Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 2 – Chapitre 7 – Partie 7

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Épisode 7 : Bienvenue au Japon, Mademoiselle Magi Drake.

Partie 7

Le temps passe vite quand on s’amuse.

Cette pensée me remplissait l’esprit alors que je levai les yeux vers le ciel rouge.

Les montagnes de Chichibu étaient quelque peu nostalgiques.

Les montagnes étroites et hautes qui se répétaient étaient une image pittoresque du Japon séculaire.

J’avais toujours imaginé des montagnes comme celles-ci chaque fois qu’elles apparaissaient dans des histoires sur les temps anciens.

J’étais perdu dans ces émotions fortes alors que je conduisais lentement la voiture sur la route de montagne sinueuse.

De mon point de vue, le Japonais m’avait toujours paru ennuyeux.

C’était étrange de penser à la façon dont je l’expérimentais à mon grand plaisir maintenant, en me demandant où nous pourrions aller ensuite.

J’avais pensé que c’était surtout dû à mon désir de voir les réactions de la charmante fille à côté de moi.

J’avais jeté un coup d’œil de mon côté pour voir Mariabelle qui s’était endormie.

Rien que de regarder ses lèvres pendant qu’elle dormait me rendait les joues chaudes.

Elle m’avait dit que je devais me sentir gêné, et cela avait clairement bien fonctionné.

« Oh, Wridra. Veux-tu bien m’apporter cette couverture ? » demandai-je.

« Hm ? Ah, tu veux dire ça, » demanda Wridra.

Je l’avais remerciée quand elle m’avait remis la couverture, et je l’avais placée sur la fille alors que j’attendais à un feu rouge.

Les nuits de printemps étaient encore fraîches et l’air avait tendance à s’assécher en conduisant.

Je n’en savais pas beaucoup sur les elfes, mais j’avais peur qu’elle attrape un rhume.

« Hmhmhm, si galant. Parmi les humains que j’ai connus, ce sont toujours les femmes qui s’occupaient des hommes. Il semble que tu sois un cas particulier, » déclara Wridra.

« Est-ce si étrange que ça ? Je pense que c’est plutôt normal de nos jours, » répondis-je.

Malgré ce que j’avais dit, j’avais eu l’impression que les Japonais n’avaient pas encore l’habitude de traiter les femmes avec bienveillance.

Je m’étais dit que c’était plus courant dans les pays occidentaux plus chevaleresques.

En y réfléchissant, j’avais senti Wridra se pencher vers moi.

La chaise tremblait légèrement, et je sentais ses yeux sur moi.

Elle me jetait probablement ce regard empli de doute en réponse.

« Tu dis ça, mais il me semble que tu n’as d’yeux que pour Marie. N’est-ce pas le cas ? » demanda Wridra.

« Je, je ne… pense pas ? » répondis-je.

Ma voix grinçait un peu à cause du ton étrangement intense de sa voix, et parce que sa main avait fermement saisi mon épaule.

La dragonne inclina la tête comme si elle s’interrogeait sur mes paroles, puis parla avec une pointe de colère dans son ton.

« Idiot, tu crois vraiment que je ne t’ai pas vu te sentir seul alors que j’attendais avec impatience ? » demanda Wridra.

« Hein ? Tu attendais ? Qu’est-ce que tu veux dire ? » demandai-je.

Elle m’avait regardé dans le miroir comme pour dire. « Comme je le pensais. »

Se faire regarder fixement par une belle femme était étrangement intense.

Ses lèvres pourpres s’étaient transformées en froncement de sourcils et elle avait l’air clairement mécontente.

« M’inviter au soi-disant donjon aurait été la ligne de conduite attendue. Je croyais que c’était ton objectif au départ, mais tu n’as rien d’autre à l’esprit que des loisirs, » déclara Wridra.

« … Hein ? Oh, tu veux dire l’ancien donjon ? Mais tu ne voudrais certainement pas y être invitée, n’est-ce pas ? » demandai-je.

Je n’avais pas seulement oublié, mais je n’avais même pas pensé à l’inviter.

Pour le dire franchement, qui avait déjà entendu parler d’inviter un dragon de niveau d’un Boss dans un groupe ?

D’ailleurs, j’avais été surpris qu’elle connaisse même l’ancien donjon.

Mais quand j’y avais réfléchi, je m’étais souvenu qu’elle avait écouté notre conversation à travers l’objet qu’elle nous avait donné.

Ce n’était pas étonnant qu’elle en sache autant.

Alors que ces pensées me traversaient l’esprit, j’entendais renifler près de mon oreille.

« Je vois… Je suis un paria… Comme c’est étrange… il y a du mucus qui sort de mes yeux, » déclara Wridra.

« Quoi !? Mais… attends, veux-tu venir avec nous ? » demandai-je.

J’avais été choqué de voir qu’elle pleurait vraiment !

Elle avait l’air de pouvoir se mettre à pleurer d’un instant à l’autre, alors j’avais arrêté la voiture à un arrêt près de quelques distributeurs automatiques.

 

***

 

J’avais placé des pièces de monnaie dans le distributeur automatique, et les boutons étaient tous devenus rouges simultanément.

Sa peau pâle se détachait encore plus que d’habitude avec ses cheveux colorés pour la nuit et sa robe d’une seule pièce.

J’avais arrêté le moteur de ma voiture, et le monde s’était immédiatement calmé.

La seule illumination venait du distributeur automatique, et c’était comme si nous étions dans une dimension séparée du reste du monde.

La forêt de bambous qui nous entourait bruissait en raison du vent, et le doigt de Wridra vacillait lorsqu’elle essayait de décider lequel choisir.

Elle avait finalement fait son choix, et un bip électronique avait retenti lorsqu’un bouton avait été enfoncé.

« Oh ho, te voilà ! Hoho, je vais te boire ! » déclara Wridra.

En la voyant gaiement sortir la boîte de la machine, j’avais été soulagé qu’elle ait pleuré plus tôt et qu’il ne s’agisse pas d’une affaire sérieuse.

J’étais sûr qu’elle ne faisait pas semblant ou quoi que ce soit, mais il me semblait qu’elle était trop expressive avec ses émotions en interagissant à peine avec les humains.

Ses fesses étaient soulignées dans sa position accroupie, et j’avais rapidement détourné le regard.

« Tu m’as surpris quand tu t’es mise à pleurer soudainement. Te sens-tu mieux maintenant ? » demandai-je.

« Imbécile, les dragons ne pleurent pas. Comme je l’ai dit, c’était du mucus, » déclara Wridra.

Je pense que ça s’appelle des larmes, Madame la Magi-Drake…

Les talons de Wridra avaient cliqué sur le sol alors qu’elle marchait vers la voiture, puis elle s’était appuyée dessus.

Elle était à peu près aussi grande que moi, mais ses longues et minces jambes la faisaient ressembler à un modèle.

Mais la moue qu’elle avait faite en essayant d’ouvrir la bouteille de soda à la crème de melon avait l’air un peu bizarre.

« Nng, mm… Ahh, délicieux ! » murmura Wridra.

C’était étrange qu’une femme avec un si beau visage puisse paraître si enfantine quand elle souriait.

Je m’étais senti soulagé alors qu’elle ait semblé s’être calmée. Je lui avais alors demandé.

« Alors, à propos du donjon… Cela ne t’empêcherait-il pas d’élever tes enfants si tu te joignais à nous ? »

« Ah, tu n’as pas besoin de t’inquiéter pour ça. Je ne suis qu’une partie d’un groupe connu sous le nom de Noyau du Dragon. Je suis connectée au noyau principal, ce qui m’a permis de soulager mon stress dans son ensemble. Tant que je reviens de temps en temps pour me synchroniser, je peux bouger librement même en élevant mes petits, » déclara Wridra.

J’avais essayé de comprendre ce qu’elle venait de me dire.

C’était difficile de comprendre qu’elle soit connue comme étant un dragon, mais il semblait qu’il n’y aurait aucun problème à ce qu’elle se joigne à nous.

Bien que j’aie eu des inquiétudes…

« Je dois dire que c’est un endroit assez dangereux. Si toi, leur mère, tu es blessée…, » commençai-je.

« Oui, oui, très bien alors. Je veux passer du temps avec vous deux, alors emmenez-moi ! Je pourrais faire le plein les yeux fermés et j’envisagerais d’y aller en fonction du bento, alors emmenez-moi avec vous deux ! » déclara Wridra.

Voulait-elle juste un peu de bentos !? Et elle m’avait dit qu’elle « envisagerait d’y aller », mais qu’elle avait clairement l’intention d’y aller comme elle me l’avait dit de l’emmener avec nous.

Je me demandais si ça ne la dérangeait pas.

C’était vrai que je voulais une alliée puissante, et il n’y avait certainement pas de meilleur candidat pour remplir ce rôle.

Considérant que j’avais besoin de quelqu’un qui pouvait vraiment protéger Marie, garder mon secret et ne s’intéressait pas à l’argent, cela résoudrait parfaitement tous les obstacles qui se dressaient sur mon chemin.

« Je ne m’attendais pas à ça. C’est comme si un puzzle était résolu en un seul geste, » déclarai-je.

Elle avait ri de ma remarque.

Il était probable qu’elle était déjà arrivée à la conclusion que défier l’ancien donjon ne serait pas un problème avec Wridra la Magi-Drake avec nous.

« Veux-tu venir avec nous ? Cela va être rempli de mystères anciens, et je suis sûr que tu vas t’amuser. Je vais nous préparer du bento, bien sûr, alors profitons-en ensemble, » déclarai-je.

« Hmph, tu aurais dû le dire depuis le début. Alors j’aurais pu agir avec hésitation, manger beaucoup de nourriture délicieuse et accepter à contrecœur à la toute fin, » répliqua Wridra.

Elle avait levé son nez de sa boisson. C’était donc ce qu’elle prévoyait de faire…

J’avais l’impression d’avoir mal agi sans le savoir, et d’avoir mis une dragonne de mauvaise humeur.

Mais le problème principal quant au fait de trouver un tank était maintenant résolu, et la sécurité de Marie était assurée.

Il n’y avait personne en qui je pouvais avoir plus confiance pour m’occuper de cette tâche.

« C’est un honneur d’avoir un dragon parmi nous. J’ai encore beaucoup à apprendre, mais j’espère recevoir tes conseils, » déclarai-je.

« Hm, assure-toi de t’appliquer avec diligence, humain. Je me joindrai donc à ton groupe, » déclara Wridra.

La dragonne m’avait fait un beau sourire et nous nous étions serré la main.

Sa peau semblait lisse, mais il y avait un soupçon de force de dragon en elle.

Ce qui était étrange, c’est qu’une légende vivante, connue sous le nom de Magi-Drake, nous rejoignait sur le chemin du retour d’une excursion d’une journée vers des sources chaudes et une elfe qui ronflait à côté de nous.

« … Oh non. J’ai promis à Marie que j’en discuterais au préalable. Désolé Wridra, je vais devoir annuler ça si Marie n’est pas d’accord, » déclarai-je.

« Gah !? »

Je lui avais dis ça alors que je m’étais placé sur le siège du conducteur, et les yeux de Wridra s’étaient levées vers le ciel.

Oui, je comprenais ce qu’elle ressentait, mais ma promesse avec elle était importante.

Je doutais que Marie ne soit pas d’accord, mais si c’est le cas, désolé.

« Espèce d’imbécile !! »

La voix de Wridra résonna tout autour de nous, et la jeune fille dormante avait ouvert les yeux.

La voiture avait commencé à accélérer lentement, et nous étions finalement arrivés chez moi.

Notre petit voyage s’était donc terminé.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire