Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 1 – Chapitre 7

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Épisode 3 : Une fin de semaine reposante

***

Épisode 3 : Une fin de semaine reposante

Partie 1

J’avais évité d’allumer la télé après mon réveil parce que je voulais profiter un peu plus longtemps de mes rêves.

Je m’étais assis sur une chaise et je m’étais détendu en sirotant une boisson chaude. Alors que la nuit disparaissait, j’étais retourné à ma vie quotidienne normale.

« Veux-tu une boisson chaude, Marie ? » demandai-je.

« Oh, ce serait merveilleux ! J’ai l’impression d’être un membre de la royauté en me faisant servir à boire le matin, » déclara Marie.

Comme avec la télé, mes habitudes avaient changé dernièrement. Aujourd’hui, je m’étais réveillé avec une elfe provenant d’un monde onirique à côté de moi, qui me répondait chaque fois que je lui parlais. C’était comme si mes rêves s’étaient prolongés, et même ma vie après mon réveil devenait quelque peu agréable. Je passais moins de temps à aspirer à ce que la nuit vienne, et la seule partie de ma routine à rester était mon verre du matin.

Il faisait déjà beau dehors, mais il était encore un peu trop tôt pour préparer le petit déjeuner. Je m’étais levé du lit pour commencer à profiter de ma journée de congé et j’avais décidé de réchauffer du lait dans la cuisine. C’était peut-être un peu enfantin, mais j’avais toujours adoré le lait chaud. Je le buvais de temps en temps, mais sa saveur simple, mais délicieuse me surprenait parfois.

Je m’étais demandé si une elfe préférerait du miel ou du sucre, mais j’avais fini par choisir le premier. Les fruits étaient à peu près les seules sucreries disponibles dans son monde, et le miel était un article de luxe qu’il était difficile d’obtenir en grandes quantités. Vu ça, j’étais sûr qu’elle apprécierait le miel et le lait.

Ding ! J’avais sorti les deux tasses du four à micro-ondes et je les avais apportées dans la chambre à coucher, c’est-à-dire que j’étais passé devant l’armoire basse qui la séparait de la cuisine. L’elfe était assise sur le bord du lit, observant tranquillement le monde extérieur.

Le mot « pittoresque » m’était venu à l’esprit, et c’était parfaitement adapté à la scène. Le soleil du matin brillait à travers ses cheveux blancs, chaque mèche rayonnant comme de l’argenterie. Sa peau pâle et ses yeux d’améthyste la faisaient passer pour une œuvre d’art ou une fée. J’avais presque l’impression que le fait de lui parler maintenant ruinerait la vision parfaite qui était devant moi, et j’avais senti une petite bosse dans ma gorge pendant que je parlais.

« … Voilà. Attention, c’est chaud, » déclarai-je.

« Oh, merci. Désolée, j’étais un peu dans la lune, » déclara Marie.

« C’est bon, on a traversé tellement de choses plus tôt. Bois un peu, ça t’aidera à te détendre, » déclarai-je.

Un doux parfum remplissait l’air, et ses yeux pourpres regardaient avec curiosité dans la tasse. Elle avait pris une petite gorgée pour goûter, puis se mit à sourire avec joie.

« Oh ! Cette faible douceur est si savoureuse. Il n’a pas non plus d’odeur trop pesante. De quel type de lait s’agit-il ? » demanda Marie.

« C’est du lait de vache. Il n’y en a pas beaucoup là où tu vis, mais je pense que cela deviendra plus courant avec le temps. Je ne pense pas que ça aurait le même goût que ça, » déclarai-je.

Après ça, je m’étais assis sur le lit à côté d’elle. Il semblait qu’elle regardait les petits oiseaux sur le balcon par la fenêtre. Ils se gazouillaient l’un et l’autre, puis s’envolaient après s’être regardés dans les yeux. Le ciel printanier était raisonnablement clair, et la journée semblait propice à une sortie.

En y réfléchissant, l’elfe me regarda.

« Tu as dit que tu avais un jour de congé, mais cela signifie-t-il que tu as perdu ta source de revenus ? » demanda Marie.

« Ce n’est pas comme le travail contractuel. C’est plus comme si j’avais un emploi permanent. Je prends deux jours de congé par semaine, » lui expliquai-je.

Elle semblait y réfléchir, et je soupçonnais que, dans son esprit, j’avais un maître qui me faisait travailler. J’avais supposé que mon patron et mes supérieurs étaient un peu comme ça… Je dirais que ce n’était pas tout à fait la même chose. Je lui apprendrai peut-être la structure sociétale du Japon un jour ou l’autre.

Elle avait l’air d’aimer le lait chaud, et elle continuait joyeusement à prendre de petites gorgées de sa tasse. J’avais aussi pris une gorgée, et cela m’avait fait me sentir un peu plus heureux que d’habitude.

« Et si on allait à la bibliothèque plus tard ? C’est essentiellement une librairie ouverte au public. Je suis sûr que ça sera aussi utile pour étudier le japonais, » déclarai-je.

« Bien sûr, ça ne me dérange pas. Mais ne devrions-nous pas donner la priorité au fait de parler la langue ? » demanda Marie.

« Oui, mais je pensais que si tu trouvais un livre qui t’intéressait, ça t’aiderait à apprendre plus vite, » répondis-je.

L’elfe hocha la tête et sembla comprendre mon raisonnement.

Dans mon cas, le désir de converser avec Marie était ma motivation pour apprendre l’Elfique… bien que cela aurait été un peu gênant de lui dire en face. Mais je savais que la curiosité et l’intérêt étaient des choses puissantes qui pouvaient rendre l’apprentissage beaucoup plus efficace.

Elle était complètement détendue quand elle avait fini de boire son lait, et nous avions décidé de prendre le petit déjeuner peu après.

***

Dès que nous avions quitté l’appartement, Marie s’était un peu raidie. Bien que ses oreilles soient cachées sous son chapeau, les gens se tournèrent vers son apparence d’un autre monde. Pour couronner le tout, ces véhicules connus sous le nom de voitures qu’elle ne comprenait pas bien étaient partout dans les rues. Je commençais à me demander si elle irait bien, quand la fille avait fait un pas en avant.

« N’aie pas l’air si inquiet. Je suis une elfe qui passe du temps dans le monde des humains. Je m’en sortirai tant que tu seras ici avec moi, » déclara Marie.

« Je suis content de l’entendre. Alors, veux-tu que je tienne ta main ? » demandai-je.

Marie semblait un peu gênée, mais elle hocha la tête en réponse. Il y avait une différence de hauteur notable, mais j’avais l’impression qu’il n’y avait pas beaucoup de distance entre nous. Je sentais ses doigts minces alors que nos mains s’entremêlaient, et elle chuchota. « D’accord, allons-y. » C’était tout ce qu’il avait fallu pour que mes pas deviennent plus légers.

« Ouais, allons faire un tour et marchons le long du lit de la rivière. On pourrait y aller en voiture, mais je préfère profiter de mon jour de congé et faire une promenade avec toi, » déclarai-je.

« N’es-tu pas un beau parleur ? Tu parles toujours comme ça avec… Hmm, non, probablement pas. Tu les ferais probablement bâiller avec tes yeux d’endormi, » déclara Marie.

Mon visage avait-il vraiment l’air si somnolent ? Bien sûr, j’étais loin d’être capable de parler à n’importe qui, et j’aurais probablement l’air ridicule si j’essayais un jour. Ce serait cruel de s’attendre à de telles choses de la part d’un Japonais ordinaire comme moi.

Nous avions commencé à voir plus d’arbres en cours de route, et il faisait un peu plus sombre à l’extérieur. Nous avions continué à marcher un peu plus loin pour trouver une promenade le long du lit de la rivière et avions marché à travers le portique du parc sur le chemin de terre. Il y avait une passerelle plus récente qui était mieux entretenue, car ce côté-là était un chemin de terre aplati. Mais pour l’elfe, elle ne pouvait toujours pas tout à fait le considérer comme étant la « nature ».

« Ils ont même construit des choses sur la rivière. C’est joli, mais les esprits ici ne semblent pas très énergiques, » déclara Marie.

« La lutte contre les inondations est très importante dans cette région. Il y avait une tonne d’inondations à l’époque. J’ai entendu dire que cela se passait depuis l’époque d’Edo, alors ils travaillent dur pour garder les rivières sous contrôle depuis près de 400 ans, » déclarai-je.

Marie soupira d’un regard qui était un mélange de surprise et d’exaspération. Elle fixa de nouveau la rivière, son regard se déplaçant du haut du ruisseau vers le bas. Son visage avait l’air de voir les âmes courageuses qui avaient résisté à ces inondations dans le passé.

« Donc, tu peux aussi voir les esprits de l’eau, n’est-ce pas ? Sais-tu ce qu’ils disent en ce moment ? » demandai-je.

Je m’étais penché contre la clôture à côté de Marie et je le lui avais demandé alors que le vent froissait ses cheveux. Cependant, elle secoua la tête de côté et elle déclara. « Je n’entends pas bien leurs voix. Je pense que j’ai besoin d’interagir davantage avec eux. Je pense essayer quand j’aurai un peu de temps, mais… »

Elle s’était soudainement arrêtée pour une raison inconnue, puis elle avait regardé quelque chose devant moi. En y pensant, je m’étais retourné, puis j’avais vu quelque chose qui était courant dans le centre-ville.

Il y avait un chat qui nous regardait du pied d’un arbre. À en juger par le collier autour de son cou, ce n’était pas un chat errant. Il était probablement en train de faire une promenade matinale.

« Oh, un chat. Maintenant que j’y pense, il n’y a pas d’animaux semblables dans l’autre monde, » déclarai-je.

« Aww, si petit ! On t’appelle “chat”, n’est-ce pas ? » demanda Marie.

Le chat miaula affectueusement, puis leva les yeux ronds vers Marie. Son nez était rose pâle, et sa fourrure semblait douce et duveteuse, comme un petit poussin couvert de plumes de duvet.

« Tu es un garçon ? Quel est ton nom ? » demanda Marie.

Elle ressemblait beaucoup à l’elfe qu’elle était, car elle plissa légèrement ses yeux et chuchota à l’animal. Marie était beaucoup plus calme que la plupart des filles de mon âge, probablement parce qu’elle avait vécu plus de cent ans.

« Hehe, si mignon et minuscule. Y a-t-il beaucoup de ces chats dans le coin ? » demanda Marie.

« Ouaip. C’est le centre-ville, et une tonne de personnes ont des chats par ici. Il y a des chats vagabonds ici et là aussi, bien sûr, » répondis-je.

Marie n’avait pas remarqué parce qu’elle me regardait, mais le chat avait étiré son corps, puis avait décidé de marcher vers elle. Il s’était penché en direction de son doigt tendu et avait reniflé. Elle avait l’air un peu surprise lorsqu’elle avait réalisé ce qui se passait, puis elle s’était mise à sourire lentement.

« Ahhhh… »

« Je crois qu’il te salue. N’y touche pas encore. Les chats te diront quand ils veulent qu’on les touche, tu dois donc attendre, » déclarai-je.

Elle se tortilla un peu pendant que la fourrure du chat chatouillait sa peau, puis regarda le chat avec des étincelles dans les yeux. Je crois que j’avais entendu dire que les chats avaient tendance à aimer les gens avec un comportement calme et une petite taille. Marie était d’une carrure plus légère, alors peut-être qu’elle avait plus de chance d’être aimée d’eux.

Le chat s’était finalement déplacé pour pousser son visage contre le bout de son doigt. Marie me regarda sans mot, mais ses yeux disaient : « Eh bien ? Je peux le toucher maintenant ? » Je n’avais pas pu m’empêcher de sourire en hochant la tête en réponse.

« OK chat, je vais te toucher maintenant… Ohh, si doux…, » murmura Marie.

Alors qu’elle caressait le chat avec précaution, il pressait son visage contre elle comme pour demander plus de caresses. Elle gratta le chat entre son menton et son collier avec ses doigts minces, et pendant ce temps, il miaulait de bonheur. Son mouvement semblait devenir beaucoup plus détendu, et il avait commencé à ronronner de façon audible. La vibration causée par le ronronnement lui paraissait accablante et elle s’était penchée en arrière pour me regarder avec une grande jubilation. Je n’avais jamais vu ses yeux violets aussi ronds, et voir ses joues rosées d’excitation enfantine était presque trop mignon pour moi.

Le chat semblait se mettre à l’aise, car il s’était retourné et avait révélé son estomac à Marie. Voyant cela, son sourire joyeux s’était transformé en exaltation absolue.

« Hehe, tu aimes qu’on te frotte ici, n’est-ce pas ? Miaaaouuu, » déclara Marie.

Une elfe qui était si absorbée par les caresses d’un chat était un spectacle étrange. L’image de Marie qui miaule comme une enfant dans ma tête, c’était comme si elle voulait détruire mes joues en me faisant sourire autant.

Je ne savais pas quoi faire. J’avais tellement essayé de me contenir que je commençais à trembler.

Le chat avait finalement semblé en avoir assez, parce qu’il s’était levé et était reparti avec un dernier « miaou ». L’elfe l’avait regardé partir avec un regard déçu, et ne se replaça pas debout avant que plusieurs minutes se soient écoulées.

« Ahhhh… As-tu vu ça ? Alors, adorable ! » demanda Marie.

Ses joues étaient rouges alors qu’elle parlait d’une voix joyeuse, et elle faisait parcourir ses doigts de haut en bas de mon bras comme si elle caressait encore le chat. La sensation de chatouillement était trop forte, et j’avais finalement éclaté de rire.

« Pfffaha ! Oui, ce chat était adorable. C’était génial ! » déclarai-je.

« N’est-ce pas ? C’était incroyable ! Soupir… Je me demande si ce chat va encore jouer avec moi… Oh, revenons ici, Kazuhiho ! » déclara Marie.

Il y avait un regard de détermination sur son visage, comme si elle entreprenait une mission importante. Elle semblait fière d’avoir découvert ce lieu de rencontre avec le chat, et j’avais hoché la tête en réponse.

J’avais pris sa main, qui était maintenant plus chaude qu’avant, et j’avais décidé de continuer à marcher le long de la promenade.

***

Partie 2

Il y avait beaucoup de lieux publics comme des bibliothèques dans cette région, et certaines possédaient des terrasses où l’on pouvait lire des livres. Mais ces endroits étaient plus fréquents dans les zones plus récemment aménagées, de sorte qu’ils auraient été un peu trop loin à pied. Je n’étais là que pour trouver quelque chose qui plairait à Mademoiselle l’Elfe, alors je l’avais emmenée dans un passage dans un mur voisin.

« Ah ! Je n’ai pas été surprise par l’ouverture automatique des portes ou quoique cela soit d’autres… J’ai simplement fait du bruit parce que le verre a bougé, c’est tout, » déclara Marie.

Sa surprise ne me dérangeait pas, et je me doutais que cela arriverait.

Marie semblait se rebeller contre le Japon moderne ou quelque chose comme ça…

Elle avait regardé autour d’elle plusieurs fois avant d’entrer dans la bibliothèque. Il y avait peu de monde à l’intérieur puisqu’il venait juste d’ouvrir pour la journée, mais l’immeuble était bien climatisé. Les murs étaient bordés d’objets d’art et d’artisanat fabriqués par des enfants et de dépliants présentant différents livres. La jeune elfe les regardait avec beaucoup d’intérêt, alors j’avais regardé avec elle. Cela semblait dessiné sur du papier coloré. Elle avait pris origami rose dans sa main et avait émis un son plein d’étonnement.

« Cet endroit “bibliothèque” est très différent de ce que j’avais imaginé. Je pensais qu’il ferait plus sombre et plus poussiéreux. La lumière du soleil est après tout un poison pour les livres, » déclara Marie.

« Hein, je ne le savais pas. Je n’ai jamais été moi-même dans un musée, mais je pense que tu as raison de dire que le cuir et le papier sont sensibles à la lumière du soleil et à la chaleur, » déclarai-je.

Dans l’autre monde, les livres devaient être écrits à la main, donc ils étaient naturellement très chers. Seuls ceux qui avaient un statut social comme les nobles et les sorciers étaient autorisés à entrer dans un établissement semblable à celui-ci. Il y avait quelques magasins qui vendaient des livres au grand public dans les villes, mais les livres étaient encore loin d’être considérés comme accessibles au grand public. Le fait que les bibliothèques d’ici semblaient être orientées vers les enfants l’avait aussi beaucoup surprise.

« Vérifions d’abord l’annuaire… Hmm, je pense qu’un livre avec bon nombre de photos serait bien… Maintenant, où est la section des enfants… ? » déclarai-je.

« Ton monde doit être très avancé si les enfants peuvent lire des livres, » déclara Marie.

Il n’y avait pas de technologie d’impression dans son monde. Mais on pourrait dire que seules des informations précieuses avaient été stockées dans leurs livres en guise de compromis. Du moins, je pensais que c’était ce qu’elle voulait dire, mais Marie secoua la tête.

« Non, je parle du taux d’alphabétisation. Seulement, environ trente pour cent de la population sait lire dans mon monde, et les livres ne sont généralement utilisés que par les nobles et nous, les sorciers, » déclara Marie.

« Oh, c’est vrai. Mais ne pas savoir lire n’affecte pas vraiment la vie là-bas, hein, » déclarai-je.

C’était une évidence pour une sorcière comme Marie de savoir lire. Leur mission était de percer les mystères de l’art secret, de sorte que déchiffrer ces faisceaux d’information faisait partie de leur rôle élémentaire. Quant aux nobles, ils avaient le devoir d’apprendre pour ne pas être trompés par des formulations trompeuses dans les contrats liés à l’argent et aux biens. La population générale n’avait pas de missions ou d’emplois aussi importants à faire et se préoccupait davantage de ce qu’il fallait manger ce jour-là.

J’avais supposé que le seul autre type de lecture que les gens auraient besoin de faire serait sur leurs écrans de statut. Mais même dans ces cas-là, ils pourraient simplement demander à d’autres aventuriers ou à leur guilde de leur apprendre ce que chaque terme signifiait. Je doutais qu’aucun d’eux n’ait trouvé de la joie dans l’acte de lire. Cette mentalité pourrait probablement être renversée si une telle chose comme le manga existait dans leur monde…

« OK, Marie ! Allons pour l’instant à la section pour les enfants, » déclarai-je.

« … Attends un peu. As-tu l’intention de me faire lire un livre écrit pour les enfants ? » demanda Marie.

« Ah, j’ai juste pensé qu’il y a peut-être quelque chose que tu aimerais y voir. S’il n’y en a pas, on peut passer cette section et continuer à regarder autour de nous, » déclarai-je.

Elle avait plissé ses yeux violets, et j’avais réalisé que je la faisais devenir un peu malheureuse. Je voyais bien qu’elle craignait de regarder les livres pour enfants alors qu’elle était une sorcière spirituelle.

Finalement, je l’avais invitée à y jeter un coup d’œil, et elle m’avait suivi à contrecœur.

Dès que nous étions entrés dans la salle de lecture, un spectacle familier était entré dans mon champ de vision. Bien que cela faisait un certain temps que je n’étais pas venu ici, j’y étais souvent allé depuis que j’étais à l’école primaire. La vue nostalgique et les odeurs m’avaient ramené à cette époque révolue…

Une chose que j’avais appréciée, c’est que la réceptionniste nous avait accueillis sans regarder fixement la jeune elfe. C’était formidable de savoir qu’elle tenait compte de l’espace personnel des individus pour qu’ils puissent venir lire tranquillement.

« Hein, je la reconnais…, » murmurai-je.

Si je me souvenais bien, j’avais parlé à la même réceptionniste plusieurs fois dans le passé. Mais aujourd’hui, j’étais avec Marie, alors j’avais décidé de laisser ça pour plus tard.

« Magnifique… Autant de couleurs…, » Marie s’émerveillait en marchant entre les étagères.

Les rangées de livres avaient toutes des tranches colorées, et l’elfe regardait chacun d’elles avec un regard plein de curiosité.

Puis, elle s’était figée. Je m’étais tourné vers elle, et ses yeux violets étaient fixés à un seul point sur une étagère. J’avais fait quelques pas en arrière pour voir où elle regardait, puis j’avais réalisé ce qui avait attiré son attention.

Il y avait un chat sur la couverture d’un livre.

Il nous regardait avec ses yeux clairs et ronds, et il ressemblait à la vraie affaire, bien qu’il portait un joli chapeau. Marie venait de jouer avec un chat, révélant un côté d’elle que je ne voyais pas souvent.

« As-tu trouvé un livre qui te plaît ? » demandai-je.

« Non, ce n’est pas ça. C’est juste que les couleurs vives m’ont attiré les yeux, » déclara Marie.

J’avais répondu avec un « Mhm » quand j’avais pris le livre qu’elle regardait. C’était plus lourd que ce à quoi je m’attendais, et il était clair en regardant la couverture arrière qu’il avait été publié à l’étranger.

« Pourquoi ne pas vérifier ? C’est aussi beau et coloré à l’intérieur, » déclarai-je.

« J’ai dit que je ne suis pas intéressée…, » déclara Marie.

Elle n’arrêtait pas de me faire des regards curieux alors qu’elle me l’avait dit. J’avais souri à la façon dont elle avait essayé de cacher son intérêt et j’avais tourné une page. Ensuite, le sentiment que l’histoire du chat prenait vie avait pu être ressenti à travers les pages ouvertes.

« Si je me souviens bien, cette série parle d’un chat qui part à l’aventure dans différents pays. C’était beaucoup plus populaire avant, et je me souviens qu’on en parlait tout le temps, » avais-je dit à Marie pendant qu’elle regardait le livre.

Puis elle avait dirigé ses yeux ronds vers moi. « Quoi, ce n’est plus populaire ? Mais c’est un si beau livre… »

« Il y a aussi des tendances dans les livres d’images. Mais il est encore possible qu’il redevienne populaire… Et si on s’asseyait un peu ? » J’avais fait un geste en direction des chaises rondes à proximité, et nous nous étions assis l’un à côté de l’autre.

Il faisait beaucoup plus clair à l’extérieur, et la lumière du soleil qui se réfléchissait sur le sol avait réchauffé la pièce. C’était un peu étrange qu’une elfe d’un monde imaginaire s’accroche à ma manche au milieu d’une pièce pleine de livres d’images.

« Ce chat ressemble à celui que j’ai vu ce matin. C’est si mignon, mais le livre…, » déclara Marie.

« Pourquoi ne le lis-tu pas ? En fait, les livres veulent que les gens les lisent, tu sais, » répliquai-je.

J’avais basculé à la page suivante, et le chat était sorti pour commencer son aventure. L’elfe s’était approchée assez près pour que nos joues se touchent presque, puis avait regardé dans le livre d’images.

« J’aimerais bien, mais… Je ne comprends toujours pas comment lire les caractères, » déclara Marie.

« C’est une coutume dans d’autres pays, mais j’ai entendu dire que tu ferais un beau rêve si tu lis avant de te coucher. Si tu choisis un livre que tu aimes, je peux te le lire à la maison, » déclarai-je.

Marie avait cligné des yeux plusieurs fois, puis s’était tournée vers moi. « On a le droit d’emprunter ces livres ? Mais quelqu’un pourrait les salir, ou même les voler ! » déclara Marie.

« C’est vrai, mais nous en prendrons bien soin. Nous ne pouvons les emprunter que pour un temps limité, alors revenons les rendre ensemble, » déclarai-je.

Elle avait tiré sur ma manche quelques fois avec la même expression que celle qu’elle montrait au chat tout à l’heure. J’imaginais qu’elle s’imaginait déjà le monde à l’intérieur du livre d’images juste avant de s’endormir. Je lui avais dit que c’était décidé et j’avais fermé le livre, puis je le lui avais donné. Elle le tenait précieusement dans ses mains, son sourire semblant éclairer la pièce en répondant adorablement. « D’accord ! » Même la réceptionniste semblait rougir et apprécier l’expression heureuse de l’elfe.

« Merci, j’ai hâte d’y être ! » C’était presque comme si des fleurs flottaient et dansaient autour de la tête de Marie.

« Très bien, alors allons chercher autre chose qui pourrait te plaire, » déclarai-je.

J’avais décidé de sauter le fait que c’était habituellement les enfants qui se faisaient lire des livres avant le coucher…

En tout cas, je voulais lui faire la lecture. Je l’imaginais se frotter les yeux en me demandant de lire un chapitre de plus… Hmhm, je ne pouvais pas attendre.

 

 

En regardant Marie comparer avec enthousiasme deux livres d’images, j’avais eu une idée :

Hm, Marie s’intéresse donc à l’illustration…

Quand j’y pense, le plaisir de l’art était réservé à quelques privilégiés, comme les nobles. C’était une forme profonde de divertissement que la plupart ne considéraient pas comme étant pour les enfants. C’était sans doute pour cela que Marie avait réalisé pour la première fois le charme de tout ça dans cette bibliothèque.

En y repensant, j’avais réalisé que beaucoup d’enfants avaient d’abord appris la langue dans des livres d’images et des animes. En ce sens, l’anime pouvait être un bon moyen pour elle aussi d’apprendre le japonais. Mais je devais éviter de l’ennuyer avec quelque chose de trop enfantin. J’avais besoin de quelque chose d’intéressant et d’agréable pour les enfants et les adultes…

Puis, ça m’était venu à l’esprit.

« Hm, ça pourrait marcher. Je crois que je vais louer un film en rentrant, » déclarai-je.

Tandis que je me disais cela à voix haute, la jeune elfe se leva de sa chaise, les livres soigneusement tenus dans ses bras. Après avoir pris le temps de se décider, elle avait choisi trois des livres de la série de livres d’images du chat qu’elle avait trouvé plus tôt. Mais pour le dire franchement, elle me rappelait un peu un chat elle-même, comme sa nature capricieuse et la façon dont elle me regardait parfois avec ses yeux tels des joyaux.

Elle leva les yeux avec une expression interrogatrice qui ne faisait que confirmer pour l’instant ses qualités de chat dans mon esprit. Elle était là, la tête inclinée, et j’avais posé ma main sur le chapeau sur sa tête. Ce serait bien si elle me laissait caresser sa tête comme ce chat l’avait fait pour elle…

« Tu as réfléchi pendant un moment. N’avais-tu rien trouvé d’autre qui te plaisais ? » demandai-je.

« J’ai trouvé un livre avec une grenouille dessus. C’est assez injuste. Qui n’aurait pas du mal à décider ? » demanda Marie.

J’avais suivi son regard vers un livre avec une grenouille à l’air suffisant sur la couverture. J’avais remarqué qu’elle avait l’air d’aimer les personnages insolents comme eux.

Cela veut-il peut-être dire qu’elle aimerait de la marchandise liée à des marques de personnages ? Cela pouvait être amusant de l’emmener dans cet immense établissement qui était difficile à dire si c’était à Chiba ou à Tokyo… Cela me donnait toutes sortes d’idées d’endroits pour l’emmener dans le futur.

« Allons voir ces livres à la réception, » déclarai-je.

« Très bien, allons-y alors ! » L’elfe semblait toujours être dans le monde des livres d’images, car ses pas étaient légers alors que je l’emmenais à la réception.

La femme au comptoir nous avait salués, avait reçu les livres que Marie lui avait présentés, puis avait souri. Ses cheveux descendaient jusqu’aux épaules et elle avait un comportement calme.

« Excusez-moi, j’aimerais emprunter ça, » déclarai-je.

« Bien sûr que oui. Ça fait un bail, Kitase-san. Je vois que vous avez une jolie fille aujourd’hui, » déclara la femme.

J’étais déjà venu ici quelques fois, donc je connaissais déjà la réceptionniste. Nous n’avions pas l’air très éloignés l’un de l’autre en âge, et à en juger par l’anneau à son doigt, c’était une femme mariée.

« C’est une parente d’outre-mer. Elle semble aimer les livres d’images, alors je pense qu’on reviendra de temps en temps, » déclarai-je.

« Ah, j’ai hâte que cela se produise. Puis-je vous demander votre nom ? » Ses cheveux noirs et soyeux ondulaient en se penchant un peu au-dessus du comptoir pour regarder Marie.

Je m’étais rendu compte que c’était une bonne occasion pour un entraînement au japonais de base, alors j’avais traduit la question à l’elfe et je lui avais rapidement appris quelques phrases. Elle se les répéta plusieurs fois, puis se mit à parler maladroitement.

« H-Hallo, je m’appelle Mariabelle, » déclara Marie.

« Je suis Kaoruko Ichijo. Ravie de vous rencontrer, Mariabelle-chan, » déclara Kaoruko.

Marie lui tendit la main pour lui serrer la main, ce qui semblait être une habitude du monde onirique. Kaoruko sembla enchantée par la main pâle et élancée de l’elfe pendant un moment, puis se leva de sa chaise dans une agitation. Il semblait qu’elle aussi ressentait quelque chose de fantastique de la part de Marie.

La beauté de Marie semblait tout droit sortie du monde des fables. Si je devais la comparer à une créature mythique, je dirais qu’elle ressemble plus à une licorne. Kaoruko avait peut-être hésité à toucher une telle œuvre d’art.

C’était timide et maladroit, mais les deux femmes se serraient enfin la main. C’était un peu trop pour Kaoruko, car elle avait laissé échapper un « Nn ! » et se tortilla un peu, avec une Marie qui semblait surprise.

Mais je pouvais comprendre Kaoruko. Marie était vraiment comme une jolie petite poupée. Je l’avais ressentie juste en la voyant bouger, alors la toucher avait suffi à faire trembler quelqu’un.

L’elfe me regarda avec une expression perplexe. « Kazuhiho, pourquoi a-t-elle mis “chan” après mon nom ? Est-ce que je n’ai pas communiqué mon nom correctement ? »

« Oh, non ! Je suppose que c’est juste quelque chose qu’on met à la fin du nom d’une jolie fille, » répondis-je.

Elle avait incliné la tête, alors je lui avais donné une petite leçon. Je lui avais dit que Kaoruko avait mis « -san » à la fin de mon nom parce qu’il était utilisé pour s’adresser aux hommes et aux femmes qui étaient du même âge ou plus âgés. Inversement, « -chan » était principalement utilisé pour s’adresser à des personnes plus jeunes.

Marie acquiesça de la tête, puis se tourna vers Kaoruko pour parler. « Meechu, Kaoruko, Chan. »

Oh, c’est vrai… Kaoruko serait plus jeune du point de vue de l’elfe. Mais non seulement Kaoruko n’avait pas peur qu’on s’adresse à elle de cette façon, mais elle était sur le point d’être tuée par le bégaiement mignon de Marie. Elle avait serré ses bras autour de son propre corps, puis avait levé la tête après avoir laissé ses émotions se calmer. Des mèches de ses cheveux noirs n’étaient pas à leur place sur son visage, mais elle semblait retrouver son attitude cool de réceptionniste.

« … Kitase-san, c’est beaucoup trop pour moi quand elle s’adresse directement à moi avec mon nom comme ça, » déclara Kaoruko.

« Ouais, j’ai compris. C’est assez troublant pour moi parce qu’elle ne réalise même pas ce qu’elle fait, » déclarai-je.

Kaoruko me regarda avec des yeux pleins d’empathie. Je ressentais un étrange sentiment de bonheur de trouver quelqu’un qui comprenait ma douleur, lorsqu’elle avait soudain semblé réaliser quelque chose et que son regard s’était transformé en un regard de suspicion.

« Ne me dites pas que vous avez…, » demanda Kaoruko.

« Non, non, non, nous n’avons pas… Je n’aurais même pas le courage de faire quelque chose comme ça, » déclarai-je.

« Alors, vous feriez quelque chose si vous aviez plus de courage ? » demanda Kaoruko.

Oh franchement, je n’aurais vraiment pas dû dire ça…

Mais… ça m’avait fait réfléchir à sa question. Dans mon esprit, je voulais éviter de détruire ma relation avec Marie par-dessus tout. Ce n’était pas vraiment une question de savoir si j’allais agir ou non, ou si j’avais les tripes.

« C’est une fille très gentille. Je n’aurais jamais pensé faire quoi que ce soit qui puisse la décevoir, » déclarai-je.

« Oui, je sais que ce ne sont pas mes affaires, mais je pense que vous devriez maintenir cette relation pendant un certain temps… Maintenant, à propos de votre carte de bibliothèque. Avez-vous changé d’adresse depuis votre dernière visite ? » demanda Kaoruko.

Oh, maintenant qu’elle en a parlé… En fait, j’avais déménagé une fois depuis la dernière fois que j’étais venu ici.

J’avais sorti mon permis de conduire et j’avais commencé à remplir les papiers pour un changement d’adresse. Quand je lui avais remis mon permis, Kaoruko avait eu un regard de surprise sur son visage.

« Oh… ? Cette adresse… Alors vous vivez aussi là-bas ? » demanda Kaoruko.

« Hein ? Voulez-vous dire que vous vivez aussi là-bas ? » demandai-je.

Ses yeux s’étaient ouverts en grand et elle avait hoché la tête.

Ça, c’était une surprise. Je n’avais jamais réalisé qu’on vivait au même endroit.

Marie avait tiré sur ma manche, et j’avais baissé les yeux pour la trouver en train de me regarder d’un air empli de doutes.

« Qu’est-ce que tu racontes ? » demanda Marie.

« Je viens d’apprendre qu’elle vit dans le même immeuble d’appartements que moi. Je pense qu’elle est mariée, donc elle vit probablement avec son mari, » déclarai-je.

« Ah, donc c’est une voisine. Ces immeubles en copropriété ont des maisons en dessous et à côté d’eux, il est donc difficile de dire qui habite où, » déclara Marie.

Il était vrai que le concept de faire connaissance avec ses voisins disparaissait dans la société moderne. Personnellement, je n’avais jamais eu ce genre de relation avec mes voisins, et je ne pouvais pas dire que j’étais vraiment intéressé par ça. Donc, même si mon immeuble avait une association de gestion, je n’avais pas assisté à la plupart de leurs réunions. Je l’avais dit à Kaoruko en tant que telle, et elle avait acquiescé d’un signe de tête.

« L’association de gestion s’occupe principalement du nettoyage et des exercices d’incendie. Nul n’est obligé d’y assister à des fins sociales, » répondit Kaoruko.

« C’est vrai. J’ai de toute façon tendance à passer tout mon temps libre sur mes loisirs…, » déclarai-je.

Je n’étais pas trop fan des relations sociales. Être prévenant pourrait être fatigant, et je devrais m’inquiéter de ne pas donner aux gens une mauvaise impression de moi.

Mais, attends… alors pourquoi n’ai-je pas ressenti d’aversion à être avec Marie ?

« Hm… ? »

Elle semblait confuse quand nos yeux s’étaient croisés, mais je n’avais pas la réponse. Je n’avais jamais eu l’impression que le fait d’être avec elle était gênant, et même prendre soin d’elle était agréable selon moi. Je ne m’attendais vraiment pas à trouver une telle question enfouie dans mes pensées…

En y réfléchissant, Kaoruko m’avait parlé. « Ça vous dirait d’aller quelque part ensemble l’un de ces jours ? Pour être honnête, j’aimerais mieux connaître Mariabelle-chan. »

« Oh, Euhh, je vois…, » déclarai-je.

J’avais été un peu surpris par son invitation. C’était une situation étrange. Cette femme que je connaissais à peine nous avait invités à sortir, et ses yeux étaient complètement obsédés par Mariabelle et ils m’ignoraient apparemment. Je n’avais pas pu m’empêcher de me sentir étrangement déçu. C’était un peu comme si une fille te parlait juste pour te demander de donner une lettre d’amour à un autre gars.

J’avais quand même décidé d’étudier son offre.

« D’accord, bien sûr. Puis-je obtenir vos coordonnées… ? » demandai-je.

Interagir avec d’autres personnes pouvait être un bon moyen pour Marie d’étudier le japonais. Cela pourrait aussi l’amener à se rendre à la bibliothèque pour parler avec Kaoruko pendant mon absence. C’était dans cet esprit que j’avais décidé d’accepter son offre.

Mais l’échange de coordonnées avec une femme m’avait rendu un peu nerveux. Le simple fait de s’ajouter les uns aux autres sur les médias sociaux était apparemment un échange incompréhensible du point de vue de l’elfe. Elle avait cligné des yeux plusieurs fois, puis elle avait attrapé un livre dans un mouvement d’agitation alors qu’il commençait à glisser vers le bas.

« H-Hey, qu’est-ce que tu fais ? » demanda Marie.

« Elle dit qu’elle veut mieux te connaître. C’est pourquoi je lui donne mes coordonnées. Ça ne te dérange pas, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Non, bien sûr que ça ne me dérange pas, mais…, » répondit Marie.

Ses doigts doux s’étaient glissés entre les miens sous le comptoir. J’avais l’impression qu’elle dépendait de moi alors qu’elle serrait ses mains autour des miennes, et mon cœur avait commencé à battre plus vite pour une raison inconnue. J’avais l’impression qu’un petit oiseau s’était posé sur mon doigt.

« C’est bon, je serai à tes côtés pendant ce temps. Je pense que tu es sur le point de te faire ta première amie, » déclarai-je.

Je m’étais souvenu qu’elle avait une personnalité un peu introvertie. Elle évitait les foules et n’aimait pas interagir avec les autres, alors elle était un peu comme moi dans ce sens.

Elle avait inconsciemment serré ma main, puis m’avait finalement parlé. « Alors, d’accord. Vas-tu m’apprendre comment saluer correctement dans cette situation ? »

Dans le coin de la salle de la bibliothèque, l’elfe prononça maladroitement des paroles de salutation. Quand j’y pense, c’était la première fois qu’elle interagissait avec quelqu’un qui n’était pas moi. En fait, ce chat serait-il le premier… ? Ou la serveuse peut-être…

Les deux femmes se serrèrent à nouveau la main, et il semblait que l’elfe avait fait un petit pas de plus dans le Japon.

***

Partie 3

Nous avions quitté la bibliothèque avec le sac de livres à la main. Des enfants étaient entrés alors que nous partions, vers lesquels j’avais souri et je m’étais demandé s’ils se dirigeaient aussi vers la section pour les enfants. Marie avait eu une réaction similaire en marchant à côté de moi maintenant qu’elle comprenait quel genre d’endroit était la bibliothèque.

Le soleil était presque directement au-dessus de nos têtes maintenant, et c’était le bon moment pour commencer à réfléchir à ce qu’il fallait manger. Je m’étais tourné vers Marie, qui tenait le sac de livres dans ses bras, et j’avais dit : « Je veux m’arrêter dans un magasin avant de rentrer à la maison. Je peux aussi transporter les livres si tu veux. »

« Bien sûr. Mais je peux moi-même tenir les livres, » déclara Marie.

J’avais déjà tendu la main pour les prendre, mais elle me l’avait refusé. J’avais rétracté mes mains qui n’avaient nulle part où aller. Puis Marie m’avait dit. « Tu peux parfois être un peu trop protecteur, tu sais. Je pense que tu oublies que je suis bien plus vieille que toi. »

Bien sûr que je m’en étais souvenu, mais peut-être que je commençais à oublier au fil des jours.

Elle avait rétréci ses yeux avec suspicion, mais il y avait toujours un sentiment de rêverie chez elle. Son regard s’abaissa sur les livres dans ses bras, puis elle poussa un soupir de joie.

« Haah... C’était si adorable… ! Je me sens si chanceuse de pouvoir emporter une telle douceur à la maison. Ces bibliothèques sont des endroits merveilleux, n’est-ce pas ? » demanda Marie.

« Il y a une limite au nombre de livres que nous pouvons emprunter en même temps, mais nous pouvons les emprunter autant de fois que nous le voulons. Nous reviendrons une prochaine fois et nous trouvons des livres ensemble à nouveau, » déclarai-je.

Elle hocha la tête et sourit chaleureusement. La jeune fille semblait baisser sa garde et me montrait ce beau sourire chaque fois qu’elle était excitée par quelque chose. J’avais souri à la vue d’elle tenant les livres précieusement et j’avais continué à marcher avec elle. Nous ne pouvions pas nous tenir la main avec elle portant des livres, mais l’aura joyeuse qui en émanait me mettait aussi de bonne humeur.

***

En rentrant dans ma chambre, j’avais décidé de sortir le DVD que j’avais pris sur le chemin du retour. Marie regardait les paquets sur les étagères du magasin tout à l’heure, mais elle semblait plus enthousiaste dans la bibliothèque. J’avais pensé que je ne devais pas regarder des films d’action en direct avec elle jusqu’à ce qu’elle s’habitue un peu plus au Japon et à d’autres formes de divertissement.

Je l’avais d’abord fait asseoir sur le lit, lui avait mis un coussin derrière le dos, puis j’avais démarré la vidéo sur mon téléviseur LCD.

« C’est le DVD de location que tu as loué dans ce magasin ? Qu’est-ce que ça va passer à la télé ? » demanda-t-elle.

« Ouaip. Les livres d’images montrent des images fixes, mais là, ce sont essentiellement des images en mouvement. C’est un peu lumineux ici, alors je vais fermer les rideaux, » déclarai-je.

Un verre et du pop-corn auraient été bien, mais je ne voulais pas en renverser sur mon lit.

C’est ainsi que la vidéo avait commencé à être diffusée. C’était un film pour un anime bien connu et apprécié des enfants et des adultes de tout le Japon. Beaucoup de familles l’avaient regardée ensemble, et beaucoup de gens qui l’avaient regardée en grandissant l’avaient encore appréciée jusqu’à l’âge adulte. Puisqu’elle aimait les beaux livres d’images, j’étais sûr qu’elle aimerait celui-là aussi.

Bien sûr, elle avait émis un bruit excité alors que la joyeuse musique d’ouverture s’était mise à jouer. Le tempo joyeux et le ton léger s’adressaient aux enfants, mais l’elfe avait élargi ses yeux avec joie.

« Cette musique est si mignonne…, » dit-elle, puis se pencha un peu plus près.

Malheureusement, ma télé n’était pas très grande parce qu’elle était conçue pour une seule personne. Mais elle ne tiendrait pas dans ma chambre si elle était trop grande, alors je n’y pouvais pas grand-chose. Ce n’était pas vraiment un problème si nous le regardions de près de toute façon.

Le ciel bleu s’était affiché à la fin de la musique, puis cela avait lentement commencé à présenter les personnages. J’avais particulièrement apprécié les expressions des personnages. Ils pourraient même évoquer l’ennui ou la paresse avec une simple expression. Cela faisait partie de ce qui rendait les personnages plus humains, même s’ils n’étaient que des personnages dans un anime.

Personnellement, je n’avais pas beaucoup regardé d’anime, mais la vivacité des personnages à eux seuls le rendait agréable. La jeune fille, elle aussi, semblait immergée alors qu’elle fixait et clignait des yeux de façon répétée.

« Les photos… Tu avais raison, ils bougent… est-ce de la magie ? » demanda Marie.

« Non, je pense que c’est surtout dessiné à la main. Un tas de gens se sont réunis et ont fait chacun de ces tableaux en mouvement, » déclarai-je.

Je ne pensais pas que même la magie pouvait faire quelque chose comme ça. C’était empli par l’âme du créateur, qui était au cœur de toute bonne histoire, et c’est ce qui attirait tant ses spectateurs. C’était comme un livre d’images dans ce sens, et l’elfe était entraîné dans l’histoire, qu’elle le veuille ou non.

Il n’y avait pas de magie dans mon monde, mais il y avait quelque chose qui n’était pas trop loin. Ces mondes créés dans ces histoires fictives avaient une sorte de charme mystérieux qui leur était propre.

« Qu’est-ce qu’ils disent, ces gosses ? Tu peux me le dire, Kazuhiho ? » demanda Marie.

Elle me regardait, moi et l’écran de télévision en étant agité, et il était clair qu’elle était captivée. Je voulais qu’elle s’intéresse davantage au japonais, alors je n’avais pas tout expliqué. Je lui avais raconté le déroulement de l’histoire, puis je l’avais laissée comprendre le reste à partir des actions de chaque personnage. Elle semblait comprendre un peu ce qu’ils disaient, hochant la tête de temps en temps en réponse à ce qu’elle voyait dans l’histoire. Elle avait agi avec tranquillité pendant les scènes paisibles et avait réagi avec surprise devant les personnages mystérieux. En un rien de temps, elle s’était intéressée aux jeunes protagonistes.

« Hehe, cette personne me fait penser à toi. Son visage endormi ressemble au tien, » déclara Marie.

« Hein, tu crois ça ? Je pense qu’il est plus éveillé que moi, » répondis-je.

Nous avions continué à regarder et à rire ensemble, et elle avait tiré sur ma poitrine en me demandant de lui expliquer quelque chose. En répétant cela, nous nous étions naturellement retrouvés dans une position où je la tenais dans mes bras. Son corps doux et mince s’appuyait sur le mien, et ses beaux cheveux blancs touchaient mon menton. Mon corps s’était finalement réchauffé en regardant le film dans le confort.

« C’est presque comme si j’étais dans l’histoire…, » la fille parlait doucement, d’un ton lent et détendu.

« Oui, je connais ce sentiment. C’était pareil pour moi aussi, » répondis-je.

Ma voix était plus calme que d’habitude, et l’elfe leva légèrement les yeux vers moi. J’avais aussi détendu mon corps et commencé à apprécier le film avant de le réaliser.

Cependant, avec une bonne histoire, les conflits étaient encore plus graves.

Alors que la nuit s’installait, l’ambiance distincte du Japon après la tombée de la nuit s’était manifestée, et le corps de l’elfe s’était tendu. La solitude dépeinte par le protagoniste marchant seul semblait s’étendre à Marie, et elle me serrait dans ses bras. Son corps doux était pressé contre le mien, et je sentais son cœur battre comme celui d’un petit oiseau. Elle avait un parfum quelque peu doux en elle, et le fait d’être si près d’elle rendait l’arôme d’autant plus proéminent. J’avais réfréné les sentiments qu’elle invoquait et je l’enlaçais doucement dans le dos, puis je lui chuchotais à voix basse au-dessus de sa tête comme si j’étais le narrateur.

« Ah ! »

Elle avait fait entendre sa voix alors qu’un mignon personnage se joignait à l’histoire. C’était le genre de créature qu’elle aimait, et cela l’avait fait me tenir dans ses bras avec un peu plus de force. Elle était complètement absorbée par l’histoire, et son regard allait et venait de la télévision à mon visage avec un regard qui me demandait d’expliquer ce qui se passait. Je ne savais pas pourquoi, mais ça me donnait envie de rire.

Les personnages avaient finalement surmonté leur conflit au cours d’épreuves, et la jeune fille avait poussé un soupir de soulagement lorsque c’était arrivé à une heureuse conclusion. Son corps s’était finalement éloigné, ce qui était un peu dommage, mais j’étais aussi heureux de voir les sourires heureux sur les visages des personnages.

La même chanson d’ouverture avait été jouée en finale, et j’avais souri en voyant Marie se balancer la tête d’un côté à l’autre en même temps que la musique joyeuse. Elle avait continué à regarder jusqu’à ce que la musique se termine, et quand le message de fin était apparu à l’écran, elle avait finalement été autorisée à quitter le monde de l’histoire.

Elle n’avait pas bougé un instant, alors je lui avais demandé. « Comment était-ce ? » Mais c’était peut-être une question inutile à poser. Elle avait un regard rêveur quand elle s’était finalement tournée vers moi, et il semblait qu’elle comprenait maintenant l’attrait de regarder des films.

« Oui, c’était très divertissant. Je n’ai pas compris la plupart des conversations, mais je suis heureuse d’avoir pu en faire l’expérience, » déclara Marie.

Après ça, elle m’avait sauté dans les bras comme pour exprimer sa bonne humeur. Peut-être qu’elle avait été revigorée en regardant le film parce qu’il y avait une quantité surprenante de puissance dans son mouvement, et j’avais fini par être poussé vers le bas sur le lit. Elle s’était assise sur mon ventre et m’avait regardé avec ses yeux violets et brillants.

« C’était comme si ces photos étaient vivantes. Quel sentiment étrange ! » déclara Marie.

« Ouaip. C’est parce que ce n’était pas que des images, c’était une histoire, » chuchotais-je à la fille qui pressait sa joue contre ma poitrine avec une expression fascinée.

J’avais alors envie de toucher ses cheveux blancs et fluides, et j’avais poussé doucement quelques mèches derrière son oreille avec mon doigt. Elle semblait l’apprécier, car ses yeux se rétrécissaient en laissant échapper un souffle chaud.

« Oui… Hmm… Ah… J’aime aussi les livres, mais j’aime mieux utiliser mon imagination. Parce que l’imagination est illimitée, tu sais ? Je pense que ce que nous avons vu, c’était plutôt comme si on nous montrait le monde de l’imagination de quelqu’un d’autre, » déclara Marie.

« Ah, c’est une façon simple, mais intéressante de le dire. Il existe de nombreuses formes de divertissement comme ça au Japon. Je pense que tu pourrais en apprécier beaucoup d’autres une fois que tu auras appris le japonais. Il y aura tant de choses à savourer que tu ne pourras pas tous les compter, » déclarai-je.

L’elfe leva soudain la tête et afficha un sourire radieux.

« Je vais à tous les coups l’apprendre. C’est vraiment dommage que je ne puisse pas les comprendre maintenant, et ça me rend triste. Dis-moi, est-ce que c’est quelque chose que je peux apprécier à nouveau ? J’aimerais le revoir si possible, » déclara Marie.

« Ouais, tu peux le regarder autant de fois que tu le veux. Je vais te montrer comment utiliser la télécommande. Je vais nous préparer un repas léger. Alors vas-y et fais-toi plaisir, » déclarai-je.

C’était bon à entendre. Il semblait qu’elle s’intéressait maintenant à la fois à l’anime et à la littérature en japonais.

Ça faisait un moment, mais j’avais aussi aimé le regarder avec elle. Mais le plus amusant, c’était de voir ses réactions.

***

Alors que je me préparais dans la cuisine, cette joyeuse chanson d’ouverture avait recommencé à jouer. J’entendais les murmures de l’elfe, et quand je m’étais retourné, je l’avais vue se balancer en même temps que la musique. J’avais failli rire face à cette vue précieuse, mais j’avais besoin de résister à l’envie et de me concentrer sur la cuisine. S’il n’y avait personne d’autre autour de moi, j’aurais probablement déjà été en train de rire.

Je voulais faire quelque chose à manger en regardant des films, alors j’avais opté pour des pancakes. C’était facile à faire, et j’avais déjà du miel que je pouvais utiliser.

Pendant que je cuisinais, Marie me posait des questions depuis le lit, comme la signification de certains mots et phrases, ainsi que les nuances détaillées de leur usage. Une chose que j’avais remarquée, c’était qu’elle n’avait jamais demandé la même chose deux fois. Elle avait un esprit brillant pour commencer, et elle avait maintenant le monde charmant à l’écran pour guider sa motivation. Elle entassait pratiquement toutes les informations qu’elle pouvait auparavant, mais de cette façon, elle apprenait naturellement tout en s’amusant. J’étais sûr qu’elle acquérait des connaissances comme une éponge qui absorbait l’eau de cette façon.

Oui, j’ai fait le bon choix.

J’avais placé un plateau sur ses genoux et je lui avais fait manger les pancakes qui avaient été coupés en portions. Bien qu’elle soit absorbée par l’histoire, elle en avait sorti un « siiii délicieux ! » et avait fait apparaître un adorable sourire.

Après avoir apprécié l’anime et les pancakes, elle était retournée sur le lit. Elle s’était tortillée de gauche à droite, puis m’avait tendu la main à mesure que je m’approchais.

« Désolé, je suis si contente que je ne peux plus me lever maintenant. Peux-tu m’aider ? » demanda-t-elle.

J’avais ri et je lui avais dit que j’en serais ravi, puis je lui avais pris sa main mince et je l’avais mise en position assise au bord du lit. J’avais toujours pensé qu’elle ressemblait à une poupée, mais elle l’avait vraiment fait à ce moment-là.

Elle poussa un soupir rêveur, puis me regarda avec les yeux à moitié ouverts.

« Cette campagne était si belle, avec un paysage nocturne si merveilleux. Était-ce aussi une partie du Japon ? » demanda Marie.

« Oui, mais je pense que c’était il y a longtemps. En fait, je pense que la maison de mon grand-père ressemble à cet endroit, » répondis-je.

Les yeux de Marie s’ouvrirent et elle me fixa. Son expression avait changé depuis une minute, et elle était maintenant pleine d’attente.

Hmm, j’avais prévu de l’emmener quelque part pendant mes vacances en mai, alors c’était peut-être l’endroit où aller.

« Alors, ça te dirait d’y aller pour mes vacances le mois prochain ? Nous devrons faire un petit voyage avant pour t’y habituer, » déclarai-je.

« Oh, oh, je veux y aller ! Enfin, si je ne dérange personne…, » répondit Marie.

Elle semblait mourir d’envie d’y aller, mais elle était en même temps assez mûre pour être attentionnée.

Mais j’avais déjà pris ma décision. Elle était clairement impatiente de partir, alors quel genre d’homme serais-je si je n’y arrivais pas ?

« Alors, allons à la campagne où vit ma famille. J’espère que tu l’attends avec impatience, Marie, » déclarerai-je.

Son visage semblait briller de joie lorsqu’elle s’était penchée vers moi pour me serrer dans ses bras.

Je sentais totalement ses seins quand elle se pressait contre moi par devant comme ça, et, eh bien… cela m’avait juste fait se figer maladroitement.

Alors que Marie prenait un bain ce jour-là, j’avais entendu la chanson thème de l’anime qui venait de la salle de bain. C’était tellement adorable, je suspectais qu’elle essayait de me briser le visage en me faisant sourire si intensément. Heureusement, elle ne pouvait pas me voir, alors j’avais pu m’en sortir en souriant comme un idiot.

J’avais gloussé tout en continuant à cuisiner.

Ce soir, je faisais du curry avec un peu plus de piquant. J’avais ajouté du garam masala aux oignons au fur et à mesure qu’ils commençaient à perdre leur opacité, et un arôme appétissant avait rempli la cuisine.

***

Partie 4

Nos horaires de repas nous dictaient des repas légers le matin et le midi au Japon, puis des repas plus lourds le soir et le midi dans l’autre monde. Les deux mondes étaient peut-être différents, mais j’avais l’impression de partager le même estomac dans les deux et c’est pourquoi j’avais pris un total de quatre repas. C’était juste la bonne quantité, mon apport calorique quotidien équivalant à trois repas complets par jour.

« En fait, c’est peut-être manger un peu plus de calories que trois repas normaux, bien que ce ne soit pas comme si je gardais une trace de toute façon, » déclarai-je.

Quoi qu’il en soit, j’avais l’impression d’avoir mangé un peu plus que la norme.

Je me demandais si Mademoiselle l’Elfe serait troublée si elle prenait du poids. Personnellement, je pensais qu’elle était un peu mince et qu’elle avait besoin d’un peu plus de viande. Mais il serait peut-être plus sain de manger des aliments délicieux et de faire de l’exercice plutôt que de s’inquiéter trop des calories.

J’avais goûté un peu aux épices dans la poêle et j’avais ajusté le goût. J’avais du vin blanc à déguster tout en goûtant ma cuisine, ce qui était un privilège réservé à celui qui préparait la nourriture. Cuisiner avait toujours le meilleur goût frais, alors j’appréciais beaucoup les collations et les boissons d’avant le repas.

Soudain, mes pieds avaient été étrangement instables.

« Hm ? Ça a vraiment tremblé tout à l’heure. Un tremblement de terre… ? » demandai-je.

Les tremblements de terre n’étaient pas rares au Japon. J’étais déjà très habitué à eux, les ayant vécus depuis mon plus jeune âge.

J’avais éteint le feu sur le poêle et allumé la télé à côté du lit. La tonalité d’urgence retentissait juste quand j’avais allumé, et elle semblait être d’une magnitude de 4,0.

« Celui-là était plutôt gros. Je suis un peu inquiet parce que les gens disent que les fondations sont un peu faibles par ici, mais… ça devrait aller pour le moment, » déclarai-je pour moi-même.

J’avais hoché la tête, puis j’avais entendu la porte de la salle de bains s’ouvrir bruyamment.

En ouvrant la porte juste à côté de la chambre à coucher, on découvrait un lavabo et un dressing, avec des toilettes à gauche et une salle de bains à droite. Je regardais la télévision, mais naturellement, mes yeux s’étaient lentement dirigés vers la source du bruit.

« As-tu déjà fini ? C’était rapide —, » commençai-je.

Je m’étais retourné pour trouver le corps encore mouillé de Marie et, bien sûr, elle ne portait rien…

J’avais laissé sortir un « oof » gêné. Son corps mince, sa belle silhouette, ses seins féminins et colorés…

« Aaaaaaaahhhh ! »

« Kyaaaaaaaaaaaaahhhh ! »

Je n’avais même pas eu le temps de courir. Elle avait crié encore plus fort que moi et avait sauté contre ma poitrine. Je pouvais sentir nos cœurs battre frénétiquement et son corps réchauffer par le bain avec sa peau douce et nue juste contre moi… mais j’avais besoin de lever les yeux. En haut !

« Cela a tremblé ! Le bain vient de trembler ! Pourquoi !? Ahh, j’ai peur ! J’ai tellement peur ! » déclara Marie.

« Oh, ouais, c’était un tremblement de terre. C’est bon, c’était juste un petit tremblement, » déclarai-je.

« Non, non ! Comment ça peut aller ? Le sol a tremblé. Et si tout s’effondre et qu’on se fait écraser !? » s’écria Marie.

En réalité, j’étais vraiment déjà sur le point d’être écrasé, par une autre force plus généreuse.

 

 

Même aujourd’hui, son odeur de fraîcheur et la sensation de ses épaules nues m’avaient rendu douloureusement conscient de sa féminité. Mes pensées étaient si agitées que le tremblement de terre était le cadet de mes soucis.

« D’accord, mais Marie, tes vêtements ! » déclarai-je.

« Hein ? A-Ahhh ! Ferme les yeux ! Ou, attends, continue à regarder le plafond ! » ordonna Marie.

J’aurais aimé lui dire que ce n’était pas un problème, mais il avait fallu toute ma volonté pour me retenir.

Je sentais son corps s’éloigner du mien, puis j’avais entendu la porte de la salle de bains se fermer.

Enfin la paix…

Je m’étais lourdement assis sur le lit, puis mon corps s’était ramolli pendant que je m’allongeais. J’étais épuisé.

Après quelque temps, j’avais remarqué que l’elfe avait laissé des gouttelettes d’eau et son odeur sur ma poitrine. J’avais murmuré entre de lourdes respirations, « Je… Je l’ai fait… Bon travail…, moi… »

Bon sang, je ne l’avais pas vu venir…

J’avais alors réalisé que j’avais complètement oublié les tremblements de terre. Le Japon était l’un des pays les plus exposés aux tremblements de terre au monde, et c’était de ma faute si je ne l’avais pas prévenue. Je devrais aussi lui apprendre les voies d’évacuation et la façon d’y faire face lorsque cela se produisait.

J’avais poussé un autre grand soupir, puis j’avais enfin pu me relever.

Quand elle était sortie des toilettes, on avait baissé la tête pour s’excuser. Pour être honnête, j’étais content qu’elle ne m’en veuille pas.

***

Marie était en pyjama maintenant, reniflant l’odeur de la pièce. Elle me rappelait un peu le chat que nous avions vu le matin. Il semblait que les épices que j’utilisais pour le dîner lui étaient encore étrangères, et elle essayait de trouver la source de l’odeur inconnue. Ce comportement, encore une fois, me rappelait le chat.

« Donc cette odeur vient de ta cuisine. C’est moi ou ta nourriture sent de plus en plus fort chaque jour ? » demanda Marie.

« C’est un plat qui est de plus en plus reconnu comme cuisine traditionnelle japonaise, appelé curry. Celui-ci est un peu différent du genre typique, » lui répondis-je.

La plupart des ménages utilisaient du roux du commerce, mais j’avais utilisé une tonne d’épices que l’on trouve couramment dans la cuisine indienne traditionnelle. Hm, peut-être aurait-elle préféré ce qui était considéré comme du curry « normal » ? Mais je m’étais assuré de ne pas le rendre trop épicé, donc ça aurait dû aller.

Elle avait regardé la nourriture avec curiosité, alors je lui avais donné une assiette. Je n’étais pas un grand fan des naans, alors j’avais fait du riz jaune pour l’accompagner. Ce n’était pas tellement que je n’aimais pas ça, mais pourquoi ne pas manger du pain au curry à ce moment-là ?

L’elfe continuait à renifler depuis là où elle se tenait. Ça semblait la faire saliver parce qu’elle avait fait une déglutition audible. Son estomac avait alors émis un grognement mignon, qu’elle ne pouvait pas cacher avec ses deux mains qui tenaient son assiette.

C’était ce que j’adorais dans les plats épicés. Le simple fait de les sentir vous avait ouvert l’appétit et vous avait fait grogner l’estomac. Votre corps se préparait automatiquement à manger et ne sera satisfait que lorsque vous le ferez.

« C’est bizarre, je me sens soudain tellement plus affamée. Est-ce à cause de l’odeur forte ? » demanda Marie.

« Ouais, j’ai utilisé un tas d’assaisonnements différents pour le plat d’aujourd’hui. On dit que la faim est aussi la meilleure épice, alors je suis sûr que tu vas en profiter. J’ai un peu peur que cela soit un peu trop fort pour toi, » déclarai-je.

Elle semblait un peu confuse, mais je pouvais aussi voir qu’elle voulait déjà manger.

Nous avions donc été nous déplacer à la table à côté. J’avais remarqué la faible odeur du savon en m’approchant d’elle. Nous avions chacun déplacé une chaise, nous nous étions assis et nous avions dit « itadakimasu » en même temps. Sa prononciation était devenue beaucoup plus éloquente, probablement parce qu’il y avait tant d’occasions d’utiliser cette expression.

« Nn... !? »

Elle avait pris un peu de curry avec sa cuillère et avait pris une bouchée, puis ses yeux s’étaient écarquillés. Elle était restée assise là, figée pendant une dizaine de secondes, puis elle avait finalement recommencé à mâcher. Elle l’avait avalé avec un peu d’eau, puis avait tourné ses yeux ronds et violets vers moi.

« C’est… épicé ? Savoureux ? Hm, qu’est-ce que c’est ? Je ne sais pas comment le décrire, mais…, » déclara Marie.

Marie me regarda, puis fixa son curry. Elle avait avalé, puis comme si elle ne pouvait plus résister à la tentation, elle avait pris une autre bouchée du curry épicé.

« Mmm… C’est épicé et savoureux. Oh, attends, le poulet est parfumé et a aussi un goût sucré. M-Mmm, si délicieux ! » déclara Marie.

« Ah, on dirait que tu ne peux pas t’en empêcher. J’en suis ravi, » déclarai-je.

Elle semblait être entrée dans une boucle d’alternance entre le piquant et le savoureux.

J’avais l’impression de regarder les réactions de l’elfe plus souvent quand on mangeait dernièrement. Regarder ses expressions était divertissant, même si je sais qu’il serait impoli de ma part d’en dire autant. Je voulais aussi savoir quels types de saveurs elle aimait manger. Je pensais qu’une partie de moi pensait que ce serait du gâchis si je n’entendais pas ses réactions dans ce cas.

« Nnngh, il fait si chaud ! Mais je n’arrête pas de manger… Ce curry déborde de saveur ! » déclara Marie.

« Maintenant que j’y pense, la région désertique de l’autre monde utilise des assaisonnements au goût similaire. La nourriture se gâte plus rapidement par temps chaud, c’est peut-être pour cela qu’ils ont tendance à utiliser autant d’épices, » déclarai-je.

Marie me regarda avec des yeux ronds, puis fixa le plafond pendant une minute. Elle mâcha lentement comme pour savourer le goût, avala, puis cria. « Ah ! »

« Ce pays… Je veux dire, ce monstre à l’oasis ! Je n’arrive pas à croire que c’est arrivé hier. J’étais tellement occupée à profiter de mon temps que je l’ai oublié ! » déclara Marie.

Oui, j’ai pensé qu’elle aurait pu…

Puis, comme si elle s’en était déjà remise, elle m’avait regardé avec ses cheveux humides qui vacillaient.

« Tu crois qu’on se réveillera au même endroit qu’avant ? » demanda Marie.

« Je n’en suis pas sûr. Il m’est déjà arrivé de me réveiller dans une autre région. Mais si je devais le deviner, je dirais que c’est probablement au même endroit, » répondis-je.

Hm, le curry n’avait pas mauvais goût, si je le disais moi-même. Il y avait une bonne touche dans l’épice, mais il avait été équilibré par la douceur des tomates.

Oui, avais-je pensé. Le poulet va très bien avec ce curry.

Mon insouciance semblait irriter l’elfe. Elle avait continué à mâcher et à savourer le repas, mais ses sourcils s’étaient plissés lorsqu’elle avait rétréci ses yeux.

« Tu sais… Mmg, mm… Tu as l’air très détendu, mais… *déglutition*… J’espère que tu te rends compte que, même si nous pouvons revenir ici, nous sommes toujours en danger de mort, » déclara Marie.

« Je comprends ce que tu dis, mais je ne pense pas que ça compte vraiment comme un danger mortel. Je veux dire, on peut retourner à l’oasis sans avoir peur de quoi que ce soit maintenant, » déclarai-je.

Je doutais qu’il y ait une chance d’abattre ce mystérieux serpent géant. Marie semblait le savoir, et c’était probablement la raison pour laquelle elle semblait si agitée.

Mais voyant que j’avais gardé mon insouciance, elle m’avait lâché un « Hmm » et avait réfléchi à ce que je venais de dire. Elle avait l’air d’avoir réfléchi, alors j’avais décidé de l’aider.

« Voici un indice : il y a quelque chose que nous pouvons faire aujourd’hui et que nous ne pouvions pas faire hier, » déclarai-je.

Marie avait fait la moue avec une cuillère accrochée dans sa bouche. Elle était clairement un peu malheureuse de ne pas avoir pu comprendre où je voulais en venir. Mais soudain, son expression s’était transformée en un sourire.

« Oh, je sais ! Tu as récupéré ta technique de mouvement à longue distance. Tu peux utiliser ça pour nous sortir du danger maintenant ! » déclara Marie.

« Exactement. C’est pourquoi il n’y a pas de quoi s’inquiéter, » déclarai-je.

Elle leva le bras triomphalement, ayant protégé sa fierté de sorcière spirituelle.

J’avais donc choisi de laisser Mademoiselle l’Elfe profiter au maximum de la journée. On dit que le temps, c’est de l’argent, mais j’étais maintenant libéré de la restriction qui me permettait d’utiliser cette compétence une seule fois par jour.

« J’ai entendu dire qu’il y a une condition dans laquelle les compétences peuvent devenir inutilisables, et c’est lorsque la présence d’une grande entité aberrante est proche. Peut-être que les dieux ont décidé de ne pas interférer, parce que le dieu du voyage n’a pas répondu à mon appel quand nous avons affronté l’arkdragon. Le monstre que nous avons affronté hier ne devrait pas être un problème, » déclarai-je.

« Hmm, je vois. Quoi qu’il en soit, nous aurons un peu de temps avant que l’ennemi n’arrive, donc tout devrait bien se passer. Tu as toujours l’air sur le point de t’endormir, mais il est bon de savoir que tu penses à ces choses, » déclara Marie.

« Oh, ouais. J’ai préparé quelques moyens d’échapper à ce genre de situation, juste au cas où. Le problème est que…, » déclarai-je.

Il restait encore quelques questions sans réponse concernant l’oasis. Marie était assez astucieuse pour comprendre ce que je voulais dire avant que je puisse l’exprimer. Elle avait agité sa cuillère quand elle avait commencé à parler avec moi.

« Oui, le problème n’est pas de savoir comment s’enfuir de là, mais ce qu’il faut faire pour cet enfant. Il semblait être un homme-bête, et les chaînes autour de ses mains et de ses pieds me disent que quelqu’un le forçait à invoquer ce monstre sur nous, » déclarai-je.

« Je ne sais pas comment un enfant a invoqué un tel monstre, mais ce catalyseur magique doit y être pour quelque chose. Je veux vraiment savoir ce qu’il en est. Donc, je me demandais…, » déclara Marie.

Elle hocha la tête et elle se rapprocha, et nous avions parlé avec des voix étouffées comme lors d’une réunion secrète. Environ une demi-heure plus tard, nos plans avaient été faits.

***

Je m’étais nettoyé après avoir pris un bain, puis je m’étais dirigé vers mon lit. Je m’attendais à passer un peu moins de temps dans le monde du rêve que d’habitude.

Il y avait encore une demande de l’elfe que je devais satisfaire avant de m’endormir. Elle était déjà au lit en attente et me regardait avec une expression pleine d’espoir. Il y avait un peu de timidité dans ces yeux scintillants qui ressemblaient à des gemmes quand ils me regardaient.

Oui, je devais quand même lui lire un livre, comme je l’avais promis plus tôt dans la journée.

« Puis-je profiter d’une histoire en m’endormant ? Je ne peux pas attendre ! » déclara Marie.

J’attendais ça avec impatience. Même si je n’en avais jamais lu à quelqu’un auparavant, j’étais sûr qu’elle allait apprécier l’expérience.

Marie avait rapproché sa tête de mon oreiller pendant que je m’asseyais à côté d’elle. J’avais tapoté son front de façon ludique, puis j’avais tenu le livre au-dessus de nous et j’avais commencé à démêler le monde intérieur.

C’était le livre que nous avions emprunté à la bibliothèque pendant la journée. Parmi le large choix disponible, l’elfe avait choisi celui qui avait le style artistique adorable que je tenais dans mes mains.

La reliure était épaisse et robuste. L’odeur du papier me remplissait le nez quand je l’avais ouvert, et le chat noir qui était le personnage principal était là à nous regarder.

« Hehe, commençons donc… Le chat noir et le pays de la nuit. »

L’elfe frappa des mains dans l’éclairage tamisé de la chambre.

C’était un livre coloré malgré le faible éclairage, et les yeux du chat noir semblaient nous attirer. C’est peut-être ainsi que les livres d’images devraient être.

Je n’avais pas pu m’empêcher de remarquer qu’il semblait y avoir un sentiment d’étrangeté dans les couleurs, et la combinaison avec son style d’écriture unique semblait emmener ses lecteurs vers un autre endroit.

« Un jour, le chat noir s’est réveillé pour trouver… »

Je pouvais dire que Marie regardait le livre avec beaucoup d’intérêt. Son esprit semblait être à l’intérieur du monde entre ces pages alors qu’elle suivait le chat avec ses yeux. J’avais l’impression que nos cœurs battaient ensemble avec autant d’enthousiasme. Nous étions prêts à nous embarquer pour des terres inconnues avec une anticipation croissante quant à l’histoire à venir.

 

 

« Mais la mer houleuse a secoué violemment, boum, boum, boum, boum, boum… »

Il était intéressant de voir à quel point le chat noir semblait plus humain que certains personnages humains.

Malgré l’apparence charmante du personnage, il semble que le destin qui l’attendait puisse difficilement s’appeler un voyage en douceur. Il avait été ballotté en étant à la merci de son destin comme avec les vagues de l’océan, mais il l’avait affronté courageusement de front. Le livre nous laissait deviner ce qui allait se passer ensuite, et nous n’avions qu’à tourner les pages pour le découvrir. C’était si bon que ça.

Après avoir parcouru plusieurs pages de l’aventure, j’avais entendu Marie bâiller à côté de moi.

« Attends, » me chuchota-t-elle à l’oreille en se plaignant. « Ta voix me rend somnolente… mais je veux savoir ce qui se passe ensuite… »

J’avais souri, mais il faisait trop sombre pour qu’elle le remarque. En fait, elle semblait déjà avoir les yeux fermés. J’avais replacé la couverture jusqu’aux épaules, puis elle avait poussé un soupir confortable.

J’avais l’impression de passer plus de temps dans ce monde depuis que Marie était venue ici. Jusque-là, il n’y avait pas grand-chose qui me plaisait au Japon, et j’avais surtout aimé passer du temps dans le monde onirique. Mais depuis l’arrivée de la jeune elfe, j’avais appris à trouver l’excitation même dans ce monde. Grâce à elle, j’avais l’impression de réaliser à quel point le Japon pouvait être fascinant. La promesse que j’avais fait avec elle de l’emmener chez mon grand-père en faisait partie.

Je ne m’en rendais pas compte avant, mais les deux mondes étaient pleins de plaisir et d’excitation.

Zzzzz…

J’avais souri à la dormeuse à côté de moi, puis j’avais fermé le livre en silence.

Bonne nuit, Mademoiselle l’Elfe. Nous continuerons l’histoire demain.

J’avais tiré la couverture jusqu’aux épaules et je m’étais installé dans le lit chaud. Je savais qu’un sommeil confortable m’attendait, ce qui était l’un des avantages du printemps.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire