Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 3 – Chapitre 5 – Partie 3

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 5 : La formation de l’escouade Améthyste

Partie 3

J’avais couru sur le chemin qui s’étendait entre deux murs parallèles. En y repensant, je n’étais pas un grand coureur. Mes méthodes habituelles de voyage étaient la marche ou la téléportation. Je m’étais retourné avec ces pensées en tête, alors que des monstres au visage horrible me poursuivaient. Le raz-de-marée noir qui se dirigeait vers moi me rappelait un film d’horreur qui était populaire il y a quelque temps. J’avais dérapé pour m’arrêter dans une impasse, et je n’avais plus d’endroit où courir. Les monstres m’avaient vite rattrapé, m’engloutissant dans leur vague. Leurs dents avaient arraché mes bras et mes jambes, me dévorant sans pitié… mais ensuite, mon corps s’était déformé, devenant amorphe en perdant sa forme. Comme d’habitude, j’avais utilisé ma compétence « Image Fantôme ».

Ces murs ne faisaient pas partie du donjon original. Ils avaient été créés avec les esprits de pierre qui avaient été invoqués par la magie spirituelle de Marie. Mon vrai moi se tenait au sommet d’un mur de pierre d’environ deux mètres de haut, observant la vue ci-dessous. Ils criaient et sautillaient en vain. Puis l’entrée se referma derrière eux, les entassant dans une pièce hermétique. Les flammes avaient immédiatement éclaté sous leurs pieds, et j’avais sauté à un niveau plus élevé pour éviter la chaleur. J’avais atterri avec légèreté sur une plate-forme où se trouvaient Mariabelle, la fille elfe et Wridra, la draconienne. Marie jeta un bref regard dans ma direction, mais semblait plutôt préoccupée à lancer l’incantation pour rôtir les monstres en entier. La lumière du feu se reflétant sur ses yeux violets clairs, ils ressemblaient encore plus que d’habitude à des gemmes d’améthyste.

« Salut. On devient beaucoup plus efficace maintenant, n’est-ce pas ? » demanda Wridra.

« Hmm, cette méthode est différente de la précédente. Y avait-il un problème avec la méthode précédente ? » Marie et moi avions hoché la tête en réponse à la question de Wridra. Avant, nous avions posé des mines magiques pour faire exploser les ennemis qui nous poursuivaient. Cela n’avait pas vraiment fait de dégâts mortels, mais cela les avait suffisamment perturbés pour que je puisse porter le coup fatal.

« L’ancienne méthode entravait beaucoup ma mobilité. Tu sais, comme je peux me passer des murs des deux côtés. » Comme j’étais spécialisé dans la mobilité, fuir et échapper aux ennemis n’était pas un problème. En gros, nous étions passés à un plan qui pourrait éliminer plus efficacement plusieurs ennemis à la fois. J’avais regardé en bas, entendant les échos de feu et de monstres hurlants. Marie avait terminé son incantation de sorts, avait baissé son bâton et m’avait regardé.

« Tu devrais soigner ton énergie tant que tu le peux. Tiens, prends du thé, » déclara Marie.

Elle m’avait tendu une bouteille en plastique, que j’avais prise avec gratitude. Je m’étais assis sur le rebord de l’estrade et Marie s’était assise à côté de moi. C’était une vue horrible pour un rendez-vous, mais ce n’était pas le moment d’être difficile. Et ainsi, j’avais englouti mon verre et étanché ma soif. J’avais regardé le plafond sur un coup de tête et j’avais fait un commentaire.

« Oh, on dirait qu’il y a de la ventilation ici aussi. L’air ne s’amincit pas et la fumée ne s’accumule pas, même avec tout ce feu, » déclarai-je.

« Je n’utiliserais pas le feu dans des donjons comme celui-ci s’il n’y en avait pas. Cependant, ils brûlent vraiment bien. Peut-être qu’ils avaient beaucoup de graisse ? Héhé, je ne peux pas attendre le prochain piège, » déclara Marie.

Je m’étais demandé de quoi elle parlait, mais mon attention était tournée vers la « première structure » que la fille avait évoquée. Les Koopahs n’étaient pas les créatures les plus intelligentes du coin, mais même eux ne restaient pas inactifs pendant qu’on les faisait rôtir vivants. Ils s’étaient attaqués aux murs à plusieurs reprises, formant des fissures dans les murs de pierre à chaque coup.

« Je dirais qu’on peut les brûler comme ça encore trois fois environ. Mais cette méthode ne fonctionnera que contre les mobs les plus faibles. Je doute que les plus intelligents mordent à l’hameçon, » déclarai-je.

« Ouais, les Koopahs sont assez bêtes pour attaquer tout ce qui bouge. Je suppose que c’est ce qui les rend efficaces pour monter de niveau, » déclara Marie.

Les Koopahs étaient classés comme des « mobs plutôt faibles », mais leur niveau était en fait modérément élevé. Je suppose que « modérément élevé » était une description appropriée pour le niveau 40. Mais malgré leur manque d’intelligence, ils constituaient toujours une menace certaine lorsqu’ils étaient en nombre suffisant. Toute cette épreuve m’avait fait réfléchir sur les raisons pour lesquelles les sorciers étaient considérés comme les stars du champ de bataille. Une fois le plan mis en place comme ça, leur puissance de feu était sans limites. Quiconque avait vu la grande foule de Koopahs cuir dans le feu ardent serait probablement d’accord. Quant à Marie, elle regardait les impressionnants dessins de dragons sur son bâton.

« Je dois beaucoup de ces résultats à l’aide de Wridra. Un jour, j’espère pouvoir y arriver même sans ton bâton, » déclara Marie.

« Oui, peu de gens ont le pouvoir de contrôler les esprits avec autant d’habileté. Bien que, en tant qu’elfe, tu aies une longue vie devant toi. Je ne dirais pas que c’est impossible, » répondit Wridra, endormie, à côté de Marie. Elle semblait se sentir assez laxiste, et nous étions relativement en sécurité avec notre configuration actuelle.

Cependant, tout ne se passera pas sans heurts à partir d’ici. Le démon n’avait toujours pas bougé du fond de la pièce, et il continuait à engendrer des monstres au même rythme. Nous avions réussi à guérir et à nous stabiliser, tandis que le démon gagnait une paix momentanée.

« Cette invocation sans fin pourrait être la capacité spéciale du démon. Peut-être que tous les Koopahs de cet étage ont été engendrés par lui. Mais je ne comprends pas pourquoi il est juste assis là sans bouger, » déclarai-je.

« Oui, je suis sûre qu’il peut utiliser la magie, mais il n’a rien fait. Il se peut qu’il doive rester un observateur pour une raison quelconque, » répondit Marie.

Nous avions vaincu les monstres engendrés pendant tout ce temps pour tester s’il y avait une limite aux monstres qu’il pouvait invoquer, mais à en juger par la façon dont les renforts continuaient d’arriver, il semblait peu probable qu’ils s’arrêtent. Nous avions encore des réserves sur les structures en pierre, mais notre énergie n’était pas illimitée. S’il n’y avait pas moyen de l’appâter, il fallait passer à l’offensive.

« Je me suis assez reposé, alors je vais maintenant aller défier ce démon, » déclarai-je.

« Fais attention. Peu de gens ont réussi à vaincre un démon de rang moyen ou supérieur. » Le fait de l’entendre m’avait encore plus remonté le moral. J’aurais aimé devenir l’une de ces « quelques personnes ». Bien que je n’aurais pas eu d’autre choix que de fuir sans l’enchantement magique de Marie.

Je remarquai que les monstres que j’avais attirés dans notre piège avaient tous été complètement incinérés, et la porte en pierre s’ouvrit à nouveau pour le remplir de combustible afin de faire plus de feu. À ce rythme, il était peu probable qu’il y ait des problèmes. J’avais quitté la plate-forme et m’étais téléporté sur le sol de la pièce. Les monstres se précipitèrent avec ferveur vers la structure que Marie avait préparée, mais la salle était par ailleurs silencieuse. Les créatures étaient entrées en collision les unes avec les autres alors qu’elles se pressaient dans la seule entrée. Notre groupe était venu faire une descente dans le donjon, et il était donc un peu étrange de voir les monstres défier ce donjon miniature que la jeune elfe avait conjuré.

Je n’étais pas le seul à observer cette vue. L’homme et la femme étaient assis sur le sol avec des couvertures enroulées autour d’eux, la femme regardant ça avec une expression abasourdie.

« Je suis allé voir les deux autres, mais ils devraient aller bien pendant un certain temps. Il semble que Zera va reprendre connaissance, » déclarai-je.

L’homme et la femme, qui étaient couverts de suie et de boue, étaient les deux individus que je venais de secourir plus tôt. La femme tenait l’homme dans ses bras, les yeux argentés fixés sur moi, l’air encore confus sur ce qui se passait. Sa confusion, pour être juste, était une réaction assez appropriée. J’avais renoncé à essayer d’obtenir une réponse de sa part et je m’étais retourné, quand j’avais entendu un « Merci » murmuré par-derrière. Je m’étais retourné pour lui faire face et j’avais trouvé un regard de soulagement sur son visage. Après lui avoir fait un signe de la main, j’avais recommencé à marcher.

J’étais descendu du pavé, puis je m’étais arrêté. Devant moi, il y avait un mur avec des motifs particuliers gravés, indiquant que j’avais atteint l’extrémité de la salle. Puis, comme s’il m’avait attendu, le démon émergea lentement de derrière le pilier. J’avais déjà vu à quoi cela ressemblait, mais le seul mot que j’avais pu trouver pour le décrire était « anormal ». La chose était mince comme un rail, mais sa hauteur atteignait environ trois mètres. Il me cria de façon menaçante, un bruit comme des fils qui se grincent les uns sur les autres émanant de sa bouche étendue verticalement. Maintenant, il était temps de chasser un délicieux démon. Les démons étaient des créatures qui n’étaient pas de ce monde à l’origine, donc ils ne pouvaient pas être blessés par la plupart des attaques physiques. Ils avaient un trait de caractère qui leur donnait une immunité physique complète, c’est pourquoi j’avais reçu un enchantement saint de Marie. Je pris mon arme à la main en avançant, et les traits du démon Raab brillèrent d’une teinte dorée. À chaque pas lourd, la créature avait laissé des fissures en forme de toile d’araignée dans le sol. Il avait écarté ses dix longs doigts vers moi, bien que je ne sois pas sûr de la raison. Les doigts étaient disposés en cercle et commençaient à faire d’étranges bruits de tic-tac. Je n’avais aucune idée de ce qu’il essayait de faire. Mais il n’y avait pas de temps pour l’hésitation, et j’avais maintenu mon rythme en avançant, en essayant de calmer mon cœur qui battait rapidement.

« Une bataille avec un démon de rang moyen… Comme c’est excitant. Je ferai volontiers d’autres sauvetages si je peux faire des rêves comme ça, » déclarai-je.

Je ne savais pas ce qui allait se passer. C’était ce qui avait rendu ça si excitant. La raison pour laquelle j’avais pensé de cette façon était probablement parce que j’avais passé mon temps dans un endroit paisible comme le Japon. Je passais mes journées dans un ennui total, me sentant impuissant à faire quoi que ce soit par moi-même au fur et à mesure que les jours passaient. Mais une telle mélancolie fut mise de côté lorsque le doigt du démon se mit à briller. En un clin d’œil, un laser noir avait effleuré ma joue et était passé derrière moi, faisant sauter le sol avec lequel il était entré en contact et faisant monter mon excitation vers de nouveaux sommets.

« Un rayon laser noir ! ? C’est dingue ! » m’écriai-je.

Mes pieds avaient atterri contre le mur, et j’avais enfoncé mon épée noire dans la surface en même temps. Je voulais profiter d’autres combats d’anime, mais j’avais sorti l’épée immédiatement après. Le démon avait de nouveau tourné sa main encore incandescente vers moi. Une flamme rugissante était apparue sur le mur où je venais d’être. La force magique tirée de la main de mon adversaire avait arraché un morceau du mur, puis avait continué à me poursuivre alors que je me posais sur le sol. J’allais finir par être traqué si je continuais comme ça. Réalisant cela, je m’étais tout de suite téléporté dans le dos du démon. Mon épée était tenue au niveau de la taille et prête à se balancer, mais quelque chose ressemblant à une tache d’encre dans l’eau apparut devant moi. Puis, j’avais remarqué que le pentagramme sur la tête de Raab avait une tache similaire.

« Quoi ? Une attaque en réponse !? Vous plaisantez ! » m’écriai-je.

Quelque chose avait mordu à l’endroit où je me tenais avec une bouchée ! Une masse noire de la taille d’une voiture avait dévoré le sol et tout ce qui s’y trouvait avec ses énormes mâchoires. Étourdi, je perdis l’équilibre et je criais en roulant sur le sol.

« Argh ! Ce n’est pas n’importe quel monstre de rang moyen ! » criai-je.

Le fait qu’il puisse passer de la distance à la proximité à la volée m’avait permis de constater qu’il avait une grande expérience du combat. Une espèce rare avec des capacités spéciales, et un démon qui existait depuis les temps anciens… Il devait être de niveau 82 environ. Mais ce n’était pas le moment de faire des observations aussi calmes. La touffe noire d’avant commençait à changer de forme. Un géant, ressemblant à une anguille, était tombé à côté de moi avec un bruit sourd, leur nombre augmentant rapidement. C’était un Serpent Unagi qui avait été invoqué avec sa capacité spéciale. Sa bouche béante formait un cercle rond, et sa gueule pleine de dents pointues était franchement un peu terrifiante.

« Es-tu vraiment au niveau 80 ? Tu sembles de plus haut niveau, » déclarai-je.

Il y avait soi-disant des choses qu’on appelait des boss d’étage. Il y avait plusieurs sortes de donjons, des ruines normales aux endroits qu’un grand boss comme le Magi Drake avait transformées en leur propre bastion. Ensuite, il y avait des donjons comme celui-ci, où il était composé de plusieurs étages qui étaient gérés différemment, avec des boss d’étage différents qui prenaient la direction de ces étages. Je l’avais dit à haute voix, et la voix de Marie m’avait parlé à l’oreille.

« Si c’est vraiment le boss d’étage, il semblerait être beaucoup trop proche de l’entrée. Je pense que la raison pour laquelle les autres équipes se sont retirées, c’est aussi parce qu’elles pensaient que Raab n’était pas le boss de l’étage, » déclara Marie.

« Je suis d’accord, mais sa magie est vraiment forte. Ça pourrait être quelque chose comme un boss d’étage, mais pas tout à fait. De toute façon, je suppose que c’est à tous les coups au moins un boss de milieu d’étage, » répondis-je.

La tendance à avoir des conversations tranquilles à des moments inopportuns était une de mes mauvaises habitudes. Je me souciais beaucoup d’affronter l’inconnu en combattant avec des adversaires mystérieux, mais mes conversations avec Marie étaient encore plus importantes. Avec le temps que j’avais passé à parler, j’avais fini par être entouré de sept des monstres géants ressemblant à des anguilles. Ils avaient le ventre blanc, et la façon dont ils se tortillaient le corps enrobé de fluides visqueux rendait la comparaison encore plus pertinente. Les nombreuses rangées de jambes qui bordaient leurs côtés étaient assez effrayantes à regarder. Mais alors même qu’ils se précipitaient vers moi et remplissaient ma vision de leur forme, je m’étais seulement préparé au combat.

« S’ils sont aussi bêtes que les Koopahs, il n’y a pas de quoi avoir peur, » déclarai-je.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire