Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 3 – Chapitre 4 – Partie 2

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 4 : La Pièce, l’Esprit et Kakuni

Partie 2

« Tu as déjà mentionné quelque chose comme ça. Je me demande si quelque chose de similaire arrive aussi à Wridra quand elle vient ici, » déclarai-je.

« Dans son cas, c’est un dragon légendaire, donc je pense qu’il y a beaucoup plus qu’elle pourrait faire même au niveau 1. Mais je ne suis pas sûre que le concept de niveaux s’applique à elle, » répondit-elle.

J’avais laissé l’analyse à Marie qui avait fait un signe de tête contemplatif. J’avais mis une poêle sur la cuisinière, j’avais allumé le feu et j’avais commencé à faire cuire le pain trempé dans l’œuf. Un doux parfum avait rempli l’air, grâce au sucre que j’avais mélangé.

« Désolé d’interrompre ton temps de réflexion, mais quel genre de thé veux-tu ? » demandai-je.

« Hmm, je me demande s’il y a aussi des gens de haut niveau dans ce monde… Oh, je voudrais du citron, s’il te plaît. Je détestais les choses acides, mais j’ai bien aimé les saveurs d’agrumes dernièrement », avait-elle répondu, puis elle avait finalement remarqué l’odeur sucrée dans l’air. Son appétit dominait sa soif de savoir, et elle s’était dirigée vers la cuisine où je cuisinais. Une chose qui était différente de l’habitude était la façon dont elle avait un esprit d’eau qui la suivait. Il suivait son maître comme s’il était un animal domestique. « Hmm, ça sent bon. Cuisines-tu avec une poêle aujourd’hui ? »

« Oui, c’est presque fini. Je l’ai trempé dans du jaune d’œuf avant de le faire frire. » Elle avait fait un bruit curieux et avait regardé dans la poêle, mais j’avais dû mettre le couvercle pour le cuire à la vapeur. L’odeur s’était évanouie après que j’ai posé le couvercle, et j’avais commencé à préparer le thé entre-temps. Ensuite, je l’avais transféré dans une assiette et je l’avais mis sur la table avec quelques bananes, et le petit déjeuner était complet. Je m’étais assis en face de Marie, qui s’était empressée de prendre place, et nous avions mis nos mains ensemble pour la routine habituelle.

« Itadakimasu ! »

Marie avait saisi ses couverts comme si elle ne pouvait pas attendre une minute de plus et avait poignardé sa nourriture avec une fourchette. Le pain doré couvert de sirop d’érable s’était déchiré facilement quand elle avait mordu dedans. Le doux parfum de l’œuf s’échappa du pain grillé chaud et le beurre avait rempli sa bouche lorsqu’elle le croqua. Il s’était aussi imprégné dans les parties brûlées, et avait une saveur profonde et riche. Un sourire s’était répandu sur son visage dès la première bouchée, et je pouvais dire qu’elle aimait la saveur, car je pouvais entendre ses pieds flotter sous la table.

« Nnaaah ! Si sucré ! La douceur de l’œuf, du beurre et du sirop s’est imprégnée et… C’est vraiment délicieux ! Je ne peux pas croire que j’ai une telle délicatesse dès le matin. Tu essaies d’utiliser la nourriture comme appât pour les elfes, non ? Ohh, mais c’est gênant. Ça me donne envie de vivre au Japon, sachant que je peux apprécier une telle nourriture ici. »

« Ne vis-tu pas déjà pratiquement ici ? Au moins, je serais heureux si tu vivais avec moi. » Quand je lui avais dit ça, ses yeux violets s’étaient déplacés alors qu’elle avait sa fourchette toujours dans la bouche. Elle avait lentement mâché la nourriture dans sa bouche, puis m’avait jeté un regard en relevant la tête..

« … Pour être honnête, je ressens la même chose. J’ai l’impression de m’être installée ici sans avoir ta permission. Mais c’est ta maison, et j’avais peur que tu me considères comme une nuisance. »

« Haha, je veux que tu passes du temps ici sans te soucier de ce genre de choses. Je ne sais pas si tu peux le dire, mais la recherche de la nourriture que tu aimes est mon dernier hobby. J’ai prévu de m’adonner à ce passe-temps depuis toujours. »

« Oh, je le savais ! Tu as utilisé la nourriture comme appât ! Dommage pour toi, une elfe estimée comme moi ne perdra pas contre la nourriture, les visites touristiques ou les sources chaudes, et je peux profiter de ces choses en sachant très bien ce que tu fais. » Elle m’avait lancé un regard moqueur et obstiné, et nous avions ri tous les deux. Il pleuvait toujours dehors, mais on aurait dit une journée ensoleillée et sans nuages.

Je me sentais un peu timide de le dire, mais je voulais vraiment qu’elle reste avec moi. Depuis qu’elle était entrée dans ma vie, tous les jours avaient été délicieux, et cela valait pour le Japon comme pour le monde des rêves. Nous avions partagé des repas, des vacances aux sources chaudes, des animes, le donjon et d’innombrables joies ensemble. La fille avait posé sa fourchette et avait tendu la main vers moi. Je l’avais naturellement pris dans ma main, et nos doigts s’étaient entrelacés sur la table. Je pouvais sentir sa chaleur à travers ses doigts pâles et fins. En levant les yeux, j’avais constaté que ses joues étaient rouges, le rose se détachant nettement sur sa peau claire.

« Alors, j’aimerais vivre ici. Désormais, ma maison est ici, dans le quartier de Koto, » déclara Marie.

« Bienvenue dans notre appartement. Et cela vaut aussi à l’adorable esprit là, » déclarai-je.

L’esprit flottant dans l’air secoua sa nageoire caudale, éparpillant des gouttelettes d’eau autour de lui. Marie rayonnait d’un sourire satisfait et me frotta la main avec son pouce. Cela m’avait rendu inexplicablement heureux, et nous avions tous les deux ri à gorge déployée. C’était donc le jour où Mariabelle avait emménagé avec moi dans le quartier de Koto.

+ + + + + + + + + +

J’avais regardé par la fenêtre du train pour voir que c’était bien après le coucher du soleil. Je voulais rentrer à la maison le plus vite possible, mais le train avançait si lentement qu’on avait l’impression qu’il ne bougeait pas du tout. Une annonce de retard avait été diffusée par les haut-parleurs. Apparemment, quelqu’un avait déposé ses bagages sur les rails dans une gare. Il y avait des gouttelettes d’eau sur la fenêtre à cause de la pluie qui tombait toujours à l’extérieur. Je pouvais sentir un peu d’humidité, mais heureusement, il n’y avait pas trop de monde à l’intérieur du train, car c’était le début du Golden Week. En y pensant, c’était une journée de travail tout aussi détendue. Mes autres collègues au travail passaient leur temps libre à partir en vacances, à se détendre à la maison ou à rendre visite à leur famille.

Je dois juste finir mon service demain, et je serai enfin libre.

C’est ce qui semblait être le sentiment dans tout le bureau, et il y avait une ambiance générale d’excitation dans l’air. Quant à moi, j’avais l’intention d’aller en Shinkansen dans la région de Tohoku. Je passais habituellement mon temps à la maison chaque année, mais cette fois-ci, mon horaire était assez chargé. Je voyageais sur le Shinkansen avec l’elfe et passais quelques jours chez moi à Tohoku. Rien que d’y penser, et mon cœur s’était mis à battre à tout rompre. Cela faisait un certain temps que je n’étais pas retourné dans ma ville natale, et j’avais hâte de faire visiter à Marie la terre où j’avais grandi. Si seulement cette pluie s’arrêtait…

Vrrr…

Juste à ce moment, mon téléphone avait vibré dans la poche de mon costume. C’était une notification de mon application de médias sociaux, et l’écran affichait le nom de Kaoruko. C’est une femme qui vit dans le même immeuble que moi, celle qui m’avait informé d’un lieu de vacances près de la ville. Le voyage que j’avais fait là-bas avec l’elfe et la draconienne était assez amusant, et nous avions apprécié la journée au maximum. J’avais souri et j’avais lu son message.

« Seriez-vous intéressé par un peu de porc kakuni ? »

J’avais cligné des yeux, confus, face à la question soudaine. Après avoir envoyé quelques messages, j’avais découvert qu’elle avait fait trop de ragoût de poitrine de porc. Son mari, qui travaillait dans un établissement gouvernemental, avait malheureusement reçu une invitation soudaine à une réunion sociale, de sorte qu’il lui restait sa part.

« Kakuni, cela a l’air bien…, » j’avais dit à haute voix sans réfléchir, puis j’avais fermé la bouche en signe d’agacement.

J’aurais pu le faire moi-même si j’avais utilisé la grosse marmite que j’avais, mais il aurait fallu beaucoup de temps pour le faire mijoter, et l’ingrédient principal était de gros bloc de viande de porc, qui n’était pas bon marché. Cela signifie que je n’aurais que le week-end comme option si je devais le faire, mais je n’étais pas sûr de faire attendre Marie pendant tout le temps de cuisson. C’est pourquoi je voulais vraiment des outils permettant de gagner du temps, comme une cocotte-minute, ainsi que d’autres équipements de cuisson. Assez parlé des circonstances de ma cuisine. Je devais décider quoi faire pour l’invitation. Nous vivions dans le même immeuble, et il aurait été dommage que la nourriture soit gaspillée. Je voulais accepter la nourriture avec gratitude, mais il serait impoli de lui prendre simplement de la nourriture et de partir après ça. Il serait préférable qu’elle vienne chez moi et que je la remercie pour les plans de vacances dont elle m’avait fait part il y a quelque temps. Après y avoir réfléchi un moment, j’avais commencé à rédiger ma réponse.

« Alors, que diriez-vous de prendre un repas ensemble ? Marie serait ravie, et je pourrais nous faire du riz frit. » Elle avait répondu tout de suite. Les femmes étaient vraiment rapides à la dactylographie.

« Vraiment ? Oui, j’aimerais beaucoup ! Je vais venir avec mon pot ! » Il y avait un emoji indiquant la joie à la fin de son message. J’avais souri, pensant que c’était drôle de voir comment je pouvais sentir son plaisir à travers le texte, et puis mes yeux avaient rencontré un homme d’affaires qui se tenait près de moi.

Kakuni et du riz frit, hein…

Oui, le repas de ce soir allait être un régal. J’avais seulement souhaité que le train se mette en marche. Contrairement à ce que je ressentais, le train avançait à un rythme étonnamment lent.

J’avais déverrouillé la porte avec un clic et j’avais laissé échapper un soupir. Finalement, j’étais à la maison. Je pouvais ajuster mes heures de travail avec un peu plus d’effort, mais je ne pouvais rien faire pour le train. Mon costume avait aussi l’air assez ridé à cause de l’humidité. Lorsque j’avais ouvert la porte, j’avais été accueilli par de l’air chaud et j’avais remarqué que l’odeur était différente de celle d’habitude. Marie s’était précipitée avec une expression malicieuse, puis avait levé un doigt devant mon visage confus.

« C’est l’heure des questions. Qu’est-ce que j’ai fait aujourd’hui ? » demanda Marie.

Ma confusion n’avait fait que s’aggraver. Mais quand elle avait pris mon sac, il y avait une aura chez elle comme si elle attendait beaucoup de compliments. J’avais senti un sourire involontaire se glisser sur moi alors que je regardais le visage excité de Mlle l’Elfe.

« Voyons voir… Tu as fait la lessive ? As-tu fait la vaisselle ? » demandai-je.

« Fauxxxx. Eh bien, j’ai fait ces choses, et j’ai aussi nettoyé la maison, mais j’ai fait autre chose que je n’avais jamais fait auparavant. Sais-tu ce que c’est ? » En plaçant mes chaussures sur l’étagère à chaussures, j’avais rencontré ses yeux violets.

Hmm, qu’est-ce que ça pourrait être ?

J’avais retiré ma cravate en regardant autour de moi, sans rien remarquer d’extraordinaire. C’était étrange de constater à quel point l’air était pur, malgré ce temps pluvieux.

« L’air pur… Attends un peu. » Je m’étais figé en enlevant ma veste. Un fluide transparent flottait au milieu de la pièce, et j’avais failli laisser échapper un cri aigu. J’avais réussi à l’arrêter juste avant qu’il ne s’échappe de ma bouche, mais je regardais ce qui semblait être un liquide flottant à l’intérieur d’un vaisseau spatial. Mon cœur battait dans ma poitrine presque au point de me faire mal, mais j’avais pu feindre le calme.

« Hm, est-ce l’esprit d’eau que tu m’as montré ce matin ? » L’elfe à moitié féérique avait appris à contrôler les esprits même quand nous étions à Tokyo. Il va sans dire que tout autre humain aurait crié s’il avait été confronté à un tel spectacle. En m’approchant un peu plus, j’avais remarqué qu’un poisson d’un bleu marine pâle nageait au centre de la masse liquide. Je m’étais retourné, et l’utilisatrice d’esprits se tenait là avec une expression de fierté sur son visage. « … L’esprit absorbe-t-il l’excès d’humidité de l’air ? »

« Correct ! Te souviens-tu que tu as dit qu’il y aurait beaucoup d’humidité à partir du mois prochain ? J’ai fait des expériences pour voir si je pouvais faire le contraire de ce que je faisais dans l’autre monde. » Maintenant qu’elle l’avait mentionné, je m’étais souvenu qu’elle ajustait la température en contrôlant la vaporisation. C’était aussi surprenant, mais réaliser un tel exploit ici au Japon n’était rien de moins qu’étonnant.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre, pour précisions, Koto est un des arrondissements de Tokyo au bord de la baie de Tokyo, et Tohoku est le nom d'un région au nord de Honshu.

Laisser un commentaire