Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 3 – Chapitre 4 – Partie 4

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 4 : La Pièce, l’Esprit et Kakuni

Partie 4

J’avais rendu le pot à Kaoruko après l’avoir lavé, et elle avait à nouveau souri. Nous l’avions raccompagnée à son appartement après le dîner, et alors qu’elle était éclairée par la lumière de sa porte d’entrée, nous lui avions parlé.

« Merci de m’avoir raccompagnée à mon appartement. J’apprécie. »

« Pas du tout, merci pour la nourriture. On devrait refaire ça un autre jour, » déclarai-je.

« Merci pour le repas. Le porc kakuni était si bon, je n’arrivais pas à y croire, » déclara Marie.

Kaoruko me regarda, puis Marie à côté de moi, avant de se mettre à rire. À en juger par la quantité de travail de son mari, il semblerait qu’elle dînait souvent seule. Mais nous avions passé une soirée animée ensemble, le visage de Kaoruko était encore un peu teinté de rose à cause de l’alcool, et Marie lui avait même offert un souvenir de notre mini-voyage. Ce n’était pas étonnant qu’elle semble être de si bonne humeur. Nous nous étions dit bonne nuit, et j’avais marché dans le couloir silencieux avec Marie.

C’était une nuit sans lune, et la pluie tombait encore légèrement à l’extérieur. Je regardais les lumières de la ville de couleur un peu froide quand la fille m’avait tendu la main. Je m’étais tourné, et mon cœur avait battu un peu plus fort dans ma poitrine. La belle fille me regardait dans la nuit pluvieuse. Je ne savais pas combien de fois j’avais été captivé par ces yeux francs. Peut-être que c’était plus comme si j’étais dans un état de capture constant. L’elfe avait parlé d’une voix douce, faisant vaciller mon cœur.

« Peut-on regarder un film ensemble ? » demanda Marie.

« Bien sûr. Mais je suis un peu triste que tu n’aies plus besoin de traducteur, » répondis-je.

« Oh, penses-tu que je n’aurais plus besoin de toi ? Mais tu ferais quand même un parfait dossier. Tu peux également servir de chauffe-main lors d’une nuit froide comme celle-ci, » déclara Marie.

Depuis quand suis-je devenu un coussin pour elle ? Mais j’étais heureux de faire tout ce qui la rendrait heureuse. Nous avions finalement recommencé à marcher, en direction de ma chambre.

Le lit avait grincé quand la fille avait grimpé dans le lit de la chambre sombre. Elle avait placé un coussin derrière son dos et avait posé du thé chaud sur la table à côté d’elle, et la pièce s’était transformée en une salle de cinéma peu éclairée.

« Ce moment est mon préféré. Et toi ? » déclara Marie.

« Je ressens la même chose. Je pense que tout le monde ressent de l’excitation quand quelque chose est sur le point de commencer, » avais-je répondu en appuyant sur un bouton de la télécommande. C’était aussi le cas pour les jours de congé consécutifs à venir, car nous avions tous deux un sentiment d’exaltation au fond de nous. J’avais peur qu’on ne puisse pas dormir avec autant de choses à attendre. Marie avait applaudi quand le film commença à jouer.

Cela avait commencé très calmement. Le vent soufflait doucement, et une fille qui regardait paresseusement le ciel avait remarqué quelque chose et s’était assis. Puis elle avait commencé à courir vers une vieille et élégante maison, et l’histoire avait commencé à se dérouler. L’histoire tournait autour de cette jeune fille, qui avait grandi avec sa famille aimante et qui avait fini par se mettre à son compte. Marie regardait avec inquiétude et tenait ma manche alors que la fille du film se mettait en route.

« Est-ce qu’elle sera bien en vivant toute seule ? J’espère qu’une mauvaise personne ne la trouvera pas. » Il semblait qu’elle s’identifiait déjà à l’héroïne. Il y avait beaucoup d’elfes qui ne quittaient jamais la terre sainte de leur forêt. C’est pourquoi il y avait des épreuves pour ceux qui souhaitaient partir, et les parents s’inquiétaient de voir leurs enfants exprimer la volonté de partir.

« Oui, mais il semble que c’est ce que la fille veut vraiment. Comment était-ce pour toi quand tu as quitté ta forêt, Marie ? » demandai-je.

« Eh bien… Je pense que j’étais très inquiète, mais en même temps, j’étais tout aussi excitée. » Alors qu’on riait ensemble, le monde dans le film se développait plus loin. Le film mettait en valeur le ciel bleu et la mer aux couleurs profondes, et l’elfe avait laissé échapper son étonnement « Wôw… » Les jambes de Marie se mirent à onduler d’avant en arrière au son de la musique joyeuse, et elle me regarda avec une expression qui traduisait sa fascination totale pour ce monde.

« La ville est tellement grande et étonnante ! » déclara Marie.

« Oui, c’est très coloré et joli. Aimerais-tu vivre dans un endroit comme ça ? » demandai-je.

« Bien sûr, » répondit Marie avec enthousiasme, le cœur plein d’espoir pour l’avenir de la fille à l’écran. Elle était probablement impatiente de découvrir sa nouvelle vie, son nouveau monde et les gens qu’elle allait y rencontrer. Mais l’optimisme de la jeune fille avait été mis à mal lorsqu’elle avait rencontré des inconnus rudes dans ce nouveau monde. En voyant cela, l’expression de Marie s’était assombrie.

« Je pense que tout le monde pourrait être un peu plus gentil. » Je savais que je n’aurais pas dû la traiter comme une enfant, mais en voyant Marie bouder devant le film, je n’avais pas pu m’empêcher de lui tapoter la tête. Elle avait dû vivre la même chose. Ayant déménagé de la forêt à la ville et possédant le talent d’être une sorcière spirituelle, elle avait dû vivre elle-même beaucoup d’épreuves. Elle avait appuyé sa tête contre moi, puis avait tiré ma main pour qu’elle repose sur son ventre. Il semblait qu’elle ne plaisantait pas tout à l’heure quand elle avait dit qu’elle m’utiliserait comme coussin. Elle s’était penchée un peu sur ses fesses pour trouver une position plus confortable.

« Peut-on faire confiance dès le départ à des gens gentils ? Personnellement, je pense qu’ils sont un peu effrayants. »

« Tu as peut-être raison. Tu m’as donné une terrible première impression, après tout. Je ne te laisserai pas l’oublier… En fait, tu devrais oublier ça. » Elle m’avait pincé la cuisse, ce qui me chatouilla à peine, mais j’avais fait semblant d’avoir mal et j’avais dit. « Aïe. »

L’héroïne du film vivait une période relativement difficile, mais dans mon cas, dans le passé, j’avais déjà été tué par Marie. Wridra avait aussi eu la même réaction… Pourquoi avais-je tendance à me faire tuer par des femmes que je venais de rencontrer ? Mais je pouvais en rire, car tout s’était passé dans le monde des rêves. La fille du film n’avait jamais fait face à un tel danger, bien sûr, et elle avait lentement commencé à se fondre dans la ville. En y pensant, c’était peut-être le fait de rencontrer des gens qui avait élargi son monde. Une chose similaire se produisait dans le film, où la fille interagissait avec les autres, établissait des liens et construisait son monde au fil du temps. Mais tout ne se passait pas sans accrocs. Avec chaque petite douleur qu’elle endurait, elle passait aussi par une croissance. Marie la surveillait comme si elle voulait la protéger, sa main tenant ma manche tout le temps.

« Elle est si jeune, mais forte. Je me souviens avoir pleuré dans les ruelles à l’époque, » déclara Marie.

« Tu es aussi une travailleuse acharnée, Marie. Tu as vécu beaucoup de choses, mais peut-être que les choses se sont calmées pour toi après que tu aies commencé a rencontré des gens ? » Marie s’était retournée et m’avait regardé. Je m’étais senti attirer par ses yeux colorés alors qu’ils captivaient mon regard. Ses lèvres avaient commencé à bouger, mais elle avait simplement dit « Peu importe » et elle n’avait pas répondu à la question.

Entre-temps, l’héroïne du film avait croisé le chemin de quelqu’un de nouveau. C’était un garçon qui avait environ son âge, mais l’impression que Marie avait de lui était assez stricte, ayant veillé sur la fille et s’étant montrée compréhensive envers elle pendant tout ce temps.

« Je ne l’aime pas. Il ne prend rien au sérieux, et il n’a pas une once de tact en lui. » Elle avait détourné la tête et avait soufflé dans ses joues avec le même geste que l’héroïne. J’avais ri involontairement, Marie n’aimait pas ça. Quoi qu’il en soit, le garçon était un important instrument d’intrigue dans l’histoire. Jusqu’à présent, l’histoire consistait à se fondre dans la ville, mais maintenant, l’accent était mis sur la création de liens avec des amis et le sexe opposé. Ce qui m’avait surpris, c’est de voir à quel point la première impression qu’il avait laissée avait changé. Le garçon avait montré son côté sincère et fidèle, révélant sa nature directe et honnête, changeant complètement le regard de l’héroïne et de Marie sur lui. Marie s’était soudainement retournée et m’avait regardé, semblant réaliser quelque chose.

« Qu’est-ce que c’est ? » demandai-je.

« … Non, ce n’est rien. » Elle secoua la tête et se retourna vers l’écran… Qu’est-ce que c’était ? Quelque chose d’inattendu arrivait aussi aux autres personnages. Au premier regard ils semblaient être froid, mais ils avaient lentement commencé à agir plus gentiment envers la fille. Chacun d’eux avait des bizarreries et des personnalités qui n’étaient pas évidentes au simple passage, et les yeux de Marie s’élargissaient un peu au fur et à mesure que leurs charmes individuels se révélaient.

« Wôw, ce monde devient tellement plus vivant. Je me demande pourquoi. J’ai presque l’impression d’y vivre. » Comme elle l’avait fait remarquer, la ville avait changé avant qu’on puisse le remarquer. Tout le monde était prévenant et la fille était devenue acceptée par eux au fil du temps. « Comme c’est étrange… C’est presque comme Kaoruko. Mon impression d’elle change chaque fois que nous nous rencontrons. Elle a été si gentille aujourd’hui. »

« Pareil pour Wridra. Elle était si hostile au début, mais avant que je m’en rende compte, elle appréciait les chansons avec toi. Je pense qu’aucun de nous ne s’attendait à faire un voyage aux sources chaudes avec elle. » Marie fit un signe de tête, avec une expression soulagée sur son visage. Elle semblait se rendre compte de l’environnement béni dans lequel elle se trouvait. Son corps était doux et chaud contre le mien, et elle laissait échapper un souffle en se frottant la tête contre moi.

Il semblait que Marie commençait à s’habituer au fonctionnement des films. Après l’introduction était venu le développement, et il y aurait sûrement un tournant et une conclusion qui suivrait. L’histoire s’était accélérée avec un malheur inattendu lors d’une nuit sinistre. Tout ce qui avait été construit jusque-là semblait bouillir, comme la montée et la descente des montagnes russes, mais la chute soudaine ne s’était pas produite au début, mais à la fin. Si l’héroïne échouait dans sa tâche, la ville serait radicalement changée. Tout ce dans quoi elle avait travaillé dur pour construire disparaîtrait complètement. Marie l’avait compris et s’était tendue comme l’héroïne du film, priant pour que tout s’arrange à la fin. Chaque fois qu’elle se retournait, on aurait dit qu’elle allait pleurer comme l’héroïne, et je lui avais souri de façon rassurante. Les montagnes russes qui n’avaient cessé d’accélérer avaient enfin atteint son point culminant. Marie poussa un grand soupir de soulagement alors que les gens acclamaient sous le ciel bleu et clair, et elle laissa son corps se poser sur le mien.

« Ça ne peut pas être bon pour mon cœur. J’avais l’impression que ça allait sortir de ma bouche, » déclara Marie.

« Ouais, je peux encore l’entendre battre. » Bien sûr, je pouvais sentir son cœur battre à travers son dos trempé de sueur. Elle avait écarté les doigts et m’avait montré ses mains, qui étaient également couvertes de sueur. Elle devait être assez terrifiée. Bien qu’elle riait, j’avais vu des larmes couler sur sa joue pendant qu’elle clignait des yeux. J’avais mis mes bras autour d’elle par-derrière, et nous avions regardé l’épilogue des personnages pendant que le générique passait. Nous avions apprécié ce moment pendant un certain temps, et j’avais remarqué que les larmes de Marie avaient cessé. Elle avait posé sa tête sur mon épaule et avait chuchoté.

« Comme c’est étrange. Les gens dont je n’aurais pas voulu être proche au début semblaient attirants à la fin. Ils n’étaient pas simplement gentils, et cela les rendait d’une certaine façon encore plus merveilleux. Je pense que cette histoire voulait nous dire que ce qui est important, c’est la façon dont nous vivons notre vie chaque jour. »

« Oh, c’est une observation pointue. Que penserais-tu si je te disais qu’il y a des romans centrés sur leur vie quotidienne ? » Je le lui avais demandé, et les yeux fermés de la fille s’étaient ouverts. Ils étaient encore humides de larmes, et elle s’essuyait les yeux légèrement gonflés avec ses doigts.

« Si ça existait, j’adorerais les lire, bien sûr, » déclara Marie.

« Que penserais-tu si je te disais qu’il y en a un sur cette table ? » Ses yeux violet clair s’élargirent, montrant leurs couleurs vibrantes. Ses lèvres s’étaient séparées, et elle s’était soudainement levée avec un élan. Après avoir fait bouger le lit en se levant, elle avait couru vers la table de l’autre côté de la télévision. Je m’étais levé lentement, marchant pieds nus sur le sol, puis je m’étais approché d’elle par-derrière. « L’as-tu trouvé ? »

L’elfe se retourna avec un livre à la main, puis me montra sa jolie couverture. Elle avait couru vers moi dans la chambre noire et avait sauté pour placer ses bras autour de mon cou. J’avais trébuché, encore bourré du repas que nous avions pris plus tôt, mais je l’avais rapidement tenue par la taille alors qu’elle pendait vers moi.

« Merci ! Je vais aussi apprendre à lire, c’est sûr. Veux-tu bien t’accroupir un peu ? » demanda Marie.

« Hm ? Qu’est-ce que tu veux dire ? » J’avais fait ce qu’elle m’avait demandé, et ses pieds avaient atteint le sol en dessous. Elle avait tiré sur ma manche, ce qui signifie qu’elle voulait que je me penche un peu plus. Je m’étais retrouvé à genoux, et son beau visage s’était rapproché du mien jusqu’à ce que ma vision s’assombrisse. Elle me tenait la tête avec les deux mains, et je sentis une douce chaleur s’épanouir sur mon front.

Attends, c’est…

En réalisant qu’elle m’avait embrassé, mes joues avaient commencé à devenir chaudes. L’obscurité totale avait fait travailler mon imagination d’autant plus fort. Ses douces lèvres avaient changé de forme lorsqu’elles avaient été pressées contre mon front. Marie était restée comme ça pendant un certain temps, et je ne pouvais pas bouger un muscle jusqu’à ce qu’elle finisse par s’éloigner. Elle m’avait regardé de face, et je faisais probablement une drôle de tête en ce moment.

« Dans mon monde, c’est ainsi que les elfes remercient les gens qui sont très prévenants. Tu le savais ? » demanda Marie.

« Non, je n’ai pas…, » commençai-je.

Ses yeux gonflés s’étaient rétrécis en souriant, révélant ses dents d’un blanc nacré. Il semblait que je ne pouvais rien faire d’autre que d’être captivé par son sourire. J’avais aussi réalisé que les enseignements des elfes n’étaient pas si mauvais.

Ce soir-là, la lecture avant le coucher devait se faire avec un roman plutôt qu’avec un livre d’images. En soutenant sa tête avec mon bras, j’avais lu à haute voix les parties qu’elle avait indiquées avec son doigt. Avec son incroyable intellect, cette méthode lui avait suffi pour absorber et apprendre la langue. Peut-être qu’elle avait repris une compétence d’amélioration de la mémoire du monde des rêves. Mais la somnolence avait pris le dessus alors que nous nous étions couchés confortablement au chaud, et elle n’avait cessé de faire de jolis bâillements.

« Non, non, ce n’est pas ma faute. Ta voix me donne sommeil. Je veux en lire plus, mais… *bâillement*…, » son doigt avait fait de son mieux pour continuer à pointer les lettres, mais il avait vacillé dangereusement comme un navire qui déviait de sa route. Puis, avec son doigt pointé au loin, elle s’était endormie. Essayant de ne pas la réveiller, j’avais lentement retiré le livre et j’avais placé sa tête sur un oreiller. L’étagère devenait sa collection personnelle. J’avais placé la couverture jusqu’à sa poitrine et j’avais remarqué que son odeur flottait dans l’air. Sa respiration légère et rythmée m’avait fait sourire involontairement. Je n’avais pas d’autre choix que d’être gentil avec l’elfe qui m’avait donné tant de moments de bonheur comme celui-ci.

Bonne nuit, Mlle l’elfe. Nous reprendrons où nous nous sommes arrêtés demain.

Lorsque j’avais prononcé ces mots, la voix qui résonnait dans la pièce était plus douce que je ne l’avais prévu.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire