Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 3 – Chapitre 5 – Partie 4

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 5 : La formation de l’escouade Améthyste

Partie 4

Le Serpent Unagi géant avait fermé sa gueule, dévorant ma savoureuse… illusion. En fait, je doutais que ça ait un goût quelconque. Je m’étais encore une fois levé du sol pour me téléporter dans le dos du démon. J’avais immédiatement suivi avec un coup sec à sa jambe de fils tressés, mais une phosphorescence obscure avait bloqué la majeure partie de mon attaque. Après tout, une barrière du niveau 82 n’était pas du tout à prendre à la légère.

Kyaaaaaaaaarrrgh !!

J’avais senti un frisson couler le long de ma colonne vertébrale alors que sa tête se tordait pour me faire face et émettre un cri perçant. Ce bruit métallique était en fait le langage des démons, et il servait d’incantation magique. Et ainsi, il avait pointé son doigt noueux vers moi une fois de plus, tirant une fine substance en forme de corde dans ma direction. Cela avait perforé le pavé de pierre où je me trouvais, mais j’avais déjà avancé sur son flanc opposé.

« Aïe, des tirs de fil de fer ? Ils sont rapides et tirent rapidement. Ça va être difficile de continuer à les éviter tous. Je pense que je vais essayer d’attaquer plusieurs fois, » déclarai-je.

Je l’avais dit d’un ton désinvolte, mais une bouche géante se profilait déjà derrière moi. Le Serpent Unagi avait avalé mon illusion avec joie, et je lui avais jeté un regard de côté lorsque j’avais commencé mon assaut sur le démon. Les éléments clairs et sombres s’affrontaient, mais je poussais l’attaque pour briser la barrière avec des coups consécutifs. Des étincelles noires avaient jailli lorsque j’avais attaqué ce qui ressemblait à sa cuisse à plusieurs reprises, mais cela ne m’avait pas permis de me concentrer uniquement sur l’attaque. Il semblait changer de vitesse pour faire des sorts à courte portée. La créature avait rapidement tiré des tirs de fils de fer, perçant d’innombrables trous dans la pierre derrière moi. J’étais content d’avoir une certaine distance entre moi et Marie pour qu’elle n’ait pas à voir ça. Si c’était le cas, son cœur battrait la chamade probablement comme il le faisait quand on regardait des films ensemble. J’avais donné un coup de pied de la tête du Serpent Unagi, puis j’avais utilisé l’élan de ma pirouette pour trancher sous mes pieds. Je n’avais pas tout à fait coupé jusqu’au bout, mais sa mâchoire supérieure avait été enlevée, et son cri avait résonné dans la pièce alors que du sang noir jaillissait de sa blessure.

 

 

Hmm, c’est tranchant.

Je supposais qu’il fallait s’attendre à cela de la part d’une épée affûtée par la Mage-Drake et enchanter par la magie sacrée, mais je n’avais toujours pas progressé vers mon objectif. J’avais continué mon assaut incessant, mais peu importe le nombre d’attaques, la force de la barrière et le corps malléable du démon empêchaient tout dommage. Nous avions continué à nous battre sans faire de gestes décisifs, mais les dommages causés à notre environnement devenaient excessifs. Le pavé de pierre avait été réduit en miettes, et les Serpents Unagi avaient été mis en lambeaux et envoyés au loin.

« Ça ne mène nulle part. Si je pouvais juste avoir une coupe nette, je pourrais mémoriser ce mouvement avec Précision, » déclarai-je.

« J’aurais peut-être pu faire une enceinte si je pouvais t’envoyer les esprits de pierre, mais c’est un peu trop loin. Je dois aussi protéger Zera… Y a-t-il un moyen de le conduire ici ? » demanda Marie.

Ce n’était pas une tâche facile. J’avais essayé de l’appâter en mettant une certaine distance entre nous, mais le démon n’avait toujours pas essayé de quitter sa place à l’arrière. Il était compétent pour les attaques à distance, donc lui donner de l’espace ne le désavantageait pas. Donc… si tirer ne marchait pas, je devais essayer de pousser. Bien que j’allais demander au Serpent Unagi de pousser pour moi.

Je savais déjà que je ne pouvais pas éloigner Raab de sa place. Mais les monstres qu’il avait invoqués étaient une autre histoire. La créature avait mordu à l’illusion que j’avais laissée là comme appât, pour trouver son maître, Raab, qui l’attendait juste devant elle. Elle courait partout, essayant de m’attraper alors que je me téléportais dans toutes les directions, et même le démon n’était pas capable d’esquiver un plaquage par-derrière. Une secousse avait frappé le sol avec un fort boum. Comme je l’avais prévu, Raab fut pressé contre le pilier par le monstre, et j’avais immédiatement ouvert la tête du Serpent Unagi pour qu’il y reste le plus longtemps possible.

« Urgh ! »

Un doigt filiforme pointa dans ma direction, déclenchant un rayon vers moi. Mais Raab n’avait réussi qu’à ouvrir des trous dans son serviteur mort, et j’étais déjà en train de frapper avec mon épée vers lui. J’avais traversé, coupant à travers le pilier et dans la jambe du démon. Je ne pouvais pas viser le cœur présent dans sa poitrine à cette hauteur, alors j’avais dû d’abord couper ses jambes. C’est pourquoi j’avais choisi de l’épingler contre le pilier et de lui couper la jambe pendant qu’il était immobilisé. L’une de ses fibres avait été coupée avec un son de claquement, et j’avais rapidement mémorisé ce mouvement avec Précision.

Je vois, donc c’est l’angle, hein ? Alors, je vais continuer avec la même vitesse et le même angle.

Kyaaaaaarrrgh…

J’avais continué à couper les fibres de ses jambes avec une précision parfaite. Puis, le démon avait laissé échapper une voix comme un cri de douleur. Non, ce n’était pas juste. Comme pour démontrer qu’il s’agissait d’une incantation plutôt que d’un simple cri, des cordes s’étaient déployées de ses mains levées. Il semblait que le démon ne visait pas à tuer avec ce sort. Je m’en étais rendu compte quand le Serpent Unagi qui s’était appuyé sur Raab avait été verrouillé au sol. Contrairement à son apparence, la ficelle était extrêmement résistante et ne se déchira pas, même lorsque le monstre en dessous ressemblait à un jambon désossé.

« De la magie spécialement pour capturer la cible, hein ? On dirait qu’il essayait de contrer ma mobilité. Il est difficile de lire ses intentions avec cette expression sur son visage. C’est serré », m’étais-je dit après m’être réfugié derrière un pilier à quelque distance de là.

J’avais réussi à décrocher quelques bons coups plus tôt, mais il était évident que cela n’allait pas être facile. Mon adversaire était coriace, capable de lancer des sorts à la volée, et il était rapide d’esprit quand il s’agissait d’agir. Les mêmes tactiques n’allaient probablement pas fonctionner à nouveau. Son pentagramme s’assombrit, et d’autres Serpents Unagi vinrent pleuvoir. J’avais perdu beaucoup d’endurance, alors que le démon n’avait que des blessures mineures à la jambe, qui se réparait déjà en formant de nouvelles fibres… Les Serpents Unagi s’étaient retournés quand ils étaient venus me chercher, mais il m’avait semblé qu’ils auraient dû protéger leur maître au lieu de s’éloigner. Cependant, je m’étais dit que de toute façon, ils n’étaient pas très intelligents, et qu’ils pouvaient être remplacés à tout moment. Pendant ce temps, je n’avais pas de remplaçant pour moi au moment où j’étais prêt. Si j’étais battu, mon petit groupe de trois personnes s’effondrerait. La sueur coulait sur mon visage, non pas par peur, mais simplement par manque d’énergie restante.

« J’aurais peut-être plus d’énergie s’il n’y avait pas eu Wridra pour m’entraîner…, » déclarai-je.

« Je peux t’entendre. Grâce à ce soi-disant lien de communication, j’ai appris comment fonctionne ce Chat de lien mental. Tu peux t’attendre à recevoir tellement d’entraînement que tu n’aurais plus la force de te plaindre, » déclara Wridra.

« … »

La sueur avait encore roulé sur mon visage, mais pour une raison différente cette fois. Je m’étais rappelé qu’il y avait une autre chose que j’avais gagnée grâce à ce combat. J’avais appris l’angle d’attaque le plus efficace, et il avait déjà été enregistré dans le logement mémoire de ma compétence Précision. La bataille serait maintenant décidée par le temps que je pourrais maintenir le combat à la distance rapprochée optimale. Je contemplais de telles pensées en nourrissant trois Serpents Unagi avec mes illusions.

« Marie, quelle quantité de magie te reste-t-il ? » demandai-je.

« Environ la moitié. Mais souviens-toi aussi que ma précision se dégradera avec le temps, » répondit Marie.

Nous n’avions pas beaucoup de place pour l’erreur. Comme Raab était occupé avec moi, le nombre de monstres dans la pièce diminuait, mais si nous laissions le démon seul, il recommencerait à engendrer des tas de monstres. Cela signifierait la fin pour nous. Heureusement, notre mission de sauvetage était déjà presque terminée. Si nous voulions nous échapper, nous aurions pu demander à Wridra de mettre les deux sauveteurs en sécurité, mais il y avait aussi quelque chose qui m’intriguait. Quand nous avions vérifié la carte plus tôt, tout ce qui se trouvait au-delà de ce hall avait disparu. Il était possible qu’il y ait d’autres territoires inexplorés devant nous. Si c’était le cas, je voulais vaincre l’ennemi et continuer plutôt que de battre en retraite.

« … Ouais, essayons. Si ça ne marche pas, il suffirait d’évacuer, » déclarai-je.

« Hein ? Que comptes-tu faire ? » J’avais bien sûr prévu de capturer le démon, de vaincre les mobs et de rendre tout le monde heureux. J’avais relayé mon plan à travers le Chat de lien mental, et même Wridra avait fait un sourire maladroitement plissé… ou du moins, je l’imaginais.

Dans la pièce se trouvaient le démon et plusieurs des créatures noires ressemblant à des anguilles qu’il avait invoquées. Je ne pouvais pas sentir de vie dans leurs yeux alors qu’ils me fixaient, immobiles. Ils semblaient presque me sourire, comme s’ils savaient à quel point leur situation était avantageuse. Après tout, il me restait peu d’énergie, et les Serpents Unagi qui protégeaient le démon m’empêchaient de finir rapidement les choses. Et si je reculais, le démon convoquerait simplement d’autres mobs en masse, ruinant toute chance de gagner. Que ce soit en attaque ou en défense, je ne voyais pas les choses se dérouler comme prévu. Le démon n’avait donc qu’à me lancer des attaques à distance. L’énergie nécessaire pour esquiver les rayons tirés de ses doigts me désavantagerait encore plus. J’avais donc utilisé les piliers afin de conserver le plus d’énergie possible.

« Wôw, c’est comme une mitrailleuse. Je me demande si c’est considéré comme une attaque physique ? » demandai-je.

« Mitrailleuse… ? Je pense que tu es un peu trop calme à ce sujet. Quand réaliseras-tu qu’il essaie de te tuer ? » Marie m’avait parlé dans l’oreille via le Chat de lien mental depuis sa position au loin. Bien sûr, je savais qu’il essayait de me tuer, mais elle n’avait pas l’air trop préoccupée par ça. Maintenant, je savais que je n’allais pas pouvoir gagner par moi-même, alors j’avais décidé d’adopter une approche différente.

« Marie, es-tu prête à isoler les mobs ? » demandai-je.

« Oui, j’ai recomposé la deuxième structure. Activation du piège, maintenant, » déclara Marie.

Elle l’avait déjà mentionné, mais je me demandais quel pouvait être le « piège » dont elle parlait. Au moment où je m’étais retourné, ma vision avait été remplie de rouge. Si je devais le décrire, je dirais que c’était comme un haut fourneau. Je n’en avais jamais vu avant, mais la vue de l’enfer flamboyant à l’intérieur des murs qui étaient encore plus hauts que la première structure était probablement assez similaire. On entendait le hurlement d’innombrables Koopahs qui criaient à l’unisson, et je penchai la tête en me demandant si une telle chose devait exister dans un ancien donjon. Raab semblait ressentir la même chose, et ses yeux perçants et inhumains fixaient simplement sans mot. Personnellement, je pensais que bloquer l’entrée et isoler les mobs aurait suffi.

« Oh, donc la magie des esprits était le piège dont tu parlais ? Tu as donné du pouvoir à tes esprits pour pouvoir brûler les monstres d’un seul coup, » déclarai-je.

« C’est vrai. J’avais du temps et de la magie à disposition, alors je me préparais pendant tout ce temps » déclara Marie.

D-D’accord.

Pour être honnête, c’était un peu en dehors mon attente. Marie avait probablement éliminé plus d’ennemis que moi. Cela avait juste montré pourquoi les utilisateurs de magie spirituelle étaient si rares et si précieux. Mais malheureusement, vaincre les mobs n’allait que nous épuiser progressivement. Nous devions battre le démon qui les engendrait, sinon il ferait une nouvelle invocation massive et nous allions revenir à la case départ.

« OK, alors, commençons à appâter le démon, » déclarai-je.

« Je suis prête quand tu l’es, » déclara Marie.

Nous étions prêts à anéantir l’ennemi, même si la magie de Marie et mon énergie étaient à moitié épuisées. Bien que… cette méthode aurait probablement été considérée comme assez injuste.

« Alors, commençons, » lui dis-je par le biais du Chat de lien mental, et l’opération avait commencé. Juste à ce moment-là, nous avions entendu un bruit blanc qui indiquait que quelqu’un s’était immiscé dans la discussion qui était réservée aux membres du groupe.

« … Je ne sais pas si j’appellerais ça un plan. Honnêtement, je suis assez étonné que tu puisses être si minable, » déclara Wridra.

« Allez, ce n’est pas si mal. J’aimerais voir jusqu’où tu nous surclasses une fois de temps en temps, » répondis-je.

Dès que le démon avait entendu sa voix, un frisson avait parcouru son corps. Il semblait si plein de dignité et de majesté avec ses innombrables sous-fifres, mais il regardait soudain autour de lui avec un air agité. Il avait peut-être tremblé de peur. Son corps filiforme faisait des bruits de cliquetis lorsqu’il se déplaçait à grandes enjambées, ses sbires le suivant de près. Raab avait finalement fait un geste après être resté à sa place à l’arrière pendant tout ce temps.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire