Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 1 – Chapitre 5 – Partie 3

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Épisode 1 : C’est Gyoza, Mademoiselle l’Elfe

Partie 3

Les ruines du Pic d’Ujah...

Cet endroit était autrefois une carrière. Elle avait attiré l’attention par le fait que les pierres magiques utilisées pour fabriquer des objets magiques pouvaient y être extraites. Un fort avait été construit et la zone environnante avait été sécurisée pour protéger cette richesse face aux autres pays. Mais pour une raison inconnue, les pierres magiques avaient cessé d’y être exploitables, et les ruines s’étaient progressivement délabrées au cours des 200 dernières années. Ceux qui visitaient cet endroit pouvaient sûrement encore sentir la présence des minerais qui reposaient sous la terre, car les pierres magiques ne s’épuisent jamais par leur nature même.

***

La plupart des gens s’éveilleront à la curiosité après avoir entendu un tel folklore, et l’elfe n’avait certainement pas fait exception. Du moins, c’est ce que je pensais...

« Il fait chaud..., » c’était sa seule réponse.

Pour être juste, la lumière du soleil descendait durement sur nous, et il n’y avait rien d’autre que de la roche brûlée rouge brunâtre, du sable et des fragments de la forteresse effondrée qui nous entourait. Au-delà de la brume de chaleur scintillante dans les sables lointains, il y avait des montagnes en forme de pyramide. Nous marchions vers elles depuis environ une heure, et son humeur ne faisait que s’aggraver.

Il y avait une brèche dans la haute montagne comme si elle avait été fendue avec un couteau de cuisine géant, et nous nous dirigions droit vers le trou qui s’y trouvait. Les vestiges de ce qui semblait être la forteresse étaient éparpillés ici et là, mais les ruines sans valeur avaient été abandonnées depuis longtemps.

Comme elle n’aimait manifestement pas le désert, j’avais pensé qu’il valait mieux les traverser le plus vite possible.

« Il y a une oasis au-delà de cette zone. Ça devrait être bien mieux une fois qu’on y sera. Essaie d’endurer ça encore un peu, Marie, » déclarai-je.

« Oui... Bien sûr... Je ferai maintenant de mon mieux pour t’endurer, » déclara Marie.

Pourquoi ai-je eu envie de pleurer... ?

Je savais que ce genre d’endroit n’était pas populaire auprès des femmes, mais je ne savais pas qu’elle était aussi intolérante à la chaleur.

Je vois, les femmes et les elfes n’aiment pas les conditions climatiques extrêmes...

Cela m’avait fait m’inquiéter de la façon dont elle allait gérer l’été au Japon, même si c’était encore dans plusieurs mois.

Nous avions continué à marcher sur le sable rugueux avec ces pensées troublées dans mon esprit, puis nous avions mis les pieds dans les ruines. Nous avions enfin pu nous abriter de la lumière intense du soleil, et il semblait qu’elle était enfin capable de reprendre son souffle. L’air transporté par le vent était toujours aussi chaud que d’habitude, mais il y avait maintenant un sentiment de soulagement dans son expression.

J’étais peut-être accroché à son sourire, mais que pouvais-je faire ? Les hommes étaient destinés à voir leur vie influencée par la volonté des femmes.

L’elfe devait être curieuse de connaître la disposition de la zone qui était prise en sandwich entre deux falaises, parce que j’avais regardé dans sa direction pour la trouver en train de regarder autour d’elle.

« On aurait dit une montagne de loin, mais cet endroit est très différent de l’intérieur, » déclara Marie.

« Oui, j’ai entendu dire que cet endroit était une mine de charbon, mais qu’il avait sa propre culture unique. Les fragments partout donnent vraiment l’impression d’être des ruines, » déclarai-je.

C’était comme si nous commencions à nous habituer à la région, et nous observions notre environnement alors que nous commencions à marcher avec des pas plus légers. Le sentier sinueux menait plus loin, et il y avait juste assez de places pour que plusieurs adultes puissent marcher côte à côte. Cette région semblait moins érodée, et nous avions été accueillis avec des vestiges de civilisation au fur et à mesure que nous avancions.

« Il y avait la maison de quelqu’un, et même un autel ici. On dirait que ce n’était pas qu’une carrière, mais des gens ont vécu ici pendant longtemps. Peut-on encore se procurer des pierres magiques ici ? Je suis curieuse d’en savoir plus maintenant que je sais qu’ils peuvent être utilisés pour raffiner des objets magiques, » demanda l’elfe en posant ses mains sur l’autel. Mais tout ce que j’avais pu faire, c’était incliner la tête en me posant des questions.

S’il y avait des nouvelles que des pierres magiques pouvaient encore être trouvées ici, cet endroit serait sûrement rempli de ceux qui voulaient mettre la main dessus. Le pays qui possédait ces ruines l’avait même libéré pour que les aventuriers puissent y entrer librement. Il me semblait que le pays comptait sur le peu de chance que quelqu’un découvre des pierres magiques pour eux.

« Mais peut-être qu’il y a vraiment quelque chose ici. Peut-être que je l’imagine, mais j’ai ce sentiment. Notre objectif pour aujourd’hui est d’augmenter ton niveau, mais serais-tu désireuse de rester quelques nuits pour enquêter ? » demandai-je.

« Hmm, je ne pense pas. Je n’avais jamais réalisé l’importance du climat. Personnellement, j’ai plus peur de me dessécher que de trouver des minerais, » répondit Marie.

Ouais, j’étais d’accord avec ça. J’étais assez insensible à la douleur dans ce monde parce que c’était un rêve, et je n’étais pas vraiment endommagé dans la réalité. Mais la faim et la soif étaient deux choses différentes, et elles pouvaient être extrêmement gênantes. Tout comme manger dans ce monde me remplissait l’estomac, avoir faim ici me rendrait évidemment affamé de l’autre côté. C’était l’une des raisons pour lesquelles j’avais évité les zones qui devenaient dangereuses lors d’un séjour prolongé, comme les déserts.

« Mais plus loin, il y a l’oasis dont j’ai parlé..., » déclarai-je.

Je m’étais arrêté avant d’avoir fini ma phrase. À ce moment-là, j’avais ressenti ce qui ressemblait à de multiples paires d’yeux qui nous fixaient. C’était le regard fixe d’un chasseur qui regardait ses proies d’en haut. J’avais entendu des chuchotements étouffés et un léger bruit de cliquetis de métal, mais ils étaient restés immobiles, peut-être en attendant le bon moment.

J’avais relâché une respiration assez doucement pour que Marie ne l’entende pas.

Les bandits étaient répandus partout, et j’en avais vu beaucoup depuis ma jeunesse. Au début, j’avais joué à leur jeu et j’avais supplié pour ma vie, mais il n’y avait pas de fin pour eux. J’avais finalement décidé de m’enfuir loin d’eux, et j’avais maintenant maîtrisé l’art de disparaître comme de la brume dès qu’ils étaient apparus.

Curieusement, les gens qui étaient apparus dans ces lieux de chasse étaient toujours de hauts niveaux, ce qui signifiait qu’ils ne devraient pas être des cibles faciles.

« Quelque chose ne va pas, Kazuhiho ? C’est peut-être l’éclairage, mais tu as l’air un peu effrayant en ce moment, » déclara Marie.

« Oh ! Non, ce n’est rien, » répondis-je.

J’avais l’impression d’avoir une expression rigide en me concentrant autant sur l’aiguisage de mes sens. Marie m’avait écrasé le front avec son doigt, ce qui m’avait fait du bien.

En raison de la chaleur implacable et de l’absence de donjon souterrain, les ruines du Pic d’Ujah que je connaissais étaient assez désertes, sauf pour la zone de chasse. Se pourrait-il que cela ait changé depuis la dernière fois que j’étais venu ici ?

En tout cas, ce n’était pas comme si j’étais inquiet. J’étais sûr de pouvoir nous sortir de n’importe quel problème qui se poserait à nous, alors j’avais pour l’instant décidé de continuer à aider Marie à augmenter de niveau. D’ailleurs, j’avais déjà utilisé Trayn, le guide du voyage pour cette journée, donc ce n’était pas comme si j’aurais pu l’utiliser pour y retourner.

J’avais décidé d’oublier ça et de changer de sujet.

« Alors, Marie, en quoi ta sorcellerie spirituelle diffère-t-elle de la magie normale ? » demandai-je.

« Eh bien, voyons voir... Quand tu entends “sorcier”, tu imagines quelqu’un qui envoie de la magie d’attaque avec un bâton, n’est-ce pas ? » demanda Marie.

Je l’avais écoutée parler pendant que nous marchions dans le sable rugueux et que nous hochions la tête. La plupart des sorciers que j’avais rencontrés étaient à peu près comme elle l’avait décrit. Ils marmonnaient des incantations, puis lançaient des sorts de feu ou de glace. Marie avait aussi un bâton, alors j’étais sûr qu’elle avait utilisé un moyen de convertir la magie en dommage.

« Avec la Magie spirituelle, j’agis comme médium pour faire des pactes avec certains esprits. Cela nous permet d’invoquer les esprits, comme ceci..., » déclara Marie.

Un faible grondement se fit entendre, puis une boule de feu était apparue à ses pieds. Une bouche en était sortie soudain, puis cela avait crié comme en signe de protestation. Ensuite, ce qui semblait être une courte queue, des mains et des pieds avaient grandi, prenant la forme d’un lézard.

« Oh, un lézard de feu ? C’est si mignon et rond, » déclarai-je.

« C’est vrai. D’abord, j’ai fait un pacte avec l’esprit, puis je peux y transférer ma magie..., » expliqua Marie.

Marie tapota légèrement la tête du lézard avec son bâton, puis prononça une incantation dans le langage des esprits. Le lézard avait été enveloppé d’une lumière pâle, et il dégageait un grognement. J’avais regardé son front pour trouver une sorte de symbole qui y était inscrit.

« Là, maintenant je peux libérer ma magie avec le lézard de feu comme médium. La vraie différence entre nous et les sorciers est que nous pouvons stocker la magie de manière préventive. Apparemment, j’ai une bonne compatibilité avec les esprits, donc selon la quantité de magie requise, je pourrais en garder plusieurs à la fois, » déclara Marie.

J’avais laissé sortir un « oooh » impressionné et je l’avais applaudie. Marie leva la tête avec une expression fière. Je ne l’avais pas vraiment remarqué avant, mais je commençais à trouver ses manières enfantines mignonnes.

Mais maintenant que je savais ce qu’était la sorcellerie spirituelle, cela m’avait semblé très utile de pouvoir préparer la magie. Elle pouvait être activée sans incantations avec la configuration appropriée, et si elle pouvait en invoquer plusieurs, elle pourrait fournir une puissance de feu fiable au fur et à mesure qu’elle les utilisait. J’avais toujours entendu dire que c’était une classe précieuse, mais maintenant que j’avais vu ce qu’ils pouvaient faire, cela m’avait vraiment fait réaliser tout leur potentiel.

J’avais fait à Marie un sourire plein d’espoir.

« Eh bien, Mademoiselle l’Elfe-Ayant-Un-Futur-Prometteur, augmentons votre niveau autant que possible aujourd’hui, » déclarai-je d’un ton formel.

« Oui, j’ai hâte de le faire, Kazuhiho, » déclara Marie.

J’avais toujours été du genre à ne penser qu’à moi, mais j’étais vraiment heureux de pouvoir l’aider. En y repensant, aucun individu n’avait vraiment dépendu de moi. C’était aussi très excitant de s’imaginer à quel point elle pourrait progresser dans l’avenir.

Mais avant d’arriver au lieu de chasse, il y avait quelque chose d’intéressant que je voulais lui montrer en guise de récompense pour avoir enduré le dur périple jusqu’ici. C’était un privilège seulement réservé aux voyageurs.

Au fur et à mesure que nous tournions le long de la route, cela devenait plus lumineux comme si nous émergions d’un tunnel. Notre destination était un espace dégagé de la taille d’une cour d’école, avec la lumière du soleil qui descendait grâce à l’absence de plafond, sauf qu’il ne faisait pas aussi chaud qu’avant. Une oasis verte nous attendait, et l’elfe poussait des cris joyeux.

« Ahh, c’est trop cool et rafraîchissant ! Je ne m’attendais pas à ce que quelque chose comme ça soit ici ! » déclara Marie.

« Hehe, c’est l’oasis dont je parlais. Regarde, il y a même des filets d’eau sur les murs. Ceux-ci débordent comme de la brume et créent de la vapeur avec la chaleur, » déclarai-je.

J’avais montré du doigt les murs noirs et humides, et une douce brise s’était élevée vers nous. L’elfe avait fait une petite course, puis s’était baignée dans la brume et avait étendu les bras avec gaieté. Elle semblait enfantine dans sa joie, mais n’importe qui serait heureux d’être ici après un voyage aussi rigoureux.

J’avais marché à côté d’elle, puis je l’avais pointée du doigt juste au-dessus de nous. « C’est le centre de la montagne, et il y a un trou béant là-haut. Cet endroit a peut-être été créé par hasard lorsque quelqu’un dans la carrière a heurté une veine d’eau et que toute l’eau a surgi. »

« Il fait encore beau, mais il fait frais ici. Je n’avais pas réalisé à quel point une chaleur aussi brumeuse pouvait sembler incroyable. Peut-être que je pourrais réaliser quelque chose comme ça avec des esprits de l’eau ? » demanda Marie.

« Oh ouais, tu pourrais rendre n’importe quel endroit plus frais si tu pouvais contrôler la vaporisation, » déclarai-je.

L’elfe m’avait montré une expression vraiment hautaine avec un « Hmph ! »

Personnellement, j’aimerais qu’elle l’apprenne pour qu’elle puisse rendre les étés japonais plus supportables. Je le lui avais ainsi dit, mais elle m’avait fait un regard troublé pour une raison inconnue.

« À propos de cela... Je sens encore un mur entre moi et les esprits de ton monde. J’ai l’impression qu’ils ont pris de la distance, comme si j’étais revenue quand j’étais enfant, » déclarai-je.

« Oh, j’ai compris. C’est probablement différent entre ici et là, comme dans mon cas. Tu dois être l’équivalent du niveau 1 pendant ton séjour au Japon, » déclarai-je.

Ce n’était rien d’autre que des conjectures et cela laissait encore beaucoup de questions sans réponse. Par exemple, pourquoi suis-je capable de parler elfique dans les deux mondes ? Cependant, comme il s’agissait d’une simple question de langue, il se pouvait qu’il s’agisse d’une tout autre chose que de capacités fantastiques.

« Si seulement je pouvais utiliser mes déplacements longue distance au Japon. Non seulement je me mettrais au travail plus rapidement, mais je garderais aussi la compensation pour mes déplacements, » déclarai-je.

Ouais, ce commentaire m’attirerait probablement des ennuis avec le département des Ressources humaines...

Quoi qu’il en soit, comme Marie pouvait parler le langage des esprits, j’avais pensé qu’il y aurait une chance qu’elle puisse les contrôler un jour même au Japon.

« Oui, je ne sais pas si je peux le faire, mais je ferai de mon mieux pour communiquer avec les esprits au Japon. Ce n’est pas comme si ça allait me coûter quoi que ce soit, » déclara Marie.

Mais j’avais dû admettre qu’il m’était difficile d’imaginer son contrôle des esprits au milieu de Koto Ward. J’avais incliné la tête et j’avais du mal à l’imaginé, quand je l’avais sentie mettre son bras autour du mien. Ses yeux brillaient, et je pouvais voir qu’elle voulait aller dans l’oasis pleine de palmiers.

« Tu es un peu bizarre. Il y a peu de temps, j’étais toujours enfermée dans le bureau, le nez dans un livre. Mais ces derniers temps, j’ai profité de la nourriture et des paysages, et j’ai même vu de mes propres yeux la culture d’un autre monde. J’ai l’impression d’avoir été si chanceuse dernièrement, » déclara Marie.

« C’est pareil pour moi. Chaque jour a été très amusant, et j’ai eu la chance de voir tant de facettes de toi, » répliquai-je.

En réponse, elle avait fait une expression qui disait qu’elle n’était pas sûre si elle devait se sentir flatter ou non. Elle avait ensuite eu l’air un peu troublée en rougissant un peu, mais à la fin, elle avait hoché la tête sans dire un mot.

Au fur et à mesure que nous avancions, j’avais remarqué que le sol sous les pieds était maintenant humide et beaucoup plus vert, formant une passerelle parfaite pour que Marie et moi puissions nous promener main dans la main.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire