Béni par la Déesse et Transféré dans un Autre Monde ! – Chapitre 51 – Partie 2

Bannière de Béni par la Déesse et Transféré dans un Autre Monde ! ***

Chapitre 50.5 : La deuxième scène de l’ancien monde

Partie 2

C’était dommage que vous n’ayez pas pu accumuler des points de compétences pour eux, mais les points de compétences n’étaient pas des choses que vous pouviez facilement augmenter en premier lieu (sauf pour Maria), donc je n’avais pas besoin de m’en faire.

Plus important encore, cette compétence intégrée, qui augmente d’un point avec 10 points signifie que nous gagnerions plus si nous intégrions plus de 10 compétences. Et une fois intégré, ce serait une capacité étonnante qui augmenterait la taille de vos gains au fur et à mesure que vous intégrez de nouvelles compétences.

Essayons diverses choses avec l’intégration des compétences plus tard. 

« Jin-sama, un autre objet lâché. Hum… Y a-t-il quelque chose qui ne va pas ? » demanda Maria. 

Maria s’était approchée de moi. Oui, c’était un boss, donc il aurait au moins dû avoir des objets lâchés. 

« Non, mon pouvoir spécial vient de se stabiliser, » déclarai-je. 

« Félicitations, » répondit-elle.

« Les détails viendront plus tard, alors qu’est-ce qui est sorti cette fois ? » demandai-je.

« Eh bien, c’est celui-ci, » répondit Maria.

Ce qu’elle m’avait montré après avoir dit cela c’était un lingot de métal rouge vif et brillant.

 

Scarletite

Note : Un métal extrêmement léger et dur de légendes.

 

Scarletite, c’était un métal légendaire qui était célèbre partout, possédant des caractéristiques exceptionnelles

Je suppose que c’est à peu près le même cadre que « Soma » en ce qui concerne la qualité de l’objet. « Légende » est normalement aussi écrite dans sa description…

« Comme je l’avais deviné, c’est un objet légendaire, » déclarai-je.

« D’accord, » déclara Maria.

« Oh~, un objet que vous ne pouvez pas ignorer en tant que joueur, n’est-ce pas ? Maître, allez-vous le rendre public cette fois ? » demanda Mio, car elle ne pouvait pas cacher son enthousiasme face à l’apparition d’un objet familier dans les jeux.

« Non, je n’ai pas l’intention de le publier cette fois-ci. Seul le nombre de victimes augmentera, même si je le rends public…, » déclarai-je.

« Eh bien, je suppose que des individus stupides inonderaient la zone, » déclara Mio.

C’était incomparable de la recherche du « Soma » au 20e étage. La différence de niveau entre les boss était incomparablement élevée, c’est le moins qu’on puisse dire. Si le groupe de personnes qui avaient réussi à se battre au 20e étage le contestait, ils ne feraient qu’empiler une montagne de cadavres. Je n’avais aucune raison d’en parler personnellement, et c’était bien de le garder secret.

« Je suppose que c’est un souvenir pour Knot, » déclara Mio.

« Non pas vraiment. On dirait qu’il peut à peine fabriquer de l’équipement en Mithril, il a un long chemin à parcourir, » déclarai-je.

« Je suppose que oui, » répondit Mio.

Knot, l’esclave que j’avais laissé faire la forge, fabriquait de l’équipement en Mithril. Cependant, la Scarletite requiert un niveau de compétence beaucoup plus élevé que le Mithril. J’ai bien peur que nous ne puissions pas gérer ça avant un moment.  

D’après ce que le système me dira plus tard, c’est que si vous créiez de l’équipement avec de la Scarletite, ce serait au pire d’une qualité d’artefact et qu’il aurait facilement diverses capacités uniques, alors je voulais qu’il fasse de son mieux par tous les moyens.

« Au fait, quelle capacité spéciale a augmenté en niveau ? » demanda Mio.

« Ah, je suis curieuse aussi. Ton pouvoir spécial a toujours été ridicule, » déclara Sakura.

« C’est vrai, n’est-ce pas ? Comme vous l’avez dit, je crois que c’est soit [Prendre et Donner] ou [Avatar], non… ? » demanda Sera.

En ce moment, les pouvoirs spéciaux qui avaient des niveaux étaient, comme l’avait dit Sera [Prendre et Donner] et [Avatar] après tout.

« Oui, c’est [Prendre et Donner] qui est passé au niveau 6. Le nouveau truc, c’est l’intégration des compétences, » déclarai-je.

J’avais transmis les détails que j’avais entendus d’Alta à tout le monde tels quels.

« Hum hum hum, ça veut dire que ce sera rentable si nous intégrons 10 compétences ou plus. Et d’ailleurs, les niveaux seront unis et il deviendra plus facile de regarder dans l’écran d’état…, » déclara Mio.

Peut-être devrais-je dire, comme je m’y attendais d’un joueur, que Mio semblait avoir réalisé les parties dont je n’ai pas parlé en détail.

« Mais les types de compétences uniques, peut-être ma compétence [Preuve du héros] et la compétence [Héros] de Maria-san, ne peuvent être intégrés. Toutes les compétences de la catégorie “Autres” devraient être impossibles, » déclara Sera.

{La [Magie Draconique] est impossible aussi.}

Oh, bien sûr, la [Magie Draconique] ne peut pas être intégré. Mais ce n’est pas un problème puisque seule Dora en a besoin.

En y repensant, la capacité du dragon de feu était [Art Draconique]. En quoi est-il différent du [Magie Draconique] de Dora ?

R : Les compétences sont divisées pour les dragonewts et les dragons ordinaires. Leurs effets sont presque identiques.

C’est gênant, donc si possible, je veux les combiner…

R : C’est impossible.

Oh, vraiment… 

« De plus, si je deviens incapable d’acquérir des points de compétence, cela peut devenir un malus pour moi. Il vaut peut-être mieux ne pas intégrer tout, » déclarai-je.

« Jin-kun, que se passerait-il si je possédais la compétence intégrée et ses compétences préintégrées ? » demanda Sakura.

« Ah, je n’y avais pas pensé avant. Alta, que se passerait-il ? » demandai-je.

R : les points seraient augmentés pour les compétences préintégrées. Celui qui a le niveau le plus élevé deviendra effectif.

« Ce qui veut dire qu’il vaudrait mieux tenir au moins un point pour chaque compétence préintégrée, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Tout à fait le remède rentable. Eh bien, c’est pratique cependant…, » déclara Sakura.

On dirait qu’Alta l’avait aussi dit aux autres membres.

Comme nous avions brièvement terminé notre travail dans la salle du boss, nous avions décidé d’aller à l’étage suivant. Nous avions continué à descendre les escaliers à partir de la salle du boss et la zone suivante était devenue visible.

« Hii ! » Mio était venue s’accrocher à moi.  

C’est vrai. Si je devais expliquer cette zone en une seule phrase, ce serait que c’est la « Zone du cimetière ». Cela devait être un enfer pour une Mio lâche. Parce que c’était un cimetière…

« Pour l’instant, nous allons mettre en place un “Portail” et on repart après ça, » déclarai-je.

« L’installation est terminée, » déclara Maria.

La rapide Maria s’était déjà occupée de la mise en place du « Portail ». C’est approprié venant de Maria.

Mio avait l’air désespérée, peu importe comment je la regardais, alors j’avais décidé de retourner rapidement à notre résidence. Son corps tremblait, alors…

« Phew~ Ah, “Nettoyage” » déclara Mio.

Mio perdit ses forces et jeta immédiatement « Nettoyage ». En d’autres termes, elle avait une fuite. Elle s’accroche à moi, mais est-ce que je vais bien ? … j’ai l’air en forme.

Quand j’avais dit à Cynthia et aux autres que nous étions revenus immédiatement après par télépathie, elles m’avaient répondu qu’elles voulaient continuer à se battre encore un peu.

{Ne vous surmenez pas trop, d’accord ?} déclarai-je.

{Nous irons bien — nodesu !} déclara Cynthia.

{Nous sommes avec elle, donc…} déclara Kate.

{Alors, je suppose que tout ira bien.} Déclarai-je.

{C’est cruel — nodesu !} déclara Cynthia.

Si Kate était là, elle ne la laisserait pas faire l’impossible. Il y avait un problème avec le fait de dire que celui qui m’inquiétait le plus, c’était le Héros…

« Eh bien, alors, nous devons décider de nos plans pour l’avenir, » déclarai-je.

« Ah, c’est impossible pour moi — su, » déclara Mio.

Mio avait facilement hissé un drapeau blanc. On dirait qu’elle s’était entraînée une fois pour guérir ses peurs, mais celle-là avait dû être un fardeau trop lourd pour elle, comme je m’y attendais.  

Le « Cimetière » était un cimetière de style européen. Le sol près du mur était de terre, mais le centre des passages était pavé de pierre. C’était ainsi aussi loin que nous l’avions examiné, mais des monstres de type morts-vivants semblaient émerger de là. Des pierres tombales et autres avaient été placées ici et là et étaient à un niveau où je me posais des questions sur le goût de la personne qui avait créé ce donjon.

« Si vous me dites de venir avec vous à n’importe quel prix, Maître, alors je serai tenue dans vos bras tout le temps avec des bandeaux, des boules d’oreilles et des couches, » déclara Mio.

« Tu vas si loin !? » demandai-je.

« Oui ! » répondit Mio.

La tension de Mio était devenue ridicule.

« D’accord. Alors, cela sera donc ainsi…, » déclarai-je.

« Oh non ! » s’écria Mio.

Mio avait tenu sa tête quand j’avais donné mon approbation. Je vais lui demander de respecter sa parole correctement, d’accord ?

« La participation de Mio a été décidée, que diriez-vous d’agir indépendamment pour aujourd’hui ? Je n’ai pas envie d’y retourner une fois de plus après mon retour dans notre manoir…, » déclarai-je.

« M-Maître~, » déclara Mio.

J’avais ignoré Mio qui tirait mon ourlet avec ses yeux larmoyants. Oh, j’avais les yeux bandés, des boules d’oreilles et des couches préparées. J’avais même préparé un support en bois à mettre sur mon dos pour pouvoir la porter facilement sur mon dos, nous étions donc parfaitement préparés.

Cette nuit-là, nous avions eu des intrus au moment où nous nous étions endormis. Je m’en étais rendu compte par l’alerte de la carte, mais 10 personnes semblaient s’être glissées dans notre manoir. Bien sûr, ils avaient été capturés par les servantes à qui j’avais confié la tâche de garder le manoir. Tous semblaient avoir été appréhendés dans le peu de temps qu’il m’avait fallu pour me relever de l’alerte et confirmer la carte.  

Je m’étais réveillé une fois, mais les bonnes étaient allées jusqu’à les interroger (c’est ce qu’Alta a dit), alors j’avais décidé de me rendormir. Ce sont honnêtement d’excellentes servantes, vous savez.

 

« Les filles semblent être des assassins que le duc Garfield a lâchés sur vous, » le lendemain matin, la servante en chef (Lusia) m’avait fait un rapport après être venue de Kastal à Estia.

C’est vrai, le duc Garfield a choisi ce côté-là ? Huhuhuhu…

« Dire “les filles” veut dire… ce sont toutes des femmes ? » demandai-je.

« Oui, ce sont de jeunes femmes que l’on peut appeler en toute sécurité de belles et jeunes filles. J’ai entendu dire que c’est pour faire baisser la garde de l’ennemi, » déclara Lusia.

Eh bien, c’était quelque chose dont on entendait parler tous les jours. Je n’irais pas jusqu’à l’appeler un piège à miel, mais c’était parce qu’il était difficile de se méfier de ce qu’on appelle les jeunes filles. Moi ? Ça n’a rien à voir avec moi puisque je les juge d’après la couleur que je vois sur la carte. Il était rare d’agir soudainement avec malice après s’être approché assez près pour être capable de tuer. Même s’il m’était arrivé de ne connaître qu’une seule personne… J’étais vigilant même si ce type était marqué en bleu (allié) sur la carte…

« Mais si vous avez beaucoup de servantes, vous serez sur vos gardes même si l’ennemi est une femme, non ? » demandai-je.

« Naturellement, » répondit Lusia.

« Alors, qu’est-il arrivé à ces assassins ? Je ne les trouve même pas en regardant la carte…, » déclarai-je.

Il n’y en avait aucune d’entre elles sur la carte. Les servantes étaient toutes jaunes (croyantes) et il n’y avait aucune marque rouge (ennemie) nulle part. Était-ce en gros un massacre ?

« Aah, si c’est ces filles que vous cherchez, elles sont là. Elles ont changé d’avis et ont dit qu’elles serviraient leur seigneur, comme servante et comme esclave, » déclara Lusia.

Là où elle montrait du doigt, il y avait 10 filles vêtues de vêtements de bonne flambant neufs. Si l’on regardait leurs compétences, il était certain qu’elles étaient venues avec, entre autres choses. Eh bien, si on me demandait si j’avais ou non l’acte de propriétaire de mes servantes subordonnées, je ne pense pas que je pourrais en donner…  

Les 10 croyantes (servantes) s’étaient assises et avaient pris une position prostrée en masse.

« Nous sommes vraiment désolées. Monsieur ! » x 10

« … »

Qu’ont-ils fait pour que les assassins changent d’avis et deviennent des servantes (croyantes) jaunes, je me demande ?

R : Elles étaient dans un état où on leur administrait diverses drogues et on leur faisait un lavage de cerveau pour les utiliser comme assassins. Après que les effets des médicaments aient été enlevés par le « médicament secret », elles sont entrées dans la subordination ainsi que la foi en un clin d’œil. Leurs souvenirs sont restés, alors elles nous ont remis toutes les informations qu’elles avaient.

Notre côté ne fait-il pas le lavage de cerveau aussi à la fin… Sont-elles plus saines d’esprit et de corps qu’un lavage de cerveau à cause de la drogue ?

En gros, je ne pardonne pas aux gens qui m’avaient contrarié. Cela dit, ce n’est pas comme s’il n’y avait pas d’exceptions. Je leur pardonnerais parfois s’ils remplissaient trois conditions, à savoir qu’ils étaient « pas de leur propre volonté », « ne causaient pas de préjudice réel » et « déjà rendus impuissants ». Comme les assassins remplissaient cette fois-ci ces conditions, je n’avais pas l’intention de faire tout ce qui était en mon pouvoir pour les tuer.  

Bien sûr, je n’avais pas prévu de leur pardonner au cas où ils ne rempliraient aucune de ces conditions. Oh, ne vous méprenez pas, mais je traite « être pris en otage » ou « être menacé » comme une « volonté propre ».

« Leur formation de domestiques est insuffisante, elles seront donc éduquées à Kastal par la suite. Si vous le souhaitiez, vous pourriez les punir avant, que feriez-vous, monsieur ? » demanda Lusia.

Quand elle l’avait dit, les 10 servantes (assassins) avaient commencé à enlever leur uniforme de servante avec enthousiasme. Qu’est-ce que tu essaies de me faire faire ? Quand j’avais regardé la servante vétérane, elle préparait des couteaux, des fouets et d’autres choses du genre.

« … Non, pas besoin, » déclarai-je.

Je n’avais pas pour hobby de punir ceux qui devenaient expressément mes subordonnés. De plus, les croyantes (les servantes) n’avaient pas l’air d’avoir honte devant moi, il était donc difficile de les laisser être ainsi.

« Compris. Vous toutes, vous pouvez y aller, » déclara Lusia.

Les 10 personnes avaient quitté la pièce comme elle l’avait dit. Toujours à moitié nue. Bien sûr, elle n’avait pas dit que c’était correct de changer leurs vêtements ici.

R : Nous laissons les effets des drogues subsister encore un peu pour le moment et une partie de leurs émotions comme la timidité ne fonctionne que partiellement. Elles devraient se souvenir après une guérison complète et se tordre d’agonie pour ce qu’elles ont fait.

Je veux absolument voir ça.

Et maintenant. J’avais rassemblé tous les principaux membres dans ma chambre.

« Et ainsi, nous ferons regretter cela au duc Garfield, » déclarai-je.

« Jin-sama. Si c’est nécessaire, j’irai l’assassiner. »

Maria s’était portée volontaire. À en juger par ma position, utiliser un assassinat sur l’autre n’est pas mal non plus.

« Maître, si je me souviens bien, vous lui avez donné une chance, n’est-ce pas ? » demanda Mio.

« Oui, Jin-sama a certainement donné au duc Garfield une chance de guérir la blessure de sa fille. Le duc Garfield n’a rien fait à ce moment-là, » déclara Maria.

« Au lieu de payer avec de l’argent et d’acheter “Soma”, il a choisi d’assassiner et de voler. Il est fou, » déclara Sakura.

« C’est exact. La bonne volonté que j’ai pris la peine de montrer, même pour moi-même, a été ignorée après tout. Et puis il y a l’assassinat en plus de ça. Je suis assez malheureux à ce sujet, donc le tuer serait trop inintéressant. Je vais le lui faire regretter fermement, » déclarai-je.

« Maître, vous êtes très sérieusement irrité. Le duc… je suppose qu’il est mort, » déclara Mio.

J’avais juste dit que je ne le tuerais pas… directement, c’est à dire.

Comme il y avait plusieurs choses à préparer, nous avions pris des mesures chacun de notre côté ce matin. Pour le moment, j’avais l’intention de plonger dans le donjon dans l’après-midi.

« … C’est tout. Je vous laisse faire, » déclarai-je.

« Oui. Laissez-moi m’en occuper, » déclarèrent les autres.

*

J’avais demandé une petite faveur à Cattleya, qui était venue prendre son petit déjeuner.  

C’est une histoire insignifiante, mais comme Cattleya venait souvent manger dans ce manoir, elle n’avait pas vraiment de repas au château. Cela avait contribué à augmenter sa popularité en étant « délicate en mangeant peu ». Elle venait secrètement par « Portail » pour que cela ne soit pas exposé ou du moins c’est ce qu’on m’avait dit. Cette princesse délicate mangeait de l’Ochazuke (2e bol) tout en soulevant son bol.

« À propos de l’audience…, » demandai-je.

« Je crois que ce sera réglé d’ici aujourd’hui, alors est-ce que ça vous irait pour demain ? *nomnomnom* *gulp* » demanda-t-elle en réponse.

« Bien sûr. Alors, fait ainsi, s’il te plaît », déclarai-je.

« D’accord. *hmm*…, » déclara-t-elle.

« S’il te plaît, ne parle pas en mangeant, » déclarai-je.

« *nomnomnomnom*… »

Cette fille, en fait, elle avait arrêté de parler.

 

Après cela, c’était devenu l’après-midi, au moment où nous avions fini de préparer plusieurs choses.  

Maintenant, j’avais fait ce que j’avais à faire avec ça. On plongea ainsi dans le donjon. J’attendais avec impatience la nouvelle zone.  

Ah, je dois intégrer mes compétences…

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire