Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 3 – Chapitre 4 – Partie 3

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 4 : La Pièce, l’Esprit et Kakuni

Partie 3

Attends, n’est-ce pas important ? Nous pourrions contrôler l’humidité sans climatisation… ce qui signifie que nous pourrions économiser beaucoup sur les factures d’électricité.

« C’est incroyable, Marie. Si tu peux contrôler l’humidité, tu pourrais rendre l’été et l’hiver beaucoup plus supportables. »

« Héhé, n’est-ce pas ? J’aime gérer et mettre de l’ordre dans les choses comme ça. Cela doit être mon talent… Oh, qu’est-ce que tu as là ? As-tu loué une vidéo ? » En voyant le sac dans ma main, la fille s’était accroupie pour jeter un coup d’œil. Les lettres sur le sac indiquaient qu’il provenait du magasin de location de vidéos, mais c’était quelque chose que j’avais acheté sur le chemin du retour. Je m’étais demandé s’il fallait ou non le lui donner tout de suite, puis j’avais ouvert le sac vers elle.

« Tiens, mets la main à l’intérieur, » déclarai-je.

« Hein ? Quoi ? Il vaut mieux que ce ne soit pas quelque chose d’étrange. Hmph, toi et ce sourire endormi, » répondit Marie.

J’avais eu l’impression de sourire sans m’en rendre compte. Marie semblait hésitante en tendant la main dans le sac. Il y avait un objet dur à l’intérieur, et une fois que j’avais confirmé qu’elle l’avait pris, j’avais lentement retiré le sac. Ce qui était ressorti du sac était un emballage de DVD aux couleurs vives. Une mystérieuse créature levait les yeux, hébétée, se trouvant dans un décor pluvieux comme celui de ce soir. L’arrière-plan dessiné à la main présentait un air distinct qui me rappelait les livres d’images, et Marie pouvait déjà raconter une merveilleuse histoire attendue à l’intérieur.

« Oh, c’est… ! » Elle m’avait regardé, avec les yeux grands ouverts.

« Il y a une règle qui dit que tu dois donner des cadeaux spéciaux aux elfes qui travaillent dur, » déclarai-je.

« Hein ? Oh, tu veux dire… Est-ce pour moi !? » s’exclama Marie.

« Bien sûr. Tu peux le regarder quand tu le veux et autant de fois que tu le veux. J’ai pensé qu’il serait mieux de l’acheter plutôt que de le louer à nouveau. J’espère que tu l’aimeras, » répondis-je.

En réponse, elle avait envoyé ses bras autour de mon cou dans une étreinte. Elle avait laissé échapper un bruit de joie inintelligible près de mon oreille, et la force inattendue qui se trouvait derrière m’avait presque déstabilisé. Je l’avais rapidement soutenue avec mes bras, parvenant à retrouver mon équilibre à temps. Puis, son visage se trouvait juste devant le mien, rayonnant de bonheur.

« Merci ! J’adore regarder celle-là. Je suis si heureuse ! » déclara Marie.

« Je suis heureux de l’entendre. Je voulais te faire une surprise, alors je t’ai acheté autre chose. Veux-tu regarder ça avec moi après le dîner ? » demandai-je.

« Oui ! J’aimerais beaucoup ! Merci ! » Elle m’avait serré de nouveau avec force, et j’avais été un peu surpris de voir à quel point elle semblait heureuse. La voir si heureuse m’avait aussi apporté de la joie. Les bras autour de moi ne s’étaient pas relâchés pendant un certain temps, et je pouvais sentir ses cheveux doux et blancs alors qu’elle frottait son visage contre le mien.

Un peu plus tard, elle m’avait finalement libéré de son étreinte. J’avais entendu la sonnette de la porte alors que je cuisinais du riz frit. Quand j’avais levé les yeux, j’avais remarqué qu’il était déjà 7 h 30 du soir, et j’avais réalisé que notre invitée était arrivée juste à temps.

« Désolé, Marie. Pourrais-tu laisser Kaoruko entrer ? » demandai-je.

« Bien sûr, pas de problème. Laisse-moi faire ! » déclara Marie.

Marie se cogna avec assurance la poitrine avec son poing, puis se couvrit les oreilles et s’avança légèrement vers la porte d’entrée. Marie avait fixé du regard le paquet vidéo jusqu’à présent, et même si elle ne pouvait pas le lire, elle était visiblement de bonne humeur. Nous étions dans un petit condo 1DK, donc la porte d’entrée était juste derrière la cuisine, et je pouvais entendre clairement la voix de Kaoruko quand la porte s’était ouverte.

« Bonsoir. J’ai apporté des kakuni. » Je m’étais tourné vers la voix douce pour trouver une femme bien préparée pour le dîner, tenant un pot à deux mains et souriant à Marie.

« Bienvenue. S’il te plaît, entre. » Marie lui fit signe d’entrer, et les yeux de Kaoruko s’élargirent.

« Wôw… Je suis impressionnée. Ton japonais est devenu tellement meilleur, Mariabelle-chan ! » déclara Kaoruko.

« Héhé, je me suis beaucoup entraînée. Mais je ne connais toujours pas les mots ou les textes compliqués. Je pense que le kanji est joli, alors j’aimerais les apprendre un jour, » déclara Marie.

Kaoruko présentait un regard de grand intérêt sur son visage. J’avais été moi-même surpris. Il faudrait normalement plusieurs mois, voire des années, pour en apprendre autant que Marie. Personne ne peut reprocher à Kaoruko sa réaction d’étonnement visible, étant donné que cette fille avait appris les bases en un mois environ.

Kaoruko portait un pantalon décontracté, et je m’étais dit qu’elle aimait porter des vêtements pas trop voyants. Ses cheveux noirs jusqu’aux épaules avaient une aura de propreté et elle avait un air qui correspondait à sa profession de bibliothécaire. J’avais continué à cuisiner en appelant Kaoruko, qui était toujours là, abasourdie.

« S’il te plaît, entre. Je n’ai pas eu de kakuni fait maison depuis longtemps, » déclarai-je.

« Oh, s’il vous plaît, n’en attendez pas trop tous les deux. C’est une recette de famille, donc je ne suis pas sûre qu’elle convienne à votre palais, » répondit-elle.

J’avais reçu le pot de sa part et je l’avais placé sur le poêle. Kaoruko était passée devant moi alors que j’allumais le poêle pour réchauffer la marmite.

« Wôw, cette disposition de résidence devrait être beaucoup plus petit, mais cela semble si spacieux, » déclara Kaoruko.

« Ton appartement est un 2LDK, n’est-ce pas ? C’est peut-être parce que je n’ai pas beaucoup de meubles…, » répondis-je.

Je m’étais rendu compte d’un truc.

Quand je m’étais retourné, Kaoruko regardait le lit, figée sur place. Elle avait vu les deux oreillers côte à côte, et nous étions tous les deux immobiles dans la même position. J’avais complètement oublié que Marie et moi avions dormi sous la même couverture. Mais avec la taille de la chambre, cela aurait été assez étroit si nous avions mis deux lits ici. Je n’y pouvais pas grand-chose, même si j’avais hâte de nous réveiller ensemble, et…

« … Kitase-san ? »

J’avais entendu mon nom d’un ton plutôt raide, et j’avais levé les yeux d’un coup. Le visage de Kaoruko était un peu rouge, et elle me regardait avec une expression accusatrice. Je lui avais indiqué sans mot dire que je n’avais pas posé un doigt sur Marie, mais je n’étais pas sûr que mon message soit bien passé. La casserole sur le poêle commençait à bouillir et à claquer, libérant un arôme doux et aguichant. La tête de Marie était armée de curiosité face à l’air gênant qui régnait entre Kaoruko et moi.

Le kakuni, le riz frit, le Ching Guang Juai sauté et la bière furent placés sur la table, et les dames devinrent beaucoup plus vivantes. Marie prenait du thé plutôt que de l’alcool parce que nous avions une invitée, et elle semblait déçue de cela, comme je m’y attendais.

Désolé pour ça…

Elle m’aida à disposer les petites assiettes, les cuillères à soupe et les baguettes, et les préparatifs furent bientôt terminés. Le kakuni fièrement placé au centre était le plat principal de la soirée. L’épaisse et succulente viande de porc et les parfums de vin de riz et d’anis étoilé avaient mis nos sens en émoi.

« Ahh… Ça sent délicieusement bon… ! C’est un de ces plats qui vous fait saliver de façon incontrôlable, n’est-ce pas ? » demanda Marie.

« Le secret pour apprécier le kakuni est d’ouvrir grand la bouche sans se soucier de son apparence, puis de prendre une grosse bouchée. Maintenant, mangeons, » déclara Kaoruko.

Nous avions tous dit « Itadakimasu » ensemble, et la fille avait attraper le kakuni de son assiette avec ses baguettes. Le ragoût de viande de porc était incroyablement tendre, la baguette le perçant profondément avec facilité. Elle tremblait doucement lorsqu’elle le soulevait et le portait à sa bouche. La fille semblait hypnotisée par son éclat appétissant et son doux arôme alors qu’elle écartait les lèvres. Sa bouche s’était refermée sur ça, et la viande dense s’était défaite avant même qu’elle ne la morde. Il aurait peut-être été plus exact de dire qu’elle avait fondu. Elle avait sûrement été surprise par la viande qui avait pris le dessus sur ses papilles gustatives en se dissolvant dans sa bouche. L’umami lui remplissait la bouche, et un mélange de jus et l’arôme distinctement riche des épices chinoises lui donnèrent un coup de fouet.

« Hmmmmm… !! »

Elle avait serré les deux mains, si complètement immergée dans le torrent de saveurs qu’elle n’avait même pas remarqué les jus qui coulaient sur le côté de sa bouche. Elle avait mâché, libérant le flot de saveur, et la viande grasse avait perdu sa forme. L’odeur de l’anis étoilé lui passait par le nez lorsqu’elle mâchait, et le goût restait fort, peu importe combien de fois elle mâchait. La fille avait continué à mâcher avec de la surprise sur son visage, et même après avoir finalement avalé, elle était restée immobile pendant un moment.

« Miam…, » murmura Marie.

Kaoruko et moi avions souri, en voyant le regard d’étonnement sur le visage de Marie. Elle était vraiment franche quand il s’agissait de ses réactions à la nourriture, et le simple fait de la regarder était une joie. Kaoruko s’était tournée vers moi, souriant d’oreille à oreille.

« C’est tout simplement merveilleux. J’aimerais pouvoir être du kakuni. »

Euh, peut-être elle qui est après tout un peu étrange.

J’avais toujours pensé que Kaoruko était une fonctionnaire au statut précaire. Bien que, je dois admettre, je savais en quelque sorte ce qu’elle ressentait.

« Puis-je t’essuyer la bouche, Marie ? » J’avais demandé ça avec un mouchoir en main, et la fille m’avait regardé avec une expression rêveuse. Puis elle avait hoché la tête, en ayant l’air de ne pas être revenue de son paradis personnel. Le tissu avait absorbé du liquide lorsque je l’avais pressé sur son visage, et j’avais ressenti une douceur moelleuse qui pouvait rivaliser avec la texture du kakuni.

« Kazuhiho, je veux devenir du kakuni, » déclara Marie.

Toi aussi ?

C’était une chose étrange à dire, mais je commençais à être envieux de la popularité du kakuni. Je n’avais même pas encore commencé à manger, mais Kaoruko et moi avions ri à gorge déployée. Quant au riz frit, j’avais allégé l’arôme pour que le kakuni brille vraiment en comparaison, il s’était donc parfaitement assorti à la bière.

Une bière s’était transformée en deux, et le visage de Kaoruko était rose quand nous avions fini de manger. Elle s’était penchée en arrière sur son siège avec un soupir satisfait, et je soupçonnais qu’elle appréciait son repas encore plus que son mari, qui était actuellement en train de boire.

« Ma famille m’a envoyé cette viande depuis Hokkaido, où j’ai grandi. Comme vous le savez, mon mari est un peu en surpoids. J’étais un peu inquiet à propos de toutes ces calories, » déclara Kaoruko.

« Ohh, ça doit être sympa. Je suis né à Aomori, mais je ne suis jamais allé à Hokkaido. » Kaoruko reposa sa joue rouge dans sa main. Elle était plus expressive que d’habitude, grâce à l’alcool, regardant de temps en temps Marie et se mettant à sourire.

« Au fait, où allez-vous tous les deux pour le Golden Week ? » demanda Kaoruko.

« Nous avons pensé que ce serait une bonne occasion de visiter ma maison à Aomori. Je compte aller voir mon grand-père, qui est fermier, » répondis-je.

« Oh, ça a l’air sympa. Où vit-il à Aomori ? » demanda Kaoruko.

« C’est dans la région de Hirosaki, » répondis-je.

Kaoruko s’était arrêtée de parler pour réfléchir, puis avait sorti son smartphone et avait commencé à tapoter sur l’écran. Elle semblait être éméchée alors qu’elle marmonnait, puis elle sourit quand elle trouva apparemment ce qu’elle cherchait. Elle me présenta l’écran, et mes yeux s’élargirent un peu.

« Alors cela serait dommage si vous ne visitez pas cet endroit. Je le recommanderais sans hésitation cette année, » déclara Kaoruko.

Hmm, elle pourrait avoir raison… Si je pouvais emprunter le camion de mon grand-père…

« Merci. Nous aimerions beaucoup y aller, » avais-je répondu, et elle avait rapproché son visage, ivre.

Puis, elle chuchota. « Oui, s’il te plaît, passe un bon moment avec Mariabelle-chan. L’astuce pour la rendre heureuse au maximum est de garder le secret jusqu’à ce que vous arriviez. » Elle s’éloigna avec un sourire sur son visage. Son expression douce semblait vraiment exprimer sa beauté féminine, et je m’étais retrouvé à sourire avec elle. La pluie avait continué à tomber à l’extérieur, bien qu’elle devrait cesser après-demain, selon le bulletin météorologique. J’avais hâte de prendre des jours de congé consécutifs, mais cette période d’attente était peut-être la plus excitante de toutes.

« Était-ce bon, Marie ? » demandai-je.

« Hehehe ! C’était trop bon ! Si j’étais du genre à tenir un journal intime, je remplirais probablement quelques pages en l’écrivant. J’ai l’impression que mon estomac pourrait éclater ! » répondit Marie.

Alors qu’elle était apparemment trop pleine pour se lever, elle m’avait donné son impression en se penchant en arrière sur sa chaise. Elle se plaignait de prendre du poids ainsi, mais il me semblait me souvenir que ses baguettes ne se reposaient pas ne serait-ce qu’un instant pendant le repas.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire