À la recherche sérieusement d'une sœur ! La Princesse Vampire Ultime – Tome 01 – Histoire parallèle 3

***

Histoire parallèle 3 : Une fille normale soupçonnée de préférer les filles

Ristia, la plus jeune fille des Sangs Véritables, avait été détachée de ses pulsions vampiriques jusqu’à tout récemment. Elle ne savait jamais pourquoi les autres membres de sa race céderaient à leurs compulsions, mais c’était seulement jusqu’à ce qu’elle soit agressée par ces mêmes pulsions et qu’elle prenne du sang de Maria. Elle avait planté ses crocs à nu dans le cou de Maria et avait sucé son sang. Et au moment où elle l’avait fait, elle avait finalement compris — elle avait compris à quel point boire le sang d’une personne qui vous était chère était vraiment doux pour un vampire. Maria était comme une petite sœur pour elle, et le fait que son sang coule dans sa gorge et se dissolve dans son corps n’avait pas satisfait une soif dans sa gorge — non, cela avait satisfait une soif dans son cœur.

Ristia avait été emplie par l’envie de retrouver cette sensation euphorique. Avec cette envie qui la parcourait, elle avait agi au cours d’une nuit. La lune la baignait d’une lueur cramoisie. Ristia alla voir Maria alors qu’elle remettait de l’ordre après le dîner de ce soir-là, prit sa manche et l’appela par son nom.

« Maria…, » murmura Ristia.

« Directrice Ristia ? Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Maria.

« Euh, eh bien…, » en ne sachant pas comment proposer sa demande, Ristia hésita maladroitement.

« Est-ce ce que je pense que c’est… ? » demanda Maria.

« … Mm-hmm, cette envie de te voir est de retour, » déclara Ristia.

« Je vois… D’accord. Alors, cette fois-ci… ce soir, je viendrai dans ta chambre, d’accord ? » demanda Maria.

« … Merci, Maria, » répondit Ristia.

Un peu timide, Ristia était retournée dans ses quartiers.

 

◇◇◇

« … Ce soir, je viendrai dans ta chambre, d’accord ? » Maria répondit à Ristia en chuchotant. Allen avait entendu ce qu’elle avait dit par coïncidence, mais il n’avait pas pu empêcher son cœur d’être en plein dans la tourmente.

« … Je comprends. Je viendrai dans votre chambre ce soir. »

L’image de Maria disant cela alors qu’elle avait un front plissé lui traversait la tête. Elle parlait à l’ancien directeur, Georg, et Maria affichait dans ces moments-là une expression qui lui faisait mal au cœur. Le jeune Allen n’avait aucune idée de ce qu’était cette discussion à l’époque. Non, même maintenant, il ne comprenait pas vraiment. Ce qu’il savait, c’est que le directeur Georg forçait Maria à faire quelque chose qu’elle ne voulait pas faire, et c’est pourquoi il détestait le directeur Georg, et aussi Ristia, qu’il croyait être de mèche avec Georg.

Tout avait changé quand Ristia avait mis à la porte l’ancien directeur et était devenue leur sauveuse. Toute sa méfiance avait fini par être inutile, et Ristia était devenue l’amie de tous les enfants. Mais c’était exactement pour cela qu’un tel échange avait rendu frénétique le cœur d’Allen. Cela l’avait fait réfléchir à la possibilité que Ristia puisse être la même que le directeur Georg après tout.

« Non, c’est impossible. La directrice Ristia nous traite tous si gentiment…, » murmura Allen.

La directrice Ristia et le directeur George étaient beaucoup trop différents l’un de l’autre. Cela devait être un malentendu. Allen y pensa fermement et passa à l’action, contrairement à la période avec le directeur Georg, quand il avait trop peur de faire quoi que ce soit. Ce soir, il allait vérifier par lui-même ce qui se passait dans la chambre de Ristia. Ce qu’il avait vu était…

« Maria, Maria, Maria… Je… ne peux plus me contenir, » murmura Ristia.

« Hyaa… mm… ! Ah… Hum… Allons, directrice Ristia… tu n’as pas besoin d’être si impatiente, » répondit Maria.

Jusqu’aux petites heures de la nuit, Allen gardait l’oreille ouverte à l’extérieur de la porte des quartiers de Ristia, où il entendait les voix douces et envoûtantes de Ristia et de Maria. Bien sûr, ce qu’elles faisaient dans la salle était simplement — peut-être ou peut-être pas sûr de le dire, mais c’était une activité liée aux vampires et pas du tout le type d’action que vous auriez associé à leur conversation. Cependant, Allen avait mal interprété leur conversation, pensant que les deux femmes se trouvaient au milieu de quelque chose de vilain. Tout le sang s’était immédiatement précipité dans la tête d’Allen. Dans son esprit, Ristia forçait Maria à faire quelque chose. Il devait s’assurer que ce soit la vérité ou simplement un malentendu. Alors, en gardant cela à l’esprit, Allen avait posé sa main sur la poignée de porte et avait ouvert la porte si légèrement… pour jeter un coup d’œil sur ce qui se passait à l’intérieur. Il avait ouvert la porte aussi étroitement que possible afin d’éviter d’être repéré, de sorte qu’il avait un champ de vision extrêmement limité. Malgré cela, le lit à baldaquin était parfaitement aligné dans son champ de vision. Et au sommet de ce lit à baldaquin, il avait vu le profil latéral de Maria enlacée par Ristia.

« Ah… euh… Hmm ! Directrice Ristia, attends, tu vas trop loin… ! » Maria se tortilla et poussa doucement Ristia au loin. Cela envoya l’idée fausse que Ristia forçait en effet Maria à se surmener, jusqu’à ce que…

« Hmm… Ah… Hmm… Directrice Ristia, sois un peu plus douce. Sinon, je vais… Hmm ~ !! »

Elle s’était mordu les doigts pour ne pas gémir alors que son corps tremblait de partout. L’expression captée sur son visage avait des allusions de joie, mais il n’y avait pas la moindre trace de mépris. Ristia ne la forçait pas, Maria l’acceptait délibérément. C’était des choses qu’Allen comprenait.

« … Hmm, je suis désolée. C’est de plus en plus dur de me freiner, » répondit Ristia.

« Oh, Directrice Ristia ~, mais je suis heureuse que tu me veuilles tant que ça, » déclara Maria.

« Maria… Hehehehe. Alors, ça ne te dérange pas si j’y vais encore un peu ? » demanda Ristia.

« Oh, bon sang… Qui suis-je pour dire non ? D’accord, juste une dernière fois, compris ? » demanda Maria.

« Oui, merci, Maria ! » déclara Ristia.

Ristia avait pris Maria dans ses bras et la poussa jusqu’au lit. Les deux disparurent alors de la vision d’Allen, mais les doux cris et les faibles bruits de succion de Maria résonnèrent partout.

Ce que les deux femmes faisaient… en fait, ce n’était pas ce qu’il semblait, mais la chose que n’importe quel adulte voudrait voir et cette vue n’était pas quelque chose qu’Allen lui-même était capable d’imaginer. Bien qu’il ait pu comprendre une chose — Ristia et Maria avaient une relation hors de l’ordinaire. Maria était la plus jolie et la plus gentille fille plus âgée de tout l’orphelinat, et Allen avait des sentiments pour elle, c’est pourquoi cette vue était si choquante pour lui — si choquante qu’il avait fui. Bien qu’il se soit enfui, Allen s’était battu jusqu’au bout avec le directeur Georg. C’était un enfant, mais il avait un cœur endurci. Puis, le lendemain…

« Croyez-moi, je ne vous donnerai pas la Grande Soeur Maria, directrice Ristia ! » déclara Allen, assis à la table du petit-déjeuner, déclarant une guerre sans merci contre Ristia. Les yeux de Maria s’étaient élargis alors qu’elle était en état de choc, et les autres enfants avaient été laissés sans expression. Le doigt pointé vers elle, Ristia répondit avec un large sourire,

« Ne t’inquiète pas. Je vous aime tous. Je n’essaierais pas de prendre quelqu’un à qui que ce soit. Je donnerai à chacun de vous l’affection que vous méritez, » dit-elle avec les connotations que cela implique, Yup! Je suis la Grande Sœur de tout le monde ! Et même si c’était son intention, la réponse qu’Allen avait donnée après avoir vu la vue d’hier n’était pas celle qu’elle attendait. Et donc…

« Je ne vous montrerai aucune pitié, directrice Ristia ! Je ne me laisserai pas piéger par vos ruses ! » s’écria Allen.

Le malentendu d’Allen allait encore plus loin. Allen n’était qu’un enfant, mais il était conscient de ses sentiments pour Maria. Ainsi, pour qu’il ne vacille jamais face à Ristia, il s’entraîna et atteignit plus tard des sommets pour être appelé « héros » par les autres… Cependant, c’est une histoire pour une autre fois.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire