Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 3 – Chapitre 2

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 2 : Début du raid

***

Chapitre 2 : Début du raid

Partie 1

Boum, boum, boum, boum… !

Je m’étais réveillé à la sensation de bruits qui se répercutaient dans les profondeurs de mon estomac. Un plafond d’une tente en tissu de luxe remplissait ma vision, ainsi que Marie, qui jaillissait de là avec une expression somnolente sur son visage. Je m’étais levé au loin de la couverture dans la bousculade, puis j’avais jeté un coup d’œil de l’intérieur entre les rabats de la tente. Le ciel que l’on pouvait voir du sommet de la montagne était encore sombre, et je supposais qu’il était encore tôt le matin. J’avais frotté le sommeil de mes yeux pendant que je scrutais mon environnement et j’avais trouvé des hommes entièrement armés rassemblés à l’oasis avec le prêtre au centre, faisant retentir bruyamment leurs instruments de musique. Je voulais me lever tôt pour partir avec les autres.

« Ah, on ne s’est pas réveillés… On a raté le moment pour avoir un buff, » déclarai-je.

« C’est pour ça que je voulais me coucher tôt. Nous avons raté notre chance parce que quelqu’un voulait prendre son temps. » La tête de la jeune fille était aussi sortie de la tente alors qu’elle me réprimandait. Comme c’est étrange, j’avais eu l’impression de me coucher tard parce qu’une certaine personne m’avait empêché de dormir en me posant des questions sur le shinkansen. Mais quand même, nous nous étions couchés avant sept heures, ce qui était plus tôt que d’habitude.

La raison pour laquelle nous avions dû nous coucher tôt était le raid sur le donjon, qui devait commencer à l’aube. C’était trop tard pour le faire maintenant, de toute façon. Ils avaient probablement préparé le rituel encore plus tôt, considérant qu’il s’agissait d’un buff à grande échelle pour plus d’une centaine de personnes. L’instrument avait retenti une dernière fois, et ceux qui se trouvaient dans la zone d’effet avaient bénéficié d’un renforcement de leurs capacités. Leurs corps étaient entourés d’une lumière scintillante, et j’imaginais que leurs puissances étaient augmentées d’environ dix pour cent. Ce n’était peut-être pas un coup de pouce si fort, mais les effets dureraient un certain temps.

Wridra s’était enfin réveillée et s’était avancée en sous-vêtements issus de sa robe-armure en disant. « Ne vous inquiétez pas. Ce n’est pas très utile, de toute façon. » Je m’étais retourné pour voir la source de la voix, puis j’avais rapidement détourné le regard. La dragonne portait des vêtements moulants qui accentuaient les courbes de son corps, et ses cuisses rayonnaient au soleil du matin. Ses cheveux étaient alors liés vers le haut, et des bruits métalliques résonnaient pendant qu’elle faisait venir son armure.

« Oh, mais recevoir des buffs physiques est considéré comme une procédure standard. J’utilise aussi des esprits qui fortifient l’esprit, et presque tous les groupes utilisent des sorts similaires, » déclara Marie.

« Je n’ai pas d’objection à ce qu’il y ait des buffs normaux, mais… vous ne devriez pas vous habituer à celui de quelqu’un qui vénère un Dieu terrestre. Cela modifiera vos sens sans que vous le sachiez, interférant avec votre potentiel naturel. Je n’aime pas ça, » déclara Wridra.

Je ne savais pas qu’il y avait un tel côté négatif. J’avais passé le plus clair de mon temps seul, donc je ne connaissais pas grand-chose aux sorts qui nécessitaient une coordination avec les autres. À en juger par sa formulation vague, j’avais l’impression que Wridra nous cachait quelque chose. Mais la connaissant, j’avais le sentiment que c’était juste parce qu’elle avait décidé que ce n’était pas quelque chose que nous avions besoin de savoir tout de suite. Wridra tendit la main et pointa du doigt vers le lointain. J’avais suivi son doigt de mon regard pour trouver environ deux groupes isolés au loin. Il semble que d’autres groupes n’avaient pas non plus bénéficié des effets de renforcement des capacités.

« Ils ont également jugé que ce n’était pas nécessaire. J’ai jeté un coup d’œil hier soir, mais vous devriez apprendre à connaître les maîtres de ces deux groupes, » j’avais plissé les yeux et j’avais repéré des personnages au centre des foules qui semblaient être les maîtres de leurs groupes respectifs. L’un d’eux était un jeune homme qui débordait de vitalité. Il était grand, et même moi je pouvais voir qu’il avait des traits bien formés. L’autre était un vieil homme aux cheveux blancs, avec une construction solide malgré son âge avancé.

« Ils ont l’air forts. Je suppose, plus fort que moi ? » répondis-je.

« En effet, ces deux-là sont exceptionnellement forts. J’estime que le jeune est au niveau 140, tandis que le plus âgé est à environ 120. Mais les niveaux à eux seuls ne sont pas grand-chose. Celui qui a un match favorable contre un adversaire de plus haut niveau pourrait facilement renverser le cours d’une bataille, » déclara Wridra.

Oof, nous rencontrons des gens au-dessus du niveau 100 maintenant. Le plus jeune semblait n’avoir qu’une vingtaine d’années, alors j’avais été surpris de savoir à quel point il était puissant. C’était peut-être dû à son apparence, mais il y avait beaucoup de femmes autour de lui, et je pouvais le voir donner des ordres aux autres avec vivacité.

« D’accord, je m’assurerai de ne pas causer d’ennuis. On devrait aussi commencer à se préparer. Comme nous l’avons déjà dit, Wridra ne fera pas partie de notre groupe, alors nous devrons gérer la plupart des combats entre nous deux et demander à Wridra de nous protéger en cas de nécessité absolue. » Les deux filles hochèrent la tête. Il y avait aussi du mouvement en dessous de nous. Il semblait que les groupes avaient commencé à se mobiliser vers le donjon. Notre tour était proche de la fin. Non pas parce que nous avions été victimes de discrimination en tant qu’étrangers, mais malheureusement, simplement parce que nous étions en retard. Nous n’avions pas le droit de nous plaindre, et nous ne pouvions que nous blâmer d’être allés nous coucher trop tard.

« Vérifions l’état de notre groupe, au cas où. J’ai changé mes paramètres pour que tu puisses tout voir. Je pense que c’est plus intéressant comme ça, » déclarai-je.

« D’accord, je ferai la même chose. Oui, on dirait qu’on est tous les deux dans le groupe. » J’avais regardé mes réglages, et une icône montrant l’état du groupe indiquait que nous étions tous les deux verts et prêts à partir. Cette fonction faisait partie du mécanisme de Discussion par l’Esprit, que nous pouvions utiliser tout de suite. C’était à peu près tout pour nos préparatifs. Nous n’utilisions pas d’armure lourde ou de boucliers en premier lieu, et nous n’avions besoin que d’un minimum de nourriture. Nous étions bien approvisionnés en articles de literie, alors nous devions nous assurer que notre épée et notre bâton soient bien là. Bien qu’ils aient été faits par la Magi Drake, je doutais qu’il y ait des problèmes.

« Oh, je devrais aller dire bonjour à Hakam avant de partir, » déclarai-je.

« C’est comme ça que je peux dire que tu es un adulte qui travaille au lieu d’être un enfant. Ça ne me dérange pas, bien sûr. Je voulais aussi saluer Aja le magicien. » Nous avions tous les deux acquiescé d’un signe de tête et avions quitté la tente.

Nous avions respiré l’odeur des plantes mouillées par la rosée du matin et nous avions lentement emprunté le chemin. Au milieu du camp, on pouvait voir une tente faite d’un tissu splendide, où se rassemblait une foule nombreuse de personnes. Il semblerait qu’ils recevaient des ordres de la personne qui se tenait au centre. C’est cette personne que je voulais saluer, mais je m’étais dit qu’il était trop occupé et j’avais décidé de partir. À ce moment-là, l’homme bâti comme un ours avait levé son bras pour attirer mon attention. L’homme musclé à la peau bronzée était le directeur et le commandant du raid sur le donjon.

« Vous êtes enfin là ! Venez, ne soyez pas timide ! »

« Bonjour. Je ne vous ai pas vu depuis l’atelier Neko. Désolé de vous déranger quand vous êtes si occupé, » déclarai-je.

« Ah, ne vous inquiétez pas pour ça. Je me posais des questions sur vous de toute façon. Oh, je vois que Mariabelle l’elfe est avec vous aussi. Vous ressemblez enfin à une vraie sorcière dans cette robe. Mais je ne me plaindrais pas si vous restiez dans votre adorable tenue, bien sûr ! » Hakam avait ri à haute voix, puis avait renvoyé ceux qui l’entouraient d’un signe de la main. Il semblait un peu grossier à première vue, mais les ordres qu’il donnait plus tôt étaient détaillés et précis, et il donnait l’impression qu’il était aimé des autres.

« Bonjour, Sire Hakam. Je suis content que vous alliez bien. C’est notre tank, Wridra, » déclara Marie.

« Enchantée de vous rencontrer. » Wridra avait les bras croisés sans même baisser la tête, et Marie restait immobile dans un silence inconfortable. Mais le commandant d’Arilai n’était pas mécontent du tout. Il était juste… gelé sur place ? C’était difficile à dire avec son teint, mais Hakam semblait rougir d’une façon inhabituelle. Il avait dégluti, puis s’était mis à parler maladroitement.

« Une telle beauté… Je veux dire, vous êtes comme des fleurs qui fleurissent dans le désert. Votre présence éclaire ce campement minable. Préparez du thé pour nos deux invitées ! » déclara Hakam.

Attends, je n’ai pas de thé ? J’aurais été ravi d’essayer le thé fantaisiste du commandant. Malheureusement, seulement deux tasses avaient été apportées à la table, et je venais de voir les dames apprécier leur boisson. Le thé avait l’air délicieux…

« Oh, maintenant que nous avons un tank, nous avons décidé de rejoindre le raid sur le donjon. Nous voulions juste passer vous saluer, » déclarai-je.

« J’ai hâte de travailler avec vous, Sire Hakam. Je ferai de mon mieux pour contribuer. » Marie s’inclina.

Il semblait qu’il n’était pas un fan de trop de convenance, et il avait essayé de nous calmer en nous disant. « Ne vous énervez pas trop parce que nous serons là avec de si jolies dames ». À côté de lui se trouvait Aja, le vieux sorcier que nous avions rencontré dans la salle, qui avait une expression heureuse sur son visage.

« Je pensais que vous alliez passer. Oui, il vaut mieux être un peu imprudent quand on est encore jeune. C’est la voie la plus rapide vers la croissance. Je suis heureux que vous ayez décidé de vous joindre à nous, » déclara Aja.

« Merci, grand Aja. Je ferai de mon mieux pour suivre. » Le vieil homme avait offert sa main ridée, et chacun de nous l’avait serrée. Aja était un partisan de ce raid et détenait le titre de sorcier, qui n’était réservé qu’à ceux qui possédaient une habileté extraordinaire. Il semblait se souvenir de quelque chose qui venait de nulle part, puis il s’était approché du bâton à ses côtés.

« Ce n’est pas tous les jours qu’une sorcière elfique vient nous rendre visite. Laissez-moi vous montrer quelque chose d’intéressant. Tenez, gardez vos yeux sur mes mains. » Ses vieux yeux regardaient Marie comme s’il avait affaire à sa petite-fille. Aja sourit chaleureusement, puis tourna la paume de sa main vers le sol. L’air se remplit d’une lueur pâle. De petits points lumineux apparurent, des lignes se connectant entre eux, puis se dispersèrent dans toutes les directions. Ils s’étaient formés en quadrillage, créant ce qui ressemblait à une jungle de points en un rien de temps.

Whoooaa, qu’est-ce que c’est ? C’était comme du CGI. J’étais là, la bouche ouverte, et la fille avait fait entendre une voix de surprise.

***

Partie 2

« Serait-ce la carte de l’ancien donjon ? »

« En effet. C’est encore incomplet, mais c’est ce que l’équipe de recherche préliminaire a laissé. De plus, il permet la communication avec l’administration centrale et la coordination avec d’autres groupes au besoin. Hm, Hakam… Ça te dérange si je leur donne un outil magique ? » demanda Aja.

« C’est toi le magicien ici, je me fie à ton jugement. Nous ne sommes pas censés les montrer aux étrangers selon les règles, mais je ne peux m’empêcher de m’inquiéter pour eux. » Après ça, Hakam avait jeté un coup d’œil à nos chaussures et à notre équipement. J’avais supposé qu’il m’aurait semblé étrange que les seules choses que nous transportions étaient une boîte à bento, une couverture et de l’équipement de camping. Je n’avais pas l’intention d’expliquer que je pouvais retourner au Japon et revenir n’importe quand, alors j’avais juste renvoyé un sourire de garçon sans paroles.

« Vous avez l’air à moitié endormi… En tout cas, c’est un objet que j’ai enchanté avec un sort tout à l’heure. Il vous évitera de vous perdre et vous pourrez l’utiliser pour me contacter si nécessaire. Rappelez-vous, vous êtes libre d’être imprudent, mais ne soyez pas téméraire à ce sujet. »

« Oui, bien sûr. Je vous remercie beaucoup. » Il nous avait donné une sorte d’objet magique. L’objet cylindrique était lourd à la main, et il expliquait que n’importe qui pouvait l’activer simplement en le touchant. Nous nous étions inclinés, puis nous avions décidé de nous diriger vers le donjon.

L’agitation animée à l’extérieur avait fini par s’apaiser. Les élites du groupe étaient entrées dans le donjon, réduisant le nombre de personnes laissées dehors. Ceux qui se trouvaient sur les terrains du camp étaient principalement des membres de l’équipe de soutien, comme ceux qui étaient là pour soigner les blessures ou faire l’entretien de l’équipement. Mais ils n’avaient pas grand-chose à voir avec le raid qui venait tout juste de commencer, de sorte que la fumée des casseroles pouvait être vue ici et là en préparation d’un petit déjeuner tardif. Pendant ce temps, nous jouions avec notre dernier appareil ménager — Err, Objet Magique — en attendant notre tour.

« Wôw, c’est tellement pratique. Il enregistre automatiquement la disposition du donjon au fur et à mesure. Je pense que c’est ce qu’on appelle une fonction d’automatisation, » déclarai-je.

« Je ne sais pas de quoi tu parles, mais ce doit être un nouvel outil magique développé dans ce pays. Ils doivent s’inquiéter pour nous s’ils nous laissent emprunter une chose aussi précieuse. » Mais je ne pouvais pas vraiment les blâmer. Nous avions l’air d’être un jeune garçon et une jeune fille, et notre garde du corps, Wridra, ressemblait à une femme élégante. Nous recevions des regards bizarres de la part de ceux qui nous entouraient pendant que nous attendions, mais nous y étions déjà habitués. Cela semblait s’appliquer aussi à la dragonne, et elle jeta un coup d’œil à l’outil magique sans même jeter un seul coup d’œil aux spectateurs.

« Hmm, c’est un jouet pour fournir des informations sur notre position actuelle. Son autre fonction de relais de notre voix semble avoir des restrictions. Je suppose que c’est bien tant que c’est utilisé pour communiquer seulement quand on le souhaite. » Nous voulions garder secrète l’identité de Wridra, donc nous ne voulions certainement pas que nos conversations soient écoutées. C’était aussi le cas pour notre capacité d’aller au Japon et d’en revenir, ainsi que pour le bâton de Marie. Je n’y avais pas trop réfléchi, mais nous aurions dû redonner l’article s’il devait permettre aux gens d’entendre ce dont nous disions.

Le soleil se levait et ses rayons descendaient beaucoup plus fort. En regardant vers l’avant, je pouvais voir que ce ne serait pas notre tour avant un certain temps, mais il faisait beaucoup plus frais ici que dans le désert, grâce à la brise venant de l’oasis et des parois rocheuses qui nous entouraient. Le vent était agréable et doux, et c’était en fait très agréable. Pendant que je me promenais, un homme et une femme étaient venus vers nous en marchant dans le sable. Je m’étais retourné quand j’avais regardé en bas et j’avais remarqué les ombres qui s’approchaient de nous, et mes yeux avaient rencontré ceux de la femme à l’air un peu désagréable. L’homme à côté d’elle portait une armure de cuir et il sifflait vers Wridra, ce qui devait être son idée d’un compliment. Il nous regardait de haut, comme s’il jugeait notre valeur, et cela donnait une impression désagréable qui était différente de celle que j’avais ressentie hier chez le commerçant.

« Qu’est-ce qu’ils ont, ces gosses ? Ils ont pris le donjon pour un terrain de jeux ? » Les cheveux blonds ondulés de la femme lui descendaient dans le dos, et sa peau était bien bronzée. J’avais l’habitude de voir des oreilles pointues comme les siennes, mais j’avais du mal à croire qu’elle était une elfe comme Marie. Le regard dans ses yeux et le ton de sa voix lorsqu’elle nous regardait avec une tête de plus étaient froids, comme si elle avait affaire à une sorte de rongeur.

« Un humain, une elfe, et… pas sûre de ce qu’elle est. Quelle combinaison bizarre ! » Elle avait fait un pas de plus en avant, ses vêtements montrant l’ensemble de ses cuisses. Il y avait une sorte d’air animale chez elle. Elle donnait l’impression qu’elle pouvait même distancer les loups dans les montagnes.

« Umm… Bonjour. Pouvons-nous vous aider ? » J’avais été surpris par leur apparition soudaine, mais ils faisaient probablement partie du raid sur l’ancien donjon. J’avais donc décidé d’au moins les saluer, mais la femme n’avait pas pris la peine de répondre. Au lieu de cela, elle m’avait montré du doigt et avait parlé à l’homme avec qui elle était venue.

« Ne me dis pas que ce gamin humain à l’air stupide est leur chef ? Il finira probablement par terre dans la première pièce. Pourquoi font-ils partie de l’équipe de raid ? » L’homme avait saisi son bras, comme pour l’arrêter, mais elle l’avait secoué. Je ne me souvenais pas avoir fait quoi que ce soit pour la déranger, alors Marie et moi nous nous étions regardés, stupéfaits. Marie secoua la tête comme pour dire. « Ce n’est pas une elfe que je connais » et « On ne devrait pas s’occuper d’elle » en même temps. Mais malheureusement, il semblait que la femme avait l’intention de nous déranger, et son doigt avait pointé vers mon sac à bandoulière ensuite.

« Combien de repas de nourriture avez-vous ? Vous êtes-vous préparé, au moins ? » demanda-t-elle.

« … Nous en avons assez. Avez-vous besoin de quelque chose ? » Quelque chose m’avait dit qu’elle n’essayait pas de donner des conseils, mais plutôt de trouver des excuses pour nous critiquer. Je pensais avoir été poli, mais elle n’avait pas aimé cette réponse. Ses yeux bleus se rétrécirent de déplaisir.

« Avec ce petit sac ? C’est le bon sens d’apporter au moins une semaine. Quoi, vous essayez de faire tuer ces filles ? » J’avais jeté un coup d’œil à Wridra. J’avais peur que cela ne tourne mal, mais elle regardait le ciel sans montrer une once d’émotion. Ses manières étaient identiques à celles qu’elle avait eues la nuit précédente, quand elle était assise seule. J’avais remarqué qu’elle portait cette expression de temps en temps. Il semblait que chaque fois qu’elle faisait cela, c’était toujours quand il y avait des humains autres que nous autour d’elle. Je ne savais pas si elle s’intéressait très peu aux humains en général ou si elle évitait délibérément les problèmes en tant que dragon. J’avais senti une main me pousser brutalement contre la poitrine avec un bruit sourd. Il y avait de la colère derrière cette poussée, et elle était venue avec plus de force que prévu. J’avais titubé vers l’arrière, et son doigt s’était pointé vers moi en m’accusant.

« Tu m’écoutes, mon garçon ? Quoi, tu as peur ? Besoin d’un adulte pour venir te sauver ? »

 

 

 

« Hé, ça suffit… ! » Marie s’échauffait, mais je l’avais tenue en arrière avec une main et j’étais sorti lentement devant elle. J’aimerais pouvoir faire une tête intimidante dans des moments pareils. Malheureusement, je n’arrivais qu’à avoir l’air d’être sur le point de bâiller. Peut-être qu’un jour, quand je serai plus vieux… Attends, ça ne s’est jamais amélioré même quand je suis devenu adulte. Hmm, quel avenir malheureux j’ai eu !

« Désolé, mais tout va bien. Merci de vous inquiéter, Mlle l’Elfe aux yeux méchants. » J’avais vu que la colère de la femme s’enflait encore plus. Mais pour une raison quelconque, son regard fixe ne m’avait pas dérangé autant que Marie l’aurait fait si elle avait été en colère contre moi. Peut-être que toutes ces fois où je m’étais fait pincer les joues par elle avaient fini par être un entraînement efficace. L’homme qui était venu accompagner la femme avait poussé un soupir, apparemment fatigué de voir cette conversation précaire.

« Arrête ça tout de suite. On doit aussi bientôt partir, et on n’est même pas censés être là. Le patron va s’énerver avant que tu t’en rendes compte… » Il avait dit le dernier commentaire d’un ton feutré, mais la femme avait quand même frissonné en réponse. Ce sourire maladroit et serré était plus effrayant que n’importe quelle expression qu’elle avait montrée jusque-là.

« D’ACCORD… Je n’étais pas sérieuse… C’était juste une blague, » déclara la femme.

« Bien. Alors, allons-y. » Nous les avions vus s’éloigner, la femme qui tenait sa tête baissée, comme traînée par un collier invisible. Elle semblait s’être désintéressée de nous après ce commentaire singulier, ne nous laissant qu’un sentiment inexplicable et désagréable.

« Je me demande de quoi il s’agissait, » déclara Marie.

« Ouais, c’était bizarre. Je pense qu’ils faisaient peut-être partie du groupe qu’on a vu tout à l’heure. Celui avec ce beau mec. » Marie baissa la tête.

« Quel beau garçon ? » demanda-t-elle, et je me demandais pourquoi elle avait du mal à se souvenir.

« C’est ce jeune homme à l’estrade que Wridra nous a montré. Tu ne te souviens pas de ce groupe de femmes ? » demandai-je.

« Oh, maintenant que tu le dis, je crois que j’ai vu une seule elfe dans le groupe. Mais j’ai pitié d’eux, d’être dirigé par quelqu’un comme lui. » Quelqu’un comme lui ? Il est très extrêmement puissant avec un niveau estimé à plus de 140… Peut-être que les elfes ont un étrange sens de la beauté ou quelque chose comme ça ? Comme les Elfes sont tous beaux, tout le monde est considéré comme simple d’après leurs critères ? Est-ce comme ça que ça marche ? Bien que le regard sur le visage de cette femme soit inquiétant. Je ne connaissais même pas son nom, mais c’était comme si on la traitait comme une esclave. Ce n’était pas comme si elle et moi étions assez proches pour que j’en parle, et ils étaient déjà partis pour le donjon. Un homme qui était au niveau 140… Je commençais à être un peu curieux de savoir comment il interagissait avec ses compagnons.

***

Partie 3

Le trou béant dans le sol semblait être un abîme sans fin, avec des escaliers le long de ses bords en spirale allant vers le bas. Le vent, comme les souffles anciens qui soufflaient des profondeurs, était resté inchangé par rapport à la dernière fois où nous étions venus.

Ça fait si longtemps. J’avais pris un moment pour réfléchir tranquillement à cette pensée. Pour être honnête, je voulais entrer là-dedans et commencer immédiatement à explorer chaque recoin. Mais à partir de ce moment, je pouvais visiter cet endroit quand je le voulais. Quand je pense que je pourrais rentrer du travail et aller directement explorer le donjon. Comme j’ai été béni… Je me tenais debout en regardant l’abîme, ce qui donnait apparemment l’impression que j’avais des doutes. L’homme qui gérait l’ordre d’entrée m’avait parlé, comme pour m’encourager.

« Vous êtes la dernière équipe qui reste. Je prie pour votre retour sain et sauf. »

« Je vous remercie. J’en profiterai à cœur joie. » J’avais souri, et l’homme avec le turban autour de sa tête m’avait regardé les yeux écarquillés. Eh bien, j’y étais enfin. Le donjon souterrain dont tout le monde rêvait. Aventure, bataille, trésor inestimable et magie ancienne perdus. L’idée de savoir que tout ce qui nous attendait était un mystère total était absolument merveilleuse. Nous nous étions regardés tous les trois, chacun avec le même sourire d’attente sur nos visages. Il me semblait qu’il y avait un soupçon d’avidité dans nos sourires. Mais il n’y avait rien de mal à cela. C’est la cupidité qui avait alimenté des choses comme l’aventure et la création de nouveaux chemins. Nous nous étions tous parlés les uns et les autres, « Prêt ? Allez ! » et nous avions fait le premier pas ensemble.

Nos pas semblaient plus rigides que prévu alors que nous descendions les escaliers sinueux et descendions dans le donjon. À chaque claquement, la lumière et le son autour de nous semblaient disparaître. En levant les yeux, le trou d’entrée était bien au-dessus de nous. Je pouvais voir le sable couler comme un rideau vacillant. L’humidité qui s’accrochait à ma peau venait probablement de l’oasis voisine. L’air était froid et il était difficile de croire qu’il y avait un vaste désert juste au-dessus de nous.

« Attends, laisse-moi éclairer le chemin. » La voix d’une fille résonnait comme pour enraciner mon esprit impatient. J’avais arrêté de marcher et je l’avais entendue chanter quelque chose aux esprits. Marie leur avait demandé de l’aide dans leur langue, puis avait tapoté le sol avec son bâton. Des esprits entourés de particules de lumière apparurent. Maintenant, nous avions trois sources de lumière qui avaient été invoquées par Marie. Elle les avait dirigés avec son bâton, puis avait tourné ses yeux vers moi. « Je vais fixer leurs positions au-dessus de nos têtes pour qu’on ne soit pas séparés. Ne bougez pas. »

« Oh, je ne savais pas que tu pouvais faire ça. Cette compétence de Travail d’Équipe est déjà utile, hein ? » déclarai-je.

« Oui, et mon pouvoir magique ne s’épuise pas, grâce au bâton. C’est peut-être une bonne occasion pour moi d’augmenter mon niveau de compétence. » Elle sourit joyeusement, puis toucha chaque esprit avec le bout de son bâton. Marie était de la rare classe des sorcières spirituelles, et elle possédait donc la capacité de donner de la magie à chacun de ses esprits. C’était son avantage de pouvoir se préparer, comme je l’avais déjà dit. Maintenant qu’on leur avait appliqué une sorte de symbole sur ses esprits, ils étaient prêts à déclencher sa magie à tout moment.

« Whoa, ma magie est devenue beaucoup plus puissante. C’est incroyable, Wridra ! C’est comme la différence entre le jour et la nuit quand j’utilise ton bâton, » déclara Marie.

« Hah, hah, hah, bien sûr que c’est plus puissant avec mon soutien. Plus important encore, tu as toujours un créneau de compétence secondaire ouvert. Il semble que tu n’as pas encore décidé à quoi l’utiliser, » déclara Wridra.

« Oui, je ne voulais pas en choisir un jusqu’à ce que ce soit nécessaire. Je ne veux pas finir par regretter de ne pas avoir choisi ce dont j’ai besoin plus tard, alors je vais attendre maintenant. » J’avais acquiescé d’un signe de tête. Le créneau de compétence pouvait être défini à tout moment, il n’y avait donc pas de mal à attendre.

Le chemin avait continué à tourner vers le bas autour du trou au centre. Bien qu’il y ait eu de temps en temps un grondement d’air venant du fond du trou, nous n’avions pas encore rencontré d’ennemis. Nous avions simplement continué à descendre, en admirant la vue comme un groupe de touristes. Il n’y avait aucun signe de quelqu’un qui était entré avant nous. Ils étaient probablement déjà loin devant.

« Je pensais qu’on se dépêcherait d’arriver, mais jusqu’à présent, tout s’est plutôt bien passé. Tous les monstres ici ont probablement été éliminés par les groupes avant nous, alors nous devrions être tranquilles pour un moment, » déclarai-je.

« Je ne sens plus personne. C’est comme si nous étions les seuls ici. Mais c’est bien qu’on puisse profiter de l’ambiance comme ça. » J’avais hoché la tête en réponse aux paroles de Marie. Nous n’avions pas eu à faire face à des gens qui nous suivaient comme tout à l’heure, et c’était bien que nous puissions avancer à notre propre rythme. Après avoir avancé pendant un certain temps encore, les esprits de lumière devinrent la seule source d’illumination en vue. Ils avaient faiblement éclairé leur environnement comme un distributeur automatique à la campagne, et nous avions finalement commencé à voir des textes anciens tels que des symboles cryptiques gribouillés sur les murs. L’écriture était peu abondante au début, mais sa densité augmentait au fur et à mesure que nous avancions. Je les fixais distraitement, quand Marie commença à parler tranquillement.

« Nuit, étoile fixe, monde… Hmm, il s’agit de mythologie ancienne. On dirait que l’histoire est présentée dans l’ordre au fur et à mesure que vous marchez sur le chemin, » déclara Marie.

« Texte ancien… Je les étudiais beaucoup avant ça, alors ça me ramène en arrière, » déclarai-je.

Les filles m’avaient regardé avec des visages emplis de surprise. Ces visages semblaient dire sans paroles. « Mais je pensais que tu étais un raté scolaire ? »

« Hein ? N’as-tu pas déjà vu ma liste de compétences, Marie ? » demandai-je.

« Je ne comprends pas pourquoi tu as appris le texte ancien alors que tu n’es pas un utilisateur de magie. Je ne peux pas l’imaginer très utile pour toi, » déclara Marie.

« Rien que le son du terme “langue ancienne” m’excite, et je pensais que la comprendre rendrait les donjons encore plus amusants à vivre. Il peut aussi être utile à certains moments. Comme quand il y a des signes écrits. » Elles me regardaient comme si elles étaient impressionnées, mais en même temps, elles me trouvaient toujours étrange. J’étais un peu triste qu’elles ne puissent pas comprendre l’esprit d’aventure d’un homme. Mais encore une fois, j’avais probablement un plus grand sens de la curiosité que la plupart des gens. J’étais même tombé sur une écriture sur le mur et j’avais du mal à dormir parce que j’étais tellement obsédé par ce qu’elle disait. Mais c’était dans mon rêve, alors je dormais déjà.

Quant à l’ancienne mythologie écrite ici, l’essentiel était : la flèche déchaînée de l’étoile du matin a vaincu les démons. Le tir atteignit jusqu’à l’étoile fixe avec une puissance qui n’appartient pas à ce monde. Même les pensées du démon furent anéanties en un instant, et il finit par revenir dans le monde, car l’étoile du matin est la chose même qui l’a amenée à exister. J’avais continué à lire avec Marie pendant que nous avancions dans le couloir sinueux et j’avais trouvé à la fin une image d’un démon qui tentait de se réveiller.

« C’est un peu effrayant, mais il est dessiné avec de si belles couleurs, » déclara Marie.

« Cette couleur bleue profonde me donne l’impression qu’elle va me tirer vers l’intérieur… C’est étrangement calmant. » J’avais mis ma main contre le mur, et Marie m’avait suivi. Nos visages se tournèrent l’un vers l’autre, et nous levâmes les yeux une fois de plus vers l’art mural. La couleur de la nuit était si captivante et pure que j’avais vraiment l’impression qu’elle allait nous aspirer.

Après avoir avancé pendant un certain temps, nous avions arrêté de marcher. Une porte si grande que nous avions dû nous tordre le cou pour tout voir se tenait devant nous, indiquant que c’était la fin du couloir d’entrée et le point de départ du donjon. Les portes métalliques avaient conservé leur forme sans un soupçon de pourriture, avec des perles d’eau recouvrant leur surface. Les motifs épouvantables et quelque peu érudits qui s’y trouvaient me disaient que cela venait d’une culture ancienne que l’on ne trouverait dans aucun autre donjon. Je m’étais retourné pour trouver deux femmes aussi excitées que moi.

« C’est vraiment l’ancien donjon. Rien que de penser à la façon dont nous sommes sur le point de l’explorer m’excite, » déclarai-je.

« Ohhhh, je n’ai jamais rien vu fait de tel ! Regardez les créatures ici. Aucun d’entre eux n’est répertorié dans les livres. On pourrait gagner beaucoup d’argent rien qu’avec ça, » déclara Marie.

« L’air lui-même est ancien ici. Ah, quelle nostalgie. Je n’ai pas respiré l’air des générations précédentes depuis un certain temps. » Nous avions tous gloussé pour nous-mêmes, puis nous avions ouvert les portes de métal sans hésitation. Bien que d’autres soient passés devant nous, nous n’étions malheureusement pas les premiers visiteurs. Cela allait sans dire, mais comme nous étions arrivés après les autres, il n’y avait pas d’obstructions ou de pièges qui nous barraient la route. La porte s’ouvrit d’un bruit sourd et un couloir complètement enveloppé dans l’obscurité nous attendait. L’air lourd, l’obscurité plus noire que la nuit, et un grondement que l’on pouvait entendre de loin… L’atmosphère était si propice à un donjon que nous avions failli faire des applaudissements.

« Oooh, c’est tellement authentique. J’ai déjà visité plusieurs donjons, mais c’est la première fois que j’en vois un qui est aussi intact. Les décorations dans les couloirs sont si compliquées, aussi. Wôw… Il n’y a même pas un grain de poussière, » déclarai-je.

« Hehe, il y a tant de choses anciennes sur lesquelles nous devons enquêter. Décidons de l’approche que nous allons adopter tout en continuant à marcher. » Le chemin était assez large pour que nous puissions nous aligner côte à côte, les mains tendues, pour marcher lentement et prendre notre temps pour explorer. Wridra et moi nous étions tournés vers Marie et nous lui avions demandé. « Quelle approche ? »

« Oui. Essayons-nous de nettoyer le labyrinthe le plus rapidement possible, de donner la priorité à la montée de niveau ou de prendre notre temps et de nous amuser ? Ce genre de direction générale. »

« Normalement, je choisirais la première option, mais je n’aime pas qu’on me presse, » déclara Wridra.

« On pourrait monter de niveau n’importe où, alors pourquoi ne pas prendre notre temps ? Marie pourrait aussi probablement apprendre une chose ou deux en chemin, » nous avions tous levé les poings ensemble en accord avec un « Ouais ! » Être dans le groupe de tête nous aurait aidés à trouver un meilleur butin, mais il aurait été dommage de se précipiter dans un donjon aussi bien fait. Une compétition impitoyable avec plus d’une centaine de guerriers aguerris m’avait semblé pénible, et j’avais déjà un emploi important au Japon. Je devais gérer mon emploi du temps pour me réveiller à l’heure.

« Il y a des gens ici qui sont plusieurs fois plus élevés que moi, donc je pense que je vais renoncer à l’honneur d’obtenir la conquête la plus rapide, » déclarai-je.

« Oh, tu abandonnes, n’est-ce pas ? Tu dis ça comme si tu pouvais le faire en premier lieu. » Elle avait marché jovialement avec des pas légers, puis elle m’avait regardé. Les esprits de lumière qui flottaient autour d’elle semblaient être l’expression de sa bonne humeur. Quant à la course pour le meilleur temps, elle n’aurait pas été impossible à réaliser si j’avais vraiment voulu y aller. Je veux dire, j’avais des capacités de mouvement, et Marie avait l’ultime garde du corps pour la protéger. Si j’avais accéléré jusqu’au but, j’aurais pu y arriver plus vite que n’importe qui d’autre… probablement.

« Non, on ne va pas faire ça ! Cela n’a rien d’étonnant, et je suis sûr que nous manquerions beaucoup de choses importantes. On n’est pas là pour courir un marathon, » déclarai-je.

« Ouais, bien sûr. On a cet objet magique, alors vérifions la carte et avançons lentement. Je veux si possible voir les endroits que les autres groupes n’ont pas encore vus, » déclara Marie.

« Alors, nous devrions nous diriger vers l’est. Si ces lumières représentent les autres, nous devrions aller là où il y en a moins. » Apparemment, cela nous avait même dit où se trouvaient les autres groupes. L’Outil magique de cartographie automatique était très pratique. C’était beaucoup plus facile, et c’était bien de pouvoir voir la disposition du donjon en trois dimensions. Je me demandais si nous pouvions convaincre Aja de nous laisser le garder après avoir exploré les ruines.

« Oh, un monstre. »

À ce moment-là, plusieurs yeux brillèrent dans les ténèbres loin de la lumière des esprits. Au total, trois monstres s’étaient précipités vers nous avec des pas lourds et bruyants. Dès qu’ils étaient entrés dans le champ de l’illumination, leurs formes trapues étaient apparues. C’était Koopah, un monstre que nous connaissions depuis l’oasis. C’était une créature bipède avec une grosse tête, et elle ressemblait à un lézard rond et surdimensionné. Apparemment, les monstres ici étaient encore au niveau 40. J’avais toujours son point faible mémorisé avec ma compétence de précision, alors je l’avais utilisé pour découper les Koopahs en rondelles avec facilité. J’avais été impressionné par l’épée que Wridra m’avait donnée. Elle avait expliqué qu’elle était tranchante et incassable, mais souple, et elle était exactement comme annoncée. La lame émettait une fumée blanche, et quand cela s’était dissipé, les huiles qui l’avaient recouverte en vainquant les monstres s’évaporèrent. Son facteur de commodité était tout simplement merveilleux. Sans parler de son magnifique lustre noir, tout simplement captivant à voir. Je me sentais plutôt exalté, mais pour une raison quelconque, les côtés des sourcils de Marie avaient commencé à s’affaisser graduellement. Elle avait poussé un soupir, puis m’avait regardé comme si elle était prête à se plaindre.

« Ce n’était pas drôle du tout. Je n’ai même pas eu le temps d’utiliser les sorts que j’avais préparés. La musique de la bataille a à peine joué pendant quelques secondes avant de se terminer. Comme c’est triste, » déclara Marie.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Mais tu as déjà vaincu une bande de Koopahs avant. Je suis sûr qu’il y a des ennemis beaucoup plus forts devant nous, alors pourquoi ne pas profiter des batailles qui s’en viennent ? » J’avais répondu en rengainant mon épée, mais c’était trop tard. Elle faisait déjà cette tête qu’elle faisait chaque fois qu’elle était contrariée. Temporairement, je lui avais demandé quel genre d’expérience elle recherchait.

« Voyons voir… Quelque chose du genre : “Derrière moi ! Je vais essayer de gagner du temps pour que tu puisses appeler tes Salamandres !”, » elle m’avait répondu avec des détails plus précis que ce à quoi je m’attendais. Nous avions continué à parler de ces bêtises en marchant sans jeter un second coup d’œil aux monstres que nous avions transformés en poussière. Mais en écoutant notre conversation, Wridra avait l’air d’avoir une pensée profonde, la main sur le menton. Elle avait ensuite applaudi et avait tourné son regard d’obsidienne vers nous. La lueur dans ces yeux me disait que ce ne serait que des ennuis, et j’avais raison.

« Hah, hah, hah, alors je vais fournir une formation jusqu’à ce que les choses deviennent plus occupées. Oh, il n’y a pas besoin de me remercier. J’ai toujours eu peur que ton niveau d’armes soit trop bas, » déclara-t-elle.

« Quoi ? Tu veux nous entraîner ici ? Pendant que nous marchons dans le donjon ? » Pourquoi ? Pourquoi voudrait-elle faire ça pendant qu’on s’amusait à explorer le labyrinthe ? N’avons-nous pas décidé en tant que groupe d’y aller doucement ? L’ajout de l’entraînement à l’épée pendant que nous continuons ne gâchait-il pas l’expérience ?

Le son métallique du déplacement de l’armure retentit en réponse. Elle s’abaissa, les genoux de sa robe blindée se pliant alors elle le faisait, et une poignée droite apparut devant elle. Wridra le prit dans sa main, et le bruit du métal glissant le long d’un fourreau résonna. Le sourire joyeux sur son visage me disait qu’il n’y avait personne qui pouvait l’arrêter maintenant. C’était à mon tour de soupirer maintenant, et le regard de Marie semblait dire que cela ne la concernait pas du tout. Mais il était important d’avoir un professeur de maniement de l’épée. Mon habileté avec une épée à une main était actuellement de 52, et il n’y avait pas beaucoup de gens qui étaient beaucoup plus haut que ça. En fait, tous ceux qui maîtrisaient le maniement de l’épée avaient tendance à se battre, mais pas sans raison. Cela signifiait que si je voulais qu’ils me forment, je devais leur donner plus d’argent qu’ils n’en auraient gagné en allant explorer, et je n’avais évidemment pas autant d’argent. J’avais déjà à moitié abandonné, mais mes lèvres s’étaient courbées en un sourire quand j’avais dégainé mon épée.

« Alors, Maître, allez-y doucement avec moi, » déclarai-je.

« Hah, hah, hah, ne pense pas que tu peux garder ce visage somnolent tout en me faisant face, » déclara-t-elle.

En fait, ça aurait été sympa qu’elle puisse faire quelque chose pour mon visage, mais j’espérais vraiment qu’elle y aille doucement avec moi. Nous nous étions inclinés l’un devant l’autre, puis nous avions commencé notre combat dans les profondeurs de l’ancien donjon.

***

Partie 4

« On les retiendra aussi longtemps que possible ! Je répète, demande des renforts. Notre — Bzzz… » Le son du bruit blanc pouvait être entendu. L’obscurité était trop profonde pour que la lumière de la lampe puisse pénétrer. La source du bruit était l’outil magique, émettant une lumière blanche bleutée qui avait la capacité incroyable de permettre la communication à longue distance, de garder une trace de l’emplacement actuel de l’utilisateur, et de fournir une image visuelle de la disposition du donjon. Ce groupe d’une dizaine de membres avait aussi l’avantage de l’outil magique, et ils avançaient dans le donjon avec des pas pratiqués comme un groupe de cerfs s’enfuyant.

« Hmm. C’est pratique, mais il n’y a pas d’émotion, » déclara soudainement l’homme à l’avant du groupe. Il était bien bâti, et il n’était même pas essoufflé, malgré son rythme rapide. Ses subordonnés semblaient surpris par ses paroles.

« Vous entendez ça ? Le capitaine Zera parle d’émotions. »

« Vous plaisantez, c’est une blague. C’est plutôt le genre de choses dont un enfant innocent dirait… Oh ! » L’homme du nom de Zera avait donné un coup de poing rapide sur la tête de celui qui parlait tout en maintenant son rythme de sprint. Il avait fait une expression exaspérée, puis s’était retourné vers l’outil magique. Puis, il ouvrit la bouche pour parler à nouveau.

« Qu’est-ce qui vous vient à l’esprit quand vous regardez ça ? » demanda Zera.

« L’outil magique, vous voulez dire ? Pas grand-chose. C’est pratique, donc je suis sûr que ça rendra le raid plus facile. » Le subordonné répondit en se frottant la tête, et le grand homme retourna un air renfrogné.

« Vous ne comprenez pas. La commodité ne facilite pas les choses. Pensez à ce qui se passerait si les choses devenaient de plus en plus efficaces. Nous serons utilisés comme des chevaux de trait sans repos, » déclara Zera.

Les hommes à l’arrière avaient gémi de façon audible. La systématisation des raids était une nouvelle initiative, qui deviendra probablement bientôt la norme. En ce sens, Zera avait l’impression que des émotions comme le plaisir se détachaient de l’expérience du raid. Les seuls qui pouvaient en trouver de la joie étaient probablement les enfants qu’il avait rencontrés hier. Il avait laissé échapper un souffle de résignation depuis son nez.

« Mais tout n’est pas si mal. Je suis content de pouvoir vérifier toutes les équipes avec ça. » Les multiples points lumineux indiquaient que les groupes avant et arrière avançaient avec des mouvements coordonnés. S’il y avait des problèmes, les autres allaient chercher de l’aide immédiatement. L’homme fixa une lumière de couleur rouille sur l’écran. Le texte au-dessus se lisait comme suit : « Équipe Andalousite ».

Un jeune homme regarda de côté et parla d’une voix feutrée. « Croyez-vous que Doula va bien ? Son équipe est séparée des autres. »

« Elle peut se débrouiller toute seule. Je suis sûr qu’elle va bien… Oh, j’ai un lien de communication qui arrive. » Voyant la lumière clignotante sur l’appareil, l’homme caressa l’outil magique. Puis, le bruit blanc avait résonné à nouveau dans le couloir.

« Bzzz... C’est Émeraude. L’outil magique semble bien fonctionner. Je suis l’équipe Diamant au fur et à mesure qu’ils traversent le centre. Je n’ai vu que des cadavres de nos ennemis jusqu’ici. »

« C’est Saphir. Nous suivons la route empruntée par l’équipe préliminaire qui a disparu depuis quelques jours. Haha, je vois que l’équipe Diamant est plus sauvage que jamais. Notre appareil fonctionne également bien. Terminé. »

Chaque équipe effectuait leurs rapports réguliers. Il s’agissait d’un autre nouveau système, qui visait à améliorer encore plus la coordination entre les équipes en les informant mutuellement de leur situation. L’homme écouta le bruit blanc, car il considérait cela comme une confirmation qu’il n’y avait pas de place pour le plaisir dans ce donjon. Plus important encore, il se préoccupait davantage de l’Équipe Andalousite. Il attendit tranquillement que sa voix se fasse entendre.

« C’est Topaze. On suit actuellement l’équipe Saphir. Vaincu plusieurs koopahs un peu plus tôt. Bref, est-ce que ce groupe d’enfants étrangers est-elle une blague ? Ils ne sont que trois, et ils étaient tous si peu équipés. » Peut-être qu’il n’y avait pas assez de monstres dans le coin, parce que l’équipe Topaze avait commencé à faire la conversation. Les enfants qu’il avait mentionnés, Zera s’était dit que c’était pour eux qu’il avait aidé à monter la tente. Se souvenant de ces petits aux manières polies inhabituelles, il sourit à lui-même en tenant l’outil magique dans sa main.

« C’est Pierre de Sang. Allons, on ne peut pas reprocher à quelqu’un de l’étranger de ne pas avoir été assez préparé. De plus, ces Outils Magiques sont limités dans leurs fonctions de liens de communication. Allez-y doucement avec eux. »

« Je suppose qu’ils ne font que visiter la ville, » répondit une voix avec un petit rire. La réponse avait quelque peu esquivé le commentaire, car les membres de la royauté d’Arilai s’étaient montrés prudents pour ne pas se faire prendre leur trésor. C’était pour cette raison que ce nouveau système avait été mis en place, mais ensuite ces enfants qui semblaient jouer avaient débarqué et s’étaient promenés, il était donc tout naturel que les aventuriers organisés réagissent de cette façon.

« Voici Diamant. Non, cette femme aux cheveux noirs est un problème. Elle était si sexy que notre patron a agi avec un air sauvage. Ève était jalouse tout à l’heure aussi, et… oh, aïe, aïe, d’accord, désolé, je n’en parlerai pas. Oh, on dirait que les niveaux ennemis sont passés à 50. Je viens d’apercevoir un Haut Koopah. »

« C’est l’équipe Rubis. J’ai repéré aussi un niveau 50 ici. Cela augmente assez rapidement, étant donné que nous n’avons même pas encore descendu un étage. On pourrait passer le niveau 100. Si c’est le cas, ce donjon est la vraie affaire. » Les équipes Diamant et Rubis étaient des équipes de raid incroyablement talentueuses. L’écran montrait qu’ils avaient mené la charge et qu’ils avaient coupé à travers le donjon antique comme deux lances. Pendant qu’il regardait, la voix que Zera attendait pouvait enfin être entendue grâce à l’outil magique.

« Ici Andalousite. Nous avons découvert une salle cachée. Je détecte plusieurs organismes ici. Préparation au combat. Et essayez d’arrêter les bavardages. N’oubliez pas que Sire Hakam et le grand Aja sont à l’écoute. »

La voix un peu austère appartenait à l’amie d’enfance de Zera. En l’entendant chicaner ses collègues sur ce ton familier et sérieux, il n’avait pas pu s’empêcher de sourire. Voyant sa réaction, ses coéquipiers avaient commencé à faire des commentaires assez francs.

« Je pense que le capitaine a déjà besoin d’une dame. »

« Ça n’arrivera pas avant un moment. Sa déclaration d’amour a été ignorée, après tout. » Une veine avait jailli dans le front de Zera, et ses poings de colère plurent sur les deux individus qui avaient parlé. Une fois les rapports de chaque équipe terminés, le silence était revenu dans le donjon. Cependant, les bruits de la bataille se faisaient entendre au loin, et des monstres continuaient d’émerger de l’obscurité. Ce n’était pas encore le moment de baisser la garde, mais les choses semblaient bien se passer jusqu’à présent. Avec assez de pierres magiques obtenues, l’Arilai allait subir de grands changements. Les pierres magiques seraient converties en de la puissance militaire par la production d’armes et d’armures puissantes, permettant à Arilai de vaincre ses états voisins. Non seulement cela leur donnerait un avantage puissant en temps de guerre, mais cela leur donnerait un grand avantage économique. Heureusement, des fonds et des préparatifs considérables avaient été consacrés à cet événement. Le raid s’était déroulé plus en douceur que prévu, et certains membres du groupe semblaient même visiblement soulagés. Juste à ce moment-là, un tremblement de terre lourd avait traversé le donjon. Les bruits intenses de destruction avaient suivi peu de temps après, et le bruit blanc qui était venu de l’outil magique avait presque sonné comme un cri.

« Ah ! Ils ont sauté sur — Bzzzz — la voie d’évasion ! Bzzz... derrière nous ! »

« Bloquez le mur endommagé, vite ! Ah, ahhhhh ! Il y en a d’autres ! Il y en a trop pour les compter ! Ahhhh ! On est foutus ! »

« Ils vont nous manger ! Capitaine ! On doit battre en retraite !! »

« Demande des renforts ! Notre voie d’évasion a été coupée. On les retiendra aussi longtemps que possible ! Je répète, demande des renforts. Notre — Bzzz… » L’air semblait trembler du message de la communication, et les yeux de Zera s’ouvrirent en grand. C’est à ce moment-là qu’il s’était rendu compte que l’ancien donjon avait enfin montré sa vraie nature et qu’il avait frappé ses intrus.

+++

Aja le vieux sorcier caressa la barbe blanche sur son menton. Malgré l’arrivée d’un lien de communication plutôt chaotique, son expression imperturbable avait montré qu’il avait à moitié prévu ce résultat.

« Comme prévu, la résistance centrale est assez légère. Elle ne fait que commencer, mais soit à l’ouest, soit à l’est, c’est peut-être le côté principal, » déclara Aja.

« Le sentier à l’Est est très étroit. Je ne peux pas imaginer que le niveau estimé de 100 quant aux monstres dans les rapports puisse s’y trouver. L’ouest est plus probable, mais… ça ne me semble pas tout à fait juste. » La tente sombre était enveloppée d’une lumière bleu pâle. Le bâton dans la main du vieil homme projetait un donjon tridimensionnel miniature qui comprenait les escouades qui se déplaçaient dans la confusion. Les autres équipes commençaient à se regrouper en raison de la demande antérieure de renforts, donc les dégâts n’auraient pas dû être trop importants. Cela ne faisait même pas encore une demi-journée, et sans documents de référence, il était difficile d’estimer le nombre d’étages qu’il y aurait. Mais l’intuition du commandant Hakam était incroyablement aiguë. Il avait traversé d’innombrables champs de bataille et survécu grâce à son intuition qui le guidait. Malgré les nombreux subordonnés qu’il avait perdus sous son commandement, il avait toujours mené son pays à la victoire. C’est exactement la raison pour laquelle il avait été chargé de conquérir le donjon plein d’inconnues. Le vieil homme tourna les yeux vers Hakam, qui leva la main.

« Je dirais qu’il y a au plus quatre ou cinq étages. Ce serait bizarre autrement. Tout ce qui serait plus serait au-delà du domaine des hommes, » déclara Hakam.

« L’état d’un donjon change à mesure qu’il s’agrandit. Ah, le groupe du garçon semble être en train de préparer quelque chose… Hm ? Qu’est-ce qu’ils font ? » demanda Aja.

« Combattre… ? Non, pas exactement. Ne me dis pas qu’ils s’amusent ? » Ils avaient découvert que les lumières venant du garçon et de la femme nommée Wridra brillaient plus fort au milieu du couloir. Malgré cela, il n’y avait aucun signe d’ennemis à proximité. Se pourrait-il qu’ils s’entraînent ?

« Je ne peux m’empêcher de m’inquiéter pour eux comme s’ils étaient mes propres petits-enfants. Et pourtant, ils semblent avoir quelque chose de décisif qui nous manque. »

« Je suis d’accord. J’ai l’impression qu’il nous manque quelque chose, mais ils ont exactement ce dont nous avions besoin. Comme la pièce manquante d’un puzzle. » Ils s’étaient regardés l’un et l’autre. Les deux hommes discutaient de la question de savoir s’ils devaient ou non leur assigner le « rôle ». Voyant Hakam secouer la tête, le vieil homme hocha la tête. Peut-être avaient-ils réalisé que la meilleure façon de faire ressortir le potentiel du garçon et de son groupe était de les laisser libres.

« Il semble que Hakam le héros ait vieilli en comptant sur des enfants comme ça, » déclara Aja.

« J’ai même demandé l’aide d’un Neko. En ce sens, un enfant n’est pas aussi mauvais, » déclara Hakam.

Les deux hommes gloussèrent, puis leurs expressions devinrent aussi sobres qu’avant. D’innombrables vies d’hommes et de femmes qu’ils avaient dirigés avaient été perdues à cause d’eux. Le long raid sur le donjon ne faisait que commencer.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire