillaient le corps enrobé de fluides visqueux rendait la comparaison encore plus pertinente. Les nombreuses rangées de jambes qui bordaient leurs côtés étaient assez effrayantes à regarder. Mais alors même qu’ils se précipitaient vers moi et remplissaient ma vision de leur forme, je m’étais seulement préparé au combat.

« S’ils sont aussi bêtes que les Koopahs, il n’y a pas de quoi avoir peur, » déclarai-je.

***

Partie 4

Le Serpent Unagi géant avait fermé sa gueule, dévorant ma savoureuse… illusion. En fait, je doutais que ça ait un goût quelconque. Je m’étais encore une fois levé du sol pour me téléporter dans le dos du démon. J’avais immédiatement suivi avec un coup sec à sa jambe de fils tressés, mais une phosphorescence obscure avait bloqué la majeure partie de mon attaque. Après tout, une barrière du niveau 82 n’était pas du tout à prendre à la légère.

Kyaaaaaaaaarrrgh !!

J’avais senti un frisson couler le long de ma colonne vertébrale alors que sa tête se tordait pour me faire face et émettre un cri perçant. Ce bruit métallique était en fait le langage des démons, et il servait d’incantation magique. Et ainsi, il avait pointé son doigt noueux vers moi une fois de plus, tirant une fine substance en forme de corde dans ma direction. Cela avait perforé le pavé de pierre où je me trouvais, mais j’avais déjà avancé sur son flanc opposé.

« Aïe, des tirs de fil de fer ? Ils sont rapides et tirent rapidement. Ça va être difficile de continuer à les éviter tous. Je pense que je vais essayer d’attaquer plusieurs fois, » déclarai-je.

Je l’avais dit d’un ton désinvolte, mais une bouche géante se profilait déjà derrière moi. Le Serpent Unagi avait avalé mon illusion avec joie, et je lui avais jeté un regard de côté lorsque j’avais commencé mon assaut sur le démon. Les éléments clairs et sombres s’affrontaient, mais je poussais l’attaque pour briser la barrière avec des coups consécutifs. Des étincelles noires avaient jailli lorsque j’avais attaqué ce qui ressemblait à sa cuisse à plusieurs reprises, mais cela ne m’avait pas permis de me concentrer uniquement sur l’attaque. Il semblait changer de vitesse pour faire des sorts à courte portée. La créature avait rapidement tiré des tirs de fils de fer, perçant d’innombrables trous dans la pierre derrière moi. J’étais content d’avoir une certaine distance entre moi et Marie pour qu’elle n’ait pas à voir ça. Si c’était le cas, son cœur battrait la chamade probablement comme il le faisait quand on regardait des films ensemble. J’avais donné un coup de pied de la tête du Serpent Unagi, puis j’avais utilisé l’élan de ma pirouette pour trancher sous mes pieds. Je n’avais pas tout à fait coupé jusqu’au bout, mais sa mâchoire supérieure avait été enlevée, et son cri avait résonné dans la pièce alors que du sang noir jaillissait de sa blessure.

 

 

Hmm, c’est tranchant.

Je supposais qu’il fallait s’attendre à cela de la part d’une épée affûtée par la Mage-Drake et enchanter par la magie sacrée, mais je n’avais toujours pas progressé vers mon objectif. J’avais continué mon assaut incessant, mais peu importe le nombre d’attaques, la force de la barrière et le corps malléable du démon empêchaient tout dommage. Nous avions continué à nous battre sans faire de gestes décisifs, mais les dommages causés à notre environnement devenaient excessifs. Le pavé de pierre avait été réduit en miettes, et les Serpents Unagi avaient été mis en lambeaux et envoyés au loin.

« Ça ne mène nulle part. Si je pouvais juste avoir une coupe nette, je pourrais mémoriser ce mouvement avec Précision, » déclarai-je.

« J’aurais peut-être pu faire une enceinte si je pouvais t’envoyer les esprits de pierre, mais c’est un peu trop loin. Je dois aussi protéger Zera… Y a-t-il un moyen de le conduire ici ? » demanda Marie.

Ce n’était pas une tâche facile. J’avais essayé de l’appâter en mettant une certaine distance entre nous, mais le démon n’avait toujours pas essayé de quitter sa place à l’arrière. Il était compétent pour les attaques à distance, donc lui donner de l’espace ne le désavantageait pas. Donc… si tirer ne marchait pas, je devais essayer de pousser. Bien que j’allais demander au Serpent Unagi de pousser pour moi.

Je savais déjà que je ne pouvais pas éloigner Raab de sa place. Mais les monstres qu’il avait invoqués étaient une autre histoire. La créature avait mordu à l’illusion que j’avais laissée là comme appât, pour trouver son maître, Raab, qui l’attendait juste devant elle. Elle courait partout, essayant de m’attraper alors que je me téléportais dans toutes les directions, et même le démon n’était pas capable d’esquiver un plaquage par-derrière. Une secousse avait frappé le sol avec un fort boum. Comme je l’avais prévu, Raab fut pressé contre le pilier par le monstre, et j’avais immédiatement ouvert la tête du Serpent Unagi pour qu’il y reste le plus longtemps possible.

« Urgh ! »

Un doigt filiforme pointa dans ma direction, déclenchant un rayon vers moi. Mais Raab n’avait réussi qu’à ouvrir des trous dans son serviteur mort, et j’étais déjà en train de frapper avec mon épée vers lui. J’avais traversé, coupant à travers le pilier et dans la jambe du démon. Je ne pouvais pas viser le cœur présent dans sa poitrine à cette hauteur, alors j’avais dû d’abord couper ses jambes. C’est pourquoi j’avais choisi de l’épingler contre le pilier et de lui couper la jambe pendant qu’il était immobilisé. L’une de ses fibres avait été coupée avec un son de claquement, et j’avais rapidement mémorisé ce mouvement avec Précision.

Je vois, donc c’est l’angle, hein ? Alors, je vais continuer avec la même vitesse et le même angle.

Kyaaaaaarrrgh…

J’avais continué à couper les fibres de ses jambes avec une précision parfaite. Puis, le démon avait laissé échapper une voix comme un cri de douleur. Non, ce n’était pas juste. Comme pour démontrer qu’il s’agissait d’une incantation plutôt que d’un simple cri, des cordes s’étaient déployées de ses mains levées. Il semblait que le démon ne visait pas à tuer avec ce sort. Je m’en étais rendu compte quand le Serpent Unagi qui s’était appuyé sur Raab avait été verrouillé au sol. Contrairement à son apparence, la ficelle était extrêmement résistante et ne se déchira pas, même lorsque le monstre en dessous ressemblait à un jambon désossé.

« De la magie spécialement pour capturer la cible, hein ? On dirait qu’il essayait de contrer ma mobilité. Il est difficile de lire ses intentions avec cette expression sur son visage. C’est serré », m’étais-je dit après m’être réfugié derrière un pilier à quelque distance de là.

J’avais réussi à décrocher quelques bons coups plus tôt, mais il était évident que cela n’allait pas être facile. Mon adversaire était coriace, capable de lancer des sorts à la volée, et il était rapide d’esprit quand il s’agissait d’agir. Les mêmes tactiques n’allaient probablement pas fonctionner à nouveau. Son pentagramme s’assombrit, et d’autres Serpents Unagi vinrent pleuvoir. J’avais perdu beaucoup d’endurance, alors que le démon n’avait que des blessures mineures à la jambe, qui se réparait déjà en formant de nouvelles fibres… Les Serpents Unagi s’étaient retournés quand ils étaient venus me chercher, mais il m’avait semblé qu’ils auraient dû protéger leur maître au lieu de s’éloigner. Cependant, je m’étais dit que de toute façon, ils n’étaient pas très intelligents, et qu’ils pouvaient être remplacés à tout moment. Pendant ce temps, je n’avais pas de remplaçant pour moi au moment où j’étais prêt. Si j’étais battu, mon petit groupe de trois personnes s’effondrerait. La sueur coulait sur mon visage, non pas par peur, mais simplement par manque d’énergie restante.

« J’aurais peut-être plus d’énergie s’il n’y avait pas eu Wridra pour m’entraîner…, » déclarai-je.

« Je peux t’entendre. Grâce à ce soi-disant lien de communication, j’ai appris comment fonctionne ce Chat de lien mental. Tu peux t’attendre à recevoir tellement d’entraînement que tu n’aurais plus la force de te plaindre, » déclara Wridra.

« … »

La sueur avait encore roulé sur mon visage, mais pour une raison différente cette fois. Je m’étais rappelé qu’il y avait une autre chose que j’avais gagnée grâce à ce combat. J’avais appris l’angle d’attaque le plus efficace, et il avait déjà été enregistré dans le logement mémoire de ma compétence Précision. La bataille serait maintenant décidée par le temps que je pourrais maintenir le combat à la distance rapprochée optimale. Je contemplais de telles pensées en nourrissant trois Serpents Unagi avec mes illusions.

« Marie, quelle quantité de magie te reste-t-il ? » demandai-je.

« Environ la moitié. Mais souviens-toi aussi que ma précision se dégradera avec le temps, » répondit Marie.

Nous n’avions pas beaucoup de place pour l’erreur. Comme Raab était occupé avec moi, le nombre de monstres dans la pièce diminuait, mais si nous laissions le démon seul, il recommencerait à engendrer des tas de monstres. Cela signifierait la fin pour nous. Heureusement, notre mission de sauvetage était déjà presque terminée. Si nous voulions nous échapper, nous aurions pu demander à Wridra de mettre les deux sauveteurs en sécurité, mais il y avait aussi quelque chose qui m’intriguait. Quand nous avions vérifié la carte plus tôt, tout ce qui se trouvait au-delà de ce hall avait disparu. Il était possible qu’il y ait d’autres territoires inexplorés devant nous. Si c’était le cas, je voulais vaincre l’ennemi et continuer plutôt que de battre en retraite.

« … Ouais, essayons. Si ça ne marche pas, il suffirait d’évacuer, » déclarai-je.

« Hein ? Que comptes-tu faire ? » J’avais bien sûr prévu de capturer le démon, de vaincre les mobs et de rendre tout le monde heureux. J’avais relayé mon plan à travers le Chat de lien mental, et même Wridra avait fait un sourire maladroitement plissé… ou du moins, je l’imaginais.

Dans la pièce se trouvaient le démon et plusieurs des créatures noires ressemblant à des anguilles qu’il avait invoquées. Je ne pouvais pas sentir de vie dans leurs yeux alors qu’ils me fixaient, immobiles. Ils semblaient presque me sourire, comme s’ils savaient à quel point leur situation était avantageuse. Après tout, il me restait peu d’énergie, et les Serpents Unagi qui protégeaient le démon m’empêchaient de finir rapidement les choses. Et si je reculais, le démon convoquerait simplement d’autres mobs en masse, ruinant toute chance de gagner. Que ce soit en attaque ou en défense, je ne voyais pas les choses se dérouler comme prévu. Le démon n’avait donc qu’à me lancer des attaques à distance. L’énergie nécessaire pour esquiver les rayons tirés de ses doigts me désavantagerait encore plus. J’avais donc utilisé les piliers afin de conserver le plus d’énergie possible.

« Wôw, c’est comme une mitrailleuse. Je me demande si c’est considéré comme une attaque physique ? » demandai-je.

« Mitrailleuse… ? Je pense que tu es un peu trop calme à ce sujet. Quand réaliseras-tu qu’il essaie de te tuer ? » Marie m’avait parlé dans l’oreille via le Chat de lien mental depuis sa position au loin. Bien sûr, je savais qu’il essayait de me tuer, mais elle n’avait pas l’air trop préoccupée par ça. Maintenant, je savais que je n’allais pas pouvoir gagner par moi-même, alors j’avais décidé d’adopter une approche différente.

« Marie, es-tu prête à isoler les mobs ? » demandai-je.

« Oui, j’ai recomposé la deuxième structure. Activation du piège, maintenant, » déclara Marie.

Elle l’avait déjà mentionné, mais je me demandais quel pouvait être le « piège » dont elle parlait. Au moment où je m’étais retourné, ma vision avait été remplie de rouge. Si je devais le décrire, je dirais que c’était comme un haut fourneau. Je n’en avais jamais vu avant, mais la vue de l’enfer flamboyant à l’intérieur des murs qui étaient encore plus hauts que la première structure était probablement assez similaire. On entendait le hurlement d’innombrables Koopahs qui criaient à l’unisson, et je penchai la tête en me demandant si une telle chose devait exister dans un ancien donjon. Raab semblait ressentir la même chose, et ses yeux perçants et inhumains fixaient simplement sans mot. Personnellement, je pensais que bloquer l’entrée et isoler les mobs aurait suffi.

« Oh, donc la magie des esprits était le piège dont tu parlais ? Tu as donné du pouvoir à tes esprits pour pouvoir brûler les monstres d’un seul coup, » déclarai-je.

« C’est vrai. J’avais du temps et de la magie à disposition, alors je me préparais pendant tout ce temps » déclara Marie.

D-D’accord.

Pour être honnête, c’était un peu en dehors mon attente. Marie avait probablement éliminé plus d’ennemis que moi. Cela avait juste montré pourquoi les utilisateurs de magie spirituelle étaient si rares et si précieux. Mais malheureusement, vaincre les mobs n’allait que nous épuiser progressivement. Nous devions battre le démon qui les engendrait, sinon il ferait une nouvelle invocation massive et nous allions revenir à la case départ.

« OK, alors, commençons à appâter le démon, » déclarai-je.

« Je suis prête quand tu l’es, » déclara Marie.

Nous étions prêts à anéantir l’ennemi, même si la magie de Marie et mon énergie étaient à moitié épuisées. Bien que… cette méthode aurait probablement été considérée comme assez injuste.

« Alors, commençons, » lui dis-je par le biais du Chat de lien mental, et l’opération avait commencé. Juste à ce moment-là, nous avions entendu un bruit blanc qui indiquait que quelqu’un s’était immiscé dans la discussion qui était réservée aux membres du groupe.

« … Je ne sais pas si j’appellerais ça un plan. Honnêtement, je suis assez étonné que tu puisses être si minable, » déclara Wridra.

« Allez, ce n’est pas si mal. J’aimerais voir jusqu’où tu nous surclasses une fois de temps en temps, » répondis-je.

Dès que le démon avait entendu sa voix, un frisson avait parcouru son corps. Il semblait si plein de dignité et de majesté avec ses innombrables sous-fifres, mais il regardait soudain autour de lui avec un air agité. Il avait peut-être tremblé de peur. Son corps filiforme faisait des bruits de cliquetis lorsqu’il se déplaçait à grandes enjambées, ses sbires le suivant de près. Raab avait finalement fait un geste après être resté à sa place à l’arrière pendant tout ce temps.

***

Partie 5

« Ah ! Il a vraiment bougé. Tu es vraiment incroyable, Wridra, » déclarai-je.

« … Je ne sais pas si je devrais être heureuse de cela. J’ai l’impression d’être devenu un chien de chasse, ou quelque chose comme ça, » déclara Wridra.

Je ne pouvais pas blâmer Wridra de se sentir ainsi. La théorie que nous avions élaborée était extrêmement simple, et nous avions tellement d’empathie pour le démon que c’était assez triste. Pourquoi un démon si puissant avait-il refusé de quitter le fond du couloir ? S’il était sorti, Marie n’aurait pas été libre de faire ce qu’elle voulait, et nous n’aurions pas pu sauver les deux aventuriers si facilement. Même en temps de guerre, la règle de base du combat était d’éliminer le sorcier aux pouvoirs mystérieux. Sinon, vous continuerez à subir des dégâts, et même le plus grand des guerriers pouvait être vaincu. Mais, encore une fois, pourquoi avait-il refusé de quitter son endroit d’origine ?

Il se cachait parce qu’il avait peur. Peur de Wridra, le légendaire dragon qui protégeait Marie. Comme pour prouver que c’était vrai, le démon s’était éloigné de nous dès que Wridra s’était montrée de derrière un mur. C’est pourquoi Wridra était si déçue, et la connaissant bien, je ne pouvais pas m’empêcher de me sentir mal pour elle.

« Désolé pour ça. Mais tu n’as qu’à regarder, comme nous en avions convenu au départ. » Je n’avais pas pu m’empêcher de m’excuser, même si je savais qu’elle ne m’entendait pas.

Le démon s’était frayé un chemin sur le pavé de pierre, faisant des bruits comme des fils qui grinçaient à chaque pas. J’avais fait correspondre son mouvement en parallèle, mais il continuait à mener ses attaques à longue distance. Chaque fois qu’il avait levé ses doigts vers moi, mon environnement était criblé de trous comme une ruche en un clin d’œil. Je pouvais voir Wridra soupirer vers le démon, mais il n’avait pas osé attaquer dans sa direction.

« OK, et si on appelait ce plan “Opération Pêche en Route” ? » demandai-je.

« Oho, tu ferais mieux de te souvenir de ça. Je te conduirai aussi à tes limites plus tard, » déclara Wridra.

« Vous vous amusez ? N’oubliez pas, nous sommes en plein milieu de l’exécution de notre plan. Wridra, j’ai besoin que tu le conduises un peu plus à droite. Oui, c’est bien, garde cette position, » déclara Marie.

Maintenant, il restait une tâche importante à accomplir pour Marie. Elle devait utiliser le reste de ses réserves magiques pour sceller complètement le démon. Faire cela contre un démon dont le niveau était plus que le double du sien était une tâche impossible pour une personne ordinaire. Mais avec le bâton que Wridra lui avait donné, et ça…

« Je vais appliquer ma compétence secondaire. Réglage du Lancement Double, maintenant, » déclara Marie.

À ce moment, Marie avait acquis la capacité de multiplier le pouvoir de sa magie. Les compétences secondaires étaient des compétences que l’on pouvait régler avec des composants spéciaux comme des objets magiques pour donner à l’utilisateur un coup de pouce en puissance. Un des créneaux ouverts jusqu’à présent était maintenant rempli. Cela lui permettrait de dépenser de l’énergie magique supplémentaire en échange d’un pouvoir incroyable, ce qui aurait dû être pratique.

« Continue tout droit… Un peu plus… Voilà, j’active la structure finale ! » déclara Marie.

Les esprits de pierre qui avaient été préparés le long du sol firent enfin leur apparition. La pierre avait émergé d’en bas, entourant le démon de tous les côtés. Les murs avaient à l’origine 40 centimètres d’épaisseur, mais leur épaisseur avait été doublée par sa compétence secondaire Lancement Double. Nous avions initialement prévu de l’utiliser pour tenir les mobs à distance, mais nous l’avions réduit en portée et augmenté l’épaisseur et la hauteur pour l’utiliser contre le démon à la place.

« Là, c’est piégé. Ça devrait nous laisser de la place pour respirer, » déclara Marie.

« Je ne sais pas combien de temps ça va durer. Ne baisse pas ta garde, » déclarai-je.

Les Serpents Unagi s’attaquèrent au mur comme s’ils étaient devenus fous, et nous pouvions entendre un bruit de l’intérieur des murs comme s’il était en train d’être ébréché par une perceuse. Cependant, la durabilité du mur avait été augmentée avec la bénédiction de Wridra, il était donc peu probable qu’il se casse si facilement. J’avais immédiatement utilisé Sur la Route pour me tenir au sommet du mur, qui était une tour de cinq mètres de haut. Mon champ de vision avait changé en un instant. Le démon avait levé les yeux, me remarquant debout. La prison improvisée que nous lui avions faite était bien trop petite pour son corps géant. Il ne pouvait pas y avoir plus de quatre tatamis et demi de taille. Je me sentais réticent à entrer là-dedans…

« Eh bien, je suppose qu’avoir un cauchemar de temps en temps n’est pas si mal. C’est l’heure du dernier tour super serré, » déclarai-je.

Les yeux perçants du démon devinrent rouges comme le feu, et des taches d’ombre apparurent de l’ornement en forme de pentagramme sur sa tête. Je sautai avec désinvolture dans la structure, et le duel entre moi et le démon commença. Mon épée, qui avait été enchantée par la magie sacrée, avait traversé la boule d’ombre flottante d’un coup rapide. J’entendis un Serpent Unagi crier à l’extérieur au même moment, et je m’étais dit que mon attaque de tout à l’heure avait en quelque sorte mis fin à sa vie.

« Hm, je pense qu’il essaie de convoquer cette chose ici. J’aurais pu être potentiellement écrasé à mort dans cet espace étroit si je ne l’avais pas interrompu à l’instant. » Sa convocation avait échoué, et son plan d’attaque avait été ruiné. Les yeux du démon s’étaient gonflés de rage, et il avait déclenché un autre cri comme si des fils qui s’entrechoquaient.

Kyaaaaaaaaargh !

C’était une incantation pour un sort. Ses doigts s’étaient détachés comme des fils, puis s’étaient placés dans ma direction. Les missiles avaient traversé mes illusions et avaient projeté des étincelles dans l’air comme des tirs de fusil, perçant de multiples trous dans le mur de pierre. Bang, bang, bang ! Il avait continué à tirer en une succession rapide, ce que j’avais évité avec des illusions et la téléportation, puis j’avais fait une attaque avec mon épée sur sa cuisse. La barrière du démon était dense, et la couper exigeait de la précision et des frappes rapides. Mais heureusement pour moi, nous étions entourés de quatre murs.

Mon habileté, Sur la Route, me permettait de me déplacer instantanément vers un autre point, mais il fallait que je marche sur quelque chose avec mes deux pieds pour l’activer. Mais dans cet espace confiné avec des murs autour de nous, je pouvais rester constamment en contact étroit avec mon adversaire. J’avais coupé les fibres de sa cuisse une par une, et le démon avait poussé un cri chaque fois. Ou peut-être que ce cri était la source de la magie du démon. L’idée m’était venue en tranchant une autre tache d’ombre qu’elle produisait. C’était peut-être la première fois que je m’étais concentré aussi intensément pendant un combat. Se faire attraper, se faire couper et ne pas interrompre sa convocation étaient quelques-unes des nombreuses conditions dans lesquelles je pouvais perdre, et j’avais dû éviter chacune d’entre elles et en sortir vainqueur. D’innombrables objets en forme d’aiguilles avaient été lancés à ma tête, mais ils n’avaient réussi qu’à frapper les illusions que j’avais générées. Bien que, esquiver n’allait pas me rapprocher de mon but. Je devais couper mon adversaire tout en esquivant ses attaques, ce qui exigeait de la dextérité et de la précision. Je devais être précis, mais je devais rester calme et accumuler les dommages à sa cuisse, petit à petit. Honnêtement, je n’avais pas détesté ce genre de tension.

En utilisant mes illusions et mes mouvements instantanés, ainsi que mes jambes et mon cerveau, mon esprit était devenu progressivement de plus en plus clair. Finalement, je m’étais trouvé dans un état de concentration où je ne pouvais penser qu’à esquiver et à taillader, et la pureté d’esprit était étrangement réconfortante. Le sol avait tremblé. Après s’être fait couper la jambe tant de fois, le démon était tombé à genoux. J’étais enfin dans une position où je pouvais concentrer mes attaques sur le noyau situé dans la zone de sa poitrine. En réalisant cela, le démon s’était mutilé davantage en divisant ses bras en quatre. Son corps filiforme était devenu encore plus sombre, son apparence convenant maintenant à un démon. Des brins d’acier avaient été lancés et avaient plu d’en haut, les projectiles rebondissant sur les murs de pierre en faisant des ravages. Les murs s’effritaient à la seconde près, et de petites coupures étaient apparues sur mon corps même après avoir évité les tirs directs. Des débris étaient tombés comme une douche, mais j’avais attaqué la poitrine du démon à plusieurs reprises sans relâche. Mon seul moyen de survie était de continuer mon assaut. Les fibres de sa poitrine avaient commencé à se fendre finement, devenant plus lâches à chaque coup consécutif. Le noyau, qui était la source de sa force vitale, avait finalement été exposé, brillant dans une splendeur de platine qui semblait impropre à un démon.

Tu es à moi !

Alors que je me redressais pour un puissant swing, un fil s’était soudain enroulé autour de mon cou. Un éclair de panique s’était abattu sur moi, et mon cœur avait bondi dans ma poitrine. Je n’avais pas pu me téléporter dans cette position ou couper le fil dans une position aussi gênante. Deux, puis trois autres fils s’étaient joints, comme pour se moquer de ma lutte. Juste là…

« Tu dois condenser le temps. »

La voix de mon professeur résonnait dans ma tête, et à ce moment, le cœur du démon fut coupé en quatre morceaux. Raab et moi avions tous les deux une expression choquée sur nos visages. En un clin d’œil, un puissant coup vertical, suivi d’un coup horizontal, avait été donné à mon adversaire. Et bizarrement, la sensation dans ma main était comme si j’avais simplement coupé une pomme. Je n’avais pas pu bouger de ma pose après avoir terminé les attaques. Le rythme auquel je m’améliorais avec l’épée de Wridra pendant notre séance d’entraînement était en fait terrifiant, mais cela semblait différent. Mon maître à l’épée m’avait dit que j’avais appris à condenser le temps sans pensée consciente. Et si j’avais vraiment frappé avec une vitesse extraordinaire sans m’en rendre compte ? Mon cœur battait fort dans ma poitrine. Le choc retardé m’avait frappé comme un éclair, alors que je réalisais que j’avais mis le pied dans un tout nouveau monde.

Un monde qui avait existé pendant une fraction de seconde… Jusqu’où pourrais-je étendre ce monde ? En y repensant, les enseignements de mon maître me guidaient tous pour arriver à cette réponse. J’avais finalement réalisé que, malgré l’utilisation de l’épée pendant si longtemps, je n’avais atteint que la partie émergée de l’iceberg.

L’air qui m’entourait vacillait avec un whooosh. Le visage du démon se contorsionna de douleur et commença à se dissoudre dans l’air, puis il y eut un silence…

« Bien joué. » Une belle voix féminine avait parlé dans ma tête. Je pouvais entendre de quelque part une musique au tempo enjoué et au ton paisible. La mélodie de montée de niveau, que je n’avais pas entendue depuis un certain temps, marqua la fin de la bataille, et comme mon énergie était complètement épuisée, je tombai au sol avec les membres écartés. Ma respiration était assez difficile, mais je n’avais pas pu m’en empêcher, étant donné que je venais de travailler dur. Normalement, j’aurais fui depuis longtemps, mais peut-être que je m’étais surmené pour essayer d’impressionner une certaine elfe. Ce thème m’avait semblé commun ces derniers temps, et j’avais souri face à ma propre immaturité. Malgré tout, ça peut être amusant de faire de mon mieux comme ça de temps en temps, me suis-je dit. Puis, j’avais remarqué des visages qui me regardaient d’en haut. Wridra avait un regard amusé, et Mariabelle souriait avec son bâton dans le dos.

« Tu es un vrai gâchis. J’ai du mal à croire que tu aies gagné la bataille, » déclara Wridra.

« Tu crois ? Dans les histoires que je connais, tout le monde finit généralement par avoir l’air plutôt abattu, » déclarai-je.

La dragonne avait souri en réponse, puis elle avait fait un geste avec son menton. Je m’étais mis à regarder dans cette direction pour trouver le démon sur un genou, se désintégrant lentement en poussière.

« Eh bien, je suis content qu’on ait réussi à le battre, » déclarai-je.

« Hah, hah, tu dis ça comme si tu allais t’endormir. Tu devrais savoir que ce démon est connu sous le nom d’Elemaada Raab. C’est l’un des êtres primitifs qui avaient été piégés dans cet ancien donjon. Regarde, le noyau est sur le point de changer, » déclara Wridra.

Des fissures avaient commencé à se former dans le noyau du démon incandescent. Voyant cette scène inconnue se dérouler devant moi, je m’étais assis sans même y penser, et comme Wridra l’avait prédit, elle avait commencé à changer. L’éclat du platine brillait de plus en plus, et sa pureté avait quelque chose de particulier qui me touchait au cœur.

« Le noyau primitif est complètement pur. Par conséquent, un noyau sans volonté propre adoptera la volonté de celui qui l’a vaincu. Il semble que certaines choses ne peuvent être gagnées que dans le monde du temps condensé, » déclara Wridra.

Alors que Wridra parlait solennellement, elle se pencha et ramassa l’épée noire du sol. L’épée avait flotté dans l’air quand elle l’avait relâchée, puis elle s’était chevauchée avec le noyau du démon. Ensuite, le noyau s’était versé sur l’arme comme du mercure, formant des motifs géométriques dans la lame. Je ne pouvais pas détourner mes yeux, car la lame avait changé de forme pour ajouter une légère courbe à son extrémité et avait renaît sous mes yeux. Sa couleur était étonnamment pure, comme celle d’une étoile filante. Je tendis la main, apparemment attirée par elle, et touchai la lame transformée.

… Astroblade, l’épée de la poussière d’étoiles. Il y eut un clic audible, et j’avais obtenu une nouvelle épée. Et en même temps, j’avais acquis une compétence secondaire pour la première fois de ma vie.

***

Partie 6

J’avais vaincu un puissant démon et obtenu une arme incroyablement rare. J’étais également monté de niveau, et j’avais même débloqué une compétence secondaire. Non seulement ça, mais j’avais aussi eu l’impression d’avoir appris de nouvelles compétences. Personne ne pouvait me reprocher d’avoir l’envie incontrôlable de vérifier immédiatement mes nouvelles capacités. Les deux individus que nous avions secourus étaient juste devant moi, l’air complètement épuisé, mais je ne pouvais pas m’en empêcher. En fait, je ne pouvais plus le supporter. Tout ce que j’avais à faire était de toucher l’accessoire sur mon poignet pour voir tout ce que je voulais savoir.

Bouge, bouge, bouge…

Mais quand j’avais commencé à me déplacer, ma main s’était soudainement arrêtée. Marie l’elfe serrait mon doigt de la même façon qu’elle me pinçait parfois la joue. Mon désir s’était évanoui dans l’air. Je pouvais vérifier mes capacités à tout moment, donc il était préférable pour moi de garder le plaisir pour plus tard. Oui. J’avais fait un sourire gêné à Marie, puis j’étais retourné vers les deux personnes sauvées. Ils étaient couverts de sueur et avaient l’air sales, mais leurs yeux brillaient d’excitation.

« Je suis content que vous ayez l’air d’aller bien. Êtes-vous blessé ? » leur demandai-je poliment.

« Un travail fantastique. Je suis Doula. Je tiens à vous remercier d’avoir vengé mes subordonnés. » Malgré son apparence épuisée, Doula nous avait offert une poignée de main ferme et robuste. Ses cheveux étaient rouges comme le feu, même avec toute la saleté, et ses yeux déterminés étaient de couleur argentée. Elle était évidemment plus grande que Marie et moi, et elle avait l’air d’une combattante chevronnée.

« Je veux aussi exprimer ma gratitude. J’ai éliminé toutes les mobs deux fois, mais je n’ai pas pu faire tomber ce démon. Je vous ai vraiment montré un côté pathétique de moi là-bas, hein ? » Zera semblait aussi assez hagard, mais sa poignée de main était plus forte que jamais.

« Pas du tout. C’est incroyable que vous ayez tenu une nuit entière contre ce nombre. Je suis désolé que nous soyons arrivés si tard, » déclarai-je.

« Ne soyez pas stupide. Ça peut sembler un peu ringard, mais je vous considère comme mes sauveurs. » Il avait souri, mais ses yeux étaient sincères. J’en avais compris la raison. Ces deux personnes étaient liées par un lien puissant, et si quelqu’un avait sauvé la vie de Marie, j’aurais probablement eu le même regard dans mes propres yeux. Juste à ce moment, nous avions entendu le son d’un bruit blanc qui bourdonnait à proximité.

« Oh, ça doit être le patron. Allez, c’est votre travail de faire un rapport, non ? » Avec cela, Zera avait sorti un outil magique à partir de sa taille et me l’avait remis. Cela nous permettait de communiquer avec quelqu’un au loin, et je pouvais parler au quartier général en répondant à l’appel. J’avais pris l’objet lourd dans ma main, puis j’avais appuyé sur le bouton rouge qui allait connecter l’appel. J’avais pris une grande respiration et j’avais regardé les quatre visages qui me regardaient avant de commencer mon rapport.

« … Ici Améthyste. Nous avons réussi à sauver les cibles et à vaincre le démon. » J’avais attendu plusieurs secondes, mais il n’y avait pas eu de réponse. J’avais levé la tête, puis un flot de plusieurs voix avait soudain parlé en même temps.

« Bzz… C’est vrai ? Est-ce que vous avez vraiment… !? »

« Pas possible ! Pas possible ! Bzzz… Hahaha ! »

« Capta… Voix… Vraiment… Bzzz ! »

Les voix, mélangées à l’électricité statique, étaient si fortes que j’avais presque instinctivement couvert mes oreilles. Ceux qui écoutaient depuis le quartier général l’avaient probablement fait. La voix suivante que j’avais entendue était un cri de colère.

« Silence ! Je vous ai dit de ne pas encombrer la ligne ! Hm, équipe Améthyste, bien jouée pour avoir accompli la mission. Ces deux-là sont des combattants très compétents, et il aurait été dommage de les perdre. »

« Oui, j’ai été surpris de constater qu’ils avaient survécu toute la nuit dans ces circonstances. Ils semblent vraiment épuisés, alors je vais les emmener à…, » la base, j’allais le dire, mais l’outil magique m’avait été enlevé. Je levai les yeux pour trouver le visage d’un homme costaud, et il sourit avant de me tapoter grossièrement la tête.

« Doula et moi sommes en sécurité. Oui, j’ai vérifié et j’ai découvert que le démon était de niveau 82. Un ennemi dangereux, c’est sûr. En tout cas, nous allons nous regrouper avec nos escouades dès que nous aurons pris du repos. »

« Hm, j’aurais pensé que vous devriez d’abord vous occuper de votre traitement, mais… Je vous laisse faire. Je tiens à féliciter de nouveau l’Équipe Améthyste pour son excellent travail. Une récompense appropriée vous attendra à votre retour à la surface. » Zera avait fait un geste et avait souri comme pour me donner sa bénédiction.

« Oh, j’ai oublié notre récompense. Il y avait beaucoup de choses que je voulais, alors j’ai hâte de faire du shopping une fois que nous serons rentrés. »

« C’est une bonne occasion pour nous d’acheter de nouveaux vêtements. Tu n’as qu’un seul ensemble de vêtements présentables, Kazuhiho. Ça peut être un peu gênant parfois. »

Quoi ? Tu vas dire ça pendant que tout le monde écoute ? Mais Mme l’Elfe réfléchissait profondément, se demandant si elle devait ou non se faire faire quelque chose sur mesure.

« Eh bien, assurez-vous de ne pas dépenser inutilement. Si vous avez des problèmes, je peux vous recommander des… hé, j’ai dit de ne pas parler de choses personnelles sur la ligne ! »

Oh, il était d’accord avec la blague, mais ensuite, il avait lâché la chute. J’avais déjà vu ce genre d’humour à la télé.

Maintenant que le démon avait été vaincu, les autres monstres avaient tous péri également, le feu qui brûlait encore dispersant leurs cendres dans l’air. Il y avait un air nauséeux dans la zone, mais nous ne pouvions pas nous empêcher de rire, pour une raison inconnue. Ainsi, l’Équipe Améthyste avait réussi sa première mission de sauvetage. Zera et Doula s’étaient battus toute la nuit, et nous aussi, nous avions dépensé notre vitalité et notre magie jusqu’à nos limites. Maintenant que nous avions fini de faire nos rapports, nous avions juste besoin de nourriture et de repos.

Nous nous étions installés dans un endroit où la poussière des monstres ne venait pas nous tomber dessus, puis nous avions commencé à rassembler des morceaux de décombres. Une fois que nous avions versé un peu d’eau dans un pot et que nous l’avions placé sur le dessus, notre campement de fortune était terminé. Nous avions utilisé de l’alcool à brûler pour le chauffer puisque nous n’avions pas de bois de chauffage, mais cela avait quand même bien chauffé la marmite.

« C’est une belle cuisinière. On peut même ajuster la chaleur. Ça ne me dérangerait pas de cuisiner de ce côté de temps en temps avec ça. » J’avais touché l’esprit du feu en faisant mon commentaire, et Marie m’avait regardé.

« Mais en avons-nous assez pour tout le monde ? Nous avons seulement apporté assez de repas pour trois, » déclara Marie.

« Tu as raison. Je pense qu’on pourrait ajouter de l’eau et la transformer en bouillie. Je l’ai fait à l’origine avec beaucoup de saveur, donc je ne pense pas que ça va être terrible. Par contre, ça aurait été bien si on avait eu des œufs, » répondis-je.

Des bulles avaient commencé à s’élever du fond du pot à mesure que la température de l’eau augmentait. Le donjon ici avait des voies d’eau partout, donc nous n’avions pas eu beaucoup de mal à trouver de l’eau. Cela signifie que la cuisson dans le donjon aurait pu être une option viable. Les deux que nous avions sauvés étaient à un endroit éloigné, frottant leur corps avec un morceau de tissu et nous jetant de temps en temps des regards perplexes. Je suppose qu’il n’était pas très commun pour les gens de commencer à cuisiner juste après avoir vaincu un démon.

« Je ne pensais pas que nous partagerions aussi ma part..., » Wridra me regardait d’un air réprobateur, alors qu’elle était assise sur un rocher voisin avec sa joue gonflée reposant sur sa main. Elle portait une armure lourde de style gothique, en forme de robe, mais elle lui permettait de se reposer facilement grâce à sa grande amplitude de mouvement.

« Je suis désolé. Je t’offrirai un bon repas à notre retour au Japon demain, » proposai-je.

« Hmph. »

Euh oh, elle était en fait assez bouleversée. Malgré cela, elle ne protestait plus, alors Marie et moi avions partagé un sourire avant de commencer à cuisiner. J’avais fouillé dans mon sac pour ressortir avec les boulettes de riz enveloppées dans des algues.

« Oh, ce sont celles que tu sais hier. As-tu mis le kakuni que tu as reçu de Kaoruko là-dedans ? » demanda Marie.

« Ouais, ce sont des boules de riz kakuni. C’est un peu bâclé, mais je vais prendre ça et…, » je les avais mis dans la marmite et j’avais regardé le riz et les algues s’imprégner de l’eau. Le riz, qui avait absorbé le jus du kakuni, avait commencé à émettre un arôme parfumé. Il y avait une lueur de fascination dans les yeux de Wridra alors qu’elle se rapprochait. J’avais commencé à mélanger le pot après avoir attendu un peu, puis j’avais testé la saveur.

« Hmm, c’est bon, mais il manque un peu d’assaisonnement. Oh, je sais, » déclarai-je.

Marie m’avait jeté un regard interrogateur alors que je sortais un contenant de plastique de mon sac. J’avais enlevé le couvercle pour révéler le miso et les légumes marinés à l’intérieur.

« J’ai apporté ça au cas où on en aurait marre des saveurs, mais laissez-moi essayer de les mélanger. » J’avais pris du miso et je l’avais dissous dans le pot. Après quelques bons tourbillons, la couleur du liquide s’était transformée en brun clair, et l’odeur de miso avait rempli l’air. Je l’avais essayé une nouvelle fois et j’avais trouvé qu’il accentuait bien la saveur. L’assaisonnement n’était pas trop fort non plus, et je soupçonnais que les algues avaient ajouté de la saveur à l’eau pendant le ragoût.

« Whoa, quelque chose sent vraiment bon… Quoi, vous cuisinez vos propres repas au lieu d’apporter des rations portables ? » demanda Zera.

« Oh. Salut, Zera. Vous avez l’air rafraîchi. »

Zera ne portait plus son armure et il s’était changé avec une chemise de rechange. Il s’était approché du feu. Les rations portables qu’il venait de mentionner étaient les rations militaires que les soldats utilisent toujours. J’avais déjà essayé l’une d’elles par curiosité, mais je voulais les éviter si possible. La viande séchée était toujours appétissante, mais je n’étais pas vraiment fan du mystérieux objet solide qui l’accompagnait. Je m’étais dit que vous ne pouviez pas faire grand-chose contre le mauvais goût, mais il y avait une sorte de drogue. Sans oublier que c’était le genre qui vous empêchait de dormir la nuit. Comment quelqu’un pourrait envisager de mettre ce truc dans son pot, ça me dépasse. J’avais transmis non verbalement de tels sentiments à Marie lorsque nos yeux s’étaient croisés, puis j’avais souri pour le cacher.

Doula était finalement revenue nous rejoindre, et j’avais remarqué qu’elle avait un visage étonnamment mignon avec des taches de rousseur. Ses sourcils semblaient indiquer une certaine force, mais son apparence avait quelque chose qui donnait aussi l’impression d’une jeune fille. Elle avait commencé à attacher ses cheveux en arrière alors qu’elle me lançait un regard exaspéré.

« Ne me dites pas que vous cuisinez vraiment dans un donjon ? Vous devriez vous en tenir aux rations portables, à moins que vous ne vouliez avoir mal au ventre, » s’écria Doula.

« Les rations militaires ne me conviennent pas. Cependant, je pense que ça devrait être bon pour la digestion, » répondis-je.

Elle avait laissé échapper une bouffée de chaleur et avait laissé tomber le sujet, en se concentrant sur l’endroit où elle allait s’asseoir. Après avoir contemplé un moment, elle avait déplacé un rocher pour s’asseoir à côté de Zera. Le porridge avait commencé à bouillonner, indiquant qu’il était prêt à être consommé. Nous n’avions pas assez de bols pour tout le monde, alors nous en avions partagé un par paire (à part Wridra, qui en a eu un pour elle) et nous avions commencé notre déjeuner tardif. Nous avions laissé les dames commencer les premières, et le son de leur sirotage de la bouillie avait résonné dans le donjon. Doula, qui semblait désintéressée au début, semblait avoir apprécié le goût du kakuni qui fondit dans sa bouche, alors que ses yeux s’élargirent. Elle avait laissé échapper un souffle sexy, puis avait commencé à balancer son corps. Il semblait qu’elle venait de réussir à contenir une puissante impulsion, et elle rencontra les yeux de Zera avec un regard brillant et féminin.

« Oh ? Qu’est-ce que c’est ? Tu veux que j’en prenne ? Je peux attendre que tu aies fini… OK, OK. »

Zera avait ouvert en grand et sa bouche fut emplie de kakuni. En goûtant, il s’était figé. La viande grasse avait fondu dans sa bouche avant même qu’il ne commence à mâcher, répandant sa saveur savoureuse. En se dissolvant, une vague de douceur naturelle avait déferlé. Il y avait un aspect dynamique caractéristique de la cuisine chinoise, et cela avait laissé un arrière-goût parfumé que le corps avait instinctivement désiré et reconnu comme nutritif. Porc de qualité, miso et bouillie mélangés à des algues. À chaque bouchée, ils libéraient une nouvelle profondeur de bonté salée, et il avait finalement avalé le mélange de saveurs après avoir stimulé son appétit au maximum. Zera s’était giflé les joues à deux mains, les yeux gonflés de surprise.

« Ouf… ! C’est délicieux ! Je n’ai jamais mangé quelque chose comme ça avant ! »

« Je ne peux pas le croire. C’est si doux que j’ai à peine besoin de mâcher. Tiens, Zera. Ouvre, » et ainsi, Doula avait naturellement pris un peu plus de bouillie avec la cuillère en bois et l’avait apportée à la bouche de Zera. Il semblait qu’elle était du genre à s’occuper des autres, et j’avais senti de la chaleur dans mes joues en la regardant essuyer le porridge qui coulait sur le menton de Zera avec son pouce et lécher la nourriture de son pouce.

J’avais fait un signe de tête, puis j’avais demandé : « Êtes-vous mariés tous les deux ? »

Zera cracha ce qu’il avait en bouche, et Doula se figea avec sa cuillère toujours dans la bouche. Hein, peut-être que j’avais tort. J’étais sûr qu’ils étaient mariés. Marie et moi avions cligné des yeux.

« Qu’est-ce que vous dites… ? Il est bien trop tôt pour ça, imbécile ! » déclara Zera, le visage rouge et en colère, mais à en juger par la façon dont les coins de sa bouche étaient enroulés dans un sourire, il était loin d’être contre l’idée. Voyant sa réaction, Doula s’était soudainement calmée et avait continué à manger, ses joues aussi s’estompant dans une nuance de rose. Quand ses yeux s’étaient tournés vers ceux de Zera, il y avait là un regard étonnamment sensuel. Ils s’étaient regardés pendant un moment et je commençais à me sentir gêné de les regarder. Ne sachant pas trop quoi faire, je m’étais tourné vers Marie pour voir si elle partageait le même sentiment d’inconfort que moi, et j’avais découvert qu’elle était aussi devenue rose avec sa cuillère dans la bouche. Elle avait eu l’air troublée pendant un moment, puis elle avait retiré la cuillère de sa bouche et elle avait pris un peu de kakuni avec elle.

« Tiens. Mange. » Marie avait amené le porridge vers moi, et j’avais été stupéfait par ça pendant un moment.

Non, ce n’est pas ça… Je ne te regardais pas parce que je voulais que tu fasses la même chose pour moi…

J’avais senti mon visage s’échauffer alors que des pensées contradictoires me traversaient l’esprit. Je veux dire, j’étais content, mais je m’étais senti gêné en même temps. Et comme si ce sentiment s’était répandu dans Marie, son visage s’était transformé en une nuance de rouge plus vive à chaque seconde qui passait. Ses épaules se mirent enfin à trembler, puis elle déclara d’une voix mignonne et suppliante.

« Dépêche-toi… C’est… embarrassant…, » elle semblait sur le point de pleurer, et je ne pouvais plus le supporter. J’avais pris une bouchée dans une quasi-panique, mais… oui, je pouvais à peine goûter la nourriture dans cet état.

J’avais réussi à lui dire que c’était bon par obligation, et elle avait répondu « O-Okay », sans lever les yeux. Ses longues oreilles étaient roses jusqu’au bout et tombaient vers le bas, comme si de la vapeur pouvait en sortir d’un instant à l’autre. Elle se laissa séduire par l’odeur appétissante de la nourriture et commença à se remplir la bouche de bouillie avec une expression distraite. Puis elle avait réalisé ce qu’elle mettait dans sa bouche, et son visage était devenu complètement rouge.

Tu vois ? On peut difficilement goûter la nourriture comme ça.

Wridra, qui mangeait avec ferveur tout ce temps, regarda le plafond. Ses sourcils prenaient une forme étrange à cause de l’atmosphère bouillonnante venant des deux côtés, ce qui semblait affecter même le goût de la nourriture par ailleurs délicieuse.

« C’est trop doux… Comme si quelqu’un avait jeté du sucre dessus…, » elle s’était exprimée, mais personne n’avait écouté. Ils n’avaient pas non plus remarqué la larme qui coulait sur sa joue.

***

Partie 7

Il y avait des choses qu’on appelait les maîtres d’étage ou boss d’étage. Ils étaient les gestionnaires des donjons, et il y en avait un à chaque étage. Leurs tâches consistaient à créer des monstres, à les gérer et à arrêter les intrus dans leur avancée. La partie est du premier étage venait d’être déverrouillée, et les monstres de toute la zone furent réduits en poussière en même temps. C’était parce que nous venions de vaincre un démon de niveau 82. Son noyau s’était transformé en une épée, qui pendait maintenant à ma taille. Après avoir reçu un tel rapport du quartier général, le grand homme connu sous le nom de Zera marchait lentement avec moi dans la grande pièce.

« C’était après tout un des maîtres d’étage. Je suppose que c’est logique, vu son niveau » déclara Zera.

« Je suis d’accord. Il était clairement dans une classe différente des autres, et c’était l’un des adversaires les plus forts que j’ai rencontrés. » J’avais décidé de ne pas mentionner que, de toutes mes rencontres, la Magi-Drake était de loin la plus puissante. L’objet magique affichait la carte lorsque je le tenais en main, ses espaces libres se remplissant au fur et à mesure que nous avancions dans la zone inexplorée. Zera le regarda fixement en ouvrant la bouche pour parler.

« C’était vraiment serré. Vu la portée et la puissance d’attaque de ce démon, il pourrait anéantir des escouades d’un seul coup. J’ai averti le patron à ce sujet, mais les seuls qui auraient pu battre cette chose sont Zarish de l’équipe Diamant et Gaston de l’équipe Rubis. » Ils étaient probablement les deux individus que Wridra avait signalés au camp. Le jeune homme et le vieil homme aux cheveux blancs et robustes. Ils étaient tous les deux bien au-delà du niveau 100, et je pouvais moi-même dire qu’ils étaient encore plus forts que moi.

« Mais ces deux-là nous auraient laissés mourir. C’est une bande désagréable. Je ne les aime pas. En ce sens, vous semblez être un bien meilleur choix pour travailler avec nous. Qu’est-ce que vous en dites ? » demanda-t-il.

« Travailler avec ? Qu’est-ce que vous voulez dire ? » Zera avait souri, puis il avait sorti son outil magique.

« Pourquoi ne pas s’inscrire sur les liens de communication de l’autre ? Nous pourrions alors voir les positions des uns et des autres et communiquer directement. Si jamais vous avez des ennuis, je viendrai vous aider quand vous le voudrez, » déclara Zera.

« Ah, ça serait super. Faites-moi aussi savoir si vous avez besoin d’aide, » répondis-je.

« Allez, n’en parlez pas. Bien que, pour être honnête, ce soit mon but principal de faire ça. » Zera avait ri et m’avait tapoté l’épaule. J’avais été stupéfait par son attitude sans réserve, mais il semblait être du genre à avoir une nature franche. Nous avions rapproché les outils magiques de l’autre, et ils s’étaient connectés, affichant une lumière blanche bleutée. Ce devait être l’enregistrement dont il avait parlé. C’était probablement quelque chose de similaire à l’inscription en tant qu’amis dans un jeu en ligne. L’outil magique se mit à clignoter, comme pour indiquer que l’enregistrement était terminé, et Zera le rangea avec une expression de satisfaction.

« Maintenant, si mon intuition est correcte, il devrait y avoir… Oh, le voilà. » Il y avait un grand piédestal au bout de la salle, et il avait touché avec désinvolture la statue placée au sommet. La statue avait alors tremblé, soulevant des nuages de poussière lorsqu’elle s’était mise en mouvement. Mes yeux s’étaient élargis à mesure que le piédestal continuait de bouger, puis il s’était immobilisé avec un son fort et lourd.

« C’est… ! »

« Le chemin vers le reste du donjon. Héhé, je peux déjà sentir les trésors. » Il y avait des escaliers qui menaient vers un autre chemin. Je pouvais sentir un certain « quelque chose » des profondeurs de l’obscurité intérieure. Il y avait un air distinct, comme un souffle ancien, et le chemin était ouvert pour ce qui pourrait être la première fois en cent ans… Non, mille ans. Je m’étais retourné pour trouver Zera qui se grattait la tête avec un sourire radieux sur son visage. Les choses avaient évolué rapidement à partir de là. Les coéquipières de Zera et Doula s’étaient regroupées avec nous, et je les avais regardées se prendre dans les bras pour une réunion pleine d’émotion.

« Félicitations, capitaine ! »

« Hein ? Qu’est-ce que tu racontes ? »

« Dois-je organiser la cérémonie ? Que diriez-vous tous les deux d’un beau voyage en mer… ou sur un lac entouré de verdure ? Vous pourriez vous confesser votre amour l’un pour l’autre pendant une semaine environ. »

« Arrêtez de dire de telles bêtises, vous tous ! »

Doula et Zera avaient frappé les hommes sur la tête, mais ils avaient continué à faire des plans pour la cérémonie de mariage, sans être dérangés. Le traitement semblait incroyablement rude pour un étranger, mais il semblait qu’ils étaient depuis longtemps habitués à se faire frapper. Puis, Zera s’était approché de moi avec une expression troublée sur son visage.

« Vous êtes ceux qui ont ouvert la nouvelle voie… Êtes-vous sûr que ça ne vous dérange pas qu’on entre en premier ? » Ils avaient décidé de nous rejoindre, d’aller de l’avant, et ils avaient déjà obtenu l’approbation du quartier général pour continuer. Mais les capitaines des deux équipes s’étaient déjà mis d’accord et ne pouvaient donc pas vraiment s’opposer à notre décision.

« Oui. De toute façon, nous ne pourrons pas nous battre avant de nous être reposés un moment. Il y a une salle à côté, alors on pense à dormir un peu. » Même s’ils avaient trouvé quelque chose comme une pierre magique, ce n’était pas vraiment important pour moi, de toute façon. La vie au Japon était ma réalité, et ce monde était juste pour le jeu.

« Je vois… Venez nous rejoindre une fois que vous vous serez reposé. Trois escouades nous donneront plus d’options que deux. Faisons des raids coopératifs de temps en temps, » déclara-t-il.

« Ce serait génial. Cependant, nous sommes une petite équipe, donc nos progrès pourraient être un peu lents, » répondis-je.

On s’était serré la main et on s’était dit au revoir. J’avais posé mon épée sur la table. L’arme était fine et d’une belle couleur argentée. La lueur occasionnelle qu’il émettait était digne de son nom, Astroblade.

« Wôw, si jolie… Ça te dérange si je la touche ? » demanda Marie.

« Vas-y. Tu sais, j’ai été très curieux de connaître les capacités de cette épée et les compétences que j’ai apprises en me perfectionnant. » La petite pièce voisine était belle et propre, et servait probablement de rangement pour les livres. De telles salles étaient situées sporadiquement dans le donjon, peut-être parce que l’individu ayant vécu ici avait mis au point sa capacité à contrôler les démons et les monstres.

« Hm, est-ce pour ça que tu es parti loin des autres ? Tu es agité depuis un certain temps maintenant, » déclara Marie.

« C’est une pratique courante de se reposer après avoir pris un repas, non ? Maintenant, voyons…, » j’avais touché mon bracelet, et mes capacités avaient été exposées devant moi. Marie avait également ouvert son écran de statut, et nous avons tous les deux oublié de respirer momentanément.

« Whoa, je suis montée de niveau deux fois ! C’était un combat difficile, après tout…, » déclarai-je

« Voyons voir… Wooow, je suis monté au niveau 42 ! Je ne peux pas le croire ! » s’écria Marie.

J’avais été encore plus impressionné par les progrès de Marie. Pas étonnant qu’elle ait soudainement bondi de sa chaise en lisant ça. Si je me souviens bien, elle était environ au niveau 32 quand nous étions entrés dans le donjon, donc son niveau avait déjà augmenté de 10.

« Je ne sais même pas combien de créatures nous avons vaincues. Peut-être plus d’une centaine ? Et il semble que le fait que tu en battais beaucoup toi-même au lieu de le faire indirectement ait eu un grand effet, » déclarai-je.

« A-Ahh… Qu’est-ce que je fais ? Je suis qualifiée pour devenir une sorcière avancée maintenant… Oui, je dois étudier quand je reviens. » La fille elfe avait serré son poing, comme pour consolider sa résolution. Elle avait vécu pendant beaucoup plus d’années que moi, et il semblait qu’elle avait planifié sa vie beaucoup mieux que moi. En y repensant, elle avait fréquenté une école pour les riches et était actuellement en voie de devenir une sorcière avancée. Elle était loin d’un vagabond sans racines comme moi.

« Cependant, c’était vraiment incroyable. Peu de gens peuvent faire quelque chose comme ça, » déclarai-je.

« C’est grâce à l’aide que j’ai reçue du bâton de Wridra. Les attaques directes n’étaient pas vraiment une option avec un tel écart de puissance, donc on peut dire que l’utilisation de ces trucs était l’approche évidente. » Wridra avait souri en entendant la réponse de Marie. Elle regardait l’elfe avec les yeux bienveillants d’un professeur fier.

« Oui, il est important de continuer à s’améliorer. Complète les domaines qui te manquent, et recherche une plus grande efficacité là où tu es compétent. C’est l’essence même de la magie. » Elle avait tapoté la tête de l’elfe, qui avait l’air un peu gêné par les louanges. Marie avait conjuré des murs de pierre pour mener les ennemis dans un piège et les incinérer avec efficacité. La façon dont elle avait sécurisé sa zone proche contre les attaques et mis en place une méthode d’attaque avec la même méthode était très impressionnante.

« J’ai réfléchi. Les donjons sont construits pour vaincre efficacement les intrus. Je me demandais si je pouvais faire la même chose d’une manière ou d’une autre, » déclara Marie.

« Hmm. Alors on pourrait peut-être aussi installer des pièges, comme des trous de piège à pierres tombantes. C’est à dire, si tu peux aussi étendre ton domaine sous terre, » répondis-je.

Nous avions regardé nos écrans de capacité en faisant un remue-méninges pour trouver des idées. En parcourant ma propre liste, j’avais remarqué qu’il y avait une compétence que je n’avais pas avant. Accélération de niveau 1. Un nom de compétence assez simple. J’avais aussi remarqué qu’il y avait une annonce pour une nouvelle compétence secondaire, indiquant que je pouvais distribuer des points de compétence comme Marie. Bien que, dans mon cas, je n’en avais qu’un. Wridra regarda à côté de moi, puis dit joyeusement,

« Ah, donc tu l’as appris. Cela te permet de condenser le temps pour une durée déterminée. J’ai entendu dire que certains humains ont même atteint la capacité de se déplacer constamment à un rythme deux fois plus rapide que la normale, » expliqua Wridra.

J’avais laissé échapper un son étonné, « Hein ! » Les capacités n’avaient pas surgi de nulle part. Il faudrait d’abord en avoir le potentiel, et on ne pourrait s’en emparer qu’au prix d’un effort important. J’avais eu l’impression d’avoir saisi quelque chose à la toute fin du combat contre les démons ce qui m’avait permis de sortir victorieux à la fin.

« Merci, Wridra. Tu me donnais des conseils pendant le combat, » déclarai-je.

« Hm, je ne sais pas à quoi tu fais référence. Quoi qu’il en soit, c’est à toi de décider si tu peux l’utiliser ou non. » Ses yeux d’obsidienne s’étaient tournés vers moi, et elle avait souri. Elle me voyait probablement comme sa propre élève, comme Marie, et avait hâte de voir ma croissance. En y repensant, elle m’avait peut-être conduit à ce point depuis qu’elle avait commencé son entraînement improvisé. Dans ce sens, je ne pourrais pas demander un meilleur maître.

« Je me demande ce que je devrais mettre dans ma case de compétence secondaire… Peut-être que je devrais juste commencer avec l’accélération ? Mais je ne peux pas l’activer sans une arme… Hmm…, » déclarai-je.

« La vitalité est importante dans ton cas, alors que dirais-tu de cette compétence d’endurance ? En fait, maintenant que tu as monté de niveau, pourquoi ne pas en échanger une ? » Elle montrait mes talents de pêcheur.

Attends un peu. Oui, j’ai compris. Une compétence de pêche serait sans doute inutile lorsqu’on essaie d’explorer un donjon. Malgré tout, elle avait besoin de comprendre : elle n’avait peut-être pas eu beaucoup d’occasions de briller récemment, mais le fait de passer du temps à pêcher tranquillement avait été pour moi un véritable plaisir. J’avais essayé d’expliquer mon raisonnement, mais les deux filles m’avaient juste lancé un regard peu impressionné.

« Pourquoi n’es-tu bavard qu’à ces moments-là ? On dirait que tu essaies juste de trouver des excuses, » déclara Marie.

« Je suis d’accord. C’est si rare de le voir ainsi, j’ai écouté ses bavardages jusqu’à la fin. Il a dû en avoir honte, » déclara Wridra.

Ce n’était pas bon. J’avais été idiot de croire que je pouvais convaincre ces deux femmes. Et donc, avec un grand regret… J’avais envisagé d’être ouvert à l’idée d’échanger mes compétences en matière de pêche.

« Oh, tu es ridicule. Il suffit d’appuyer sur ce bouton de confirmation. Tiens ! Pourquoi n’appuierais-je pas pour toi ? » demanda Marie.

« Attends, attends, laisse-moi y réfléchir un peu plus. J’ai beaucoup de bons souvenirs avec cette compétence, » répondis-je.

Elle avait commencé à pousser mon doigt, me mettant dans un léger état de panique. Il y a quelque temps, je venais même dans le monde des rêves juste pour pêcher. Je pouvais toujours changer de compétence plus tard quand j’en aurais besoin, alors j’avais décidé d’attendre avant de me décider pour le moment.

Marie avait touché du doigt un premier puis deuxième esprit de lumière, les faisant disparaître avec une bouffée de particules de lumière. Lorsque la lumière finale était devenue plus faible, la pièce possédait la luminosité idéale pour nous endormir. La fille avait posé son sac sur le sol et avait appuyé son bâton contre le mur, puis avait jeté un coup d’œil vers moi. Elle avait déboutonné son col pour révéler ses clavicules et s’était approchée de ma silhouette enveloppée dans une couverture. Elle avait passé sa main dans ses cheveux blancs et soyeux, puis s’était blottie dans mes bras tendus.

« Ahh, si chaud… Peux-tu te pousser un peu plus par là ? » demanda-t-elle.

Elle s’approcha de moi et comme d’habitude, elle pressa ses cuisses douces et son derrière contre moi sous la couverture. Quand j’avais essayé de lever les yeux vers mon autre compagnon, la main de Marie m’avait couvert les yeux. Apparemment, je n’avais pas le droit de regarder, puisque Wridra était en train de retirer son armure. Après un certain temps, j’avais senti quelqu’un s’asseoir de l’autre côté. Wridra avait tortillé ses hanches contre moi en s’installant et avait fini par s’immobiliser dans une position adéquate. Le doux souffle qu’elle avait laissé sortir contre mon cou m’avait chatouillé. Marie avait finalement retiré ses mains de mes yeux, et l’intérieur de la pièce sombre était apparu.

« Oh, j’ai oublié, » déclara soudainement Wridra, révélant son beau dos et ses seins amples alors qu’elle se redressait. J’avais fermé les yeux en toute hâte, mais cette vision ne devait pas quitter ma mémoire de sitôt. C’était facile à ignorer, mais notre position était suivie par l’outil magique. Elle s’en occupait probablement maintenant.

« Ça devrait le faire. Ahh, tu es chaud comme toujours. Il est assez inhabituel pour un enfant comme toi de pouvoir m’endormir, » déclara Wridra.

J’étais sur le point de répondre, mais Marie s’était blottie contre mon cou, me faisant oublier ce que j’allais dire. Mes yeux avaient rencontré ceux de Wridra sous les couvertures. J’avais fait un geste pour qu’elle avance, et elle avait aussi mis ses bras autour de moi. Les filles du monde des rêves pouvaient voyager entre les mondes avec moi en dormant ensemble comme ça. Nos mondes étaient différents, mais nous partagions tous le désir de visiter des terres inconnues. J’avais trouvé que ces femmes étaient plutôt pragmatiques, car elles semblaient s’habituer au contact physique intime. Quant à moi, je m’étais dit qu’il me faudrait un certain temps avant de pouvoir m’habituer à la sensation de pression sur mon dos et au genou placé entre mes jambes. Mais même ces pensées avaient commencé à devenir vagues et distantes alors que j’étais allongé dans la chaleur douillette sous les couvertures. J’avais laissé échapper un bâillement, et nous avions disparu de l’ancien donjon.

Bonne nuit, vous deux.

La Golden Week sera là quand j’aurai réussi à finir mon travail demain.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire