Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 3 – Chapitre 2 – Partie 1

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 2 : Début du raid

Partie 1

Boum, boum, boum, boum… !

Je m’étais réveillé à la sensation de bruits qui se répercutaient dans les profondeurs de mon estomac. Un plafond d’une tente en tissu de luxe remplissait ma vision, ainsi que Marie, qui jaillissait de là avec une expression somnolente sur son visage. Je m’étais levé au loin de la couverture dans la bousculade, puis j’avais jeté un coup d’œil de l’intérieur entre les rabats de la tente. Le ciel que l’on pouvait voir du sommet de la montagne était encore sombre, et je supposais qu’il était encore tôt le matin. J’avais frotté le sommeil de mes yeux pendant que je scrutais mon environnement et j’avais trouvé des hommes entièrement armés rassemblés à l’oasis avec le prêtre au centre, faisant retentir bruyamment leurs instruments de musique. Je voulais me lever tôt pour partir avec les autres.

« Ah, on ne s’est pas réveillés… On a raté le moment pour avoir un buff, » déclarai-je.

« C’est pour ça que je voulais me coucher tôt. Nous avons raté notre chance parce que quelqu’un voulait prendre son temps. » La tête de la jeune fille était aussi sortie de la tente alors qu’elle me réprimandait. Comme c’est étrange, j’avais eu l’impression de me coucher tard parce qu’une certaine personne m’avait empêché de dormir en me posant des questions sur le shinkansen. Mais quand même, nous nous étions couchés avant sept heures, ce qui était plus tôt que d’habitude.

La raison pour laquelle nous avions dû nous coucher tôt était le raid sur le donjon, qui devait commencer à l’aube. C’était trop tard pour le faire maintenant, de toute façon. Ils avaient probablement préparé le rituel encore plus tôt, considérant qu’il s’agissait d’un buff à grande échelle pour plus d’une centaine de personnes. L’instrument avait retenti une dernière fois, et ceux qui se trouvaient dans la zone d’effet avaient bénéficié d’un renforcement de leurs capacités. Leurs corps étaient entourés d’une lumière scintillante, et j’imaginais que leurs puissances étaient augmentées d’environ dix pour cent. Ce n’était peut-être pas un coup de pouce si fort, mais les effets dureraient un certain temps.

Wridra s’était enfin réveillée et s’était avancée en sous-vêtements issus de sa robe-armure en disant. « Ne vous inquiétez pas. Ce n’est pas très utile, de toute façon. » Je m’étais retourné pour voir la source de la voix, puis j’avais rapidement détourné le regard. La dragonne portait des vêtements moulants qui accentuaient les courbes de son corps, et ses cuisses rayonnaient au soleil du matin. Ses cheveux étaient alors liés vers le haut, et des bruits métalliques résonnaient pendant qu’elle faisait venir son armure.

« Oh, mais recevoir des buffs physiques est considéré comme une procédure standard. J’utilise aussi des esprits qui fortifient l’esprit, et presque tous les groupes utilisent des sorts similaires, » déclara Marie.

« Je n’ai pas d’objection à ce qu’il y ait des buffs normaux, mais… vous ne devriez pas vous habituer à celui de quelqu’un qui vénère un Dieu terrestre. Cela modifiera vos sens sans que vous le sachiez, interférant avec votre potentiel naturel. Je n’aime pas ça, » déclara Wridra.

Je ne savais pas qu’il y avait un tel côté négatif. J’avais passé le plus clair de mon temps seul, donc je ne connaissais pas grand-chose aux sorts qui nécessitaient une coordination avec les autres. À en juger par sa formulation vague, j’avais l’impression que Wridra nous cachait quelque chose. Mais la connaissant, j’avais le sentiment que c’était juste parce qu’elle avait décidé que ce n’était pas quelque chose que nous avions besoin de savoir tout de suite. Wridra tendit la main et pointa du doigt vers le lointain. J’avais suivi son doigt de mon regard pour trouver environ deux groupes isolés au loin. Il semble que d’autres groupes n’avaient pas non plus bénéficié des effets de renforcement des capacités.

« Ils ont également jugé que ce n’était pas nécessaire. J’ai jeté un coup d’œil hier soir, mais vous devriez apprendre à connaître les maîtres de ces deux groupes, » j’avais plissé les yeux et j’avais repéré des personnages au centre des foules qui semblaient être les maîtres de leurs groupes respectifs. L’un d’eux était un jeune homme qui débordait de vitalité. Il était grand, et même moi je pouvais voir qu’il avait des traits bien formés. L’autre était un vieil homme aux cheveux blancs, avec une construction solide malgré son âge avancé.

« Ils ont l’air forts. Je suppose, plus fort que moi ? » répondis-je.

« En effet, ces deux-là sont exceptionnellement forts. J’estime que le jeune est au niveau 140, tandis que le plus âgé est à environ 120. Mais les niveaux à eux seuls ne sont pas grand-chose. Celui qui a un match favorable contre un adversaire de plus haut niveau pourrait facilement renverser le cours d’une bataille, » déclara Wridra.

Oof, nous rencontrons des gens au-dessus du niveau 100 maintenant. Le plus jeune semblait n’avoir qu’une vingtaine d’années, alors j’avais été surpris de savoir à quel point il était puissant. C’était peut-être dû à son apparence, mais il y avait beaucoup de femmes autour de lui, et je pouvais le voir donner des ordres aux autres avec vivacité.

« D’accord, je m’assurerai de ne pas causer d’ennuis. On devrait aussi commencer à se préparer. Comme nous l’avons déjà dit, Wridra ne fera pas partie de notre groupe, alors nous devrons gérer la plupart des combats entre nous deux et demander à Wridra de nous protéger en cas de nécessité absolue. » Les deux filles hochèrent la tête. Il y avait aussi du mouvement en dessous de nous. Il semblait que les groupes avaient commencé à se mobiliser vers le donjon. Notre tour était proche de la fin. Non pas parce que nous avions été victimes de discrimination en tant qu’étrangers, mais malheureusement, simplement parce que nous étions en retard. Nous n’avions pas le droit de nous plaindre, et nous ne pouvions que nous blâmer d’être allés nous coucher trop tard.

« Vérifions l’état de notre groupe, au cas où. J’ai changé mes paramètres pour que tu puisses tout voir. Je pense que c’est plus intéressant comme ça, » déclarai-je.

« D’accord, je ferai la même chose. Oui, on dirait qu’on est tous les deux dans le groupe. » J’avais regardé mes réglages, et une icône montrant l’état du groupe indiquait que nous étions tous les deux verts et prêts à partir. Cette fonction faisait partie du mécanisme de Discussion par l’Esprit, que nous pouvions utiliser tout de suite. C’était à peu près tout pour nos préparatifs. Nous n’utilisions pas d’armure lourde ou de boucliers en premier lieu, et nous n’avions besoin que d’un minimum de nourriture. Nous étions bien approvisionnés en articles de literie, alors nous devions nous assurer que notre épée et notre bâton soient bien là. Bien qu’ils aient été faits par la Magi Drake, je doutais qu’il y ait des problèmes.

« Oh, je devrais aller dire bonjour à Hakam avant de partir, » déclarai-je.

« C’est comme ça que je peux dire que tu es un adulte qui travaille au lieu d’être un enfant. Ça ne me dérange pas, bien sûr. Je voulais aussi saluer Aja le magicien. » Nous avions tous les deux acquiescé d’un signe de tête et avions quitté la tente.

Nous avions respiré l’odeur des plantes mouillées par la rosée du matin et nous avions lentement emprunté le chemin. Au milieu du camp, on pouvait voir une tente faite d’un tissu splendide, où se rassemblait une foule nombreuse de personnes. Il semblerait qu’ils recevaient des ordres de la personne qui se tenait au centre. C’est cette personne que je voulais saluer, mais je m’étais dit qu’il était trop occupé et j’avais décidé de partir. À ce moment-là, l’homme bâti comme un ours avait levé son bras pour attirer mon attention. L’homme musclé à la peau bronzée était le directeur et le commandant du raid sur le donjon.

« Vous êtes enfin là ! Venez, ne soyez pas timide ! »

« Bonjour. Je ne vous ai pas vu depuis l’atelier Neko. Désolé de vous déranger quand vous êtes si occupé, » déclarai-je.

« Ah, ne vous inquiétez pas pour ça. Je me posais des questions sur vous de toute façon. Oh, je vois que Mariabelle l’elfe est avec vous aussi. Vous ressemblez enfin à une vraie sorcière dans cette robe. Mais je ne me plaindrais pas si vous restiez dans votre adorable tenue, bien sûr ! » Hakam avait ri à haute voix, puis avait renvoyé ceux qui l’entouraient d’un signe de la main. Il semblait un peu grossier à première vue, mais les ordres qu’il donnait plus tôt étaient détaillés et précis, et il donnait l’impression qu’il était aimé des autres.

« Bonjour, Sire Hakam. Je suis content que vous alliez bien. C’est notre tank, Wridra, » déclara Marie.

« Enchantée de vous rencontrer. » Wridra avait les bras croisés sans même baisser la tête, et Marie restait immobile dans un silence inconfortable. Mais le commandant d’Arilai n’était pas mécontent du tout. Il était juste… gelé sur place ? C’était difficile à dire avec son teint, mais Hakam semblait rougir d’une façon inhabituelle. Il avait dégluti, puis s’était mis à parler maladroitement.

« Une telle beauté… Je veux dire, vous êtes comme des fleurs qui fleurissent dans le désert. Votre présence éclaire ce campement minable. Préparez du thé pour nos deux invitées ! » déclara Hakam.

Attends, je n’ai pas de thé ? J’aurais été ravi d’essayer le thé fantaisiste du commandant. Malheureusement, seulement deux tasses avaient été apportées à la table, et je venais de voir les dames apprécier leur boisson. Le thé avait l’air délicieux…

« Oh, maintenant que nous avons un tank, nous avons décidé de rejoindre le raid sur le donjon. Nous voulions juste passer vous saluer, » déclarai-je.

« J’ai hâte de travailler avec vous, Sire Hakam. Je ferai de mon mieux pour contribuer. » Marie s’inclina.

Il semblait qu’il n’était pas un fan de trop de convenance, et il avait essayé de nous calmer en nous disant. « Ne vous énervez pas trop parce que nous serons là avec de si jolies dames ». À côté de lui se trouvait Aja, le vieux sorcier que nous avions rencontré dans la salle, qui avait une expression heureuse sur son visage.

« Je pensais que vous alliez passer. Oui, il vaut mieux être un peu imprudent quand on est encore jeune. C’est la voie la plus rapide vers la croissance. Je suis heureux que vous ayez décidé de vous joindre à nous, » déclara Aja.

« Merci, grand Aja. Je ferai de mon mieux pour suivre. » Le vieil homme avait offert sa main ridée, et chacun de nous l’avait serrée. Aja était un partisan de ce raid et détenait le titre de sorcier, qui n’était réservé qu’à ceux qui possédaient une habileté extraordinaire. Il semblait se souvenir de quelque chose qui venait de nulle part, puis il s’était approché du bâton à ses côtés.

« Ce n’est pas tous les jours qu’une sorcière elfique vient nous rendre visite. Laissez-moi vous montrer quelque chose d’intéressant. Tenez, gardez vos yeux sur mes mains. » Ses vieux yeux regardaient Marie comme s’il avait affaire à sa petite-fille. Aja sourit chaleureusement, puis tourna la paume de sa main vers le sol. L’air se remplit d’une lueur pâle. De petits points lumineux apparurent, des lignes se connectant entre eux, puis se dispersèrent dans toutes les directions. Ils s’étaient formés en quadrillage, créant ce qui ressemblait à une jungle de points en un rien de temps.

Whoooaa, qu’est-ce que c’est ? C’était comme du CGI. J’étais là, la bouche ouverte, et la fille avait fait entendre une voix de surprise.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. CGI : effets spéciaux numériques (Computer-generated imagery,)

    Et oui, sur le coup, je ne voyais pas a quoi cela correspondait 😌

Laisser un commentaire