Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 3 – Chapitre 3

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 3 : S’amuser dans le donjon antique

***

Chapitre 3 : S’amuser dans le donjon antique

Partie 1

La lame noire de Wridra passa lentement au-dessus. Cependant, la vitesse de la lame ne semblait pas correspondre à la force de l’élan. Bien sûr, j’avais senti des sueurs froides jaillir de mon corps alors que cela passait à côté de moi.

« Haha, ha… Cette frappe aurait pu tuer un tas de koopahs d’un seul coup, hein ? » demandai-je.

« C’est absurde ! Ces têtards ne sont pas dignes d’être considérés comme mes adversaires. Accélérons les choses, d’accord ? » déclara Wridra.

Je me tenais face à face avec Wridra pour une raison quelconque, sans ralentir notre avance dans le couloir pendant tout ce temps. Elle ne se battait pas à fond, bien sûr, et ce n’était probablement qu’un jeu pour elle. Malgré tout, mon esprit et mon corps criaient déjà à la miséricorde. Comme c’est étrange… Je pensais que nous avions décidé de prendre notre temps et de profiter de la vue en rentrant. D’autre part, Marie observait tranquillement les salles et les sculptures, et Wridra se joignait à elle pour explorer notre environnement lorsque j’étais essoufflé et je prenais du repos. Des monstres étaient sortis de temps en temps, mais ils s’étaient immédiatement enfuis quand ils avaient senti la pression intense du combat entre Wridra et moi.

C’est moi ou je suis le seul à travailler dur ?

« Comme c’est grossier. J’ai aussi été occupée à améliorer mes compétences. Tu vois ? Regarde, » déclara Marie.

« Quelque chose bouge sur le sol… Ah, est-ce un esprit de pierre ? » Il y avait là quelque chose en forme de bloc, et les pierres en question s’agglutinaient les unes sur les autres alors qu’elles s’alignaient et s’empilaient les unes sur les autres. Leurs mouvements coordonnés avaient servi de preuve que Marie avait amélioré ses compétences en travail d’équipe.

« Tu vois ? Moi aussi, j’ai fait un effort. Il est déjà en hausse de deux niveaux, et ton… wôw, ton niveau d’épée à une main est augmenté de trois ! » annonça Marie.

« Hmm, il semble que tu puisses en supporter plus. Tu paresses depuis trop longtemps avec ce regard endormi. Il est temps pour toi de t’entraîner sérieusement. » J’avais baissé la tête. Comment Wridra a-t-elle pu voir mes statistiques ?

« Pourquoi lui as-tu donné la permission de voir mes statistiques, Marie ? » demandai-je.

« Je ne pensais pas que ce serait un problème. On n’est peut-être pas à un groupe, mais on est tous amis ici, » répondit Marie.

« En effet. Et même s’il t’arrivait quelque chose, tu te réveillerais à nouveau au Japon. » Wridra avait ri à haute voix, mais je ne comprenais pas ce qu’il y avait de drôle là-dedans.

« Eh bien, il est temps de te faire part de mes frustrations de ne pas être capable de monter le Shinkansen… Je veux dire, il est temps de te montrer ma gratitude pour tout ce que tu fais et de te former correctement, » déclara Wridra.

Ouais, elle a totalement laissé échapper ses vraies pensées tout à l’heure. J’aurais préféré ne pas entendre ça. Quoi qu’il en soit, j’avais été surpris par la rapidité avec laquelle je m’améliorais. Il va sans dire que plus l’adversaire était fort et plus l’entraînement était difficile, plus les compétences s’amélioraient rapidement. Wridra s’en prenait délibérément à moi avec une intensité meurtrière pour rendre l’entraînement d’autant plus efficace… Du moins, j’espérais que ce soit la raison. L’autre mérite ici, c’est que je n’avais pas vraiment à composer avec la douleur ou la fatigue parce que j’étais dans le monde du rêve. Dès le début, j’étais à un niveau élevé, et mes capacités physiques étaient assez élevées en conséquence. Malgré le fait d’être trempé de sueur, je ne me sentais que légèrement fatigué. Mais je voulais bientôt me reposer… J’avais essayé de trouver une excuse pour faire une pause, quand l’occasion s’était présentée.

« On a de la chance que les autres équipes se soient dépêchées. Ils n’ont pas ouvert les coffres aux trésors, » déclarai-je.

« « Coffre aux trésors ! » » s’exclamèrent les deux filles.

J’étais soulagé de constater que j’avais réussi à les distraire. Je n’avais pas menti quant à mon désir de me reposer. J’avais montré le couloir sombre, où l’on pouvait voir un coffre au trésor placé là. Il était rectangulaire avec un dessus incurvé, du genre de celui que l’on voyait habituellement dans les jeux vidéo.

« Ces types de coffres au trésor sont en fait les plus dangereux. Vous devriez vérifier ci-dessus…, » Wridra s’approcha du coffre sans m’écouter, et à ce moment, quelque chose descendit du plafond… Puis il s’était envolé en un clin d’œil au contact de la queue de Wridra ! C’était plusieurs fois plus grand qu’un Koopah, mais je n’avais rien vu.

« Je vois que c’est fermé à clé… Hmm, ce serait plus rapide de simplement le casser, » déclara Wridra.

« C’est peut-être un piège. Laisse-moi m’en occupé…, » déclarai-je.

Bam ! Bam ! Crack ! Pew ! (Le bruit d’une aiguille empoisonnée qui s’envole et se brise)

Wôw… Elle vient juste de l’ouvrir…

Avec une Magi-Drake errant dans le donjon, j’avais supposé qu’on n’y pouvait rien. Je m’y attendais, et j’étais content qu’elle ne se déchaîne pas. Des pièces de monnaie de couleur terne et une gemme retentissante se dispersèrent sur le sol. Nous les regardions tous avec le même regard…

« Wôw, regardez ça. Hmm, ça pourrait-il être une monnaie ancienne ? » demanda Marie.

« Euh, ces pièces sont assez vieilles. Laisse-moi jeter un coup d’œil, » déclarai-je.

Oh, c’est…

Marie m’avait donné une pièce de monnaie beaucoup plus lourde que je ne l’imaginais. Je ne m’intéressais pas trop à l’argent dans ce monde, mais je me sentais transpirer en le tenant dans ma main. J’avais versé de l’eau de ma bouteille dessus et je l’avais frottée avec ma manche. Ce n’était pas la meilleure façon de nettoyer quelque chose comme ça, vu que ça pouvait laisser des rayures, mais je voulais juste le tester sur une pièce. La pièce brillait de l’illumination fournie par les esprits de lumière, et les yeux de Marie s’élargirent.

« C’est définitivement une pièce d’or. Et la couleur me dit qu’il a une grande pureté. C’est très vieux, mais on dirait qu’elle n’a pas l’air d’avoir été utilisée, et elle semble bien conservé, » déclarai-je.

« Veux-tu dire que c’est de l’or ? » Je l’avais posé sur la paume de la main de la fille, et elle avait exhalé avec surprise. Ce n’était peut-être pas si impressionnant pour un dragon, mais ça l’était pour nous. L’or était aussi précieux dans ce monde, et c’était quelque chose que toutes les femmes semblaient admirer. Wridra nous avait regardé fixement un moment, nous avait donné l’impression qu’elle allait dire quelque chose, puis elle avait fermé la bouche.

« Hm… ? Autant prendre ça. Au fait, avez-vous vu quelque chose comme une gemme s’envoler dans cette direction ? » demanda Marie.

« Je ne sais pas où elle est allée. Wridra, peux-tu ouvrir le prochain correctement ? » On s’était séparés pour le trouver, puis on l’avait trouvé coincée entre le pavé de pierre. Wridra l’avait pris entre ses doigts.

« Celui-là a peut-être plus de valeur. Il semble être enchanté par un effet magique appelé Réplique. C’est un sort assez ancien. » Selon elle, Réplique vous permettrait de copier la couleur et la forme de la cible lorsqu’elle était utilisée. Le problème, c’est que ça ne marchait pas sur les créatures ni sur les pouvoirs magiques. Je n’étais pas sûr de l’utilité, mais cela aurait pu s’avérer utile un jour. J’allais gracieusement mettre les pièces d’or et la gemme dans mon sac, quand la jeune elfe avait parlé.

« Tu ne trouves pas ça étrange ? Cet endroit a été découvert il y a un bon moment, mais personne n’a vérifié le coffre au trésor près de l’entrée. »

« Maintenant que tu en parles… Je crois savoir que l’équipe de raid actuelle est pressée, mais l’équipe préliminaire qui l’a précédée aurait dû vérifier chaque recoin. » J’avais regardé les pièces d’or dans ma main. Ils étaient une vingtaine, et leur poids notable me disait qu’ils avaient un rapport or/métal d’apport élevé… mais était-ce vraiment de l’or ? Comment aurais-je pu vérifier pour m’en assurer ? Après y avoir réfléchi pendant un certain temps, j’avais soulevé la gemme que nous venions de trouver.

« … Activer Réplique. » Un rayon de lumière s’étendit de la gemme et frappa la pièce d’or. Elle avait fait quelques bruits de clics en analysant la cible à copier. Puis elle fit un bip aigu, et les mots « Ne peut pas être copié » apparurent au-dessus de la gemme. Essentiellement, cela signifiait que les pièces de monnaie n’étaient pas des « objets ». Alors, c’était quoi ? À ce moment-là, ils semblaient détecter le changement d’humeur et changer de forme. Des jambes minces avaient poussé, et les pièces étaient tombées de ma main, l’une après l’autre. La sensation de leurs petites jambes et le fait de les voir se déverser de ma main m’avaient fait ramper du froid dans le dos. Un frisson m’avait parcouru la colonne vertébrale.

« Eeeeeeeek... ! »

« Eyaaaaaaaaah ! » Marie et moi nous étions éloignés des fausses pièces de monnaie, puis nous nous étions accrochés l’un à l’autre. Je sentais son cœur battre contre moi, et le mien était probablement dans le même cas. Ils s’enfuirent dans les crevasses tout en émettant une lueur terne et disparurent en un rien de temps.

« Gff… Gaha, hehe… Ehehehehehe ! » Wridra se tenait dans le couloir, le ventre serré, et elle se pencha en riant.

« Tu le savais, Wridra ! Et tu regardais ça ! » m’écriai-je.

« Ah, je n’ai aucune idée de ce dont tu parles. Et n’oublie pas que je ne suis pas membre de ton groupe. Enfants de l’homme, vous devez être vigilants en tout temps lorsque vous traversez le donjon. » Elle nous avait regardés avec une expression sérieuse, mais elle se couvrait la bouche avec sa main. Elle cachait visiblement le sourire qu’elle ne pouvait contenir.

« … C’est toi qui as ouvert le coffre au trésor, » déclarai-je.

« Je ne l’ai pas ouvert. Je l’ai touché et il s’est cassé. C’est vous deux qui avez récupéré son contenu. » C’était difficile de la prendre au sérieux avec son estomac tremblant pendant qu’elle parlait, mais elle n’avait probablement rien dit parce que c’était inoffensif, donc je ne pouvais pas être trop bouleversé à ce sujet. Je m’étais retourné pour trouver les fausses pièces de monnaie qui retournaient joyeusement dans la boîte aux trésors endommagée.

Ah, j’ai compris.

Ils allaient infiltrer le sac de la victime sans méfiance en se faisant passer pour une pièce de monnaie, puis allaient voler quelque chose dans le sac pour retourner dans la boîte au trésor. Ce qui voulait dire que la gemme qui était dans la boîte avait pu être le trésor de quelqu’un d’autre à un moment donné. Alors je regardais la lueur dans la gemme, mes yeux s’étaient un peu élargis.

« Oh, cette chose pourrait être très précieuse, » déclarai-je.

« Pourquoi est-ce que c’est comme ça ? Parce qu’il pourrait découvrir si quelque chose est vraiment une créature ou non ? » demanda Marie.

« Non, pas ça. Parce qu’il pourrait même reproduire des choses aussi précieuses que des trésors nationaux. N’est-ce pas incroyable si vous voyez les choses de cette façon ? » répondis-je.

La fille avait sorti un « Ah ! » Même si la gemme ne valait plus grand-chose, elle pourrait devenir inestimable un jour.

« Je suis content que ce ne soient pas de vraies pièces d’or. On aurait pu gaspiller l’effet Réplique pour de l’or. Ce n’est pas passé loin, » déclarai-je.

« C’est un peu effrayant d’y penser. OK, rangeons-le et gardons-le en sécurité pour l’instant, » déclara Marie.

C’est ainsi que nous avions obtenu la gemme rare avec un effet de Réplique. Nous l’avions enveloppé d’un morceau de tissu et l’avions caché. Marie et moi avions échangé des sourires, reconnaissant que ce soit le premier butin que nous eussions trouvé ensemble. Pendant ce temps, l’homme qui était apparu pendant que nous attendions notre tour dehors fouilla dans ses poches à la recherche de quelque chose, mais nous n’étions absolument pas au courant de cet événement.

***

Partie 2

Le parfum du thé avait rempli l’air quand j’avais commencé à verser l’eau chaude. Le service à thé que j’avais arrangé avec nos feuilles de thé coûteuses était plutôt bon marché, mais je voulais que l’accent soit mis sur la saveur cette fois-ci. Un lézard de feu était recroquevillé sur le sol, et il avait clignoté ses yeux de fouine quand j’avais placé la bouilloire sur lui. Je lui avais chuchoté qu’il pouvait continuer à dormir un peu plus longtemps, et il s’était remis à somnoler. J’avais entendu dire que le donjon pouvait être froid, alors il aurait peut-être été bon d’envisager de préparer de la nourriture chaude. C’est une bonne chose que j’aie apporté du matériel de camping dans mon sac. Cette pensée m’avait traversé l’esprit lorsque j’avais porté le service à thé à Marie, qui attendait avec un livre à la main.

« Je suis content qu’il y ait eu une chambre pratique pour nous. Il y a même une table. Peut-être que celui qui vivait ici s’est assis sur cette chaise et a lu avec élégance des livres comme tu le fais maintenant, Marie, » déclarai-je.

« Cette personne a dû avoir une vie très confortable. Je suis sûre qu’on s’entendrait. » La fille avait fait une pause et s’était retournée. Il semblait que cet endroit était autrefois une sorte d’étude. Les étagères étaient remplies de livres divers, et ils étaient en bon état grâce à l’effet de conservation appliqué aux étagères. Il s’agissait de livres précieux des temps anciens, mais il était trop difficile de les emporter avec nous, alors nous avions décidé de faire une pause ici et de prendre un repas tout en lisant.

« C’est bien qu’il n’y ait pas non plus beaucoup de poussière ici. Peut-être qu’il y a quelque chose en place ici pour le garder propre et faire circuler l’air, vu comme c’est bien rangé, » déclarai-je.

« Je ne serais pas surpris. Les arts anciens étaient très habiles pour ce genre de choses. Surtout quand il s’agit de ventilation — oh, merci. Je me sens si gâtée, à siroter du thé en lisant un livre, » j’avais placé une tasse de thé à côté de Marie pendant qu’elle lisait. Des esprits de lumière illuminaient la pièce pour que nos yeux ne soient pas distraits par la lecture.

« Ne t’inquiète pas, tu travailles. Fais attention à ne pas renverser. » La fille avait levé les yeux en réponse, puis son visage s’était détendu en un sourire. J’avais récemment réalisé qu’elle aimait qu’on s’occupe d’elle, et elle savait déjà que j’aimais m’occuper des gens. Elle avait tiré sur ma manche, ce que j’avais interprété comme son désir que je m’assoie à côté d’elle. Nous avions eu tendance à être très sensibles l’un envers l’autre. J’avais accepté son invitation et je m’étais assis à côté d’elle, la trouvant en train de me regarder avec ses grands yeux.

« Alors, qu’est-ce que tu lis ? » demandai-je.

« Hmm, c’est une étude sur les origines des créatures magiques primitives. On dit que l’époque actuelle est l’ère des humains, mais il y a longtemps, c’était l’ère des monstres. On l’appelait aussi l’ère de la nuit. » Elle me l’avait demandé si je le savais, et j’avais secoué la tête. Elle semblait heureuse d’avoir l’occasion de m’enseigner. Elle avait ouvert en grand le livre pour que nous puissions tous les deux voir.

« Il y a très, très longtemps, il n’y avait que la nuit dans le monde. Les créatures avaient un corps blanc, et elles étaient physiquement très faibles, » déclara Marie.

« Hein, il faisait toujours nuit ? Cela devait être bien pour dormir, » déclarai-je.

« Oh, mais si tu dors autant, tu finiras probablement par perdre tes yeux. » Nous avions gloussé. J’étais toujours celui qui lui faisait la lecture, mais cette fois, c’est elle qui l’avait fait. Peut-être que c’était pour ça qu’elle semblait si heureuse. Elle avait pris sa tasse avec ses doigts fins et pâles et avait pris une gorgée. Pour une raison inconnue, le simple fait de la voir comme ça m’avait fait me sentir chanceux. Ses cheveux blancs et soyeux étaient brillants et ses yeux violets se tournaient vers moi. C’était étrange de voir la joie que j’avais ressentie en sachant qu’elle appréciait une tasse que je lui avais préparée.

« Miam… C’est doux et parfumé. Je pourrais juste oublier l’ancien donjon qui se trouve ici. Ça me fait penser que je suis dans ta chambre, » déclara Marie.

« Nous avons eu de la chance de trouver une chambre aussi confortable. Prenons quelques sandwiches que j’ai apportés. Wridra, s’il te plaît, vient t’asseoir pour qu’on puisse manger, » déclarai-je.

« Il était temps ! » La femme aux cheveux noirs qui surveillait les étagères tourna sur elle-même pour nous faire face avec une vitesse incroyable. Il était étrange de voir à quel point ses mouvements étaient légers, malgré la lourde armure qu’elle portait sous forme de robe. Mais quand elle s’était assise devant nous, la chaise avait grincé sous la pression.

En voyant cela, Marie avait commenté, « J’imagine que ton mari doit être très fort, Wridra. »

« En effet, il est terriblement fort, bien que je ne sache pas où il batifolait en ce moment. » Elle parlait comme si elle énonçait une évidence avec sa première déclaration, puis elle se renfrognait avec la suivante. Nous ne pouvions pas nous empêcher de rire, et j’avais placé quelques paquets sur les tables comme elle le demandait. Une rangée de sandwiches était disposée sur la table. Les ingrédients rouges, verts et jaunes entre le pain blanc étaient appétissants à voir. J’avais pris des conseils dans les dépanneurs et j’avais farci chaque sandwich avec beaucoup d’ingrédients, et ils s’étaient révélés plutôt bons. Les filles avaient l’air ravies, elles aussi.

« Wôw, les légumes les rendent si colorés et jolis ! Et ils sentent aussi si bon, » déclara Marie.

« Ahh, du pain blanc ! Comme c’est luxueux. Hm, ils sentent bon, en effet, » déclara Wridra.

Marie avait l’habitude de nos petits déjeuners, mais le pain blanc à grain fin avait peut-être été un rare plaisir pour Wridra. J’avais distribué quelques sandwiches, et puis nous avions tous mis nos mains ensemble et dit « Itadakimasu » en japonais.

« Oh, il n’y a pas de croûte sur le pain. Et il est un peu plus mince que d’habitude. Est-ce pour réduire l’épaisseur globale même avec tous les ingrédients utilisés ? Alors, voyons voir le goût que ça a…, » Marie et Wridra avaient chacune tenu un sandwich avec leurs deux mains et en avait pris une bouchée. Elles mordirent facilement dans le pain de mie et son parfum remplit alors leurs sens. Le sandwich au fromage, au jambon et aux légumes avait fait un son croustillant pendant qu’elles le mangeaient, et elles avaient certainement apprécié la texture.

« Hmm, les légumes frais ont une si belle texture. Héhé, les tomates sont vraiment bonnes ! » Les deux filles se regardèrent avec des sourires, leurs yeux brillaient de plaisir. La saveur du fromage, la présence de la viande et la texture croustillante en faisaient un merveilleux repas léger. Le goût savoureux du fromage s’était encore accentué à mesure qu’elles continuaient à mâcher.

« Ah, c’est trop. La texture et la saveur sont vraiment agréables. Sans parler de la qualité du thé… Hm, une saveur si raffinée. » Elle avait pris une gorgée de ce thé aromatique, nettoyant ainsi son palet. Cela lui avait permis d’apprécier à nouveau la saveur du sandwich en prenant une autre bouchée. Soudain, je m’étais souvenu que j’avais des condiments dans mon sac et je les avais sortis.

« Celui-ci est le sel, et l’autre est le poivre. Utilisez-en autant que vous voulez, » déclarai-je.

« Tu es vraiment si prévenant. On est là, dans ce donjon sombre, mais j’ai l’impression qu’on est au restaurant, » déclara Marie.

Maintenant qu’elle l’avait mentionné, cet endroit avait ce genre de vibration. Nous étions entourés de bibelots et de meubles anciens, et l’éclairage chaleureux rappelait sans aucun doute celui des restaurants. La jeune elfe était avec un large sourire en mangeant, et les livres qu’elle avait choisis avaient été déplacés sur le bord de la table avant le début du repas. Il semblait que son appétit pour la nourriture était plus fort que sa soif de connaissance.

« C’est quoi ce truc jaune ? Oho, c’est assez riche. Et avec un soupçon de douceur… Ah, c’est merveilleux, » déclara Wridra.

« C’est un sandwich aux œufs. Et celui-ci est le sandwich au thon que tu aimes, Wridra. Ils sont tous les deux assez populaires. Je suppose qu’on ne peut jamais se tromper avec les grands classiques, hein ? » Les mains de Marie et Wridra s’étaient penchées, avaient attrapé des sandwiches au thon et les avaient retirés de la boîte.

Quoi ? Déjà parti ? J’étais resté assis, abasourdi, pendant une minute, et j’avais regardé les filles se remplir la bouche avec une vigueur joyeuse. Elles avaient saupoudré leurs sandwiches de poivre, ce qui avait donné encore plus de profondeur à la saveur. Hmm, peut-être que le thon est populaire dans ce monde de rêve. Elles semblaient aussi être de grands fans des boulettes de riz, alors peut-être qu’elles aimaient les saveurs qui avaient un léger goût de gras en eux. Les voir apprécier autant la nourriture me donnait aussi envie de manger. Pourtant, cela me rendait heureux de les voir si heureuses. La nourriture n’avait rien de spécial, mais leur joie désinhibée était tout à fait réconfortante.

« Wôw… Délicieuse nourriture et thé aromatique… Je peux à peine croire que nous sommes dans un ancien donjon, » déclara Wridra.

« Ouais, ça a le même charme qu’une chambre dans un restaurant chic. Il pourrait même avoir un meilleur goût que d’habitude ici. » Elles avaient continué à mâcher et avaient hoché la tête en réponse.

« Je le pense aussi. J’étais nerveux au début, mais je suis surpris de voir à quel point on s’amuse, » déclarai-je.

« Je suis d’accord. Bien que je n’aie rien à craindre, cet endroit m’a rappelé mon passé, et converser avec vous deux a été très divertissant, » déclara Wridra.

C’est un soulagement. J’étais heureux qu’elles puissent maintenant comprendre à quel point les donjons pouvaient être amusants. Je croyais fermement que les aventures n’étaient pas quelque chose qu’il fallait craindre et qu’il fallait en profiter pleinement. Après avoir versé plus de thé, nous avions pu passer du temps à lire les livres dans la pièce, à vérifier les écrans d’état de chacun et à nous reposer après les repas. Se reposer correctement était important pour la digestion. Je pensais que Wridra se serait ennuyée dans un endroit comme celui-ci, mais elle semblait curieuse de la construction de l’Outil magique et avait commencé à le démonter pour voir comment il fonctionnait.

« Je suis sûr que ça ira, mais ne le casse pas, s’il te plaît, » lui avais-je dit.

« N’importe quoi, » elle avait riposté.

***

Partie 3

Bzz, bzzzz, bzzz…

Dans le lourd bruit du bruit blanc, on pouvait entendre la voix d’une femme. Il y avait de la frustration et de la douleur dans sa voix, et il était clair, même sans visuel, qu’elle était couverte de sueur et de saleté.

« Ahhh, ils sont morts ! Bon sang, bon sang ! C’est l’Andalusite. Nous abandonnons notre position et battons en retraite ! Hé, mettez en place une barrière anti-physique ! Préparez un sort de réflexion pour les repousser le plus longtemps possible ! Toi, là ! Ne brise pas la formation sans permission ! » L’homme qui avait répondu au message du lien de communication était devenu hagard rien qu’en écoutant l’audio. Il était enfin arrivé à l’entrée, mais la pensée de la femme pour qui il avait presque professé des mots d’amour allait être mangée par des monstres n’était rien de moins qu’un cauchemar. Mais non, ce n’était pas un rêve. La réalité était bien plus horrifiante. Saisissant l’outil magique avec une poignée blanche, il avait crié en réponse.

« Riiing... Bzz… C’est Pierre de Sang. Nous venons en renfort pour votre retraite. Wôw, qu’est-ce qui se passe ici ? Ils grouillent partout comme une bande de piranhas. » Un peu abasourdi, il avait regardé le troupeau de monstres qui courait devant lui. Il n’avait aucune idée de comment ils pouvaient sortir victorieux de cette situation. Revenant à la raison, il avait craché ses ordres au reste de son équipe. « Agissez sur la porte ! Vite ! Il n’y a pas de temps à perdre. Commencez à lancer un énorme sort d’explosion. Je me fiche que leur position se retrouve dans le rayon de l’explosion. Nous activerons l’explosion au moment où ils commenceront à battre en retraite. Faites-le ! »

« Bzz... Bien reçu. Faites-moi savoir quand vous aurez fini de lancer le sort. Nous nous dépêcherons de partir le plus vite possible. Tout le monde sait que s’arrêter de courir signifie la mort ! » Le groupe le long du mur avait poussé un cri collectif d’affirmation, comme si c’était leur dernier souffle. La masse de monstres avait poussé comme une vague déferlante, comme s’ils essayaient de noyer la volonté des aventuriers à survivre. À ce moment, un des hommes avait crié, les yeux fous emplis par la peur.

« A-Ahh, aaahhh ! D-Démon ! C’est un démon ! Ce truc avec les cornes noires ! C’est ce qui fait sortir tous ces monstres ! » Il avait pu l’apercevoir parce que le plafond était devenu complètement rouge. La magie qui avait été tissée pour invoquer les flammes cramoisies l’avait été sans égard pour la protection du reste du raid, et elle avait été lancée avec l’espoir de pouvoir compter sur des sorts de résurrection miraculeuse par la suite. Il n’avait fallu que quelques dizaines de secondes pour lancer le sort, mais les cadavres s’accumulaient entre-temps. La barrière qu’ils avaient érigée plus tôt était leur dernière ligne de défense, et la femme à la tête du groupe ensanglanté avait crié,

« Oubliez le compte à rebours ! Lancez le sort dès que les incantations sont terminées ! »

« Préparez-vous ! Ne faiblissez pas ! Courez, courezzzzz ! La porte sera scellée dans trente secondes ! Courez avec tout ce que vous avez si vous ne voulez pas mourir ! »

Le hall avait changé soudainement et complètement. Ce spectacle, qui était comme si le soleil venait de s’écraser sur le monde, était un spectacle dont personne ne voulait plus jamais être témoin. Ceux qui avaient couru plus vite que les autres qui avaient pris du retard avaient été les plus chanceux. Les premiers pouvaient survivre, tandis que les seconds s’évaporeraient ou se feraient dévorer par des monstres. Ceux qui se déplaçaient à un rythme intermédiaire étaient engloutis par les flammes, roulant sur le sol jusqu’à ce qu’ils meurent. Les aventuriers les plus rapides trébuchèrent les uns sur les autres en essayant de s’échapper avec l’odeur de leurs amis brûlants dans l’air. Tous ceux qui s’étaient retournés et qui avaient vu l’horreur se dérouler derrière eux avaient eu leur visage faisant disparaître toute émotion. Des gémissements de chagrin avaient rempli l’air, se joignant à un chœur de douleur. Ils avaient réalisé que la femme qui avait tant essayé de mener son équipe en sécurité avait été laissée derrière, et que l’homme qui l’aimait avait sauté dans le feu après elle. Il n’y avait rien qu’ils puissent faire. Rien que des pleurs alors qu’ils poussaient la porte fermée, scellant le hall derrière eux. Une bouffée d’air chaud s’était produite alors que la porte se fermait hermétiquement d’un bruit sourd et les survivants avaient regardé la porte dans un silence étonné. C’était tout ce qu’ils pouvaient faire.

Les flammes rugissaient dans la pièce derrière la porte comme une fournaise. Il continuerait à brûler jusqu’à ce que tout l’oxygène à l’intérieur soit épuisé. Les innombrables monstres furent réduits à des enveloppes noires et rondes. Les seuls qui restaient debout dans cette pièce étaient l’homme et la femme, qui se faisaient face. Seuls les ourlets de leurs vêtements avaient été brûlés, grâce à la barrière dressée par la femme aux cheveux de feu, mais elle n’avait plus beaucoup de pouvoir en elle. Elle avait faiblement prononcé, « Pourquoi ? » On dirait qu’elle pouvait disparaître à tout moment. L’homme regarda son entourage comme s’il observait le coucher du soleil, puis il répondit.

« Je n’ai toujours pas entendu ta réponse. Si tu continues à retenir ta réponse après que je t’ai dit ce que je ressentais pour toi, tu me posséderas jusqu’à ma mort, Doula. » Il avait haussé les épaules, et la femme nommée Doula avait cligné des yeux.

« … Imbécile, es-tu venu ici juste pour demander ça ? Eh bien, je vais continuer à retenir ma réponse. »

« Hé, allez. Tu vas vraiment me laisser brûler à mort pendant que ça n’est pas réglé ? » Voyant un soupçon de colère sur son visage, la femme lui répondit avec un sourire détendu.

Je veux que tu continues à t’accrocher à moi pour toujours. Ne me laisse jamais partir, Zera.

Au moment où il avait entendu ces mots, c’était comme si la femme qui avait été formée pour être soldat avait renaît comme une jeune fille innocente. Elle ne s’était pas éloignée quand il l’avait prise dans ses bras, et elle avait fermé les yeux en souriant quand sa main avait touché sa joue.

Avant qu’il ne le sache, elle était dans ses bras.

Avant qu’il ne s’en rende compte, leurs lèvres étaient ensemble, leurs corps se tenant fermement l’un à l’autre.

Alors qu’il fixait ses yeux couleur d’acier, le désir d’empêcher cette belle femme de mourir brûlait au plus profond de Zera. L’émotion avait pratiquement jailli de sa poitrine, s’enflammant encore plus que les flammes qui les entouraient.

Les monstres pourraient-ils continuer à émerger sans fin ? La question soudaine était venue quand il avait remarqué les silhouettes dans le coin de la pièce. Certains d’entre eux brûlèrent à mort au moment de leur apparition, mais ils continuèrent à apparaître sans fin dans la flamme qui se mourait progressivement. Mais il savait déjà quoi faire. Un sourire sauvage indiquant ses instincts de combat féroce se répandit sur son visage.

« Je vais te montrer mon atout pour commémorer ce moment, » déclara-t-il.

« Commémorer ? Oh, tu veux dire qu’on se retrouve enfin ensemble ? Je suppose que tu ne parles pas de fleurs ? » demanda-t-elle.

« C’est assez proche. C’est une technique transmise par la lignée de la Maison Mille. » Il avait fait un sourire déterminé, puis s’était éloigné de la femme qu’il aimait. Se tournant vers la masse noire qui s’avançait vers lui, il cria comme pour brûler son âme.

« Voilà… c’est parti… De la magie noire à grande échelle… Mille éclats !! » Son appel avait été répondu par une tempête de destruction qui avait rempli le hall.

***

Partie 4

J’avais enveloppé le service à thé avec du tissu pour qu’aucune des pièces de vaisselle ne s’écaille, puis je les avais placées une par une dans une boîte. J’avais retrouvé une grande partie de ma vitalité grâce au long repos que nous avions pris. Bien que, pour être honnête, je m’étais simplement entraîné en cours de route sans me lancer dans de véritables batailles. Je m’étais retourné pour trouver Marie qui se demandait s’il fallait remettre les livres sur les étagères ou les emporter avec elle. Elle semblait encore plus petite que d’habitude, tenant les gros livres, et je lui parlais doucement.

« Nous pouvons nous détendre dans cette pièce pour le reste de la journée si tu le souhaites, » déclarai-je.

« Non, c’est bon. On n’est pas trop loin de l’entrée, et on peut toujours revenir plus tard. Je suis sûre qu’il y a un Boss ou un gros ennemi si on va plus loin. Ça a l’air plus excitant que de rester ici, » répondit Marie.

Oui, Wridra et moi avions ressenti la même chose. J’avais regardé la carte en trois dimensions pour constater que les parties du raid étaient concentrées dans les sections du centre et de l’ouest, alors nous avons décidé de prendre la route de l’est. Il y avait aussi des points de lumière près de nous, mais il était possible qu’ils ne trouvent rien de remarquable, car beaucoup d’entre eux s’éloignaient des autres. Le seul problème, c’est qu’ils avançaient beaucoup plus lentement que je ne l’avais prévu. Je m’étais dit qu’ils faisaient des pauses au fur et à mesure, comme nous.

« Oh, si les autres prennent aussi leur temps pour vérifier la zone, ils pourraient prendre tous les objets de valeur avant qu’on ne les atteigne, » déclarai-je.

« Hm, il semble qu’il n’y ait pas besoin de s’inquiéter à ce sujet. Hah, hah, ces Outils Magiques sont aussi divertissants que les films. C’est une image assez spectaculaire, » déclara Wridra.

« Hein ? As-tu dit quelque chose, Wridra ? » Quand j’avais demandé, elle avait seulement souri et m’avait dit de ne pas m’inquiéter. Nos estomacs étaient bien remplis, alors il était temps qu’on parte. Nous n’avions même pas encore trouvé une seule pierre magique, après tout. Nous avions bâillé tous les trois à l’unisson et avions quitté l’aire de repos ensemble.

Maintenant, il était temps de reprendre l’exploration du donjon. Nous ne pouvions évidemment pas voir le soleil depuis l’intérieur du donjon, donc nous n’étions pas sûrs de l’heure qu’il était. De plus, comme il n’y avait pas d’horloges dans ce monde, personne ne pouvait donner l’heure exacte ici. Cependant, il se trouvait que j’avais un sens du temps assez aigu. C’était parce que j’avais besoin d’une horloge interne précise pour ne pas trop dormir et être en retard au travail… Attends, c’est en fait assez triste.

Bref, je m’étais dit qu’il était un peu plus de quatre heures de l’après-midi. En d’autres termes, cela faisait environ deux heures que nous n’avions pas déjeuné. Ces deux heures avaient été très difficiles pour moi. Comme on pouvait s’y attendre, c’était à cause de l’entraînement de Wridra. Le bruit de l’acier qui s’entrechoquant avec l’acier avait retenti. Des étincelles jaillirent de l’épée comme si elle avait été frappée par une balle, illuminant mon expression hagarde pendant une fraction de seconde. Je ne voulais pas penser à ce qui serait arrivé si je n’avais pas paré ce swing. La femme qui s’opposait à moi déplaça son épée qui vibrait sous l’impact, puis tourna vers moi son regard acéré d’obsidienne. Je m’étais demandé si l’air un peu menaçant qu’elle faisait surgir n’était pas dû à son sentiment de soif de sang qui s’exacerbait après le combat.

« Hmm, pas mal. Il semble que tu sois assez habitué à la vitesse. C’est peut-être parce que tu es toujours en train de courir et de sauter partout, » déclara Wridra.

« O-Ouais, bien que je n’aime pas la façon dont tu m’as fait ressembler à une sorte d’insecte. » J’avais réussi à répondre avec une certaine sérénité en essuyant la sueur de mes paumes sur mon pantalon. Il semblerait qu’une partie de moi, qui était motivée par la testostérone, voulait prouver quelque chose à mon entraîneur.

 

 

Les tas de poussière sur le sol étaient les monstres que j’avais vaincus plus tôt. Wridra m’avait donné un entraînement supplémentaire chaque fois que je vaincrais un monstre avec facilité. C’était un peu elle… ou peut-être que c’était une sorte de rituel de bizutage. Elle me poussait chaque fois à la limite absolue, de sorte que dès que j’entendais le cliquetis de son épée qui était entièrement gainée, je m’effondrais à genoux. La scène m’avait fait m’attendre à ce qu’elle dise une réplique minable.

« Je suis impressionnée, tu as monté de deux niveaux d’armes dans ce court laps de temps. Attends, reste assis. Je vais t’essuyer pour que tu n’attrapes pas froid, » déclara Marie.

« Merci. Pour être honnête, je suis un peu surpris qu’il n’y ait eu que deux niveaux. » Cela avait juste montré à quel point l’entraînement avait été dense. J’étais considéré comme étant de haut niveau dans ce monde, mais ma vision se brouillait à cause d’une trop grande concentration pendant trop longtemps. Soudain, une bouteille d’eau était apparue devant moi. En levant les yeux, j’avais vu Wridra se tenir là avec ses cheveux noirs arrivant jusqu’à sa taille et un sourire sur son visage.

« Tu commences inconsciemment à apprendre comment gérer le temps condensé. Tu pourras bientôt apprendre une nouvelle compétence secondaire, » déclara Wridra.

« Temps condensé ? » demandai-je.

Marie et moi nous avions penché la tête face à ce terme inconnu. J’avais entendu dire que les athlètes professionnels pouvaient sécréter de l’adrénaline et entrer dans un état d’éveil des sens, alors peut-être que c’était quelque chose de similaire. Si Wridra le disait, peut-être que je pourrais vraiment apprendre une nouvelle compétence secondaire. J’avais pris une gorgée d’eau et je l’avais sentie pénétrer dans mon corps fatigué. En prenant mon repos prolongé, j’avais entendu des bruits de cliquetis à côté de moi. Les esprits de pierre semblaient faire une sorte d’exercice coordonné alors que Marie s’efforçait elle aussi de monter son niveau de compétence. Pour être honnête, j’étais assez envieux qu’elle ait pu s’entraîner tout en se promenant tranquillement dans le donjon.

« Comment ça se passe pour toi, Marie ? Ton niveau de compétence en matière de travail avancé a-t-il augmenté ? » demandai-je.

« Oui, c’est à 14 maintenant. Je pense qu’il augmente assez rapidement. Je ne suis pas du tout fatiguée grâce au bâton que Wridra m’a donné, donc je sens que je puisse continuer aussi longtemps que je le souhaite, » avait-elle répondu en essuyant la sueur de mon front avec un morceau de tissu. Cette fille et moi avions travaillé à augmenter notre niveau de compétence depuis notre entrée dans le donjon. Nos niveaux de compétence étaient différents de ceux de nos classes, et représentaient notre compétence avec des choses comme les épées et la magie. Leur efficacité augmentait au fur et à mesure que leur niveau augmentait, et leur valeur maximale était plafonnée au niveau de la classe. J’étais un épéiste illusoire de niveau 72, donc j’avais quelques moyens d’atteindre le maximum de ma compétence d’épées à une main de niveau 52. « Il faut généralement plusieurs jours pour faire autant de progrès. C’est grâce à mon manque de fatigue et au fait que les esprits ont été très coopératifs. »

« Hmhm, c’est parce que mon soutien donne un coup de pouce à ta force mentale et à ton pouvoir magique. Utilise-le bien et efforce-toi de devenir un jour un sorcier. » Marie avait fait un signe de tête. Il semblait qu’elle aspirait à devenir sorcière, le plus haut rang de la guilde des sorciers. Donc, je ferais tout ce que je pouvais pour l’aider. J’avais bu le reste de mon eau, et nous avions commencé à marcher plus profondément dans le donjon. Le corridor, qui était jusqu’à présent un chemin droit, avait commencé à se complexifier, avec plusieurs escaliers menant vers le bas. Heureusement, notre carte nous avait empêchés de nous perdre. Nous pouvions voir la carte en trois dimensions avec l’outil magique qu’Aja, le magicien, nous avait donné, de sorte que nous pouvions facilement dire comment avancer ou reculer. Nous étions arrivés devant une grande porte, et j’avais posé ma main sur sa surface.

« J’ai le sentiment qu’il y aura des ennemis ici. Les grandes portes comme celle-ci ont généralement de puissants ennemis derrière elles, » déclarai-je.

« Hmm, est-ce une sorte de règle ? Les donjons ont des formes et des tailles différentes, mais ils ont une base commune. Comme la façon dont ils font circuler l’énergie pour maintenir leurs fonctions. » Je n’étais pas vraiment sûr de ce dont elle parlait. En laissant l’analyse à Marie, je devais trouver un plan pour le moment où nous rencontrerions un adversaire puissant. Wridra regardait en silence, comme elle le faisait toujours dans des moments comme celui-ci. Ce n’est pas qu’elle était trop paresseuse pour participer, c’était l’arrangement que nous avions décidé plus tôt. Elle était extrêmement fiable, mais nous voulions apprendre à nous débrouiller sans elle.

« Marie, je pense que tu devrais te concentrer sur la défense plutôt que sur l’attaque. N’oublie pas que les Koopahs que nous avons affrontés étaient aussi techniquement forts, » déclarai-je.

« Oui, peut-être que je peux utiliser les esprits de pierre pour me défendre. Je peux changer leur taille, et je suis sûre qu’ils seront très durables si j’utilise le bâton de Wridra. » Je ne savais pas qu’ils pouvaient être utilisés comme ça. Mais quel type de forme serait idéal pour un usage défensif ? Les premières choses qui m’étaient venues à l’esprit étaient les châteaux et les forteresses, du genre de ceux que l’on voit dans les films sur la guerre au Moyen Âge.

« Serait-il possible de nous donner un avantage avec de la hauteur et une enceinte ? » demandai-je.

« Oh, nous donner de la hauteur est une idée intéressante. Essayons. » Elle prononça une incantation et fit bouger son bâton, et l’esprit de pierre qui ressemblait à une brique avec des jambes devint plus grand, devenant finalement assez grand pour secouer le sol. Elle avait pris la taille d’une automobile légère, et Marie et moi avions été stupéfaits.

« Wôw, regarde comme ils peuvent devenir grands ! Je n’avais pas réalisé que ma magie avait été autant amplifiée. Il est environ cinq fois plus gros qu’avant, » déclara Marie.

« En effet, j’ai augmenté l’amplification initiale, de sorte que tu peux utiliser des compétences mêmes de bas niveau en combat. Tu pourras faire ça toute seule un jour. » Intéressant. On m’avait dit que le Guidage du Sorcier n’était actif que lorsqu’elle tenait le bâton du dragon, mais il semblait fonctionner même lorsque son niveau était bas.

« C’est incroyable. Il a l’air vraiment lourd et solide. Peux-tu aussi changer sa forme ? » demandai-je.

« J’ai juste besoin de les remettre en place d’abord. Tout comme… ça. » Elle avait frappé son bâton contre le sol, ramenant l’esprit de la pierre à sa taille originale, puis l’avait transformé en une forme cylindrique. La transformation avait pris environ trente secondes, soit le temps qu’il avait fallu à la créature pour atteindre sa taille maximale. En raison de sa taille, il était assez divertissant de le voir se développer si rapidement. Et à cause de son poids, il semblait que l’esprit ne pouvait pas être déplacé librement une fois que cette compétence était activée. Nous avons tous les deux regardé l’objet en pierre, profondément dans nos pensées.

« On dirait que ça pourrait être utilisé pour toutes sortes de défenses, mais… Je pense que l’approche la plus sûre serait d’en relier quelques-unes et de t’en faire une plateforme, » déclarai-je.

« Hmm, mais je ne voudrais pas faire face à des attaques à longue distance comme des flèches. Peut-être que je devrais construire un enclos comme une maison autour de moi. Mais ajouter des trous pour les fenêtres pourrait être trop complexe, » déclara Marie.

Une enceinte de murs de pierre de tous les côtés… Le seul hic, c’est qu’un tel arrangement serait trop axé sur la défense et rendrait difficile pour Marie de contribuer à la bataille de façon offensive. J’imaginais un château de pierre, essayant de trouver la méthode la plus efficace pour répondre à toutes nos exigences. Une forme simple, mais spécialisée pour la défense…

« Oh, je sais. » Cela m’était venu, et j’avais présenté l’idée à Marie. Elle avait été surprise au début, mais alors que je lui expliquais mon raisonnement, ses yeux violets s’étaient adoucis alors qu’elle faisait un sourire.

Creeeaaak…

Nous avions ouvert la lourde porte et étions entrés dans la grande salle pour trouver de multiples yeux blancs qui scintillent dans l’obscurité. Ils nous avaient fixé pendant un moment avant de pousser un cri, puis des monstres étaient sortis de là, l’un après l’autre. Je ne voyais pas très bien dans l’obscurité, mais je m’étais dit qu’ils étaient probablement une vingtaine. En supposant qu’il y avait plus de monstres cachés, leur total était probablement le double. Ils avaient dû entendre les incantations de Marie, car ils s’étaient mis à se précipiter bruyamment vers nous. Si nous n’agissions pas rapidement, ils nous encercleraient dans toutes les directions et commenceraient à nous mordre en un rien de temps.

« On peut renverser la situation si on les retient pendant trois minutes, » déclara Marie.

« J’ai compris. Ça ne peut pas être plus dur que l’entraînement de Wridra, » répondis-je.

« Bien dit. Si tu as de l’énergie à revendre, je t’entraînerai plus à fond par la suite, » déclara Wridra.

Oops, je n’aurais pas dû dire ça.

***

Partie 5

Je m’étais avancé pour les affronter de front, et ils avaient changé la trajectoire de leur charge vers moi. C’était surtout des Koopahs, d’après ce que j’avais pu voir, mais il y avait de plus grandes ombres parmi eux à l’arrière qui se déplaçaient plus lentement que les autres. Le monstre en tête de la meute avait eu la tête empalée en un clin d’œil. J’avais donné un coup de pied dans le pavé et activé Sur La Route, éliminant la créature en un instant.

Les monstres n’avaient pas été les seuls surpris. Mes yeux s’étaient légèrement gonflés lorsque j’avais senti ma lame couper à travers le monstre comme si je fendais une pastèque avec un couteau de cuisine. Je n’avais pas réalisé combien les choses étaient plus faciles avec un niveau d’arme plus élevé. Sentant de la gratitude envers mon professeur, j’avais décidé de me concentrer sur le fait d’être un fendeur de melon d’eau professionnel. Mais il se trouvait que je n’avais pas besoin de me concentrer autant. Heureusement, ma compétence de Reprise me permettait de répéter un mouvement spécifique, et j’avais le schéma d’attaque pour vaincre les Koopahs sauvegardés dans son emplacement mémoire. J’avais juste eu à me déplacer sur leur flanc pour porter un coup fatal, donc j’avais juste eu à manœuvrer dans la bonne position pour l’exécuter. Je m’étais téléporté du flanc d’une créature à une autre, puis à une autre, les faisant tomber raide morte en quelques secondes et semant la panique dans le reste de leur groupe. Leur formation de charge en forme de coin s’était brisée, chacun d’eux se dispersant dans toutes les directions. Leur vitesse avait immédiatement été énormément réduite et j’avais réussi à arrêter la menace immédiate qui pesait sur Marie.

« Wôw, super boulot ! On dirait que tout ce temps passé seul dans les donjons a payé, » déclarai-je

« Ouais, ça a l’air plutôt triste quand tu le dis comme ça. Alors, je vais réduire leur nombre, » j’étais encore un peu fatigué de l’entraînement, mais l’augmentation de mes niveaux d’armes avait été clairement efficace. Et à cause de la faible intelligence de nos adversaires, ils avaient été facilement trompés par les illusions que j’avais envoyées vers eux. Ils étaient venus me charger en masse, mais les couper par le côté était une tâche facile. Soudain, j’avais entendu un sifflement aigu de Wridra. Cela signifiait que les préparatifs de Marie étaient terminés. J’avais peut-être pu continuer à les éliminer tous, mais c’était notre première bataille coordonnée. J’avais activé Sur La Route, me positionnant pour exécuter le plan dont nous avions discuté au préalable.

« Puis-je commencer ? » demanda Marie.

« Vas-y. Nos amis de Koopah attendent. » J’avais fait un signe de tête aux monstres, qui s’attaquaient sauvagement aux illusions que j’avais laissées comme appât. Puis, l’appel de Marie vers les esprits avait retenti dans le hall. Elle avait levé son bâton, son visage semblant calme alors qu’elle chantait avec diligence les paroles de son sort. Nous avions décidé de ce plan dans un court laps de temps, il y avait donc de fortes chances que cela ait mal tourné. En fait, la magie d’esprit improvisé avait beaucoup plus de chances d’échouer que de réussir. Malgré cela, Marie avait pu rester calme et posée, grâce à l’assurance que lui apportait le fait de savoir que Wridra la protégeait. Une forte secousse secoua le hall, et les Koopahs crièrent dans la confusion. Quand ils s’étaient retournés, ils avaient dû voir l’esprit de pierre grandir à la seconde près.

« Ah, tu les as enfermés sans faille même à ton premier essai. Méticuleuse comme toujours, Marie, » déclarai-je.

Deux murs avaient été formés de chaque côté de moi, tous deux à peu près de la même hauteur que moi. Les murs s’étendant devant et derrière moi semblaient avoir été créés à l’intérieur d’un donjon. Malgré le fait que nous étions dans une grande salle ouverte, nous n’avions plus qu’à nous soucier de ce qui se trouvait devant nous. Ce n’était pas tout, bien sûr. Les monstres avaient grincé des dents en sautant dans le sentier. En voyant ça, j’avais sauté vers l’arrière. Certains d’entre eux avaient été frappés contre les murs alors que leurs camarades les poussaient par-derrière, mais ils avaient simplement poursuivi le chemin sans trop ralentir. Au moment où ils avaient marché sur un bloc de couleur, le sol avait explosé en un éclair ! C’était un piège que Marie avait mis en place avec sa magie d’esprit, enchantant l’esprit de pierre en forme de bloc avec un sort d’explosion. Les pièges de ce type utilisant des sorts n’étaient pas rares, mais ce type de terrain les rendait bien plus efficaces que d’habitude. Lorsqu’il était utilisé dans une zone aussi étroite avec des murs de chaque côté, la puissance de l’explosion était encore plus grande. Le groupe de monstres avait subi le plus gros des dégâts, incapable de résister à la force d’en bas, et avait été envoyé en l’air.

Schwing ! Schwing ! Schwing !

Les Koopahs aéroportés se tortillèrent les jambes sans défense, mais ils furent coupés en deux par mon épée avant de pouvoir atterrir. Le temps que les monstres à l’arrière enjambent leurs camarades tombés, j’avais déjà reculé pour faire plus de distance entre nous. Il y avait, bien sûr, beaucoup d’autres pièges magiques inutilisés qui les attendaient.

« Comme je le pensais, il est plus facile pour moi de te soutenir plutôt que d’essayer de faire des dégâts moi-même. Je pense que la prochaine fois, je pourrais améliorer encore plus ce concept. Peut-être que je pourrais faire une sorte de labyrinthe au lieu d’un chemin droit, » déclara Marie.

« Je préfère que tu ne le fasses pas, car j’ai peur de me perdre. Mais les sorciers sont vraiment les stars de la bataille, hein ? Ils sont vraiment bons pour contrôler le flux du combat, » déclarai-je.

« Héhé, je suppose que tu réalises enfin l’étendue de mes compétences. Oh, celui du fond a arrêté de bouger. Je vais peut-être ajouter un piège magique à l’endroit où il se trouve. C’est tellement satisfaisant de jeter des sorts avec ce terrain, parce que je ne peux pas le manquer, » déclara Marie.

Wôw, elle n’a aucune pitié ! C’était un peu difficile de suivre les explosions qui se produisaient tout autour de moi, mais j’étais tout à fait pour. Nous avions finalement utilisé notre Chat Mental et réduit le nombre d’ennemis un par un. Le temps que les monstres réalisent qu’ils ne pouvaient pas gagner, il était déjà trop tard. Il y avait des pièges magiques coupant leurs voies de sortie.

Au final, ils n’avaient pas réussi à détruire le chemin que Marie avait appelé. L’énorme forme du Haut Koopah était étourdie par le fait d’avoir été soufflée par plusieurs des pièges magiques, et un esprit de lumière déclencha un sort d’attaque depuis le haut, incinérant le corps en entier de la créature. Le Haut Koopah essaya toujours d’avancer, mais déclencha un autre piège magique qui semblait l’achever. Il était retombé sur le sol avec un bruit sourd, avait battu en retraite pendant quelques instants, puis s’était transformé en poussière.

Huh, elle a vaincu un Haut Koopah presque entièrement par elle-même. Ces choses devaient être au niveau 50 ou plus.

« Tu peux sortir maintenant, Marie. » J’avais frappé sur le mur derrière moi, et il s’était déformé, révélant une elfe en robe et Wridra. Elles avaient toutes les deux souri, puis nous nous étions tapé les mains pour se faire un high-five.

« Combien de niveaux as-tu obtenus, Marie ? » demandai-je.

« Héhé, deux ! Et mon travail avancé a augmenté de trois points. On dirait que mon soutien a compté pour gagner des niveaux, même avec la pénalité du groupe. C’est aussi une bonne chose que j’ai utilisé la compétence qui augmente mon gain d’expérience. » Elle parlait un peu vite, son visage était empli d’excitation. L’air heureux sur son visage était probablement dû à la fierté qu’elle ressentait d’un combat légitime, plutôt qu’à la ruse de nivellement que nous avions utilisée auparavant. Mais je n’étais pas sûr que notre méthode soit légitime cette fois-ci. La fille avait scruté le hall, et ses yeux s’étaient élargis.

« Ah ! Combien étaient-ils ? Regardez tous ces monticules de poussière, » déclara Marie.

« Je pense qu’ils étaient trente-quatre, y compris les renforts. Cette pièce n’est pas si grande. Je suis surpris de leur nombre. Peut-être qu’il y avait une cachette ou quelque chose à l’arrière, » répondis-je.

Je ne pouvais pas lui reprocher d’être surprise. Les montagnes de poussière s’effondrèrent lorsque Marie écarta les murs de pierre produits par l’esprit. Le paysage était complètement différent de celui où nous étions entrés, avec des piliers de fumée noire s’élevant des tas de poussière. Marie avait saisi son bâton à deux mains, la gravité de son exploit commençant à s’enfoncer. À ce moment, une main avait été posée sur chacune de nos têtes. Nous avions levé les yeux pour trouver Wridra qui souriait joyeusement en ébouriffant nos cheveux.

« Haha, haha, c’était assez créatif et efficace. Il est difficile de croire que c’était la première fois, avec une telle précision et coordination. Vous réussissez tous les deux haut la main, » déclara Wridra.

Son expression était comme celle d’une enseignante qui louait son élève, et cela m’avait un peu gêné. J’étais un adulte qui travaillait depuis de nombreuses années maintenant, mais je n’aurais jamais pensé que je serais aussi heureux de recevoir des éloges de quelqu’un. Nous avions ri tous les trois ensemble pendant un certain temps, puis nous nous étions dirigés vers la porte du fond.

Il y avait de petites pièces le long du chemin qui semble être des lieux de repos. Marie était fatiguée d’utiliser son talent de bas niveau malgré l’assistance, et nous avions décidé de mettre un terme à notre aventure. L’esprit de lumière n’était pas aussi brillant qu’avant et nous avions rapidement préparé nos couchages dans la petite salle de repos.

On s’est bien débrouillés pour notre premier jour. On aurait pu en profiter encore plus si on n’était pas lundi demain. Alors que ces pensées me traversaient l’esprit, j’avais senti quelque chose me pousser sur le front. Je levai les yeux dans le noir pour trouver Wridra qui me regardait avec un regard malicieux.

« Tu sembles oublier quelque chose que tu dois faire avant d’aller dormir. » Avec ça, elle avait pointé l’outil magique sur la table. J’avais failli lui demander ce qu’elle voulait dire, mais ça m’avait frappé.

« Oh, ils connaissent notre emplacement, » déclarai-je.

« En effet. Si vous vous endormez ainsi, vous disparaîtrez de la carte, et les supérieurs qui vous supervisent deviendront méfiants. Bon, j’ai surtout compris comment ça fonctionne, alors je vais vous aider, » déclara Wridra.

Je m’étais demandé ce qu’elle voulait dire par comprendre comment cela fonctionnait. Je regardais Wridra avec curiosité. Elle avait pris l’outil magique et avait allumé la carte en trois dimensions. Elle avait déplacé son doigt vers un point de lumière et avait touché celui qui représentait notre position, puis l’image avait vacillé.

« Oh, viens-tu de déplacer notre position ? » demandai-je.

« En effet. Il semble que tu sois assez pointilleux lorsqu’il s’agit de questions impliquant des informations, provenant du domaine des autres. » Elle avait claqué des doigts, et la carte avait disparu.

Maintenant, nous pourrions dormir en paix. Je l’avais remerciée, et elle avait souri en me disant de ne pas m’inquiéter. J’avais regardé sur le côté pour voir que Marie était sur le point de s’endormir. Elle avait dû vraiment se pousser, étant dans l’environnement peu familier du donjon. Et pourtant, elle ne s’était pas plainte une seule fois, ce qui était louable. J’avais placé une couverture sur elle alors qu’elle était assise là, puis je l’avais conduite vers la zone de couchage. Elle avait d’une manière somnolente tiré sur mon haut, puis s’était blottie contre ma poitrine comme un adorable chat ou un jeune enfant. J’avais ouvert la couverture pour que Wridra puisse aussi se joindre à nous, mais elle avait décliné doucement.

« Je l’ai déjà mentionné, mais je dois revenir à l’occasion dans mon corps principal pour partager les informations que j’ai obtenues. Vous deux, vous pouvez profiter de votre temps seul ce soir, » déclara Wridra.

« Oh, c’est vrai. Mais vas-tu revenir à pied d’ici ? » Le dragon secoua la tête. Elle avait fait un signe de la main et une tache noire était apparue sur le mur. Il semble qu’elle ait été capable de créer un trou d’évasion secret, même à partir d’anciens donjons.

« Je reviendrai demain quand le bâton sera de retour. Jusque-là, jeune homme. » Elle m’avait envoyé un baiser, et j’avais senti mes joues devenir plus chaudes. Avec son apparence jeune et séduisante, elle pouvait faire preuve de sex-appeal avec des gestes aussi simples.

« Eh bien, bonne nuit, Wridra. À demain, » déclarai-je.

« Oui, bonne nuit. Tu étais très habile avec l’épée aujourd’hui, » déclara Wridra.

« Toi aussi, » ai-je dit, et elle m’avait montré son beau sourire. Je ne m’attendais pas à me sentir seul en étant séparé d’elle juste un jour. Elle avait fait un signe de la main, et je l’avais regardée partir avec des paupières lourdes.

Bonne nuit, et à demain.

La couverture était devenue agréable et douillette, la chaleur m’invitant à un sommeil confortable. Marie appuyait sa tête sur mon épaule et je fermais les paupières au son de sa légère respiration.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire