Almadianos Eiyuuden – Tome 4 – Chapitre 117

***

Chapitre 117

Après avoir quitté son cavalier Adelaide pour affronter Kurats avec son propre corps, Skuld s’était sentie à la fois effrayée et excitée.

Bien sûr, elle était encore équipée de puissants artefacts de niveau secrets nationaux. Mais cela ne rendait pas l’affrontement avec Kurats moins terrifiant.

Et pourtant, elle était là, se sentant ravie de l’avoir affronté.

Elle ne savait pas qu’un tel sentiment existait.

En ce sens, elle était reconnaissante envers Kurats.

{...... Hey, tu réalises ce qui se passe, n’est-ce pas ?}

(Merde ! Je déteste l’admettre, mais je le fais !)

Bien qu’elle n’ait plus la puissante défense et attaque de son cavalier Adelaide, Skuld faisait en fait pression sur Kurats.

Ses coups n’étaient pas aussi rapides qu’ils l’avaient été avec Adelaide.

Même avec l’aide des artefacts, sa force était dix fois moindre qu’auparavant.

Mais elle continuait clairement à repousser Kurats.

« Mais qu’est-ce qui se passe avec cette princesse ? ! »

Kurats parlait comme s’il oubliait qu’il avait lui-même montré une meilleure performance à mains nues qu’avec son épée.

Après avoir éliminé le cavalier magique Adelaide, Kurats avait baissé sa garde, pensant que le combat était terminé.

Il n’était pas facile de retrouver immédiatement un sentiment de tension après l’avoir perdu.

Ce problème se produisait à un niveau subconscient, ce n’était pas quelque chose qu’il pouvait consciemment résoudre.

Mais le plus important dans tout cela était le fait que Skuld anticipait ses mouvements.

Pour preuve, elle esquivait avec précision des attaques qu’elle ne pouvait pas voir avec sa perception des mouvements.

Peut-être était-il naïf de la part de Kurats de penser que son pouvoir venait uniquement de l’entraînement et qu’elle n’avait pas le talent de Frigga.

En raison de l’entraînement excessif qui l’avait amenée à se sentir comme une poupée, sa perception était allée au-delà de l’ordre naturel.

On pourrait même dire que sa précision était proche de la prédiction de l’avenir.

« Mon Dieu… Tu es vraiment terrifiant. »

« Ce n’est pas le visage d’une personne effrayée ! »

Skuld affichait un sourire éblouissant. Le sourire d’une jeune fille innocente. Le genre de sourire qui ne pouvait que captiver les gens.

Mais la vérité était que son dos était trempé de sueurs froides. Elle devait lutter contre la terreur frissonnante qui régnait en elle.

Afin d’accomplir les mouvements et la clairvoyance qui lui permettaient de jouer avec le divin Kurats, elle devait maintenir sa concentration au-delà de ses limites.

Ainsi, le sourire sur son visage ne dissimulait en rien la quantité anormale de sueur qui émanait d’elle. Elle allait probablement bientôt atteindre les limites de sa concentration.

Anticipez ses mouvements et esquiver ne suffira pas pour gagner !

Cependant, contre-attaquer allait être impossible.

Après tout, sans le soutien d’Adelaide, la vitesse naturelle de Skuld, sa puissance d’attaque et sa vitesse de réaction étaient devenues incomparablement inférieures

Et bien qu’elle ait pu anticiper et éviter de justesse les coups fatals, elle n’avait pas la marge de manœuvre nécessaire pour contre-attaquer en même temps.

Je ne veux pas perdre par manque d’énergie !

Je veux gagner. Oui, je veux vraiment vaincre Kurats.

Par rapport à ce seul désir, toute l’affaire consistant à confier à Kurats le soin de venger la mort de son père et de tuer Heimdall semblait triviale.

C’était parce qu’elle était désespérée de trouver son « moi » que Skuld s’était accrochée sans pouvoir se défendre à des rêves aussi creux.

Mais les choses avaient changé,

Elle voulait essayer de découvrir à quel point elle pouvait devenir forte.

Elle voulait vaincre Kurats, celui qu’elle avait reconnu comme l’homme le plus fort.

Par conséquent !

Elle avait décidé de tout miser et d’essayer de passer outre l’attaque de Kurats, mettant sa vie en danger !

Aucun délai ni aucune hésitation n’étaient permis. Skuld s’abandonna à sa clairvoyance qui était proche de l’instinct, puis avança imprudemment.

La pression du vent du poing de Kurats qui passait devant elle lui brûla la joue, tandis que son coup de pied lui arrachait une partie de son armure coûteuse.

C’était une épreuve écrasante où chaque instant comptait.

Mais Skuld l’avait finalement surmonté.

Elle était finalement arrivée à une distance qui ne laisserait aucune chance à Kurats d’échapper à la mort.

Je me suis glissée à travers !

Alors qu’elle glissait devant son poing, le haut du corps non protégé de Kurats était arrivé juste devant ses yeux.

Maintenant qu’elle avait perturbé sa position, Kurats était à la merci de son attaque.

Je ne te laisserai pas vous échapper ! Pas cette fois !

Le corps de Skuld avait déjà mémorisé le moment où Kurats avait repoussé l’épée de l’Adelaide.

S’il essayait à nouveau maintenant, tout ce qu’elle aurait à faire serait de modifier son timing pour le couper.

« Tu vois, c’est pour ça que je t’ai dit de ne pas prendre de haut mes muscles. »

Mais si Kurats ne pouvait pas esquiver l’attaque, cela signifiait qu’il devait la bloquer.

Même l’acier n’était pas à la hauteur de la puissance de ses muscles à pleine puissance.

De plus, tant qu’il savait où il allait être coupé, il lui était facile de concentrer sa force et son pouvoir magique à cet endroit précis.

Ce doit être un mensonge ! Dès le début, il… !

Tout comme Skuld, Kurats avait aussi pensé qu’il voulait régler le combat avant que Skuld ne soit à court de force.

Et donc, il avait intentionnellement laissé passer Skuld, sans même essayer de repousser son attaque.

Il s’était permis de prendre un coup pour gagner le combat.

Ce qui signifiait qu’il avait la certitude que, quelle que soit l’importance de l’artefact que représentait l’épée de Skuld, il serait absolument capable de la bloquer.

Il n’y a aucune chance que les muscles que j’ai entraînés si durement soient déchirés par l’épée d’une enfant.

{Ce ne serait pas si étrange. Les adultes comme les enfants sont impuissants devant une épée.}

Mais pas mes muscles !

Skuld réalisa que Kurats lui-même la laissait passer, mais elle ne pouvait plus reculer maintenant.

Elle s’était décidée et continua à brandir son épée de toutes ses forces.

Cling !

Le retour du coup était lourd, mais étrange. C’était comme si elle venait de frapper une sorte d’acier raffiné ayant les propriétés d’un matériau amortissant.

Il semblerait que Kurats avait mis toute son attention sur le blocage plutôt que sur la répulsion de l’attaque.

C’était la seule occasion pour Skuld de porter un coup décisif, mais il était vite apparu que les dégâts qu’elle avait occasionnés étaient superficiels.

Elle savait que son épée avait au mieux traversé de quelques centimètres, une seule couche de peau au pire.

Le fait qu’elle ait réussi à couper les abdominaux de Kurats, même si c’était sur quelques centimètres, témoignait de son extraordinaire talent.

Mais en réalité, elle avait perdu le pari qu’elle avait fait avec elle-même.

« Kuh... ! »

Skuld se tordit le corps et essaya à nouveau de pousser son épée, mais hélas, elle fut attaquée par la lassitude qu’elle ne ressentit pas jusqu’alors.

Elle avait finalement perdu sa concentration.

Mais quand il vit Skuld se préparer à attaquer à nouveau, Kurats lui avait asséné un coup de poing impitoyable sans se soucier de son état.

Il était extrêmement en colère.

Sa fierté, ses muscles, avaient subi une blessure.

Il ne retint aucunement sa force au moment où il brandissait son poing massif.

Skuld devait esquiver à tout prix, mais son corps était lourd, comme si elle s’était transformée en plomb.

Est-ce que je vais mourir ?

Si Kurats la frappait, elle mourrait presque certainement. Et c’était bien dommage.

C’était le type de mort que peu de gens pouvaient observer.

Mais n’était-ce pas ce qu’elle cherchait elle-même ?

Après l’avoir vaincu, Kurats détruirait probablement l’empire Asgard tôt ou tard.

Il était l’incarnation parfaite de la personne qu’elle recherchait.

Cependant

(Je ne veux pas mourir)

Le visage gracieux de Skuld se balançait pour la première fois.

Elle se souvint soudainement de quelque chose qu’elle avait perdu quelque part sur son chemin, lorsqu’elle était devenue une femme.

Mais il était trop tard pour cela.

Le poing de Kurats s’était maintenant suffisamment rapproché pour qu’elle ne puisse plus s’échapper.

Alors qu’elle se résignait à son sort et qu’elle fermait les yeux, elle le sentit se heurter à son visage.

« Hein ? »

Curieusement, ce coup de poing brutal qui pouvait faire voler la terre en éclats ne faisait que procurer une mystérieuse chaleur à Skuld.

Elle se sentait confuse comme un enfant perdu, incapable de comprendre ce qui venait de se passer.

« Si tu dois pleurer, tu n’aurais pas dû te battre dès le début. Sais-tu qu’il est terrible de faire pleurer les femmes et les enfants ? »

Peut-être parce qu’il était embarrassé par ses propres mots, Kurats avait subtilement détourné son regard, ratant le moment où Skuld s’était accroché à lui et s’était mis à pleurer ouvertement.

Aussi loin que sa mémoire puisse la porter, c’était la première fois qu’elle pleurait comme ça.

Même le jour de la mort de son père, Skuld avait continué à endurer courageusement tout ce que la vie lui avait rejeté.

Mais maintenant, elle pleurait et pleurait encore contre la poitrine de Kurats jusqu’à ce qu’elle n’ait plus d’énergie et s’endorme.

◆ ◆ ◆

En volant dans le ciel, Frigga avait pu voir que Kurats avait gagné.

Mais il y avait un gros problème.

Pour une raison quelconque, il semblait tenir Skuld dans ses bras et la réconforter.

Quel gaspillage d’embrassade !

Cette chaleureuse étreinte aurait dû être pour elle, qui luttait désespérément, et non à cette femme qui appartenait à l’ennemi.

« Tuer. Je dois tuer celle-ci dès que possible. »

Ensuite, elle allait se faire complimenter par Kurats.

Frigga se retourna et fixa la position de son épée alors qu’elle se léchait les lèvres de façon envoûtante.

« Elle arrive. »

Burckhardt abaissa la posture de son cavalier Chaos, en adoptant une position oblique.

Tant que Frigga était dans le ciel, tout ce qu’il pouvait faire était de l’intercepter.

C’était une position extrêmement stressante, mais grâce à ses nombreuses années sur le champ de bataille, il n’avait aucune difficulté à attendre.

« Naïf. Quel genre d’imbécile foncerait directement de front ? »

Frigga marmonnait en ricanant.

Abaisser sa posture à mi-longueur lorsqu’on tentait d’intercepter une attaque était logique, car cela abaissait la zone projetée du corps.

Cependant, cela ne fonctionnerait que contre un ennemi venant de front.

La partie supérieure du cavalier Chaos était modelée d’après le corps humain, il n’y avait pas moyen d’éviter le fait que sa vision et ses mouvements étaient limités au front.

Le corps humain, dans sa constitution même, n’était fondamentalement pas adapté à une orientation vers le haut.

En descendant du ciel, Frigga pouvait se garantir une vue vers l’avant de l’ennemi, mais il allait être difficile pour Burckhardt d’apercevoir Frigga alors qu’elle volait à grande vitesse.

Cela signifiait que Frigga avait l’initiative d’attaquer de n’importe où et à tout moment.

Cette suprématie aérienne était quelque chose que Burckhardt ne pouvait naturellement pas saisir puisqu’il n’avait aucune expérience de vol.

« Bon sang ! Elle n’arrête pas de bouger… ! »

Burckhardt commençait à avoir du retard pour suivre Frigga, dont la vitesse de rotation augmentait de plus en plus.

Depuis un certain temps, il ne la voyait plus que du coin de l’œil.

S’il ne faisait rien, il allait prendre une attaque-surprise dans son point mort.

Y aurait-il vraiment une possibilité d’arrêter la Walkyrie blanche alors qu’il ne la voyait même pas venir ?

Tout le corps de Burckhardt était trempé de sueurs froides.

Cependant, ce qui était amer dans le fait d’être un guerrier, c’était qu’il n’y avait pas moyen de s’échapper.

« VIENS À MOI ! »

Burckhardt sentait l’intention de tuer derrière lui.

Suivant son intuition, il balança son épée derrière lui, comme s’il cherchait à atteindre son adversaire.

Mais en raison de la structure même du cavalier Chaos, attaquer en arrière allait inévitablement être plus lent qu’attaquer en avant.

Cela ne provoquait qu’un écart de quelques secondes, mais cela faisait toute la différence dans un combat entre l’élite des guerriers.

« Aaaaaaaaah !! »

Un instant avant que l’attaque de Burckhardt ne puisse atterrir, Frigga glissa à ses côtés comme une rafale.

 

 

Le balancement de sa Murasame coupa l’armure du cavalier Chaos et coupa même l’abdomen de Burckhardt à l’intérieur du cockpit.

« Je ne peux pas perdre… Je ne peux pas… J’ai fait à la princesse… Une promesse… »

« Malheureusement pour vous, votre princesse a déjà perdu. Vous allez juste vous mettre en travers du chemin maintenant, dépêchez-vous de mourir. »

Irritée par le fait que Kurats tenait encore Skuld, Frigga avait perdu tout intérêt pour Buckhardt et elle frappa avec Murasame.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire