Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 1 – Chapitre 5

***

Épisode 1 : C’est Gyoza, Mademoiselle l’Elfe

***

Épisode 1 : C’est Gyoza, Mademoiselle l’Elfe

Partie 1

J’avais entendu dire que pour les anglophones, la langue japonaise était l’une des langues les plus difficiles à apprendre. Il y avait même eu des efforts de la part des Japonais pour simplifier la langue au fil du temps, ce qui voulait dire qu’elle était encore plus difficile à l’époque.

En tout cas, la vue dans ma chambre était devenue très intéressante. Et par ma chambre, j’entendais mon appartement 1DK à Koto Ward, Tokyo, où une elfe d’un monde fantastique était assise sur mon lit.

Ses longs cheveux blancs étaient toujours soyeux et humides, même sans appliquer d’huile. Pourtant, elle n’avait presque rien fait pour s’en occuper, ce qui m’avait fait me demander si les humains et les elfes différaient jusqu’à leurs cheveux.

Ses yeux étaient pleins d’intelligence, d’une couleur pourpre pâle comme deux améthystes. Quiconque la voyait se réveiller serait sûrement ravi, comme si une fleur colorée s’épanouissait au moment où elle se réveillait.

« A-I-U-E-O... »

Mais à ce moment-là, il semblait qu’une partie de son charme avait disparu. Ses cheveux étaient un peu effilochés et les vêtements minces qu’elle portait à l’intérieur étaient plissés de partout. Elle écrivait dans son cahier en écoutant les sons provenant de la télévision. Apparemment, c’était sa façon d’étudier le japonais en apprenant la prononciation et les lettres en même temps.

J’avais regardé sa méthode d’étude agressive en rentrant du travail, et j’avais desserré la cravate de mon costume.

« Je suis rentré à la maison. J’ai du bœuf haché en solde, alors je vais faire du gyoza. Tu veux de l’alcool, Marie ? » demandai-je.

« Gyo, za ? Hmm, je ne suis pas sûre. En fait, je me soûle assez facilement. Je vais prendre quelque chose de facile à boire, si ça ne te dérange pas que je dise des choses absurdes, » déclara Marie.

J’avais déjà le sentiment qu’elle serait un poids plume...

Aujourd’hui, c’était vendredi, ma soirée préférée de la semaine, alors je me sentais plutôt bien. J’avais mis les ingrédients que j’avais achetés dans le réfrigérateur, en organisant le compartiment à légumes en pensant à la demande de Marie.

Quelque chose de facile à boire, hein...

Je pensais que le vin serait mon meilleur choix comme alcool auquel une elfe d’un autre monde serait habituée. Le vin blanc devrait aussi aller bien avec le gyoza, et je pourrais même sortir un peu de fromage.

En la regardant, elle avait l’air d’être une fille mineure, mais belle. Mais c’était une elfe de plus de cent ans, ce qui la rendait bien au-delà de l’âge légal pour boire... ou du moins je le pensais.

Ouais, probablement...

Il n’y avait pas de lois spéciales qui ne s’appliquaient qu’aux elfes, il n’y avait donc pas lieu de s’en faire.

Comme ces pensées me traversaient l’esprit, l’elfe en question me parlait.

« Kazuhiho, je suis Mariabelle. »

J’avais été surpris par son Japonais instable. J’avais failli faire tomber mon paquet de bœuf haché, mais je l’avais attrapé en plein vol. Voyant cela, l’elfe avait fait un sourire satisfait.

« N’as-tu pas commencé à étudier il y a deux jours ? As-tu déjà commencé à apprendre à faire des phrases complètes ? » demandai-je.

« Non, j’ai juste appris en premier des répliques qui pourraient être utiles. Ma méthode est d’apprendre d’abord une phrase, puis de développer le langage à partir de là, » déclara Marie.

Le sourire heureux de la jeune fille s’était élargi au fur et à mesure que ma surprise grandissait. Son sourire était plus beau que celui que j’avais vu lorsque je l’avais rencontrée pour la première fois, et il ressemblait à une épée qui me transperçait le cœur quand il m’avait surpris. Elle n’avait probablement même pas réalisé à quel point son sourire pouvait être puissant.

« Développe-le à partir de là, hein ? Je crois que je vois où tu veux en venir. Quand j’apprends le langage d’une autre espèce, je commence par trouver un point de départ. Ensuite, j’ai en quelque sorte étendu mes connaissances à l’extérieur et j’ai rempli les blancs à partir de là, » déclarai-je.

J’avais versé du vin blanc dans mon verre pour goûter, puis j’étais allé dans ma chambre. La seule chose qui la séparait de la cuisine était une armoire basse, alors Marie m’avait tout de suite remarqué et avait levé les yeux.

« Oh, tes vêtements sont si jolis et gentleman. Puis-je les sentir ? » demanda Marie.

« Quoi ? Tu veux dire mon costume ? J’allais te faire sentir le vin... Tu sembles avoir un peu un fétichisme des odeurs, n’est-ce pas, Marie ? » demandai-je.

« Comme c’est grossier. Il n’y a rien d’étrange à sentir des choses que tu ne connais pas. Maintenant, viens ici pour que je puisse te sentir, » déclara Marie.

Cela ressemblait vraiment beaucoup à un fétichisme des odeurs selon moi... mais je ne l’avais pas dit à voix haute. Je m’étais déplacé vers elle sans autre protestation, puis elle m’avait attrapé par le tissu autour de mon ventre et avait commencé à me renifler.

Hmm, se faire sentir par une jolie fille me semble étrange...

Elle avait enfoui son nez dans ma chemise et je sentais l’air qu’elle respirait et expirait. Cela me chatouillait, mais étrangement, la voir rétrécir ses yeux de manière heureuse ne me faisait pas me sentir mal du tout.

« Merci, je suis satisfaite maintenant. Et... C’est vrai, le verre a l’air d’aller aussi. On dirait qu’il n’y a pas non plus d’additifs, » déclara Marie.

« Oh, tu veux dire les trucs qu’ils ont mis pour cacher l’odeur ? Je ne les supporte pas non plus. Je préfère boire de l’eau plutôt que de payer pour ça, » répondis-je.

Marie acquiesça d’un signe de tête, puis s’était assise sur le lit. Ensemble, nous avons choisi le pyjama ayant la couleur des cerisiers qu’elle portait, et elle aimait beaucoup le tissu qui n’irritait pas sa peau. Elle avait passé beaucoup de temps à traîner dans l’appartement depuis.

J’avais regardé dans le cahier sur le lit, et il contenait diverses notes écrites à l’intérieur, comme l’alphabet et le salut qu’elle m’avait dit plus tôt. Il semblait qu’elle voulait d’abord apprendre toutes les bases. J’avais feuilleté les pages et prononcé quelques mots que j’avais déjà entendus quelque part.

« On dit qu’il faut plus de 2 000 heures pour apprendre une langue radicalement différente de celles que tu connais. Ce qui signifie que même si tu parles dix heures par jour, cela prendrait plus de 200 jours pour apprendre une langue, » déclarai-je.

« Hmm. Alors je suppose que ça veut dire que ça me prendrait deux fois moins de temps. Peut-être encore moins si j’essaie vraiment. Je vais donc me fixer comme objectif de pouvoir tenir une conversation dans un délai de deux mois, » déclara Marie.

J’avais été surpris par sa confiance, puis j’avais réalisé d’où elle venait. Elle m’avait pour parler japonais, et tant que nous allions ensemble dans le monde du rêve, elle pouvait étudier pendant qu’elle dormait. Ajoutez son intelligence au mélange, et c’était tout à fait plausible.

Mais en même temps, il y avait une question qui me venait à l’esprit...

« Je me demandais pourquoi tu veux apprendre le japonais. Il ne te sera d’aucune utilité dans ton monde, et ce n’est pas comme s’il te faisait obtenir une reconnaissance de la part de la Guilde des sorciers, » déclarai-je.

« Parce que je pense que ce pays est merveilleux. C’est un peu bruyant, mais j’aime le paysage magnifique, la tranquillité, la nourriture délicieuse et le confort que l’on y trouve. Pour quelle autre raison aurais-je besoin d’apprendre la langue maternelle ici ? » demanda Marie.

J’étais content de voir qu’elle semblait vraiment aimer le Japon. Et si elle apprenait vraiment la langue, nous pourrions aller au cinéma ou jouer ensemble. Ça avait l’air très amusant, alors j’avais décidé de faire ce que je pouvais pour l’aider.

Mais quand j’avais commencé à me diriger vers la cuisine, je m’étais figé. Je venais de réaliser que ses paroles signifiaient qu’elle vivrait avec moi pendant au moins deux mois. J’avais du mal à contenir la joie enfantine qui se répandait en moi. Cela avait dû se voir sur mon visage, parce qu’elle me regardait droit dans les yeux... mais il n’y avait aucun moyen que j’allais m’expliquer.

« En tout cas, tu dois être fatiguée. Pourquoi ne prends-tu pas un bain ? J’aurai un bon repas prêt pour toi quand tu sortiras, » déclarai-je.

« Hehe, merci. J’ai hâte de voir ce que tu vas faire avec la nourriture “gyotzah”, » déclara Marie.

Je voulais la corriger et lui dire que c’était du « gyoza », mais je ne pouvais rien dire quand elle m’avait sauté dessus et m’avait serré dans ses bras en les plaçant autour de la taille.

C’est une adorable elfe... !

Bien que dans environ 45 minutes, cette beauté elfique serait en train de crier, « Délicieux ! »

 

***

Pendant que je préparais des bentos pour notre aventure, Marie s’appuyait sur le dossier d’une chaise avec la moitié de ses fesses placées sur le siège. Elle avait toujours un esprit intellectuel en elle, mais elle semblait un peu au-dessus des nuages grâce à la combinaison d’une nourriture savoureuse et de vin blanc. Elle s’était assise là avec un regard rêveur bien visible sur son visage, puis elle m’avait parlé avec des mots légèrement bafoués.

« Hehe, c’était délicieux, Kazuhiho... Je tiens à te remercier du fond du cœur..., » déclara Marie.

« Je suis content que ça corresponde à ton palais d’elfe. Ce n’est pas cher à faire, alors fais-moi savoir si tu en veux encore, » déclarai-je.

Les ingrédients ne coûtaient pas cher, mais le seul inconvénient était qu’il avait fallu un certain temps pour envelopper les garnitures avec des emballages gyoza. Mais j’étais de bonne humeur parce que c’était vendredi, et c’était amusant de voir sa réaction, donc ça ne me dérangeait pas le travail supplémentaire.

« Whaaaa, c’était inespéré !? Je ne comprends pas la nourriture de ce pays... Mais c’est bon, j’en suis très contente, » déclara Marie.

Elle se levait partiellement, mais son corps s’était de nouveau affaissé. Elle avait l’air plutôt satisfaite d’après son visage. Je pouvais voir son nombril sortir de son pyjama ébouriffé, mais j’avais décidé de ne rien lui dire parce qu’elle venait de me faire un compliment.

La façon tordue dont elle parlait à cause des effets de l’alcool était en fait assez mignonne, et cela m’avait donné envie d’ajouter d’autres boissons à notre menu du dîner à partir de maintenant.

Tandis que je réfléchissais à cette pensée, la jeune fille tourna les yeux vers moi en posant sa tête sur le dossier de la chaise.

« Kazuhihooo... Est-ce vrai que tu es de niveau 72 ? » demanda Marie.

« Ouais, c’est toujours la même chose que quand je te l’ai dit avant. Je ne t’ai jamais demandé ça, mais à quel niveau es-tu, Marie ? » demandai-je.

« ... Vingt sept... Écoute, je ne veux pas que tu te fasses de fausses idées. C’est juste très difficile de monter en niveau tout en apprenant à la fois la Magie de l’Esprit et la Sorcellerie. Cela fait de moi une classe connue sous le nom de Sorcière Spirituelle, qui ne peut être atteinte que par quelques privilégiés. J’ai même entendu dire que mon prédécesseur était déjà décédé il y a longtemps, » déclara Marie.

Quelque chose que j’avais dit avait dû la déranger, parce que ses sourcils étaient plissés. Elle parlait assez vite maintenant, mais j’avais presque cru qu’elle cherchait des excuses.

« Une sorcière spirituelle, hein. Ça a l’air impressionnant. Je peux t’emmener dans un endroit de chasse recommandé, si tu veux. Avec tes compétences, je pense que tu pourrais gagner au moins cinq niveaux dans la première journée, » déclarai-je.

Je lui avais fait cette suggestion, mais elle n’avait pas répondu pendant un moment. En attendant sa réponse, j’avais emballé les restes du dîner dans des boîtes à bento et je les avais laissés refroidir. J’avais commencé à faire la vaisselle et j’avais fini par voir l’elfe se lever du coin de l’œil.

« ... Il m’a fallu soixante-dix ans pour atteindre ce niveau. Même si c’est toi, je serais en colère si tu dis ça pour m’embêter, » déclara Marie.

« Mais j’ai juste besoin d’attirer des mobs et de te laisser les finir, non ? J’ai pensé que ce serait facile si on commençait avec des monstres autour du niveau 40, » déclarai-je.

Je pensais que ce serait une tâche simple, mais j’avais peut-être tort. Je m’étais tourné vers l’elfe et j’avais incliné la tête de manière interrogative, et je l’avais trouvée me regardant avec des yeux légèrement écarquillés.

 

***

Marie se glissa joyeusement sous les couvertures de mon lit, faiblement éclairée par la lumière du jour, et j’entrai dans le lit après elle. J’avais compris de quoi ça aurait l’air pour un étranger, mais nous devions le faire pour aller dans l’autre monde.

Aujourd’hui, j’avais le devoir supplémentaire de l’aider à augmenter en niveau. Si je n’étais pas capable de le faire, je serais probablement rétrogradé à un simple dormeur qui ne pourrait pas tenir parole.

Mais... J’avoue qu’il n’était probablement pas nécessaire que je regarde ses fesses pendant qu’elle se mettait au lit. Je ne voulais pas m’excuser, mais en tant qu’homme, je n’avais pas le choix. Ouais, c’était ça.

« Je vais juste mettre le bento ici... Hmm, mais cela peut un peu sentir parce que c’est du gyoza, » déclarai-je.

« Il n’y a pas de raison de s’inquiéter. On ne pensera qu’à sa délicatesse quand on la mangera. Bien que ce soit dommage, il ne sera pas aussi croustillant qu’il l’était lorsqu’il était fraîchement cuit, » déclara Marie.

« C’est dommage, mais rien ne vaut la nourriture fraîchement cuite. J’ai fait du riz frit, qui est encore bon quand il est froid, donc tu pourras goûter à ça, » déclarai-je.

La fille avait souri dans l’obscurité. Elle devait vraiment avoir hâte au bento, parce qu’elle avait mis son bras autour de mon cou et s’était approchée de moi. Je l’avais aussi rapprochée, et on s’était écoutés mutuellement.

C’était peut-être le corps chaud à côté de moi, mais je m’étais endormi beaucoup plus vite dernièrement. Je me demandais si je serais encore capable de dormir comme ça quand elle ne sera plus là... mais c’était probablement la partie lâche de mon discours.

Je pouvais entendre son cœur battre doucement et sentir ses bras et ses jambes minces s’entrelacer avec les miens sous la couverture. Mes paupières devinrent plus lourdes grâce au confort de son étreinte chaleureuse.

Zzzzz...

Comme si je sombrais dans l’eau, ma conscience était vite tombée dans un rêve. Toujours en nous enlaçant, nous avions voyagé au plus profond du monde des rêves... ou plutôt, dans un autre monde. Tout en espérant une autre journée pleine d’amusement et de joie...

***

Partie 2

*Pi, Pi, Pi, Pi.*

J’avais ouvert les yeux d’un air grognon, et j’avais alors trouvé un petit oiseau qui sautillait dans un champ d’herbe comme s’il s’agissait d’une petite promenade. C’était un oiseau connu sous le nom de lupul, et son régime principal était constitué d’insectes trouvés dans les arbres. Ils n’étaient pas si rares, mais il était rare de les voir de près en raison de leur nature timide.

Comme d’habitude, j’avais pris des miettes de pain dans ma poche, puis je les avais dispersées vers le petit visiteur tout en m’allongeant. Il m’avait fait un petit pépiement en guise de remerciement, puis il avait ramassé une miette avec son bec et il s’était envolé.

C’était peut-être parce que nous avions bu tant de verres hier soir, mais à en juger par l’angle du soleil, il semblait que la matinée était sur le point de se terminer.

« Quel oiseau mignon... ! N’étais-tu pas aussi en train de nourrir un oiseau, Kazuhiho ? » demanda Marie.

J’avais entendu un murmure à l’oreille, alors je m’étais frotté mes yeux endormis et m’étais tourné vers la source. Là, j’avais vu une paire de lèvres s’ouvrir et bâiller d’une manière mignonne. Elle était de petite taille, mais ses lèvres étaient vibrantes et attrayantes comme une fleur, et les regarder me réchauffait les joues.

C’est vrai, on se réveille de la même façon qu’on s’endort...

J’avais besoin de rester sur mes gardes ou mon cœur sauterait un battement en raison de la surprise. La vue d’une elfe le matin était si belle que cela m’avait pleinement réveillé.

J’avais pris discrètement une grande respiration, puis je lui avais répondu.

« J’ai tendance à les nourrir chaque fois que je les vois à proximité. Mais bon, bonjour, Marie. As-tu bien dormi ? » demandai-je.

« Oui, bien sûr. Hehe, bien que nous nous soyons juste endormis de l’autre côté, » déclara Marie.

J’avais enlevé la couverture toute neuve, puis j’avais pris sa main pour qu’elle se lève en même temps que moi. J’avais regardé autour de moi pour trouver les champs d’herbe qui s’étendaient tout autour de nous, et il y avait une ferme au loin. Il devait y avoir un village tout près.

« Oh, ouais, on a décidé de dormir ici quand il a fait nuit. J’ai l’impression de prendre l’habitude de camper après tout le temps que je passe avec toi..., » déclara Marie.

« Et dire que tu te moquais de moi pour ça. Tiens, Marie, ta boisson et ton bento, » déclarai-je.

Elle m’avait remercié en les prenant, et nous avions chacun mis nos repas dans nos sacs. Nous avions répété le processus plusieurs fois maintenant, alors il semblait que nous nous étions habitués à la routine.

Avec nos bagages bien emballés, j’avais sorti une carte un peu simple et je l’avais étalée devant nous. C’était un produit bon marché qu’on pouvait acheter n’importe où. Alors ça ne me dérangeait pas si elle était un peu imprécise.

« L’endroit de chasse dont j’ai parlé tout à l’heure est par ici. Ce sont les ruines qui sont à deux pays d’ici, le Pic d’Ujah, » déclarai-je.

« Ne me dis pas que tu veux qu’on y aille à pied ? Cela prendrait au moins une semaine, même en calèche, » déclara Marie.

« Non, je vais utiliser une technique de déplacement. Comme tu le sais, je voyage tout le temps, je suis plutôt doué pour ces choses-là, » déclarai-je.

En termes simples, mes capacités à me déplacer pouvaient être divisées en « mouvement à longue portée » et « mouvement à courte portée ». Le mouvement à longue distance me permettait de voyager une fois par jour en chantant le nom du dieu du voyage jusqu’à son monument. Ensuite, le temps qu’il fallait pour se rendre à destination changeait en fonction de la distance à parcourir. Le mouvement à courte portée permettait traditionnellement de se déplacer jusqu’à un point dans son champ de vision, mais je l’avais fortement modifié pour l’adapter à mes besoins, de sorte qu’il ne serait pas très utile cette fois-ci.

« Hein, tu as mis à niveau un ensemble inhabituel de compétences, » déclara Marie. « La plupart des gens choisiraient d’entraîner des compétences plus adaptées au combat. Je suppose que les individus qui passent tout leur temps à voyager ont tendance à être étranges d’une certaine façon. »

« Mais je pense que les capacités de mobilité sont assez fortes. Il semble avoir une mauvaise réputation parce qu’elles sont surtout acquises par les marchands ambulants. Les capacités de mouvement sont limitées par le poids, mais ça devrait aller parce que tu es si légère, » déclarai-je.

J’avais caressé le bracelet sur mon poignet, et un écran de statut était apparu devant moi. C’était probablement à cause de ces effets de jeu que je ne pensais pas que ce monde pouvait être un monde qui existait vraiment quelque part. Les habitants d’ici y étaient habitués, mais j’avais l’impression que le monde entier était géré par une entité. Je ne l’avais pas remis en question, car je ne pouvais pas faire grand-chose pour en savoir plus, mais j’aimerais bien résoudre le mystère un jour.

Mon objectif pour la journée était d’aider l’elfe à monter de niveau. Avec cette pensée, j’avais tendu la main à Marie, qui était toute prête à partir.

« D’accord. Allons-y, Marie. Accroche-toi bien, » déclarai-je.

« Oui, je suis prête. Mais je dois dire que je suis surprise que tu puisses couvrir la distance de deux pays. Tu pourrais probablement utiliser tes compétences pour gagner autant d’argent si tu le veux, » déclara Marie.

« C’est bon, je préfère ne pas travailler dans mes rêves. OK, c’est parti... Trayn, le guide du voyage, » déclarai-je.

Au moment où j’avais activé la compétence, le paysage s’était estompé en une image vague. Les champs d’herbe s’étaient déformés et étaient devenus translucides, et le sol sous nous avait disparu.

« Kyaaaa ! » cria Marie.

J’avais entendu le cri aigu de Marie, et nous étions tombés d’un coup dans un monde souterrain...

Le monde s’était assombri autour de nous. Je me tenais debout, tenant Marie de côté dans mes bras, et j’avais fini par atterrir sur un sol solide. La descente soudaine avait dû l’effrayer, car je la sentais trembler alors qu’elle s’agrippait à moi. Je lui avais doucement tapoté l’épaule pour lui faire savoir que tout allait bien maintenant.

Elle avait timidement levé la tête, et je soupçonnais que notre environnement pourrait la surprendre. C’était presque comme une grotte géante, mais nous étions enveloppés dans l’obscurité totale, à l’exception des quelques trous d’où l’on pouvait voir la végétation.

Alors que je levais les yeux vers l’éclat du ciel bleu qui était encore visible, notre environnement s’était lentement mis à s’accélérer. La lumière devant nous s’était dissipée derrière nous, et Marie l’avait suivie de ses yeux.

Voooooooom...

La sensation de voyager dans l’obscurité totale à des vitesses extrêmes ressemblait un peu à celle d’un train dans le métro. Mais voyant comment les cheveux de Marie s’étaient à peine déplacés, il semblait que le vent et l’accélération étaient assez doux. Elle semblait enfin s’y habituer en relâchant la force de ses doigts qui m’agrippaient.

 

 

« Wôw... Incroyable... Il fait nuit noire, mais c’est comme si on se déplaçait vers une autre ville à toute vitesse. Les commerçants voient-ils ce paysage tout le temps ? » demanda Marie.

« Je suis sûr que certains d’entre eux le font. Il faut beaucoup de temps pour apprendre cette compétence, alors il faudrait probablement qu’ils décident de devenir un commerçant itinérant à un jeune âge, » répliquai-je.

Pendant que je parlais, j’avais mis la fleur que j’avais cueillie plus tôt dans la poche intérieure de ma chemise. Il était de coutume d’offrir une fleur cueillie au cours d’un voyage en arrivant au monument, et j’avais secrètement trouvé cette pratique agréable.

Comme je l’avais mentionné, ceux qui avaient décidé de devenir un commerçant itinérant à un jeune âge étaient très susceptibles d’apprendre cette compétence. Mais il y en avait beaucoup qui n’aimaient pas voyager en raison de sa nature épuisante. Par conséquent, seuls quelques-uns d’entre eux avaient réellement mis cette capacité en pratique.

Marie semblait à l’écart de ce spectacle inhabituel, puis elle avait finalement semblé se rendre compte qu’elle était tenue latéralement. Elle avait chuchoté qu’elle allait bien maintenant, alors je l’avais finalement descendue sur le sol noir.

« Reste près de moi, au cas où. Il semble que nous soyons bons quant à la limite de poids, mais je ne sais pas ce qui arriverait si tu t’éloignais trop de moi. D’habitude, je voyage seul, après tout, » déclarai-je.

L’elfe hocha la tête.

Il y avait de l’obscurité tout autour de nous alors que nous dérivions à grande vitesse. La lumière s’infiltrait parfois de l’extérieur, mais elle dérivait tout de suite derrière nous avec un vooom !

La jeune fille semblait déjà habituée à la vue, et sa robe vacilla en se retournant.

« Je n’aurais jamais pensé que le mouvement sur de longues distances était si utile. Combien de temps nous faudra-t-il pour passer de l’autre côté ? » demanda Marie.

« Hmm... Avec cette distance, je dirais une vingtaine de minutes. Cela varie beaucoup, et j’ai entendu dire qu’il y a des gens qui ont passé environ un an ici, » déclarai-je.

Elle semblait un peu effrayée par mon commentaire. Les dieux avaient tendance à être inconstants, il n’y avait donc pas grand-chose que vous puissiez faire à ce sujet. Mais l’expression aux yeux ronds sur son visage était plutôt hilarante, et j’avais dû me couvrir la bouche pour cacher mon rire.

« Il n’y a pas de quoi rire... Bien que je suppose que nous sommes un cas spécial. S’il se passe quelque chose, nous pourrions tout simplement retourner au Japon. Il y a ce phénomène qui change aussi notre lieu de réveil si nécessaire, » déclara Marie.

« Exactement. Peux-tu me montrer ton écran d’état, Marie ? Je veux être efficace avec ta montée de niveau, » déclarai-je.

« Je suppose que je peux, mais promets-moi de n’en parler à personne. Tu ne le sais peut-être pas, mais j’ai beaucoup de rivaux avec qui je suis obligé de traiter, » déclara Marie.

La Guilde des Sorciers avait apparemment un système de classement basé sur les niveaux. Avec la précieuse classe de Marie, la Sorcière Spirituelle, elle était sûre d’obtenir beaucoup d’attention négative de la part de ceux qui l’entouraient. Ils avaient dû se baser sur des niveaux parce qu’ils ne pouvaient pas la battre en importance ou en capacités. C’était aussi la raison pour laquelle elle me disait toujours à quel point elle était occupée. Mais la guilde des sorciers avait l’air plutôt crasseuse et effrayante. Cela m’avait fait plaisir d’éviter les règlements en général, et j’avais soupiré mentalement de soulagement.

Marie avait caressé le bijou autour de son poignet, et un moniteur bleu-blanc était apparu dans l’obscurité. Elle navigua alors dans les contrôles pour m’accorder des permissions de visualisation. La lumière floue s’était finalement transformée en lettres, ce qui m’avait permis de lire les capacités de Mariabelle.

« Kazuhiho, j’aimerais aussi voir tes capacités, si ça ne te dérange pas. Je n’ai jamais vu quelqu’un de niveau 72, donc je suis très curieuse. Et, à propos de la formation d’un groupe..., » déclara Marie.

« Bien sûr que ça ne me dérange pas. Oh, mais nous n’avons pas besoin de former un groupe. Mon gain d’expérience a été beaucoup plus efficace lorsque j’étais seul, » répondis-je.

« Mais ne va-t-on pas se battre ensemble ? Je ne pourrais pas le faire toute seule, et nous ne pourrions même pas discuter par le biais d’un lien mental sans former un groupe, » déclara Marie.

Il serait probablement plus facile de lui apprendre en lui montrant plutôt qu’en lui disant, alors j’avais mis du temps à lui répondre pour l’instant et j’avais aligné nos écrans d’état côte à côte en les comparant.

« Chanter Avancé, amélioration de la précision et amélioration de la mémoire, hein ? On dirait que tu es vraiment spécialisé dans la Magie Spirituelle et la Sorcellerie. Oh, et une fois que tu auras atteint le niveau supérieur, tu devrais apprendre cette compétence appelée “Grande Expérience”. Cela augmentera l’expérience que tu acquerras, » déclarai-je.

« Hmm ! Mais comme je l’ai mentionné plus tôt, j’ai beaucoup de rivaux à affronter. N’oublie pas que j’ai besoin d’augmenter mes capacités tout de suite, » répliqua Marie.

« Mais si tu en arrives à un point où tu n’en as plus besoin, tu peux simplement le réinitialiser lorsque tu passas au niveau supérieur. Je te laisse le choix, mais c’est ma recommandation, » déclarai-je.

Elle semblait encore hésitante, mais elle m’avait regardé dans les yeux pendant un moment, puis m’avait hoché la tête.

En fait, j’étais un peu excité d’aller monter de niveau avec quelqu’un. Je n’avais jamais joué à des jeux en ligne auparavant, mais j’imaginais que c’était comme ça que cela devait être. Coopérer les uns avec les autres, avoir des discussions, et perdre la notion du temps dans le jeu...

En y réfléchissant, Marie m’avait montré l’écran d’état et m’avait regardé avec une expression d’interrogation.

« Hé... qu’est-ce que cet “Épéiste Illusoire” en tant que classe ? Je n’en ai jamais entendu parler, » déclara Marie.

« Oh, vraiment ? Je suppose que c’est comme... un escroc, en quelque sorte. C’est un peu non orthodoxe, mais très amusant, » déclarai-je.

Dès que j’avais répondu, elle avait éclaté de rire. Je ne pouvais que la fixer d’un regard vide quand elle gloussait tout en se tenant le ventre.

« Hahahaha ! Qu’est-ce que c’est que cette vague description de classe ? Tu as toujours l’air si somnolent, alors j’ai pensé que ça voulait dire que tu te battais en ronflant dans ton sommeil ! » déclara Marie.

« Je suis né avec ce visage, tu sais... Mais techniquement, je suis dans mes rêves, donc je ne peux pas non plus vraiment dire que c’est faux, » répliquai-je.

J’avais joué avec elle, puis nous ne pouvions plus tenir le coup et nous avions éclaté de rire ensemble.

Maintenant, selon Marie, les classes avancées issues des Chevaliers étaient les plus populaires. Les chevaliers magiques et les chevaliers sacrés, en particulier, avaient tendance à occuper des postes importants, et il y avait d’innombrables candidats pour ces rôles chaque année. Mais la question de savoir s’ils conviendraient ou non à ces classes était tout à fait différente. Être Chevalier ne signifiait pas que l’on posséderait des terres, mais cela leur permettait d’être employés par le royaume, ce qui leur procurait une source régulière de revenus.

En raison de leur compétence dans les attaques coordonnées, ils avaient tendance à briller dans les guerres contre les monstres et les humains. Quant à moi, j’avais évité les environnements qui m’auraient enseigné ce genre de compétences, de sorte que je m’étais peut-être stabilisé de façon assez étrange selon leurs normes. Je n’avais jamais combattu quelqu’un du même niveau que moi, alors je ne savais pas à quel point j’étais fort.

Quant aux sorciers comme Marie, ils avaient toujours vécu pour percer les mystères des arts secrets anciens, et avaient souvent été engagés par le pays pour garder une longueur d’avance sur ça. En fin de compte, c’était eux aussi qui se vantaient d’avoir la puissance de feu la plus élevée pendant une guerre.

« Guerre... Quelle pensée effrayante ! J’ai déjà participè à quelques unes d’entre elles, mais maintenant que je sais que ce monde est réel, ce sera difficile pour moi de participer à nouveau, » déclarai-je.

« Je ne veux pas non plus participer à une guerre. Si jamais on me forçait à le faire, je quitterais la Guilde des sorciers, » déclara Marie.

J’avais été un peu décontenancé par cela. Quitter la Guilde des sorciers comportait de grands risques. Toute personne de haut rang était d’autant plus remarquable, et l’on s’efforcerait d’empêcher que leurs secrets ne soient divulgués à d’autres pays. Elle serait probablement capable de résoudre de tels problèmes avec de l’argent à son grade, mais...

« Oh, je suppose que tu as l’écaille du dragon si ça arrive, donc ça va aller, » déclarai-je.

« Non, ce serait du gâchis. En tout cas, qu’est-ce que c’est ? Niveau de pêche 59 ? Et tu as Linguistique qui prend l’un de tes précieux créneaux de compétences ? Tu ne prends pas ce monde très au sérieux, n’est-ce pas ? » demanda Marie.

« C’est en fait l’un de mes rares hobbies... Je peux dire avec confiance que la pêche est la meilleure façon de profiter pleinement de la nature. Et les langues sont une capacité importante pour élargir ton monde, » répondis-je.

J’avais l’air de pleurnicher sur mes excuses. Mais c’était vrai que je n’avais fait que jouer pendant tout ce temps, et je me sentais un peu coupable quand on m’avait interrogé à ce sujet. Et, comme je m’y attendais, Marie m’avait fait un regard qui disait : « Les hommes sont vraiment stupides. »

Je veux dire, je pourrais enlever les compétences, mais je n’y arrivais pas. Elles m’avaient vraiment sauvé les fesses dans le passé... mais je suppose que ce n’était pas le moment de le faire. J’avais décidé de parler de sujets plus importants, mais ce n’était pas seulement parce que je voulais changer de sujet.

« Je sais. Pourquoi ne pas faire le tour du Japon ensemble ? J’ai quelques jours de congé consécutifs le mois prochain en raison de ce qu’on appelle la Golden Week. Ça n’a pas besoin d’être super chic, mais que dirais-tu d’une petite tournée nationale ? » demandai-je.

« Oh, ça a l’air sympa ! Mais je ne suis pas encore très habituée aux voitures. Je serais heureuse si nous pouvions la garder loin de nous, » déclara Marie.

Elle avait raison sur ce point. Elle avait à peine passé du temps en voiture jusque-là, et son premier voyage l’avait tellement fatiguée qu’elle s’était endormie. Il vaudrait probablement mieux faire le tour de la ville en voiture, puis choisir une destination plus éloignée s’il n’y avait pas de problèmes.

Mais cela m’avait laissé avec la question de l’argent. Je n’étais qu’un humble salarié, donc je ne pouvais pas partir en vacances quand je le voulais. Je le lui avais dit parce que je n’avais aucune raison de le cacher, et Marie avait soupiré.

« Aww... C’est une honte que nous ne puissions pas simplement apporter l’argent de ce monde au Japon. Si je pouvais aussi apporter des tomes magiques, cela aurait été la meilleure façon d’étudier, » déclara Marie.

Franchement, elle avait prévu d’étudier même dans ses rêves ? Même si c’était possible, je penserais que c’était insensé de faire venir du travail de mon entreprise dans ce monde.

Les elfes avaient vécu longtemps, alors j’avais pensé qu’ils devraient simplement séparer le travail du jeu et vivre une vie décontractée. La question de l’argent pourrait être résolue si j’avançais dans ma carrière, donc il n’y avait pas beaucoup d’intérêt à en discuter davantage. J’allais passer le reste du temps à aider Marie à apprendre le japonais et à essayer de lui apprendre les joies de la pêche, mais mes efforts pour cette dernière allaient été vain.

J’avais commencé à ressentir un grondement, signifiant que notre destination était proche. Nous avions fermé nos écrans de statut et vérifié que nous n’avions laissé aucun de nos biens derrière nous. Il n’y avait évidemment pas d’objets trouvés ici, donc tout ce que nous avions oublié serait probablement perdu à jamais.

Le Pic d’Ujah, les ruines que je recommande pour l’augmentation de niveau, était à environ une heure de marche maintenant.

***

Partie 3

Les ruines du Pic d’Ujah...

Cet endroit était autrefois une carrière. Elle avait attiré l’attention par le fait que les pierres magiques utilisées pour fabriquer des objets magiques pouvaient y être extraites. Un fort avait été construit et la zone environnante avait été sécurisée pour protéger cette richesse face aux autres pays. Mais pour une raison inconnue, les pierres magiques avaient cessé d’y être exploitables, et les ruines s’étaient progressivement délabrées au cours des 200 dernières années. Ceux qui visitaient cet endroit pouvaient sûrement encore sentir la présence des minerais qui reposaient sous la terre, car les pierres magiques ne s’épuisent jamais par leur nature même.

***

La plupart des gens s’éveilleront à la curiosité après avoir entendu un tel folklore, et l’elfe n’avait certainement pas fait exception. Du moins, c’est ce que je pensais...

« Il fait chaud..., » c’était sa seule réponse.

Pour être juste, la lumière du soleil descendait durement sur nous, et il n’y avait rien d’autre que de la roche brûlée rouge brunâtre, du sable et des fragments de la forteresse effondrée qui nous entourait. Au-delà de la brume de chaleur scintillante dans les sables lointains, il y avait des montagnes en forme de pyramide. Nous marchions vers elles depuis environ une heure, et son humeur ne faisait que s’aggraver.

Il y avait une brèche dans la haute montagne comme si elle avait été fendue avec un couteau de cuisine géant, et nous nous dirigions droit vers le trou qui s’y trouvait. Les vestiges de ce qui semblait être la forteresse étaient éparpillés ici et là, mais les ruines sans valeur avaient été abandonnées depuis longtemps.

Comme elle n’aimait manifestement pas le désert, j’avais pensé qu’il valait mieux les traverser le plus vite possible.

« Il y a une oasis au-delà de cette zone. Ça devrait être bien mieux une fois qu’on y sera. Essaie d’endurer ça encore un peu, Marie, » déclarai-je.

« Oui... Bien sûr... Je ferai maintenant de mon mieux pour t’endurer, » déclara Marie.

Pourquoi ai-je eu envie de pleurer... ?

Je savais que ce genre d’endroit n’était pas populaire auprès des femmes, mais je ne savais pas qu’elle était aussi intolérante à la chaleur.

Je vois, les femmes et les elfes n’aiment pas les conditions climatiques extrêmes...

Cela m’avait fait m’inquiéter de la façon dont elle allait gérer l’été au Japon, même si c’était encore dans plusieurs mois.

Nous avions continué à marcher sur le sable rugueux avec ces pensées troublées dans mon esprit, puis nous avions mis les pieds dans les ruines. Nous avions enfin pu nous abriter de la lumière intense du soleil, et il semblait qu’elle était enfin capable de reprendre son souffle. L’air transporté par le vent était toujours aussi chaud que d’habitude, mais il y avait maintenant un sentiment de soulagement dans son expression.

J’étais peut-être accroché à son sourire, mais que pouvais-je faire ? Les hommes étaient destinés à voir leur vie influencée par la volonté des femmes.

L’elfe devait être curieuse de connaître la disposition de la zone qui était prise en sandwich entre deux falaises, parce que j’avais regardé dans sa direction pour la trouver en train de regarder autour d’elle.

« On aurait dit une montagne de loin, mais cet endroit est très différent de l’intérieur, » déclara Marie.

« Oui, j’ai entendu dire que cet endroit était une mine de charbon, mais qu’il avait sa propre culture unique. Les fragments partout donnent vraiment l’impression d’être des ruines, » déclarai-je.

C’était comme si nous commencions à nous habituer à la région, et nous observions notre environnement alors que nous commencions à marcher avec des pas plus légers. Le sentier sinueux menait plus loin, et il y avait juste assez de places pour que plusieurs adultes puissent marcher côte à côte. Cette région semblait moins érodée, et nous avions été accueillis avec des vestiges de civilisation au fur et à mesure que nous avancions.

« Il y avait la maison de quelqu’un, et même un autel ici. On dirait que ce n’était pas qu’une carrière, mais des gens ont vécu ici pendant longtemps. Peut-on encore se procurer des pierres magiques ici ? Je suis curieuse d’en savoir plus maintenant que je sais qu’ils peuvent être utilisés pour raffiner des objets magiques, » demanda l’elfe en posant ses mains sur l’autel. Mais tout ce que j’avais pu faire, c’était incliner la tête en me posant des questions.

S’il y avait des nouvelles que des pierres magiques pouvaient encore être trouvées ici, cet endroit serait sûrement rempli de ceux qui voulaient mettre la main dessus. Le pays qui possédait ces ruines l’avait même libéré pour que les aventuriers puissent y entrer librement. Il me semblait que le pays comptait sur le peu de chance que quelqu’un découvre des pierres magiques pour eux.

« Mais peut-être qu’il y a vraiment quelque chose ici. Peut-être que je l’imagine, mais j’ai ce sentiment. Notre objectif pour aujourd’hui est d’augmenter ton niveau, mais serais-tu désireuse de rester quelques nuits pour enquêter ? » demandai-je.

« Hmm, je ne pense pas. Je n’avais jamais réalisé l’importance du climat. Personnellement, j’ai plus peur de me dessécher que de trouver des minerais, » répondit Marie.

Ouais, j’étais d’accord avec ça. J’étais assez insensible à la douleur dans ce monde parce que c’était un rêve, et je n’étais pas vraiment endommagé dans la réalité. Mais la faim et la soif étaient deux choses différentes, et elles pouvaient être extrêmement gênantes. Tout comme manger dans ce monde me remplissait l’estomac, avoir faim ici me rendrait évidemment affamé de l’autre côté. C’était l’une des raisons pour lesquelles j’avais évité les zones qui devenaient dangereuses lors d’un séjour prolongé, comme les déserts.

« Mais plus loin, il y a l’oasis dont j’ai parlé..., » déclarai-je.

Je m’étais arrêté avant d’avoir fini ma phrase. À ce moment-là, j’avais ressenti ce qui ressemblait à de multiples paires d’yeux qui nous fixaient. C’était le regard fixe d’un chasseur qui regardait ses proies d’en haut. J’avais entendu des chuchotements étouffés et un léger bruit de cliquetis de métal, mais ils étaient restés immobiles, peut-être en attendant le bon moment.

J’avais relâché une respiration assez doucement pour que Marie ne l’entende pas.

Les bandits étaient répandus partout, et j’en avais vu beaucoup depuis ma jeunesse. Au début, j’avais joué à leur jeu et j’avais supplié pour ma vie, mais il n’y avait pas de fin pour eux. J’avais finalement décidé de m’enfuir loin d’eux, et j’avais maintenant maîtrisé l’art de disparaître comme de la brume dès qu’ils étaient apparus.

Curieusement, les gens qui étaient apparus dans ces lieux de chasse étaient toujours de hauts niveaux, ce qui signifiait qu’ils ne devraient pas être des cibles faciles.

« Quelque chose ne va pas, Kazuhiho ? C’est peut-être l’éclairage, mais tu as l’air un peu effrayant en ce moment, » déclara Marie.

« Oh ! Non, ce n’est rien, » répondis-je.

J’avais l’impression d’avoir une expression rigide en me concentrant autant sur l’aiguisage de mes sens. Marie m’avait écrasé le front avec son doigt, ce qui m’avait fait du bien.

En raison de la chaleur implacable et de l’absence de donjon souterrain, les ruines du Pic d’Ujah que je connaissais étaient assez désertes, sauf pour la zone de chasse. Se pourrait-il que cela ait changé depuis la dernière fois que j’étais venu ici ?

En tout cas, ce n’était pas comme si j’étais inquiet. J’étais sûr de pouvoir nous sortir de n’importe quel problème qui se poserait à nous, alors j’avais pour l’instant décidé de continuer à aider Marie à augmenter de niveau. D’ailleurs, j’avais déjà utilisé Trayn, le guide du voyage pour cette journée, donc ce n’était pas comme si j’aurais pu l’utiliser pour y retourner.

J’avais décidé d’oublier ça et de changer de sujet.

« Alors, Marie, en quoi ta sorcellerie spirituelle diffère-t-elle de la magie normale ? » demandai-je.

« Eh bien, voyons voir... Quand tu entends “sorcier”, tu imagines quelqu’un qui envoie de la magie d’attaque avec un bâton, n’est-ce pas ? » demanda Marie.

Je l’avais écoutée parler pendant que nous marchions dans le sable rugueux et que nous hochions la tête. La plupart des sorciers que j’avais rencontrés étaient à peu près comme elle l’avait décrit. Ils marmonnaient des incantations, puis lançaient des sorts de feu ou de glace. Marie avait aussi un bâton, alors j’étais sûr qu’elle avait utilisé un moyen de convertir la magie en dommage.

« Avec la Magie spirituelle, j’agis comme médium pour faire des pactes avec certains esprits. Cela nous permet d’invoquer les esprits, comme ceci..., » déclara Marie.

Un faible grondement se fit entendre, puis une boule de feu était apparue à ses pieds. Une bouche en était sortie soudain, puis cela avait crié comme en signe de protestation. Ensuite, ce qui semblait être une courte queue, des mains et des pieds avaient grandi, prenant la forme d’un lézard.

« Oh, un lézard de feu ? C’est si mignon et rond, » déclarai-je.

« C’est vrai. D’abord, j’ai fait un pacte avec l’esprit, puis je peux y transférer ma magie..., » expliqua Marie.

Marie tapota légèrement la tête du lézard avec son bâton, puis prononça une incantation dans le langage des esprits. Le lézard avait été enveloppé d’une lumière pâle, et il dégageait un grognement. J’avais regardé son front pour trouver une sorte de symbole qui y était inscrit.

« Là, maintenant je peux libérer ma magie avec le lézard de feu comme médium. La vraie différence entre nous et les sorciers est que nous pouvons stocker la magie de manière préventive. Apparemment, j’ai une bonne compatibilité avec les esprits, donc selon la quantité de magie requise, je pourrais en garder plusieurs à la fois, » déclara Marie.

J’avais laissé sortir un « oooh » impressionné et je l’avais applaudie. Marie leva la tête avec une expression fière. Je ne l’avais pas vraiment remarqué avant, mais je commençais à trouver ses manières enfantines mignonnes.

Mais maintenant que je savais ce qu’était la sorcellerie spirituelle, cela m’avait semblé très utile de pouvoir préparer la magie. Elle pouvait être activée sans incantations avec la configuration appropriée, et si elle pouvait en invoquer plusieurs, elle pourrait fournir une puissance de feu fiable au fur et à mesure qu’elle les utilisait. J’avais toujours entendu dire que c’était une classe précieuse, mais maintenant que j’avais vu ce qu’ils pouvaient faire, cela m’avait vraiment fait réaliser tout leur potentiel.

J’avais fait à Marie un sourire plein d’espoir.

« Eh bien, Mademoiselle l’Elfe-Ayant-Un-Futur-Prometteur, augmentons votre niveau autant que possible aujourd’hui, » déclarai-je d’un ton formel.

« Oui, j’ai hâte de le faire, Kazuhiho, » déclarai-je.

J’avais toujours été du genre à ne penser qu’à moi, mais j’étais vraiment heureux de pouvoir l’aider. En y repensant, aucun individu n’avait vraiment dépendu de moi. C’était aussi très excitant de s’imaginer à quel point elle pourrait progresser dans l’avenir.

Mais avant d’arriver au lieu de chasse, il y avait quelque chose d’intéressant que je voulais lui montrer en guise de récompense pour avoir enduré le dur périple jusqu’ici. C’était un privilège seulement réservé aux voyageurs.

Au fur et à mesure que nous tournions le long de la route, cela devenait plus lumineux comme si nous émergions d’un tunnel. Notre destination était un espace dégagé de la taille d’une cour d’école, avec la lumière du soleil qui descendait grâce à l’absence de plafond, sauf qu’il ne faisait pas aussi chaud qu’avant. Une oasis verte nous attendait, et l’elfe poussait des cris joyeux.

« Ahh, c’est trop cool et rafraîchissant ! Je ne m’attendais pas à ce que quelque chose comme ça soit ici ! » déclara Marie.

« Hehe, c’est l’oasis dont je parlais. Regarde, il y a même des filets d’eau sur les murs. Ceux-ci débordent comme de la brume et créent de la vapeur avec la chaleur, » déclarai-je.

J’avais montré du doigt les murs noirs et humides, et une douce brise s’était élevée vers nous. L’elfe avait fait une petite course, puis s’était baignée dans la brume et avait étendu les bras avec gaieté. Elle semblait enfantine dans sa joie, mais n’importe qui serait heureux d’être ici après un voyage aussi rigoureux.

J’avais marché à côté d’elle, puis je l’avais pointée du doigt juste au-dessus de nous. « C’est le centre de la montagne, et il y a un trou béant là-haut. Cet endroit a peut-être été créé par hasard lorsque quelqu’un dans la carrière a heurté une veine d’eau et que toute l’eau a surgi. »

« Il fait encore beau, mais il fait frais ici. Je n’avais pas réalisé à quel point une chaleur aussi brumeuse pouvait sembler incroyable. Peut-être que je pourrais réaliser quelque chose comme ça avec des esprits de l’eau ? » demanda Marie.

« Oh ouais, tu pourrais rendre n’importe quel endroit plus frais si tu pouvais contrôler la vaporisation, » déclarai-je.

L’elfe m’avait montré une expression vraiment hautaine avec un « Hmph ! »

Personnellement, j’aimerais qu’elle l’apprenne pour qu’elle puisse rendre les étés japonais plus supportables. Je le lui avais ainsi dit, mais elle m’avait fait un regard troublé pour une raison inconnue.

« À propos de cela... Je sens encore un mur entre moi et les esprits de ton monde. J’ai l’impression qu’ils ont pris de la distance, comme si j’étais revenue quand j’étais enfant, » déclarai-je.

« Oh, j’ai compris. C’est probablement différent entre ici et là, comme dans mon cas. Tu dois être l’équivalent du niveau 1 pendant ton séjour au Japon, » déclarai-je.

Ce n’était rien d’autre que des conjectures et cela laissait encore beaucoup de questions sans réponse. Par exemple, pourquoi suis-je capable de parler elfique dans les deux mondes ? Cependant, comme il s’agissait d’une simple question de langue, il se pouvait qu’il s’agisse d’une tout autre chose que de capacités fantastiques.

« Si seulement je pouvais utiliser mes déplacements longue distance au Japon. Non seulement je me mettrais au travail plus rapidement, mais je garderais aussi la compensation pour mes déplacements, » déclarai-je.

Ouais, ce commentaire m’attirerait probablement des ennuis avec le département des Ressources humaines...

Quoi qu’il en soit, comme Marie pouvait parler le langage des esprits, j’avais pensé qu’il y aurait une chance qu’elle puisse les contrôler un jour même au Japon.

« Oui, je ne sais pas si je peux le faire, mais je ferai de mon mieux pour communiquer avec les esprits au Japon. Ce n’est pas comme si ça allait me coûter quoi que ce soit, » déclara Marie.

Mais j’avais dû admettre qu’il m’était difficile d’imaginer son contrôle des esprits au milieu de Koto Ward. J’avais incliné la tête et j’avais du mal à l’imaginé, quand je l’avais sentie mettre son bras autour du mien. Ses yeux brillaient, et je pouvais voir qu’elle voulait aller dans l’oasis pleine de palmiers.

« Tu es un peu bizarre. Il y a peu de temps, j’étais toujours enfermée dans le bureau, le nez dans un livre. Mais ces derniers temps, j’ai profité de la nourriture et des paysages, et j’ai même vu de mes propres yeux la culture d’un autre monde. J’ai l’impression d’avoir été si chanceuse dernièrement, » déclara Marie.

« C’est pareil pour moi. Chaque jour a été très amusant, et j’ai eu la chance de voir tant de facettes de toi, » répliquai-je.

En réponse, elle avait fait une expression qui disait qu’elle n’était pas sûre si elle devait se sentir flatter ou non. Elle avait ensuite eu l’air un peu troublée en rougissant un peu, mais à la fin, elle avait hoché la tête sans dire un mot.

Au fur et à mesure que nous avancions, j’avais remarqué que le sol sous les pieds était maintenant humide et beaucoup plus vert, formant une passerelle parfaite pour que Marie et moi puissions nous promener main dans la main.

***

Partie 4

Vous pourriez en apprendre beaucoup sur Pic d’Ujah en marchant le long du sentier. L’oasis pourrait être considérée comme un lieu de repos et de détente, et la civilisation avait dû se développer autour de cet endroit. On pouvait voir des morceaux d’anciens bâtiments proches de cette zone, mais ils étaient maintenant partiellement engloutis par les plantes et recouverts de mousse. Il semblait que ce qui était autrefois une civilisation s’était transformé en ruines, se transformant finalement en une oasis.

J’avais marché sur des plantes basses et m’étais dirigé vers le plateau près des murs extérieurs alors que la brise légère soufflait autour de nous. Je conduisais la jeune fille par la main, debout à un endroit où nous pouvions voir l’oasis.

« Ils ont même construit des bâtiments sur les falaises environnantes... Hé, comment crois-tu qu’ils ont grimpé jusqu’en haut ? Je ne vois pas d’escalier, » demanda Marie.

« J’ai entendu dire qu’ils utilisaient des échelles à l’époque. Le bois se dégrade plus rapidement que les autres matériaux, de sorte que seuls les bâtiments sont laissés ici. Si ceux-ci étaient usés, ils tomberaient et feraient tomber les parties inférieures avec eux, de sorte qu’il y a des sections qui manquent nettement dans des bandes verticales depuis le haut, » répondis-je.

L’elfe essuya sa sueur et hocha la tête en signe de compréhension.

Les escaliers de pierre étaient à peine utilisables jusqu’à ce point, car ils étaient en assez mauvais état, alors nous avons dû grimper avec prudence. Mais cela n’avait pas plus de deux étages de haut et le sol en dessous était constitué de sable, alors tomber ne serait pas trop grave.

« Alors, pourquoi ne sommes-nous pas censés aller près de l’eau dans l’oasis ? Ça a l’air si joli, » déclara Marie.

« Oh, parce que des monstres apparaissent de là. Tu te souviens encore qu’on est venus ici pour te faire monter de niveau, n’est-ce pas, Marie ? » demandai-je.

Quelques secondes s’étaient écoulées, puis elle avait acquiescé.

Ouais... elle avait à tous les coups oublié ça.

C’était quelque chose que tous ceux qui avaient visité cette région devraient déjà savoir. Les monstres allaient frayer à l’infini, de sorte que cet endroit était devenu bien connu comme un lieu pour accumuler de l’expérience.

« Nous avons de la chance qu’il n’y ait pas d’autres individus à proximité, parce que je ne veux pas vraiment que les gens voient ma méthode. Quoi qu’il en soit, attends sur ce plateau, d’accord ? Envoie ta magie sur les cibles quand je donne le signal, » déclarai-je.

« Attends un peu ! Tu sais que je n’aurai pas d’expérience si je te vole ton monstre sans qu’on fasse un groupe, hein ? » demanda Marie.

« Oui, je sais, je sais. C’est pourquoi tu dois attendre mon signal. Ce sera beaucoup plus rapide de te montrer que de te l’expliquer, » déclarai-je.

Marie inclina la tête de façon interrogative.

Les arbres tropicaux qui nous entouraient nous procuraient beaucoup d’ombre, ce qui nous permettait de nous détendre même loin de l’eau. L’elfe sensible au climat semblait soulagé et m’avait souri.

« Bon, je m’en vais ! » déclarai-je.

« F-Fais attention, Kazuhiho ! » déclara Marie.

Elle avait l’air un peu inquiète, mais les monstres de la région étaient autour du niveau 40, bien plus bas que mon niveau 72. Je lui avais fait signe de la main et lui avais dit que c’était bon, puis j’avais sauté du plateau. J’avais glissé le long des rochers et m’étais dirigé vers l’oasis sans faire attention, oubliant complètement l’avertissement que j’avais mentionné quelques instants auparavant.

On disait que les monstres de cette région restaient cachés pour attendre que les aventuriers aillent boire ou se nourrissent. C’était peut-être juste moi, mais j’avais l’impression qu’il y avait plus que ça à certains moments. C’était comme s’ils attaquaient des individus qui s’approchaient, non pas parce qu’ils avaient faim, mais pour se défendre...

Vshaaaa !

Et ainsi, un tristement célèbre Koopah était apparu. L’adversaire qui était apparu en même temps qu’une grosse éclaboussure d’eau était une créature ronde, bipède, ressemblant à un dinosaure. Le nom Koopah n’était pas très intimidant, mais le crâne épais qui protégeait sa tête avait plus de dix centimètres d’épaisseur, et les dents pointues et dentelées qui sortaient de son bec étaient tout simplement horribles. Ils n’étaient malheureusement pas très intelligents, donc je ne pouvais pas apprécier une conversation avec ce monstre en particulier.

« Niveau 42, hein... Je suppose que c’est pas mal, » déclarai-je.

Il avait fait un grondement menaçant, puis avait commencé à donner des coups de pied dans le sable alors qu’il avançait vers moi. Pour une créature de plus de deux mètres de haut et pesant plus de 300 kilogrammes, elle était étonnamment agile. Quant à moi, j’étais reconnaissant pour sa rapidité, car cela m’avait permis de retourner plus vite sur le plateau où Marie m’attendait.

D’abord, je devais le blesser juste assez pour qu’il ne meure pas...

Essayons de l’attaquer une fois.

J’avais fait un coup de pied dans le sable et j’avais rapidement bougé vers le flanc du monstre, qui s’était tourné en étant surpris. Il s’était immédiatement rendu compte qu’il était surclassé, mais s’était quand même tourné vers moi pour tenter de me mordre. Le bec ouvert était plein de petites dents pointues, donc une attaque de cette chose aurait probablement déchiqueté ma chair.

« Hup ! »

J’avais frappé avec ma lame pour tester sa résistance. Elle s’était enfoncée dans le monstre d’un seul coup d’une manière satisfaisante. Mon attaque s’était avérée fatale à cause de l’écart de niveau, et le monstre avait dandiné un peu avant de s’écraser sur le sol, mort. Le sang avait commencé à s’accumuler sur le sol, puis, après quelques instants, le Koopah avait disparu.

« Hmm, on dirait que j’ai besoin de réduire un peu ma force. Cela doit être juste assez pour exposer le cœur..., » déclarai-je.

J’avais balancé mon épée devant moi, ajustant ma forme en répétant le mouvement. Exécuter un swing parfait chaque fois pourrait être douloureux, alors j’avais décidé d’activer ma compétence principale, « Refaire ». J’avais une vingtaine d’emplacements de compétences, et trois d’entre eux étaient actuellement inutilisés. Et c’était...

Vshaaaa !

Une colonne de sable s’éleva juste à côté de moi, et un autre Koopah qui était un peu plus grand que le précédent apparut. J’avais oublié qu’ils avaient tendance à attaquer ceux qui ne bougeaient pas. Ils mordaient tous les passants apparemment insoupçonnés comme moi et essayaient de les traîner sous terre, mais...

« Oh, bon choix du moment. Hmm... peut-être comme ça ? Ya ! » criai-je.

J’avais évité les os durs et j’avais tranché proprement à travers ses muscles. Cela avait l’air d’avoir bien tourné cette fois. La chair avait été découpée en deux, révélant son point faible à l’intérieur... même si ce n’était pas très joli à voir.

Refaire, la capacité que j’avais activée plus tôt, était une compétence qui me permettait de répéter une certaine action. Je pouvais mémoriser un certain schéma d’attaque que j’avais fait précédemment pour reproduire parfaitement une attaque précédente.

« C’est plus une compétence de débutant, mais c’est assez utile à avoir, » murmurai-je.

J’avais tout simplement aimé la façon dont ça m’avait permis de monter en niveau même en allant dans des zones extérieures. Mais j’avais ajouté tout un tas d’emplacements de compétences, donc la plupart des gens ne les trouveraient probablement pas ainsi... Oh, je devrais d’abord le finir pour qu’il ne souffre pas inutilement. J’avais porté un coup fatal au cœur du Koopah, et il avait facilement péri.

« Maintenant que j’ai mémorisé le mouvement avec Refaire... Hehe, c’est l’heure de l’augmentation de niveaux, » déclarai-je.

C’était comme si les Koopahs étaient attirés par mon sourire, parce que plusieurs individus étaient sortis du sable. Mais ils ressemblaient à des plats servis sur un tapis roulant, et la bataille qui s’ensuivit pouvait difficilement être qualifiée d’excitante.

 

***

J’avais expiré dans un rythme régulier pendant que je faisais ma course sur le sable. Il y avait peu de choses que je déteste plus que courir longtemps au Japon, mais mon endurance était beaucoup plus grande dans ce monde, alors ça ne me dérangeait pas de courir ici.

Je me dirigeais vers le plateau où Marie m’attendait, et je regardai par-dessus mon épaule pour confirmer que les Koopahs me suivaient toujours. Je les avais félicités mentalement pour être encore derrière moi, et j’avais presque voulu leur faire plaisir de le faire.

« Dommage pour eux, ils auront le bâton plutôt que la carotte, » déclarai-je.

Je m’étais soudain arrêté et je m’étais retourné. Je n’étais pas du tout essoufflé en tant que niveau 72, et je me faufilais vraiment facilement hors des trajectoires des bouches pleines de dents alors que je tranchais leurs corps avec ma lame. Je les avais ainsi tranchés d’une frappe satisfaisante, et les Koopahs tombèrent en produisant un violent bruit de tonnerre avant qu’ils roulèrent sur le sol sablonneux.

« Hé, vas-tu bien !? » demanda Marie.

Il semblait que Marie n’était pas très habituée à la bataille et elle regardait prudemment le plateau. Je lui avais fait signe de la main pour lui montrer que tout allait bien, puis j’avais montré du doigt avec mon épée la blessure ouverte de Koopah qui était invalide.

« Vise ici, Marie ! »

« Mais je n’aurai pas d’expérience puisque nous ne sommes pas dans un groupe ensemble ! » déclara Marie.

« Essaie, fais-moi confiance ! » déclarai-je.

« Si tu le dis... Lance de Flammes ! » cria Marie.

Alors qu’elle criait l’ordre, le lézard de feu avait ouvert la bouche et lança un éclair en forme de lance sur le Koopah mourant. Comme elle l’avait fait remarquer, vaincre le monstre ne lui donnerait normalement aucune expérience. Le truc, c’était que j’avais disparu comme si je n’avais jamais été là depuis le début.

« Eh bien, à plus tard. De l’autre côté de la route, » déclarai-je.

À ce moment-là, j’avais activé ma deuxième compétence primaire, une capacité qui me permettait de me déplacer instantanément à un autre endroit. Je n’avais pas senti de vent ou d’accélération pendant le mouvement, donc cela semblait fonctionner de la même façon que la téléportation. Cependant, la façon dont la vue avait changé en un instant pouvait être nauséeuse jusqu’à ce qu’on s’y habitue.

« Oh, on dirait que ça a marché. Bien, » déclarai-je.

Comme je l’avais pensé, le corps du Koopah avait émis une faible lumière blanche dès que je m’étais éloigné de lui. C’était la lumière qui indiquait que j’avais dépassé la limite de distance, et le monstre n’était plus en combat avec moi. J’avais utilisé cette compétence comme un moyen de m’échapper dans le passé et j’avais pensé qu’elle pourrait être utile pour aider les autres à monter en niveau, alors j’étais content de voir que mon intuition semblait juste.

L’objectif principal de cette compétence « Sur la route » était d’aider à franchir des itinéraires particulièrement dangereux au cours d’un voyage. Cela me permettait de me déplacer à n’importe quel endroit dans mon champ de vision, ce qui m’avait même permis de contourner un rocher géant qui pourrait bloquer mon chemin. J’avais modifié cette compétence pour qu’elle soit lançable en un instant, mais la distance parcourue était limitée à cinquante mètres en guise de compromis. Il y avait beaucoup d’autres limitations, et je ne pouvais même pas porter la plupart des armures à cause de la restriction stricte de la limite de poids.

Fwooosh !

La magie de Marie frappa le cœur du Koopah, et son intérieur fut englouti dans une flamme rouge et brillante. Le monstre cria au fur et à mesure qu’il mourut, et sa récompense en expérience fut entièrement accordée à Marie. Ainsi, après m’être retiré du combat, j’étais libre d’aller chercher la prochaine cible dans les monstres qui se tenait à l’arrière-plan.

L’efficacité était cruciale lorsqu’il s’agissait de montée de niveau. Bien que, pour être honnête, je me sois déjà endormi en travaillant en silence pendant de longues périodes, la recherche de l’efficacité devait donc être la tentative de mon cerveau de rester occupé.

 

***

Le soleil commençait lentement à se coucher.

Au début, Marie avait levé son bâton, visé et crié « Lance de Flammes ! » avec une expression sérieuse, mais sa voix devenait de plus en plus calme à cause de l’absence de défi. Après avoir répété la même situation de nombreuses fois, elle avait fini par s’accroupir à l’ombre, étouffant les bâillements alors qu’elle donnait périodiquement des ordres à son esprit sans un mot. Il semblait qu’elle s’était complètement installée dans le rôle d’opérateur dans une usine travaillant à la chaîne.

Au départ, il y avait une grande différence de niveau entre Marie et les Koopahs. Elle était de niveau 27, alors que les niveaux des monstres étaient dans les 40. Elle était en train de vaincre des ennemis qui devraient être presque deux fois plus forts qu’elle en un seul coup et elle récoltait le gain d’expérience, alors j’avais souvent pu apprécier la musique de niveau supérieur pendant qu’elle combattait.

Un par un, encore et encore, elle avait tué un monstre dont le cœur était exposé. Elle semblait s’ennuyer à mourir, mais la montée de niveau efficace était généralement répétitive et peu excitante. Cependant, cette méthode ne serait pas possible sans quelque chose comme ma mobilité, alors peut-être que ce que nous faisions n’était pas du tout très typique.

Elle battait un monstre environ une fois toutes les minutes comme prévu et avait augmenté de niveau après environ douze minutes. Vingt-quatre minutes plus tard, elle avait encore augmenté. Et un autre niveau trente-six minutes plus tard. Quarante-huit minutes plus tard, puis soixante-deux minutes plus tard... Finalement, elle m’avait fait un signe, du haut du plateau, le symbole des deux mains formant un « X », indiquant qu’elle était à court de pouvoir magique.

Ou, à en juger par son expression, cela signifiait peut-être qu’elle était trop endormie pour continuer plus longtemps.

Quoi qu’il en soit, j’avais rengainé mon épée et étais retourné sur le plateau pour trouver une elfe épuisée assise là.

« Salut. On dirait que tu as gagné exactement cinq niveaux, comme je l’avais prévu, » déclarai-je.

Je lui avais parlé d’un ton enjoué, mais elle m’avait fait l’impression qu’elle venait de manger quelque chose d’amer. Je ne m’y attendais pas vraiment, et j’étais là avec une expression déconcertée...

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire