Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 1 – Chapitre 8

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Épisode 4 : Bataille avec la bande de voleurs

***

Épisode 4 : Bataille avec la bande de voleurs

Partie 1

Une lumière vive et la sensation de quelque chose de froid comme de la brume touchant ma joue m’avaient réveillé de mon sommeil.

Les ruines du Pic d’Ujah…

J’étais là, à moitié enterré dans le sable sur le site ensoleillé d’une ancienne carrière. Mon oreiller avait été remplacé par du sable, qui coulait autour de moi pendant que je luttais pour me libérer.

Je me sentais bien reposé après mon sommeil, mais j’avais trouvé ça difficile d’avoir du sable qui coulait de mon cou jusqu’à mon estomac. C’était une terrible façon de se réveiller, mais, étonnamment, une partie de moi n’était pas trop dérangée par cela. Le plaisir d’une matinée n’était pas complètement déterminé par la vue ou la météo.

J’avais regardé vers le poids contre ma poitrine et j’avais trouvé une vue féerique juste en face de moi. On disait qu’il suffisait de voir au réveil une seule belle fleur pour faire passer une bonne matinée à quelqu’un. Bien que cette fleur en particulier me regardait de son côté avec une expression malheureuse.

Les lèvres vives de Marie se séparèrent, et elle poussa une voix de plainte comme prévu. « Je n’arrive pas à croire que je me sois endormie si vite ! Je me demanderai ce qui va se passer dans le livre toute la journée ! »

J’avais réfréné mon envie de toucher ses cheveux blancs devenus éblouissants à la lumière du soleil.

« Hehehe, au moins, on a ça à attendre avec impatience ce soir. En tout cas, c’est un tas de sable, » déclarai-je.

L’elfe s’était éloigné, et je m’étais levé après elle. Puis, comme avant de nous endormir, la lueur de l’oasis était entrée dans notre vision depuis la plate-forme. Nous avions levé les yeux pour constater que le ciel était presque azur et que même le sol sablonneux me paraissait issu d’un monde fantastique.

Le mystérieux monstre d’hier nous avait attaqués avec une vague de sable brûlante et destructrice. J’avais pensé que nous pourrions nous réveiller à nouveau dans une telle situation, donc je ne pourrais pas dire que c’était trop agréable. Mais savoir que Marie attendait avec impatience le reste du livre m’avait fait sourire.

Du sable s’était déversé de ma manche, révélant un bracelet luisant et terne sur mon poignet. C’était principalement pour vérifier mes capacités actuelles, mais je pouvais aussi utiliser une simple commande pour envoyer une demande de groupe à l’elfe à côté de moi.

« Voilà, ajouté. Je suppose que c’est la première fois que nous organisons un groupe ensemble, » déclarai-je.

« Je pense que tu as raison. C’est un peu excitant. Je ne fais presque jamais équipe avec d’autres personnes, » répondit Marie.

Elle m’avait fait remarquer que c’était surtout un problème avec ma personnalité quand j’avais sorti mon sac à moitié enterré dans le sable. J’avais aussi sorti ses affaires, et du sable s’était répandu sur le plateau où nous nous trouvions.

Faire équipe avec d’autres personnes finissait généralement par être une source d’anxiété pour moi. Les choses pourraient devenir gênantes si la conversation s’apaisait, et si une stratégie d’équipe ne fonctionnait pas, et c’était moi qui pourrais être blâmé.

Cependant, j’aimais à penser que les choses seraient différentes avec Marie. Je ne savais pas pourquoi, mais j’avais juste le sentiment, même avec l’écart énorme entre le niveau 72 et 32.

J’avais pensé à la façon dont je m’étais souvent retrouvé confus au sujet de mes propres pensées et sentiments ces derniers temps alors que j’époussetais le sable sur mes vêtements.

« D’accord, alors, commençons. Notre mission aujourd’hui est de sauver cet enfant homme-bête et de vaincre les bandits qui se cachent. Si j’arrive à la conclusion que ce serait trop difficile, je te le ferai savoir avec la communication mentale, » déclarai-je.

« C’est vrai. Si cela se produit, nous nous regrouperons et tu nous sortirais d’ici avec Trayn, le Guide du voyage. Maintenant, exécutons notre plan ! » déclara Marie.

Elle avait haussé la voix avec audace, puis avait commencé à préparer sa Magie Spirituelle. Des taches scintillantes dansaient autour de sa robe, et je clignais des yeux en pensant que c’était un tour de passe-passe pour les yeux. Elle avait presque l’air de disparaître à la vue et à l’abri des regards. Je m’étais frotté les yeux, puis j’avais découvert que Marie avait déjà disparu de mon champ de vision.

« Voilà donc l’esprit de la lumière, Voile Lumineux. Je suppose que ça te rend vraiment invisible, » déclarai-je.

« Ce ne serait pas un sort si un dormeur comme toi pouvait encore me voir. Je vais me déplacer lentement à partir de maintenant, mais je ne pourrai plus cacher mes pas ou mon odeur. Donc, en fonction de ce à quoi nous sommes confrontés, je pourrais encore être détectée, » répondit Marie.

C’était logique. Mais cela signifiait que les endroits où elle pouvait se cacher étaient limités. Heureusement pour nous, Marie était une sorcière spirituelle. Peu d’autres avaient le pouvoir d’affecter profondément une bataille par eux-mêmes sans faire un seul pas.

« D’accord, alors je vais aussi y aller. S’il se passe quelque chose, n’hésite pas tout de suite à m’appeler avec la communication mentale, » répondis-je.

« Oui, toi aussi, fais attention. Et n’oublie pas de me lire le reste de ce livre ce soir, » déclara Marie.

Je n’avais pas pu m’empêcher de sourire. Le fait que Mademoiselle l’Elfe attendait avec impatience le livre de ce soir était une motivation suffisante pour moi, et j’avais commencé à marcher vers l’oasis avec cette pensée positive en tête.

Il était temps de commencer.

J’ai activé Sur le Chemin depuis le plateau, et j’étais instantanément apparu sur les sols sablonneux en contrebas. En marchant sur l’herbe clairsemée, j’avais réfléchi à ce que nous allions faire.

Notre objectif était de sauver l’enfant homme-bête. C’était une mission extrêmement difficile qui nous obligeait à vaincre de nombreux hors-la-loi et un énorme monstre. Malgré mon niveau élevé, je n’étais pas assez arrogant pour présumer que je pouvais gagner une bataille alors que nous étions si peu nombreux.

D’abord, je devais m’éloigner de Marie pour qu’elle ne soit pas considérée comme une menace. Puis je devais attirer leur attention d’une façon ou d’une autre. Nous ne savions toujours pas où se cachaient nos adversaires et nous devions trouver cet enfant.

Alors que je m’approchais du front de mer pour le faire, le monstre reptilien connu sous le nom de Koopah avait surgi avec un jet de sable. Il n’était pas nécessaire d’y aller doucement comme la dernière fois, alors je l’avais massacré dès qu’il était apparu, le faisant hurler de douleur.

« Hm, je pense qu’ils m’ont enfin remarqué. Marie, comment se passent les préparatifs ? » demandai-je.

« Pas mal. Pas mal. Je suis en train de créer d’autres lézards de feu et de les faire se cacher dans le sable pour l’instant, mais es-tu sûr que tu veux que je retienne leur pouvoir ? » demanda Marie.

« Bien sûr que oui. Nous voulons cette fois-ci les submerger par le nombre plutôt qu’avec de la puissance brute. Si nous le faisons bien, cela pourrait nous donner un plus grand avantage que de les tuer carrément, » je lui avais dit cela avec le système de communication de groupe, puis j’avais jeté un coup d’œil à ce qui m’entourait.

Selon mon Intuition, ils étaient moins de dix. J’avais senti le faible bruit des voix et des yeux qui me regardaient, alors je m’étais tranquillement éloigné de l’oasis. J’avais maintenant une idée de l’endroit où ils se trouvaient, de sorte qu’il n’était plus nécessaire de faire du grabuge en combattant des Koopahs.

J’avais essayé de détecter leur présence, mais mon regard s’était lentement relevé. Puis, à l’intérieur du bâtiment partiellement délabré, j’avais aperçu un homme à l’air sale alors qu’il cachait son visage.

« Oh, le voilà. La question est, où peut bien être ce gamin ? » demandai-je.

Ils devaient se demander pourquoi je m’étais montré après m’être enfui, et où l’elfe qui était avec moi avait pu aller.

Après avoir pris le temps d’y réfléchir, il semblerait qu’ils aient décidé d’adopter la même approche qu’avant. C’était probablement la seule chose qu’ils pouvaient faire.

Alors que j’avais découpé un Koopah qui approchait en petites rondelles, le sol avait tremblé. Le sable vibrait avec les tremblements, et j’avais senti un impact comme si quelque chose se frayait un chemin à partir du sol. Puis vint le rugissement perçant qui fit trembler de peur même les Koopahs.

Rugissement !

Le grondement retentissant avait propulsé du sable, mais j’avais tiré des leçons de mes expériences passées. J’avais profité du fait que j’étais seul et j’avais activé Sur le Chemin pour pouvoir m’échapper dans l’un des bâtiments en ruines. Le bâtiment fut immédiatement écrasé par l’onde de choc, et les Koopahs restants furent immédiatement réduits en poussière.

Cette intensité et ces tremblements, c’était autre chose. Mais en tant qu’individu qui n’avait formé que sa capacité de s’enfuir, la situation était loin d’être ingérable.

Après avoir habilement esquivé les débris qui tombaient, je m’étais déplacé sur le toit du bâtiment, puis à nouveau dans un autre bâtiment au loin. C’est là que j’avais vu quelque chose qui brillait de loin : la pierre tenue dans la main de l’enfant homme-bête.

L’enfant portait un manteau en lambeaux comme hier, et ces mains et ces pieds étaient liés par des chaînes.

« C’est un peu loin, mais j’ai maintenant une bonne idée où sont les autres. Je pense que nous pouvons commencer, » déclarai-je.

« Fais attention, d’accord ? Et si tu as besoin de battre en retraite, n’hésite pas à le faire. J’attirerai l’attention de ce monstre pour que tu n’aies pas à t’en faire pour un moment, » déclara Marie.

J’avais répondu par un « D’accord » face à la voix rassurante dans ma tête.

Si je devais le deviner, ce monstre géant devait être environ au niveau 100. Penser qu’une elfe de niveau 32, allait l’affronter de front… c’était comme si j’étais dans un rêve étrange ou quelque chose comme ça.

J’avais pensé à me pincer, mais j’avais réalisé que j’étais en fait dans un rêve, donc ça ne ferait même pas mal.

« D’accord, j’y vais maintenant. À plus tard, Marie, » déclarai-je.

J’avais fait mes paroles d’adieu à la fille invisible, puis j’avais marché sur le sol avec les deux pieds et activé Sur le Route. Non seulement la compétence avait des limites de poids et de distance à parcourir, mais je devais aussi voir physiquement ma destination et avoir les deux pieds sur terre. Malgré les restrictions assez strictes, il s’agissait d’une compétence vitale lorsqu’il s’agissait de combler une lacune.

Je m’étais instantanément déplacé vers le mur, puis je m’étais déplacé dans un bâtiment qui était contre la falaise. Alors que je marchais sur le toit en ruines et que je volais à nouveau dans les airs, j’avais l’impression de courir droit dans le ciel.

De derrière moi, j’entendais le monstre crier comme pour me dire d’arrêter de fuir. Son souffle était suffisant pour secouer le sol, mais en regardant le bas de la falaise et en observant la vue, je m’étais dit : « Hein… c’est vraiment très utile. »

Il y avait Marie, faisant pleinement usage de ses capacités de sorcière spirituelle. Elle avait déjà créé au moins une dizaine d’esprits. J’avais entendu dire que la Magie Spirituelle avait pour but de fournir de la magie aux esprits et de lancer la magie sur les ennemis, mais il semblait qu’ils pouvaient aussi creuser dans le sable et voyager sous terre, comme des combattants de guérilla.

Les esprits étaient cachés loin de leur lanceur et ils avaient tiré de temps en temps des projectiles magiques sur le monstre, s’avérant être l’ultime distraction pour moi. J’avais été étonné de voir le monstre charger dans la direction opposée à celle de Marie alors que de plus en plus d’esprits apparaissaient.

À ce moment-là, j’avais senti que je comprenais. Sa polyvalence à s’adapter à n’importe quelle situation était ce qui la distinguait du sorcier moyen. C’était grâce à cette capacité que nous avions pu mettre au point des stratégies qui ne seraient pas possibles autrement.

« Il semble que cela pourrait être utile dans toutes sortes de situations. Oh, mais plus important encore…, » déclarai-je.

Vu la quantité de pouvoirs magiques qu’il lui restait, je n’avais probablement pas beaucoup de temps. Je devais remplir mon propre rôle, sinon elle me gronderait plus tard.

J’avais volé d’un toit à l’autre une fois de plus, puis j’avais trouvé l’enfant de tout à l’heure devant moi.

L’homme-bête à capuche s’était recroquevillée à mon arrivée. L’enfant, un garçon, était encore plus petit de près, comme un écolier.

Il s’était éloigné de moi, terrifié. Je m’étais accroupi jusqu’au niveau des yeux, puis j’avais ouvert la bouche.

« Salut. Veux-tu que je t’aide ? Si c’est le cas, je peux te donner un coup de main, » déclarai-je.

L’enfant s’était mis à trembler en réaction. Cette fois-ci, c’était peut-être par un faible sentiment d’espoir plutôt que de peur. Après tout, je parlais dans la langue des demi-bêtes, dont peu de gens savaient parler.

« Quoi ? Tu connais… notre langue ? » demanda le garçonnet.

« Ouaip. C’est l’un de mes passe-temps. J’aimerais bien parler un peu plus longtemps, mais nous n’avons pas beaucoup de temps. Qu’est-ce que tu préfères ? Je te laisse tranquille ? Ou… » demandai-je.

La chaîne avait tremblé d’un cliquetis métallique lorsque ses petites pattes m’avaient tendu la main. Il était couvert d’une fourrure blanche et brun si sale que je ne pouvais m’empêcher d’éprouver de la sympathie. Les tendons des deux pieds de l’enfant étaient horriblement endommagés, et il n’était manifestement pas en état de courir.

« S’il te plaît… aide-moi ! Je n’en peux plus… Je ne supporte pas d’invoquer des monstres avec la pierre pour attaquer des innocents ! » déclara le garçonnet.

« D’accord, » avais-je répondu.

Nous étions trop haut pour que la brume des veines d’eau nous atteigne, et il était même difficile de respirer. Celui qui y vivait il y a longtemps était peut-être d’un rang social inférieur.

Lentement, je m’étais levé devant l’homme-bête qui était courbée comme dans une prière. Le groupe qui se rapprochait de nous par-derrière était celui-là même qui avait commis des crimes dans la région. Ils étaient environ huit, chacun portant une cagoule brûlée par le soleil et tenant une épée dans leurs mains.

Bien qu’ils aient l’air galeux, leurs muscles gonflés et leur regard aiguisé m’avaient dit qu’ils étaient d’un niveau assez élevé. En fait, cela m’avait fait me demander si ce n’étaient vraiment que des bandits ordinaires.

L’homme qui dirigeait le groupe, que je présumais être leur capitaine, était parfaitement calme malgré le fait qu’il marchait sur le toit instable avec des trous. Il avait caressé la barbe noire sur son menton en s’approchant de moi et m’avait dit. « Bon travail pour revenir ici, petit. J’ai enfin compris comment tu t’en es sorti vivant hier. Tu es spécialisé dans les compétences de type mobilité, et tu t’es échappé avec l’elfe, tout comme tu t’es envolé jusqu’ici. »

« Ohh, ouais, en fait tu n’es pas trop loin de la vérité. Quoi qu’il en soit, ça te dérangerait d’enlever la domination présente sur ce petit gars ? » demandai-je.

En jetant un coup d’œil aux chaînes, j’avais pu voir qu’il était lié par la puissance d’un contrat plutôt que par le métal ordinaire. En d’autres termes, cela ne pouvait pas être détruit physiquement. Si je devais libérer cet enfant, j’avais besoin de cette pierre de contrat dans la main de cet homme souriant.

« Alors, faisons un marché. Donne-moi ton sac plein de trésors, et je laisserai partir ce petit crétin, » déclara le chef.

Hein… Pourquoi ce type s’embêterait-il à dire un mensonge aussi évident ? J’avais peut-être l’air d’un enfant, mais j’étais adulte à l’intérieur. Je ne savais pas comment ils faisaient, mais ils utilisaient clairement cet enfant homme-bête pour attaquer des aventuriers. Il n’était pas question qu’ils abandonnent leur poule aux œufs d’or si facilement.

Il semblait que le temps des négociations était terminé. En fait, je ne pouvais pas dire qu’il s’agissait d’une négociation.

J’avais dégainé mon épée, et ils s’étaient placés sur la défensive. Ils semblaient croire qu’ils étaient toujours hors de portée, mais comme leur chef l’avait deviné, j’étais un spécialiste de la mobilité. J’avais immédiatement activé Sur le Chemin, j’étais apparu sur le flanc de leur chef et j’avais baissé mon épée sans hésitation.

Mon but était proche, et la pierre de contrat avait été fendue en diagonale lorsque le bruit de l’acier sur la pierre avait retenti. J’avais failli sourire au chef, mais son visage était tombé, et il m’avait fait un regard perçant.

« C’est ça. Je te couperais les bras et les jambes, puis je frotterais tes blessures avec du sel, » déclara le chef.

Les paroles d’un adulte qui avait l’intention de te faire du mal peuvent vraiment faire peur. Ou ça le serait, si j’étais juste un enfant innocent.

L’homme avait fait signe avec la pointe d’un doigt, et un homme en surpoids s’était précipité vers moi. Il semblait être le lourdaud du groupe, et il avait fléchi ses bras de la taille d’un tonneau devant moi alors qu’il s’approchait. C’était comme s’il demandait qu’on lui coupe les bras, mais mes yeux s’étaient élargis quand mon épée avait rebondi avec un bruit métallique ! Les bras de l’homme s’étaient solidifiés avec comme une couche de blindage renforcé dessus, et j’avais été surpris de voir des étincelles voler à l’impact.

Son niveau semblait être assez élevé.

J’aurais pu attaquer ses jambes pendant qu’il continuait à me repousser, mais arrêter sa pression n’aurait pas été une tâche facile. En un rien de temps, le bord de la falaise était juste derrière moi.

« Haha ! Tombe, petite merde ! »

« Oh, d’accord. À plus tard, » répliquai-je.

Il avait jeté tout son poids dans un dernier plaquage, et m’avait foncé dessus… mais il était passé à travers, chargeant la falaise tout seul. Les autres bandits, la bouche ouverte, regardant le « moi » qui avait été jeté dans les airs, et qui se déformaient. Je m’étais déformé comme un tableau se dissolvant dans l’eau, puis j’avais disparu dans l’air.

C’était ma dernière compétence primaire, Image Fantôme, qui m’avait permis de créer une illusion de moi-même. C’était probablement cette compétence qui avait donné le nom de ma classe, Épéiste Illusoire.

J’avais « Refaire » qui me permettait de mettre en place et de répéter certaines actions, « Sur le Chemin », qui me permettait de parcourir une courte distance, et « Image Fantôme », qui m’avait permis de faire une illusion de moi-même. C’était mes trois principales compétences au combat.

Un grand bruit sourd ! se fit entendre et du sable s’envola dans les airs pendant que l’homme s’écrasait, attirant ainsi l’attention du monstre. Les bandits et moi avions sorti un « ah ! » en même temps. L’homme qui était tombé s’était enfui loin du monstre, et le sol avait grondé bruyamment pendant qu’il été poursuivit par le monstre.

Essaie de ne pas mourir, lui dis-je mentalement.

Plus le monstre le poursuivait, plus ce serait facile pour Marie.

***

Partie 2

Il y avait un grand trou rond dans la montagne qui descendait jusqu’au niveau du sol. L’oasis était essentiellement entourée de falaises abruptes, avec des bâtiments qui étaient autrefois des habitations qui restaient encore présentes sur les falaises. C’était la prochaine partie de la bataille et cette fois-ci, pour être honnête… c’était tellement en ma faveur que je me sentais presque mal.

« Hé, il est derrière toi ! Tue-le ! »

« Aaaaaaaargh ! »

J’émergeai silencieusement derrière l’un des bandits, et un autre cria pour l’avertir. Face à un adversaire insaisissable comme moi, tout ce qu’ils pouvaient faire, c’était d’essayer de se protéger les uns les autres.

L’homme se retourna et balança son épée sauvagement, mais je m’étais retourné en l’air et j’avais percé des trous dans ses pieds en esquivant deux flèches en même temps. Une flèche avait effleuré ma joue, mais j’avais profité de l’élan de ma pirouette pour claquer le plat de mon épée sur le sommet de la tête de mon adversaire. Un bruit fort s’était fait entendre et les yeux de l’homme avaient semblé se retourner. Tandis qu’il s’écrasait au sol, j’avais aperçu un grand homme avec une lame dans chaque main s’approchant de son ombre. Combattre quelqu’un qui était prêt à me faire face m’avait semblé être un ennui, alors j’avais laissé une illusion et j’avais disparu avant que quelqu’un ne me tire une autre flèche sur moi.

Il y avait des endroits sûrs où je pouvais me rendre tout autour de nous sans que mes ennemis puissent me suivre, alors j’avais pu apprécier leurs cris de frustration lorsqu’ils avaient découvert qu’ils venaient d’attaquer une autre illusion. Ils avaient rugi et exigé de savoir où j’étais, mais tout ce que j’aurais pu leur dire, c’est que j’étais dans l’un des nombreux bâtiments à proximité. Bien que bien sûr, je ne l’avais pas dit à voix haute.

« Il n’y a pas beaucoup de bonnes bases avec tout ce qui est si usé, mais ils devraient faire face aux monstres s’ils descendent au niveau du sol. Cette oasis est un bon terrain de chasse, alors j’aimerais prendre mon temps et les chasser un par un, » murmurai-je.

Mais les actions de leur chef avaient quand même attiré mon attention. Sans même me regarder, il avait simplement observé le monstre géant se tortiller dans l’oasis. Il n’avait pas l’air de me prendre à la légère, vu qu’il avait deux hommes qui veillaient sur lui.

« … J’ai un mauvais pressentiment. C’est pourquoi je n’aime pas me battre contre d’autres humains, » déclarai-je.

Ma Répétition m’avait permis de mémoriser des schémas de mouvements, mais elle avait ses limites. Au fur et à mesure que le nombre d’ennemis et les tours dans leurs manches augmentaient, il devenait de plus en plus difficile d’utiliser la compétence efficacement. Elle était plus adaptée pour affronter des monstres simples d’esprit que des humains.

J’avais pensé à faire un saut vers eux, quand le chef avait soudain crié. « Là, l’elfe se cache derrière ce pilier ! Les gars, allez là-bas et faites-la sortir ! »

Puis, cela m’avait frappé : il n’observait pas le monstre. Il devait utiliser une technique de détection pour trouver Marie à travers son Voile Lumineux.

Les bandits étaient assoiffés de sang en sautant de l’immeuble et n’avaient même pas peur du monstre géant qui les attendait.

En les regardant partir, j’avais senti mon excès de confiance se dissiper rapidement. Marie était une utilisatrice de magie, et une utilisatrice de bas niveau en plus. Elle ne serait pas capable de repousser les attaques en mêlée. J’étais tellement agité que je ne savais pas que le chef avait délibérément élevé la voix pour m’appâter et me faire passer à l’action.

« Je ne peux pas te laisser faire ça. Sur la Route ! » déclarai-je.

Je n’avais pas d’autre choix que de tous les mettre à terre. Je m’étais rapidement approché d’eux et je m’étais préparé à frapper, quand le chef avait encore une fois crié.

« Maintenant, rôtissez-le en entier ! »

« Quoi… !? »

Mon environnement s’était instantanément engouffré dans une mer de flammes, et une vague de chaleur pourpre m’avait enflammé, moi et les sbires bandits. La surface de ma peau avait brûlé, et j’avais immédiatement réalisé que j’étais en danger et j’avais retenu mon souffle. Si je ne l’avais pas fait, les flammes seraient entrées dans mes poumons et m’auraient brûlé de l’intérieur. Dans un sens, l’expérience d’avoir été tué par des monstres tant de fois dans le passé pouvait avoir été ce qui m’avait sauvé.

« Gyaaaaaaaaaa ! »

Mais les choses s’étaient mal terminées pour les autres qui n’étaient pas habitués à de telles situations. Les sbires s’étaient griffé la tête en courant vers le bord de la falaise. Les voir tomber alors qu’ils étaient brûlés vifs m’avait semblé assez horrible pour me faire faire des cauchemars.

J’avais roulé sur le sol pour échapper à la chaleur infernale, mais j’avais réalisé qu’il y avait un problème avec mon bras droit.

« Argh, une déception ! »

Mon bras brûlait encore, souffrant d’un effet négatif temporaire qui réduisait de moitié la puissance de mes attaques à l’épée. Pour qu’une compétence de type feu ait un effet de malus, il fallait que le lanceur ait été spécialisé dans le feu ou qu’il ait été tout simplement puissant au départ.

« Hahaaaaa ! Téléporte-toi autour de tout ce que tu veux, mais tu es facile à gérer si je sais où tu vas, morveux ! » déclara le chef.

J’avais levé les yeux pour trouver ses hommes pointant des bâtons qu’ils avaient cachés droit sur moi. Ah, alors ils avaient caché le fait qu’ils avaient des sorciers parmi eux pendant tout ce temps. C’était étonnamment intelligent de leur part. Je les avais peut-être pris trop à la légère, en supposant qu’il ne s’agissait que d’une bande de voyous en loques.

« T’as encore de la vigueur en toi, hein ? Hé, crétin, tu veux que je devine où tu vas apparaître ensuite. Juste ici. Tu vas te pointer à côté de ce morveux d’homme-bête… Hé, brûlez-le, » ordonna-t-il.

Mes yeux s’élargirent face à ses paroles, et je regardai les hommes tourner leurs bâtons vers l’homme-bête.

C’était mauvais. Ils avaient pris le contrôle de la situation et je sentais que mes options devenaient de plus en plus limitées.

« C’est pour ça qu’il s’en est pris à ses hommes pour m’atteindre…, » déclarai-je.

S’il avait visé l’homme-bête dès le début, j’aurais probablement pensé que c’était du bluff. Mais maintenant, il avait laissé l’impression qu’il ferait tout ce qu’il fallait pour obtenir des résultats, même si cela signifiait tuer sa propre source de revenus. De plus, il avait demandé à ses hommes de viser l’homme-bête tout de suite pour me forcer à passer à l’action avec peu de temps pour réfléchir.

Que dois-je faire ici ? Que ferait-il si j’ignorais le chemin qu’il m’avait tracé ? C’était évident : il montrait sa brutalité en blessant l’enfant juste assez pour qu’il mette le garçon au bord de la mort. Il m’avait présenté le pire chemin possible sans rien perdre en retour. De là, il pourrait prendre son temps pour me faire faire ce qu’il veut.

« … Sur le Chemin, » déclarai-je.

Avec un sentiment de dégoût pour le mal devant moi, j’étais apparu devant l’homme-bête. J’avais glissé sur le toit de pierre, et j’avais levé les yeux en silence, agenouillé. Le chef du bandit me regarda de haut avec un visage qui semblait légèrement surpris par mes actions.

Ses yeux étaient rétrécis, avec un sourire qui ressemblait à celui d’un serpent. Il se demandait probablement s’il fallait m’avaler tout entier ou jouer un peu avec sa nourriture avant.

« Je sais déjà que ta capacité a une limite de poids. Sinon, tu serais déjà parti avec cet homme-bête. Ai-je tort ? J’ai tout compris, n’est-ce pas ? » demanda le chef.

« … »

Il avait raison. Je n’avais pas pu activer ma capacité à cause de ses restrictions. Trayn, le Guide du voyage était une chose, mais Sur le Chemin était assez strict en ce qui concerne la limitation de poids.

Juste à ce moment-là, un autre chemin avait été bloqué.

L’homme-bête terrifié serra mes vêtements avec des yeux suppliants. À ce moment-là, mon Sur le Chemin était devenu complètement invalide. Et comme mon bras était encore brûlé, le malus temporaire était toujours en vigueur. Même si j’attrapais le garçon et sautais de l’immeuble, mon dos serait une cible facile pour leurs sorciers. Je savais déjà par expérience que ces options de descente se terminaient rarement bien.

Le chef des bandits avait pointé son épée sur moi. J’avais l’impression que son niveau était très élevé et qu’il pouvait facilement me couper les membres d’un simple geste du poignet.

 

 

« Haha, tu abandonnes enfin, gamin ? Jette ton épée. Maintenant, » ordonna-t-il.

« Bien sûr. Voilà pour toi, » déclarai-je.

Je l’avais jetée de côté sans hésitation. Le regard de l’homme avait été attiré par mon épée, qui avait tourné dans les airs en tombant lentement.

Je me demandais s’il se demandait pourquoi j’avais abandonné si facilement. Ou peut-être qu’il était trop excité pour ce qui allait arriver, il n’y avait même pas pensé.

Si la limite de poids était le problème, c’est tout ce que j’avais à faire…

Jette mon épée et prends l’enfant à sa place.

Cela m’avait mis à peine en dessous de la limite de poids, me permettant de m’échapper vers l’espace dégagé dans le bâtiment de l’autre côté. Avec tout ce poids, c’était probablement le plus loin où je pouvais aller.

« Accroche-toi bien ! » avais-je crié. Puis je l’avais tout de suite regretté.

Au moment suivant, j’avais vu qu’il y avait vingt mètres entre moi et le sol en contrebas, et la distance faisait transpirer chaque grain de sueur de mes pores. J’avais été libéré de la gravité pendant une fraction de seconde, puis le paysage s’était estompé lorsque je m’étais retrouvé dans une chute libre. J’avais crié, et j’avais eu pitié de l’homme-bête qui s’agrippait à moi parce que je ne pouvais pas activer Sur le Chemin pour l’instant. L’une des conditions pour l’activer était d’avoir les deux pieds sur terre, donc c’était hors de question. Tout ce que je pouvais faire alors était de serrer l’enfant dans mes bras et de me préparer à l’impact.

« Aaahhhh, bon sang ! Ma pierre magique ! Qu’est-ce que vous attendez ? Allez les chercher ! » cria le chef.

J’avais entendu le chef des bandits crier, puis j’avais été confronté à un impact soudain et violent. Mon corps avait été claqué contre le sol sablonneux, et je sentais ma vie s’épuiser. Mais en même temps, je pouvais à peine voir avec le nuage de sable projeté en l’air. J’étais trop engourdi pour bouger, mais je savais que je devais me lever et sortir de là tout de suite. Même si j’avais considérablement réduit leur nombre, l’ennemi pouvait encore me tirer dessus de loin.

En levant le poing dans le sable et en m’asseyant, j’avais vu l’enfant serrer ma poitrine et trembler.

« Quoi !? »

« Ah, je suis content que tu ailles bien… Mais nous devons partir d’ici, vite…, » déclarai-je.

J’étais soulagé de le voir indemne et je m’étais relevé.

Mais comme pour rire de mes efforts, une ombre plana sur nous deux. Je savais que c’était le monstre sans même lever les yeux, et je n’avais pas pu m’empêcher d’exprimer mon émerveillement devant la peur qui s’installait.

« Wôw… Si grand…, » avais-je dit alors que je tordais mon cou juste pour le regarder.

D’innombrables yeux me fixaient tandis qu’il tournait son visage terrifiant vers moi. Les tentacules se tordaient dans ce qui semblait être sa bouche. J’avais à peine réussi à rester conscient quand le monstre m’avait soufflé dessus, ce qui était flamboyant et avait projeté plus de sable dans l’air.

Malgré l’horrible spectacle devant moi, le ciel était d’un bleu clair et onirique…

C’était mauvais. Je ne pouvais pas me permettre de mourir là-bas, et je ne pouvais pas utiliser ma mobilité sur de longues distances pour m’échapper avec l’enfant, vu que Marie était toujours dans l’oasis.

Grk, grrr… Grrrark…

Mais rien n’avait semblé se produire, et j’avais incliné la tête dans la confusion. Je m’attendais à être englouti dans une bouffée de sable brûlant comme avant. Soit ça, soit j’avais pensé qu’il m’écraserait avec son énorme corps.

Nous l’avions fixé d’un air empli de doutes, puis le monstre étendit lentement ses tentacules vers nous. Il n’y avait pas d’hostilité dans son mouvement, et il semblait presque qu’il cherchait quelque chose.

J’avais réalisé que le monstre était apparu pour la première fois à cause du catalyseur magique que tenait l’enfant. Puis je m’étais souvenu des bandits qui criaient à propos de la Pierre magique. La homme-bête la serrait encore contre son ventre, même pendant la chute.

« Ne me dis pas que c’est la pierre Magique ? J’ai entendu dire qu’il avait disparu il y a longtemps, » déclarai-je.

L’enfant dans mes bras m’admirait en réponse. Je ne pouvais pas voir son expression sous sa capuche, mais les yeux clignotants à répétition étaient clairs comme des billes.

« J’ai entendu parler de cette histoire. Mes ancêtres l’ont déterré, et le monstre ancien qui les a suivis a détruit le Pic d’Ujah, » déclara le jeune.

J’avais alors regardé en réponse vers le monstre qui tendait ses tentacules vers nous. Je ne savais pas à quel point cet objet était important, mais ce monstre le cherchait depuis 200 ans.

Juste à ce moment-là, ma vision était remplie d’une lumière chaude. J’avais regardé en bas pour trouver que la lumière bleuâtre-blanc venait de la Pierre magique. Cela remplissait son environnement d’une lumière étincelante, et je ne pouvais m’empêcher de la fixer malgré la situation dans laquelle nous nous trouvions. Il y avait une chaleur mystérieuse dans cette illumination, et j’avais entendu quelque chose comme un battement de cœur plein de vie.

L’homme-bête me regardait avec des yeux qui semblaient demander la permission pour quelque chose. Il semblait vouloir rendre la Pierre magique, à l’origine de cette tragédie.

« … Ne fais pas attention à moi. Tu peux faire ce que tu veux, » déclarai-je.

Il hocha la tête, puis souleva la pierre Magique avec ses deux mains.

« Je suis désolé de t’avoir appelé tout ce temps. Je vais maintenant rendre la Pierre magique transmise par mes ancêtres, » déclara le garçon.

Le monstre commença à se déplacer encore plus lentement en voyant la pierre déborder d’une énergie chatoyante. Enfin, ses tentacules s’enroulèrent autour de la pierre comme s’il avait enfin trouvé ce qu’il cherchait.

Grrrk !

Tandis qu’il criait de nouveau, il semblait presque trembler de joie. Le monstre avait émis un rugissement, puis il secoua son corps massif alors qu’il s’enfonçait dans le sable.

La terre avait grondé et le sable avait été soufflé, formant une tempête de sable. J’avais tenu l’enfant contre moi, et nous étions restés accroupis jusqu’à ce que le grondement s’estompe.

Quand les choses s’étaient calmées, l’air s’était rempli d’un silence parfait. Nous nous étions lentement levés et un spectacle surprenant avait rempli notre vision. Malgré mon état d’épuisement, mes yeux s’étaient écarquillés quand j’avais vu le trou géant qui restait devant nous.

« Est-ce que ça peut être… un donjon !? » demandai-je.

Le trou géant était si profond que nous ne pouvions pas voir le fond, et le chemin qui semblait être une passerelle s’enfonçait de plus en plus bas dans le sol. Et ce sentiment inimitable dans l’air était exactement comme celui d’un donjon.

Qu’est-ce qui vient de se passer ?

Le fait de donner la Pierre magique au monstre avait-il révélé un donjon complètement inconnu ? Je n’avais jamais vu ou entendu parler d’une telle chose avant.

Nous nous tenions là sans rien dire, et l’air qui montait du trou ressemblait au souffle des temps anciens. Cela m’avait aussi fait me souvenir de quelque chose…

La catastrophe qui s’était produite il y a longtemps.

« C’est donc la raison pour laquelle le Pic d’Ujah a été détruit… La recherche de la Pierre Magique mène finalement au donjon interdit, » déclarai-je.

L’enfant m’admirait en réponse à mon commentaire. Ses yeux d’animaux étaient ronds et remplis de surprise et d’espoir.

Personne ne savait pourquoi, mais il n’en restait pas moins qu’un donjon était apparu. Si nous traversons ce donjon, nous pouvons découvrir le mystère de la Pierre Magique et le passé oublié de cette ville.

Un frisson avait parcouru ma colonne vertébrale en pensant au monde inconnu, quand j’avais finalement remarqué deux choses. La première, c’était que ces sales bandits venaient toujours droit sur nous. La deuxième chose, c’était que Marie avait désactivé son Voile Lumineux et qu’elle venait aussi vers nous.

« Huff... huff... huff... Qu’est-ce que c’était ? J’ai entendu un bruit fort…, » déclara Marie.

« Hmm… Je t’expliquerai plus tard. J’aimerais m’éloigner de ces bandits dès que possible. D’accord ? » avais-je demandé à Marie, qui transpirait abondamment, et ses yeux s’étaient élargis, quand elle aussi, elle l’avait remarqué. Elle nous avait ensuite dit de partir de là, et vite. L’enfant était incroyablement léger, donc avec nous trois, cela ne serait pas un problème.

« Alors, au revoir tout le monde. Trayn, le guide du voyage, » déclarai-je.

« Aaaa — . »

Leurs voix nauséabondes retentissaient alors que nous descendions dans le monde, une couche plus basse. Ce monde n’était pas géré par l’homme — c’était le domaine du dieu du voyage, restreint par personne.

La seule chose qui était différente de la normale, c’était que je ne pouvais pas bouger avec quelqu’un qui s’accrochait à moi d’un côté ou de l’autre. Quoi qu’il en soit, cela faisait longtemps que je n’avais pas été soulagé d’entrer dans ce monde d’obscurité totale.

Et pourtant, j’avais toujours un souci en tête…

Une elfe et un homme-bête pourraient s’entendre ? Les elfes appréciaient la pureté, et certains d’entre eux avaient exprimé leur mépris pour ceux que l’on appelle le sang contaminé…

Juste à ce moment-là, un vent léger souleva les vêtements de l’enfant, soulevant le capuchon qui lui avait recouvert le visage. Cela avait révélé deux oreilles pointues et des yeux marbrés. Son corps était complètement recouvert de fourrure, mais Marie fit immédiatement entendre sa voix face à cette vue.

« Chaton !? »

L’enfant aux yeux ronds était un membre de la tribu Neko. Les yeux de Marie brillaient de mille feux face à son apparence adorable, et elle en dégagea un « aww » gai et joyeux !

C’était l’espèce qu’elle aimait le plus en ce moment. Je n’avais pas pu m’empêcher d’être surpris par la coïncidence de leur rencontre. Il me semblait que mes soucis étaient inutiles, et j’étais soulagé de savoir que l’elfe prendrait bien soin de lui.

« OK, tout ce qu’on a à faire maintenant c’est de dénoncer ces bandits. Allons manger quelque chose de savoureux après ça, » déclarai-je.

Marie tenait l’enfant Neko dans ses bras alors qu’elle acceptait mon plan.

C’était une séance d’augmentation de niveau très mouvementée, mais j’étais content qu’on s’en soit sortis vivants. Je ne pensais pas que quelqu’un aurait pu deviner que nous serions attaqués par des monstres et des bandits. Personne ne penserait que nous aurions trouvé la légendaire Pierre magique, et même découvert un tout nouveau donjon.

***

Partie 3

La tempête de sable s’était calmée et le démontage du camp avait commencé. Les membres du groupe avaient commencé à sortir le tissu à demi enterré et à le plier, et chacun d’eux portait un écusson sur l’équipement qu’il portait. Le sable s’était infiltré à l’intérieur et à l’extérieur de leurs vêtements, mais ils continuaient à se déplacer avec des expressions immuables.

Parmi eux, il y avait une personne à l’air bizarre. Celui-ci était plus petit que les autres, sans écusson sur son équipement. Il n’était manifestement pas d’ici avec ses cheveux et ses yeux noirs, et c’était étrange de le voir marcher avec le chef du groupe à l’avant.

Le chef lui avait alors dit. « Je vois… Ça a dû être un désastre pour la tribu Neko. C’est une race timide, donc je suis sûr que c’était une expérience terrifiante. »

« Oui, et les bandits ont habité l’oasis. Ils ont dû apprendre par hasard que la pierre peut invoquer la bête, ce qui a fait de nombreuses victimes, » répondit le garçon.

Il y avait plus de dix personnes qui marchaient régulièrement à travers les sables, chacune d’entre elles étant chargée de protéger la paix. Il y avait une certaine différence de hauteur entre les adultes et les enfants, mais, étonnamment, c’était une petite personne qui avait résolu l’incident récent et avait même découvert un donjon.

« Alors s’il vous plaît, protégez ce membre du clan Neko comme promis, » déclara cette petite personne.

« Pas besoin d’être pressé. Je dois d’abord vérifier si le donjon est réel avant de parler de protection, » répondit le chef.

Si l’histoire du nouveau donjon était vraie, la position des tribus Neko, Mewi, changerait radicalement. Et si les pierres magiques pouvaient être à nouveau excavées, la capacité de Mewi à raffiner les catalyseurs magiques serait d’une valeur inestimable pour le pays.

Mais ce n’était rien de plus qu’un rapport venant d’un garçon inconnu. Il aurait pu s’agir d’un mensonge ou d’une erreur, de sorte qu’il y avait encore du scepticisme dans les yeux de l’homme.

Le garçon avait réagi à son ton dédaigneux en soulevant le tissu au-dessus de sa bouche jusqu’à son nez, puis il s’était mis à marcher sans paroles. Il semblerait que le garçon n’était pas très doué pour traiter avec les adultes.

Cette nouvelle région était encore hors de portée des aventuriers et des guildes. La découverte d’un nouveau donjon fera d’abord bouger l’autorité locale, car on ne sait pas encore si elle conduira à une grande richesse ou à un immense danger. S’il y avait à la fois richesse et danger, c’est à ce moment-là que la Guilde des Aventuriers serait désignée pour s’en occuper.

Ce membre de la tribu Neko, Mewi, venait de donner les détails la veille. Les tendons de son pied avaient été coupés, et il était actuellement soigné avec une jeune elfe dans le désert. C’était dommage, mais il était peu probable qu’il puisse marcher pendant un certain temps.

 

***

 

Le vent hurlait depuis les profondeurs du sol. Le trou géant dans le coin de l’oasis ne serait jamais inondé, bien qu’il soit près d’une veine d’eau. Son fond était invisible même à la lumière du soleil, et il y avait un étrange souffle de vent venant de ces profondeurs. C’était presque comme si la civilisation que l’on croyait détruite depuis longtemps se réveillait à nouveau.

« Ce n’est pas possible… Non, il n’y a pas de malentendu. C’est un donjon souterrain ! »

« Combien d’années se sont écoulées depuis qu’on en a découvert un ici, dans le pays d’Arilai ? Et regardez, un monstre de si haut niveau, et ce n’est que l’entrée ! »

Le groupe avait fait entendre des voix de surprise. Mais même parmi leurs commentaires excités, le garçon s’agenouilla et fixa tranquillement le sol sablonneux. Il y avait là de nombreuses empreintes de pas, et comme ses yeux les suivaient, il avait trouvé un objet familier.

Comme prévu, c’était l’épée qu’il avait perdue. Elle était cassée en deux et semblait être un avertissement : « Ce sera toi la prochaine fois que nous nous reverrons. »

Les traces de pas s’étaient poursuivies jusqu’au trou géant de l’ancien donjon. Cela avait dû signifier…

« Maudits bandits… Ils ont finalement fait leur entrée dans le donjon, » murmura le garçon. On s’attendait déjà à ce que ce soit une situation difficile, mais maintenant ils devaient aussi réfléchir à la façon de s’occuper des bandits.

Son cœur battait fort, comme les tambours d’une musique ancienne. Mais le garçon regarda dans le trou béant, puis avait légèrement souri.

 

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire