Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 1 – Chapitre 7 – Partie 3

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Épisode 3 : Une fin de semaine reposante

Partie 3

Nous avions quitté la bibliothèque avec le sac de livres à la main. Des enfants étaient entrés alors que nous partions, vers lesquels j’avais souri et je m’étais demandé s’ils se dirigeaient aussi vers la section pour les enfants. Marie avait eu une réaction similaire en marchant à côté de moi maintenant qu’elle comprenait quel genre d’endroit était la bibliothèque.

Le soleil était presque directement au-dessus de nos têtes maintenant, et c’était le bon moment pour commencer à réfléchir à ce qu’il fallait manger. Je m’étais tourné vers Marie, qui tenait le sac de livres dans ses bras, et j’avais dit : « Je veux m’arrêter dans un magasin avant de rentrer à la maison. Je peux aussi transporter les livres si tu veux. »

« Bien sûr. Mais je peux moi-même tenir les livres, » déclara Marie.

J’avais déjà tendu la main pour les prendre, mais elle me l’avait refusé. J’avais rétracté mes mains qui n’avaient nulle part où aller. Puis Marie m’avait dit. « Tu peux parfois être un peu trop protecteur, tu sais. Je pense que tu oublies que je suis bien plus vieille que toi. »

Bien sûr que je m’en étais souvenu, mais peut-être que je commençais à oublier au fil des jours.

Elle avait rétréci ses yeux avec suspicion, mais il y avait toujours un sentiment de rêverie chez elle. Son regard s’abaissa sur les livres dans ses bras, puis elle poussa un soupir de joie.

« Haah... C’était si adorable… ! Je me sens si chanceuse de pouvoir emporter une telle douceur à la maison. Ces bibliothèques sont des endroits merveilleux, n’est-ce pas ? » demanda Marie.

« Il y a une limite au nombre de livres que nous pouvons emprunter en même temps, mais nous pouvons les emprunter autant de fois que nous le voulons. Nous reviendrons une prochaine fois et nous trouvons des livres ensemble à nouveau, » déclarai-je.

Elle hocha la tête et sourit chaleureusement. La jeune fille semblait baisser sa garde et me montrait ce beau sourire chaque fois qu’elle était excitée par quelque chose. J’avais souri à la vue d’elle tenant les livres précieusement et j’avais continué à marcher avec elle. Nous ne pouvions pas nous tenir la main avec elle portant des livres, mais l’aura joyeuse qui en émanait me mettait aussi de bonne humeur.

***

En rentrant dans ma chambre, j’avais décidé de sortir le DVD que j’avais pris sur le chemin du retour. Marie regardait les paquets sur les étagères du magasin tout à l’heure, mais elle semblait plus enthousiaste dans la bibliothèque. J’avais pensé que je ne devais pas regarder des films d’action en direct avec elle jusqu’à ce qu’elle s’habitue un peu plus au Japon et à d’autres formes de divertissement.

Je l’avais d’abord fait asseoir sur le lit, lui avait mis un coussin derrière le dos, puis j’avais démarré la vidéo sur mon téléviseur LCD.

« C’est le DVD de location que tu as loué dans ce magasin ? Qu’est-ce que ça va passer à la télé ? » demanda-t-elle.

« Ouaip. Les livres d’images montrent des images fixes, mais là, ce sont essentiellement des images en mouvement. C’est un peu lumineux ici, alors je vais fermer les rideaux, » déclarai-je.

Un verre et du pop-corn auraient été bien, mais je ne voulais pas en renverser sur mon lit.

C’est ainsi que la vidéo avait commencé à être diffusée. C’était un film pour un anime bien connu et apprécié des enfants et des adultes de tout le Japon. Beaucoup de familles l’avaient regardée ensemble, et beaucoup de gens qui l’avaient regardée en grandissant l’avaient encore appréciée jusqu’à l’âge adulte. Puisqu’elle aimait les beaux livres d’images, j’étais sûr qu’elle aimerait celui-là aussi.

Bien sûr, elle avait émis un bruit excité alors que la joyeuse musique d’ouverture s’était mise à jouer. Le tempo joyeux et le ton léger s’adressaient aux enfants, mais l’elfe avait élargi ses yeux avec joie.

« Cette musique est si mignonne…, » dit-elle, puis se pencha un peu plus près.

Malheureusement, ma télé n’était pas très grande parce qu’elle était conçue pour une seule personne. Mais elle ne tiendrait pas dans ma chambre si elle était trop grande, alors je n’y pouvais pas grand-chose. Ce n’était pas vraiment un problème si nous le regardions de près de toute façon.

Le ciel bleu s’était affiché à la fin de la musique, puis cela avait lentement commencé à présenter les personnages. J’avais particulièrement apprécié les expressions des personnages. Ils pourraient même évoquer l’ennui ou la paresse avec une simple expression. Cela faisait partie de ce qui rendait les personnages plus humains, même s’ils n’étaient que des personnages dans un anime.

Personnellement, je n’avais pas beaucoup regardé d’anime, mais la vivacité des personnages à eux seuls le rendait agréable. La jeune fille, elle aussi, semblait immergée alors qu’elle fixait et clignait des yeux de façon répétée.

« Les photos… Tu avais raison, ils bougent… est-ce de la magie ? » demanda Marie.

« Non, je pense que c’est surtout dessiné à la main. Un tas de gens se sont réunis et ont fait chacun de ces tableaux en mouvement, » déclarai-je.

Je ne pensais pas que même la magie pouvait faire quelque chose comme ça. C’était empli par l’âme du créateur, qui était au cœur de toute bonne histoire, et c’est ce qui attirait tant ses spectateurs. C’était comme un livre d’images dans ce sens, et l’elfe était entraîné dans l’histoire, qu’elle le veuille ou non.

Il n’y avait pas de magie dans mon monde, mais il y avait quelque chose qui n’était pas trop loin. Ces mondes créés dans ces histoires fictives avaient une sorte de charme mystérieux qui leur était propre.

« Qu’est-ce qu’ils disent, ces gosses ? Tu peux me le dire, Kazuhiho ? » demanda Marie.

Elle me regardait, moi et l’écran de télévision en étant agité, et il était clair qu’elle était captivée. Je voulais qu’elle s’intéresse davantage au japonais, alors je n’avais pas tout expliqué. Je lui avais raconté le déroulement de l’histoire, puis je l’avais laissée comprendre le reste à partir des actions de chaque personnage. Elle semblait comprendre un peu ce qu’ils disaient, hochant la tête de temps en temps en réponse à ce qu’elle voyait dans l’histoire. Elle avait agi avec tranquillité pendant les scènes paisibles et avait réagi avec surprise devant les personnages mystérieux. En un rien de temps, elle s’était intéressée aux jeunes protagonistes.

« Hehe, cette personne me fait penser à toi. Son visage endormi ressemble au tien, » déclara Marie.

« Hein, tu crois ça ? Je pense qu’il est plus éveillé que moi, » répondis-je.

Nous avions continué à regarder et à rire ensemble, et elle avait tiré sur ma poitrine en me demandant de lui expliquer quelque chose. En répétant cela, nous nous étions naturellement retrouvés dans une position où je la tenais dans mes bras. Son corps doux et mince s’appuyait sur le mien, et ses beaux cheveux blancs touchaient mon menton. Mon corps s’était finalement réchauffé en regardant le film dans le confort.

« C’est presque comme si j’étais dans l’histoire…, » la fille parlait doucement, d’un ton lent et détendu.

« Oui, je connais ce sentiment. C’était pareil pour moi aussi, » répondis-je.

Ma voix était plus calme que d’habitude, et l’elfe leva légèrement les yeux vers moi. J’avais aussi détendu mon corps et commencé à apprécier le film avant de le réaliser.

Cependant, avec une bonne histoire, les conflits étaient encore plus graves.

Alors que la nuit s’installait, l’ambiance distincte du Japon après la tombée de la nuit s’était manifestée, et le corps de l’elfe s’était tendu. La solitude dépeinte par le protagoniste marchant seul semblait s’étendre à Marie, et elle me serrait dans ses bras. Son corps doux était pressé contre le mien, et je sentais son cœur battre comme celui d’un petit oiseau. Elle avait un parfum quelque peu doux en elle, et le fait d’être si près d’elle rendait l’arôme d’autant plus proéminent. J’avais réfréné les sentiments qu’elle invoquait et je l’enlaçais doucement dans le dos, puis je lui chuchotais à voix basse au-dessus de sa tête comme si j’étais le narrateur.

« Ah ! »

Elle avait fait entendre sa voix alors qu’un mignon personnage se joignait à l’histoire. C’était le genre de créature qu’elle aimait, et cela l’avait fait me tenir dans ses bras avec un peu plus de force. Elle était complètement absorbée par l’histoire, et son regard allait et venait de la télévision à mon visage avec un regard qui me demandait d’expliquer ce qui se passait. Je ne savais pas pourquoi, mais ça me donnait envie de rire.

Les personnages avaient finalement surmonté leur conflit au cours d’épreuves, et la jeune fille avait poussé un soupir de soulagement lorsque c’était arrivé à une heureuse conclusion. Son corps s’était finalement éloigné, ce qui était un peu dommage, mais j’étais aussi heureux de voir les sourires heureux sur les visages des personnages.

La même chanson d’ouverture avait été jouée en finale, et j’avais souri en voyant Marie se balancer la tête d’un côté à l’autre en même temps que la musique joyeuse. Elle avait continué à regarder jusqu’à ce que la musique se termine, et quand le message de fin était apparu à l’écran, elle avait finalement été autorisée à quitter le monde de l’histoire.

Elle n’avait pas bougé un instant, alors je lui avais demandé. « Comment était-ce ? » Mais c’était peut-être une question inutile à poser. Elle avait un regard rêveur quand elle s’était finalement tournée vers moi, et il semblait qu’elle comprenait maintenant l’attrait de regarder des films.

« Oui, c’était très divertissant. Je n’ai pas compris la plupart des conversations, mais je suis heureuse d’avoir pu en faire l’expérience, » déclara Marie.

Après ça, elle m’avait sauté dans les bras comme pour exprimer sa bonne humeur. Peut-être qu’elle avait été revigorée en regardant le film parce qu’il y avait une quantité surprenante de puissance dans son mouvement, et j’avais fini par être poussé vers le bas sur le lit. Elle s’était assise sur mon ventre et m’avait regardé avec ses yeux violets et brillants.

« C’était comme si ces photos étaient vivantes. Quel sentiment étrange ! » déclara Marie.

« Ouaip. C’est parce que ce n’était pas que des images, c’était une histoire, » chuchotais-je à la fille qui pressait sa joue contre ma poitrine avec une expression fascinée.

J’avais alors envie de toucher ses cheveux blancs et fluides, et j’avais poussé doucement quelques mèches derrière son oreille avec mon doigt. Elle semblait l’apprécier, car ses yeux se rétrécissaient en laissant échapper un souffle chaud.

« Oui… Hmm… Ah… J’aime aussi les livres, mais j’aime mieux utiliser mon imagination. Parce que l’imagination est illimitée, tu sais ? Je pense que ce que nous avons vu, c’était plutôt comme si on nous montrait le monde de l’imagination de quelqu’un d’autre, » déclara Marie.

« Ah, c’est une façon simple, mais intéressante de le dire. Il existe de nombreuses formes de divertissement comme ça au Japon. Je pense que tu pourrais en apprécier beaucoup d’autres une fois que tu auras appris le japonais. Il y aura tant de choses à savourer que tu ne pourras pas tous les compter, » déclarai-je.

L’elfe leva soudain la tête et afficha un sourire radieux.

« Je vais à tous les coups l’apprendre. C’est vraiment dommage que je ne puisse pas les comprendre maintenant, et ça me rend triste. Dis-moi, est-ce que c’est quelque chose que je peux apprécier à nouveau ? J’aimerais le revoir si possible, » déclara Marie.

« Ouais, tu peux le regarder autant de fois que tu le veux. Je vais te montrer comment utiliser la télécommande. Je vais nous préparer un repas léger. Alors vas-y et fais-toi plaisir, » déclarai-je.

C’était bon à entendre. Il semblait qu’elle s’intéressait maintenant à la fois à l’anime et à la littérature en japonais.

Ça faisait un moment, mais j’avais aussi aimé le regarder avec elle. Mais le plus amusant, c’était de voir ses réactions.

***

Alors que je me préparais dans la cuisine, cette joyeuse chanson d’ouverture avait recommencé à jouer. J’entendais les murmures de l’elfe, et quand je m’étais retourné, je l’avais vue se balancer en même temps que la musique. J’avais failli rire face à cette vue précieuse, mais j’avais besoin de résister à l’envie et de me concentrer sur la cuisine. S’il n’y avait personne d’autre autour de moi, j’aurais probablement déjà été en train de rire.

Je voulais faire quelque chose à manger en regardant des films, alors j’avais opté pour des pancakes. C’était facile à faire, et j’avais déjà du miel que je pouvais utiliser.

Pendant que je cuisinais, Marie me posait des questions depuis le lit, comme la signification de certains mots et phrases, ainsi que les nuances détaillées de leur usage. Une chose que j’avais remarquée, c’était qu’elle n’avait jamais demandé la même chose deux fois. Elle avait un esprit brillant pour commencer, et elle avait maintenant le monde charmant à l’écran pour guider sa motivation. Elle entassait pratiquement toutes les informations qu’elle pouvait auparavant, mais de cette façon, elle apprenait naturellement tout en s’amusant. J’étais sûr qu’elle acquérait des connaissances comme une éponge qui absorbait l’eau de cette façon.

Oui, j’ai fait le bon choix.

J’avais placé un plateau sur ses genoux et je lui avais fait manger les pancakes qui avaient été coupés en portions. Bien qu’elle soit absorbée par l’histoire, elle en avait sorti un « siiii délicieux ! » et avait fait apparaître un adorable sourire.

Après avoir apprécié l’anime et les pancakes, elle était retournée sur le lit. Elle s’était tortillée de gauche à droite, puis m’avait tendu la main à mesure que je m’approchais.

« Désolé, je suis si contente que je ne peux plus me lever maintenant. Peux-tu m’aider ? » demanda-t-elle.

J’avais ri et je lui avais dit que j’en serais ravi, puis je lui avais pris sa main mince et je l’avais mise en position assise au bord du lit. J’avais toujours pensé qu’elle ressemblait à une poupée, mais elle l’avait vraiment fait à ce moment-là.

Elle poussa un soupir rêveur, puis me regarda avec les yeux à moitié ouverts.

« Cette campagne était si belle, avec un paysage nocturne si merveilleux. Était-ce aussi une partie du Japon ? » demanda Marie.

« Oui, mais je pense que c’était il y a longtemps. En fait, je pense que la maison de mon grand-père ressemble à cet endroit, » répondis-je.

Les yeux de Marie s’ouvrirent et elle me fixa. Son expression avait changé depuis une minute, et elle était maintenant pleine d’attente.

Hmm, j’avais prévu de l’emmener quelque part pendant mes vacances en mai, alors c’était peut-être l’endroit où aller.

« Alors, ça te dirait d’y aller pour mes vacances le mois prochain ? Nous devrons faire un petit voyage avant pour t’y habituer, » déclarai-je.

« Oh, oh, je veux y aller ! Enfin, si je ne dérange personne…, » répondit Marie.

Elle semblait mourir d’envie d’y aller, mais elle était en même temps assez mûre pour être attentionnée.

Mais j’avais déjà pris ma décision. Elle était clairement impatiente de partir, alors quel genre d’homme serais-je si je n’y arrivais pas ?

« Alors, allons à la campagne où vit ma famille. J’espère que tu l’attends avec impatience, Marie, » déclarerai-je.

Son visage semblait briller de joie lorsqu’elle s’était penchée vers moi pour me serrer dans ses bras.

Je sentais totalement ses seins quand elle se pressait contre moi par devant comme ça, et, eh bien… cela m’avait juste fait se figer maladroitement.

Alors que Marie prenait un bain ce jour-là, j’avais entendu la chanson thème de l’anime qui venait de la salle de bain. C’était tellement adorable, je suspectais qu’elle essayait de me briser le visage en me faisant sourire si intensément. Heureusement, elle ne pouvait pas me voir, alors j’avais pu m’en sortir en souriant comme un idiot.

J’avais gloussé tout en continuant à cuisiner.

Ce soir, je faisais du curry avec un peu plus de piquant. J’avais ajouté du garam masala aux oignons au fur et à mesure qu’ils commençaient à perdre leur opacité, et un arôme appétissant avait rempli la cuisine.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Apprendre le japonais en regardant un animé, ce n'est pas si facile 🙂

Laisser un commentaire