Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 3 – Chapitre 3 – Partie 4

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 3 : S’amuser dans le donjon antique

Partie 4

J’avais enveloppé le service à thé avec du tissu pour qu’aucune des pièces de vaisselle ne s’écaille, puis je les avais placées une par une dans une boîte. J’avais retrouvé une grande partie de ma vitalité grâce au long repos que nous avions pris. Bien que, pour être honnête, je m’étais simplement entraîné en cours de route sans me lancer dans de véritables batailles. Je m’étais retourné pour trouver Marie qui se demandait s’il fallait remettre les livres sur les étagères ou les emporter avec elle. Elle semblait encore plus petite que d’habitude, tenant les gros livres, et je lui parlais doucement.

« Nous pouvons nous détendre dans cette pièce pour le reste de la journée si tu le souhaites, » déclarai-je.

« Non, c’est bon. On n’est pas trop loin de l’entrée, et on peut toujours revenir plus tard. Je suis sûre qu’il y a un Boss ou un gros ennemi si on va plus loin. Ça a l’air plus excitant que de rester ici, » répondit Marie.

Oui, Wridra et moi avions ressenti la même chose. J’avais regardé la carte en trois dimensions pour constater que les parties du raid étaient concentrées dans les sections du centre et de l’ouest, alors nous avons décidé de prendre la route de l’est. Il y avait aussi des points de lumière près de nous, mais il était possible qu’ils ne trouvent rien de remarquable, car beaucoup d’entre eux s’éloignaient des autres. Le seul problème, c’est qu’ils avançaient beaucoup plus lentement que je ne l’avais prévu. Je m’étais dit qu’ils faisaient des pauses au fur et à mesure, comme nous.

« Oh, si les autres prennent aussi leur temps pour vérifier la zone, ils pourraient prendre tous les objets de valeur avant qu’on ne les atteigne, » déclarai-je.

« Hm, il semble qu’il n’y ait pas besoin de s’inquiéter à ce sujet. Hah, hah, ces Outils Magiques sont aussi divertissants que les films. C’est une image assez spectaculaire, » déclara Wridra.

« Hein ? As-tu dit quelque chose, Wridra ? » Quand j’avais demandé, elle avait seulement souri et m’avait dit de ne pas m’inquiéter. Nos estomacs étaient bien remplis, alors il était temps qu’on parte. Nous n’avions même pas encore trouvé une seule pierre magique, après tout. Nous avions bâillé tous les trois à l’unisson et avions quitté l’aire de repos ensemble.

Maintenant, il était temps de reprendre l’exploration du donjon. Nous ne pouvions évidemment pas voir le soleil depuis l’intérieur du donjon, donc nous n’étions pas sûrs de l’heure qu’il était. De plus, comme il n’y avait pas d’horloges dans ce monde, personne ne pouvait donner l’heure exacte ici. Cependant, il se trouvait que j’avais un sens du temps assez aigu. C’était parce que j’avais besoin d’une horloge interne précise pour ne pas trop dormir et être en retard au travail… Attends, c’est en fait assez triste.

Bref, je m’étais dit qu’il était un peu plus de quatre heures de l’après-midi. En d’autres termes, cela faisait environ deux heures que nous n’avions pas déjeuné. Ces deux heures avaient été très difficiles pour moi. Comme on pouvait s’y attendre, c’était à cause de l’entraînement de Wridra. Le bruit de l’acier qui s’entrechoquant avec l’acier avait retenti. Des étincelles jaillirent de l’épée comme si elle avait été frappée par une balle, illuminant mon expression hagarde pendant une fraction de seconde. Je ne voulais pas penser à ce qui serait arrivé si je n’avais pas paré ce swing. La femme qui s’opposait à moi déplaça son épée qui vibrait sous l’impact, puis tourna vers moi son regard acéré d’obsidienne. Je m’étais demandé si l’air un peu menaçant qu’elle faisait surgir n’était pas dû à son sentiment de soif de sang qui s’exacerbait après le combat.

« Hmm, pas mal. Il semble que tu sois assez habitué à la vitesse. C’est peut-être parce que tu es toujours en train de courir et de sauter partout, » déclara Wridra.

« O-Ouais, bien que je n’aime pas la façon dont tu m’as fait ressembler à une sorte d’insecte. » J’avais réussi à répondre avec une certaine sérénité en essuyant la sueur de mes paumes sur mon pantalon. Il semblerait qu’une partie de moi, qui était motivée par la testostérone, voulait prouver quelque chose à mon entraîneur.

 

 

Les tas de poussière sur le sol étaient les monstres que j’avais vaincus plus tôt. Wridra m’avait donné un entraînement supplémentaire chaque fois que je vaincrais un monstre avec facilité. C’était un peu elle… ou peut-être que c’était une sorte de rituel de bizutage. Elle me poussait chaque fois à la limite absolue, de sorte que dès que j’entendais le cliquetis de son épée qui était entièrement gainée, je m’effondrais à genoux. La scène m’avait fait m’attendre à ce qu’elle dise une réplique minable.

« Je suis impressionnée, tu as monté de deux niveaux d’armes dans ce court laps de temps. Attends, reste assis. Je vais t’essuyer pour que tu n’attrapes pas froid, » déclara Marie.

« Merci. Pour être honnête, je suis un peu surpris qu’il n’y ait eu que deux niveaux. » Cela avait juste montré à quel point l’entraînement avait été dense. J’étais considéré comme étant de haut niveau dans ce monde, mais ma vision se brouillait à cause d’une trop grande concentration pendant trop longtemps. Soudain, une bouteille d’eau était apparue devant moi. En levant les yeux, j’avais vu Wridra se tenir là avec ses cheveux noirs arrivant jusqu’à sa taille et un sourire sur son visage.

« Tu commences inconsciemment à apprendre comment gérer le temps condensé. Tu pourras bientôt apprendre une nouvelle compétence secondaire, » déclara Wridra.

« Temps condensé ? » demandai-je.

Marie et moi nous avions penché la tête face à ce terme inconnu. J’avais entendu dire que les athlètes professionnels pouvaient sécréter de l’adrénaline et entrer dans un état d’éveil des sens, alors peut-être que c’était quelque chose de similaire. Si Wridra le disait, peut-être que je pourrais vraiment apprendre une nouvelle compétence secondaire. J’avais pris une gorgée d’eau et je l’avais sentie pénétrer dans mon corps fatigué. En prenant mon repos prolongé, j’avais entendu des bruits de cliquetis à côté de moi. Les esprits de pierre semblaient faire une sorte d’exercice coordonné alors que Marie s’efforçait elle aussi de monter son niveau de compétence. Pour être honnête, j’étais assez envieux qu’elle ait pu s’entraîner tout en se promenant tranquillement dans le donjon.

« Comment ça se passe pour toi, Marie ? Ton niveau de compétence en matière de travail avancé a-t-il augmenté ? » demandai-je.

« Oui, c’est à 14 maintenant. Je pense qu’il augmente assez rapidement. Je ne suis pas du tout fatiguée grâce au bâton que Wridra m’a donné, donc je sens que je puisse continuer aussi longtemps que je le souhaite, » avait-elle répondu en essuyant la sueur de mon front avec un morceau de tissu. Cette fille et moi avions travaillé à augmenter notre niveau de compétence depuis notre entrée dans le donjon. Nos niveaux de compétence étaient différents de ceux de nos classes, et représentaient notre compétence avec des choses comme les épées et la magie. Leur efficacité augmentait au fur et à mesure que leur niveau augmentait, et leur valeur maximale était plafonnée au niveau de la classe. J’étais un épéiste illusoire de niveau 72, donc j’avais quelques moyens d’atteindre le maximum de ma compétence d’épées à une main de niveau 52. « Il faut généralement plusieurs jours pour faire autant de progrès. C’est grâce à mon manque de fatigue et au fait que les esprits ont été très coopératifs. »

« Hmhm, c’est parce que mon soutien donne un coup de pouce à ta force mentale et à ton pouvoir magique. Utilise-le bien et efforce-toi de devenir un jour un sorcier. » Marie avait fait un signe de tête. Il semblait qu’elle aspirait à devenir sorcière, le plus haut rang de la guilde des sorciers. Donc, je ferais tout ce que je pouvais pour l’aider. J’avais bu le reste de mon eau, et nous avions commencé à marcher plus profondément dans le donjon. Le corridor, qui était jusqu’à présent un chemin droit, avait commencé à se complexifier, avec plusieurs escaliers menant vers le bas. Heureusement, notre carte nous avait empêchés de nous perdre. Nous pouvions voir la carte en trois dimensions avec l’outil magique qu’Aja, le magicien, nous avait donné, de sorte que nous pouvions facilement dire comment avancer ou reculer. Nous étions arrivés devant une grande porte, et j’avais posé ma main sur sa surface.

« J’ai le sentiment qu’il y aura des ennemis ici. Les grandes portes comme celle-ci ont généralement de puissants ennemis derrière elles, » déclarai-je.

« Hmm, est-ce une sorte de règle ? Les donjons ont des formes et des tailles différentes, mais ils ont une base commune. Comme la façon dont ils font circuler l’énergie pour maintenir leurs fonctions. » Je n’étais pas vraiment sûr de ce dont elle parlait. En laissant l’analyse à Marie, je devais trouver un plan pour le moment où nous rencontrerions un adversaire puissant. Wridra regardait en silence, comme elle le faisait toujours dans des moments comme celui-ci. Ce n’est pas qu’elle était trop paresseuse pour participer, c’était l’arrangement que nous avions décidé plus tôt. Elle était extrêmement fiable, mais nous voulions apprendre à nous débrouiller sans elle.

« Marie, je pense que tu devrais te concentrer sur la défense plutôt que sur l’attaque. N’oublie pas que les Koopahs que nous avons affrontés étaient aussi techniquement forts, » déclarai-je.

« Oui, peut-être que je peux utiliser les esprits de pierre pour me défendre. Je peux changer leur taille, et je suis sûre qu’ils seront très durables si j’utilise le bâton de Wridra. » Je ne savais pas qu’ils pouvaient être utilisés comme ça. Mais quel type de forme serait idéal pour un usage défensif ? Les premières choses qui m’étaient venues à l’esprit étaient les châteaux et les forteresses, du genre de ceux que l’on voit dans les films sur la guerre au Moyen Âge.

« Serait-il possible de nous donner un avantage avec de la hauteur et une enceinte ? » demandai-je.

« Oh, nous donner de la hauteur est une idée intéressante. Essayons. » Elle prononça une incantation et fit bouger son bâton, et l’esprit de pierre qui ressemblait à une brique avec des jambes devint plus grand, devenant finalement assez grand pour secouer le sol. Elle avait pris la taille d’une automobile légère, et Marie et moi avions été stupéfaits.

« Wôw, regarde comme ils peuvent devenir grands ! Je n’avais pas réalisé que ma magie avait été autant amplifiée. Il est environ cinq fois plus gros qu’avant, » déclara Marie.

« En effet, j’ai augmenté l’amplification initiale, de sorte que tu peux utiliser des compétences mêmes de bas niveau en combat. Tu pourras faire ça toute seule un jour. » Intéressant. On m’avait dit que le Guidage du Sorcier n’était actif que lorsqu’elle tenait le bâton du dragon, mais il semblait fonctionner même lorsque son niveau était bas.

« C’est incroyable. Il a l’air vraiment lourd et solide. Peux-tu aussi changer sa forme ? » demandai-je.

« J’ai juste besoin de les remettre en place d’abord. Tout comme… ça. » Elle avait frappé son bâton contre le sol, ramenant l’esprit de la pierre à sa taille originale, puis l’avait transformé en une forme cylindrique. La transformation avait pris environ trente secondes, soit le temps qu’il avait fallu à la créature pour atteindre sa taille maximale. En raison de sa taille, il était assez divertissant de le voir se développer si rapidement. Et à cause de son poids, il semblait que l’esprit ne pouvait pas être déplacé librement une fois que cette compétence était activée. Nous avons tous les deux regardé l’objet en pierre, profondément dans nos pensées.

« On dirait que ça pourrait être utilisé pour toutes sortes de défenses, mais… Je pense que l’approche la plus sûre serait d’en relier quelques-unes et de t’en faire une plateforme, » déclarai-je.

« Hmm, mais je ne voudrais pas faire face à des attaques à longue distance comme des flèches. Peut-être que je devrais construire un enclos comme une maison autour de moi. Mais ajouter des trous pour les fenêtres pourrait être trop complexe, » déclara Marie.

Une enceinte de murs de pierre de tous les côtés… Le seul hic, c’est qu’un tel arrangement serait trop axé sur la défense et rendrait difficile pour Marie de contribuer à la bataille de façon offensive. J’imaginais un château de pierre, essayant de trouver la méthode la plus efficace pour répondre à toutes nos exigences. Une forme simple, mais spécialisée pour la défense…

« Oh, je sais. » Cela m’était venu, et j’avais présenté l’idée à Marie. Elle avait été surprise au début, mais alors que je lui expliquais mon raisonnement, ses yeux violets s’étaient adoucis alors qu’elle faisait un sourire.

Creeeaaak…

Nous avions ouvert la lourde porte et étions entrés dans la grande salle pour trouver de multiples yeux blancs qui scintillent dans l’obscurité. Ils nous avaient fixé pendant un moment avant de pousser un cri, puis des monstres étaient sortis de là, l’un après l’autre. Je ne voyais pas très bien dans l’obscurité, mais je m’étais dit qu’ils étaient probablement une vingtaine. En supposant qu’il y avait plus de monstres cachés, leur total était probablement le double. Ils avaient dû entendre les incantations de Marie, car ils s’étaient mis à se précipiter bruyamment vers nous. Si nous n’agissions pas rapidement, ils nous encercleraient dans toutes les directions et commenceraient à nous mordre en un rien de temps.

« On peut renverser la situation si on les retient pendant trois minutes, » déclara Marie.

« J’ai compris. Ça ne peut pas être plus dur que l’entraînement de Wridra, » répondis-je.

« Bien dit. Si tu as de l’énergie à revendre, je t’entraînerai plus à fond par la suite, » déclara Wridra.

Oops, je n’aurais pas dû dire ça.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire