Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 3 – Chapitre 5 – Partie 7

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 5 : La formation de l’escouade Améthyste

Partie 7

Il y avait des choses qu’on appelait les maîtres d’étage ou boss d’étage. Ils étaient les gestionnaires des donjons, et il y en avait un à chaque étage. Leurs tâches consistaient à créer des monstres, à les gérer et à arrêter les intrus dans leur avancée. La partie est du premier étage venait d’être déverrouillée, et les monstres de toute la zone furent réduits en poussière en même temps. C’était parce que nous venions de vaincre un démon de niveau 82. Son noyau s’était transformé en une épée, qui pendait maintenant à ma taille. Après avoir reçu un tel rapport du quartier général, le grand homme connu sous le nom de Zera marchait lentement avec moi dans la grande pièce.

« C’était après tout un des maîtres d’étage. Je suppose que c’est logique, vu son niveau » déclara Zera.

« Je suis d’accord. Il était clairement dans une classe différente des autres, et c’était l’un des adversaires les plus forts que j’ai rencontrés. » J’avais décidé de ne pas mentionner que, de toutes mes rencontres, la Magi-Drake était de loin la plus puissante. L’objet magique affichait la carte lorsque je le tenais en main, ses espaces libres se remplissant au fur et à mesure que nous avancions dans la zone inexplorée. Zera le regarda fixement en ouvrant la bouche pour parler.

« C’était vraiment serré. Vu la portée et la puissance d’attaque de ce démon, il pourrait anéantir des escouades d’un seul coup. J’ai averti le patron à ce sujet, mais les seuls qui auraient pu battre cette chose sont Zarish de l’équipe Diamant et Gaston de l’équipe Rubis. » Ils étaient probablement les deux individus que Wridra avait signalés au camp. Le jeune homme et le vieil homme aux cheveux blancs et robustes. Ils étaient tous les deux bien au-delà du niveau 100, et je pouvais moi-même dire qu’ils étaient encore plus forts que moi.

« Mais ces deux-là nous auraient laissés mourir. C’est une bande désagréable. Je ne les aime pas. En ce sens, vous semblez être un bien meilleur choix pour travailler avec nous. Qu’est-ce que vous en dites ? » demanda-t-il.

« Travailler avec ? Qu’est-ce que vous voulez dire ? » Zera avait souri, puis il avait sorti son outil magique.

« Pourquoi ne pas s’inscrire sur les liens de communication de l’autre ? Nous pourrions alors voir les positions des uns et des autres et communiquer directement. Si jamais vous avez des ennuis, je viendrai vous aider quand vous le voudrez, » déclara Zera.

« Ah, ça serait super. Faites-moi aussi savoir si vous avez besoin d’aide, » répondis-je.

« Allez, n’en parlez pas. Bien que, pour être honnête, ce soit mon but principal de faire ça. » Zera avait ri et m’avait tapoté l’épaule. J’avais été stupéfait par son attitude sans réserve, mais il semblait être du genre à avoir une nature franche. Nous avions rapproché les outils magiques de l’autre, et ils s’étaient connectés, affichant une lumière blanche bleutée. Ce devait être l’enregistrement dont il avait parlé. C’était probablement quelque chose de similaire à l’inscription en tant qu’amis dans un jeu en ligne. L’outil magique se mit à clignoter, comme pour indiquer que l’enregistrement était terminé, et Zera le rangea avec une expression de satisfaction.

« Maintenant, si mon intuition est correcte, il devrait y avoir… Oh, le voilà. » Il y avait un grand piédestal au bout de la salle, et il avait touché avec désinvolture la statue placée au sommet. La statue avait alors tremblé, soulevant des nuages de poussière lorsqu’elle s’était mise en mouvement. Mes yeux s’étaient élargis à mesure que le piédestal continuait de bouger, puis il s’était immobilisé avec un son fort et lourd.

« C’est… ! »

« Le chemin vers le reste du donjon. Héhé, je peux déjà sentir les trésors. » Il y avait des escaliers qui menaient vers un autre chemin. Je pouvais sentir un certain « quelque chose » des profondeurs de l’obscurité intérieure. Il y avait un air distinct, comme un souffle ancien, et le chemin était ouvert pour ce qui pourrait être la première fois en cent ans… Non, mille ans. Je m’étais retourné pour trouver Zera qui se grattait la tête avec un sourire radieux sur son visage. Les choses avaient évolué rapidement à partir de là. Les coéquipières de Zera et Doula s’étaient regroupées avec nous, et je les avais regardées se prendre dans les bras pour une réunion pleine d’émotion.

« Félicitations, capitaine ! »

« Hein ? Qu’est-ce que tu racontes ? »

« Dois-je organiser la cérémonie ? Que diriez-vous tous les deux d’un beau voyage en mer… ou sur un lac entouré de verdure ? Vous pourriez vous confesser votre amour l’un pour l’autre pendant une semaine environ. »

« Arrêtez de dire de telles bêtises, vous tous ! »

Doula et Zera avaient frappé les hommes sur la tête, mais ils avaient continué à faire des plans pour la cérémonie de mariage, sans être dérangés. Le traitement semblait incroyablement rude pour un étranger, mais il semblait qu’ils étaient depuis longtemps habitués à se faire frapper. Puis, Zera s’était approché de moi avec une expression troublée sur son visage.

« Vous êtes ceux qui ont ouvert la nouvelle voie… Êtes-vous sûr que ça ne vous dérange pas qu’on entre en premier ? » Ils avaient décidé de nous rejoindre, d’aller de l’avant, et ils avaient déjà obtenu l’approbation du quartier général pour continuer. Mais les capitaines des deux équipes s’étaient déjà mis d’accord et ne pouvaient donc pas vraiment s’opposer à notre décision.

« Oui. De toute façon, nous ne pourrons pas nous battre avant de nous être reposés un moment. Il y a une salle à côté, alors on pense à dormir un peu. » Même s’ils avaient trouvé quelque chose comme une pierre magique, ce n’était pas vraiment important pour moi, de toute façon. La vie au Japon était ma réalité, et ce monde était juste pour le jeu.

« Je vois… Venez nous rejoindre une fois que vous vous serez reposé. Trois escouades nous donneront plus d’options que deux. Faisons des raids coopératifs de temps en temps, » déclara-t-il.

« Ce serait génial. Cependant, nous sommes une petite équipe, donc nos progrès pourraient être un peu lents, » répondis-je.

On s’était serré la main et on s’était dit au revoir. J’avais posé mon épée sur la table. L’arme était fine et d’une belle couleur argentée. La lueur occasionnelle qu’il émettait était digne de son nom, Astroblade.

« Wôw, si jolie… Ça te dérange si je la touche ? » demanda Marie.

« Vas-y. Tu sais, j’ai été très curieux de connaître les capacités de cette épée et les compétences que j’ai apprises en me perfectionnant. » La petite pièce voisine était belle et propre, et servait probablement de rangement pour les livres. De telles salles étaient situées sporadiquement dans le donjon, peut-être parce que l’individu ayant vécu ici avait mis au point sa capacité à contrôler les démons et les monstres.

« Hm, est-ce pour ça que tu es parti loin des autres ? Tu es agité depuis un certain temps maintenant, » déclara Marie.

« C’est une pratique courante de se reposer après avoir pris un repas, non ? Maintenant, voyons…, » j’avais touché mon bracelet, et mes capacités avaient été exposées devant moi. Marie avait également ouvert son écran de statut, et nous avons tous les deux oublié de respirer momentanément.

« Whoa, je suis montée de niveau deux fois ! C’était un combat difficile, après tout…, » déclarai-je

« Voyons voir… Wooow, je suis monté au niveau 42 ! Je ne peux pas le croire ! » s’écria Marie.

J’avais été encore plus impressionné par les progrès de Marie. Pas étonnant qu’elle ait soudainement bondi de sa chaise en lisant ça. Si je me souviens bien, elle était environ au niveau 32 quand nous étions entrés dans le donjon, donc son niveau avait déjà augmenté de 10.

« Je ne sais même pas combien de créatures nous avons vaincues. Peut-être plus d’une centaine ? Et il semble que le fait que tu en battais beaucoup toi-même au lieu de le faire indirectement ait eu un grand effet, » déclarai-je.

« A-Ahh… Qu’est-ce que je fais ? Je suis qualifiée pour devenir une sorcière avancée maintenant… Oui, je dois étudier quand je reviens. » La fille elfe avait serré son poing, comme pour consolider sa résolution. Elle avait vécu pendant beaucoup plus d’années que moi, et il semblait qu’elle avait planifié sa vie beaucoup mieux que moi. En y repensant, elle avait fréquenté une école pour les riches et était actuellement en voie de devenir une sorcière avancée. Elle était loin d’un vagabond sans racines comme moi.

« Cependant, c’était vraiment incroyable. Peu de gens peuvent faire quelque chose comme ça, » déclarai-je.

« C’est grâce à l’aide que j’ai reçue du bâton de Wridra. Les attaques directes n’étaient pas vraiment une option avec un tel écart de puissance, donc on peut dire que l’utilisation de ces trucs était l’approche évidente. » Wridra avait souri en entendant la réponse de Marie. Elle regardait l’elfe avec les yeux bienveillants d’un professeur fier.

« Oui, il est important de continuer à s’améliorer. Complète les domaines qui te manquent, et recherche une plus grande efficacité là où tu es compétent. C’est l’essence même de la magie. » Elle avait tapoté la tête de l’elfe, qui avait l’air un peu gêné par les louanges. Marie avait conjuré des murs de pierre pour mener les ennemis dans un piège et les incinérer avec efficacité. La façon dont elle avait sécurisé sa zone proche contre les attaques et mis en place une méthode d’attaque avec la même méthode était très impressionnante.

« J’ai réfléchi. Les donjons sont construits pour vaincre efficacement les intrus. Je me demandais si je pouvais faire la même chose d’une manière ou d’une autre, » déclara Marie.

« Hmm. Alors on pourrait peut-être aussi installer des pièges, comme des trous de piège à pierres tombantes. C’est à dire, si tu peux aussi étendre ton domaine sous terre, » répondis-je.

Nous avions regardé nos écrans de capacité en faisant un remue-méninges pour trouver des idées. En parcourant ma propre liste, j’avais remarqué qu’il y avait une compétence que je n’avais pas avant. Accélération de niveau 1. Un nom de compétence assez simple. J’avais aussi remarqué qu’il y avait une annonce pour une nouvelle compétence secondaire, indiquant que je pouvais distribuer des points de compétence comme Marie. Bien que, dans mon cas, je n’en avais qu’un. Wridra regarda à côté de moi, puis dit joyeusement,

« Ah, donc tu l’as appris. Cela te permet de condenser le temps pour une durée déterminée. J’ai entendu dire que certains humains ont même atteint la capacité de se déplacer constamment à un rythme deux fois plus rapide que la normale, » expliqua Wridra.

J’avais laissé échapper un son étonné, « Hein ! » Les capacités n’avaient pas surgi de nulle part. Il faudrait d’abord en avoir le potentiel, et on ne pourrait s’en emparer qu’au prix d’un effort important. J’avais eu l’impression d’avoir saisi quelque chose à la toute fin du combat contre les démons ce qui m’avait permis de sortir victorieux à la fin.

« Merci, Wridra. Tu me donnais des conseils pendant le combat, » déclarai-je.

« Hm, je ne sais pas à quoi tu fais référence. Quoi qu’il en soit, c’est à toi de décider si tu peux l’utiliser ou non. » Ses yeux d’obsidienne s’étaient tournés vers moi, et elle avait souri. Elle me voyait probablement comme sa propre élève, comme Marie, et avait hâte de voir ma croissance. En y repensant, elle m’avait peut-être conduit à ce point depuis qu’elle avait commencé son entraînement improvisé. Dans ce sens, je ne pourrais pas demander un meilleur maître.

« Je me demande ce que je devrais mettre dans ma case de compétence secondaire… Peut-être que je devrais juste commencer avec l’accélération ? Mais je ne peux pas l’activer sans une arme… Hmm…, » déclarai-je.

« La vitalité est importante dans ton cas, alors que dirais-tu de cette compétence d’endurance ? En fait, maintenant que tu as monté de niveau, pourquoi ne pas en échanger une ? » Elle montrait mes talents de pêcheur.

Attends un peu. Oui, j’ai compris. Une compétence de pêche serait sans doute inutile lorsqu’on essaie d’explorer un donjon. Malgré tout, elle avait besoin de comprendre : elle n’avait peut-être pas eu beaucoup d’occasions de briller récemment, mais le fait de passer du temps à pêcher tranquillement avait été pour moi un véritable plaisir. J’avais essayé d’expliquer mon raisonnement, mais les deux filles m’avaient juste lancé un regard peu impressionné.

« Pourquoi n’es-tu bavard qu’à ces moments-là ? On dirait que tu essaies juste de trouver des excuses, » déclara Marie.

« Je suis d’accord. C’est si rare de le voir ainsi, j’ai écouté ses bavardages jusqu’à la fin. Il a dû en avoir honte, » déclara Wridra.

Ce n’était pas bon. J’avais été idiot de croire que je pouvais convaincre ces deux femmes. Et donc, avec un grand regret… J’avais envisagé d’être ouvert à l’idée d’échanger mes compétences en matière de pêche.

« Oh, tu es ridicule. Il suffit d’appuyer sur ce bouton de confirmation. Tiens ! Pourquoi n’appuierais-je pas pour toi ? » demanda Marie.

« Attends, attends, laisse-moi y réfléchir un peu plus. J’ai beaucoup de bons souvenirs avec cette compétence, » répondis-je.

Elle avait commencé à pousser mon doigt, me mettant dans un léger état de panique. Il y a quelque temps, je venais même dans le monde des rêves juste pour pêcher. Je pouvais toujours changer de compétence plus tard quand j’en aurais besoin, alors j’avais décidé d’attendre avant de me décider pour le moment.

Marie avait touché du doigt un premier puis deuxième esprit de lumière, les faisant disparaître avec une bouffée de particules de lumière. Lorsque la lumière finale était devenue plus faible, la pièce possédait la luminosité idéale pour nous endormir. La fille avait posé son sac sur le sol et avait appuyé son bâton contre le mur, puis avait jeté un coup d’œil vers moi. Elle avait déboutonné son col pour révéler ses clavicules et s’était approchée de ma silhouette enveloppée dans une couverture. Elle avait passé sa main dans ses cheveux blancs et soyeux, puis s’était blottie dans mes bras tendus.

« Ahh, si chaud… Peux-tu te pousser un peu plus par là ? » demanda-t-elle.

Elle s’approcha de moi et comme d’habitude, elle pressa ses cuisses douces et son derrière contre moi sous la couverture. Quand j’avais essayé de lever les yeux vers mon autre compagnon, la main de Marie m’avait couvert les yeux. Apparemment, je n’avais pas le droit de regarder, puisque Wridra était en train de retirer son armure. Après un certain temps, j’avais senti quelqu’un s’asseoir de l’autre côté. Wridra avait tortillé ses hanches contre moi en s’installant et avait fini par s’immobiliser dans une position adéquate. Le doux souffle qu’elle avait laissé sortir contre mon cou m’avait chatouillé. Marie avait finalement retiré ses mains de mes yeux, et l’intérieur de la pièce sombre était apparu.

« Oh, j’ai oublié, » déclara soudainement Wridra, révélant son beau dos et ses seins amples alors qu’elle se redressait. J’avais fermé les yeux en toute hâte, mais cette vision ne devait pas quitter ma mémoire de sitôt. C’était facile à ignorer, mais notre position était suivie par l’outil magique. Elle s’en occupait probablement maintenant.

« Ça devrait le faire. Ahh, tu es chaud comme toujours. Il est assez inhabituel pour un enfant comme toi de pouvoir m’endormir, » déclara Wridra.

J’étais sur le point de répondre, mais Marie s’était blottie contre mon cou, me faisant oublier ce que j’allais dire. Mes yeux avaient rencontré ceux de Wridra sous les couvertures. J’avais fait un geste pour qu’elle avance, et elle avait aussi mis ses bras autour de moi. Les filles du monde des rêves pouvaient voyager entre les mondes avec moi en dormant ensemble comme ça. Nos mondes étaient différents, mais nous partagions tous le désir de visiter des terres inconnues. J’avais trouvé que ces femmes étaient plutôt pragmatiques, car elles semblaient s’habituer au contact physique intime. Quant à moi, je m’étais dit qu’il me faudrait un certain temps avant de pouvoir m’habituer à la sensation de pression sur mon dos et au genou placé entre mes jambes. Mais même ces pensées avaient commencé à devenir vagues et distantes alors que j’étais allongé dans la chaleur douillette sous les couvertures. J’avais laissé échapper un bâillement, et nous avions disparu de l’ancien donjon.

Bonne nuit, vous deux.

Le Golden Week sera là quand j’aurai réussi à finir mon travail demain.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire