Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 3 – Chapitre 5 – Partie 2

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 5 : La formation de l’escouade Améthyste

Partie 2

Tintement, tintement, cliquetis…

Les chaînes s’étaient brisées en morceaux et étaient tombées sur le sol en pierre. Nous étions entourés par l’obscurité, avec une grande porte qui avait été fermée devant nous. Et maintenant, le sceau était brisé. Nous avions demandé à Aja le mage de briser le sceau depuis la surface, et nous allions nous retrouver face à un démon qui devait être au-dessus du niveau 80. Le plâtre et la poussière tourbillonnaient dans l’air, comme pour annoncer le compte à rebours de notre bataille.

« Je ne connais pas la situation dans le hall, alors trouvons une stratégie avec le Chat de Lien Mental dès que cela s’ouvre. Mais nous devrions prioriser notre coordination, alors j’aimerais suivre le même plan si possible, » déclarai-je.

 

 

« Compris. Dis juste le mot. » Je m’étais retourné pour trouver Marie avec un regard de détermination forte, et Wridra hochait la tête derrière elle d’un air sûr. Marie faisait référence à la création des enclos avec les esprits de la pierre et à la destruction efficace des ennemis un par un. La forme de l’enceinte devra être déterminée après avoir vu la situation et les positions ennemies à l’intérieur.

« Oh, selon les circonstances, nous pourrions avoir besoin que tu utilises cette fente de compétence secondaire vide. C’est bon ? » demandai-je.

« Bien sûr. Je l’ai gardé pour ce genre de situation. » Marie fit un signe de tête confiant avec de la suie qui tachait ses cheveux et ses joues.

La porte avait commencé à s’ouvrir avec un grincement important. La lumière s’était déversée de la salle, qui était probablement le reste de la magie d’illumination laissée par l’équipe de raid précédente. Alors que nous nous tenions debout, l’ensemble de ce qui nous attendait dans la pièce se révéla lentement. La pièce était de forme rectangulaire, avec une profondeur trop grande pour que la magie d’illumination puisse l’atteindre. Les épais piliers étaient disposés en rangées et supportaient un plafond bien au-dessus. Le long du mur se trouvait un tas de monstres qui se superposaient en nombre trop important pour être compté. Il était probable que sous cette pile…

« … Voilà. J’ai repéré deux personnes, elles semblent maintenir leur barrière. Un homme semble être inconscient et est retenu par une femme. Hmm, Marie, tu peux te mettre là ? Je veux que tu sois près de la sortie pour que tu puisses t’échapper à tout moment, » déclarai-je.

« J’ai compris. Comme nous l’avons déjà dit, nous allons élargir notre position petit à petit. Peux-tu les retenir pendant que je prépare notre première fortification ? » demanda Marie.

« Roger, » je répondis à la voix qui me parlait à l’oreille par le biais du Chat de lien mental, puis je commençai à avancer. Comment dire... Ils étaient comme des fourmis qui grouillaient sur du miel. Il était inutile d’essayer de compter les monstres qui rampaient les uns sur les autres de façon grotesque. J’avais été étonné qu’ils aient réussi à les retenir comme ça toute la nuit. La personne qui mettait en place la barrière devait être extrêmement compétente.

J’avais scruté mon environnement, puis j’avais commencé en activant Sur La Route cinq fois. Cette compétence me permettait de me transférer instantanément d’un point à un autre, et elle était très polyvalente grâce à l’absence de limite au nombre de fois où elle pouvait être utilisée. Il y avait d’autres restrictions en contrepartie. Il y avait une limite de poids, je devais marcher sur le sol avec les deux pieds, et je ne pouvais me déplacer que vers des points qui étaient dans mon champ de vision. J’avais fait des attaques rapides sur les monstres qui menaçaient de s’approcher de Marie. J’avais déjà mémorisé la position de leur cœur et la façon de les vaincre, de sorte que j’avais l’impression qu’ils mouraient automatiquement dès que j’avais fini de me téléporter. Le bruit des monstres se dissolvant dans un nuage de poussière résonnait dans mes oreilles.

« Ils ne chargent pas pour le moment, donc je pense que je vais commencer à avancer, » déclarai-je

« On ne sait pas quand ils pourraient commencer à nous envahir. Ne fais rien d’imprudent, d’accord ? » Elle me l’avait dit, mais je pensais être plus efficace quand j’étais un peu imprudent. Je veux dire, c’était après tout un monde de rêve pour moi. Se blesser n’était pas grave, et je me réveillerais au Japon si je finissais par mourir, mais je suppose que me rendormir après serait un peu douloureux.

La montagne de monstres ne s’approchait toujours pas, et seuls ceux qui nous remarquaient couraient vers moi. Ceux-ci n’étaient encore qu’au niveau 40 environ, et je les avais facilement vaincus d’un seul coup, grâce à l’entraînement de Wridra. J’étais apparu au flanc d’un monstre et avant que ses yeux de marbre ne puissent se concentrer sur moi, j’avais enfoncé mon épée dans son crâne jusqu’à la moitié de ma lame. Je l’avais tourné rapidement, puis j’avais retiré la lame. Le ventre de la créature s’était effondré sur le sol avant même qu’elle n’ait pu faire un bruit. Il semblerait que cela prendrait un certain temps, alors j’avais décidé de mémoriser ce mouvement avec Précision. Maintenant, je pourrais tuer instantanément ces monstres en leur coupant le cœur ou la tête.

Un par un, les monstres étaient tombés sur le sol dans le sens des aiguilles d’une montre. Mais bien sûr, je ne pourrais jamais les vaincre tous avec cette méthode. L’objectif n’était pas de vaincre tous les petits avortons, mais de faire sortir le démon qui se cachait quelque part. Et pourtant…

« Hmm, je n’ai aucune idée d’où il est, et leur nombre ne diminue pas du tout. D’où peuvent-ils bien venir ? » demandai-je.

« Oh, c’est vrai. S’ils sont plus nombreux à frayer, j’aurais dû essayer de détecter d’où ils viennent. Peux-tu en tuer une vingtaine pour que je puisse essayer ? » demanda Marie.

Hein, c’était une tâche compliquée après m’avoir dit de ne pas être imprudent. Comme j’avais besoin d’en vaincre beaucoup, j’avais échangé certains des emplacements que j’avais mémorisés avec Précision. Elle pouvait tenir jusqu’à une vingtaine de coups, alors j’avais mémorisé plusieurs schémas d’attaque pour attaquer de face, de côté et de dos. Bien sûr, je viserais le cœur ou la tête, où je pourrais éliminer l’ennemi d’un seul coup. Dès que je remplissais certaines conditions de « distance » et de « position », j’attaquais automatiquement. L’avantage de ceci était… Eh bien, ça m’avait demandé peu d’efforts.

« Un nouveau monstre est apparu. J’ai détecté plusieurs créatures au fond du couloir, derrière le pilier, » déclara Marie.

« Merci. Je suis tout échauffé maintenant aussi. Comment est la situation de votre côté ? » demandai-je à Marie et Wridra.

« Ma première structure est presque prête. Mais comme tu sembles tenir le coup assez facilement en ce moment, je veux aussi commencer à travailler sur la prochaine étape. Ça te convient ? » demanda Marie.

« Absolument, » lui avais-je dit. « Ne fais pas attention à moi ! »

J’avais maintenant quatre tâches à accomplir. Protéger Marie, vaincre le démon au bout de la pièce, nettoyer les Mobs faibles et secourir les deux dans la barrière qui pouvait s’effondrer à tout moment. Eh bien, c’était assurément plus intéressant de cette façon. Plus la tâche semblait impossible, plus la joie de l’accomplir était grande. Peut-être que j’étais un joueur dans ce sens. Bien que je n’avais pas vraiment joué à beaucoup de jeux dans le monde réel.

« Alors, pourquoi ne travaillerais-je pas sur deux missions à la fois ? C’est parti, » déclarai-je.

Je faisais attention à ne pas faire de bruit avant, mais il était temps de transpirer. Je levai mon épée et commençai à avancer sans hésitation. Même maintenant, je pouvais entendre le fracas des monstres qui s’attaquaient à la barrière près du centre de la pièce. Ils semblaient terriblement énervés. Ils étaient tellement concentrés par leur soif de sang pour leur cible qu’ils avaient à peine remarqué mon approche. Mais la marée commençait à tourner. J’avais marché vers eux, abattant chaque monstre qui entrait dans mon champ d’attaque. Je les laissais délibérément pousser leurs cris de mort, et les autres tournoyèrent dans ma direction comme s’ils avaient reçu une décharge électrique. En regardant les expressions de leurs visages, je m’étais lentement déplacé sur le côté. Alors même qu’ils venaient en masse vers moi, j’avais déjà mémorisé comment les vaincre avec ma compétence de Précision. Tant que je faisais attention à mon positionnement, le reste était pris en charge. Comme je l’avais mentionné plus tôt, ma capacité de mouvement instantané, Sur la Route, n’était pas sans faiblesses. L’un des inconvénients était que je ne pouvais voyager qu’à un endroit que je pouvais voir, donc j’aurais pu avoir des ennuis s’ils m’avaient entouré au point où je ne pouvais pas trouver un endroit où m’échapper.

« Je pense que je vais lentement faire mon chemin vers l’extérieur, » déclarai-je.

La réaction n’avait pas été trop forte au début, mais lorsque la montagne de cadavres avait commencé à s’empiler, leur attention avait commencé à se concentrer sur moi. La vue des innombrables yeux qui se tournaient vers moi était… enfin, pas trop effrayante, en fait. Je pourrais de toute façon toujours sauter si j’en avais besoin.

« Ah… ! Ouah ! » Marie ne pouvait s’empêcher de s’exclamer, voyant les ennemis descendre à un rythme record. J’avais fait des illusions chaque fois que j’avais failli être encerclé, mais ma marche régulière ne s’était jamais arrêtée. Tout cela grâce à la Précision, qui m’avait transformé en une machine à tuer les Koopahs automatisée, mais il était également vrai que je me poussais très fort. Je n’avais pas l’impression de faire des efforts, mais je sentais que ma vitalité était sapée. « C’est… un peu sinistre. Te regarder me fait mal. »

« Hmm, je ne suis pas sûr de ce que je ressens à ce sujet. De toute façon, j’attirerai les ennemis vers le fond, mais fais-moi savoir si tu as besoin d’aide, » déclarai-je.

« Très bien. Je viens de terminer la préparation de la deuxième structure. » C’était assez rapide. Avec son comportement calme et son utilisation précise de la magie, il était possible qu’elle me surpasse un jour.

La mer de monstres devant moi ressemblait à des dinosaures à la tête surdimensionnée, grinçant des dents comme un banc de piranhas. Ils pouvaient même sauter très haut dans les airs, ce qui les rendait particulièrement gênants. Peut-être que la vue d’un monstre mourant par seconde était étrange à voir, en effet. Mais il fallait que je puisse maintenir un tel rythme si j’espérais pouvoir affronter un si grand nombre de personnes.

« Oh, je n’ai plus que la moitié de ma vitalité. J’espère que je pourrai atteindre le démon, » déclarai-je.

J’étais à peu près à mi-chemin de ma rotation du côté sud lorsque j’avais fait une telle observation, mais mes progrès n’avaient pas été sans résultats. J’avais peut-être dépensé beaucoup d’énergie, mais il était maintenant beaucoup plus facile pour nos deux sauveteurs de s’échapper. La femme s’était finalement tournée vers moi, ses cheveux roux ondulant avec le mouvement. Elle s’accrochait encore désespérément à l’homme, qui semblait inconscient.

« Vous deux, s’il vous plaît, évadez-vous dès que vous en avez l’occasion. Mes compagnons vous attendent là-bas. » Elle était couverte de sueur et de saleté, mais ses yeux étaient d’une force étonnante. Je pouvais sentir un amour puissant entre eux alors qu’elle tenait l’homme dans ses bras.

C’est pourquoi elle a pu survivre toute la nuit comme ça… J’avais continué à marcher tandis que la pensée me traversait l’esprit, quand j’avais entendu la voix excitée de Marie.

« Un autre niveau de plus… ! » s’écria Marie.

« Marie, ne te laisse pas distraire par les niveaux en ce moment. Nous devons nous concentrer sur le sauvetage de ces deux-là, » déclarai-je.

« D-D’accord ! Oh, le démon bouge ! » déclara Marie.

Je l’avais aussi vu. Il avait dû remarquer que je m’approchais alors que je conduisais la foule d’ennemis plus loin dans le fond de la pièce. La créature qui était apparue derrière le pilier était un mince démon d’environ trois mètres de haut. En fait, peut-être que « mince » ne l’avait pas tout à fait décrit. Son corps était mince, comme s’il avait été formé de fils, et seules les cornes noires de sa tête étaient anormalement grandes. Ses yeux étaient comme des points blancs et brillants. Son front était orné d’un pentagramme inversé, et les multiples orbes d’obscurité qui flottaient autour de lui étaient probablement l’une de ses compétences. Puis, il avait crié.

Kyaaaaaaaaarrrgh !!

La bouche tendue à la verticale, il laissa échapper un grincement comme des fils de fer qui s’entrechoquaient. Ce n’était pas juste un cri, mais le langage des démons. J’aurais aimé l’apprendre un jour, mais… Non, peut-être que je ne devrais pas. J’avais le sentiment que Mademoiselle l’Elfe en serait venue à me détester si je faisais un tel bruit.

Alors que Marie analysait l’adversaire, le nom du démon apparut au-dessus de sa tête. Je pouvais à peine distinguer les lettres floues qui épelaient « Raab », et je m’étais dit que c’était un monstre rare. J’avais été surpris de constater que mon front était humide de sueur à cause de la pression intense que la créature émettait. Puis, j’avais entendu la voix alarmante de Marie dans ma tête par le biais du Chat de lien mental.

« Immunisé contre les attaques physiques, niveau de la barrière… Wôw, 82 ! Je ne peux pas localiser la source de son amplification magique, » déclara Marie.

« Ils sont généralement au cœur ou à la tête. Plus important, je suppose que ça annule les attaques physiques, hein ? Je sais que tu es très occupée, mais penses-tu pouvoir m’enchanter ? » Avec deux coups de pied rapides du sol, j’étais de retour à portée de Marie. Ouais, je n’aurais pas pu conquérir les donjons par moi-même sans cette mobilité. Les monstres m’avaient perdu de vue, et ils avaient tourné leurs grosses têtes en me cherchant dans la confusion. Pendant ce temps, le démon restait là où il était sans se donner la peine de le poursuivre. Malgré son apparence sauvage, il semblait avoir une personnalité soignée.

« Ne bouge pas, je te jette un sort. Je ne suis pas encore très douée pour la magie sacrée…, » déclara Marie.

« Tu peux le faire, Marie ! » déclarai-je.

Elle acheva son incantation, et des taches de lumière se rassemblèrent dans mon épée levée. Mon épée noire avait laissé échapper un hurlement désagréable, puis s’était brouillée momentanément. D’un grand coup, un symbole sacré le reconnaissant comme un objet d’un autre monde apparut sur l’épée.

« Uuugh, le niveau 40 est le plus haut que je puisse atteindre ! Cette épée n’est pas très compatible avec la magie sacrée, » déclara Marie.

« C’est suffisant. Je ne pouvais que m’enfuir jusqu’à présent, mais je peux enfin combattre le démon avec ça. J’ai hâte ! » J’avais fait quelques mouvements d’entraînement avec l’épée, et il faisait des bruits satisfaisants à chaque coup. Un monstre s’était approché de moi à ce moment-là, et je lui avais tranché la tête en un instant. La section qui avait été coupée brilla, et même son sang présentait une lueur éclatante.

« Wôw, c’est vraiment satisfaisant. OK, je pense que je vais me reposer un peu avant d’y aller, » déclarai-je.

« Il va commencer à clignoter quand l’effet sera sur le point de s’épuiser, alors fais-moi savoir si cela se produit. Ma troisième structure est prête, je vais donc commencer à les activer dans l’ordre, » déclara Marie.

Les choses commençaient à se mettre en place. Je voulais déjà vaincre le démon, mais il valait mieux être prudent. Le sol grondait alors que la première structure s’était activée.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire