Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 3 – Chapitre 5 – Partie 1

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 5 : La formation de l’escouade Améthyste

Partie 1

Raid du donjon, jour 2…

L’oasis du poste militaire était enveloppée dans le calme du petit matin. Mais une foule s’était rassemblée sous la tente, plus grande que les autres, où l’on distribuait des mises à jour de la situation, des rapports et des ordres. Lorsque le quartier général était occupé, c’est qu’il y avait généralement un problème quelconque. Le raid se déroulait plus lentement que prévu jusqu’à présent, et ils avaient dû rendre compte au gouvernement de leurs plans sur la façon de procéder. Il faudrait aussi qu’ils transmettent le message aux équipes qui travaillent dans le donjon en ce moment. Il y avait aussi un autre gros problème.

« … Sont-ils toujours séparés là-dedans ? »

« Nous avons dû fermer la porte et les sceller. Il y a trop d’ennemis pour envoyer une équipe de secours. »

Le commandant du groupe, Hakam, avait poussé un soupir de frustration à la suite des paroles du sorcier. Mais il savait mieux que quiconque combien il était difficile de secourir des soldats isolés. Il était bien plus important de faire tomber le boss de l’étage actuel que de réduire leurs forces en les envoyant au secours.

« Si nous vainquons le boss de l’étage, toute la zone deviendra notre domaine. Cependant, il est peu probable que nous puissions les sauver à temps. »

« En effet. Après tout, nous n’avons fait que trente pour cent du trajet jusqu’à présent. En tout cas, les équipes de Zarish et de Gaston ont fait du bon travail. » Aja le magicien avait délibérément changé de sujet. Hakam s’en était rendu compte, mais avait délibérément suivi le changement de sujet. Il n’y avait pas de temps pour s’attarder sur des questions qui ne pouvaient pas faire changer pour le moment.

« C’est difficile à croire, mais c’est peut-être vraiment le retour des héros. Ce n’est pas étonnant que vous vous soyez porté garant de leurs capacités. »

« Hmph, ce sont des héros hors de prix. J’aurais pu être content d’eux sans réserve s’il n’y avait pas eu de problèmes avec leur conduite, » déclara Aja.

Malgré les critiques, il n’y avait personne de plus fiable que les deux en question. Zarish de l’Équipe Diamant, et Gaston de l’Équipe Rubis. Ils étaient comme deux lances de charge qui se faisaient concurrence en déchirant l’ancien donjon.

Soudain, Aja et Hakam avaient remarqué un petit groupe de lumières sur l’écran qui se déplaçait. La carte de l’ancien donjon était affichée en trois dimensions. Chaque point de lumière représentait un membre de l’escouade, et les informations qu’ils avaient obtenues lors de leur exploration avaient progressivement rempli la carte. Cependant, ces points de lumière particuliers étaient loin derrière le reste.

« Hoho, ils se sont enfin réveillés. Ce garçon et son groupe semblent bien dormir. »

« Le sommeil est bien pour un enfant, dit-on… Je les envie. À cause de mon âge, je ne peux pas m’empêcher de me lever à l’aube. Et toi, Aja ? … Non, je suppose que je n’ai pas besoin de demander. » Les deux hommes souriaient, trouvant un rare moment de réconfort dans les terribles ruines. Ainsi, le deuxième jour, relativement paisible, du raid sur les donjons avait commencé.

***

On s’était réveillés en frottant le sommeil de nos yeux. Les changements les plus évidents par rapport au moment où nous nous étions endormis plus tôt dans le monde réel étaient l’obscurité, le sol dur et la chaleur du corps de la fille à côté du mien… En fait, cette partie était la même. « *bâillement*… E-Esprits de lumière… » Bâillant en appelant les esprits, une faible lumière apparut au bout du doigt de Marie. Son doigt, qui était partiellement transparent à la lumière, piqua l’air comme pour réveiller les esprits endormis, et la lumière devint progressivement plus brillante. « Hm, c’est agréable et chaud… » La fille marmonnait paresseusement, incapable de s’éloigner du confort de la couverture chaude. La lumière devint encore plus forte, et une fois qu’elle eut atteint un niveau de luminosité adéquat, Marie la piqua une fois de plus, coupant la boule de lumière en deux. Elles s’étaient envolées vers chacun des quatre coins de la pièce, éclairant la petite pièce dans laquelle ils s’étaient endormis la nuit précédente.

« Bonjour, Marie. Assure-toi de ne pas te rendormir, » déclarai-je.

« Je n’aurais jamais cru voir le jour où tu me dirais ça. Alors, quand Wridra nous rejoindra-t-elle ? » demanda Marie.

C’était une bonne question. Je crois qu’elle a dit qu’elle arriverait à notre réveil… Oh, la voilà.

Une tache noire était apparue sur le mur, grandissant graduellement jusqu’à la taille d’une personne. Cela avait suinté comme du goudron visqueux, puis des bras étaient soudainement sortis de ses profondeurs. Les bras s’étaient agrippés aux murs de chaque côté de la forme, puis avait sorti le reste de son corps… Ouais, c’était un peu flippant.

« Nyaaaaaaa !? »

Marie tremblait sous sa couverture, laissant échapper un cri étonnamment fort venant d’une personne de si petite taille. Quand le globe d’ombre avait disparu, la femme qui en était sortie nous avait appelés d’une voix joyeuse.

« Bonjour, vous deux. Et… qu’est-ce que vous faites ? Il semblerait que vous ne puissiez déjà plus vous séparer l’un de l’autre. Hmm, peut-être avez-vous l’intention de me rendre envieuse ? » Elle avait cligné des yeux vers nous avec une expression perplexe, mais j’avais eu du mal à lui répondre en étant si bien accroché. J’avais réussi à soulever un bras de l’emprise de Marie et à répondre à la draconienne.

« Bonjour, Wridra. Belle journée, n’est-ce pas ? »

« Ne me fais pas peur comme ça, Wridra ! Comment suis-je censée me rendormir maintenant ? » demanda Marie.

Hein, donc elle pensait vraiment à se rendormir.

C’était en fait assez amusant de la voir agir comme si elle avait peur. Je voulais regarder un peu plus longtemps, mais l’intérieur d’un ancien donjon n’était ni le lieu ni le moment. En mettant la couverture de côté avec un peu d’hésitation, nous avions commencé les préparatifs de départ.

« Alors, comment allaient tes enfants ? » demandai-je.

« Ils étaient les mêmes que d’habitude. Haha, haha, bien que s’occuper d’eux ait été bien plus agréable cette fois-ci. Après tout, je me suis occupée de vous deux, des enfants, » déclara Wridra.

« Quoi ? Me considères-tu aussi comme un enfant ? Je te ferai savoir que j’ai plus de cent ans. J’ai vécu bien plus longtemps qu’un vieil homme, » déclara Marie.

Mais peut-être que du point de vue d’un dragon qui avait vécu pendant des milliers d’années, nous n’étions pas loin d’un bébé dragon. En y pensant, Wridra semblait être différente, avec une atmosphère maternelle dans sa beauté. Elle avait touché l’outil magique de la main droite, manipulant les points lumineux qui indiquaient notre position actuelle. C’était une tâche simple pour elle, en tant que personne qui connaissait les tenants et aboutissants de la magie.

« OK, vous êtes prêtes toutes les deux ? Commençons le deuxième jour de notre raid, » demandai-je.

Les filles avaient levé les poings avec un enthousiaste « Ouiii ! » et le moment que j’avais attendu avec impatience était arrivé.

Je m’étais vite rendu compte que nous descendions depuis un certain temps déjà. Peut-être qu’à l’époque, les anciens utilisaient cet étage comme espace de vie. En descendant vers les étages inférieurs, il y avait moins de signes de personnes ayant vécu là, et l’atmosphère se transformait en celle d’un air plus typique de donjon. Malheureusement, cela signifiait des ennuis pour moi. Mon maître d’épée, Wridra, m’avait forcé à m’entraîner avec joie, et mon niveau de compétence avait augmenté en échange de beaucoup de fatigue. Nous nous arrêtions pour nous reposer chaque fois que Marie voulait inspecter quelque chose en tant que sorcière du groupe, et notre exploration du donjon progressait correctement. Les filles faisaient des plaisanteries entre elles, ne parlant de rien en particulier, et continuaient à descendre encore plus d’escaliers. Les esprits de lumière illuminaient notre environnement et trois ombres vacillaient à nos pieds tandis que notre groupe continuait à marcher.

Puis, nous avions remarqué quelque chose. Il semblait y avoir quelque chose de dispersé sur le sol devant, et le groupe s’était arrêté de marcher. Cela semblait être les affaires de quelqu’un, et à l’inspection, elles semblaient être neuves, mais avec plusieurs trous percés. Les objets sur le sol semblaient être des rations militaires qui avaient été piétinées.

« Hein, je suppose que l’équipe de raid est déjà arrivée dans cette zone, » déclarai-je.

« Ils devaient être très pressés. Oh, regardez par là. Il y a une porte. » J’avais regardé dans la direction que Marie indiquait, où il y avait une porte sur une partie du mur qui semblait avoir été pelée et mise à nu. Une note particulière était qu’il était couvert de chaînes noires. Les chaînes formaient un octagramme, avec ce qui semblait être des ornements cérémoniels ornant leur sommet.

« Une porte cachée. Je me demande à quoi servent ces chaînes ? » demandai-je.

« Hmm, il semble avoir été scellé par les pouvoirs d’un prêtre. Ils étaient pressés, en effet. Je peux dire que ça a été fait dans la précipitation. » Ce qui signifiait qu’ils avaient probablement eu besoin de le sceller rapidement pour une bonne raison.

« J’aimerais savoir ce qu’il y a là-dedans. Oh, peut-être qu’on peut vérifier avec la carte en trois dimensions de l’outil magique. » J’avais pris l’objet cylindrique et je l’avais activé, l’utilisant pour montrer notre environnement. Nous avions tous jeté un coup d’œil de plus près pour voir que seule une petite partie de la salle était montrée. L’elfe avait pointé du doigt, en hochant la tête avec une expression perplexe. « La carte n’est pas remplie. On dirait qu’ils n’ont pas encore fini d’explorer cette zone. »

« Hmm, il y a deux points de lumière ici. Peut-être qu’il y a encore quelqu’un à l’intérieur, » les yeux de la fille s’élargirent et se tournèrent vers moi, mais je n’étais pas encore sûr. Cela m’avait aussi fait me demander si ces lumières ne réagissaient qu’aux êtres vivants.

« Peut-être que cette porte a été fermée parce qu’un ennemi puissant est apparu et qu’ils ont dû battre en retraite ? » demandai-je.

« Oui, je me le demande aussi. J’aimerais le combattre, si possible, et s’il y a quelqu’un là-dedans, je veux l’aider, » Marie avait dégluti. Nous étions impatients de combattre un ennemi puissant, mais il semblerait qu’elle ne pouvait s’empêcher d’être intimidée par la vue de la porte sinistre et fermée.

« OK, décidons de ce qu’il faut faire. Qu’en penses-tu, Marie ? » demandai-je.

« … Je suis désolée, mais je ne suis pas sûre. Je ne peux pas imaginer ce qui pourrait nous attendre derrière cette porte… mais si nous le pouvons, je veux aider ceux qui sont là-dedans. » Elle avait serré son bâton, me regardant d’un air inquiet. Ses fines épaules semblaient sur le point de se mettre à trembler d’une minute à l’autre, mais il y avait une étonnante détermination dans ses yeux. Elle y aurait pensé plus longtemps, si elle avait été comme avant. Elle croyait que chacun devait se débrouiller seul, et elle était du genre à éviter la confrontation. Peut-être que l’influence du film qu’on avait vu hier soir l’avait changée. Les étrangers étaient, par nature, des étrangers parce que vous n’aviez pas interagi avec eux et que vous aviez le potentiel de devenir amis seulement en faisant un effort pour apprendre à vous connaître. C’était la leçon qu’elle avait tirée du film.

J’avais tendu mon poing, et la jeune fille n’avait hésité qu’un bref instant avant de former un petit poing avec sa main et de le cogner avec un regard déterminé sur son visage. Puis, le poing de Wridra s’était joint à nous par le côté, nos volontés ne faisant plus qu’une.

« OK, allons voir s’ils sont vivants et exécutons une mission de sauvetage. Notre ordre de priorité est notre propre sécurité, puis la leur, et enfin, de vaincre nos ennemis. C’est bon ? » Elles avaient fait un signe de tête.

Wridra la draconienne devait veiller sur nous comme nous en avions discuté précédemment. Marie et moi aurions préféré terminer la mission de sauvetage sans l’aide de Wridra, mais ce n’était pas le moment de faire la fine bouche. Nous avons tenu l’outil magique et appuyé sur le bouton rouge. Cela nous permettrait de communiquer avec Aja, qui était au quartier général. On pouvait entendre un bruit blanc provenant de l’appareil, puis le lien était établi.

« C’est le QG. Qu’est-ce qu’il y a, mon garçon ? Avez-vous des problèmes ? » demanda Aja.

« Non, je voulais juste signaler que nous allons commencer une mission de sauvetage dans le hall. Mais d’abord, dites-nous si les deux personnes à l’intérieur sont vivantes ou non. » Il y avait eu une pause importante. Après un certain temps, la voix du commandant Hakam avait répondu à la place de celle du vieux mage.

« … Cette zone est très dangereuse. Il y a eu des rapports sur des démons qui peuvent engendrer d’innombrables monstres. On estime qu’ils sont au niveau 80, » déclara Hakam.

« Merci pour l’information. S’il vous plaît, dites-nous s’ils vont bien, » déclarai-je.

Les yeux de Marie s’élargirent face aux paroles du commandant. Un démon de niveau 80 serait au moins considéré comme de rang moyen, et il était probable qu’il soit équipé de capacités spéciales s’il pouvait engendrer autant de monstres. Cela rendrait la difficulté attendue beaucoup plus importante que nous le pensions au départ. Nous avions délibéré sur la façon de procéder en attendant la réponse du commandant. Finalement, une voix rauque s’était élevée de l’appareil.

« … Ils sont vivants, mais à peine. Une barrière les protège. »

« Je vois. Alors si possible, nous tenterons un sauvetage. » Je me sentais un peu nerveux, vu qu’on parlait avec des gens de si haut rang. Alors que je me préparais à éteindre l’interrupteur, la liaison de communication a de nouveau sonné.

« J’ai presque oublié de le mentionner, mais si vous partez en mission, vous ferez partie de l’équipe même si vous n’êtes pas de ce pays. Nous n’avons pas l’intention de vous donner des ordres ou quoi que ce soit du genre, mais nous devrons donner un nom d’équipe à votre groupe. » Nos yeux s’étaient élargis. Apparemment, les équipes avaient toutes été nommées d’après une sorte de pierre précieuse. J’avais appuyé un doigt contre le trou du récepteur pour qu’ils ne puissent pas nous entendre.

« Je ne sais pas quoi lui dire. C’est si soudain, » déclarai-je.

« Ça n’a pas l’air de vouloir dire grand-chose, alors pourquoi ne pas choisir une pierre précieuse au hasard ? » suggéra la fille aux yeux violets, et je la regardai, puis réfléchis à l’idée.

Je suppose que je vais alors choisir une pierre précieuse qui m’est familière.

« Alors, nous aimerions aller avec Améthyste, » déclarai-je.

« Très bien. Équipe Améthyste, je prie pour votre succès, » L’elfe affichait un regard qui semblait confus, alors il semblait qu’elle ne savait pas pourquoi je l’avais choisie. Wridra, cependant, m’avait fait un sourire complice, et je n’avais pas pu m’empêcher de devenir rose malgré mon âge. Soudain, nous avions reçu une autre transmission. Une voix avait désespérément crié au milieu du bruit blanc.

« Bzz... Bzz… Ici Pierre de Sang, j’appelle à la place de notre capitaine ! Je sais que c’est trop demander, mais je vous en prie, sauvez le capitaine Zera ! »

« C’est Andalousite. Appelant aussi à la place de notre capitaine. Elle… Elle m’a aidé à m’échapper à la fin ! S’il vous plaît, sauvez le Capitaine Doula. C’est vraiment une personne au grand cœur ! »

Marie avait tiré sur ma manche, et j’avais hoché la tête. Ce nom, Zera, appartenait à l’homme qui nous avait aidés il y a quelques jours. C’était un homme gentil et fiable, ce qui explique peut-être pourquoi l’appel à l’aide de ses coéquipiers était presque un cri désespéré. L’intensité de ses émotions pouvait être ressentie même à travers le lien de communication, allumant un feu dans ma poitrine.

« … Ici Améthyste. Bien reçu, » déclarai-je.

J’avais coupé le lien. Ces histoires m’avaient vraiment excité. Je pensais les avoir dépassés au collège, mais il me semblerait qu’après tout, j’étais encore jeune. Quelque chose couvait au fond de moi au moment où j’avais atteint la porte scellée.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire