Béni par la Déesse et Transféré dans un Autre Monde ! – Chapitre 1

Bannière de Béni par la Déesse et Transféré dans un Autre Monde ! ***

Chapitre 1 : Convocation des Héros et Le Bannissement de la Capitale Impériale

Au moment où la classe se termina et que les préparatifs pour rentrer à la maison furent terminés, la vue changea soudainement.

La salle de classe habituelle se transforma en une grande salle dans le style qu’on trouverait dans l’Europe moyenâgeuse. Quand je regardai autour de moi, il y avait d’autres étudiants de la même classe à proximité. Et il y avait aussi d’autres classes de différentes années ainsi que des enseignants à une faible distance de moi.

(Est-ce un rêve ?)

Il semblerait que cela soit un de ses rêves éveillés dont parlent les rumeurs. Non, ceci était plutôt un rêve lucide avec la conscience de soi-même. Cependant, les informations obtenues concernant ce rêve reçu par mes cinq sens étaient incomparables. À ce moment-là, je conclus donc que tout cela n’était pas un rêve et je décidai d’analyser les informations sous un autre angle.

Pour les personnes à proximité, la moitié semblait calme et l’autre moitié furent pris de panique. Wow, un de mes amis d’enfance semblait calme comme d’habitude. Ce garçon était du genre impassible. Je ne l’avais jamais vu s’exciter à propos de quelque chose.

Je vis à ce moment-là d’autres personnes, quant à elles, inconnues qui nous observaient depuis une distance plus importante. Elles portaient des vêtements de style européen du moyen-âge dans le même ton que la salle et ceux-ci n’étaient clairement pas des étudiants de notre école. Certains portaient des robes, d’autres avaient des habits dans un style inconnu et le reste était habillé comme des soldats avec leur armure en fer. Et à cause du bâtiment de style de l’Europe moyenâgeuse, nos vêtements semblaient hors de propos.

En attendant, une de ces personnes fit un pas vers l'avant.

« Tout le monde, s’il vous plaît, écoutez-moi. » (Jeune femme inconnue)

Cette voix provenait d’une jeune fille ayant à peu près notre âge. Cette fille portait une magnifique robe très décorée. Sa présence était remarquable, même s’il y avait d’autres personnes qui portaient aussi une robe, elle sortait clairement du lot. Oh, ce que... juste en quelques mots, on pouvait deviner qu’elle était une Princesse, peu importe comment vous la regardiez. Par ailleurs, il semblait y avoir une personne semblable à un vieux Roi à côté d’elle, étant complètement éclipsé par l’aura dégagée par la princesse.

« Je suis la Princesse du royaume, Christia Eludia. Ce monde est appelé “Arcs”. Il est très différent de votre monde à vous tous. Chacun d’entre vous fut convoqué ici grâce à une Cérémonie d’Invocation des Héros. » (Christia Eludia)

Elle était donc bel et bien une Princesse après tout.

Elle prit l’ourlet de sa jupe et s’inclina avec élégance alors qu’elle faisait une présentation d’elle-même. La plupart des garçons rougirent et furent fascinés. La plupart des jeunes filles furent elles aussi captivées par elle.

Quant à moi ? Je pensais qu’elle était une belle femme, mais je ne fus pas si fasciné par elle. Mon ami d’enfance semblait aussi être dans le même cas que moi.

Je pus comprendre assez facilement la situation actuelle grâce aux quelques mots de la princesse. C’était l’histoire classique d’une invocation des diverses personnes provenant d’un autre monde. L’histoire habituelle avec les Héros. Souvent vue dans les romans, la prochaine chose qu’elle allait dire était de nous demander de vaincre un Roi Démon ou une quelconque divinité maléfique.

« Je veux que chacun d’entre vous sauve ce pays en détruisant le mal en la personne du Roi Démon. » (Christia Eludia)

Finalement, c’est le scénario habituel... Bien que j’aie confirmé que tout cela n’était pas un rêve il y a un petit moment, je ressentis encore une certaine anxiété.

J’essayai, à ce moment-là, de pincer mes joues. Heu ! ceci fait vraiment mal. Ce n’était donc pas un rêve après tout.

« Qu’est-ce que c’est !? Pourquoi nous avez-vous emmenés soudainement ici !? » (Étudiant A)

Un étudiant d’une autre année cria cela. C’était une réaction naturelle. Cependant, seul ce garçon eut une aussi grande réaction. Toutes les personnes autour de lui ne montrèrent aucune réaction positive à la suite de sa remarque. Si une personne réagissait avec une aussi grande réaction, il devrait y avoir quelques personnes qui devraient avoir elles aussi la même réaction dans la situation normale.

« Nous nous excusons pour la convocation de vous tous ici à cause de notre propre égoïsme. Nous sommes vraiment désolés. » (Christia Eludia)

La Princesse Christia se prosterna profondément. Quand elle leva à nouveau les yeux, je vis des larmes au coin de ses yeux.

« Pouah... » (Étudiant A)

L’étudiant qui avait haussé la voix avant, tressaillit à cette action. Si vous aviez fait pleurer une belle fille par vos cris, l’impression que les personnes ont envers vous serait automatiquement mauvaise.

Cependant, je sentis à mes yeux que les larmes de la Princesse sont contre nature.

« Cependant, la Déesse nous a dit que la seule façon de faire survivre l’Humanité était d’appeler des Héros ! » (Christia Eludia)

La Princesse cria presque d’une voix triste. Le garçon qui avait haussé la voix fut alors regardé froidement par les étudiants environnants.

Cependant la Déesse... Ce mot semblait avoir une grande importance. Et encore un mot provenant du fantasme habituel.

Peut-être qu’il y a aussi une épée sainte ?

« Je suis désolé de vous avoir crié dessus. Je suis désolé, mais pourriez-vous nous en dire plus ? » (Étudiant A)

« S’il vous plaît, laissez-moi faire. Je vais vous l’expliquer à la place de la Princesse. » (Officier civil)

Un officier civil reprit donc la conversation de la Princesse qui avait pleuré et nous expliqua certaines informations nous concernant.

En raison de la trop longue explication de ce type, voici un simple résumé :

  • Ceci est un monde fantastique d’épée, de magie, de démon avec à leur tête le Roi Démon.

  • Le Roi Démon tente de détruire l’Humanité par tous les moyens.

  • Le Roi Démon est aussi hostile envers la Déesse.

  • La Convocation des Héros a été réalisée grâce à l’Oracle de Déesse.

  • Tout le monde dans l’école avait ainsi été convoqué dans ce monde, en tant que Héros.

  • Tous les Héros désignés par la Déesse reçoivent un cadeau de la Déesse sous la forme d’une Bénédiction.

  • La Bénédiction peut prendre la forme d’une capacité unique, ou d’une compétence particulière.

  • La Méthode pour que nous puissions revenir à notre Ancien Monde est inconnue pour le moment.

  • Si le Roi Démon est vaincu, la Méthode pour revenir à l’Ancien Monde sera donnée par l’Oracle.

Quand le monde apprit qu’il n’y avait pas de méthode connue pour repartir, ils devinrent peinés. Mais quand l’histoire se poursuit et que la méthode pour revenir sera connue grâce à l’Oracle de la Déesse lorsque le Roi Démon sera vaincu, ils furent heureux. Vus ainsi, ils nous mettaient dans un désespoir sans nous laisser le choix puis nous annonçaient une solution. Heu ! Cela me faisait penser à certaines astuces d’escrocs.

Je pensais qu’il était dangereux de faire confiance comme nous n’avions reçu que des informations à partir d’une unique source. Surtout à propos de cette histoire de l’Oracle me semblait bien trop commode pour leur côté et non pas le nôtre. La personne qui avait effectué la convocation pourrait même ne pas être une bonne personne. C’est ce qui arrive assez souvent dans les fictions de mon monde. En fait, le pays qui avait fait l’invocation pourrait même aussi être le dernier Boss de l’histoire.

Cependant, parce que nous n’avions que très peu d’informations sur ce monde, je suppose que ceci ne nous laisse pas d’autre choix que de faire ce que ce pays nous demande, pendant un certain temps. Au moins jusqu’à ce que nous réunissions une certaine puissance et des connaissances appropriées.

D’abord, il fallait vérifier quel genre de Bénédiction, nous, les Héros, avions reçu. Dans ce pays, l’objet qui permettait de réaliser cela était un outil magique appelé le « joyau sacré de Bénédiction ». Il ressemblait à un gros cristal mis sur un écrin. Lorsque le titulaire d’une Bénédiction posait la main sur lui, il brillera et affichera à ce moment-là le type de pouvoir qu’on possédait.

En ce moment, nous devions attendre en ligne parce que le pays où nous sommes actuellement disposait seulement de dix de ces artefacts. Et comme il y avait environ 800 personnes dans notre école, cela allait prendre du temps. En supposant que cette action prenait environ 1 minute par personne, ceci devrait prendre environ 80 minutes pour finir.

Par ailleurs, les mots et les lettres étaient vus par nous comme étant totalement en japonais. Ils correspondaient aux hiragana, katakana, kanji et à de l’anglais simple (de l’anglais japanisé) de notre monde. Je pensai au départ que c’était parce qu’une magie de traductions devait être présente autour de nous. Mais tout était réellement en japonais en fin de compte.

Ce monde avait-il été bâti par des Japonais ?

Mon tour fut finalement arrivé. J’étais autour de la 60ème personne dans ma ligne. En d’autres termes, ceci faisait à peu près une heure qui s’était écoulée depuis notre convocation. Je posai ma main sur pierre sacrée de la même façon que tout le monde avait fait avant moi.

J’entendis à ce moment-là les voix passionnées des personnes autour de moi qui attendaient leur tour. C’était un groupe de filles à l’esprit fort provenant d’une autre classe. Rien de bon ne pourrait arriver avec ce genre de personne si vous interagissiez avec elles dans notre Ancien Monde.

En y pensant, il y avait aussi une fille timide dans la même classe qu’eux. Peut-être, si je me rappelais bien.

Puis je vis que la chef des filles se moquait en ce moment de cette jeune fille timide.

« Pourquoi n’avez-vous pas de Bénédiction ? Vous êtes vraiment inutile. » (Chef des filles)

« Tout à l’heure, tout le monde a reçu une Bénédiction, sauf vous. Franchement. » (Fille du gang A)

« C’est... » (Fille timide)

La jeune fille timide avait un regard empli de tristesse. Un des soldats donna des instructions dans la panique.

« Dépêchez-vous et dites-le au Roi et à la Princesse. » (Soldat A)

Il semblerait que la jeune fille timide n’avait pas reçu de Bénédiction pour une raison inconnue. J’avais compris cette situation grâce aux explications de l’agent civil et à la panique de ce soldat.

Cependant, à en juger par le ton de ces filles, la situation était aussi que la jeune fille timide était déjà victime d’intimidation dans notre Ancien Monde. Il semblait donc que quelque chose comme cela s’était déjà produit juste à côté de ma classe... C’était vraiment désolant.

Par ailleurs, la jeune fille timide était assez mignonne. Elle avait les cheveux tressés, des lunettes et un style vestimentaire d’un rat de bibliothèque, mais avec un choix d’habits qui rendait cela très beau.

« Hein !? » (MC)

Ceci ne brilla pas quand je mis ma main sur le joyau sacré. Et ceci faisait un moment déjà que ma main était posée là. Il ne brillait pas après tout ce temps. Il semblerait donc que je sois peut-être dans le même cas que cette fille timide, ou plutôt, devrais-je dire, je suis vraiment dans le même cas qu’elle.

« Il y a quelqu’un d’autre ici qui n’a pas reçu de Bénédiction de la Déesse ! » (Soldat B)

Le soldat en face de ma pierre sacrée haussa la voix. Il semblerait qu’ils allaient faire un rapport au roi, tout comme pour cette fille. J’eus à ce moment-là un mauvais pressentiment. Un très mauvais pressentiment.

Peu après, le Roi et la Princesse se précipitèrent ici. Le vieil homme qui était avant à côté de la Princesse était donc bien un Roi après tout. Moi et la jeune fille timide fûmes alignés en face d’eux.

« Il y a que ces deux personnes qui n’ont pas reçu de Bénédiction !? » (Soldat A)

« Oui, le joyau sacré n’a pas brillé pour eux. » (Soldat B)

En entendant l’affirmation du soldat, les deux personnes en face de nous eurent leurs visages qui se crispèrent.

« Tous les Héros qui sont venus d’un autre monde devraient avoir une Bénédiction, telle est ce qui a été annoncé par l’Oracle de la Déesse. » (Princesse)

« Umm, je ne peux pas croire que l’Oracle soit en faute. » (Roi)

« La Déesse ne peut pas se tromper. Elle est une existence absolue. » (Princesse)

Non, comment pourrait-elle être une existence absolue quand un Roi Démon a pu grandir au sein de ce monde ? Il semblerait que la Princesse croit en la Déesse de manière totalement aveugle. Bien que la foi soit une liberté, mais celle-ci n’est pas du tout une bonne chose si cela vous fait oublier la réalité de ce monde.

« Alors, ces personnes ne sont simplement pas des Héros. » (Princesse)

« Umm ! Peut-être qu’ils sont de basse extraction ou peut-être qu’ils ont commis un horrible crime dans leur propre monde. » (Roi)

Le Roi et la Princesse dirent de telles choses pour leurs propres convenances en face de nous. Bien sûr, je n’étais pas comme ça, voilà ce que je pensais.

Nous fûmes invoqués ici pour leur propre avantage et ensuite ils nous traitaient comme des incompétents vu que nous ne disposons pas d’une capacité spéciale. Heu, le garçon qui avait crié au départ avait eu raison après tout. À ce stade, mon évaluation de ce pays était au plus bas. Et mon estime pour la Déesse qui avait créé cette situation en dépit d’avoir un Oracle était aussi très basse.

Les regards des personnes autour de nous étaient vraiment étranges. Ils nous regardaient comme si nous étions des criminels. Même mes fréquentations étaient parmi eux. Telle qu’une de mes amies d’enfance qui me connaissait depuis que j’étais très jeune. Et quant à mon autre ami d’enfance ? Son expression était toujours la même, mais il ne chercha même pas à les arrêter. Ce garçon était vraiment ce genre de personne depuis toujours.

Cette conversation tournait vraiment mal, en parlant de cette situation, peut-être que la cause de tout cela était un lavage de cerveau.

Pendant ce temps, la fille timide qui avait regardé vers le sol tout ce temps leva les yeux avant de parler.

« Je n’ai jamais commis de crime ! Je suis sûre que la Déesse a simplement oublié de nous donner une Bénédiction ! » (Jeune fille timide)

La jeune fille timide semblait ne plus pouvoir supporter plus longtemps tout cela et interrompit donc la conversation. J’étais totalement d’accord avec son opinion. Cependant, je savais qu’il ne serait pas une bonne idée de faire la lumière sur les incohérences de leur croyance religieuse, surtout en face d’un fanatique...

« Comment osez-vous insulter la Déesse ! Ces personnes ne peuvent certainement pas être des Héros ! Faites-les immédiatement sortir du château ! » (Christia Eludia)

Comme je le craignais, la Princesse devint vraiment en colère. À côté, moi, qui n’étais pas intervenu dans leur conversation semblais mis dans le même lot et que j’étais moi aussi expulsé avec elle.

Et le fait que personne n’essaya de les arrêter prouvait ma théorie selon laquelle les personnes convoquées étaient endoctrinées. Une personne qui ne serait pas endoctrinée comprendrait facilement cela. Les gens qui nous avaient invoqués ici pour résoudre leur propre problème nous jetaient au loin maintenant en disant que nous n’avions pas de bonnes intentions.

Les soldats attrapèrent mon bras ainsi que celui de la jeune fille timide. Quant à mon ami d’enfance ? Ce garçon ne bougea pas non plus d’un pouce.

« Non ! Libérez-moi ! » (Jeune fille)

La fille timide et moi fûmes ainsi emmenés hors de la salle par les soldats puis nous sortîmes du château. Je m’étais senti soulagé au moment où elle avait dit beaucoup de choses inacceptables pour les autres. Ces gens d’ici n’avaient certainement pas de bonnes intentions selon moi. Mais ceci ne serait pas sympathique s’ils nous emmenaient dans un coin pour nous tuer à ce moment-là. Alors que je pensais à ce sujet, le fait d’être chassés était bien mieux. Ou alors, peut-être que de nous tuer en face des autres aurait pu annuler leurs lavages de cerveau...

Bien sûr, nous ne tomberons pas sans nous battre s’ils voulaient vraiment nous tuer.

Envers ces personnes qui nous avaient abandonnés à cause du lavage de cerveau, je ne devrais pas trop penser à eux. Car de toute manière, leurs situations allaient être bien mieux que la nôtre.

Alors que je pensais à ce sujet, nous quittâmes le château impérial. Eh bien, devrions-nous regarder dans la ville en premier ? La famille Impériale et les nobles n’étaient pas dignes de confiance, mais les personnes de la ville pourraient être bien mieux. Conformément à l’explication de l’officier d’état civil, il semblerait qu’on soit ici dans la capitale impériale. Donc, dans tous les cas, nous ne devrions pas rester ici trop longtemps.

« Nous avons quitté le château. Pourriez-vous bientôt me libérer ? » (MC)

Je demandai cela aux soldats. Cependant, l’un des soldats me répondit avec le sourire dégoûtant.

« Non, pour vous, les déchets, ce n’est pas seulement hors du château impérial, mais aussi de la capitale impériale. » (Soldat A)

« C’est un vrai exil, alors partez ici et allez crever sur la route loin d’ici. » (Soldat B)

De ces mots, je compris du fond de mon cœur que ce pays était pourri, il était juste rempli d’ordures.

Ils nous avaient chassés du château impérial et allaient maintenant nous exiler de la Capitale, afin de nous empêcher d’apparaître en face des Héros. Si une personne qui ne possédait pas la puissance de lutter allait en dehors de la ville là où des démons étaient présents, les chances qu’ils aillent à leur propre mort étaient donc très élevées. Et ceci était bien supérieur pour quelqu’un qui venait d’être convoqué depuis un autre monde et donc qui ne connaissait même pas les règles de base de ce monde et ne possède pas de Bénédiction.

Dans ce cas-là, il n’y avait pas besoin de le supporter plus longtemps. Ces gars-là étaient une raison largement suffisante pour quitter ce pays.

Préparons-nous. Oui, préparons-nous à vivre dans ce monde.

Alors que nous étions encore emmenés par les soldats, je confirmai l’état de la ville. C’est bel et bien une ville dans le style du moyen-âge européen tout comme le château. J’aurais bien voulu aller visiter certains des beaux bâtiments que je voyais dans la capitale si j’avais pu le faire. Cependant, avec notre situation actuelle, je ne voudrais jamais venir ici, non, vraiment plus jamais.

Cette ville était entourée par une haute muraille et il semblait avoir une porte sur chaque direction. Nous arrivâmes enfin à la porte nord.

« Cassez-vous rapidement de là. » (Garde A)

« Pourquoi est-ce que ces gars ont aussi été convoqués ici... ? » (Garde B)

Ces soldats nous libérèrent hors des portes de la capitale, c’était vraiment de l’abus. De plus, le portier nous avait avertis de ne pas nous approcher plus près de la capitale impériale.

« Gusu ~, Gusu ~ » (jeune fille)

La jeune fille timide se trouvant à côté de moi se mit soudainement à pleurer à chaude larme. Je voulais quitter rapidement les lieux... Mais je ne pouvais pas la laisser seule ici.

Je tentai donc de l’approcher aussi doucement que possible.

« Je me nomme Jin Shindo. De la 2-B. Comment, vous appelez-vous ? » (Jin Shindo)

La jeune fille timide leva la tête et me regarda. Ses aspects sont tout à fait jolis quand je la vis de près. Son visage en pleurs ruinait cela, mais son aspect ne changeait pas...

« Gusu ~. Je m’appelle Sakura Kinoshita de la 2-C... desu. » (Sakura Kinoshita)

« C’est donc Kinoshita-san, n’est-ce pas ? Qu’est-ce que Kinoshita-san voudrait faire à partir de maintenant ? » (Jin Shindo)

Quand Kinoshita-san entendit ma question, son expression se transforma en désespoir.

« On ne peut rien faire... étant jetés dans ce genre d’endroit... Je vais certainement mourir... » (Sakura Kinoshita)

Son moral semblait au plus bas en entendant cela. Heu, c’est vrai qu’il était naturel de penser de cette manière. Nous étions sans rien dans un monde totalement différent du nôtre. Nous ne disposions d’aucune connexion. Et en plus de cela, nous avions des relations hostiles avec la famille royale. C’était vraiment mauvais. C’était même ce qu’on pourrait appeler une situation critique.

« Kinoshita-san. Je vais marcher le long de cette route jusqu’à atteindre un autre village ou une ville en fonction de ce qu’on trouvera. » (Jin Shindo)

Kinoshita-san me regarda et devint confuse après que j’ai dit cela.

« Il y a des démons à l’extérieur ! Nous serons tués bien avant d’arriver à ce village ! À côté... Si je restais ici, quelqu’un pourrait m’aider à entrer dans cette ville. Il est même possible que les autres personnes de l’école puissent venir ici et les soldats à la porte pourraient aussi s’occuper des démons qui ne manqueront pas de venir... » (Sakura Kinoshita)

Ceci serait vraiment pratique si c’était le cas. Mais n’étiez-vous pas chassé du château par ce pays ? C’est vraiment triste et je pourrais parfaitement objecter contre tous les faux espoirs de Kinoshita-san sur lesquels elle essayait de se raccrocher.

« Tout ceci est selon moi impossible. Je pense que le trafic va bientôt aller en diminuant, car il va prochainement faire nuit. De plus, les personnes provenant de notre école ne savent même pas que nous avons été emmenés en dehors de la capitale impériale et ils n’iront certainement pas à l’extérieur de la ville pour le moment, car ils n’ont pas été entraînés pour faire leur mission en tant que Héros. En plus, comme les gardiens ont été informés de ne pas nous laisser entrer, ils ne viendront même pas nous aider si nous sommes attaqués. Et par-dessus tout... » (Jin Shindo)

« Par dessus tout !? » (Sakura Kinoshita)

« Je ne veux pas rester dans cette ville. Je ne veux pas devoir la moindre chose à cette ville. Qu’en est-il de Kinoshita-san ? Voulez-vous rester dans cette ville ? Où voulez-vous m’aider ? » (Jin Shindo)

Si cette personne reste prostrée, alors je devrais aller de l’avant tout seul. Kinoshita-san me regarda puis réfléchit après avoir entendu mes paroles. Et, 10 secondes plus tard, elle me regarda comme si elle s’était résolue.

« Moi aussi... ne veux pas être dans cette ville désagréable. Si je recevais une faveur de cette ville, il me serait impossible d’aller dans une autre ville, non, je veux même aller dans un autre pays. » (Sakura Kinoshita)

Kinoshita-san avait donc aussi la même idée que moi. En ce moment, nous ne nous haïssions pas seulement cette ville, mais aussi la famille royale qui était au sommet de ce pays. Nous détestions tout simplement l’ensemble du pays.

Kinoshita-san cessa de me regarder et parla.

« S’il vous plaît. S’il vous plaît, prenez-moi avec vous. Je ferai n’importe quoi. Je vais même essayer de toute mes forces de vous aider, donc je ne vous ralentirais pas. Alors, pourriez... » (Sakura Kinoshita)

« Entendu. Alors, allons-y ensemble. » (Jin Shindo)

« Hein !? » (Sakura Kinoshita)

Kinoshita-san fut abasourdie d’entendre cela. Eh bien ! Quand vous demandez quelque chose et que vous obtenez une réponse positive, n’est-il pas étrange d’agir comme ça ?

« C’est vraiment d’accord ? Comme vous pouvez le voir, je suis lente. Bien que j’ai dit que j’allais travailler durement pour ne pas vous ralentir, je le ferais probablement quand même. » (Sakura Kinoshita)

Elle changea soudainement sa phrase, il semblerait qu’elle n’ait aucune confiance en soi. Je voulais plutôt dire qu’elle me semblait être une fille qui ne possédait aucune estime de soi.

« Depuis le début, même si Kinoshita-san ne me l’avait pas demandé, je comptais déjà vous inviter. N’est-il pas naturel pour nous qui avons été bannis de faire ce genre de chose pour nous et de nous serrer les coudes ? » (Jin Shindo)

« Ah... » (Sakura Kinoshita)

Quand j’annonçai cela, les larmes se déversèrent à partir des yeux de Kinoshita-san.

« Q-Quel est le problème ? Vous pleurez encore, quel est le problème ? » (Jin Shindo)

« Non... Je n’ai pas entendu de paroles si aimables depuis si longtemps..., ce sont donc des larmes de joie... » (Sakura Kinoshita)

L’environnement qui entourait Kinoshita-san était plus violent que je ne le pensais. L’intimidation qu’elle subissait avait fait qu’elle avait pleuré en entendant simplement ces mots. Une telle personne malheureuse était faible vis-à-vis de ce genre de mots. Les yeux de Kinoshita-san étaient mouillés à cause des larmes étincelantes de joie alors qu’elle me regardait.

« Ainsi tout est réglé. Partons rapidement d’ici. Nous devons absolument atteindre un autre village avant le coucher du soleil... » (Sakura Kinoshita)

« Entendu. Je vous suivrai. Heu, que feriez-vous si je voulais vaincre le Roi Démon et revenir dans notre monde ? » (Jin Shindo)

Tout simplement parce que nous n’aidions pas ce pays, cela ne signifiait pas que nous ne pensions pas à un moyen de repartir.

« Tout simplement parce que si le Roi Démon était vaincu, ceci ne signifierait pas que nous pourrions revenir nous aussi. Il n’y a aucune garantie de ce que la Déesse et la Princesse nous ont dit, n’est-ce pas. » (Jin Shindo)

« Il n’y a certainement aucune preuve. » (Sakura Kinoshita)

Si je ne me trompe pas, il pourrait y avoir quelqu’un qui pourrait mieux nous informer à ce sujet.

« Alors ce que la Princesse a dit, comme quoi quand les Héros auront vaincu le Roi Démon, alors l’Oracle de la Déesse viendra et nous informera de la méthode pour revenir. » (Sakura Kinoshita)

« Oui. Elle a dit ça. » (Jin Shindo)

Tout le monde avait entendu parler de cela. Mais j’avais senti un sentiment d’incompatibilité au moment où je l’avais entendu...

« Mais je n’ai pas entendu un seul mot provenant de la Déesse au cours de cette conversation. En d’autres termes, il est possible que la Déesse “Connaisse déjà la méthode pour repartir”. » (Jin Shindo)

« Ah... » (Sakura Kinoshita)

J’avais arrangé correctement le mot.

« Pour nous, je ne pense pas que la Déesse nous enseignera la méthode pour revenir, même si nous vainquions le Roi Démon puisque nous ne respectons pas ces exigences pour être des Héros. Alors, nous devrions plutôt regarder pour faire cela par nous-mêmes. Bien que nous ne sachions même pas si c’est vraiment possible de revenir dans notre monde ou non, ils nous ont mis quand même en face telle un appât. La possibilité pourrait ne pas être si faible que cela n’existe pas. » (Jin Shindo)

« C’est incroyable. Je n’y avais jamais pensé... » (Sakura Kinoshita)

Vous pouvez plus me louer, pensai-je

« Vous êtes totalement différent de moi qui ne peux que pleurer... »

C’était une fois de plus des larmes de tristesses qui sortaient. Des pleurs de tristesses puis des pleurs de joie et pour finir par des pleurs de tristesses. On dirait que vous ne faites que pleurer, Kinoshita-san.

C’était bien de faire des éloges, mais ceci devient vite gênant quand cela est aussi une torture de soi-même. Je devais donc rapidement aider Kinoshita-san.

« Ne vous inquiétez pas. Parce que je vais vous protéger, Kinoshita-san. Donc nous allons y aller ensemble. » (Jin Shindo)

Elle essuya alors ces larmes et me répondit

«  ... Entendu. Bien que je sois une personne insouciante, mais je serai alors à vos soins à partir de maintenant, Hindoustani. » (Sakura Kinoshita)

« Pareil ici, Kinoshita-san. » (Jin Shindo)

Bien qu’il y ait une certaine incompatibilité dans nos saluts, Kinoshita-san me prit finalement la main que je lui tendais. Puis elle mit un peu plus de force pour se lever du sol sur lequel elle reposait depuis sa petite dépression.

Et c’est ainsi que Kinoshita-san et moi fûmes exilés de la capitale impériale et nous commençâmes notre voyage à travers ce monde différent du nôtre.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire