Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 3 – Chapitre 6

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 6 : Traîner à Aomori

***

Chapitre 6 : Traîner à Aomori

Partie 1

Je m’étais lentement réveillé quand le soleil du matin avait frappé mes yeux. Je ne comprenais pas bien comment j’étais capable de voyager dans le monde des rêves. Je pensais que ce n’était qu’un rêve, et maintenant que je savais que je pouvais visiter ce monde librement, je souhaitais que cette routine puisse continuer pour toujours. La dragonne était assise, ses muscles dorsaux pâles et ses longs cheveux noirs me faisaient face. Son profil latéral magnifiquement pittoresque avait un air d’ailleurs et ses longs cils se distinguaient d’autant plus qu’elle avait les yeux fermés. Cela me rendit heureux de réaliser que je voyais un côté de Wridra qu’aucun autre humain n’avait vu auparavant.

« Zzz… »

Attends une seconde. Je pensais qu’elle s’était réveillée avant moi, mais elle était encore à moitié endormie. Son visage s’était tourné dans ma direction, puis elle avait essayé de retourner au lit en rampant, les yeux encore fermés. Le contour voluptueux de sa silhouette remplissait ma vue, et je fermais rapidement les yeux et je faisais semblant de dormir dans un état d’agitation.

« Hmm, se lever dans ce monde est comme d’habitude merveilleusement confortable…, » murmura-t-elle, et une sensation indescriptible et lourde se fit sentir sur ma joue. Sa peau souple était douce, agréable au toucher, et sentait légèrement bon. Ses bras s’étaient enroulés autour de ma tête, puis j’avais senti son souffle contre mes cheveux alors qu’elle continuait à dormir.

Puis, j’avais réalisé quelque chose. La façon dont elle me tenait dans ses bras avait probablement l’air très mauvaise d’un point de vue extérieur. Wridra avait repoussé la cuisse de Marie avec son genou, faisant basculer la fille elfe sur son dos sans résistance. Elle aussi profitait d’un sommeil profond et confortable, et leur respiration régulière se répercutait dans ma chambre. Malgré l’atmosphère somnolente de ma chambre, mon cœur battait contre ma poitrine. Je n’avais pas compris. Que se passerait-il si Marie se réveillait dans cette situation ? Je sentais qu’elle serait incroyablement en colère contre moi, et que toute explication que je pourrais donner ne serait pas suffisante. Je souhaitais que Marie dorme tard et que Wridra se réveille le plus tôt possible. Le matin de mon jour de semaine était déjà rempli de nombreux conflits.

La fenêtre s’ouvrit, et Wridra poussa un gémissement en s’étirant de façon extravagante. Tout son corps était baigné de soleil, le négligé qu’elle venait de créer devenant partiellement transparent. Il y avait des broderies violettes autour de sa poitrine qui invitaient l’imagination à se laisser emporter par les pensées du beau corps qui se trouvait en dessous.

« Ahh, le Japon. C’est une journée ensoleillée aujourd’hui, » déclara Wridra.

« Wridra, s’il te plaît, ne t’étire pas comme ça dans cette tenue. Et pourquoi ne pas commencer à porter des pyjamas ? C’est indécent de se promener comme ça. » Les joues de Marie étaient légèrement gonflées, ce qui renforçait l’idée que la situation antérieure aurait entraîné de gros problèmes.

« Hah, hah, je refuse de porter de tels vêtements dans mon sommeil. Ce serait dommage de comprimer mon corps alors que je pourrais dormir dans un tel confort. » Elle avait ri sans le moindre remords. Le sens de la modestie d’un être humain lui était étranger, et sa compréhension de notre bon sens n’était que ce qu’elle avait appris en visitant des établissements humains dans le passé. J’avais pris deux tasses de thé et je m’étais approché de la table où était assise l’elfe boudeuse. Un ciel bleu agréable était visible à travers la fenêtre, indiquant qu’il avait finalement cessé de pleuvoir.

« Comment est le temps à partir de demain ? » J’avais placé les tasses sur la table, et la fille m’avait regardé. Les cheveux de Marie étaient aussi brillants que les nuages blancs, et ses yeux étaient comme des pierres précieuses. J’avais secrètement noté à quel point elle était attirante lorsqu’elle montrait ses émotions à l’extérieur.

« Bien. Ils disent qu’il va faire beau à partir d’aujourd’hui. » La météo était annoncée à la télévision derrière moi, et je pouvais dire qu’elle était excitée pour le voyage à Aomori et la vue du train de demain. Le billet pour le trajet était sur la table, et elle l’avait pris en main pour l’inspecter plusieurs fois. Attirée par l’odeur du thé, Wridra vint s’asseoir à côté de l’elfe. La dragonne avait entendu notre conversation, mais bizarrement, elle fredonnait et était de bonne humeur, malgré toutes les plaintes qu’elle avait faites au sujet de son incapacité à monter dans le shinkansen. Une autre chose qui avait attiré mon attention était la masse en forme de bijou qu’elle avait placée sur la table. Je ne l’avais jamais vu avant… Qu’est-ce que ça aurait pu être ?

« Hmhm, c’est un secret, » dit-elle sans lever les yeux, et Marie et moi avions cligné des yeux. Wridra avait continué à tripoter le bijou tout le temps.

« Mais je n’ai encore rien dit… Qu’est-ce que tu fais, au fait ? » demandai-je.

Bien sûr, elle n’avait pas répondu. Je pouvais voir le côté de son visage souriant, mais je ne sentais que des difficultés venant de ce sourire innocent. Eh bien, Wridra pouvait probablement faire à peu près tout ce qu’elle voulait, et il était inutile d’essayer de comprendre ce que la Magi-Drake pensait. Et donc, j’avais décidé d’aller faire des œufs et des saucisses à la place. Marie semblait aussi arriver à la conclusion qu’il valait mieux laisser faire, et elle entama une nouvelle conversation.

« Kazuhiho va travailler en semaine, donc il n’y aura que nous ici pendant la journée, » déclara Marie.

« Hmm, je n’avais pas réalisé qu’il travaillait vraiment. Il semble que tout ce qu’il fait, c’est jouer dans ses rêves, » répondit Wridra.

Je pensais que je faisais aussi beaucoup de travail dans mes rêves, bien que je me sois amusé, contrairement à mon travail à la compagnie. Ahh, le combat d’hier avait été serré, et c’était vraiment excitant.

« Il semble être une personne différente ici, mais c’est ainsi qu’il libère le stress de son travail, » expliqua Marie.

« On dit que le type calme a tendance à mettre les choses en bouteille, mais je vois qu’il utilise ses rêves pour soulager sa tension, » répondit Wridra.

O-Ouais… Elles n’avaient pas tort, donc je ne pouvais pas vraiment dire quoi que ce soit. Mais ça me rendait un peu triste, alors j’avais décidé de donner l’œuf au plat avec le jaune cassé à Wridra. Je l’avais mis dans son assiette pour exécuter ma vengeance.

« D’habitude, j’étudie le japonais dans cette pièce, mais tu pourrais finir par t’ennuyer. Pourquoi ne pas regarder un dessin animé ensemble l’après-midi ? » demanda Maria.

« Animay ? Je n’en ai pas entendu parler, mais je suis pour toutes les formes de divertissement. Bien que je n’attende pas grand-chose de quelque chose fabriqué par les humains, » déclara Wridra.

Oh, de telles déclarations sont appelées « drapeaux » là d’où je viens.

Nous partions demain pour Aomori, et Marie avait une sorte de fascination pour la vie dans la campagne japonaise. Cela servirait de préparation pour le voyage, donc ça ne me dérangeait pas. Alors que ces pensées me traversaient l’esprit, j’avais remarqué le regard sérieux de Marie.

« Ah, je vois que tu ne sais toujours rien sur la qualité des loisirs japonais. Ce n’est pas seulement de la nourriture et des sources chaudes. L’anime est rempli d’un art magnifique qui est dessiné par des illustrateurs qui mettent leur âme dans chaque illustration. Les histoires sont incroyables aussi, mais c’est la musique qui m’a vraiment surprise. Ils t’atteignent au plus profond de ton cœur et peuvent te faire pleurer involontairement, » expliqua Marie avec sérieux.

Il semblait que l’amour de Marie pour les animes avait été enflammé. Elle avait continué avec passion en disant que c’était une forme d’art et une histoire complète en soi. Mais comme Wridra ne l’avait jamais vu auparavant, sa réaction était pleine de points d’interrogation.

« Hah, hah, alors je lui donnerai une évaluation correcte. Je ne suis pas un critique facile, ayant vu l’art de tous les temps et de tous les lieux. Malheureusement pour toi, je ne peux que prévoir un avenir où tu finiras par être déçu par mon évaluation, » déclara Wridra.

« On verra bien. Regarde, ça va détruire tout ce que tu as connu ! » déclara Marie.

On avait l’impression que le feu éclatait en arrière-plan lorsque l’elfe et la dragonne s’affrontaient, mais le paquet d’animes qui se trouvait entre elles était… un spectacle étrange. Peut-être que je l’imaginais, mais je pouvais presque voir un gros personnage d’anime prenant une pose intimidante derrière Marie. Dans son cas, l’anime était une des raisons pour lesquelles elle avait commencé à apprendre le japonais. J’admire sa passion, mais une partie de moi avait reconnu le fait qu’elle commençait à voir le Japon avec des lunettes roses. Je me demandais ce qu’il adviendrait de leur petite compétition. Malheureusement pour moi, je ne pourrais pas le voir se dérouler, car je devais me mettre au travail. Mais cela m’avait vite échappé, car j’avais été convoqué à une réunion dès que j’avais pointé, on m’avait informé d’un changement de direction pour notre flux de travail et j’avais dû refaire certains documents. Le fait d’être un adulte qui travaillait signifiait que je me fais constamment pousser dessus pour telle ou telle tâche, alors je doute qu’il y ait quelqu’un qui ne soit pas stressé par le travail. Ou peut-être qu’il y en avait. Mais ceux que je connaissais, au moins, ne faisaient que trouver des excuses pour ne pas accepter dès le départ de travail.

***

Partie 2

J’étais arrivé à la maison et j’avais poussé la porte de mon appartement afin de l’ouvrir. L’intérieur était sombre, ce qui me rappelait une époque où Marie n’était pas là. C’était bizarre, la fille elfe venait habituellement vers moi en courant à mon retour. Peut-être que les deux filles étaient sorties et n’étaient pas encore rentrées. En enlevant mes chaussures, j’avais remarqué que, non seulement les lumières étaient toujours allumées, mais que la télévision l’était aussi.

« Oh, se sont-elles endormies ? » m’étais-je demandé à haute voix et j’étais entré. Après avoir fait deux pas, j’avais jeté un coup d’œil sur le côté et j’avais failli sursauter. Une montagne de couvertures avait été construite dans la chambre, avec Marie et Wridra recroquevillées en dessous, les yeux ronds et collés à l’écran.

« … Qu’est-ce que vous faites toutes les deux ? » avais-je demandé après une longue pause. Et la fille elfe avait levé un doigt sur ses lèvres et m’avait fait signe de venir. J’avais défait ma cravate et enlevé ma veste en les observant, et j’avais remarqué qu’elles étaient au milieu du film que nous avions acheté il y a peu de temps. Elles étaient sur le point d’arriver à la scène finale, et la voix joyeuse des sœurs se faisait entendre à la télévision.

« Ohhh ! » Wridra se pencha en avant, et je pus voir dans ses yeux qu’elle avait été captivée par l’histoire. Elle était tellement à fond dedans qu’elle n’avait même pas remarqué que je venais. Quand on était ainsi attiré dans une histoire, un phénomène intéressant se produisait. Ils s’identifient et se connectent aux personnages, partageant leurs mêmes émotions, telles que la douleur, le chagrin et le bonheur. C’était le moment où ils venaient de surmonter des épreuves, et un joli sourire s’était répandu sur le visage de la dragonne qui avait des milliers d’années. J’étais sûr que Wridra souriait comme ça quand elle était enfant. Au fur et à mesure que le moment émotionnel passait, cette chanson édifiante avait commencé à jouer. La musique était simple, mais racontait aussi une histoire en soi. Et ainsi, le visage de la dragonne s’était illuminé de bonheur.

« Ahh, c’est incroyable… ! Je ne savais pas qu’une telle harmonie pouvait être trouvée dans ce soi-disant anime ! » Et elle semblait si désintéressée quand elle s’était levée ce matin, j’avais pensé à cela quand j’avais commencé à me changer pour le travail. Alors que le final s’achevait et que la musique joyeuse s’éteignait, les deux filles retirèrent le tas de couvertures et s’étirèrent. « Ohh… C’est tout à fait merveilleux. Si colorée et pleine d’émotions, avec un charme exceptionnel en elle. J’ignorais que la campagne du Japon était un endroit si fantastique… »

« Ahem. Donc tu comprends enfin. L’anime rassemble de nombreux dessins pour raconter une belle histoire comme celle-là. Et juste pour que tu saches, ils n’utilisent pas la magie pour le faire, » expliqua Marie.

Elles s’étaient assises au salon pour discuter du film qu’elles venaient de voir. Marie avait commencé à préparer le thé avec une main entraînée, alors j’avais aussi fini par m’asseoir avec elles. Wridra avait une expression rêveuse de son côté et poussa un soupir en se tenant les joues.

« Nnn, c’était vraiment comme si j’étais dans un rêve. Ce monde m’a semblé constamment occupé et plein de futilités, mais il semble qu’il y en ait encore qui ont un cœur enjoué, » déclara Wridra.

« Qu’est-ce que tu veux dire ? Ce n’était qu’une petite fraction de ce que les animes ont à offrir, et il y a des milliers de titres sur le marché. Tu pourrais en regarder un tous les jours et mettre des années à les parcourir tous. » Marie avait passé sa main dans ses cheveux avec une expression de fierté, et Wridra s’était retrouvée à court de mots. J’avais aussi été surpris. Marie avait l’air de s’amuser comme une folle en se vantant du sujet. « Oh, je suis désolée, je me suis tellement amusée ici. Au fait, ce kakuni que nous avons eu il y a quelque temps était un cadeau de notre voisin. J’ai apprécié d’autres saveurs suprêmement riches comme le foie gras — bien que tu ne le connaisses probablement pas. »

« Quoi !? Impossible, tu n’aurais pas pu recevoir un tel traitement en prime… Ce n’est pas juste, ce n’est pas juste du tout ! Je me suis retenue de venir ici ! » s’écria Wridra.

Euh… Qu’est-ce qui se passe ?

Wridra pleurnichait en s’allongeant sur la table, et les joues de Marie rougissaient avec une expression joyeuse en regardant la dragonne. Peut-être qu’elle voulait quelqu’un à qui se vanter depuis longtemps. Wridra était la seule à qui nous pouvions parler de notre secret, et elle ne pouvait pas s’empêcher de penser que cette situation était « injuste ». Je savais par expérience que les femmes avaient tendance à avoir un côté qui aimait se vanter auprès des autres, alors j’avais rapidement suivi pour adoucir le coup.

« Hum, personnellement, j’aime mieux le monde d’où vous venez toutes les deux, » déclarai-je.

« … Oui, j’aime ça aussi. Si seulement il y avait des dépanneurs, » déclara Marie.

Hein ? Eh bien… Ils n’avaient jamais pensé à le faire. En fait, j’aurais été déçu s’ils l’avaient fait, et je pensais que pouvoir profiter de toute la nature qui s’y trouve était bien meilleur.

« Je veux un repas délicieux, plutôt qu’un poisson qui sent mauvais. Ahh, ce qu’on a eu au déjeuner était si doux et délicieux. J’aimerais aussi vivre au Japon ! » déclara Wridra.

Oh, elle en a eu aujourd’hui ? J’avais demandé non verbalement à Marie d’un regard, et elle m’avait lancé un regard fier. Je vois. Alors elle s’était aussi vantée de la crème glacée. Wridra continua à sangloter, puis me regarda.

C’est bizarre, tu es censé être la grande Magi-Drake, pas un chaton qui cherche une maison. Mais je suis désolé, je ne gagne pas assez pour m’occuper de deux… Attends, n’es-tu pas la femme de quelqu’un ?

Elle avait continué à me lancer des regards, et je ne savais vraiment pas quoi faire. Après avoir pris un bain, j’avais ouvert la porte pour trouver les deux filles assises sur le lit, et Marie m’avait fait signe. Quant à Wridra, elle semblait faire quelque chose comme ce qu’elle faisait ce matin. Ses yeux noirs me regardaient, mais elle s’était détournée comme si elle était encore bouleversée pour tout à l’heure. J’avais jeté un coup d’œil pour voir qu’elle utilisait une sorte de corde, et l’appareil faisait un bruit de grésillement. Elle y travaillait depuis le matin, et je m’étais demandé ce qu’elle comptait créer ici au Japon. Ma curiosité me tuait, alors je m’étais assis à côté d’elle, et elle m’avait murmuré de me taire sans même lever les yeux. Elle était dans un état de concentration totale, alors Marie et moi n’avions fait que regarder en silence. On aurait dit qu’elle soufflait des particules magiques dans un bijou qui avait la taille d’une pièce de 500 yens. Elle semblait dessiner quelque chose comme un circuit imprimé pour une machine. Marie et moi avions continué à nous fixer.

Sizzz…

De la fumée s’élevait de l’appareil, et il semblait que le travail de précision était fait. Wridra poussa un soupir de soulagement, puis referma le couvercle.

« Maintenant, voyons si ça marche. Turck Ittshi Aap. » Les mots mystérieux étaient probablement des mots avancés de la langue des dragons. La phrase servait également d’incantation pour un sort, et les Mages-Drakes avaient la capacité de jeter des sorts en utilisant des mots de la langue. Cela m’avait presque fait oublier que nous étions encore dans le quartier Koto au Japon. Alors que nous regardions, une ombre noire était apparue lentement. Il était apparu lentement du milieu de l’air, puis s’était posé sur ses pieds avec un plop. Son petit corps était couvert de fourrure noire, et il avait une longue queue. Quand elle avait laissé échapper un petit miaulement, les yeux de Marie s’étaient élargis.

« Ah ! Un chat… Je veux dire, un familier ! Peux-tu en appeler un même dans ce monde ? » demanda Marie.

« Normalement, c’est impossible. Après tout, il n’y a pas de mécanisme sous-jacent qui permet de compléter la magie ici, mais avec un noyau artificiel comme celui-ci, c’est une autre histoire. » Wridra souriait en frottant le menton du chat noir. Marie ne pouvait pas s’empêcher de se rapprocher, et le chat s’était tourné vers elle et avait reniflé son doigt. Il avait pris son temps en sentant Marie, puis avait émis un miaulement satisfait. Il avait frotté sa fourrure contre elle en signe d’approbation.

« Wôw, c’est chaud… N’es-tu pas une beauté ? Tu as un visage mignon. » Marie s’était habituée à parler avec les chats. Après l’avoir vue caresser le chat derrière son cou, Wridra s’étira et bâilla.

« Ahh… Bien sûr, je n’ai pas créé un familier simplement pour le plaisir. » Elle avait fait un geste pour que je vienne. J’étais un peu anxieux, mais ma curiosité l’avait emporté. Je m’approchai d’elle avec précaution, puis Wridra posa son doigt sur mon menton comme elle l’avait fait pour le chat, puis inclina mon visage vers le haut. Son doigt fin avait tracé le long de mon visage, puis s’était arrêté derrière mon oreille. Puis, j’avais entendu un bruit comme une sorte d’aspiration, et mes épaules avaient bougé de façon surprenante. Quand Wridra avait touché le noyau qui se trouvait sur le col du familier, j’avais senti des mots étranges se prononcer dans mon oreille.

« Une ligne de communication a été établie. »

Hein… !?

La même voix se répercutait sur l’ornement du chat, et Marie et moi nous étions regardées.

« Ne me dis pas que tu as fabriqué la même technologie que celle venant du monde des rêves !? » m’écriai-je.

« Hah, hah. Bien sûr, mes créations sont supérieures à celles des humains. La portée effective, la qualité sonore et la portabilité sont nettement améliorées, » répondit Wridra.

C’était très surprenant. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle apporte la technologie du monde des rêves ici, et Wridra l’avait fait si facilement. Puis, comme pour se venger de toutes les vantardises qu’elle avait endurées sur le Japon, elle se mit à expliquer.

« Voler la technologie n’est pas une tâche facile. Après tout, il faut bien comprendre la structure, la démonter, repenser son concept et la reconstruire en respectant toutes ses exigences. Comprenez-vous maintenant l’étendue de ma grandeur ? » demanda Wridra.

J’étais tellement sous le choc que je n’enregistrais pas ce qu’elle disait. Marie était dans un état similaire, la bouche grande ouverte, mais aucun mot ne sortait.

« C’est tellement impressionnant que je ne sais pas quoi dire. Alors… qu’est-ce que ça veut dire ? » demanda Marie.

« Je suppose qu’on peut utiliser ça pour parler même quand je suis au travail, » déclarai-je.

La fille avait fait un « Ah ! » et avait pris le chat dans ses bras. Le chat lui avait frotté son nez rose et elle avait ri face au chatouillement.

« Tu es si petit, mais tu es assez étonnant, n’est-ce pas ? As-tu un nom ? » demanda Marie.

Je pouvais entendre les murmures de Marie au fond de mon oreille. Je commençais à comprendre le but de Wridra dans tout ça. Bien sûr, elle avait un air suffisant quand je m’étais retourné pour lui faire face.

« Tu prendras le familier avec toi comme un compromis. Ainsi, je pourrai partager ses sensations. Moi aussi, je vais apprécier ce soi-disant shinkansen, » déclara Wridra.

Ce n’était pas étonnant qu’elle soit si concentrée sur la réalisation de ce projet. Elle nous avait donné une fonction téléphonique, tout en se permettant de profiter de la vue du voyage.

« Pas de problème. Et nous ferons en sorte que tu puisses te joindre à nous pour notre prochain voyage. » Elle avait souri, puis nous avait dit comment utiliser notre nouvel outil. On pourrait croire que Wridra venait du futur, avec tous les outils qu’elle fabriquait. Eh bien, nous avions achevé toutes nos tâches. Nous avions terminé la mission de sauvetage dans l’ancien donjon, Wridra avait terminé les préparatifs pour le voyage, et le plus important : les savoureux snacks avaient été disposés sur la table.

« Notre tant attendue Golden Week est enfin arrivée. Assurez-vous de ne pas trop dormir à cause de toute cette agitation. Nous irons à Aomori dès que nous nous réveillerons, » déclarai-je.

Les deux filles avaient levé les mains en l’air en s’acclamant, puis elles avaient tapé dessus sur le lit.

+ + + + + + + + + +

Après avoir fait notre rapport, l’homme bien bâti nous avait regardés avec un niveau de choc que nous n’avions jamais vu auparavant. Il s’appelait Zera, le chef de l’équipe de la Pierre de Sang qui était devenu notre ami après la mission de sauvetage que nous venions de terminer l’autre jour. La femme aux cheveux roux connue sous le nom de Doula était avec lui, et nous venions de nous rencontrer. La vue était très différente de la nuit précédente, quand nous avions vaincu le démon.

« Hein ? Te rends-tu compte de la quantité de trésors que nous trouvons ? Vas-tu sérieusement y retourner une fois ? » Il se leva en parlant et en faisant des gestes vers les piles de Pierres Magiques et autres butins. Il semblait que la salle du trésor avait été déverrouillée après avoir vaincu le démon, et ils étaient tous occupés à sortir leurs trouvailles. Les membres de l’escouade semblaient absolument ravis de travailler.

« Oui, nous avons de longues vacances qui arrivent. »

Marie et moi avions souri en répondant, et même Doula avait un regard sévère sur son visage. Le fait est que le Golden Week que nous attendions depuis si longtemps était plus important pour nous. De plus, j’avais déjà reçu Astroblade, que je soupçonnais être le plus grand trésor de tous. Zera avait gratté ses cheveux noirs, comme s’il ne comprenait toujours pas.

« Je ne comprends pas. C’est comme si vous n’aviez aucun désir pour quoi que ce soit… ou que vous désiriez seulement quelque chose de complètement différent. On va s’occuper de tout ici, alors profitez de vos vacances, » déclara Zera.

Puis, il semblait se souvenir de quelque chose. Il avait sorti des emballages un peu plus grands que la taille de mon poing et m’avait tendu le paquet. Quand je l’avais déballé, il y avait un joyau turquoise qui me rappelait l’océan.

« Tenez, c’est la plus grosse pierre magique qu’on ait trouvée ici. Je m’inquiète pour votre avenir, alors prenez au moins ça. Je vous enverrai le reste de votre part une fois que nous aurons vendu une partie des marchandises. » Avec ça, il avait poussé l’objet dans mes mains avant même que je puisse hésiter. Je ne pensais pas que quelqu’un finirait par s’inquiéter pour mon avenir, même dans ce monde… Marie et moi l’avions remercié et j’avais décidé de l’accepter sans protester. Ensuite, les autres membres de l’équipe s’étaient joints à la conversation.

« Mais vous ne partez pas bientôt en vacances pour votre lune de miel, capitaine Zera ? »

« Vous avez obtenu assez de fonds avec ce butin. Peut-être que vous devriez effectuer votre voyage et approfondir votre amour avec… »

Les deux intervenants avaient reçu un coup de poing à la tête, comme d’habitude. Mais même lui semblait apprécier la vue de Doula, habituellement calme, qui s’agite. Zera avait regardé son coéquipier, mais ils avaient tous l’air de s’amuser. Puis, le grand homme avait regardé vers moi.

« Quoi qu’il en soit, pensez à ça comme un gage de célébration. Le premier étage semble avoir d’autres maîtres d’étage, alors vous pouvez aller vous amuser jusqu’à ce qu’on ait fini de les nettoyer. »

« Oui, merci. Nous allons y aller maintenant ! »

On s’était dit au revoir, puis j’avais activé ma compétence de mouvement à longue distance : Trayn, le guide du voyage. Marie s’était accrochée à moi alors que nous tombions dans un monde une couche plus bas, nous plongeant dans les ténèbres.

***

Partie 3

Un soleil éblouissant avait montré son visage au travers des rideaux, laissant présager que ce beau temps allait durer encore un certain temps. Marie et le chat noir étaient assis devant la télévision et regardaient le bulletin météo. Le programme indiquait que la pression atmosphérique était maximale pour la journée à Tokyo et que la température était de vingt-deux degrés et de dix-huit degrés à Aomori. Mariabelle l’elfe portait un vêtement vert, discret, à manches longues en coton, approprié pour la saison printanière. Si elle portait des chaussettes hautes avec des rayures assorties, elle aurait encore plus l’air de venir d’un monde imaginaire. Le chat noir assis à côté d’elle était aussi une résidente d’un autre monde. Ce n’était pas un chat ordinaire, mais un familier, et Wridra était sa maîtresse. On m’avait dit que son apparence était telle qu’il pouvait facilement se fondre dans notre voyage, et que Wridra pouvait partager sa conscience et ses perceptions.

Marie se tourna vers moi et me dit. « Quel sentiment étrange ! J’attendais cela depuis si longtemps, et c’est enfin arrivé. » J’avais compris ce qu’elle ressentait. L’attente était si longue que j’étais un peu déconcerté maintenant que cela avait commencé. Est-ce que ça se passait vraiment ? Je connaissais la réponse appropriée à cette question.

« Alors, mesdames, commençons notre voyage. S’il vous plaît, prenez ma main, » déclarai-je.

En réponse, le regard un peu distrait de Marie s’était transformé en sourire. Le chat noir se leva de ses genoux, et Marie mit sa fine main dans la mienne.

« Mon Dieu, comme c’est charmant. Je pense que s’occuper de moi comme ça te va bien. »

« Hm, je ne suis pas sûre de ce que je ressens à ce sujet. En fait, avoir des gens qui s’occupent de toi te convient aussi. C’est un compliment, bien sûr. » Elle avait agi avec indignation en réponse à mon commentaire, et j’avais procédé à une vérification et m’étais assuré que toutes les portes étaient verrouillées. J’avais éteint la télé, et nous avions quitté la pièce. Le chat noir était sorti par la porte d’entrée, et nous avions été accueillis par un temps ensoleillé lorsque nous l’avions suivi.

Notre voyage durait deux nuits et trois jours, et nos bagages étaient surtout constitués de nos vêtements. Les chaussures que je transportais aussi dans le sac n’étaient pas assez lourdes pour affecter mes légers pas. En sortant de la porte d’entrée et en descendant les escaliers, Marie avait commencé à fredonner une chanson populaire qui était parfaite pour partir en voyage. C’était la chanson qu’elle avait chantée avec la dragonne quand nous étions allés faire ce voyage dans la ville. Le chat marchait près de nos pieds comme pour jouer avec nous, ce que je trouvais adorable.

« On n’a pas l’impression de partir en voyage si je n’entends pas cette chanson, » déclara Marie.

« Je dois admettre qu’on a l’impression de commencer officiellement nos vacances, grâce à cette chanson. Bien qu’il semble que Wridra soit triste de ne pas pouvoir chanter aussi, » déclarai-je.

Le chat avait miaulé en signe de protestation. Son visage boudeur ressemblait beaucoup à un chat, ce qui avait fait rire la fille elfe en réaction.

La gare de Tokyo… Il était environ sept heures du matin, et il y avait beaucoup de voyageurs autour de nous. Le plan de la gare de Tokyo était assez compliqué, et le flux de circulation des piétons permettait de se perdre facilement. J’avais réussi d’une façon ou d’une autre à entrer par la porte menant sur la plate-forme pour le Shinkansen en direction du nord-est, puis je m’étais tourné vers Marie. Elle portait un panier en maille noire laquée, donc elle semblait avoir un peu de mal à passer la porte. J’avais fait un geste pour lui proposer de le prendre, mais elle avait secoué la tête, alors j’avais pensé qu’elle pouvait le supporter. Le chat noir était à l’intérieur du panier, miaulant doucement. Je lui avais tenu la main pour que nous ne soyons pas séparés et j’avais décidé de m’arrêter dans les magasins voisins pour la divertir. Nous étions arrivés à une boutique avec une enseigne plus lumineuse que les autres, et ses yeux s’étaient élargis.

« Wôw, tant de bentos ! » s’exclama Marie.

« Les paysages magnifiques et la nourriture délicieuse sont essentiels pour les longs voyages. Pourquoi ne pas choisir une boisson et un bento ? » demandai-je.

Les boîtes de repas étaient disposées en rangées serrées, chacune d’elles étant unique en son genre. L’un était rempli de fruits de mer, un autre présentait un appétissant faux-filet, tandis qu’un autre avait du poulet couvert de sauce tartare. La variété colorée des plats mijotés et marinés ne manquait pas d’attirer l’attention des voyageurs, et les récipients eux-mêmes étaient également distincts.

« Tant de variété ! Lequel devrions-nous choisir… ? Qu’est-ce que tu en penses, Wridra ? Nous devons trouver lequel est le plus délicieux, » déclara Marie.

« Pas besoin de trop réfléchir. Eh bien, allez-y et prenez votre temps. » La fille gémissait pendant qu’elle et le chat délibéraient sur ses options, ce dernier miaulant de temps en temps à l’intérieur du panier. Une petite patte noire était sortie du panier, pointant vers une des boîtes.

« Pas celui-là. J’avais entendu dire que ces types de repas n’ont pas aussi bon goût. Et celui-là ? L’œuf est jaune et joli, » déclara Marie.

Le chat miaulait comme pour soutenir que les deux autres auraient dû privilégier le goût à l’esthétique. J’avais été impressionné par la façon dont elles pouvaient communiquer même sans mots. Je n’avais pas pu m’empêcher de les observer avec beaucoup d’intérêt alors que je buvais du thé dans ma bouteille en plastique. Puis, la fille s’était retournée pour me jeter un coup d’œil.

« Pourquoi es-tu assis là à te détendre ? Tu devrais comprendre que les bons ont tendance à se vendre avant les autres. Si tu ne te dépêches pas, tu finiras avec juste du thé pour ton repas, » déclara Marie.

« Ah, alors je vais prendre ce bento shumai. On dirait que c’est le dernier qui reste. » Je l’avais ramassé, puis j’avais entendu un « Ah ! » et un « Mew ! »

« Oh, tu avais prévu de prendre celui-là ? Ça ne me dérange pas d’échanger, » déclarai-je.

« C-C’est bon ! Nous avons beaucoup d’autres candidats. C’était l’option la plus faible de toutes, de toute façon. » La fille elfe et la chatte m’avaient montré du doigt de façon dramatique.

D-D’accord. J’étais d’accord avec ça. Il semblait que le bento shumai était le plus faible des quatre d’élite. Je me sentais mal pour ça, alors j’avais décidé de le savourer plus tard.

 

 

Ainsi, après avoir passé beaucoup de temps à décider de leur boîte à lunch, elles avaient fini par choisir un bento Makunouchi. Les plats mijotés colorés, le riz takikomi et les autres plats d’accompagnement divisés en compartiments semblaient répondre aux besoins de Marie et du chat. Le regard satisfait de la jeune elfe semblait indiquer qu’elles avaient choisi la meilleure option possible. Elles regardaient dans le sac en papier de temps en temps, jetant de temps en temps un coup d’œil sur mon bento et souriant.

Huh, je suppose que j’ai perdu. Je suppose que tu n’as pas pu battre le bento Makunouchi, mon bento shumai. J’avais admis en silence ma défaite alors que nous montions lentement les escaliers.

Le quai de la gare de Tokyo était étonnamment chaud et ensoleillé pour le mois de mai, mais le bulletin météo indiquait que la température allait baisser d’environ quatre degrés d’ici à ce que nous arrivions à Aomori. Même la prestigieuse sorcière spirituelle s’émerveillait de la vue qui nous attendait. Il y avait le Shinkansen Hayabusa, montrant sa couleur bleu émeraude profond comme un océan tropical.

« W-Wooow, c’est si grand ! Est-ce un Shinkansen !? » demanda Marie.

« Oui, c’est le véhicule le plus rapide, fièrement fabriqué par le Japon. Attends ! Peut-être que ce n’est plus le plus rapide ? Quoi qu’il en soit, c’est un véhicule très avancé techniquement. » Je lui avais déjà montré une vidéo, mais voir la vraie affaire en personne était une autre histoire. Sa forme aérodynamique me rappelait les manèges d’un parc d’attractions, et le design néo-futuriste était excitant à voir. Mais vu la façon dont les deux filles étaient figées sur place, il était possible qu’elles en soient un peu intimidées. J’avais pointé le véhicule et j’avais dit. « Nous avons encore un peu de temps, alors pourquoi ne pas marcher jusqu’à l’avant ? »

« Oui, allons-y ! Wooow, c’est tellement incroyable ! J’ai le sentiment que ça va être très rapide. » Il semblait qu’elle avait hâte d’y être. Elle tenait le panier en maille du chat dans ses deux mains, regardant curieusement autour d’elle en me suivant. Le train était de toute évidence le plus beau à l’avant, et il avait un charme étrange. Ses lignes nettement modernes et ses courbes donnaient l’impression qu’une quantité incroyable de technologie avancée avait été utilisée dans sa conception. Les deux filles avaient pu voir la gloire de l’Hayabusa, la bouche grande ouverte.

« De si belles courbes ! Oh, est-ce le plus haut rang des trains ? Ils doivent éventuellement évoluer dans ce sens une fois qu’ils ont acquis suffisamment d’expérience, » déclara Marie.

« Pas exactement. Voici l’Hayabusa, un véhicule spécialement conçu pour les longs trajets qui va emmener une certaine elfe mignonne jusqu’à Aomori. » J’avais serré la main de Marie alors que je l’avais expliqué, et ses yeux s’étaient illuminés. On allait à Aomori avec ce truc. Cela semblait enfin s’enfoncer dans son esprit. Nous avions pris le temps de regarder l’extérieur brillant du véhicule pendant que nous marchions. J’avais remarqué qu’il était à la fois fonctionnel et esthétique, et que les faibles vibrations qu’il émettait pouvaient être ressenties à travers la plate-forme. La chatte avait aussi la bouche grande ouverte, submergée par la présence du train.

« C’est là que nous allons, non ? Je me demande à quoi ressemble l’intérieur, » déclara Marie.

« Tu verras quand on sera à l’intérieur. Voyons voir, d’accord ? » répondis-je.

Une annonce en anglais et en japonais avait été diffusée par les haut-parleurs lorsque nous étions entrés par une porte voisine. Les sons de la plate-forme s’étaient immédiatement calmés, et nous avions été accueillis par un intérieur élégant aux accents de bois. L’elfe et la chatte avaient jeté un coup d’œil autour, semblant remarquer l’odeur distincte dans l’air, et nous avions continué à avancer pendant que je menais Marie par la main. Là, nous avions trouvé les sièges verts de première classe, avec une lumière douce entrant par le toit de la voiture. Les autres avaient de nouveau élargi les yeux, surprises, en prenant place dans les rangées de sièges bien alignées.

« Nos sièges sont là-bas. Attention à la marche, » déclarai-je.

« Alors voilà comment c’est à l’intérieur… Les trains de haut rang sont vraiment une classe à part, » déclara Marie.

Les sièges étaient également avec une couleur claire, et j’avais évidemment laissé Marie prendre le siège côté fenêtre. Nous ne pouvions encore voir que le quai de la gare, mais Marie aurait une belle vue une fois que nous serions partis. Dès qu’elle s’était assise, elle s’était tournée vers moi et s’était exclamée. « C’est si moelleux ! »

En voyant comme elle aimait ça, j’étais content d’avoir décidé de faire une petite folie. Il y avait en fait une autre classe au-dessus de nos billets, mais c’était le mieux que je pouvais faire avec mon revenu. Je m’étais dit que je pourrais l’envisager une fois si j’avais un revenu plus stable à un moment donné. J’avais placé nos bagages sur les étagères au-dessus de nous et j’avais mis le panier du chat sur les genoux de la fille.

« Reste tranquille un moment, Wridra, » je chuchotais à travers la maille, et elle avait répondu par un miaulement. Même les yeux du chat étaient brillants d’excitation. Je m’étais dit que les Shinkansens étaient conçus pour divertir leurs passagers. Le ton des annonces était calme, et les vibrations étaient faibles, mais il y avait un sentiment d’excitation certain dans l’air. Marie semblait le ressentir aussi, ses joues légèrement enflammées par l’anticipation.

« Ce truc va très vite, n’est-ce pas ? Quelle est sa vitesse, comparée à celle d’un animal ? » demanda Marie.

« Je dirais que c’est comme un faucon. C’est probablement de là que vient le nom d’Hayabusa. » Elle avait affiché une expression de curiosité sur le visage, alors j’avais recherché un faucon pèlerin sur mon téléphone et je le lui avais montré.

***

Partie 4

Pendant ce temps, l’heure du départ approchait. Tous les passagers étaient maintenant à l’intérieur, et une annonce à bord nous informa que nous allions bientôt partir. J’étais peut-être nerveux, car je sentais la sueur dans mes paumes en fermant la main, et je pensais même pouvoir entendre le son de mon cœur battre. Le quai propre et bien éclairé avait commencé à s’éloigner, et j’avais vu le magasin de bento passer, laissant la gare de Tokyo derrière nous. Par temps ensoleillé, on pouvait voir un groupe de bâtiments par la fenêtre, et la fille avait laissé échapper un bruit surprenant.

« Wôw ! Si jolie ! Regarde, tous les bâtiments ont l’air si beaux, » déclara Marie.

Le ciel bleu se reflétait sur les bâtiments géants, ce qui m’avait fait apprécier le beau temps d’aujourd’hui. Un air joyeux avait été joué sur les haut-parleurs, suivi d’une autre annonce. En parcourant l’horaire des trains de la journée, j’avais remarqué qu’un autre train passait en dessous de nous. Il y avait des chemins de fer en dessous et au-dessus de nous, et les deux autres avaient l’air assez adorables en levant les yeux avec une expression abasourdie. Mais alors qu’elles appréciaient le paysage, l’intérieur s’était soudainement retrouvé plongé dans l’obscurité.

« Oh, je ne peux plus voir…, » déclara Marie.

« Nous sommes allés sous terre. Nous serons bientôt de retour, » répondis-je.

« Tu sais, ça me rappelle un peu ton Trayn, le guide de voyage. Je me demande s’ils sont liés d’une manière ou d’une autre, » déclara Marie.

Je n’étais pas sûr, pour être honnête. J’avais une compétence similaire dans le monde des rêves, mais je doutais que cela soit affecté d’une manière ou d’une autre par les choses au Japon.

« Alors peut-être que mon Trayn aura aussi des sièges passagers quand je le monterai au niveau maximal, » répondis-je.

« Oui, tu devrais essayer. Nous pourrions alors profiter de nos voyages en toute tranquillité. Oh, et tu devrais l’améliorer pour qu’il puisse voyager en surface, » déclara Marie.

Hein, je plaisantais. Elle avait répondu assez positivement à l’idée, me faisant me demander comment j’allais demander une telle chose au dieu du voyage. Le train à grande vitesse était revenu à la surface, et le paysage était passé des gratte-ciel aux immeubles résidentiels. La vue passait rapidement, le rythme était si rapide que Marie avait un regard étrange.

« Ahhh, c’est si rapide… La vue change si rapidement… C’est assez différent que de conduire une voiture, » déclara Marie.

« J’aime aussi y aller doucement avec les voitures. Il y avait une chose appelée trains-couchettes jusqu’à il y a peu de temps, où les gens dormaient en voyageant, » déclarai-je.

Elle écoutait avec beaucoup d’intérêt, et j’avais commencé à lui préparer le bento et le thé. Le nez rose du chat avait jailli du panier en maille et avait tressailli. Il était temps pour notre petit déjeuner tardif. Marie avait choisi un bento Makunouchi, alors que j’avais un bento Shumai. Avec le Shinkansen d’un luxe excitant, le ciel bleu clair et la belle Marie à côté de moi, c’était une façon de passer mon temps de haute qualité. À tel point que ça m’avait fait penser que le fait de ne pas choisir un billet de classe supérieure n’avait pas vraiment d’importance. Nous avions séparé nos baguettes en un clin d’œil, nous nous étions penchés et nous nous étions murmuré « Itadakimasu ». En les voyant de près, ses grands yeux étaient d’un violet vif et pâle.

Puis, le Shinkansen avait finalement commencé à bouger. Nous avions entendu un miaulement, comme pour nous rappeler la présence du chat, et Marie et moi avions ri.

« Mmm, ce goût doux est très japonais. En veux-tu aussi, minou ? » Marie rapprocha la nourriture, et le chat ouvrit sa petite bouche avec avidité, mâchant rapidement les crevettes frites. Ce n’était pas quelque chose qui aurait dû être donné à un chat normal, bien sûr, mais c’était un familier et il n’aurait pas été techniquement classé comme un chat, donc cela n’aurait pas dû être un problème… Probablement. Nous avions traversé un autre tunnel pour trouver des champs de culture sous un ciel bleu, révélant une vue lumineuse de verdure. Cela semblait être un tout nouveau spectacle pour elles deux, et elles avaient momentanément cessé de manger.

« Marie, essaye celui-là aussi. » Ses yeux violets s’étaient élargis quand je lui avais donné le shumai en se retournant, et elle avait passé ses doigts dans ses cheveux et avait ouvert la bouche adorablement. Elle avait marmonné « Miam » après une bouchée de shumai à la sauce soja, et j’avais ressenti un étrange sentiment de bonheur.

C’est bien pour toi, shumai. Tu n’as pas fait partie des quatre d’élite pour rien.

La chatte mâchait des morceaux de nourriture qui avaient été coupés plus petits pour elle, et les deux n’arrêtaient de manger que lorsqu’une belle vue apparaissait de temps en temps. Le spectacle vu à travers la fenêtre était passé à une vitesse incroyable. Pourtant, nous avions profité de notre voyage de loisir à l’intérieur du train.

Je pouvais sentir que nous nous déplacions progressivement à des vitesses plus élevées. Hayabusa semblait accélérer jusqu’à sa vitesse maximale de 320 kilomètres à l’heure, et Marie avait serré ma main avec plus de force à mesure que la vitesse augmentait. J’avais regardé pour voir si elle allait bien et je l’avais trouvée en train de secouer la tête, les larmes lui montant légèrement aux yeux.

« C’est… assez effrayant… Puis-je… m’accrocher à toi ? » demanda Marie.

Il était clair que l’elfe n’avait jamais connu de telles vitesses auparavant, et elle semblait avoir peur. J’avais écarté l’accoudoir entre nous et j’avais fait un geste pour qu’elle avance, et en réponse, elle s’était accrochée à mon bras sans hésitation.

« Reste tranquille, OK… ? Eep… Je crois que j’ai le vertige… » Je me sentais un peu timide d’avoir une fille si adorable qui s’accrochait à moi avec les deux bras autour de moi. Ceci étant dit, elle était plutôt mignonne quand elle avait peur, elle aussi. D’habitude, elle faisait preuve de fermeté… Attends, elle l’avait fait ? Marie était remplie d’émotions lorsque nous regardions des films ensemble, et elle avait agi plutôt précocement ces derniers temps, alors je n’étais plus si sûr.

Bien que je me sois demandé de quoi elle avait si peur. Le train était effectivement rapide, mais l’intérieur était très stable, avec un minimum de secousses. Je l’avais tapotée dans le dos pendant un moment, mais j’avais finalement compris quel était le problème. Elle n’était pas habituée à ce que le paysage passe si vite, et cela l’avait effrayée. J’avais remarqué qu’elle s’était un peu calmée en fermant les yeux. Elle avait finalement relâché son emprise sur moi, puis avait levé les yeux avec un soupir de soulagement. Son visage était encore un peu pâle, cependant.

« Je suis désolée de t’avoir dérangé… Je me sens un peu mieux maintenant, » déclara Marie.

« Ah, il fait si chaud. Mais je préférerais que tu sois un peu plus proche, » déclarai-je.

Elle avait réagi avec un « Hein ? » et je l’avais un peu éloignée, avant de la rapprocher. Je l’avais tenue comme dans notre position habituelle de sommeil, la tête appuyée contre ma poitrine, et je l’avais entendue dire doucement. « Nous sommes en public… »

« J’ai entendu dire qu’Aomori est froid, donc ça pourrait être la bonne température si on reste comme ça, » déclarai-je.

« Tu es si bête…, » déclara Marie.

Elle semblait troublée au début, mais elle avait fini par céder et s’était appuyée sur moi. Je l’avais sentie relâcher son poids contre moi et se rapprocher encore plus. En tenant son corps mince, en lui tapotant doucement le dos, j’avais senti sa respiration devenir de façon détendue et rythmée, presque comme si elle s’était endormie.

« Je sais déjà à quel point tu es têtu dans des moments comme celui-ci. Puis, avant que je ne m’en rende compte, tu me fais me sentir mieux. J’étais bien connue pour détester les humains, tu sais ? » dit-elle d’un ton boudeur, la tête toujours contre ma poitrine. Je savais bien à quel point elle détestait les humains. D’une certaine façon, on aurait presque eu l’impression qu’il y avait un ton d’excuse dans sa voix.

« Bien sûr que je le sais. Tu m’as réduit en miettes la première fois qu’on s’est rencontrés. C’est pourquoi j’ai appris ma leçon et j’ai décidé de te capturer comme ça en premier, » répondis-je.

« Oh, je suis capturée maintenant, n’est-ce pas ? Eh bien, n’es-tu pas un humain ignoble ? J’aime vraiment ton odeur. Donc, malheureusement pour moi, je n’ai même pas remarqué que j’avais été capturée, » déclara Marie.

Ses yeux violet pâle avaient commencé à se fermer. Il semblait qu’écouter les battements de mon cœur la faisait dormir. Peut-être que je n’avais pu dire ce que j’avais dit plus tôt que parce qu’elle était sur le point de s’endormir. Son bras s’était progressivement affaissé, puis elle était tombée dans un sommeil. Voir son expression paisible m’avait fait sourire. J’avais remarqué que j’aimais beaucoup regarder son visage endormi alors que je lui avais mis une couverture. De plus, j’avais probablement juste aimé voir son visage libéré de tout souci. Soudain, j’avais entendu des bruits de grattage provenant du panier en maille. J’avais regardé en bas pour trouver le chat qui me regardait, son expression semblant dépeindre le mécontentement pour la vue terne d’en bas. On pourrait peut-être s’en tirer pendant un petit moment. J’avais ouvert le couvercle du panier, et la chatte s’était glissée sous la couverture. Je l’avais senti monter sur mes genoux jusqu’à ce qu’elle semble avoir décidé d’un endroit pour dormir. Elle avait tourné sur elle-même à quelques reprises, puis le renflement de la couverture s’était baissé. En voyant ça, j’avais murmuré. « Bonne nuit, vous deux. Nous serons à Aomori quand vous vous réveillerez. »

Le petit miaulement que j’avais entendu ressemblait presque à la réponse d’un humain. J’avais tapoté sa fourrure pelucheuse lorsque le Shinkansen était entré dans un autre tunnel. Les fenêtres étaient un peu petites, alors je me demandais si les autres pourraient profiter du voyage ou non. Mais Marie s’était pressée contre la fenêtre avec excitation, sans avoir l’air de s’en soucier. Le chat qui dormait avait aussi l’air adorable, tout recroquevillé dans la couverture avec sa tête qui sortait.

Je retournerais bientôt à la campagne dans la zone d’Aomori. J’avais vécu à Tokyo jusqu’aux classes supérieures de l’école primaire, puis j’avais vécu avec mon grand-père à Aomori jusqu’à ce que je devienne un adulte qui travaille. En y repensant, je pensais que ma personnalité ne s’était pas vraiment développée jusqu’à ce que je déménage à Aomori. Cela montrait à quel point il y avait peu à gagner à Tokyo. Il y avait une étrange solitude par rapport à la grande ville, et les vues changeaient constamment. En fait, les opinions dont je me souvenais dans ma jeunesse avaient toutes disparu maintenant. De même, mes souvenirs d’enfance s’évanouissaient, et j’avais l’impression qu’ils allaient complètement disparaître un jour. Je pouvais à peine me souvenir du visage de ma propre mère.

Nous avions continué à travers le tunnel, et je pouvais voir mon propre visage dans le reflet de la fenêtre noire. Un jeune adulte qui ne s’était intéressé qu’au monde des rêves, négligeant la réalité pendant tout ce temps. Pourtant, j’avais l’impression que l’arrivée de l’elfe d’un autre monde avait commencé à me changer. Comme elle vivait librement et sans soucis, je m’étais fait de plus en plus de nouveaux souvenirs avec elle. Un ciel clair et bleu était apparu avec un whoosh. Au départ, je pensais que les fenêtres étaient petites, mais elles étaient maintenant très belles. J’avais observé les montagnes fleurissant de verdure au loin alors que j’appréciais la chaleur venant de l’elfe et du chat.

La préfecture d’Aomori, ville de Hirosaki. La fenêtre avait grincé quand je l’avais glissée vers le haut, laissant entrer dans le bus l’air qui était étonnamment chaud pour la saison, mais toujours plus froid que celui de Tokyo. Le vieil autobus s’avançait lentement à la lumière du soleil et le chat noir regardait par la fenêtre.

« Faites attention. Viens, assieds-toi là, » déclarai-je.

Le chat miaulait comme pour dire que c’était bien, mais la fille n’écoutait pas. Elle avait soulevé le chat pour le placer sur ses genoux, puis avait regardé la vue à l’extérieur de la fenêtre. Il n’y avait pas de gratte-ciel à observer, ni d’ailleurs aucun bâtiment. Les terres agricoles et les vergers s’étendaient à perte de vue et l’elfe proclama avec excitation. « Le ciel est si beau et si grand ! »

***

Partie 5

Il y avait beaucoup de touristes dans les gares à cette époque de l’année, mais peu de passagers pouvaient être trouvés aussi loin. Heureusement, cela signifiait qu’il était moins probable que les autres s’énervent même si nous faisions un peu de bruit. Les villes et les bus du coin avaient un air vieillot, et j’avais l’impression de revenir à l’époque Showa alors que je subissais un sentiment de nostalgie omniprésent.

« Cet endroit est si différent du quartier de Koto. Pas seulement le paysage, mais l’air est plus calme ici, » déclara Marie.

« Il est vrai que la nuit et l’air dans la ville sont plus agités. Voyez-vous ces montagnes au loin ? Les terres agricoles s’étendent jusqu’ici. » La fille et la chatte se retournèrent à l’unisson, incrédules. Même en tant que chat, Wridra et l’elfe étaient comme des sœurs.

« Héhé, ce n’est pas possible. Vous ne pourriez pas manger toute la nourriture qui serait produite, » la fille avait ri en disant que les estomacs de tout le monde allaient éclater à cause de toute cette nourriture, mais la population du Japon était en fait assez élevée pour tout consommer. Alors que je lui avais expliqué que la nourriture était distribuée dans les supermarchés près de chez moi, le bus avait pris un virage lent le long de la route. Nous avions finalement passé le col, et on pouvait voir des montagnes couvertes de neige au-delà des bois.

« Oooh ! » Notre conversation avait été oubliée alors que nous admirions la vue impressionnante. Ce qui était compréhensible, compte tenu de la plus haute montagne d’Aomori, le mont Iwaki, s’était révélé. « C’est magnifique. Le dessus est tout déchiqueté et blanc de neige. L’air est devenu beaucoup plus froid. Peut-être qu’il fait toujours froid là-haut ? »

« Le froid ne te dérange-t-il pas, Marie ? Si c’est le cas, on pourrait venir ici en hiver pour faire du ski, » déclarai-je.

« S-ki? », il semblerait que toutes les deux se le demandaient en me regardant. On disait souvent que les chats se recroquevillaient sous les kotatsus, mais je me demandais si c’était aussi le cas pour les familiers et les elfes. Pendant que j’y réfléchissais, le bus s’était déplacé le long de la route vers le mont Iwaki. Le revoir m’avait vraiment rendu nostalgique. Le fait de le voir grandir plus nous nous approchions me rappelait mon enfance. J’étais dans la voiture de mon grand-père quand j’avais vu le mont Iwaki pour la première fois, et je n’avais pas pu m’empêcher de crier de surprise quand il était apparu apparemment de nulle part. J’étais très fatigué à l’époque, et il y avait longtemps que je n’avais pas entendu ma propre voix, alors je me souviens très bien d’avoir été attiré par le spectacle grandiose qui se trouvait devant moi. Mon grand-père s’était retourné et avait souri gentiment, et j’avais cru me souvenir qu’il s’était penché pour me donner une collation sucrée. Juste à ce moment, j’avais senti quelque chose de sucré près de ma bouche. J’avais cherché pour trouver Marie qui tenait du chocolat, ses yeux me disant d’ouvrir en grand. J’avais pris une bouchée et j’avais goûté une saveur de fraise qui semblait être populaire auprès des enfants, et l’air frais de la montagne lui avait donné un goût encore meilleur. Le chat avait mangé dans la main de Marie et avait émis un miaulement satisfait.

« J’aime ce mont Iwaki. La montagne où tu as grandi est très belle, » déclara Marie.

« Haha, je n’ai pas vraiment grandi dans les montagnes. Eh bien, peut-être que tu pourrais dire ça, » répondis-je.

Le revêtement de neige lui donnait un aspect similaire au mont Fuji, c’est pourquoi il était également connu sous le nom de Tsugaru Fuji. Je voulais aussi l’emmener voir la grande montagne du Japon un jour. Le bus avançait lentement, mais il avait finalement accéléré lorsque nous avions atteint une pente descendante. Les cheveux blancs et soyeux de Marie ondulaient alors qu’elle laissait échapper un bruit de surprise face à la vue étendue des terres agricoles et des vergers en contrebas.

Maintenant que nous avions quitté le bus, nous n’avions plus que nos deux pieds sur lesquels compter. Il y avait peu de voitures qui passaient, et la route était une ligne droite entourée de terres agricoles. Il y avait des maisons entre des parcelles de champs labourés, avec des bois de l’autre côté des serres, et des montagnes encore plus loin.

« Ahh, tellement d’espace dégagé ! J’adore ça ! Je me sens tellement libre ici, » déclara Marie.

Le chat avait miaulé comme si elle était d’accord, en suivant Marie. J’avais compris ce qu’elle ressentait. Il y avait un air si décontracté à cet endroit, avec un paysage qui était resté inchangé depuis longtemps. La jeune elfe s’étira en marchant devant moi, et le beau ciel autour d’elle semblait plus sain que d’habitude. Elle avait une peau si pâle, presque translucide. Mais la lumière du soleil convenait très bien à l’elfe. Ses pas étaient légers et habitués aux collines et aux champs, et l’atmosphère animée qui régnait autour d’elle y était probablement pour quelque chose. Je la regardais, perdu dans mes pensées, quand elle s’était soudainement arrêtée de marcher, attendant que je la rattrape. Quand je m’étais finalement approché d’elle, elle m’avait fait un sourire éblouissant.

« Héhé, tu as aussi l’air heureux. Est-ce que ça fait du bien d’être de retour ? » demanda Marie.

« Maintenant que je suis là, je dois dire que c’est le cas. Je me rends enfin compte à quel point c’était incroyable de me rendre à l’école à pied avec des vues comme celles-ci. » Nous avions fait demi-tour ensemble pour faire face à l’énorme montagne enneigée. C’était comme voir les Alpes… Eh bien, peut-être que ça allait un peu loin. « Je suppose que ça montre que vous pouvez vous habituer à tout quand ça fait partie de votre vie quotidienne. »

« Oui, il y a des choses qu’on ne réalise pas avant d’avoir pris du recul pour y réfléchir, » déclara Marie.

J’avais même été surpris de pouvoir aller à l’école dans un endroit comme celui-ci. J’avais été secoué par des vents puissants en hiver, et je m’étais souvenu que je me protégeais le visage avec mes deux mains et que je me voyais les serrer avec force.

« Alors, où est la maison de ton grand-père ? » Je montrai la forêt, et l’elfe et le chat élargirent les yeux. La route asphaltée avait pris fin, le reste étant un chemin en plein dans la nature… En d’autres termes, de la terre. La pente douce devant était bordée de verdure, et la jeune fille débordait d’excitation, plutôt que d’être intimidée par celle-ci. Il semblait que la traversée du chemin cahoteux n’était pas un problème pour l’elfe qui avait grandi dans une forêt. En fait, mon rythme était plus lent. Je n’étais plus en forme à cause de la vie en ville. En marchant le long du chemin qui était juste assez large pour un mini camion, nous avions finalement trouvé des signes de civilisation. Des clôtures en bois entouraient un périmètre avec des animaux, qui enfonçaient leur tête dans la verdure fraîche.

« Ah, une vache ! Regarde, c’est comme les vaches sur les cartons de lait ! » la fille criait d’excitation, et la vache brune s’arrêtait de mâcher de l’herbe. Peut-être était-elle intriguée par le rare visiteur, car elle s’était approchée lentement de nous alors qu’elle recommençait à mâcher. « Oh, oh ! Si grande ! Wridra, tu vas te faire manger ! »

La chatte noire s’était rapprochée au début, mais elle s’était enfuie avec une expression effrayée dès que la vache avait pris une bouffée d’air avec son gros nez.

« Ah, donc il a finalement aussi obtenu quelques vaches. Mon grand-père doit encore être en bonne santé pour son âge. » J’avais mené Marie par la main et j’avais continué à marcher, et la vache nous avait suivis de l’autre côté de la clôture. L’elfe semblait s’habituer à ce grand corps, ou peut-être était-elle attirée par ses jolis yeux perçants, parce qu’elle lui tendait la main. La vache avait laissé échapper une grosse bouffée d’air par son nez, puis avait léché sa main jusqu’au poignet avec une grosse langue rose.

« Nyaa ! Ça chatouille… Ahaha, ça chatouille ! » La vache semblait apprécier le goût, car elle lécha l’elfe à plusieurs reprises, la clochette autour de son cou sonnant avec le mouvement. Apparemment, le bruit avait attiré l’attention de son propriétaire.

« Ahh, c’est toi, Kazuhiro ? Tu as tellement grandi. »

Je m’étais tourné vers la voix vieillissante pour trouver un vieil homme en vêtements de travail tenant un seau à la main. Il se tenait droit malgré son petit gabarit, le visage plein de rides alors qu’il souriait.

« Ça fait un moment, grand-père, » répondis-je.

« Oui, je suis content que tu sois là. Wôw ! » Il avait laissé tomber le seau en voyant le visage de Marie sortir de mon côté. Le vieil homme avait empêché le seau de rouler, en clignant plusieurs fois des yeux écarquillés en regardant la fille.

« Ravie de vous rencontrer. Je m’appelle Mariabelle. Je suis désolée de vous déranger pendant que vous êtes occupé. » Elle avait baissé la tête, un peu nerveuse. Son accueil poli et son éloquent japonais semblaient le mettre à l’aise, ses épaules se détendant visiblement. Je n’avais pas pu m’empêcher de rire en voyant son soupir de soulagement.

« Oui, bonjour. Merci d’être venue jusqu’ici. Donc, vous devez être la fille que Kazuhiro voulait emmener ici, » déclara mon grand-père.

« Oui, je voulais lui montrer ce qu’est la vie à la campagne. Nous avons pensé que nous pourrions profiter de ton hospitalité puisque j’ai du temps libre…, » en réponse, il m’avait tapé sur l’épaule avec des bras d’une force inattendue.

« Haha, pourquoi es-tu si tendu ? Je pensais que tu serais un peu moins modeste maintenant que tu es adulte. Hé, Hanako ! Ne lèche pas nos invités maintenant, » déclara mon grand-père.

Marie se tortilla et se tourna pour trouver Hanako la vache qui s’emportait, essayant de lécher les cheveux de l’elfe. Marie avait laissé échapper un cri et s’était levée d’un bond, et j’avais ri avec mon grand-père pour la première fois depuis longtemps. Puis, nous avions tous commencé à marcher vers la maison de mon grand-père. Les poulets erraient, et la fille les esquiva alors qu’elle demandait,

« Hanako est un nom si mignon. Puis-je l’appeler Hana ? »

« Hein, il y a aussi un chat noir qui vous suit. Je me demande d’où ça vient… Mais bien sûr, vous pouvez l’appeler comme vous le voulez, » déclara mon grand-père.

Il avait placé son seau à l’entrée de la maison, puis avait ouvert la porte mal ajustée. En enlevant ses chaussures, il déclara comme s’il se parlait à lui-même. « J’ai été surpris de voir une fille avec des cheveux aussi jolis, très jolis. Je croyais que Kazuhiro avait ramené une fée d’un monde de rêve ou quelque chose comme ça. »

Son commentaire désinvolte nous avait fait figer sur place. Marie s’était tournée vers moi avec une expression qui disait Est-ce qu’il sait ? Et j’avais secoué la tête, indiquant qu’il n’aurait pas dû. J’avais toujours pensé que mon grand-père pouvait être étrangement perspicace par moments. Il nous avait regardés avec une expression perplexe, mais son visage s’était ensuite adouci en riant.

« Je suppose que c’était un commentaire étrange. C’est juste que ce garçon aimait dormir. Il semblait toujours si à l’aise quand il le faisait. Ma femme et moi nous demandions toujours s’il jouait dans son monde de rêve, » déclara mon grand-père.

Avec cela, il nous avait conduits à un autel bouddhiste présent dans la maison. Nous étions entrés dans la pièce ensoleillée au sol de tatamis et avions mis nos mains ensemble. Marie semblait comprendre la coutume sans explication, et elle laissa tranquillement l’odeur de l’encens l’entourer.

Mon grand-père avait essuyé les pattes du chat, puis nous avait dit après ça avec une voix joyeuse, « Tu sais, je pensais que tu allais amener ton épouse aujourd’hui. »

Nos yeux s’étaient ouverts en grand. En réaction au mot « épouse », j’avais regardé la fille à côté de moi. Marie me regardait, les mains toujours jointes, et nos joues commençaient à s’échauffer. Ses yeux grands ouverts étaient magnifiques, et ses lèvres étaient plissées en gribouillis, mais elle ne le niait pas. Elle pensait probablement la même chose. Nous nous étions seulement regardés sans rien dire, alors mon grand-père avait parlé à la place.

« Qu’est-ce qui se passe avec vous deux ? On dirait que vous n’êtes pas si contre l’idée. Aha, tu es libre de quitter ton travail et de succéder à ma ferme, si tu veux. » Il avait soulevé le chat avec son bras ridé et bronzé, et le chat avait miaulé en réponse. On aurait presque dit que le chat était d’accord, mais nous avions du mal à trouver une réponse.

***

Partie 6

L’elfe m’avait fait signe de venir, et je l’avais suivie jusqu’à l’arrière de la maison. Il y avait une odeur distincte dans la maison où j’avais grandi, et les couloirs qui grinçaient et les longues ombres de l’après-midi évoquaient tous un sentiment de nostalgie. La chatte se promenait déjà comme si l’endroit lui appartenait, et elle nous regardait avec une expression calme. Nous avions marché un peu, puis l’elfe et la chatte s’étaient toutes deux arrêtées devant une porte d’apparence moyenne.

« Qu’est-ce qu’il y a… ? » demandai-je.

« Chut, reste tranquille. J’ai l’impression que c’est ici, » déclara Marie.

Je ne savais pas de quoi elle parlait, mais les deux me regardaient avec des expressions sérieuses, comme si nous étions au milieu d’une mission. Puis, j’avais regardé à nouveau la vieille porte, et cela m’était apparu.

« Ohh… Alors on devrait vraiment rester silencieux. Je l’ouvrirais bien, mais elle pourrait se cacher si elle voit un adulte, » déclarai-je.

« Tu crois ? Mais on en a finalement trouvé un…, » elle avait l’air déçue, et je m’étais dit que c’était l’influence d’un anime qu’elle avait regardé. C’était une histoire dans laquelle des créatures mystérieuses vivaient à l’intérieur d’une vieille maison. Elle commençait à avoir les larmes aux yeux, et j’avais levé un doigt devant son nez.

« Ça devrait aller si c’est juste vous deux. Tu n’es pas vraiment une enfant, mais ils ne sont pas assez intelligents pour le savoir. Allez, essaie de l’ouvrir lentement et sans bruit, » déclarai-je.

Après quelques hésitations, elle avait renforcé sa résolution. Elle avait fait un signe de tête, puis avait posé sa main sur la porte et l’avait fait glisser doucement. Elle grinçait légèrement en s’ouvrant pour révéler un placard sombre et ordinaire. Elle avait l’air déçue, mais je l’avais gentiment poussée par-derrière pour la faire entrer dans le placard. Puis, je m’étais accroupi et j’avais chuchoté avec mon visage près du sien.

« Seriez-vous intéressées de savoir qu’il y a un passage secret ici ? » demandai-je.

« O-Oui ! Vraiment ? Où ça ? » demanda Marie.

Un seul commentaire avait suffi pour éveiller sa curiosité. Elle et la chatte mouraient d’envie d’en savoir plus, tapant des pieds en raison de l’excitation. J’avais fait un geste pour qu’elles le trouvent, et leur aventure avait commencé. Elles avaient ouvert des étagères, jetées un coup d’œil dans des pots, et finalement, le chat avait miaulé. La fille s’était retournée pour trouver la chatte assise sur une commode en forme d’escalier. Marie s’était tournée vers moi, comme pour me demander si elle pouvait monter, et je lui avais fait signe d’avancer. Ce genre de choses n’était pas rare dans les vieilles maisons. Ces escaliers étaient là pour fournir un chemin vers le grenier. Elle avait soigneusement ouvert la porte cachée, et elles avaient enfoncé leur tête dans le grenier sombre.

« Ne baisse pas ta garde, Wridra. Je suis sûre que c’est ici… Ah ! » déclara Marie.

Surprises, elles retirèrent la tête, et la porte menant au grenier fut fermée d’un clic. J’avais levé les yeux, me demandant ce qui se passait, et j’avais entendu un bruit d’enfer venant d’en haut. Elles avaient dû trouver une souris ou quelque chose comme ça. Ou peut-être était-ce une créature mystérieuse qui ne pouvait être vue que par les enfants.

« Il y avait quelque chose là-haut ! Mais j’ai trop peur pour regarder à nouveau. Alors maintenant… Je compte sur toi, minou. » Le chat secoua la tête avec véhémence, se tortillant pour échapper à l’emprise de Marie. Alors qu’elles profitaient de leur petite aventure, mon grand-père avait appelé pour nous faire savoir que c’était l’heure du souper.

« Oh, très bien. Revenons quand il fera jour. Nous allons faire une retraite tactique pour l’instant. » Les deux filles s’étaient hoché la tête, puis avaient joyeusement appelé pour lui faire savoir que nous étions en route. Je m’étais dit à quel point j’avais apprécié la compagnie de Marie et je m’étais joint à elles dans ladite retraite tactique. Cependant, j’avais l’impression qu’elles étaient plus concentrées sur la nourriture qu’elles allaient manger.

Notre premier repas à la campagne ressemblait à une véritable fête. Mon grand-père avait placé une marmite en argile sur une cuisinière, puis allumé le feu pour que cela soit bien chaud. Il avait fait du bouillon avec du kombu et de la perche, puis il les avait enlevés à la spatule une fois que l’huile avait commencé à sortir. Il avait aligné du chou chinois, des oignons verts, du tofu et des champignons shiitakes, et avait ajouté du miso au bouillon lorsqu’il avait commencé à bouillir. Ensuite, il avait ajouté les ingrédients posés sur la planche à découper directement dans la marmite.

« Est-ce du poisson tranché et du shirako ? Je pensais qu’ils n’étaient pas en saison en ce moment…, » demandai-je.

« Haha, vous avez fait tout ce chemin. Je pensais vous donner la meilleure nourriture d’Aomori. » Avec ça, il avait affiché un charmant sourire.

C’était une personne étrange, comme d’habitude, mais l’autre ingrédient qu’il avait ajouté était encore plus surprenant. C’était plus intense que le shirako, et l’ingrédient alimentaire brillant et plein de collagène était…

« Le foie gras de la mer, le foie de baudroie. Cela ajoute beaucoup de profondeur à la soupe. Mariabelle, à en juger par votre expression, il semble que ce soit la première fois que vous avez du hot pot, » déclara mon grand-père.

« Oh, non. J’en ai déjà eu avant, mais… pas avec du poisson. Cela ne sent pas le poisson, non ? » Il avait souri d’un sourire ridé, puis il était retourné à la cuisine. La marmite continuait à bouillir, l’odeur de miso remplissant l’air.

« Kazuhiro, veux-tu quelque chose à boire ? J’en ai reçu en cadeau, » déclara mon grand-père.

« Oh, oui, s’il te plaît. Est-ce du saké ? » demandai-je.

J’avais aidé à installer les baguettes et les bols, et le vieil homme avait placé une bouteille de saké japonais sur la table avec un bruit sourd. Marie et la chatte l’avaient regardée avec de grands yeux.

« Wôw, la bouteille est d’un si joli rose. Il y a aussi des photos de fleurs de cerisier dessus, » déclara Marie.

« Je m’attendais à ce que l’invitée soit quelqu’un qui puisse légalement boire. Oh, peut-être que ça ira si vous n’êtes pas de ce pays ? » Marie fit un signe de tête maladroit, et il rit à gorge déployée. Il s’était gratté ses cheveux blancs sur sa tête, puis avait posé trois verres sur la table. Nous avions pris chacun un siège, et l’horloge avait sonné lorsque mon grand-père avait commencé à tourner les ingrédients dans le bol.

Il était déjà sept heures du soir. Les nuits arrivaient vite à la campagne.

« Bien, oublions les petits détails pour aujourd’hui. Ce saké est populaire auprès des dames, et je voulais l’ouvrir aujourd’hui puisque vous êtes ici, » déclara mon grand-père.

« C’est tellement beau. Est-ce principalement pour les touristes ? » demanda Marie.

Le saké clair avait été versé dans chaque verre, et j’avais décidé d’y goûter avant de commencer à manger. J’en avais versé sur ma langue pour goûter, puis je l’avais laissé passer dans ma gorge en avalant. Il était étonnamment facile à boire en ce qui concerne le saké japonais, et il avait un arrière-goût fruité. La fille elfe semblait aussi être surprise par la saveur fruitée.

« Wôw, ça me réchauffe de la gorge à l’estomac. Ça descend si facilement, » déclara Marie.

Mon grand-père avait souri, et le hot pot semblait être presque prêt. Il avait mis beaucoup de nourriture dans chaque bol, et nous avions tous dit « Itadakimasu » à l’unisson. Marie utilisait soigneusement ses baguettes pour mettre de la nourriture dans sa bouche. Sa surprise était à la fois attendue et tout à fait compréhensible.

« Ah… ! Ça fond dans ma bouche ! » C’était, après tout, du foie de baudroie, du foie gras de la mer. Il s’était dissous d’un seul coup, sa riche saveur qui ne se trouvait que dans l’océan se répandant par sa bouche. On pourrait dire que le goût avait fait un tabac. Le shirako, recouvert de sa sauce, avait également livré une saveur crémeuse et robuste rappelant la mer. Marie ne put s’empêcher de faire un « Ah ! » et de se tortiller, puis d’avaler, en restant immobile un instant.

« C’est délicieux ! Oh, je ne sais pas comment le dire autrement. Est-ce du poisson ? Comment peut-il avoir une saveur aussi complexe ? Peut-être que je l’imagine, mais je commence à penser que ça a meilleur goût que la viande, » déclara Marie.

Les baguettes de la fille continuèrent à bouger, comme si elles cherchaient le secret de la saveur. Je ne l’aurais pas décrite comme vorace, mais on aurait presque dit qu’elle était perdue dans le goût. Nous avions apprécié le chou chinois trempé dans le miso et la soupe et le shiitake doux et parfumé, puis nous les avions fait passer avec plus de saké.

« Dis, Kazuhiho. Pourquoi est-ce que je ne me lasse pas de la saveur, même si je continue à manger la même chose ? » demanda Marie.

« Ce qui est bien avec le hot pot, c’est que la saveur se développe en profondeur avec le temps. C’est pourquoi tu peux continuer à en profiter jusqu’à ce qu’il soit vide, » déclarai-je.

« De plus, vous pouvez profiter d’une texture fraîche et croustillante en ajoutant plus de légumes, » avait expliqué mon grand-père en ajoutant d’autres ingrédients dans la marmite. Marie avait bu la soupe, puis avait laissé échapper un souffle chaud. Le vieil homme avait un large sourire sur son visage en regardant l’expression satisfaite de l’elfe. Marie avait exprimé ses émotions de façon candide, et nous avions eu l’impression de pouvoir apprécier la saveur avec elle juste en la regardant. Mon grand-père m’avait tapé sur l’épaule, comme pour dire que j’avais trouvé une bonne personne. Certaines choses pouvaient être communiquées sans mots, et nous nous étions naturellement souri.

Après que nous ayons bu pendant un certain temps, mon grand-père avait dit d’un ton perplexe

« Il semble que vous vous voyez depuis un moment, mais vous n’avez toujours pas appris le nom de Kazuhiro ? » demanda mon grand-père à Marie.

« Quoi ? N’est-ce pas Kazuhiho ? » Marie demanda avec les yeux écarquillés, les joues un peu gonflées par le saké.

Le vieil homme secoua son doigt, puis la corrigea en disant. « Kazu, hiro. » La fille m’avait lancé un regard accusateur.

Oups… J’avais oublié ça.

« Ouais, j’ai foiré quand j’ai choisi mon prénom. En fait, c’est Kazuhiro, » déclarai-je.

« Tu as mal orthographié ton propre prénom !? Hé, je t’ai appelé par le mauvais prénom tout ce temps ! Je suis gênée, » s’exclama Marie.

Elle avait tiré sur ma manche, mais dans son état d’ébriété, elle me serrait pratiquement dans ses bras. Elle avait chuchoté. « Tu m’écoutes ? » et avait mis son menton sur mon épaule… Tu es vraiment proche, Mme Mariabelle.

« Alors, comment veux-tu que je t’appelle, Kazuhiro-san ? » me demanda Marie.

Mes tympans tremblaient, et mon cerveau avait l’impression de fondre à cause de sa voix sensuelle. Son corps chaud, la faible odeur d’alcool et ses yeux à demi-fermés qui me fixaient directement me donnaient l’impression d’être moi-même en train de me soûler.

« Ah, donc elle est du genre à flirter et à boire, hein ? C’est bien pour toi, Kazuhiro. Tu t’es fait prendre par une vraie beauté, » déclara mon grand-père.

« Tu ne m’écoutes pas, n’est-ce pas ? Je vais te pincer les joues plus tard, alors prépare-toi, » déclara Marie en me regardant.

Je me sentais transpirer. Ils étaient tous les deux plusieurs fois plus âgés que moi, et je ne pouvais rien faire alors qu’ils me taquinaient tous les deux en même temps. Pendant ce temps, la chatte noire dévorait la nourriture dans son bol, rétrécissant ses yeux comme si elle allait commencer à glousser. J’étais entouré d’un somptueux festin et j’étais en compagnie de mon parent adoptif, que je n’avais pas vu depuis longtemps. Le vieux salon était plein de rires depuis quelque temps. La chatte faisait assidûment l’aller-retour entre la nourriture et le saké, ce qui provoquait encore plus de rires.

L’elfe et la chatte s’étaient recroquevillées contre le kotatsu après avoir mangé leur repas. Cependant, le ventre protubérant du chat l’avait empêché de se recroqueviller et elle avait fini par s’allonger sur le dos à la place. Quant à la jeune elfe, elle regardait le plafond avec une expression vide, sur le point de s’endormir. Elle était dans un état de béatitude en raison de la nourriture et de la boisson délicieuses, et nous nous étions retrouvés à sourire rien qu’en la regardant. Mon grand-père avait placé sa main sur mon épaule, me disant sans mot de lui faire prendre un bain. Cela aurait sûrement été agréable de s’endormir ainsi, mais les vêtements qu’elle aimait auraient fini par se froisser.

« Marie, pour quoi ne prends-tu pas un bain avant de dormir ? » lui demandai-je.

« Ohayyy… Umm, où est la salle de bain… ? » Elle avait répondu avec une expression ensommeillée, puis avait tendu les deux mains, comme si elle me demandait de la prendre. Je l’avais tirée jusqu’à ce qu’elle soit sur ses pieds, ce qui avait fait que la chatte avait perdu son oreiller et s’était retournée sur l’autre côté. Elle avait dû avoir l’impression que son lieu de sommeil avait soudainement disparu. Marie avait finalement ouvert les yeux, qui étaient jolis comme des gemmes, et nous étions sortis dans le sombre couloir. La chatte s’était débattue un moment pour savoir si elle voulait suivre, mais elle semblait s’intéresser aux baignoires dans la zone rurale. Elle était visiblement encore endormie et avait étiré son corps avant de se décider finalement à quitter le salon. La chatte avait tapé ses griffes contre la vitre, et mon grand-père avait ouvert la porte pour la laisser sortir dans le couloir. Le couloir ici était sombre, mais le familier pensait toujours que Marie et moi serions devant. Malgré son estomac lourd, le chat était sorti dans l’obscurité avec des pas légers.

La porte mal ajustée s’était ouverte en glissant, et nous nous étions retrouvés devant une grande zone de baignade. Mais l’obscurité lui donnait une impression étrange, et Marie et moi avions regardé attentivement.

« Tu dois avoir beaucoup transpiré aujourd’hui. Assure-toi de t’asseoir sur cette chaise et de te laver soigneusement, » déclarai-je.

« O-Oui… Mais cette atmosphère étrange est juste un peu effrayante. Hum…, » elle hésitait, comme si elle ne savait pas si elle devait exprimer ses préoccupations, puis elle m’avait regardé et m’avait demandé. « Les fantômes n’apparaîtront pas, n’est-ce pas… ? »

Hein… C’est une elfe qui peut contrôler les esprits. Elle devrait être bien plus familière avec les êtres surnaturels que moi… Malgré cela, elle semblait assez impuissante quand elle le disait, alors je n’avais pas le cœur de la taquiner. Au lieu de lui dire qu’il n’y avait pas de fantômes, je lui avais donné un cadeau.

« Ah ! Un fruit… rouge ? » La lourde pomme brillait, même dans le sombre vestiaire. Elle était bien mûre et dégageait une légère odeur sucrée. Marie et le chat avaient élargi leurs yeux et avaient cligné des yeux face à ce cadeau soudain.

« C’est une pomme Aomori qui n’a pas pu être vendue parce qu’elle est meurtrie. J’ai entendu dire qu’on pouvait le mettre dans un bain pour ajouter une bonne odeur. Pourquoi n’essayez-vous pas ça toutes les deux ? » demandai-je.

Quand je leur avais dit comme ça, leurs yeux avaient semblé s’éclairer un peu. Il semblerait que leur peur des fantômes était compensée par leur intérêt pour ce mystérieux nouvel additif pour l’eau du bain, et l’elfe et la chatte se regardèrent, puis elles hochèrent vigoureusement la tête.

« Et je peux rester à proximité si tu es toujours inquiète, » déclarai-je.

« Oh, je n’aurais pas eu peur si tu l’avais dit dès le début ! Veux-tu te joindre à moi, Wridra ? » demanda Marie.

La chatte était entrée dans la zone de baignade au lieu de répondre, et la fille avait alors commencé à enlever ses vêtements. Elle avait jeté ses vêtements dans le panier à vêtements, puis avait crié qu’elle était prête alors que je l’attendais. Ainsi, l’arôme de la pomme avait rempli le bain, et la chatte avait profité du bain en utilisant un seau en bois comme baignoire.

« Vous deux, comment est la température ? » demandai-je.

« C’est parfait, et l’odeur aigre-douce est rafraîchissante. Héhé, j’ai l’impression que c’est un peu extravagant. Je suis sûre que ça aurait eu un goût sucré et délicieux, » déclara Marie.

J’avais entendu le bruit de ce que je pensais être la pomme qui tombait dans l’eau. Le silence qui semblait absorber tous les sons était probablement une autre chose qui ne pouvait être trouvée qu’ici dans ce genre de lieu. C’était comme si rien d’autre n’existait en dehors de cette zone de baignade. Je pouvais même l’entendre clairement expirer, et la vapeur transportait un doux parfum. La fille avait fini par se mettre à fredonner, et l’atmosphère du bain était devenue joyeuse. Si un fantôme était vraiment là, il se serait probablement senti obligé de lire l’ambiance et de partir. Je n’en avais vu qu’une seule fois, quand j’étais enfant, alors j’avais supposé qu’il n’existait plus. La chatte s’était jointe à la mélodie avec ses propres miaulements, rendant la chanson encore plus amusante et vivante.

***

Partie 7

J’avais mis mon pyjama et j’étais retourné dans le couloir pour trouver une elfe qui traînait proche de la véranda. Son corps élancé donnait une étrange impression de fugacité, mais elle faisait aussi ressortir un air maternel en caressant doucement la chatte noire. Quand je les avais vues, je m’étais retrouvé immobile pour une raison inconnue. C’était presque comme si elle allait s’évanouir dans les airs si je lui parlais. Sa peau pâle était encore plus accentuée sous le clair de lune, et ses cheveux qui pendaient droit au sol étaient blancs comme de la soie. Je n’y pensais pas beaucoup quand j’étais plus jeune, mais la véranda à la campagne était pleine de merveilles. Il y avait de la verdure tout autour de nous, et les bâtiments en bois semblaient ne faire qu’un avec la nature environnante. La vue de Mariabelle dans ce décor nostalgique m’avait fait considérer le charme fantasque du Japon dont j’ignorais l’existence. J’avais entendu son verre cliqueter et j’avais finalement retrouvé ma voix.

« … As-tu eu du jus de pomme ? »

« Oui, ton grand-père m’en a donné tout à l’heure. Héhé, je ne m’attendais pas à en profiter après mon bain. C’est aigre-doux et très délicieux. » Elle avait fait un geste pour que je la rejoigne. J’étais un peu soulagé de constater qu’elle m’avait accepté sans disparaître. Je m’étais assis à côté d’elle, comme elle l’avait suggéré, puis j’avais évoqué une idée.

« C’est une belle nuit. Veux-tu faire un tour avec moi ? » demandai-je.

« Cela semble merveilleux. Mais je pensais t’inviter une fois que tu serais venu. » Elle avait souri de façon charmante et j’avais senti mon cœur battre la chamade.

J’avais tendu la main, et elle avait pris la mienne, ses doigts se glissant entre les miens. Puis, nous avions commencé à marcher lentement le long du chemin dans la nuit. Il y avait un peu de vent cette nuit-là. Le bruit des feuilles qui bruissaient au-dessus de nos têtes était assez rafraîchissant. Le clair de lune ne nous avait pas tout à fait atteints dans les bois, et le chemin de terre durcie était un peu difficile à parcourir. Cependant, il semblait que ce n’était pas un problème pour l’elfe qui m’accompagnait. Elle avait tapé du doigt une pointe de lumière flottante qui ressemblait à une petite luciole. Après deux tapes, la faible illumination s’était étendue, ce qui avait permis de voir plus facilement où nous mettions les pieds. Je m’étais retourné pour la trouver souriante fièrement, et elle m’avait fait un sourire satisfait lorsque j’avais tendu la main vers elle.

« Je ne pense pas que les gens remarqueront si je garde la lumière aussi basse, » déclara Marie.

« Pouvoir contrôler les esprits de lumière est vraiment pratique, hein ? » déclarai-je.

La jeune fille était en quelque sorte devenue capable de contrôler les esprits, même au Japon, et elle avait appris le japonais, une langue dont on disait qu’elle était l’une des plus difficiles à apprendre au monde. Son comportement habituel lui donnait un air presque juvénile, alors je trouvais toujours cet écart surprenant. Marie avait ainsi révélé une autre facette de sa personnalité alors qu’elle était entourée d’arbres. Elle avait un air mythique, ou plutôt, une vivacité tranquille, comme un cerf que l’on rencontrerait au milieu de la nuit.

« Ah, la nuit est si calme et si belle. Je voulais te remercier de m’avoir emmenée, » déclara Marie.

« J’avais peur que tu t’ennuies dans la campagne. Une chose à laquelle je ne m’attendais pas, c’est que Wridra se joigne à nous. » La chatte noire m’avait griffé le tibia, comme pour protester. Ses yeux brillaient plus fort que ceux de l’elfe la nuit, et elle miaulait en s’accrochant à mon pantalon.

« Il n’y a aucune chance que je m’ennuie. Je n’arrive pas à croire tout ce que j’ai déjà vécu après une seule journée en étant ici, » déclara Marie.

« Nous avons profité longtemps de ce hot pot. J’espère que vous l’avez aimé toutes les deux, » déclarai-je.

« Oui, c’était incroyable. Je n’ai jamais mangé quelque chose avec une telle profondeur de goût. Je suis sûre que je m’en souviendrai chaque fois que j’entendrai le mot “Aomori” à partir de maintenant. » J’avais entendu la chatte miauler dans l’obscurité afin de faire une affirmation. J’étais heureux de savoir qu’elles avaient profité au maximum du plat.

« Alors, peut-être qu’on pourrait le faire dans le donjon. Ça nous réchaufferait, et ça ne prend pas beaucoup de temps pour se préparer. » J’avais dit cela sans réfléchir et j’avais senti une traction sur mon bras. Il semblait que j’avais été tiré en réponse par Marie quand elle s’était arrêtée de marcher. J’avais réalisé que l’elfe et la chatte me regardaient toutes les deux avec des étincelles dans les yeux.

« Oh, oh, ça a l’air génial ! Nous devrions le faire. Nous pouvons faire entrer le goût d’Aomori dans le donjon. » La chatte miaulait avec insistance pour tenter de me convaincre de le faire. Marie avait de son côté un air mystique et féerique jusqu’à il y a une seconde, et voir son expression désespérée me laissa abasourdi. Tout ce que j’avais pu faire, c’est d’acquiescer.

« Alors, ramenons le hot pot japonais là-bas, » déclarai-je.

« Superrrr ! Héhé, j’ai davantage de raisons de me réjouir dans le donjon maintenant, » Marie se tourna vers le chat avec excitation, et Wridra bondit dans ses bras comme si elle avait attendu. Elles s’étaient tenues ainsi sur la route dans la nuit, ce qui était… un spectacle un peu étrange.

« Mon grand-père est aussi mon professeur de cuisine. Je reproduirai sa saveur quand je le ferai, » déclarai-je.

« Ce n’est pas étonnant. J’ai senti qu’il y avait quelque chose en lui qui me faisait penser à toi. Surtout qu’il est si distant, mais semble en savoir tellement. » Je ne savais pas que j’étais comme mon grand-père. J’avais l’impression qu’elle me disait que je semblais plus âgé que mon âge réel, alors je n’étais pas sûr de ce que je ressentais.

Le bruissement des feuilles avait cessé, et il n’y avait plus d’arbres qui nous couvraient. Une fois que nous avions traversé les bois, nous avions trouvé un sentier qui s’étendait devant nous. Nous avions levé les yeux, puis nous avions élevé la voix en raison de la surprise. Une couverture d’étoiles qui n’auraient jamais pu être vues dans la ville scintillait dans le ciel, nous remplissant d’un sentiment de libération qui ne ressemblait pas à ce que nous avions ressenti pendant la journée. Nous avions laissé échapper un soupir fasciné. C’était comme si nous étions les seuls dans la nuit. Il y avait un sentiment de solitude, mais en même temps, j’avais pris conscience de la personne dont je tenais la main. C’est peut-être pour cela que… lorsqu’elle parla, c’était comme si sa voix venait de beaucoup plus près que d’habitude.

« À plus tard, esprits de lumière. » Les faibles lumières avaient disparu, rendant les étoiles encore plus brillantes. Il n’y avait pas une seule lumière de ville autour de nous après avoir marché vers le flanc de la montagne pendant un certain temps, et elle avait dit. « Je me demande si la nuit a toujours ressemblé à cela. »

« Ah, tu veux dire dans le monde des rêves. Qui sait ? Peut-être que cela ressemblait à cela il y a longtemps, » répondis-je.

Je m’étais souvenu du jour où j’étais entré pour la première fois dans un ancien donjon. Une œuvre d’art représentant un conte de la mythologie ancienne utilisait la même couleur noire marine que le ciel nocturne au-dessus de nous. Nous ne savions rien de cette époque, mais une chose que je savais, c’est qu’il devait être très difficile de vivre ces moments sans personne à vos côtés, comme je le faisais maintenant. Je savais que si je lâchais sa main, je ressentirais la même chose qu’eux. La seule d’entre nous à connaître cette époque était la Magi-Drake, et elle était restée silencieuse. Je ne pouvais même pas la distinguer dans l’obscurité, à cause de la couleur de sa fourrure. J’avais de nouveau entendu le bruit des arbres qui bruissèrent, le son qui revenait enfin dans le monde.

 

++++++++++

Le panneau de fusuma s’était ouvert avec un glissement. Nous n’avions pas été surpris par la literie disposée sur le sol, côte à côte, et nous avions rampé dedans comme si de rien n’était. La literie sentait la lumière du soleil et était plus dure que celle sur laquelle nous dormions habituellement, mais j’étais sûr qu’elle serait confortable pour la nuit. J’avais tiré l’autre oreiller plus près de moi, et l’elfe s’était glissée dans mes bras. La chatte noire avait tourné en rond, comme si elle délibérait pour savoir où se coucher, puis elle avait repéré l’espace entre Marie et moi et s’y était installée.

« Tout ce chemin était assez fatigant. Allons nous reposer, » déclara Marie.

« Oui, allons-y. La nuit était si calme dehors, je n’entendais que vos voix, » répondis-je.

Nous avions entendu un miaulement sous la couverture, et nous avions tous les deux ri. Elle avait naturellement posé sa jambe sur la mienne, s’était blottie contre mon cou, puis avait poussé un soupir satisfait. La faible odeur aigre-douce provenait probablement du bain aux pommes qu’elle avait pris plus tôt. Mes paupières étaient devenues lourdes alors que je captais l’odeur. Notre respiration était devenue régulière, la conscience commençant à s’évanouir. Nous avions mis le pied dans nos rêves comme si nous étions en train de couler dans l’eau.

Quelque temps plus tard, des bruits de pas avaient retenti dans le couloir. Les vieilles planches grinçaient à chaque pas, et le propriétaire de la maison plaça sa main sur la porte coulissante.

« Êtes-vous toujours éveillés ? »

Le vieil homme avait l’intention de demander à quelle heure les visiteurs prévoyaient de se réveiller, mais ses rides s’étaient creusées lorsqu’il avait fait glisser la porte. Dans la salle de silence, il y avait une couverture couvrant un assez grand renflement. Puis, le monticule s’était lentement aplati devant ses yeux. Il ne restait plus que la chaleur de la literie, mais le vieil homme ne fit que sourire doucement.

« Hehe... Allez vous amuser, » murmura-t-il.

Il avait fait glisser le fusuma pour le refermer, et des bruits de pas avaient de nouveau retenti dans le vieux couloir. Une fois qu’il était parti, le silence était total, comme si le monde était couvert de neige.

***

Partie 8

J’avais pris une profonde inspiration, en saisissant l’épée qui était plus lourde qu’elle n’en avait l’air. La fine lame semblait pouvoir se briser avec un seul coup solide, mais sa conception était d’une densité inattendue. Expirant à travers des dents grinçantes, j’y avais envoyé de l’énergie du centre de mon corps, et Astroblade avait commencé à émettre une lumière pulsante.

Eeeeee…

On aurait dit un cheval qui hennissait — non, plutôt le moteur d’un avion de chasse. Elle avait avidement englouti mon énergie, et une seule bande de lumière avait traversé la lame comme une étoile filante. Apparemment, cela signifiait une augmentation du niveau de puissance d’un rang. J’avais dû baisser ma position avec les jambes légèrement plus écartées que la largeur des épaules pour me tenir en équilibre. Tenant fermement la poignée à deux mains, j’avais visé avec précaution devant moi. Passer par cette procédure tout en gardant mon énergie à son plein niveau m’avait demandé beaucoup d’efforts. J’avais touché la protubérance de la poignée comme une gâchette, et l’étoile filante s’était déclenchée. Mon environnement s’était illuminé comme s’il était midi pendant un instant, et le flash de lumière avait disparu vers les parois rocheuses au loin, laissant une longue traînée derrière lui. Quelques instants plus tard, j’avais été surpris de constater que le tremblement était audible jusqu’à mon environnement. J’avais essuyé la sueur de mon front et j’avais poussé un grand soupir. La lumière avait disparu de l’Astroblade, mais elle reviendrait une fois que je l’aurais à nouveau chargée d’énergie. J’avais décidé de vérifier l’endroit où mon tir avait frappé. Après avoir traversé la caverne sombre pendant un certain temps, j’avais trouvé une paroi rocheuse fracturée qui m’attendait. Quand je l’avais touché, des morceaux du mur s’étaient effondrés. Wridra et Marie m’avaient regardé dans la grotte sombre.

« Wôw, tu as fait un trou de la taille d’une personne dans le mur. Peut-être que plus tu la charges, plus elle est forte… ou plutôt plus elle est rapide, » déclara Marie.

« Hm, tu ne pourras pas te déplacer pendant la charge. Ta spécialité consiste à submerger l’adversaire avec des coups rapides et successifs. Cette capacité peut ne pas te convenir. Sans compter qu’elle te vide de ta vitalité, » déclara Wridra.

« C’est ça le problème. Je suis content qu’il n’ait pas besoin de magie pour être utilisé, mais je suis un amateur quand il s’agit de manipuler l’énergie, » déclarai-je.

Nous avions continué à discuter de l’essai de la capacité de l’Astroblade. Cela m’avait vraiment aidé d’avoir des utilisateurs de magie et de sorcellerie spirituelle avec moi alors que j’essayais de comprendre la situation. Lorsque les petits dragons se dandinèrent pour regarder, la caverne sombre s’anima quelque peu. Je m’y étais habitué, mais je m’étais rendu compte qu’il n’était pas très normal de traîner dans le repaire d’une Magi-Drake. Marie avait tourné vers moi ses yeux violet pâle, puis avait écarté ses lèvres.

« En parlant de manipulation de l’énergie, les moines seraient les spécialistes de ce domaine. Cela peut même servir à guérir, non ? » demanda Marie.

« Apparemment, mais je suis encore complètement novice en la matière. Je sais seulement ce que quelqu’un m’a appris il y a quelque temps. » Les moines avaient tendance à être solides, avec un penchant pour montrer leurs muscles. J’avais eu l’impression qu’ils étaient un peu bizarres et qu’ils aimaient enseigner des choses, même si personne ne le leur demandait. Peut-être que s’ils utilisaient cette épée… Non, ils avaient des préceptes qui interdisaient l’utilisation d’armes blanches. Wridra m’avait observé tout le temps, mais son commentaire soudain m’avait déconcerté.

« Ce hot pot et le saké étaient tout simplement incroyables… »

Je pensais qu’elle réfléchissait sérieusement à la question, mais elle n’avait dans son esprit que l’Aomori. Mais du point de vue de quelqu’un qui avait maîtrisé la magie, j’avais compris que les hot pots auraient pu être plus intéressants que l’Astroblade… Enfin, pas vraiment.

« C’était vraiment incroyable. Qui aurait cru que le poisson pouvait avoir une saveur aussi complexe ? » demanda Marie.

« Oh, les hot pots sont aussi plus importantes pour toi, Marie ? » Elle avait nié que c’était le cas, puis elle s’était retournée pour parler avec enthousiasme du voyage avec Wridra. Comme la nourriture était délicieuse, comme il était agréable d’être là, comme le train à grande vitesse était rapide, et l’atmosphère particulière des vieilles maisons japonaises… Les sujets n’en finissaient plus. Ayant été coincée dans la forme du chat sans pouvoir parler, Wridra avait parlé comme si elle rattrapait le temps perdu. Je commençais à m’ennuyer, alors j’avais ressenti le besoin d’alimenter un peu les flammes.

« Vous savez, il y a des sources d’eau chaude accessibles à pied là-bas. Ils ont une coutume appelée touji, qui consiste à guérir votre esprit et votre corps dans les sources chaudes. Apparemment, beaucoup de gens viennent de loin pour participer à ça, » déclarai-je.

« “Ooohhh !” »

Ah ! leurs têtes tremblaient vigoureusement. C’était seulement notre premier jour là-bas, mais nous n’avions pas beaucoup de temps pour y aller. Les filles étaient tellement désireuses d’explorer qu’elles finissaient de toute façon par s’asseoir sous le kotatsu après, mais ces femmes avaient tendance à oublier les choses qui ne leur convenaient pas, alors il était inutile de le mentionner. Wridra s’était détournée de moi, en mettant son nez en l’air.

« Mais… les sources d’eau chaude sont chères, n’est-ce pas ? Je m’inquiète de ton budget, » déclara Wridra.

« Héhé, ne sous-estime pas la zone rurale. Cela ne coûte que 300 yens. Les eaux jaune-vert sont agréables à boire. Voulez-vous l’essayer à notre retour ? » demandai-je.

Elles avaient accepté avec enthousiasme, mais un chat aurait-il même pu entrer dans les sources chaudes ? Nous étions encore en vacances, même dans le monde des rêves, alors j’étais surtout là pour aider Marie. C’est-à-dire qu’un rare sort était contenu dans les ruines, et Marie espérait améliorer sa magie spirituelle en l’apprenant. Cependant, je pensais que sa magie était assez puissante, même sans amélioration. C’est pourquoi je n’aurais pas du tout été dérangé si ses recherches n’avaient pas porté leurs fruits. J’avais décidé d’aller pêcher dans une rivière voisine ou quelque chose comme ça pendant que Marie travaillait dur…

« Idiot, as-tu l’intention de jouer même dans tes rêves ? Maintenant, il est temps d’entraîner ta capacité à l’épée avant de grossir en mangeant toute cette nourriture. Tu peux t’entraîner avec la nouvelle arme que tu as trouvée, » déclara Wridra.

C’était naïf de ma part de penser qu’il y avait une possibilité que cela n’arrive pas. Wridra était un mignon petit chat dans l’autre monde, mais c’est ce à quoi j’avais dû faire face dès notre retour. Ainsi, Marie aimerait étudier pendant que je transpirais comme un chiffon serré… Attendez, ce n’était pas censé être comme ça… En tout cas, nous étions retournés à Aomori par la suite. Le monde du rêve commençait à être plus frénétique que la réalité. Même moi, je me réjouissais de retourner au Japon.

 

++++++++++

J’avais fait coulisser les volets, salué par le temps agréable et ensoleillé. J’avais laissé échapper un grand bâillement, puis je m’étais retourné pour trouver Marie et la chatte qui faisaient la même chose. La literie et les tatamis sous le soleil éclatant étaient agréables de temps en temps.

« Bonjour. Il fait encore beau aujourd’hui, » déclarai-je.

« Hehe, c’est notre deuxième jour à Aomori. Des sources d’eau chaude, des sources d’eau chaude ! » déclara Marie.

La chatte avait levé une patte d’une manière triomphale, mais… les chats n’allaient probablement pas être autorisés à entrer. C’était un peu déroutant, mais ce chat noir était un familier, et en même temps, c’était une entité provenant du monde des rêves. Il ne pouvait donc pas retourner dans ses rêves, même s’il couchait avec moi, et il devait être appelé comme un outil magique. Mais je n’avais aucune idée de comment cela fonctionnait.

« Ce chaton a un sort tissé en son cœur. C’est pourquoi il ne peut pas être séparé de l’outil magique. Wridra désactive le sort quand on s’endort, comme on éteint une bougie, » déclara Marie.

« Oh, je comprends. Alors nous devons faire attention à ne pas le perdre, » déclarai-je.

Juste à ce moment-là, mon grand-père nous avait appelés pour le petit-déjeuner. Ahh… C’était donc ça d’avoir quelqu’un d’autre qui s’occupait de tout. Je pouvais passer mon temps dans le confort, mais je me sentais un peu coupable… Pendant que je m’y attardais, on m’avait offert un petit-déjeuner à la japonaise, composé d’œufs, de riz, d’algues et de soupe miso. J’avais vécu un moment de nostalgie en goûtant la saveur de la soupe miso du pays rural. Oh, et Mademoiselle l’Elfe était adorable, assise à la table à manger, pleine de curiosité et portant une expression qui disait. « J’aime les algues ! »

« À plus tard ! Faites attention! »

« D’accord ! » Nous avions fait signe de la main, un sac contenant une serviette et des vêtements de rechange à la main.

Nous étions en route pour les sources d’eau chaude locales. C’était bien d’être à la campagne pour mes vacances. Le fait que j’ai pu complètement oublier le travail en sortant tout près avait été un énorme avantage.

« Oh ? Je croyais que tu avais oublié le travail pendant que tu étais dans le monde des rêves, » déclara Marie.

« Hum, est-ce à ça que ça ressemble ? Je ne suis pas du genre à apporter du travail même dans mes rêves, bien sûr, » déclarai-je.

La chatte avait lâché un miaulement, comme pour dire. « Alors, tu oubliais tout ça… »

Il y avait quelqu’un d’autre à qui nous devions adresser nos salutations matinales. Un veau blanc et brun était venu de derrière la clôture en bois.

« Oh, Hana ! » Hana avait bougé les oreilles, ses yeux noirs et purs nous regardaient. Hana était bien plus grande qu’une fille humaine, mais ses grands yeux mignons étaient emplis de jeunesse. Elle avait rapproché ses cornes récemment entretenues d’entre les clôtures comme pour les mettre en valeur, et Marie avait frotté proche des cornes la tête du veau. Le son qu’émettait Hana lorsqu’elle laissait échapper des bouffées d’air ressemblait à un rire, et ses oreilles tremblaient comme si elle aimait ça. « Si mignonne ! N’es-tu pas un petit cœur ? Si seulement tu pouvais venir aux sources chaudes avec nous. »

« Elle sera assez heureuse avec des tapes sur la tête. Les veaux adorent être frottés autour des oreilles et derrière le cou. » J’avais commencé à l’aider à frotter la tête de Hana, et l’expression du veau était celle de la félicité pure. Ses yeux s’abaissèrent, sa langue bouga lentement, et elle inclina la tête pour se rapprocher.

« Oh, mon Dieu, c’est si mignon ! » déclara Marie.

Apparemment, le veau n’avait rien à voir avec ce que son gros corps suggérait. Il semblait que Marie aimait absolument cela, et frissonnait lorsque la vache lâchait un « Oof ». Quant à moi, je m’amusais à regarder les réactions de Marie.

Hana avait agité la queue à contrecœur, et nous avions recommencé à marcher. Nous avions apprécié une promenade nocturne hier soir, mais le chemin avait l’air complètement différent au soleil. Une verdure éclatante et des terres agricoles s’étendaient à perte de vue. L’absence de tout obstacle à ma vision m’avait donné un étrange sentiment de liberté. Nous avions continué sur l’asphalte, la fille et la chatte s’étirant tranquillement en marchant.

« Je suis surprise de voir à quel point les couleurs sont différentes entre le jour et la nuit. C’est comme dans un anime ! » déclara Marie.

« Je suis heureux que cela te plaise, » déclarai-je.

***

Partie 9

J’avais vraiment été heureux de voir qu’elles semblaient s’amuser. Nous avions continué à marcher lentement vers le mont Iwaki, un sommet enneigé. Le site des sources d’eau chaude possédait une histoire de 170 ans, son bâtiment était donc assez ancien. Mais Marie était un peu différente de la moyenne des gens, et elle avait commencé à apprendre le concept japonais de « wabisabi », de sorte qu’elle avait en fait une expression joyeuse en ouvrant la porte rustique.

« Oh, je peux déjà sentir les sources chaudes ! » déclara Marie.

« Tu dois avoir un bon sens de l’odorat. C’est peut-être parce que le bâtiment est petit. Je vais d’abord m’occuper du paiement, » répondis-je.

L’intérieur était assez sobre et cela ne m’avait pas semblé être une maison de sources chaudes au premier abord. L’elfe et la chatte avaient jeté un coup d’œil sur tous les objets anciens qui nous entouraient. Elles avaient regardé avec beaucoup d’intérêt les chaises, les lanternes et le vieux distributeur de bière. Je m’étais dit que cet endroit était figé comme à la période Showa alors que je me dirigeais vers la zone de réception. J’avais commencé à négocier avec la réceptionniste d’âge moyen, et j’avais été surpris de constater qu’elle était d’accord. Elle avait regardé le chat bien élevé, puis elle avait dit qu’elle pouvait profiter des sources chaudes tant qu’elle était à l’intérieur d’un seau en bois. C’est probablement parce qu’il n’y avait pas beaucoup de monde à cette heure de la journée, mais peut-être voulait-elle accueillir l’étranger mignon avec ce geste. Ou peut-être qu’elle aimait juste les chats. Et donc…

J’avais marché dans l’eau jaune-vert, plongeant progressivement mon corps dans sa chaleur. La zone des sources thermales curatives sentait le fer, et quand je m’étais assis, j’avais senti une texture granuleuse sous mes fesses. L’eau était douce et juste à la bonne température, et j’avais poussé un soupir de satisfaction. Cela avait débordé sur les tuiles, et j’avais enfoncé mon corps plus profondément en dessous. L’intérieur était taché et il avait un aspect ancien, mais il y avait une aura qui semblait m’accueillir à rester aussi longtemps que je le voulais. J’avais regardé par la fenêtre avec de telles pensées, puis j’avais remarqué un arbre avec des fleurs colorées à l’extérieur.

Ah, les fleurs de cerisier… Marie devait aussi les regarder. J’avais été complètement trompé par l’aspect extérieur usé par le temps. Avec l’eau provenant directement de la source chaude sans chaleur ni eau supplémentaire, on ne pouvait pas faire mieux. Je m’étais plongé plus profondément dans l’eau. Ahh, c’est le bonheur. Qui aurait pu deviner que j’aurais un tel penchant pour les sources chaudes rien qu’en passant du temps avec une elfe ? J’avais apprécié le monde de la fantaisie, et avant que je ne m’en rende compte, je m’immergeais dans la culture japonaise. C’était un sentiment étrange, comme si j’avais été envoûté par un renard. La profonde respiration que j’avais exhalée avait fait écho et s’était dissoute dans la vapeur.

Une fois sorti de la salle de bain, j’avais mis des vêtements et j’étais sorti pour trouver des femmes d’âge moyen qui bavardaient et passaient par là. « Si mignon », je les avais entendues parler dans un dialecte Tohoku, avec des sourires satisfaits sur leurs visages.

 

 

Apparemment, elles avaient une grande affection pour Marie et la chatte noire. Les femmes avaient touché et caressé la chatte bien élevée alors qu’elle flottait dans le seau en bois avec son estomac qui sortait de l’eau, fermant joyeusement ses yeux. Ajoutez à cela la jeune fille féerique, et le niveau d’excitation dans la salle de bain était au même niveau que celui d’un festival. Marie m’avait raconté tout cela en se promenant après le bain.

« Hehe, elles m’ont appris quelques mots dans leur dialecte. Elles m’ont aussi dit d’aller leur rendre visite, » déclara Marie.

« Je suis content que tu aies pu t’amuser. Tu peux établir de nombreuses relations aux sources d’eau chaude d’ici, alors peut-être pourrais-tu devenir résidente de la préfecture si tu passes un certain temps ici, » déclarai-je.

Voir l’elfe et la chatte noire de si bonne humeur m’avait aussi fait sourire. Oui, peut-être qu’elle était un peu bizarre. Tout comme je m’étais trouvé immergé dans la culture japonaise sans m’en rendre compte, il était possible que je finisse par voyager dans tout le Japon à la recherche de différentes sources d’eau chaude. J’avais ouvert une canette de jus, le gaz carbonique siffla quand j’avais tiré la languette. Maintenant, il était temps de montrer aux invitées les attractions touristiques de ma ville natale.

Un mini camion s’était lentement déplacé le long de la route sous un soleil radieux. Cette lenteur était due au fait que je n’étais pas habitué à la transmission manuelle et qu’il n’y avait pas de voitures devant ou derrière nous. J’avais réalisé que j’aimais conduire à un rythme tranquille. Le vent soufflait de la fenêtre partiellement ouverte et caressait les cheveux lustrés de Marie. En parlant de Marie, elle faisait un concours de regards avec la chatte noire… qui jouait avec un bâton de chocolat. La chatte regardait le casse-croûte d’un air sérieux, puis le frappait rapidement d’un coup de patte, mais finissait par frapper pour rien. Si elle échouait, elle essayait de nouveau, et si elle réussissait, il se faisait mordre. Le temps que je réalise le jeu auquel elles jouaient, nous étions déjà arrivés dans les rues de la ville. La fille avait levé les yeux pour trouver des couleurs vives à l’extérieur de la fenêtre. La chatte en avait profité pour prendre une bouchée, et la fille avait laissé échapper une voix surprise en même temps.

« Oh, wôw… Les fleurs de cerisier ! » s’exclama Marie.

« On est arrivé juste à temps. Il est rare qu’elles fleurissent à cette époque de l’année, » déclarai-je.

On estime que la saison de floraison de cette année était beaucoup plus tardive que la précédente. Kaoruko, la femme qui vivait dans le même complexe que moi, m’en avait parlé. Maintenant que j’y avais réfléchi, elle m’avait conseillé de garder le secret jusqu’à notre arrivée pour maximiser l’excitation. Grâce à son intérêt pour la chatte, cela avait fini par être une surprise sans que j’en aie eu l’intention. La jeune fille regardait avec les lèvres écartées, ses yeux d’améthyste scintillants presque aussi colorés que les fleurs de cerisier. Peut-être avaient-ils réussi à rester fleuris jusqu’à ce jour, juste pour pouvoir accueillir l’invitée elfique d’un monde imaginaire. La voiture devant nous avait éparpillé quelques pétales, qui s’étaient envolés et avaient enveloppé notre mini camion. Les yeux de Marie s’élargirent en suivant les pétales, et la vue me fit me demander si ma première pensée avait été juste. La chatte noire, elle aussi, regardait fixement avec sa bouche grande ouverte.

« A-Attends, tu veux dire que nous sommes venus ici pour… ? » J’avais souri, et j’avais répondu en tournant le volant pour aller dans le parking. Ainsi, les habitants du monde du rêve étaient arrivés au château de Hirosaki pour faire du tourisme. « Oh, regarde, regarde ! Le mont Iwaki ! » Quand nous avions quitté le parking, nous avions vu le Mont Iwaki enneigé et les fleurs de cerisier tourbillonner dans l’air. Je ne m’attendais pas à voir un spectacle aussi magnifique dans un endroit comme celui-ci. Il fallait vraiment que je prenne une photo.

« Regardez par ici, vous deux, » déclarai-je.

« Umm, qu’est-ce que tu fais ? » demanda Marie.

J’avais pris une photo avec cette vue. Elles s’étaient toutes deux approchées de moi, s’interrogeant sur le son de l’obturateur, et j’avais tourné l’écran vers elles. Elles avaient vu l’image d’une elfe et d’une chatte noire se retourner avec curiosité, et elles avaient laissé échapper respectivement un « Ah ! » et un « Mew ! ».

« Wôw, un sort de projection d’images qui n’a pas besoin d’incantations ! » déclara Marie,

Pas tout à fait. Eh bien, elles pouvaient capturer des images comme celle-ci avec la magie de leur monde, donc il semblait qu’elles ne sont pas trop surprises. Cependant, leur méthode est principalement utilisée à des fins de scoutisme. De telles pensées m’avaient traversé l’esprit, mais les deux filles avaient continué à regarder l’écran. Elles s’étaient penchées avec curiosité, puis leurs yeux ronds s’étaient tournés vers moi.

« C’est tellement plus clair et joli que la magie ! » déclara Marie.

« Oui. Après tout, il n’est pas vraiment nécessaire d’avoir une bonne qualité d’image pour le scoutisme, » déclarai-je.

Elles l’avaient regardé à nouveau avec une expression fascinée, et j’avais eu le sentiment qu’elles en étaient peut-être venues à l’apprécier. Même si cela faisait un certain temps que je n’avais pas eu mon smartphone, c’était peut-être la première fois que je l’utilisais pour prendre des photos. J’étais du type intérieur, ou plutôt, du type rêveur.

« Dans ce monde, on est censé s’en servir pour garder des souvenirs de ses voyages. Alors, prenons un tas de photos de vous deux en train de vous promener dans le château de Hirosaki, » déclarai-je.

« Ouais ! »

Peut-être n’était-ce dû qu’à la vivacité du printemps, mais nous étions d’humeur joyeuse et excitée. Marie et moi nous nous étions tenues par la main et avions commencé à marcher, en faisant attention de ne pas marcher sur la chatte qui s’amusait à marcher près de nous. Maintenant, il y avait un chemin bordé de rangées de cerisiers, connu sous le nom de « Cherry Blossom Tunnel ». Nous pouvions descendre le tunnel en prenant le bateau tout proche, mais avec autant de pétales dans l’air, nous étions sûrs de nous amuser, quel que soit l’endroit où nous marchions. Avec un tel beau temps, la chatte regardait autour d’elle avec curiosité, parvenant à suivre Marie avec un certain effort. Voyant à quel point elle semblait surchargée par tout ça, j’avais pris la chatte dans mes bras.

« C’est vrai, désolé. C’est la première fois que tu vois des fleurs de cerisier, n’est-ce pas, Wridra ? Je vais te porter, pour que tu puisses te concentrer sur l’appréciation du paysage. » La chatte me regarda avec ses yeux ronds, puis elle frotta sa tête contre mon menton comme pour me remercier. C’était un peu chatouilleux, et j’avais senti l’odeur des sources chaudes de tout à l’heure. Mais je m’étais dit que je sentais la même chose.

Et ainsi, Marie avait fini par s’accrocher à ma chemise, regardant autour d’elle exactement de la même manière que la chatte alors que nous continuions à marcher. Les pétales qui tombaient remplissaient notre vue de rose, comme dans un paradis terrestre, et la démarche de l’elfe commençait à devenir instable. Je ne pouvais pas la blâmer, avec la vue qui s’offre à nous. La plus belle vue de cette année était étalée devant nous. La jeune fille avait écarté ses lèvres colorées et s’était mise à parler sur un ton mélancolique.

« Les fleurs de cerisier de Koto Ward sont déjà tombées il y a quelque temps… Je ne savais pas qu’ils seraient aussi colorés, » déclara Marie.

« Le front d’éclosion des fleurs de cerisier se déplace lentement vers le nord. Nous avons voyagé avec le Shinkansen, alors nous avons fini par le devancer. » La jeune fille avait fait un signe de tête avec une expression rêveuse. Je commençais à me sentir un peu inquiet. Ses yeux étaient détendus, presque somnolents, et sa peau, habituellement pâle, était un peu rouge. J’avais pensé à la faire se reposer quelque part, mais elle avait ensuite déplacé sa main ouverte sur le côté.

Fwoosh…

Cette vue avait fait que la chatte et moi avions tous les deux élargi nos yeux. Des pétales colorés s’étaient mis à tourbillonner autour de sa main élancée. Elles avaient dansé en spirale, la couleur rose se transformant en une fascinante nuance de rose profond. La chatte miaula et Marie sembla reprendre ses esprits. Les pétales s’étaient dispersés, et j’avais entendu des gens dire. « C’était joli, » « Un tourbillon s'est-il produit ? » J’avais poussé un soupir de soulagement et j’avais regardé Marie pour constater que la couleur de ses yeux semblait beaucoup plus normale qu’auparavant.

***

Partie 10

« Oh non, j’ai trop touché les esprits. Mais… c’est la première fois qu’ils s’approchent de moi de si près. J’ai l’impression que leurs pensées et leurs sentiments pourraient déborder, » s’excusa Marie.

C’est vrai. Elle était une utilisatrice d’esprits, ce qui était incroyablement rare dans ce monde. On avait souvent dit que le printemps pouvait jouer des tours aux gens, mais peut-être était-ce l’œuvre des esprits.

Nous avions marché un moment le long du chemin aux couleurs vives, puis nous étions tombés sur une vue élégante. On pouvait voir un pont avec une couleur vermillon profond qui se courbait doucement, et il y avait une tour de château au-delà des nombreuses couches de fleurs de cerisier. Il y avait une certaine grâce, un certain goût et un air digne chez le château, et son harmonie avec le paysage environnant semblait presque surréelle.

« Wooow, comme c’est merveilleux ! Est-ce à cela que ressemble un château japonais ? Ses jolies couleurs ressortent tellement ! Ce n’est pas du tout comme ces châteaux qui ont été construits en découpant des rochers et en les empilant les uns sur les autres, » déclara Marie.

« Maintenant que tu en parles, la construction est très différente de celles que tu vois dans le monde du rêve. Alors, que dirais-tu d’une photo commémorative ? » lui proposai-je.

Marie avait tournoyé joyeusement, et la chatte avait sauté hors de mes bras en toute hâte. La fille avait pris la chatte et elles avaient levé la main droite dans une pose de victoire. J’avais failli éclater de rire en voyant leur jolie pose, mais j’avais pris ce qui s’était avéré être une jolie photo. Leurs grands yeux et le contraste du noir et blanc avaient permis de réaliser un plan bien composé. Alors que je vérifiais la photo sur mon téléphone, les deux autres étaient sur le pont, regardant en bas. Je m’étais approché d’elles pour voir ce qui se passait, et elles s’étaient tournées vers moi en même temps.

« Les tranchées ont été faites d’une manière très distincte. Cela a été rempli d’eau et il y a une pente jusqu’aux murs. Je me demande pourquoi, » déclara Marie.

Je ne m’attendais pas à ce qu’elle s’intéresse autant à la conception du château. Je m’étais alors souvenu qu’elle avait invoqué des structures défensives pour anéantir des foules entières d’ennemis. Peut-être s’intéressait-elle beaucoup aux châteaux à cause de cet événement. Je m’étais arrêté en y pensant pendant un moment, puis j’avais pris la main de la fille. J’avais décidé qu’un changement de plan s’imposait et j’avais guidé la jeune elfe jusqu’au musée.

Le musée situé dans la tour du château présentait des épées, des lances, des fusils à mèche et des armures d’autrefois. À ma grande surprise, la chatte noire avait été vraiment attirée par l’aire d’exposition des épées japonaises. Elle regardait avec une telle concentration que la zone autour de son nez devenait brumeuse.

« Oh, tu utilisais une arme comme un katana, n’est-ce pas, Wridra ? Par hasard, l’as-tu modifié toi-même ? »

La chatte avait fait un signe de tête. Cette chatte aimait bien faire des choses. Cela m’avait rappelé les Nekos d’Arilai qui raffinaient les objets en Pierres Magiques. C’était peut-être juste un trait que les chats avaient en commun. À ce moment, j’avais remarqué que Mademoiselle l’Elfe regardait attentivement une arme à feu. C’était étrange. Je pensais que les deux femmes auraient été plus intéressées par quelque chose de plus féminin.

« N’as-tu jamais vu d’armes à feu ? … Oh, je suppose qu’elles ne seraient pas courantes dans l’autre monde, » déclarai-je.

« Oui, c’est un concept complètement étranger là-bas. La construction est assez simple, mais pour augmenter sa puissance de feu simplement par sa conception structurelle…, » répondit Marie.

O-Ouais, ça devenait un peu trop réel. Pire encore, il y avait aussi des canons dans l’exposition. Je n’avais pas pu m’empêcher de remarquer l’air incroyablement sérieux sur les visages de l’elfe et de la chatte lorsqu’elles avaient observé ça. Elles s’étaient parfois croisées et s’étaient fait un signe de tête, ce qui était assez inquiétant, mais j’avais décidé de ne pas y penser.

Nous étions finalement arrivés à la maquette du château, mais… Wôw, le regard qu’elles ont est complètement différent.

« Je vois, c’est pourquoi il y avait de l’eau dans les tranchées. Ils ont canalisé les envahisseurs vers un endroit qui semblait plus facile à attaquer, puis les ont frappés. J’ai supposé qu’ils auraient eu du mal à se défendre. Il semble que les châteaux japonais aient été construits avec une étonnante ruse, » déclara Marie.

« Miaou, miaou. »

« Oui, leur puissance de feu à longue portée est ce qui a soutenu leur défense. La grande zone dégagée signifiait “s’il vous plaît, attaquez d’ici pour qu’on puisse vous tuer”, » déclarai-je.

Avant que je ne le sache, il semblait que quelque chose s’éveillait au sein de l’esprit de la sorcière. J’espérais que je ne faisais que l’imaginer. Pour une raison quelconque, la chatte qui lui faisait signe de la tête en accord était étrangement terrifiante.

 

++++++++++

Après notre petite séance d’apprentissage, nous avions dû sortir pour manger quelque chose de bon. Nous avions pris un banc libre que nous avions heureusement trouvé et nous nous étions gavés de nourriture provenant d’un étal de nourriture alors que des fleurs de cerisier tombaient autour de nous. Chaque brise passagère transportait de nouveaux pétales dans l’air. J’avais entendu une douce expiration et je m’étais retourné pour trouver Marie immobile, tenant le dango contre sa bouche. Elle avait dû se trouver hypnotisée par la vue des derniers instants du printemps.

« Si beau… C’est presque effrayant de voir à quel point ils sont beaux, » déclara Marie.

« Oui, on ne peut pas s’empêcher de regarder fixement. On s’habitue facilement à voir les mêmes choses, tu sais ? » Quand je lui avais répondu ainsi, Marie avait levé les yeux et avait mis le dango qu’elle tenait dans sa bouche. La chatte avait déjà consommé une boîte entière de takoyaki et était recroquevillée sur les genoux de Marie, ronronnant de satisfaction. Marie m’avait frappé légèrement à l’épaule, puis avait appuyé sa tête sur moi. Ses yeux avaient regardé les miens tout le temps, et je n’avais pas pu empêcher mon cœur de battre nerveusement, malgré mon âge. J’avais senti que quelque chose n’allait pas, et j’avais réalisé que c’était le regard lourd dans ses yeux. C’était peut-être la lumière du soleil, mais ses yeux violets étaient plus vifs que d’habitude, et elle clignotait assez lentement.

« … Est-ce que j’ai de la sauce sur le visage ou quelque chose comme ça ? » demandai-je.

« Non, je voulais juste voir si j’en aurais assez de regarder ton visage. Après tout, il n’y a personne d’aussi facile à vivre que toi, Kazuhiro-san, » déclara Marie.

Elle m’appelait par « — san » depuis hier. Savait-elle que cela faisait battre mon cœur plus vite ? Elle était assez proche pour que je puisse sentir son souffle, et ses chuchotements étaient très efficaces pour obtenir une réaction de ma part.

« La première fois que tu as séjourné au Japon, les paysages étaient comme ça, » déclarai-je.

« Tu as raison. C’était une si belle saison. J’ai l’impression que ça fait si longtemps…, » L’elfe avait gloussé et s’était approché de moi. Ma main reposait naturellement sur sa taille, et elle avait tressailli.

« Mais beaucoup de choses ont changé depuis. C’est tellement amusant de te connaître de plus en plus. Héhé, je ne pourrais jamais me fatiguer de te regarder, » déclara-t-elle.

C’est exactement ce que j’avais ressenti. Je l’avais toujours considérée comme une petite fille, mais son existence s’était développée dans mon cœur au fil des jours. Que je sois au travail ou dans un donjon, je pensais toujours à elle.

« C’est pourquoi c’est étrange. Les fleurs de cerisier n’ont pas changé, mais la vue semble si différente maintenant, » déclara Marie.

Tu ne crois pas que… ? J’avais cru l’entendre murmurer à mon oreille.

Ma tête était engourdie. Elle avait appuyé sa tête sur moi à nouveau, cette fois sur ma clavicule, et j’avais pu constater à quel point ses lèvres pleines étaient proches de moi. Avec ses joues rouges et ses lèvres rose foncé légèrement écartées, je ne pouvais pas m’empêcher de regarder. Oui, ses yeux… Ils avaient encore cette expression de rêverie. J’avais cru reconnaître ce regard, mais c’était comme tout à l’heure, quand elle avait été submergée par les esprits des fleurs de cerisier. C’était ce regard que j’avais vu quelques instants avant que les pétales colorés ne tourbillonnent dans l’air et qu’elle ne revienne à elle. Ses yeux violet pâle étaient juste devant moi, avec des pétales dérivant autour d’elle comme avant.

« Marie, je crois que les fleurs de cerisier… » C’est alors qu’un unique pétale avait atterri sur ses lèvres.

« Oh, » dit-elle, et mes yeux avaient été attirés par ça. Le pétale mettait en valeur ses lèvres douces et colorées, et elle avait une allure mature qui ne ressemblait pas à celle d’une petite fille.

Je laissai échapper un bruit involontaire. C’était beaucoup, beaucoup plus doux que je ne l’avais imaginé, et j’avais entendu un soupir tendre qui semblait venir de loin. La jeune fille se pressa contre moi comme si elle en demandait plus, et peut-être que l’esprit m’avait affecté aussi, parce que je sentais ma tête s’engourdir, et je devenais incapable de penser. Des gens étaient passés devant nous. Mais bizarrement, je n’entendais rien de notre environnement, seulement les battements de son cœur. Quand j’étais revenu à moi, la jeune fille avait étendu son doigt vers moi et avait touché mes lèvres. Son doigt pâle et mince avait un pétale dessus et elle riait. Il faudrait encore un certain temps avant que mon cœur ne se calme. Je me croyais dans un rêve, enveloppé par des fleurs de cerisier, une elfe et un doux parfum. Les touristes avaient apprécié le beau temps et la pluie de cerisiers en fleurs lors de la fête des cerisiers en pleines fleuraisons d’aujourd’hui. Et peut-être sans rapport avec Mariabelle la demi-fée, nous avions pensé à revenir l’année prochaine.

 

***

Partie 11

Après ça, nous avions commencé à rentrer sans dire grand-chose d’autre. Mon corps était un peu fiévreux, alors j’avais continué à faire attention sur le chemin du retour. Même quand la fille avait posé son doigt sur mes lèvres avec cette expression étourdie, je me sentais trop timide pour croiser ses yeux. Le dîner que mon grand-père avait préparé était délicieux comme d’habitude, mais honnêtement, je ne me souvenais pas vraiment du goût. C’était probablement parce que le goût sucré de l’elfe restait encore sur mes lèvres. L’impression que Marie et les fleurs de cerisier avaient laissée sur moi était juste aussi forte, et elles avaient refusé de quitter ma tête même lorsque je l’avais plongée dans l’eau. Juste à ce moment-là…

Les plats étaient empilés dans l’évier. Les rideaux étaient étendus au-delà de la vitre, et j’avais entendu des cliquetis de vaisselle pendant que Marie les lavait. Mon grand-père se tenait à côté d’elle, essuyant la vaisselle qui lui était remise et la rangeant sur l’étagère. Il regardait parfois de son côté pour constater qu’elle avait toujours le même regard vide de l’heure du dîner, et elle n’avait même pas remarqué son regard. Cependant, le vieil homme savait qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter. Après tout, il était clair pour lui qu’elle était de bonne humeur.

« S’est-il produit quelque chose de bien ? » demanda mon grand-père.

« Ahh ! »

La fille avait failli faire tomber l’assiette qu’elle tenait, mais la main ridée de mon grand-père l’avait attrapée juste à temps, comme s’il s’attendait à cette réaction. Marie le remercia, et le vieil homme sourit sans inquiétude. En voyant cette expression, Marie avait réalisé que cela lui rappelait le sourire de Kazuhiro. La peau bronzée et ridée par le soleil était différente, mais il y avait un confort familier dans ces yeux profonds et sombres.

« Vous savez, j’ai été surpris. Je ne m’attendais pas à ce que cet enfant revienne à Aomori aussi joyeux, » déclara mon père.

Marie avait penché sa tête. Elle savait qu’il parlait de Kazuhiro Kitase, mais elle se demandait à quel point il était morose dans son enfance pour susciter un tel commentaire. Sous la faible lumière de l’ampoule se trouvant en dessus, le vieil homme avait ri à voix basse. Toujours pensive, la jeune fille avait fait couler de l’eau sur une assiette, rinçant la graisse et les bulles.

« Ma fille n’était pas douée pour s’occuper des enfants, alors ma femme et moi avons pris soin de ce pauvre garçon. » Le vieil homme regarda au loin, comme s’il se souvenait de cette époque, et rangea une assiette sur le râtelier. Il fit un geste de la main pour que Marie lui remette l’assiette suivante, ce qui lui rappela de rincer une autre assiette. Elle lui avait jeté des regards occasionnels, espérant qu’il continuerait son histoire. « Il ne s’intéressait ni aux gens, ni aux animaux, ni à la cuisine, et passait son temps à dormir. Il semblait si heureux dans son sommeil que j’avais peur qu’il ne disparaisse un jour… »

L’elfe répondit en tintant, se demandant s’il connaissait le monde des rêves. Il parlait comme si c’était le cas, mais Kazuhiro avait secoué la tête quand elle le lui avait demandé. Marie lui avait tendu une autre assiette et avait levé les yeux. Il l’avait séché avec une serviette et avait rétréci les yeux de satisfaction en regardant son lustre, puis l’avait tranquillement placé sur l’étagère.

« Mais vous savez, ma femme disait… Le pauvre garçon serait plus heureux s’il ne revenait pas de ses rêves… Ce n’était pas vrai. Il revenait chaque fois parce que ma folle de fille l’avait attaché ici. » Le vieil homme avait fermé le robinet, arrêtant le flux de l’eau. En effet, la jeune fille s’était tellement investie dans son histoire qu’elle ne faisait plus la vaisselle. « Même quand il est allé en ville, il espérait peut-être voir sa mère quelque part. C’est pourquoi je ne pensais pas qu’il reviendrait un jour, mais… haha, qui pouvait savoir qu’il reviendrait avec une fille si adorable. »

Il lui avait tapoté la tête. Sa main calleuse était un peu rude, mais elle était chaleureuse. C’était comme si elle pouvait sentir ses sentiments à travers la chaleur de son toucher. Il avait dû veiller sur Kazuhiro avec gentillesse, même dans les moments difficiles. Marie avait même commencé à comprendre ce qu’il devait ressentir lorsqu’il les avait accueillis pour la première fois dans le jardin extérieur. Elle avait placé l’assiette qu’elle tenait dans l’évier, puis l’avait serré dans ses bras avec des mains couvertes de bulles.

« Monsieur… ! » déclara Marie.

« Héhé, je veux que vous vous amusiez. Vous n’avez donc pas besoin de porter ces ornements d’oreille pendant que vous êtes ici. C’est un privilège particulier pour moi de pouvoir entendre des histoires sur vos aventures dans le monde des rêves. »

Ce mystérieux vieil homme savait tout. Kazuhiro jouait dans le monde des rêves depuis qu’il était jeune, et son grand-père l’avait naturellement accepté. Surpris par sa largeur d’esprit, l’elfe enleva les ornements de ses longues oreilles. Elle se tenait là, incertaine, sa vraie forme révélée, et le vieil homme posa une main sur son épaule.

« Comme on peut s’y attendre de la part d’une elfe. Si belle, vous pourriez apparaître dans mes propres rêves, » déclara le grand-père.

Les yeux de Mariabelle s’élargirent. Que savait cet homme ?

C’est pourquoi j’avais eu une surprise en rentrant de mon bain. Après que tout le monde se soit détendu, ait regardé la télévision et se soit préparé à aller au lit, j’avais finalement réalisé que Marie avait les oreilles longues et exposées. Quand j’avais commencé à paniquer, elle et mon grand-père avaient éclaté de rire, et pour une raison inconnue, on m’avait dit de me réveiller, puisque mon visage avait déjà l’air assez endormi. Comme c’est étrange… Depuis quand sont-ils devenus si proches ? Et ainsi, la nuit à Aomori s’était poursuivie.

 

++++++++++

J’avais levé les yeux pour trouver un beau ciel ensoleillé. Il semblerait que le temps ait tenu le coup encore mieux que je ne le pensais. Le matin, la gare de Hirosaki était remplie de nombreux touristes sur le chemin du retour, et une annonce était diffusée sur les haut-parleurs devant la porte d’embarquement. Mon grand-père avait affiché un sourire confiant et m’avait remis une enveloppe. J’avais penché la tête, et il l’avait placée dans ma main, en me disant de la prendre.

« Il suffit de l’affecter à tes frais de voyage. Tu n’es pas encore un travailleur à part entière dans ton entreprise, n’est-ce pas ? » demanda mon grand-père.

« Hein ? Je pensais que je le suis… Attends, n’est-ce pas un peu trop ? » L’enveloppe était plus lourde que je ne l’avais imaginé, et des chiffres étaient apparus dans ma tête, calculant le total…

« Je veux que tu l’utilises pour tes futures vacances, ou la prochaine fois que vous reviendrez tous les deux. Je suppose que tu n’as toujours pas emmené Mariabelle visiter le mont Iwaki, » déclara mon grand-père.

Il avait raison. Il y avait un sanctuaire historique, ainsi qu’une piste de ski à cet endroit. Mais même en tant qu’adulte qui travaillait, j’étais devenu très conscient du poids de cet argent. Mais Marie voulait aussi revenir, alors peut-être que nous pourrions revenir pour dire bonjour pendant les vacances d’hiver. Mon grand-père avait jeté un regard sur Mariabelle.

« Revenez si jamais vous vous ennuyez. Vous êtes les bienvenus à tout moment, » déclara mon grand-père.

« Oui, je vous remercie. Nous reviendrons, c’est certain ! » Mon grand-père avait été surpris quand Marie lui avait sauté dessus pour le serrer dans ses bras. Elle était si amicale et sincère. Nous avions été accueillis et avions apprécié notre séjour ici, et nous avions eu la chance d’avoir quelqu’un d’aussi compréhensif que mon grand-père. Alors qu’il caressait la tête de Marie, la jeune elfe semblait se rendre compte qu’il était temps de lui dire au revoir, et des larmes avaient commencé à couler de ses yeux.

« Ahh, ce n’est pas bon… Maintenant, je commence à…, » j’avais été surpris de le trouver en train d’essuyer des larmes, probablement ému par la nature authentique de Marie. En dépit de son incroyable intelligence et des épreuves qu’elle avait traversées, il savait qu’elle était pure jusqu’à la moelle.

Nous avions fait nos adieux et avions quitté Aomori. Après avoir traversé plusieurs tunnels, nous avions étalé nos bentos sur nos sièges dans le Shinkansen. Le bento de pétoncles et le bento de zukushi Aomori, deux spécialités d’Aomori, étaient pleins de couleurs appétissantes. La jeune fille s’était giflée les lèvres avec une certaine appréciation face à ce délicieux spectacle, mais je l’avais surprise à regarder par la fenêtre de temps en temps. Elle se souvenait probablement de notre séjour dans les profondes montagnes d’Aomori et des bons souvenirs que nous avions acquis là-bas.

« Alors, comment était le voyage à Aomori ? » avais-je demandé en mettant un morceau de coquille Saint-Jacques dans le panier où se trouvait le chat noir. Je voulais simplement savoir ce qu’elles pensaient de leur premier voyage dans le Shinkansen. La fille s’était retournée, puis avait regardé mon visage pour une raison quelconque. Elle avait attendu un moment, puis m’avait fait un beau sourire.

« Hehe, c’était incroyable, » déclara Marie.

Ses sentiments plutôt succincts semblaient remplis de souvenirs. Tout ce qu’il nous restait à faire était de manger de la nourriture délicieuse et de profiter du reste de nos jours de congé. Nous avions traversé un autre tunnel, et un ciel d’un bleu rafraîchissant nous attendait.

Aomori, c’était vraiment amusant.

 

++++++++++

L’ancien donjon. Au moment où le démon était mort, il avait laissé un terrible cadeau d’adieu. Il avait ouvert une porte vers le royaume des démons, marquant le début d’un chaos total. La horde de monstres qui s’était déversée avait été massacrée, et la porte avait été détruite. Ce processus avait pris une journée entière, ce qui avait amené le chef de l’équipe Diamant à perdre patience et à décider de s’en occuper plutôt que de laisser ses subordonnés s’en charger. Les monstres avaient été éliminés, mais ce n’était pas encore fini. Le maître d’étage du premier étage ayant été vaincu, l’ancien donjon fut rempli d’un silence qu’il n’avait jamais vu auparavant.

Le bruit du cliquetis des chaussures se répercuta du sol au plafond et résonna dans toute la pièce. L’homme était enveloppé d’une aura d’énergie lorsqu’il marchait, et il n’y avait probablement personne dans tous les pays qui pouvaient le battre au combat. Une elfe à la peau sombre tenait son estomac trempé de sang et le regardait avec des yeux passionnés alors qu’il s’approchait. Ses joues devenaient plus rouges à mesure qu’il s’approchait, et un frisson descendit le long de sa colonne vertébrale lorsqu’il s’approcha de son visage.

« … Ève, es-tu blessée ? »

« Oh, non, s’il vous plaît ne vous inquiétez pas pour ça, Lord Zarish. »

Le jeune homme avait baissé la tête, comme s’il était confus. Il semblait que ce n’était pas ce qu’il avait voulu dire par son commentaire. « Tu es la seule à avoir été blessée. Si tu échoues à nouveau, j’aurai une réflexion à mener. »

« Ah !? »

Ses yeux s’étaient ouverts comme si elle avait reçu de la glace, mais le jeune homme ne la regardait plus. Il se leva comme s’il avait perdu tout intérêt, puis se remit à marcher. Il y avait en fait une autre femme qui avait suscité son intérêt plus qu’elle. Cette femme qu’il avait rencontrée à l’oasis… à cause d’elle, son intérêt pour Ève avait diminué. Une draconienne et une sorcière spirituelle elfique — toutes deux étaient assez rares, et sa suspicion qu’il y avait quelque chose en elle s’était transformé en confirmation lorsqu’il avait entendu qu’ils étaient les premiers à faire tomber le maître du premier étage. En réfléchissant à ses différentes options, il avait continué à marcher seul. C’était un collectionneur célèbre, mais sa collection était limitée. Il avait touché les nombreuses bagues de ses doigts, une habitude de longue date. Zarish était entré dans un endroit à bout de souffle, avait mis en place un cercle magique, puis n’avait parlé à personne en particulier :

« Maintenant, commençons. Êtes-vous tous prêts ? »

Sa voix avait résonné dans la petite pièce, puis s’était éteinte sans que personne ne l’entende. C’est ici, dans cet ancien donjon, que tout avait commencé.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire