À la recherche sérieusement d'une sœur ! La Princesse Vampire Ultime – Tome 01 – Épisode 2

***

Épisode 2 : La fille normale autoproclamée retourne à la civilisation

***

Épisode 2 : La fille normale autoproclamée retourne à la civilisation

Partie 1

Le duo était ainsi sorti du donjon et remonta à la surface. Là, une forêt dense s’étendit sous les yeux de Ristia, les faisant se remplir de crainte.

« Wowie... Beaucoup de temps s’est vraiment écoulé depuis mon sommeil, n’est-ce pas ? ~ ? » s’écria Ristia.

« Cette zone était-elle différente il y a mille ans, madame ? » demanda Nanami.

« Oui, très certainement. De mon temps, cet endroit n’était qu’une grande parcelle de terre brûlée, » répondit Ristia.

« Terre brûlée… ? Y a-t-il eu une sorte de guerre ? » demanda Nanami.

« Hmm-mm, non. C’était juste que cette région était habitée par des dragons, » répondit Ristia.

« Oh… des dragons. C’est vrai. » Les dragons qui étaient venus à l’esprit de Nanami faisaient plusieurs mètres de haut, tout comme celui du donjon. Mais les dragons dont parlait Ristia étaient dix fois plus grands que cela, ce que Nanami ne pouvait même pas comprendre, alors elle avait un regard d’incrédulité présent sur son visage. Ne connaissant apparemment pas l’expression de Nanami, Ristia étira les bras et commença à se prélasser dans la lumière qui brillait à travers les branches des arbres.

« Hmm ~ la douce lumière du soleil fait du bien ~, » déclara Ristia.

« Oui, tout à fait… Oh, Lady Ristia !? Ça ne vous dérange pas de vous baigner au soleil ? » demanda Nanami.

« Je vais très bien. Je suis si heureuse que j’ai envie de chanter et de danser. » Ristia avait souri, mettant son index sur ses lèvres et disant : « Garde le secret. » Il n’y avait que les deux filles qui étaient dans le coin, donc c’était un mystère de savoir à qui elle le cachait, mais le geste de Ristia était quand même mignon. Nanami s’était trouvée captivée par l’allure de Ristia. C’est jusqu’à ce moment-là…

« Non, attendez, attendez. Ce n’est pas ce que je voulais dire. La lumière du soleil n’est-elle pas la faiblesse d’un vampire… ? » demanda Nanami.

« Nos capacités physiques diminuent à environ la moitié de ce qu’elles sont la nuit lorsqu’elles sont exposées à la lumière du soleil, mais ce n’est pas particulièrement une faiblesse, » déclara Ristia.

« … Dites-vous que vos capacités réduites de moitié ne sont pas une raison suffisante pour appeler ça une faiblesse ? » demanda-t-elle, réfléchissant par rapport à ce que sa logique lui disait.

Mais Ristia lui fit un regard perplexe. « Pourquoi ? » demanda-t-elle.

« “Pourquoi”… ? En d’autres termes, cela signifie que le fait d’être exposé à la lumière du soleil met votre force à mi-capacité par rapport à la nuit, n’est-ce pas ? » demanda Nanami.

« Hmm, pas du tout, » répondit Ristia.

« … Alors qu’est-ce que ça veut dire ? » demanda Nanami.

« C’est simplement que je n’utilise de toute façon qu’une fraction de ma force maximale, donc cela ne me dérange pas, » déclara Ristia.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? » demanda Nanami.

Nanami était sidérée que le « Hee-yah » avec juste une fraction de la puissance de Ristia en elle suffise à anéantir ce dragon.

« C’est pourquoi ce n’est pas nécessairement une faiblesse, » déclara Ristia.

« Eh bien, quand vous le dites comme ça… Oui, je suppose que c’est logique, » déclara Nanami.

Si elle n’utilisait qu’une fraction de sa puissance normalement, elle irait parfaitement bien même si ses capacités physiques maximales étaient réduites de moitié. Et pour couronner le tout, en pensant à la façon dont elle avait transformé ce dragon en cendre avec sa fraction de « Hee-yah », il était difficile d’imaginer qu’un jour viendrait où Ristia aurait besoin de se battre à sa pleine puissance. Peut-être était-il raisonnable que Ristia elle-même ne l’ait jamais considéré comme une faiblesse.

« Mais j’ai entendu dire qu’il y a des vampires qui ne peuvent pas supporter la lumière du soleil. Par exemple, lorsqu’ils sont touchés, ils deviennent visiblement plus faibles, ou même réduits en cendres dans certains cas. Mais c’est de cas rares, » déclara Ristia.

« Ces cas rares… J’ai l’impression de perdre la notion de la norme en discutant avec vous, Lady Ristia, » déclara Nanami.

« Pourquoi ? Je suis juste une fille normale. » Elle pencha la tête sur le côté en raison de la confusion. Ses cheveux d’un noir de jais se balançaient alors que ses deux yeux pourpres en dessous de sa frange étaient poussés vers le haut par le sourire qu’elle avait sur les lèvres.

« Oui, je suis bête…, » Je veux dire, qu’est-ce qui est normal, de toute façon ? pensa Nanami, à l’insu de Ristia. « Ehehehe..., » Nanami avait gloussé d’une manière adorable, en arrivant à cette conclusion.

« D’accord. Alors, allons en ville ~, » déclara Ristia.

« Oui, Madame. Je vais vous montrer le chemin. C’est à l’ouest d’ici. À pied, ce serait environ… à trois jours de marche, » déclara Nanami.

« Okie dokie ~, » Ristia fit un signe de tête vif lorsqu’elle commença à marcher en direction de la ville. Après avoir marché pendant un certain temps, Ristia avait pris la tête. La forêt dense était censée être un défi relatif à parcourir à pied, mais Ristia était là, marchant dans une robe de printemps avec la plus grande facilité. Nanami avait l’habitude de partir en voyage, avec l’avantage supplémentaire de se sentir plus léger que d’habitude après avoir été enchanté par la magie de guérison de Ristia. Malgré cela, c’est Nanami qui avait commencé à paniquer, car elle avait l’impression d’être sur le point d’être laissée pour compte.

« L-Lady Ristia ! S’il vous plaît…, » avant qu’elle n’ait fini de dire : « Attendez un instant ». Nanami s’était arrêtée d’elle-même. C’était surtout parce qu’elle savait qu’elle ne pouvait pas être celle qui ralentirait le groupe après qu’elle ait été celle qui avait offert ses services comme guide. Cependant, au moment suivant, Nanami avait découvert que sa panique provenait d’autre chose — que quelque chose était que le buisson qui se mettait normalement au travers de ses jambes. Ce n’était pas non plus la bonne façon de le dire. L’herbe et les lianes s’éloignaient littéralement du chemin de Nanami — un phénomène d’un autre monde qui serait normalement impossible.

Lady Ristia pourrait-elle, par hasard, faire ça pour moi ? C’est ce qu’avait pensé la jeune fille en regardant Ristia marcher un peu plus loin, la surveillant par-dessus son épaule.

« Ça va, ma chère Nanami ? Si tu as des difficultés, n’hésite pas à me demander de l’aide, » déclara-t-elle avec le sourire aimable d’un ange.

« Merci beaucoup ! » déclara Nanami.

Si gentille et mignonne… Lady Ristia est vraiment un ange ! pensa Nanami, je serais tellement heureuse si une fille comme elle était ma Grande Sœur.

Cependant, la phrase gravée sur le piédestal de la salle du donjon et les propres mots de Ristia étaient venus à l’esprit de Nanami. Elle n’avait jamais pu vraiment demander la raison exacte pour laquelle Ristia avait dormi dans cette cage, mais apparemment elle était à la recherche de sa petite sœur. En d’autres termes, Ristia avait une petite sœur avec qui elle s’était séparée dans la vie — ou peut-être même dans la mort. Il n’était pas possible qu’elle se contente de valser vers elle et de lui demander si cela la dérangeait qu’on l’appelle « Grande Soeur ». Bien sûr, elle comprenait mal la situation. Si elle avait proposé cette idée à Ristia, la princesse hocherait la tête, sautant de joie tout le temps, mais voyant qu’il n’y avait aucun moyen pour Nanami de le savoir, ses pensées s’étaient engagées dans une autre voie. Ce fut le début d’une série de malheureuses erreurs de communication.

Quoi qu’il en soit, Nanami et Ristia avaient traversé la forêt à un rythme anormalement rapide, mais le franchissement d’une randonnée ordinaire de trois jours en une après-midi serait une tâche impossible pour quiconque. Le soleil avait commencé à se coucher au milieu des arbres. C’était aussi à ce moment-là que Nanami se souvint de quelque chose de très important.

« Lady Ristia, je suis désolée, mais j’ai oublié que je n’ai plus rien à manger. » En plus de perdre plusieurs jours qui n’étaient pas prévus dans le donjon, elle avait lancé son inventaire pour échapper à tous les monstres, ce qui l’avait laissé sans rations. Elle s’était mise à paniquer, pensant, je peux personnellement supporter la faim, mais je ne peux pas permettre à Lady Ristia de souffrir de ça.

« Hm ? Dîner ? Oh, c’est vrai. Je suppose qu’il est temps de dîner. Mais d’abord…, » dit Ristia en agitant la main droite. Dès qu’elle l’avait fait, la parcelle de terre sous leurs yeux avait été défrichée.

« … Excusez-moi ? » Nanami avait été stupéfaite du phénomène surnaturel. Elle avait anéanti toutes les plantes et la végétation qui se trouvaient en face d’eux et avait instantanément créé une parcelle de terre vide. Nanami n’avait jamais entendu parler d’un sort capable de cela. Non seulement cela, mais Ristia n’avait même pas tracé un cercle magique pour le faire avant. Normalement, il faudrait dessiner un cercle magique et réciter une incantation pour utiliser la magie, mais… il avait été dit que l’on pouvait omettre l’incantation et le cercle si on était deux niveaux supérieurs au niveau du sort. Pour Nanami, c’était en tout cas le cas. Ristia utilisait une boîte à objets de niveau 4 tout en omettant un cercle magique, alors elle avait prédit qu’elle était capable d’utiliser au moins la magie de niveau 6. Cependant, sa magie tout à l’heure était sans incantation et se situait clairement au-dessus du niveau 4. Peut-être Lady Ristia est-elle capable d’utiliser la magie de niveau 7, le niveau que les Sangs Véritables auraient atteint avant leur disparition, pensa Nanami.

« Boîte à objets, ouvreeeee toiiii ~ ! » s’écria Ristia.

Tandis que Nanami se tenait debout, surprise, Ristia utilisa sa boîte à objets. Puis, dans la zone vide qu’elle venait de faire, une petite maison avait vu le jour.

« C’est quoi, cette maison ? » demanda Nanami.

« Hein ? S’il était plus gros, cela détruirait beaucoup d’arbres ici, alors j’en ai choisi une plus petite, mais… Une maison plus grande aurait-elle été mieux ? » demanda Ristia.

« Non, ce n’est pas ce que je voulais dire ! J’étais… Haah, oubliez ça, » déclara Nanami.

Il avait été dit que la capacité de stockage d’une boîte à objets était proportionnelle au niveau de mana et de compétence magique de l’utilisateur. Nanami avait appris que sa capacité de stockage maximale était à peu près du volume d’une boîte en bois transportable par des mains humaines. En toute logique, l’idée d’une maison qui sortirait de l’un d’eux était absurde. Pourtant, Ristia demanda à Nanami si une maison plus grande aurait été mieux, ce qui signifiait qu’il y avait la possibilité que d’autres maisons soient rangées, mais… Nanami avait juste regardé au loin, en se disant. Penser à ça ne m’aidera certainement pas ici.

« D’accord, allons à l’intérieur ~, » Ristia avait gentiment suggéré alors qu’elle était entrée sans une seconde d’hésitation. Nanami la suivit timidement peu après.

« Eh bien, rien ne va plus… Oh, wôw…, » s’exclama Nanami.

En voyant l’intérieur, Nanami savait vu son souffle coupé. La chambre était décorée avec de jolis motifs simples, mais mignons et disposait également d’un grand lit et d’une grande table.

« Il n’y a pas de cuisine, mais il y a une douche et des toilettes à l’arrière, » déclara Ristia.

« Une… douche ? » demanda Nanami.

« Ouaip. Tu peux te laver avec de l’eau chaude ~, » déclara Ristia.

« Attendez, je peux quoi ? » Habituellement, les roturiers se nettoyaient eux-mêmes avec l’eau d’un seau, alors les douches étaient un luxe. Les aristocrates pouvaient prendre des bains chauds, mais elle n’avait jamais entendu parler de se laver le corps avec de l’eau chaude en campant dans la forêt. Elle est vraiment hors-norme, Nanami l’admirait alors qu’elle poussa un soupir un peu étonné.

« Oh, mais une maison n’a pas forcément de la nourriture. Je vais aller chercher quelque chose dans le coin, alors ça vous dérangerait d’attendre ici ? En fait… Qu’est-ce que vous mangez, Lady Ristia ? » demanda Nanami.

« Qu’est-ce que je mange ? Des plats normaux, » répondit Ristia.

« N’avez-vous pas besoin de sang ? Si c’est le cas, alors, hum… voudriez-vous boire mon sang ? » demanda Nanami.

***

Partie 2

Pour le dire franchement, si Nanami devenait la parente d’un vampire, elle n’aurait pas besoin de se faire boire son propre sang, mais plutôt de boire le sang du vampire en question. Donc, dans ce cas, elle voulait dire que ce n’était qu’une façon d’offrir de la nourriture. Au début, Nanami n’aurait jamais offert son propre sang, mais dans le peu de temps qu’elles avaient passé ensemble, elle avait réalisé que Ristia était un ange bienveillant envoyé du ciel. Maintenant, elle l’adorait tellement qu’elle était prête à laisser Ristia boire son propre sang si elle en avait besoin.

« Merci, mais ça va aller, » déclara Ristia.

« … Oh, vous ne le ferez pas ? » demanda Nanami.

« Oui, j’ai entendu dire que si je bois du sang humain vivant, mes capacités physiques doublent pendant quelques jours, » déclara Ristia.

« … Vous avez entendu ça, madame ? » demanda Nanami, perplexe.

« Ouaip. Je l’ai dit plus tôt, mais je n’utilise de toute façon qu’une fraction de mon pouvoir, » déclara Ristia.

« Oh… Donc vous dites que vous n’avez pas besoin de pouvoir. Dans ce cas, n’avez-vous pas de pulsions vampiriques ? » demanda-t-elle, pensant de son côté, Puisqu’elle se dit vampire, boire du sang serait un trait commun. En fait, on ne peut pas vraiment traiter quelqu’un de vampire à moins qu’il ne boive du sang.

« Maman m’avait dit que j’aurais des impulsions une fois que j’aurais atteint la puberté ou peu importe, mais… pour le moment, je n’ai rien eu du genre, » déclara Ristia.

« Oh wôw. Dans ce cas, si vous voulez boire du sang, faites-le-moi savoir. Tant que mon sang vous conviendra, ça ne me dérangera pas que vous le buviez quand vous en aurez besoin, » déclara Nanami.

« Merci, mais même si cette envie me venait à l’esprit, je ne pense pas que je voudrais boire ton sang, Nanami, » déclara Ristia.

« Hein ? Est-ce que mon sang a l’air dégoûtant, madame !? » Si oui, c’est un choc, se dit Nanami. Ristia, cependant, lui avait fait un sourire ironique, lui assurant que ce n’était pas le cas.

« Nanami, sucer du sang, c’est pour la nourriture, non ? Donc, oui. Je ne veux pas te voir comme de la nourriture, » déclara Ristia.

« … Lady Ristia. » Ristia ne lui avait pas vraiment dit que c’était parce que Nanami était quelqu’un de spécial, mais Nanami avait quand même l’impression qu’elle pensait à elle d’une manière spéciale, ce qui lui faisait plaisir à entendre.

« Quoi qu’il en soit, je peux très bien manger de la nourriture normale, » déclara Ristia.

« Je vois. D’accord. Je vais aller chasser un animal, » dit Nanami alors qu’elle s’apprêtait à sortir de la maison avant que Ristia ne l’arrête, lui disant d’attendre.

« Il y a de la nourriture chaude et prête ici, alors ne t’inquiète pas pour ça. » Ristia étendit doucement une nappe et commença à mettre habilement des plats sur la table, y compris des bols de soupe, un plat de viande, un bol de salade, et une assiette remplie de pain. La vapeur s’élevait des plats sur la table, et cela avait vraiment l’air fraîchement cuisinés, mais… une boîte à objets étant un hangar de stockage. Les lois du temps ne s’appliquaient pas à tout ce qui se trouvait à l’intérieur, mais c’était une chose dont Nanami n’avait jamais entendu parler bien qu’elle commençait à y penser.

Je suppose que c’est bien approprié pour vous, Lady Ristia… pensa Nanami, s’acclimatant de plus en plus à la proximité de Ristia.

« D’accord, mange-t-on avant que cela ne refroidisse ? » demanda Ristia.

« Oh, est-ce acceptable que je mange ? » demanda Nanami.

« Mais bien sûr ~ Viens maintenant, assieds-toi à côté de moi, » déclara Ristia.

Nanami fit ce que Ristia lui proposa, en s’asseyant à côté d’elle. Elles étaient extrêmement proches l’une de l’autre, ce qui donnait à Nanami une bonne vue sur le beau profil de Ristia, ce qui l’amenait à baisser le visage.

« Bien alors, commençons à manger ~, » déclara Ristia.

« Oui, oui, allons-y, » répondit Nanami, mais il semblait y avoir plusieurs cuillères et fourchettes posées sur la table. Étant la roturière qu’elle était, il n’y avait aucun moyen qu’elle connaisse les bonnes manières en matière de coutellerie, ce qui la rendait extrêmement agitée.

« Ce n’est pas grave. Ça me fait plaisir que tu partages un repas avec moi, Nanami. Alors, ne t’inquiète pas des bonnes manières. Profite de ton repas, » déclara Ristia.

« O-Oh, merci beaucoup. Eh bien, alors… Hmm ! Oh, wôw. C’est délicieux ! » Nanami avait pris une bouchée de la viande et la trouva si délicieuse que ses yeux s’ouvrirent comme des soucoupes. « C’est tout simplement délicieux. Je n’ai jamais mangé un rôti aussi délicieux de toute ma vie ! »

« Heheh. Merci, » déclara Ristia avec un sourire vraiment très heureux. Nanami était loin de se douter que Ristia était en train de s’amuser en pensant, Oh mon Dieu, Nanami m’a complimentée. Je suis si heureuse ! Cependant, elle savait que son commentaire plaisait à Ristia, ce qui était une bonne chose.

« Est-ce vous qui l’avez fait, Lady Ristia ? » demanda Nanami.

« Euh, c’est bien sûr moi que je l’ai fait. J’avais espéré que ma petite sœur partagerait ce repas avec moi un jour, » déclara Ristia.

« Petite sœur… N’avez-vous donc pas une sœur cadette ? » Elle l’avait demandé, pensant qu’il s’agissait là d’une occasion en or, car Ristia elle-même avait soulevé le sujet qui pesait sur Nanami depuis le tout début. Cependant, quant à la réponse de Ristia…

« … Hmm-mm, pas en ce moment, » déclara-t-elle avec un sourire triste.

Ce qu’elle voulait dire par là, c’est que le désir extrême et intense de Ristia pour une petite sœur la poussait à préparer des plats avant que sa petite sœur ne naisse et à les conserver avec de la magie, mais il était impossible que Nanami ait pu en faire la même interprétation. Au lieu de cela, Nanami regrettait intensément d’avoir posé la question. Elle a fait ce plat pour sa petite sœur, mais cette petite sœur n’est plus là. Cela ne pouvait que signifier qu’elle est séparée de sa sœur dans la mort, pensa Nanami. C’était une personne gentille, ainsi que sa sauveuse. Et bien qu’elle soit son aînée, elle avait l’impression qu’elle ne pouvait pas se séparer d’elle. Cela lui avait donné envie de soutenir Ristia de toutes les manières possible.

Lady Ristia ? Si ça ne vous dérange pas, pourrais-je remplacer votre petite sœur ? Je ne fais que rêver, non ? Une simple humaine comme moi n’oserait pas demander quelque chose d’aussi éhonté. Mais si le moment vientLady Ristia me demande de devenir sa petite sœur, alors dans ce cas…, pensa Nanami, gardant ces idées secrètes pendant qu’elle participait au délicieux repas que Ristia avait préparé.

***

D’un autre côté, partager un repas avec Nanami avait bouleversé Ristia, car c’était la première fois qu’elle partageait un repas avec une fille plus jeune qu’elle. Ristia n’avait jamais mangé qu’avec ses parents ou ses sœurs aînées. Elle était toujours à la merci de leur amour et des commentaires sur sa beauté, mais elle n’avait jamais été celle qui donnait l’amour. D’où l’intérêt… pour elle d’avoir une petite sœur. Ce qui m’intéresse, c’est d’être une Grande Sœur ! Je veux gâter une petite sœur ! Elle en avait tellement fait une priorité qu’elle n’avait pas une idée concrète de la façon dont elle voulait s’y prendre pour obtenir une petite sœur. Cependant…

« Lady Ristia, votre cuisine est incroyable ! Incroyable ! » déclara Nanami.

 

 

Nanami complimentait si innocemment le repas que Ristia avait préparé. Nanami était si mignonne qu’elle ne pouvait même pas le supporter. Je veux protéger cette fille. Je veux en faire ma parente et passer l’équivalent d’une éternité avec elle. Ces émotions jaillissaient pratiquement de sa poitrine. Les sentiments qui l’accablent lui avaient fait réaliser d’un seul coup, Ah, mince… C’est probablement ce que mes grandes sœurs ressentaient pour moi. Ristia s’était aussi dit que si elle pouvait se sentir si heureuse avec Nanami maintenant même si elle n’était pas sa petite sœur, elle serait probablement encore plus heureuse si elle l’était.

Je veux une petite sœur. Je veux faire de Nanami ma petite sœur. Douce Nanami, deviens ma petite sœur ! pensa Ristia, mettant les émotions emprisonnées dans son cœur en mots et les laissant presque s’envoler de sa bouche, mais Nanami lui proposait de la conduire en ville pour la remercier de lui avoir sauvé la vie. Elle lui avait même offert son propre sang si Ristia en avait besoin. Nanami rendait une faveur à Ristia. À ce stade, si Ristia avait demandé à Nanami de devenir sa parente, la jeune fille répondrait sans doute docilement et instantanément : « Si tel est votre souhait, Lady Ristia, je le ferai avec plaisir » et deviendrait sa petite sœur. Mais… ce n’était pas bon.

Ce que Ristia voulait, c’était une fille qui ferait preuve d’une grande sincérité envers sa sœur aînée, et non une fille qui jouerait le rôle d’une petite sœur par obligation. C’est pourquoi je ne peux pas mal agir en lui demandant de devenir ma petite sœur, pensa Ristia, en réfrénant sa demande de sœur. Mais cela ne voulait pas dire qu’elle renonçait à faire de Nanami sa petite sœur, elle allait faire tout ce qu’elle pouvait pour s’assurer que Nanami lui proposerait d’assumer ce rôle toute seule. Ristia garda sa décision pour elle pendant qu’elle regardait Nanami manger son repas avec joie.

***

Partie 3

L’après-midi suivant, Ristia et Nanami arrivèrent à un endroit où une ville entourée de murs de pierre était visible au loin.

« Lady Ristia. La ville que vous voyez là-bas est celle où je vis, Sistania ! » Nanami était ravie. Au début, elle donnait l’impression d’être une fille docile et introvertie, mais au cours des deux derniers jours, elle était devenue beaucoup plus exubérante. Elle ne l’adorait pas en tant que Grande Sœur, mais l’adorait comme un ange, ce qui était une source de mécontentement pour Ristia… mais Nanami ne s’en rendait pas vraiment compte.

Je suis contente qu’elle m’adore, mais ce n’est pas censé être comme ça ! pensa Ristia incapable de s’empêcher de se lamenter sur sa situation.

En tout cas, les deux filles avaient réussi à atteindre l’entrée de la ville. C’est alors qu’un homme plus âgé, habillé comme un chevalier effectuant des contrôles auprès des visiteurs, s’approcha d’elles.

« Bienvenue à Sistania, jeune fille. Qu’est-ce qui vous amène dans cette ville ? » demanda le garde.

« Sauver des personnes ! » répondit Ristia.

« … Pardon ? » Le soldat avait l’air abasourdi par la réponse sans hésitation de Ristia.

« Comme je l’ai dit, je suis ici pour sauver les enfants dans le besoin, » déclara Ristia.

« Êtes-vous… sérieusement en train de dire ça ? » demanda le soldat.

« Lady Ristia est un ange ! » déclara Nanami.

« Ange ? Qu’est-ce que… attends, Nanami ? Ma parole, tu es en sécurité ! » s’exclama l’homme en courant vers Nanami.

« Ooh, c’est vraiment toi, Nanami. Dieu merci. Tu étais donc en sécurité. Tout le monde était inquiet, car l’équipe de reconnaissance n’est pas revenue le jour prévue ! » Nanami s’était mordu les lèvres et avait baissé la tête en regrettant. Le soldat avait fait une expression emplie de doute en réponse au changement d’attitude de Nanami. « En parlant de ça, où sont les autres membres ? »

« … Tout le monde a été tué, » les mots de Nanami lui avaient coupé le souffle, mais son expression s’était vite tendue pour se préparer à la suite.

« … Que s’est-il passé ? » demanda le garde.

« Des monstres vivaient dans ce donjon. Un par un, tout le monde a été éliminé. La seule raison pour laquelle je suis en vie, c’est grâce à Lady Ristia, » déclara Nanami.

« “Lady Ristia” ? Je ne suis pas sûr de ce que tu veux dire par là, mais je suis content que tu sois en vie. Je vais contacter la guilde, alors reste ici, d’accord ? » déclara le soldat avant de courir quelque part. Ristia le regarda faire, pointant son regard vers les rues visibles de l’autre côté de la porte. Le long de la rue principale, il y avait des bâtiments de pierre empilés. Même par rapport aux humains de la génération de Ristia, ils n’avaient pas fait beaucoup de progrès. En fait, on aurait dit qu’ils avaient régressé. Cependant, l’échelle de la ville était beaucoup plus grande que n’importe quelle ville que Ristia connaissait.

« Cette ville est vraiment immense ~, » déclara Ristia.

« Croyez-le ou non, mais elle n’est pas très grande comparée à beaucoup d’autres villes, » répondit Nanami.

« Wowie, je vois que les humains ont vraiment augmenté en nombre. Combien de personnes vivent dans cette ville ? » demanda Ristia.

« J’ai entendu parler de vingt à trente mille, » répondit Nanami.

« C’est sûr que c’est beaucoup pour moi ~. » Même si la durée de vie humaine était d’un siècle, ils produiraient deux à trois cents personnes par génération. La moitié d’entre elles sont peut-être des filles, mais d’après mes calculs, cela signifie qu’il y a facilement un millier de candidates pour être ma petite sœur dans cette ville ! se dit Ristia. En même temps, elle avait formulé un plan pour se trouver une petite sœur dans cette ville.

« Nanami, j’ai une requête, » déclara Ristia.

« S’il vous plaît, laissez-moi faire, » déclara Nanami.

« Oui, mais je ne t’ai encore rien dit. Ce n’est pas bon d’accepter une demande quand on ne sait même pas ce qu’on va te demander, » déclara Ristia.

« Ce n’est pas un problème, madame, » déclara Nanami.

« C’est un problème…, » Ristia poussa un léger soupir.

Ne pas demander à Nanami de devenir sa petite sœur était la bonne option. À ce rythme, si elle avait prétendu être sa petite sœur par obligation, la situation aurait été irrécupérable. Au lieu de cela, elle avait prévu de ne pas précipiter sa relation avec Nanami, de prendre son temps et d’établir petit à petit des liens entre elles.

« Alors, que voulez-vous que je fasse pour votre demande ? » demanda Nanami.

« Ma demande concerne mon identité. J’aimerais que tu gardes ça secret autant que possible, » répondit Ristia.

« Mais pourquoi !? Vous me demandez de cacher le fait que vous êtes un ange pour tout le monde, Lady Ristia !? » elle n’avait pas pu s’empêcher de crier. Ristia fut déconcertée par la réaction de Nanami.

« Je suis sûre que tu le sais déjà, mais je ne suis pas un ange, OK ? Mais là n’est pas la question. Ce que je veux que tu gardes secret, c’est que je suis un Sang Véritable. Je veux vivre comme une fille normale. » En faisant savoir à Nanami qu’elle était un Sang Véritable, elle avait effrayé la jeune fille et avait fait promettre à Ristia de ne pas faire d’elle une parente. Ristia considérait cela comme un échec, c’est pourquoi elle voulait se comporter comme une fille normale — une fille normale, humaine — en veillant à ce que sa véritable identité soit gardée secrète jusqu’à ce qu’elle établisse une relation de confiance.

« Vous voulez vivre comme une fille normale, Madame… ? » demanda-t-elle, presque comme si elle voulait savoir si c’était possible.

« Je suis peut-être un Sang Véritable, mais je ne suis qu’une fille normale, alors ça ira si tu ne dis rien, Nanami, » déclara Ristia.

« Je pense que vous devriez réaliser un peu à quel point vous êtes puissante, Lady Ristia, » déclara Nanami avec un visage déçu, faisant baisser les épaules de Ristia.

« Tu penses que ça… ne marchera pas ? » Elle avait demandé ça avec tristesse, la beauté qui en résulta suffit à captiver Nanami, bien qu’elle soit du même sexe.

« Non, ça va marcher ! Je garderai votre secret avec chaque fibre de mon être ! » déclara Nanami.

« … Vraiment ? » demanda Ristia.

« S’il vous plaît, laissez-moi m’en occuper ! » déclara Nanami.

« Oh, super ! Je t’en remercie ! » Ristia avait souri innocemment, alors que les sentiments remplissaient le cœur de Nanami. Malheureusement, il n’y avait personne pour intervenir et lui dire qu’elle n’allait pas faire une Grande Sœur avec le genre d’attitude qu’elle avait en tête. L’homme plus âgé qui était parti il n’y a pas si longtemps était revenu auprès de Ristia qui était maintenant de bonne humeur.

« Désolé pour l’attente. La guilde va faire venir un envoyé, donc il devrait être là pour vous escorter bientôt, » le soldat avait informé Nanami avant de tourner son attention de nouveau vers Ristia. « Alors, c’est vous qui avez sauvé la vie de Nanami, petite dame ? »

« Euh, eh bien…, » déclara Ristia.

« C’est ma sauveuse, Lady Ristia ! » Nanami avait affirmé cela avec emphase.

« … Eh bien, c’est comme vous l’avez entendue, » confirma Ristia avec un sourire ironique.

« Je vois. Alors, je vous remercie aussi. Je suis reconnaissant que vous ayez sauvé la vie de Nanami, » déclara le garde.

« Hm-mm, n’y pensez plus. Je voulais aider en la sauvant, alors je l’ai fait, c’est tout, » déclara Ristia, cette fois avec un sourire plus pur et plus innocent. L’homme regarda ce sourire innocent et s’exclama avec adoration.

« … On dirait que votre présence ici pour sauver des enfants n’est pas un mensonge. Êtes-vous par hasard une sorte de sainte femme en pèlerinage, ou quelque chose comme ça ? » demanda le garde.

« Pas du tout. Je suis juste une fille normale. Mais je dis la vérité quand je dis que je veux aider les enfants ! » déclara Ristia.

« Hmm… Je ne comprends pas très bien ce qui se passe, mais vous n’avez pas l’air mal disposé. Dans ce cas, je vous délivrerai votre plaque d’identité, » déclara le garde.

« “Plaque d’identité” ? » demanda Ristia.

« Oui, on vérifie tous les jours s’il y a des personnes suspectes ici. Les plaques d’identité servent de preuve que vous êtes bien passé par ici pour un contrôle, » expliqua le garde.

« Oh ? Vous faites ça ? » La famille des Sangs Véritables était si peu nombreuse qu’il n’était pas exagéré de dire qu’elle connaissait chaque membre. C’est pourquoi, comme il était naturel qu’ils n’aient pas mis en place un tel système, Ristia avait trouvé que ce concept nouveau avait un sens.

« Je vais imprimer votre nom et votre profession sur un document, alors pourriez-vous me dire ce que c’est ? » demanda le garde.

« Je m’appelle Ristia Granshes. Mon métier est… Une fille normale ? » répondit Ristia.

« … Hmm. Eh bien, je suppose que ça va marcher, » le soldat avait inscrit son nom et son occupation sur une petite plaque à l’aide d’un objet magique. « Et ça devrait… faire l’affaire. Les frais d’inscription sont d’une pièce d’argent. »

« Par “pièce d’argent”… vous voulez dire de l’argent, exact ? » demanda Ristia.

« C’est exact, mais… Je suppose que vous n’en avez pas ? » demanda le garde.

« Euh, eh bien… Ouais, » répondit Ristia.

Le soldat avait l’air surpris. Une pièce d’argent n’était en aucun cas un prix élevé. L’histoire aurait été différente si c’était un enfant, mais il était difficile d’imaginer qu’un voyageur, et encore moins une jeune fille comme celle-ci seraient sans le sou.

« Lady Ristia, je paierai pour vous ! » déclara Nanami, offrant d’aider Ristia. Cependant, Ristia elle-même semblait troublée. C’était ainsi parce qu’en tant que Grande Sœur respectable, elle ne pouvait pas se permettre d’être gâtée par l’une de candidates pour être sa petite sœur.

« Dites, Monsieur ? Au lieu d’argent, je peux… vous donner autre chose ? » demanda Ristia.

« Quelque chose d’autre ? Eh bien, vous avez apparemment sauvé la vie de Nanami. Si vous avez quelque chose d’équivalent à une pièce d’argent, alors je serais prêt à le prendre. Mais… qu’est-ce que vous proposez ? » demanda le garde.

« Euh, eh bien… Qu’est-ce que vous pensez de ça ? » Ristia avait sorti une sacoche en cuir de sa boîte à objets.

« Hm ? Où est-ce que vous venez de sortir ça… ? Attendez, oubliez ça, vous avez un sacré sac, » déclara le garde.

« Hm-mm, ce n’est pas un sac à main, il y a un catalyseur utilisé pour les objets magiques ~, » de l’intérieur, elle avait sorti une petite pierre d’un noir de jais. Elle avait été taillée avec dix-sept côtés, ce qu’on appelle une « coupe simple ». C’était, comme son nom l’indique, simple — mais à la fois très délicate selon les normes de ce monde.

« Attendez une seconde, Lady Ristia ? » demanda Nanami avec timidité, tirant sur l’ourlet de la robe de Ristia. Cependant, ne voulant pas être gâtée par sa future petite sœur, Ristia avait coupé la parole à Nanami avant qu’elle ne puisse dire quoi que ce soit. « Désolée, ça devra attendre. » Elle avait ensuite remis la pierre noire au soldat.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? C’est très joli, mais est-ce une sorte de pierre précieuse ? » demanda le garde.

« C’est une pierre que j’ai moi-même faite, » déclara Ristia.

« Oh ho… Alors vous l’avez fait, Petite Mademoiselle ? » demanda le garde.

S’il y avait eu des aristocrates, ils auraient été captivés par la beauté de la pierre. Et s’il y avait des sorciers, ils seraient stupéfaits par les niveaux de mana que contient la pierre. En fait… Nanami, elle-même, une sorcière en herbe s’était déjà trouvée abasourdie. Pour le meilleur ou pour le pire, le soldat ne l’avait reconnu que comme une jolie pierre.

« Alors allez-vous payer le péage avec cette pierre ? » demanda le garde.

« Ouaip. Oh, est-ce… d’accord ? » demanda Ristia.

« Hmm… Je ne vois pas de problème. Je ne sais pas vraiment à quel point il est précieux, mais je suis sûr qu’il ne vaut pas moins qu’une pièce d’argent. J’en ferai un pendentif et je le donnerai à ma femme, » chuchota le soldat en le regardant d’un air aimable.

« … Monsieur, avez-vous une femme ? » demanda Ristia.

« Bien sûr que si. Une femme et une fille, » déclara le garde.

« Une… fille ? Juste une seule ? N’en avez-vous pas pour une seconde ? » demanda Ristia.

« … Ce serait bien si on pouvait. Ma femme n’est pas en très bon état, vous voyez, » déclara le garde.

« Elle est malade ou quoi ? » demanda Ristia.

« Oui, quelque chose comme ça…, » déclara le garde.

« Oh, je vois. D’accord. Attendez une seconde, » déclara Ristia.

Elle avait sorti des objets de sa boîte à objets et jeta un sort de magie du sixième niveau — le plus haut niveau de magie que l’on puisse utiliser sans cercle magique ou incantation. Les yeux de Nanami et du soldat se dirigèrent vers la main de Ristia, où les matériaux changèrent de forme sous leurs yeux et se transformèrent en pendentif avec une pierre magique noire.

« Eheh, d’accord. Votre pendentif est terminé ~, » déclare Ristia.

« Attendez une seconde. Tout à l’heure, qu’est-ce que vous avez fait… ? » demanda le garde.

« Oh, c’est juste ma gâterie ~ c’est enchanté afin d’améliorer l’état de votre femme, donc une fois qu’elle ira mieux, assurez-vous de tout faire pour avoir ce deuxième enfant, OK ~ ? » déclara Ristia.

« Jeune Mademoiselle, je… Je vous remercie ! Tenez, prenez ça en gage de ma gratitude. » Le soldat lui avait tenu le poignet, lui faisant ouvrir la paume. À l’intérieur, il avait déposé deux pièces d’argent.

« Mais…, » déclara Ristia.

« Je vous invite, mademoiselle. Cela vous permettra au moins de passer une nuit dans une auberge, » déclara le garde.

« Merci, Monsieur ~ ! » Ristia le remercia d’un sourire pur et simple.

« Nanami ne mentait pas quand elle a dit que vous étiez un ange, » déclara le garde.

« Bien que je sois juste une fille normale ~ ! » répondit Ristia.

« D’accord, d’accord. J’ai compris. Alors, mademoiselle la “fille normale”, j’ai une faveur à vous demander, » déclara le garde.

« Hm ? Oui ~ ~ ? » demanda Ristia.

« Pendant votre séjour dans cette ville, je souhaiterais que vous deveniez amie avec ma fille si jamais vous avez l’occasion de la rencontrer. Elle veut une sœur depuis un moment, » déclara le garde.

« … !! Oh, oui, oui, oui ! C’est réciproque ! » Super ! Une candidate pour ma mignonne petite sœur ~ pensa Ristia avec un sourire d’une oreille à l’autre.

« Très bien, je suis sûr que vous vous entendrez bien, » déclara le garde.

« OK. Merci, Monsieur ~, » le soldat avait regardé les deux filles qui avaient franchi la porte d’entrée de la ville.

***

Partie 4

C’était une drôle de jeune femme. Innocente et naïve… et Nanami l’a traitée d’ange, mais que diable est-elle vraiment ? Le soldat plus âgé qui avait vu partir Ristia et Nanami, nommé Kurz, pensait à ça en faisant des vérifications des voyageurs.

« Kurz, êtes-vous là ? »

« Oui, juste ici. Quelque chose ne va pas, Monsieur ? » Le capitaine du garde l’avait appelé, l’incitant à venir vers lui au pas de course.

« Non, rien de particulier. Je suis juste venu vous dire que vous êtes libre de partir bientôt, » déclara le chef.

« … Êtes-vous sûr, Monsieur ? » Il restait encore un peu de temps avant que la cloche sonne.

« Ce n’est pas comme si on avait une tonne de voyageurs aujourd’hui. Dépêchez-vous de rentrer chez vous, auprès de votre femme, » déclare le capitaine.

« … Oui, merci beaucoup, Capitaine, » déclara Kurz en remerciement à son capitaine avant de se dépêcher de rentrer chez lui.

Il s’était rendu dans une petite maison individuelle nichée dans un coin de la ville. Kurz avait repris son souffle, avait redressé son visage en souriant et était entré dans sa maison.

« Oh, bon retour parmi nous, papa. Tu rentres tôt à la maison. »

« Oui, le capitaine m’a laissé partir plus tôt par considération. Où est Anna ? » demanda Kurz.

« Maman ? Elle dort dans sa chambre, » répondit sa fille.

« Ah, d’accord. Je vais aller voir comment elle va, » déclara Kurz.

« D’accord, » répondit sa fille.

Sa fille, Remi, le regardait partir alors qu’il se dirigeait vers sa chambre, où dormait sa femme. Sur le lit, la femme de Kurz, Anna, se reposait.

« … Bon retour parmi nous, mon chéri, » déclara Anna, sa femme.

« Désolé, t’ai-je réveillée ? » demanda Kurz.

Anna secoua la tête en réponse d’une manière plutôt faible. Son état n’était pas déraisonnable, vu les circonstances. Anna avait été victime d’une attaque de monstre dans les bois il y a environ un mois et avait subi bon nombre de blessures. Les blessures étaient si massives, en fait, que même la magie ne pouvait pas les guérir, c’était un miracle qu’elle s’en soit sortie en vie. Mais en conséquence, elle s’était affaiblie progressivement et on lui avait dit qu’elle ne vivrait peut-être pas beaucoup plus longtemps.

« Chéri, qu’est-ce que tu as dans ta main ? » demanda Anna.

« Hm ? Oh, ça ? C’est un cadeau pour toi. » Kurz se dirigea vers son chevet et montra à sa femme le pendentif qu’il avait reçu de Ristia.

« Oh mon… c’est magnifique. Tu me le donnes… ? » demanda Anna.

« Bien sûr que oui. En y repensant, j’ai réalisé que je ne t’avais jamais fait de cadeau avant, » déclara Kurz.

« Merci beaucoup, mon chéri. Pourrais-je te déranger en te demandant de le mettre pour moi… s’il te plaît ? » lui demanda Anna avec une expression un peu troublée. En voyant cela, Kurz avait eu envie de se donner des coups de pied pour avoir été si maladroit. Anna avait perdu son bras à cause de ses blessures massives, et elle n’était pas capable de faire bouger son autre bras aussi bien. Kurz s’était mordu la lèvre pendant une seconde, mais avait rapidement fait un visage comme si de rien n’était et avait continué en disant, « Bien sûr que je vais le mettre pour toi. Voyons voir… Hmm, comme ça, je suppose ? » alors qu’il fermait le fermoir du pendentif autour du cou d’Anna.

« Hmm, ouais. Elle te va à ravir, » déclara Kurz.

« La flatterie ne te mènera nulle part, mon cher, » déclara Anna.

« La flatterie, mon pied. C’est la vérité. » Même le visage d’Anna présentait de graves cicatrices. Malgré cela et les autres blessures, sa bonne humeur était restée la même. Kurz pensait, du fond du cœur, qu’Anna était la meilleure épouse du monde.

« C’est un tel délice, mon chéri. Je suis vraiment bénie d’avoir été ta femme, » déclara Anna.

« … Espèce d’idiote. Ne va pas dire des choses comme si c’était déjà fini, » déclara Kurz.

« Je suis désolée… Mais je voulais juste m’assurer que tu le saches. Je suis presque sûre que je n’ai pas beaucoup de temps. Alors… hé, chéri ? Une fois que je serai morte, prends soin de notre fille, » déclara Anna.

« Arrête ça. S’il te plaît, arrête. » Anna était une femme de bon cœur que tout le monde adorait. Elle avait l’habitude d’aller à la recherche de plantes médicinales pour le bien des autres — une femme vraiment compatissante. Pourquoi diable cela devait-il arriver à Anna ? pensa-t-il, maudissant le destin. Kurz se tenait debout, le poing serré, tandis qu’Anna ne faisait que sourire d’un air un peu triste — du moins, elle l’était jusqu’à ce que la surprise vienne soudainement se rependre sur l’expression d’Anna.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? J’ai le visage chaud pour une raison inconnue… Non, pas seulement mon visage. Tout mon corps brûle… Aah, mes blessures. Mes blessures brûlent ! » s’exclama Anna.

« Quoi ? Quoi ? Anna, vas-tu bien !? Urk, Remi, vient ici ! Vite ! » Kurz avait commencé à paniquer quand il avait vu Anna se tordre de douleur. Remi s’était précipitée dans la pièce après avoir entendu le cri de Kurz.

« Qu’est-ce qui ne va pas, papa ? » demanda Remi.

« Je ne sais pas. Anna s’est mise à dire quelque chose à propos de ses blessures qui brûlaient, » déclara Kurz.

« Brûler ? Maman ! Vas-tu bien !? » Remi s’était précipitée à côté d’Anna… et ce qu’elle avait vu lui avait coupé le souffle. « Papa, regarde… regarde ça. »

« Quoi ? Quoi ? C’est quoi le problème — . » Kurz avait regardé vers l’endroit que Remi désignait pour lui aussi perdre la parole.

Les terribles cicatrices qui se trouvaient sur le visage d’Anna étaient enveloppées d’une lumière aux couleurs de l’arc-en-ciel et avaient commencé à disparaître juste devant ses yeux. Le fait d’être témoin de ce spectacle l’avait stupéfait.

« Mais c’est… Qu’est-ce que c’est que ça ? » demanda Kurz.

« Je ne sais pas quoi… ? Oh mon Dieu, la sensation de brûlure s’est enfin calmée. » Anna s’était assise dans son lit, toute revigorée avant de s’étirer avec une expression rafraîchie et un petit grognement, « Hmm ~ ! » C’est un spectacle incroyable qui avait fait tomber les mâchoires de Kurz et de sa fille Remi. « Oh, mon Dieu, pourquoi faites-vous cette tête ? »

« Pourquoi faisons-nous ça? Et toi, toi !? Est-ce que ça va ? » demanda Kurz.

« Hein ? Oh… Maintenant que tu le dis, je me sens plutôt bien, » déclara Anna.

« N-Non, tu te trompes…, » avant qu’il n’ait pu terminer sa phrase par une idée, le cri hystérique de sa fille l’avait coupé.

« M-M-M-M-M-M-M-Maman ! Ton bras ! Regarde ton bras ! » s’écria Anna.

« Qu’est-ce qu’il y a avec mon bras maintenant ? … Hein ? » Anna tendit les deux mains devant elle… et ses yeux s’ouvrirent en grand. Devant elle, ses deux bras étaient totalement indemnes. C’était quelque chose de fondamentalement impossible. Surtout parce qu’Anna avait perdu son bras droit quand ce monstre l’avait agressée.

« Pourquoi mon bras est-il redevenu normal ? » demanda Anna.

« Je… Je ne sais pas. Mais je pense que la lumière d’il y a une seconde t’a aidée à faire pousser un nouveau bras ! » déclara Kurz.

« P-Pousser ? Qu’est-ce que tu racontes ? Les bras ne poussent pas comme ça sur les corps, » répondit Anna.

« Mais il a bien poussée. La preuve est là ! » déclara Kurz.

Alors qu’il regardait sa femme et son enfant être dans une certaine frénésie, Kurz fut le seul à comprendre la source de ce miracle. Il avait aperçu le pendentif autour de son cou qui brillait lorsque les blessures d’Anna avaient fait la même chose. Cela avait poussé Kurz à se dire, je n’arrive pas à le croire… Depuis le début, cette jeune femme était vraiment un ange.

***

Des bâtiments en pierre bordaient les côtés de la rue principale dans laquelle étaient arrivées Ristia et Nanami. Il y avait beaucoup de gens qui transportaient des marchandises en chariot et des gens qui semblaient rentrer chez eux après le travail de la journée.

« Wowie… tant de gens ~. » La plus grosse masse d’humains que Ristia avait vue était un petit village. C’était la première fois qu’elle pouvait voir autant de gens vivre leur vie quotidienne comme ça. Ristia étendit les bras et commença à se retourner, déclarant à quel point tout cela était incroyable. Cependant, juste à ce moment-là…

« Lady Ristia, il faut qu’on parle, » déclara Nanami.

« Hein ? » s’exclama Ristia.

« Venez par ici, c’est tout. » Nanami l’avait attrapée par le bras et l’avait amenée au bord de la route.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Ristia.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? Ne me dites pas ça. Ce pendentif a été enchanté tout à l’heure, n’est-ce pas ? » demanda Nanami.

« Oui, et ? » demanda Ristia.

« “Oui, et  ?” Ne me faites pas ça ~… » Nanami s’agrippa sa tête, perplexe, comme elle devait se répéter, passant d’un mal de tête à l’autre. « Lady Ristia, vous voulez vous comporter comme une fille normale, non ? »

« Je suis une fille normale, » déclara Ristia.

« Une fille normale ne peut pas enchanter sans effort des choses comme ça ! » s’écria Nanami.

« Hein ? Alors, dois-je… faire plus d’efforts pour les enchanter ? » demanda Ristia.

« Plus d’efforts ne vont pas aider ! » s’écria Nanami.

« Alors, devrais-je… faire beaucoup plus d’efforts ? » demanda Ristia.

« OK, laissez-moi être franche, Lady Ristia. Tout comme une personne ne sera jamais capable de voler seule, peu importe ses efforts, il y a juste certaines choses dans ce monde où l’effort seul ne vaut rien. » Expliqua Nanami.

« … Hein ? Mais je peux voler, » déclara Ristia.

« Et je vous dis que ce n’est pas normal… » Nanami se décourageait.

Ristia n’avait aucune idée de ce qu’elle était, mais même il y a un millénaire, on disait que les humains ne pouvaient utiliser que jusqu’au quatrième niveau de magie, et on disait que les humains de cette époque étaient considérés comme étant de première classe s’ils étaient capables d’utiliser la magie du troisième niveau. Bien sûr, le niveau trois avait aussi des enchantements, mais les effets de ce niveau étaient tout à fait différents. Essentiellement, il était courant qu’un sorcier habile mette beaucoup de temps à fabriquer un objet enchanté. Ce n’était pas le genre de choses qu’on pouvait faire sortir rapidement en quelques secondes, quelles que soient les circonstances.

***

Partie 5

« Au fait, avec quel genre de capacités l’avez-vous enchanté ? » demanda Nanami.

« Je crois que c’était de la magie régénératrice. Le garder en ta possession guérira toutes les blessures, » avant que Ristia n’atteigne la fin de sa phrase, les yeux de Nanami se plissèrent avec des doutes vers elle. Voyant cela, bien sûr, Ristia avait commencé à penser qu’elle en avait peut-être trop fait. « Ai-je fait quelque chose… de mal, par hasard ? »

« C’est pour le moins étrange, c’est certain. S’il s’agissait d’une sorte d’enchantement de guérison, cela aiderait normalement tout au plus à sceller une blessure sur un doigt après toute une journée, » répondit Nanami.

« … Hein ? Mais cela ne peut-il pas se produire instantanément sans même utiliser un enchantement ? » demanda Ristia.

« Pour une personne normale, cela prendrait à lui seul plusieurs jours, » déclara Nanami.

« O-Oh, tu ne dis pas…, » déclara Ristia.

Même si son corps était réduit en cendres, Ristia s’en remettrait en quelques secondes, de sorte que pour elle, le fait qu’une simple blessure au doigt mette quelques jours à guérir était hors de son domaine de compréhension.

« Alors, est-ce que cicatriser une blessure en quelques secondes est un peu trop ? » demanda Ristia.

« “Est-ce un peu trop” est une façon de le dire, mais je dirais qu’il atteint le territoire de l’artefact. Si vous le vendiez, vous pourriez vous permettre plus qu’un simple séjour dans une auberge. Vous pourriez avoir plusieurs manoirs érigés sur sa seule valeur, » déclara Nanami.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Est-ce si remarquable que ça ? » Mince, je pourrais facilement les produire en masse si je voulais… Ristia avait ri face à cette pensée ridicule, mais elle avait eu le bon jugement de ne pas le dire à haute voix.

« Devrions-nous y retourner et lui demander de l’échanger contre quelque chose d’autre ? » demanda Nanami.

« … Hmm, ça serait mal sinon ? » demanda Ristia.

« Je n’en suis pas certaine. L’enchantement n’était que pour la régénération… n’est-ce pas ? » demanda Nanami.

« Mm-hmm, mm-hmm. C’est tout ce que j’ai mis dedans, » déclara Ristia.

« Dans ce cas… Je pense que ça devrait aller. Si tout ce qu’il fait, c’est guérir de légères ecchymoses et maladies, alors il pourra probablement passer pour un porte-bonheur particulièrement efficace, » déclara Nanami.

« Hm, je vois… Et s’il le fait évaluer, au fait ? » demanda Ristia.

« Je ne peux pas dire que ce soit impossible pour lui, mais il ne semblait pas soupçonner quoi que ce soit, alors je doute qu’il se donne la peine d’aller le faire évaluer. Maintenant, si sa femme était gravement blessée, ce serait une autre histoire, mais je vais prendre des risques et dire que tout ira bien, » déclara Nanami de manière décisive. Bien sûr, elle ne savait pas que la femme de Kurz était gravement blessée, comme elle l’avait décrit. D’accord avec la conclusion à laquelle Nanami était arrivée, Ristia hocha la tête avec désinvolture.

À la suite des actions de Ristia, un énorme tumulte s’était produit, mais Ristia et Nanami n’avaient eu vent de ça que beaucoup plus tard.

« Alors, on laissera tomber, » déclara Ristia.

« Sa valeur ne vous inquiète-t-elle donc pas, Madame… ? Je suis sûre que sa valeur atteint des sommets, après tout, » demanda Nanami.

« Non, non. C’était un homme bien plus âgé, alors je veux que sa femme soit en bonne santé. » En réalité, Ristia avait aidé pour que le couple puisse élever une petite sœur potentielle, avec l’intention de l’aider dans ses recherches avec leur fille unique… Nanami n’était au courant de rien de tout ça. À ses yeux, cela ne faisait que fortifier son respect pour Ristia, lui faisant penser qu’elle est vraiment un ange !

« Nanami ! » Une voix s’était soudain fait entendre lorsqu’un jeune homme était arrivé en courant vers la jeune fille. En voyant cela, Ristia avait pris Nanami dans ses bras comme une princesse de conte de fées.

« Nanami — quoi !? » Ayant perdu sa cible, le jeune homme n’avait qu’attrapé l’air en plongeant la tête la première sur le sol. C’était du moins ce qu’on aurait pu croire, mais il avait réussi à soutenir ses jambes et à s’arrêter juste avant que cela n’arrive.

« L-Lady Ristia !? » s’écria Nanami.

« … Est-ce l’une de tes connaissances, par hasard ? Si oui, je suis désolée. Je t’ai vu courir vers elle en venant de nulle part, et ça m’a rappelé ce qui s’est passé avec Monsieur Gawain, » déclara Ristia.

« Non, c’est compréhensible… mais je n’arrive pas à croire que tu me portes dans tes bras à la manière d’une p-p-p-p-princesse. Je, euh… Hngh ~, » tout son visage s’était mis à rougir comme il se doit pendant qu’elle s’affolait dans les bras de Ristia. Ristia sentit son cœur battre à tout rompre lorsqu’elle posa les yeux sur la nuque de Nanami, face à elle, de près.

 

 

« Hé, vous ! Qui êtes-vous !? » Soudain, on lui avait demandé son identité d’une voix brusque.

… Hein ? Qu’est-ce que je faisais à l’instant… ? Ristia avait retrouvé ses sens, tournant son attention vers la direction de la voix. Le jeune homme qui avait essayé de foncer sur Nanami il y a quelques instants, se tenait là, fusillant du regard Ristia. Il semblait avoir quelques années de plus que Ristia — peut-être dans la vingtaine — avec des traits faciaux marqués.

« Je suis Ristia, » déclara Ristia.

« D’accord, Ristia. Et qui êtes-vous pour Nanami ? » demanda l’homme.

« Que suis-je pour elle ? » demanda Ristia.

Ristia baissa les yeux vers Nanami, puis retourna son regard vers le jeune homme.

« … Que suis-je pour elle ? » répéta-t-elle.

« C’est moi qui vous l’ai demandé, bon sang ! » s’écria l’homme.

« Arrête… ! Ne sois pas méchant avec Lady Ristia ! » Nanami interrompit leurs chamailleries, revenue à la raison. « Lady Ristia, vous pouvez me reposer au sol, tout va bien. »

« Oh, euh… d’accord, » Ristia plaça lentement Nanami sur le pavé.

« Lady Ristia est la personne qui m’a sauvé la vie, alors ne sois pas grossier avec elle, Grand Frère, » Nanami avait parlé clairement.

« Elle t’a sauvé la vie… ? Sauver ta vie comment ? » demanda son frère.

« “G-Grand Frère”… ? Nanami, tu avais un Grand Frère pendant tout ce temps-là !? » À côté du jeune homme perplexe, Ristia avait été incroyablement choquée. C’est… C’est irréel. Nanami avait déjà un frère aîné ! Est-ce que ça veut dire que, même si j’essaie, je ne pourrai jamais devenir sa Grande Sœur !? F-F-F-F-F-Franchement, je dois juste me calmer. Ce n’est pas parce qu’elle a un frère aîné que je ne peux pas être sa Grande Sœur. Ouais, ce n’est pas grave. Je m’en occupe !

« … Euh, Lady Ristia ? » demanda Nanami.

« O-Oh. Ne fais pas attention à moi. J’ai juste été un peu surprise parce que je ne savais pas que tu avais un frère aîné, » déclara Ristia.

« Aah... Rick est mon demi-frère. Il m’a recueillie quand j’ai perdu les membres de ma famille et il a empêché que je sois vendue à des marchands d’esclaves, » expliqua Nanami.

« Il t’a recueillie… ! !? Demi-frère !? Mais c’est…, » les yeux de Ristia s’élargirent d’incrédulité lorsqu’elle regarda le jeune homme nommé Rick. Rick, d’un autre côté, avait l’air mécontent pour une raison inconnue.

« D’accord, laissez-moi clarifier les choses. C’est comme ça que les choses se sont passées, je n’avais pas de raisons néfastes pour…, » déclara Rick.

« Vous avez mon respect ! » déclara Ristia.

« … Vous quoi maintenant ? » demanda Rick.

« Je veux dire, vous avez pris une fille perdue dans la rue et vous en avez fait votre demi-sœur, n’est-ce pas !? Je pense que c’est très important. C’est un accomplissement incroyable, à mon avis ! » déclara Ristia.

« O-Oh, alors vous comprenez mon combat ? » demanda Rick.

« Bien sûr ! » Ristia était tout à fait d’accord, alors que ses yeux brillaient de mille feux. Eh bien, elle l’avait accepté dans le contexte de ses propres normes. Chercher une fille perdue dans la rue est une grosse affaire, gagner leur confiance même si vous en trouvez une est une grosse affaire, et la convaincre d’accepter d’être votre petite sœur est, inutile de le dire, une très grosse affaire. Mais être capable de le faire en dépit de tous les facteurs est incroyable. Je suis tellement jalouse !

« Alors, euh, Lady… Ristia, c’est ça ? » demanda Rick.

« Juste Ristia, c’est bon ~, » répondit Ristia.

« Quoi qu’il en soit, Lady, je, euh…, » Rick tourna les yeux vers les vêtements que Ristia portait. Nanami ajoutait le titre au nom de Ristia, alors il semblait penser qu’elle avait une bonne raison de le faire.

« J’ai dit à Nanami de me parler sur un ton plus décontracté, » déclara Ristia.

« Je ne pourrais jamais faire quelque chose d’aussi ostentatoire, » répliqua Nanami.

« … Comme vous pouvez le voir clairement, je ne suis qu’une fille normale ~, » Ristia avait fait des appels de temps en temps à Nanami avec un sentiment qui suggérait, j’essaie de te dire que cela ne me dérange pas si tu m’appeles « Grande Sœur » et me fais des câlins partout. Cependant, Nanami décrivant l’idée comme « ostentatoire » avait été le coup dur qui avait brisé cette idée.

« … Mnghh ~, » Ristia grogna, faisant la moue.

« OK… Je ne peux pas dire que j’ai tout compris, mais de toute façon… Alors, Ristia…, » déclara Rick.

« Grr…, » Nanami avait lancé un regard mortel sur Rick si intense qu’il était difficile de l’imaginer venant d’une personne aussi douce et innocente qu’elle. La pression exercée par son regard avait fait couler des gouttes de sueur sur sa joue et l’avait incitée à se racler la gorge.

« Je veux dire, Mademoiselle Ristia. Nanami a dit que vous lui avez “sauvé la vie”, mais pourriez-vous expliquer cela ? Ça a quelque chose à voir avec le fait que l’équipe de reconnaissance ne revienne pas le jour prévu de leur retour ? » demanda Rick.

« Eh bien…, » commença Ristia.

« … Je vais m’étendre là-dessus, Grand Frère, » Nanami avait commencé son histoire en révélant que le donjon sur lequel ils étaient censés enquêter était un repaire de monstres et qu’il y avait un dragon dans la région la plus profonde du donjon qui avait exterminé presque toute l’équipe de reconnaissance.

« Attends, un dragon !? Tu veux dire que tu es saine et sauve après un accrochage avec ça !? » s’écria Rick.

« Je suis saine et sauve, vu que je suis de retour maintenant. Mais si Lady Ristia ne m’avait pas sauvée, j’aurais probablement été fichue, » déclara Nanami.

« Attends ! Alors ce que tu me dis c’est que… Mademoiselle Ristia a battu ce dragon ? » Rick pointa les yeux vers Ristia, incrédules, alors que la mystérieuse jeune fille lui répondit en souriant d’une manière plutôt ironique. Le sourire angélique qu’elle avait avait fait rougir Rick.

« … Hé, Grand Frère ? » demanda Nanami.

« D’accord. On parlait de quoi déjà ? » demanda Rick.

Rick avait précipitamment détourné son attention après avoir été abordé par une Nanami à l’air un peu mécontent. Ristia était au courant du fait que Rick ne pouvait pas la quitter des yeux. Ça n’aide pas que Rick semble me voir plus jeune que lui, et une petite sœur potentielle, en plus. Je ne peux pas dire que je reproche à Nanami d’être jalouse et inquiète puisqu’elle est déjà sa petite sœur. Mais tu n’as pas à t’inquiéter pour ta jolie petite tête. Je ne vais pas être une petite sœur. Je vais être plus âgée ! pensa Ristia, totalement à côté de la plaque.

« Donc, comme je disais à propos de Lady Ristia… Oh, avant que j’entre dans le vif du sujet, Lady Ristia n’a pas encore choisi son logement pour aujourd’hui. Alors… ça irait ? » demanda Nanami.

« Hm ? Oh, bien sûr. Ça ne me dérange pas, mais tu penses que ça ne te dérange pas qu’elle reste chez nous ? » demanda Rick.

« Je pense que ça va aller, » déclara Nanami.

« D’accord. Alors pas de problème avec moi, » répondit Rick.

« Merci, Grand Frère ! » Il semble que le logement de Ristia ait été réglé sous son nez.

« De quoi s’agissait-il ? » demanda-t-elle en regardant Nanami.

« Voudriez-vous rester chez moi aujourd’hui, Lady Ristia ? » demanda Nanami.

« Chez toi, Nanami ? » demanda Ristia.

« Oui. Pour être plus précise, je reste simplement là, mais… cela ne manque jamais de chambres, » déclara Nanami.

« Bien que j’apprécie ce sentiment, ne serais-je pas intrusive ? J’ai de l’argent pour une auberge, » déclara Ristia.

« Vous serez sans le sou si vous dépensez cet argent… En plus, je veux discuter avec vous de ce que je devrais dire à mon frère et tout le reste. » Nanami se rapprocha de son visage, se tint sur la pointe des pieds et chuchota à l’oreille de Ristia. C’était un spectacle si mignon que Ristia avait trouvé ses bras enroulés autour de Nanami dans une étreinte.

« Eek! L-Lady Ristia !? » s’exclama Nanami.

« Oh, désolée pour ça. Tu étais si mignonne que j’ai eu une envie soudaine, » déclara Ristia.

« M-Mignonne… ? Hnff… Alors, allez-vous rester avec nous ? » demanda Nanami.

« J’aimerais certainement, mais…, » Ristia avait pointé ses yeux vers Rick pour s’assurer que leurs plans étaient vraiment bons.

« Si vous êtes la sauveuse de Nanami, alors vous êtes aussi ma sauveuse. N’ayez pas l’impression que vous nous mettriez dehors. J’aimerais aussi vous parler d’un tas de choses, » déclara Rick.

« D’accord, merci. Si c’est le cas, alors j’apprécie l’hospitalité ! » déclara Ristia.

***

Partie 6

Ils étaient finalement arrivés dans la maison où vivait la famille de Nanami. C’était un petit magasin d’objets magiques qui se trouvait à quelques encablures de la rue principale.

« C’est notre maison. L’espace est restreint, mais entrez, s’il vous plaît, » Rick était entré dans le magasin avec Nanami et Ristia juste derrière lui.

« Bienvenue à cette boutique… oh, mince, c’est juste toi, Rick. Tu t’es ramené, hein ? »

« Oui, ne sois pas si excitée, maman. Quoi qu’il en soit, oublie ça. Nanami est de retour à la maison, » déclara Rick, faisant un pas de côté. Une fois qu’il l’avait fait, Ristia et Nanami avaient pu voir la femme qui s’occupait de la boutique.

Alors que Rick l’appelait « maman », elle ressemblait davantage à une jeune femme d’une vingtaine d’années. Et comme Rick semblait aussi être dans la vingtaine, les voir dans une dynamique mère-fils n’avait pas vraiment marché. Mais une fois que les Sangs Véritables étaient devenus autonomes, c’est-à-dire lorsqu’ils avaient commencé à ressembler à de jeunes garçons et à de jeunes filles, ils commençaient à vieillir à un rythme extrêmement lent. Dans ces conditions, Ristia n’avait rien trouvé de particulier à propos des deux individus.

« … Nanami ? Nanami ! » La femme regarda Nanami, se leva bruyamment, et se précipita vers elle à une vitesse folle.

« Nanami ! Oh, Dieu merci ! Tu es en vie ! » s’écria la femme.

« Wah-phhh ! Argh ~ je ne peux pas respirer ~, » Nanami s’était tortillée, alors que son alimentation en air frais était obstruée par l’ample poitrine qui la serrait très fort dans ses bras.

« Hah... Remercions la bonne étoile pour ta sécurité. Comme tu n’es pas rentrée à la maison quand ton équipe devait rentrer, je me suis inquiétée pour ta mort, » déclara la mère.

« … Aww. Je suis désolée, maman, » répondit Nanami.

« Tu m’as vraiment fait peur. Alors… que s’est-il passé ? » demanda sa mère.

« Eh bien, l’équipe de reconnaissance a été anéantie…, » répondit Nanami.

« L’équipe de reconnaissance a été anéantie !? » Nanami poursuit en expliquant que l’équipe de reconnaissance avait été attaquée par des monstres, tous tués, et qu’elle avait été sauvée du danger. Sa mère avait été choquée d’apprendre la nouvelle, mais elle l’avait serrée dans ses bras, contente qu’elle s’en soit sortie au moins en un seul morceau. C’était une scène réconfortante d’amour familial, une scène qui rappelait à Ristia sa propre famille quand elle la regardait.

La famille de Ristia ne tomberait pas en décrépitude en l’espace d’un millier d’années, et il était impossible de penser qu’une autre tribu aurait pu les anéantir. Cependant, il était tout aussi impossible de penser qu’ils l’abandonneraient pendant plus d’un millier d’années. Ils devraient être en vie quelque part, mais ce qu’ils font et où est la question. Je devrais probablement aller les chercher bientôt, pensa Ristia.

« Qui est cette petite dame qui est restée là tout ce temps ? » demanda sa mère.

« C’est Lady Ristia, » répondit Nanami.

« Euh… Lady Ristia ? » demanda sa mère.

« C’est la sauveuse de l’explication que je viens de donner. Je voulais la remercier et je lui ai demandé de me suivre chez moi. Ça ne te dérange pas si elle reste au-dessus de notre… hum, maman ? » Nanami avait incliné la tête dans la confusion au milieu de son introduction, se rendant compte que sa mère ne réagissait pas du tout. Au contraire, la jeune femme était restée figée après avoir regardé Ristia, pour une raison ou une autre.

Que lui est-il arrivé ? s’interrogea Ristia, inclinant aussi la tête.

« Qui est cette fille !? Oh mon Dieu, elle est aussi mignonne que possible ! Est-ce une sorte de poupée ? C’est une sorte de poupée vivante !? » s’écria sa mère.

« Je ne suis pas une poupée, je suis une fille normale, » répondit Ristia.

« Haaaaah, et avec une voix aussi mignonne, mon Dieu ! Puis-je vous serrer dans mes bras ? Je vais vous serrer dans mes bras, que ça vous plaise ou non ! Amenez-vous là ! Ahhhh ! » Elle était restée fidèle à ses paroles, donnant à Ristia un câlin intense.

Maintenant que je suis écrasée par les seins de cette dame, elle est vraiment le portrait craché de mes sœurs, nota mentalement Ristia.

« Hé, regarde, Nanami. Mademoiselle Ristia ne flanche pas du tout, » déclara Rick.

« C’est Lady Ristia pour toi ! » Et aussi, pour une raison ou une autre, elle avait reçu un coup de pouce pour sa réputation. Cet encouragement avait fait réfléchir Ristia : Si Nanami m’appelle « Grande Sœur », je serai ravie d’améliorer ma réputation à leurs yeux. Tandis qu’elle pensait cela, elle attendait que la jeune femme soit rassasiée de l’étreinte.

Un court laps de temps s’était écoulé, et elle avait fini par lâcher prise.

« Haah ~ c’est le meilleur câlin que j’aie jamais eu. OK, donc, vous êtes… Lady Ristia, enfin, je crois ? » demanda la mère.

« Ristia suffira ~ je ne suis qu’une fille normale, après tout, » dit Ristia avec innocence.

« Oh ? Est-ce vrai… ? » murmura la jeune femme en expirant. « Non seulement je vous ai sautée dessus en ne faisant pas attention à mes manières, mais je vous ai serrée dans mes bras. Mais vous n’avez pas l’air du tout en colère. J’étais là, à vous prendre pour une aristocrate pompeuse, mais j’ai dû me tromper. »

« Ouais, je ne suis certainement pas une aristocrate. » Elle n’allait pas faire des pieds et des mains pour dire : « Oui, je suis une princesse des Sangs Véritables. »

« Hé, attends, maman. Tu la testais en pensant que c’était une aristocrate ? Qu’allais-tu faire si elle se mettait en colère ? » demanda Rick.

« Hah ! Évidemment, je ramperais pour obtenir son pardon, fiston, » répondit-elle avec un doux sourire. Rick soupira en réponse.

« Malgré tout, je suis content de voir qu’elle te plaît. Nanami et moi, on va faire un rapport à la guilde, alors tu peux tenir compagnie à Mlle Ristia en attendant ? » déclara Rick.

« Hein ? Grand Frère ? Attends, je dois parler à Lady Ristia, » répondit Nanami.

« Tu le feras plus tard, » répondit Rick.

« Qu’est-ce qu’il y a ? L-Lady Ristiaaaa…, » Nanami regarda Ristia, espérant qu’elle la sauverait. Elle avait mentionné plus tôt qu’elle voulait discuter avec elle de la façon dont elle devrait parler ouvertement de toute l’affaire de la mort du dragon, donc cela signifiait probablement des problèmes si elle était traînée à la guilde avant qu’elles puissent mettre leurs histoires au clair. C’est pourquoi Ristia avait souri et lui avait dit qu’elle la laisserait faire.

« Non, ce n’est pas ce que je veux dire. Eh bien, c’est le cas, dans une certaine mesure, mais… Lady Ristia, s’il vous plaît, maîtrisez-vous, d’accord ? » demanda Nanami.

« Hm-hmm, c’est bien. Je vais attendre patiemment que tu reviennes, » répondit Ristia.

« Cela ne sonne pas vraiment “bien” du tout, » déclara Nanami.

« Dépêchons-nous et partons, » déclara Rick.

« Waaaah, OK, OK, OK ! J’arrive ! J’arrive, alors arrête de me traîner ~ ! » Rick s’était mis en route en emmenant Nanami.

Ce genre de… comment dois-je le dire ? Cela me fait en quelque sorte réaliser que les frères et sœurs plus âgés, quelle que soit leur tribu, courent partout, pensa Ristia d’une manière insouciante.

« Alors, Ristia, ma chérie… Oh, est-ce que la partie “chérie”, c’est trop ? » demanda la mère.

« Pourquoi, bien sûr que non, oh… Hmm…, » répondit Ristia.

« Je m’appelle Eindebelle. Belle me convient très bien aussi, » répondit la mère.

« Compris, sœurette. Ce sera Belle, » déclara Ristia.

« Sœurette !? » Eindebelle semblait secouée.

« Est-ce que c’est interdit… ? » demanda Ristia.

« Non, ce n’est pas ce que je voulais dire par là. C’est juste que Rick et Nanami me traitent toujours comme ils le font, tu vois ? Alors je me suis un peu préparée à me faire traiter comme une vieille dame, » déclara Eindebelle.

« Pourquoi le font-ils ? De quoi parles-tu ? » Ristia pencha la tête dans la confusion, pas au courant de ce qu’elle voulait dire.

« Ah, c’est vrai. Ils ne te l’ont pas dit. Tout ce que j’ai fait, c’est les emmener tous les deux et les élever. Donc, tu vois, je ne suis pas leur vraie mère, » déclara Eindebelle.

« Tu n’es donc pas leur mère, mais ils t’appellent… Maman, et non pas “Grande Sœur”, ou quelque chose comme ça ? » Ristia avait été secouée, car si c’était elle qui avait une fille plus jeune sous sa garde qui l’aimait et l’adorait, elle l’aurait naturellement fait appeler « Grande Sœur » à la place.

« Je sais que l’écart d’âge justifierait qu’ils me traitent comme une sœur aînée, oui. Mais, eh bien… ces enfants ont probablement fini par vouloir une mère plus qu’une sœur, » déclara Eindebelle.

« Ça… je suppose que cela doit être dur, » déclara Ristia.

« Comprends-tu mon combat ? » demanda Eindebelle.

« Eh bien ! Bien sûr que si ! » répondit-elle, dans un rare cas de compréhension de la situation — jusqu’à présent.

« Ristia, ma chérie, tu es un amour. Veux-tu être ma petite sœur ? » demanda Eindebelle.

« J’apprécie l’offre, mais j’ai deux sœurs aînées. Désolée, » déclara Ristia.

« Oh wôw, tu en as deux, hein ? » répliqua Eindebelle.

« Ouais. Cependant, je ne sais pas vraiment où elles sont en ce moment, » déclara Ristia.

« … ! Ah, hé, désolée à propos de ça…, » déclara Eindebelle.

« Ce n’est pas grave. Cela ne me dérange pas, » déclara Ristia avec un sourire adorable, pensant simplement qu’elles étaient parties errer quelque part sans elle. Cependant, comme Eindebelle n’avait aucune idée de sa situation, elle l’avait prise pour une raison plus profonde. Elle essuya les larmes qui se formaient dans ses yeux, pensant : C’est si pénible, mais elle est toujours capable de garder un cœur ouvert pour les autres ? Cette gamine est trop gentille, je te le dis. Ristia était cependant complètement inconsciente de ce malentendu.

« Pour revenir au sujet, Nanami a dit que c’est toi qui lui as sauvé la vie. Je t’en remercie. Et je le pense du fond du cœur, » déclara Eindebelle.

« Oh non, j’étais dans le coin, c’est tout », déclara Ristia.

« Tu l’as quand même sauvée, et c’est ce qui compte ici. Merci beaucoup. Je le pense vraiment, » Eindebelle n’avait pas encore été informée de la partie de l’histoire où Ristia avait vaincu un dragon à elle seule, mais on lui avait dit que Nanami aurait été en grand danger si Ristia n’avait pas été là, alors elle avait exprimé sa profonde gratitude en conséquence. « Y a-t-il quelque chose dont tu as besoin ? Je ferai de mon mieux pour t’aider. »

« Quelque chose dont j’ai besoin… ? Oh, maintenant que tu le dis, je n’ai pas d’argent, » déclara Ristia.

« Eh bien, bon sang… Tu vas droit au but, n’est-ce pas ? » dit Eindebelle avec un sourire ironique. Elle l’aurait probablement pris comme une récompense si Ristia ne l’avait pas dit.

« Pour être précis, l’argent est la seule chose que je n’ai pas. Connais-tu des magasins qui achèteront et vendront ? » demanda Ristia.

« Hmm ? Qu’est-ce que tu veux vendre ? » demanda Eindebelle.

« Un catalyseur enchanté, ou peut-être un objet enchanté, » répondit Ristia.

« Oh, mince, si c’est ce que tu cherches, tu peux vendre tes affaires ici à la place, » déclara Eindebelle.

« Hein ? Es-tu sûre de toi ? » Elle avait un peu d’espoir depuis qu’elle était arrivée dans ce magasin, considérant qu’il s’agissait d’objets magiques et qu’il y avait toutes sortes de potions et d’objets enchantés sur les étagères de la boutique. Si je peux demander ses services, alors… pensa Ristia, sortant la sacoche en cuir qu’elle avait montrée au soldat plus tôt.

« Hein… ? Je sens que ce sac en cuir vient de sortir de nulle part. Suis-je en train d’imaginer des choses ? » demanda Eindebelle.

Alors qu’Eindebelle était perplexe, Ristia ne s’en était pas aperçue et avait plutôt aligné les catalyseurs présents dans son sac un par un sur le comptoir.

« Une feuille… ? Je n’ai jamais vu ce type de feuille auparavant, mais il est curieusement plein de mana, » déclara Eindebelle.

« Ah, c’est une feuille de l’arbre du monde, » répondit Ristia.

« A-Ahhh, l’arbre du monde, c’est ça… Je te demande pardon ? Arbre du Monde ? » Eindebelle avait commencé à faire surgir des points d’interrogation tout autour d’elle. C’était tellement absurde qu’elle n’avait pas été capable de s’y faire, mais… Ristia elle-même ne s’en était pas rendu compte, et elle avait continué à aligner d’autres catalyseurs à côté d’elle.

« … Hé, c’est une pierre magique ! Et il contient une quantité folle de mana ! Tu pourrais te faire une fortune avec ça ! » s’écria Eindebelle.

« Oh, vraiment ? J’en ai un tas, c’est un soulagement. » Ristia sortit une nouvelle sacoche en cuir et versa un tas de pierres magique similaire sur le comptoir. La mâchoire d’Eindebelle avait touché le sol.

« Attends une seconde ! Quoi ? C’est quoi ce bordel !? Une seule de ces pierres magiques peut construire une nouvelle maison, alors comment peux-tu en trouver autant ? Ce n’est pas juste ! » s’écria Eindebelle.

« Je fabrique moi-même des pierres magiques, donc j’en ai beaucoup, » déclara Ristia.

« C’est toi qui les as faits !? C’est quoi ce bordel !? Qu’est-ce que tu veux dire !? » demanda Eindebelle.

« Je me suis beaucoup entraînée ~, » déclara Ristia d’une manière mignonne, mais il allait sans dire qu’un humain normal ne serait jamais capable de produire des pierres magiques. Si l’on voulait des pierres magiques, il fallait soit aller à leur recherche, soit parcourir dans des ruines anciennes. Cela dit, Ristia avait déclaré qu’elle avait créé les pierres magiques. Elle avait encore sorti une autre sacoche en cuir de sa boîte à objets comme s’il était tout à fait normal de le faire.

« Attends, je pensais que j’imaginais des choses, mais tu utilises une boîte à objets, n’est-ce pas ? » demanda Eindebelle.

« Oui, je le fais par commodité, » déclara Ristia.

« Euh, je ne discute pas de la commodité ici. Tu réalises que c’est une boîte à objets, n’est-ce pas ? Tu sais, c’est de la magie légendaire !? » s’écria Eindebelle.

« Au fait, mon plus grand chef-d’œuvre est celui-ci. Jolie, tu ne trouves pas ? » Ristia avait sorti une pierre magique noire de plusieurs centaines de carats, qui étincelait en absorbant la lumière environnante.

« Tu m’écoutes quand je dis : “Qu’est-ce que c’est que ce bordel ?” » s’écria Eindebelle.

« Hein ? Comme je l’ai dit, c’est une pierre magique que j’ai faite, » déclara Ristia.

« Tu plaisantes, c’est sûr. Je n’ai jamais vu ou entendu parler d’une pierre magique aussi extraordinaire depuis ma naissance, » s’exclama Eindebelle, sidérée.

Eindebelle était en fait une enchanteresse capable de faire de la magie de troisième niveau, la plaçant dans une classe d’élite parmi les humains de cette époque. Raison de plus pour laquelle le sang d’Eindebelle s’était figé au contact de l’époustouflante pierre. Cette immense pierre magique était semblable à celles décrites dans les légendes — incomparable à n’importe quel autre objet conventionnel. La pierre était évidemment du matériel de qualité trésor national, et ce n’était certainement pas quelque chose que l’on trouverait sur une simple fille qui se baladerait.

« … D’accord, crache le morceau. Qui es-tu ? » s’écria Eindebelle.

« Je suis juste une fille normale, » répondit Ristia.

« Une fille normale ne se promène pas avec des pierres comme ça ! » s’écria Eindebelle.

« Quoiii !? Vraiment !? » Je ne le savais pas ! pensa-t-elle, montrant clairement son choc. Elle semblait normale, anormalement mignonne aussi. En fait, elle semblait n’être rien de plus que ça. Néanmoins, sa conduite était clairement anormale. Cette jeune fille avait un tel déséquilibre que cela avait frappé Eindebelle avec un sentiment indescriptible d’instabilité.

« Je vais te le demander encore une fois… Qui es-tu ? » demanda Eindebelle.

« Je suis juste une fille normale, un peu douée pour faire des pierres magiques, » répondit Ristia.

« Non, non, non, non, non, arrête. On a dépassé le stade du “un peu”, Mademoiselle ! Tout d’abord, une fille normale ne pourra pas utiliser une boîte à objets, et même si tu n’es pas normale, tu ne pourras toujours pas faire des pierres magiques ! » s’écria Eindebelle.

« … Quel désordre ! » déclara Ristia, en se débattant intérieurement en raison de la déception après qu’on lui ait dit qu’elle était loin d’être dans le domaine de la normalité. Elle avait l’air frêle et adorable, comme un petit animal abandonné dans la rue.

« Oh… » Eindebelle regarda Ristia, visiblement choquée, et fit gémir de sympathie. « Pourquoi es-tu si déprimée envers toi-même ? On dirait que j’ai fait quelque chose de mal ici. »

« Hein ? O-Oh, non, ce n’est pas vrai du tout ! Belle, tu n’as rien fait de mal. Je m’en prends à moi-même sans vraie raison ! S’il te plaît, ne t’inquiète pas pour moi ! » Ristia avait courageusement proclamé cela alors que de minuscules gouttelettes de larmes s’étaient formées dans ses yeux. Ce fut un coup dur pour Eindebelle, car elle se sentait comme une ordure pour ce qu’elle avait apparemment fait.

« H-Hey maintenant, je suis désolée. Tu es une fille normale, Ristia. Tu l’es vraiment, » déclara Eindebelle.

« Hein ? Vraiment ? Tu le penses vraiment ? » demanda Ristia.

« Y-Yup, crois-moi. Je ne dis pas ça juste par culpabilité, » déclara Eindebelle.

« Super, c’est génial, je fais des trucs normaux de filles ! » le fait de regarder Ristia se pavaner et ricaner tout en étouffant ses larmes était si mignon qu’Eindebelle en était venue à réaliser quelque chose.

« Il n’y a rien de mal à dire Ristia est une fille normale. On va s’en tenir à ça, » murmura Eindebelle.

Dans son esprit, cependant, elle était aussi arrivée à la conclusion, et en plus, je peux toujours interroger Nanami pour obtenir des détails.

Non loin de là, Ristia ignorait totalement ces délibérations, car elle était trop occupée à sauter de joie. Et c’est ainsi que Nanami avait gagné une autre chose dont il fallait s’inquiéter.

***

Partie 7

« Alors, serais-tu en mesure de vendre ces catalyseurs dans ton magasin ? » demanda Ristia.

« Me demandes-tu de les vendre ici ? » Des gouttes de sueur coulaient sur le front d’Eindebelle qui répondait à Ristia, l’adorable fille d’origine inconnue. Chaque catalyseur de la pile devant Eindebelle valait plus que tout le stock de son magasin. Elle avait gentiment proposé de les vendre à la place de la jeune fille, mais cela attirait de sérieux signaux d’alarme.

« C’est vrai, et si tu en as besoin, je peux toujours en faire des objets enchantés, » déclara Ristia.

« Qu’est-ce que — ? Peux-tu même faire des enchantements !? À ton âge !? » demanda Eindebelle en état de choc pour la énième fois.

La création de pierres magiques était un talent tout droit sorti des contes de fées, donc c’était difficile à avaler, mais les enchantements étaient le domaine d’expertise d’Eindebelle. Elle s’était dévouée à son métier depuis qu’elle était enfant, donc elle le savait mieux que quiconque. Elle savait qu’il était absolument impossible pour une jeune fille comme Ristia, au milieu de l’adolescence, de créer des objets enchantés avec la pile de catalyseurs qui se trouvait devant elle.

Néanmoins…

« … Oh, c’est vrai. Je suis une fille normale, donc je ne peux pas faire d’enchantements », commenta Ristia d’une manière distante, mais adorable, faisant frissonner le dos d’Eindebelle. Elle ne devrait pas être capable de les faire, logiquement parlant. Elle ne devrait pas, mais son commentaire donnait certainement l’impression qu’elle pourrait très bien le faire si elle le voulait. Eindebelle décida alors de jouer un petit tour.

« Tu sais, Ristia. De nos jours, les filles normales peuvent faire des choses comme faire des enchantements, » déclara Eindebelle.

« Attends, peuvent-elles le faire ? » demanda Ristia.

« Bien sûr que si. Je suis moi-même une fille… et je dirige même cette boutique d’enchantement, n’est-ce pas ? »Et la seule raison pour laquelle j’en suis capable, c’est à cause des vingt ans d’entraînement que j’ai suivi depuis que je suis gamine. Je sais que je me suis traitée de fille normale pour cacher ça, mais ça me met mal à l’aise…, pensait Eindebelle.

Ristia avait alors répondu : « Tu as raison… Tous les objets enchantés ici sont après tout ton œuvre. »

Comment diable sait-elle cela ? Soupçonnait Eindebelle, mais elle avait laissé passer ça pour accomplir ce qu’elle avait prévu de faire. Ristia avait continué.

« Je vois. Compris. Ça veut juste dire que Nanami a eu une mauvaise idée tout ce temps, hein ? » déclara-t-elle avec un sourire angélique. Eindebelle avait simplement regardé et s’était dit. Cette fille est… une idiote ou quoi ? Cependant, la façon dont elle l’a dit m’a intéressée. J’imagine que Nanami lui a mis cette idée en tête. Et ça veut dire que Nanami sait qui est vraiment cette fille et lui a dit de garder le secret, non ? Je suis presque sûre que je ne suis pas loin du compte. C’était la conclusion d’Eindebelle à ce sujet.

C’était aussi à ce moment-là qu’elle aurait pu laisser tomber, car tromper une innocente petite fille la rendait coupable. Malheureusement, sa curiosité avait pris le dessus.

« Donc Ristia, tu peux vraiment faire des enchantements, n’est-ce pas ? » demanda Eindebelle.

« Euh-hmm, bien sûr que je peux, » déclara Ristia.

Je le savais ! Eindebelle s’exclama intérieurement avec excitation. Si elle était juste capable de faire des enchantements et vraiment juste cela, alors cela se terminerait simplement avec elle étant une enfant douée et rien de plus. Mais encore une fois, et si ? Et si Ristia était à un niveau où elle pourrait utiliser les catalyseurs empilés devant les deux femmes ?

« Pourrais-tu me montrer un objet que tu as enchanté, Ristia, ma chérie ? » demanda Eindebelle, essayant de la jouer cool alors que son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine.

Ristia, d’autre part, ne se doutait de rien et souriait, en répondant, « bien sûr ~. »

Quel genre de fantastiques objets enchantés a-t-elle en réserve ? se demanda Eindebelle, son pouls s’accélérant instantanément. À sa grande consternation, Ristia avait sorti une masse blanche de métal.

« C’est quoi… ? » demanda Eindebelle.

« C’est du platine. J’ai prévu d’en faire une broche, » répondit Ristia.

« … Tu as prévu ? Tu veux dire que tu vas faire une broche tout de suite ? » C’était un processus qui pouvait prendre plusieurs semaines. Elle avait voulu que Ristia lui montre un enchantement déjà accompli, si possible, mais elle s’était trouvée incapable de terminer cette pensée à haute voix.

C’était parce que ses yeux avaient entrevu le cercle magique incroyablement élaboré qui s’était formé autour du corps de Ristia.

« Qu’est-ce que… ? Est-ce que c’est un... » s’exclama Eindebelle.

En ce qui concerne la magie dans ce monde, il faudrait dessiner un cercle magique à partir du mana pour agir comme un circuit, ce qui vous permettrait d’insérer votre propre force magique et de produire l’effet que vous désirez. La magie de niveau 1 servait de base, composée d’un seul cercle magique. La magie de niveau 2 allait ajouter un autre cercle avec un effet différent au premier. La magie de niveau 3 allait ajouter deux cercles avec des effets différents au premier, et ainsi de suite et ainsi de suite. Plus vous montiez de niveaux, plus la disposition du cercle devenait complexe.

Le cercle magique complexe que Ristia avait dessiné avec peu d’efforts contenait huit cercles magiques. Ce qui veut dire…

« C’est… un sort de niveau 8, » s’exclama Eindebelle.

C’était impossible. Inconcevable.

L’humanité n’avait réussi à atteindre que le niveau 4. Il y avait des histoires de sorciers qui avaient atteint le niveau cinq, mais il s’agissait essentiellement de contes de fées. Il n’y avait aucune chance qu’un être humain puisse utiliser la magie du niveau 8. Non, cette impossibilité ne s’était pas arrêtée aux humains. Même les dirigeants des légendaires époques du passé, les Sangs Véritables, auraient atteint leur limite au niveau sept. Il ne devrait y avoir aucune forme de vie sur cette planète capable d’un sort de niveau 8. Même s’il n’aurait pas dû y en avoir, Ristia se tenait là, jetant son sort sous les yeux d’Eindebelle. Le métal qu’elle appelait « platine » prenait la forme d’un cœur ouvert asymétrique. Son centre contenait une pierre magique qui brillait de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel.

« Je peux y placer un enchantement, qui annulera n’importe quelles maladies corporelles. Donne-lui la protection nécessaire pour neutraliser tous les éléments dangereux… Enchantement ! » déclara Ristia.

Annuler les maladies corporelles, c’est déjà dans le territoire d’artefact, ma fille ! Ce commentaire avait à peine surgi au-dessus d’un murmure râpeux avant…

« Ehehehe, tout est fait ~, » proclama Ristia avec un sourire innocent, ignorant qu’Eindebelle était saisie par le choc et la crainte. Dans sa paume se trouvait la broche à cœur ouvert. La pierre qu’il contenait pouvait rapporter un prix exorbitant, tout comme le bijou. Eindebelle l’avait regardé, complètement stupéfaite.

« As-tu dit que ça annulerait les maladies corporelles ? » demanda Eindebelle.

« Euh-hein, ça annulera tous les maux physiques, » déclara Ristia.

« … Tout et n’importe quoi ? Puis-je faire un petit essai ? » demanda Eindebelle.

« Bien sûr, je t’en prie ~ » avec désinvolture, Ristia lui avait offert l’œuvre d’art, qu’Eindebelle avait prise avec ses mains hésitantes et tremblantes.

« Euh, donc… tout ce que j’ai à faire c’est mettre mon propre mana là-dedans ? » demanda Eindebelle.

« Non, puisque tu utilises une pierre magique, tout ce que tu as à faire est de la tenir, et elle s’activera, » déclara Ristia.

« Ah, tu ne dis rien, » s’exclama Eindebelle.

Les enchantements typiques étaient jetables, ou ils nécessitaient que l’utilisateur fournisse sa propre essence magique pour les aider à les alimenter. Cependant, cette règle ne s’appliquait pas aux pierres magiques de grande puissance. Il était possible de les faire s’activer automatiquement en utilisant le propre stock de mana de la pierre au lieu de les charger périodiquement. Eindebelle avait de l’expérience dans le maniement des pierres magiques auparavant, bien qu’aucune n’avait ce niveau ridicule de puissance. Il était de notoriété publique qu’il existait des objets enchantés qui transportaient des pierres magiques qui ne nécessitaient pas que l’utilisateur fournisse du mana pour l’activer. Apparemment, elle était tellement secouée qu’elle s’était voilé la face sur ce fait très fondamental.

« D’accord, il n’y a rien à faire. » Eindebelle avait sorti une potion avec un agent anesthésiant des étagères et en prit une petite gorgée en tenant la broche. Normalement, elle aurait ressenti une sensation de picotement dans sa bouche, mais… elle n’avait rien senti de tel, et à la place, la broche avait émis un petit flash de couleur arc-en-ciel.

Après qu’Eindebelle eut avalé une gorgée de la potion, elle se mit à engloutir hardiment le reste. Malgré cela, les sentiments d’engourdissement ou de paralysie ne s’installèrent jamais, et la broche qu’elle tenait dans la main brilla à nouveau. Eindebelle était maintenant convaincue que la broche avait éliminé les effets de l’agent engourdissant.

En vérité, elle était aussi capable de créer un enchantement pour annuler les effets d’un agent anesthésiant, mais non seulement elle aurait eu besoin de beaucoup de travail pour le créer, mais ses effets n’auraient pas été aussi rapides que cela. Il avait également aidé à annuler toutes les maladies corporelles, et pas seulement certaines d’entre elles. La création d’un tel enchantement à large spectre était hors de sa portée. Bien qu’elle n’ait pas fait de test pour d’autres effets, si l’objet annulait les effets de la potion anesthésiante qu’elle avait choisie au hasard, il était fort probable qu’elle se débarrasserait de presque tout. Cela signifiait que la broche était essentiellement un artefact et que son créateur, Ristia, était une légende ambulante.

— Qui diable es-tu ?

Les mêmes soupçons que ceux qu’Eindebelle avait eus précédemment avaient refait surface dans son esprit, mais elle n’avait pas prononcé ces mots par considération pour Ristia et pour son insistance à vouloir être une fille normale. Au lieu de cela, elle avait posé une question différente.

« Laisse-moi te demander : pourquoi es-tu ici ? » Avec de tels pouvoirs, Ristia était capable de diriger cette ville — non, tout le continent comme elle l’entendait.

Mais au lieu de cela, Ristia avait répondu : « Je veux aider les enfants dans le besoin, c’est pourquoi j’ai besoin d’argent pour subvenir à mes besoins. Ça m’aiderait si tu m’achetais cette broche… »

La réponse que Ristia avait apportée avec ce sourire inaltéré avait complètement bouleversé les attentes d’Eindebelle. Sa réponse était si inattendue qu’Eindebelle était restée là, clignotant des yeux de surprise.

« Tu veux vraiment faire ce que tu dis ? » demanda Eindebelle.

« Hm-hmm ! Je le pense vraiment ! » Les grands yeux pourpres de Ristia étaient clairs et purs. Eindebelle n’avait pas l’impression que la fille lui mentait. Et même si Ristia préparait quelque chose, Eindebelle — non, l’humanité n’avait aucun moyen de l’arrêter, elle et sa magie de niveau 8. En prenant cela en considération, il n’y avait aucune raison pour que Ristia mente. Et surtout, Ristia n’avait pas l’intention de faire du mal à Nanami, alors Eindebelle était prête à laisser passer l’affaire.

C’est alors que Rick, qui était censé être en route vers la guilde, se précipita dans le magasin.

« Maman, vas-tu bien !? » s’écria Rick.

« Pourquoi fais-tu irruption comme ça ? » demanda Eindebelle.

« D’abord, éloigne-toi de cette fille. Sur le chemin de la guilde, j’ai commencé à demander à Nanami quelques infos sur elle, et elle n’est clairement pas normale. C’est pour ça que je suis rentré, » déclara Rick.

« … Hein ? » Ristia avait été choquée d’apprendre qu’elle n’était pas normale.

Il doit y avoir une raison pour qu’elle soit si obsédée par la normalité, non ? avait réfléchi Eindebelle.

« Tu m’écoutes, maman !? » s’écria Rick.

« Hm ? Oh, oui, je suis à l’écoute. Tu peux m’expliquer ce que tu veux dire par cette fille qui n’est pas normale ? » demanda Eindebelle.

« Elle a apparemment tué un dragon quand elle a sauvé Nanami. Il mesurait cinq mètres et avait anéanti l’équipe de reconnaissance, mais elle l’a battu d’un seul coup, » répondit Rick.

« Hein… C’est toute une chose, ça » déclara Eindebelle.

Il était rare de voir un dragon dans la vraie vie à cette époque. Bien sûr, entendre qu’il y avait un dragon qui vivait là au début avait été un choc, mais il n’était pas déraisonnable pour un dragon d’anéantir cette équipe de reconnaissance. Et ce n’était certainement pas un choc que Ristia ait vaincu ce dragon. En voyant comment Ristia pouvait utiliser la magie de niveau 8, Eindebelle savait que Ristia se contenterait d’une attaque rapide pour se charger d’un simple dragon.

« Maman ! Ce n’est pas le moment de chanter des louanges. Elle a tué un putain de dragon ! » s’écria Rick.

« Uh-huh, uh-huh, je vois le tableau. Alors, qu’a dit Nanami ? A-t-elle dit que Lady Ristia est un monstre dangereux ? » demanda Eindebelle.

« Euh, non… Nanami dit qu’elle n’est pas dangereuse. En fait, elle a dit qu’elle était un… ange. » Rick avait l’air perdu. C’était un demi-frère charmant, alors il voulait croire ce que Nanami lui avait dit, mais il était très probablement en conflit à propos de l’affirmation « ange ». Malgré tout, Eindebelle pensait que la phrase correspondait parfaitement à la fille.

« Si Nanami dit que Ristia est un ange, alors c’est un ange, » déclara Eindebelle.

« Maintenant tu le dit aussi, maman !? » s’écria Rick.

« Rick, si tu parlais à Ristia, tu le saurais toi-même. La fille est tout à fait un ange. » Il était difficile d’imaginer que l’innocence de Ristia ne soit qu’un jeu d’acteur. Si Ristia ne faisait que mettre un masque, alors Eindebelle ne saurait plus quoi croire. C’est pourquoi elle avait ensuite présenté la broche à Ristia. « Cette broche est trop chère pour être vendue ici au magasin. Tiens, Hun. Reprends-le. »

« Oh, ok..., » Ristia avait repris la broche avec un visage qui indiquait qu’elle le faisait à contrecœur. En voyant Ristia affaisser ses épaules dans la déception, Eindebelle avait eu un sourire effronté.

« En échange, je demanderai à l’un de mes contacts de te l’acheter. Et pour ce qui est du coût de la vie en ce moment, je vais m’occuper de toi, » déclara Eindebelle.

« J’apprécie, mais es-tu sûre… ? » demanda Ristia.

« Bien sûr que je le suis. Tu peux me remercier en t’entendant avec Nanami, d’accord ? » demanda Eindebelle.

Ristia était stupéfaite, clignant des yeux, avant de répondre avec un grand sourire. « D’accord ! »

Voir ce sourire heureux avait suffi à réaffirmer à Eindebelle que Ristia était en effet une fille bonne et honnête. Sa beauté écrasante lui donnait l’envie de donner un autre gros câlin à la jeune fille, mais Rick s’était interposé avant qu’elle n’en ait eu l’occasion.

« Attends une seconde, maman. Es-tu sérieuse ? » demanda Rick.

« Eh bien, je suis sérieuse, » répondit Eindebelle.

« D’accord, mais… »Avant que Rick puisse commencer sa phrase insatisfaite, Eindebelle l’avait interrompu.

« Franchement, Rick. Si Ristia essayait de faire quelque chose à Nanami, à quoi bon la ramener ici ? » Si elle avait voulu faire quelque chose de malfaisant à Nanami, il n’était pas nécessaire de prouver à Eindebelle ou Rick qu’elle soit encore en vie. Après tout, si l’équipe de reconnaissance avait été anéantie, il n’y aurait eu aucun moyen de savoir si Nanami avait été emmenée.

« Tu n’as pas tort…, » déclara Rick.

« Maintenant, c’est bien beau que tu te fasses du souci pour Nanami, mais perdre de vue ce qu’il y a autour de toi, c’est quelque chose sur quoi tu dois travailler, Rick, » déclara Eindebelle.

« Argh… D-Désolé, » déclara Rick.

« Ce n’est pas à moi que tu devrais t’excuser, fiston, » déclara Eindebelle.

« C’est vrai. Euh… Je suis désolé si j’ai dit quoi que ce soit pour vous offenser, Ristia. Euh, Mademoiselle Ristia, » déclara Rick.

« Hm-hm, ne vous inquiétez pas, ça ne m’a pas dérangé, » dit Ristia en souriant. Elle avait écouté toute leur conversation avec une expression qui disait clairement qu’elle réagissait ainsi par considération. Lorsqu’il s’en était rendu compte, Rick avait poussé un lent gémissement de culpabilité. C’est à ce moment-là…

« Hah, hah, hah, hah... Grand Frère ! Rick ! Attends ! Ne me laisse pas comme ça ! » s’exclama Nanami.

« N-Nanami !? » Nanami était rentrée à la maison au pire moment possible du point de vue de Rick.

« Grand Frère, n’as-tu pas été impoli avec Lady Ristia ? Si c’est le cas, je m’en fiche si tu es mon frère, tu en paieras le prix, » déclara Nanami, ses mots après son retour tardif à la maison forçant Rick de plus en plus loin dans un coin. C’était un spectacle qui la rendait méfiante, alors elle s’était plutôt tournée vers Ristia.

« Lady Ristia, il n’a pas été impoli avec vous, n’est-ce pas ? » placé dans une situation extrêmement difficile, Rick avait commencé à transpirer à grosses gouttes jusqu’à ce que…

« Non, tout va bien, tout va bien. Ces deux-là t’aiment vraiment, Nanami. » Ristia n’avait pas pu répondre négativement. Au contraire, elle avait fait l’éloge de Rick et d’Eindebelle.

« Mademoiselle Ristia…, » Rick regarda Ristia, comme s’il se sentait sentimental face à une personne qu’il traitait si mal qui avait répliqué à son impolitesse avec de la gentillesse. Le regard d’Eindebelle, qui voyait son visage rougir légèrement, n’était probablement pas seulement le fruit de son imagination.

On dirait que le printemps est là et que l’amour est dans l’air pour toi, Rick. J’aimerais bien dire ça, mais je pense que c’est une fille qui est trop pour toi, fiston. Eindebelle pensait ça, ruminant les difficultés futures de Rick avec un sourire embarrassé.

***

Partie 8

Le lendemain matin, après l’arrivée de Ristia à la maison de Nanami, Ristia prenait le petit déjeuner avec le reste de la famille.

« Au fait, Ristia ? »

« Hm ? »

Au moment où le petit déjeuner se terminait, Eindebelle s’adressa à Ristia, qui répondit avec curiosité.

« Je dois te parler à propos du vendeur d’objets magiques que je connais. Je vais entrer en contact avec lui, ça ne te dérange pas d’attendre quelques jours ? Tu es plus que bienvenue ici. Tu peux rester aussi longtemps que tu le souhaites en attendant, bien sûr, » déclara Eindebelle.

« Ça ne me dérange pas d’attendre, mais j’ai l’intention d’améliorer ma situation de vie, » déclara Ristia.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Lady Ristia, ne voulez-vous pas vivre ici !? » Nanami semblait surprise par cette nouvelle soudaine, mais Ristia pensait le contraire. Elle ne pouvait pas abuser de son accueil chez Nanami, car ce serait un mauvais exemple de son objectif d’être une bonne sœur aînée.

« Auriez-vous peut-être une meilleure idée. Existe-t-il des emplois où vous pouvez aider les enfants dans le besoin ? » Ristia avait demandé cela, pensant qu’elle pouvait faire d’une pierre deux coups en trouvant un enfant pour faire qu’elle l’aime en tant que sœur aînée et gagner sa vie.

« Travailler pour aider les enfants dans le besoin, hein ? Hmm, ce qui me vient à l’esprit en premier, c’est l’orphelinat, mais…, » répondit Eindebelle.

« Quand tu dis “orphelinat”, je suppose que tu veux parler d’un établissement où l’on élève des enfants sans parents vivants ? » En d’autres termes, c’était un lieu de rassemblement pour les enfants dans le besoin. Si je pouvais y travailler, ce serait vraiment faire d’une pierre deux coups ! pensa Ristia, ravie. Cependant, il y a eu de mauvaises nouvelles.

« Mademoiselle Ristia, si vous songez à travailler dans cet orphelinat, j’abandonnerais cette idée, » désapprouva Rick, parlant dans une position en biais par rapport à Ristia après une longue période de silence pendant la majeure partie du petit déjeuner.

« Pourquoi ça ? » demanda Ristia.

« Il y a des rumeurs louches sur cet orphelinat, » répondit Rick.

« Des rumeurs louches de quel genre ? » demanda Ristia.

« Le directeur de l’orphelinat détourne les subventions du seigneur local, des cas d’enfants disparus — ce genre de rumeurs, » répondit Rick.

« Oh wow… Alors, cet orphelinat accepte les demandes ? » demanda Ristia.

« Il a une mauvaise réputation, donc les gens de la ville restent à l’écart. Je suppose qu’ils sont à court de mains, mais… hé ? Avez-vous écouté ce que j’ai dit ? » demanda Rick.

« Bien sûr que oui. En gros, les enfants là-bas pourraient avoir besoin d’aide, non ? » Si le directeur de l’orphelinat est une mauvaise personne, alors tous les enfants qui y vivent doivent vraiment avoir besoin de l’aide de quelqu’un. Cela me donne d’autant plus de raisons d’y aller, se dit Ristia, avant de faire face aux visages choqués d’Eindebelle et de Rick.

Nanami, d’un autre côté, l’avait complimentée. « Toujours aussi bienveillante, Lady Ristia. Maman, qu’en penses-tu ? »

« Eh bien… comme c’est de Ristia dont on parle ici, je suis presque sûre qu’elle ira bien, » répondit Eindebelle

« C’est bon. S’il est vrai qu’elle a abattu ce dragon, alors même s’il y a un problème, je pense bien qu’elle devrait pouvoir le surmonter, » répondit Rick.

« Je le pense aussi. Cela étant dit, je te dirai où il est si tu es toujours sur cette idée, mais assures toi d’être prudente là, tu entends, Ristia ? » déclara Eindebelle.

« Fort et clair ! Merci infiniment ! » Ristia avait dit cela avec un sourire satisfait quand Eindebelle avait commencé à lui dire où se trouvait l’orphelinat.

« D’accord ! Si Lady Ristia va à cet orphelinat, moi aussi ! » déclara Nanami.

« Pas question, Nanami, » Rick s’était interposé plus vite que Ristia n’aurait pu lui répondre.

« Aww, comment ça ? » demanda Nanami.

« Tu dois te présenter à la guilde avec moi, voilà pourquoi tu ne peux pas. Comme nous n’y sommes pas allés hier, nous devons y aller aujourd’hui, sinon ce sera le cadet de tes soucis, » déclara Rick.

« Argh, c’est vrai. J’allais oublier. Argh… Lady Ristiaaa ~, » déclara Nanami avec un regard suppliant vers Ristia, en vain, la situation était hors de ses mains.

« Si tu as besoin de faire un rapport, alors il est nécessaire de le faire, » déclara Ristia.

« Mais… Lady Ristia, il y a une chance que vous ne reveniez pas chez nous, n’est-ce pas ? » demanda Nanami.

« Je n’en suis pas sûre, mais je me ferai un point d’honneur de te le dire si je finis par rester ailleurs, d’accord ? » déclara Ristia.

« … Vraiment ? » demanda Nanami.

« Ouaip. Après tout, je veux qu’on forme une bonne relation et que l’on continue comme ça, » déclara Ristia.

« Lady Ristia, je… J’apprécie tellement ça ! » Voir Nanami tellement joyeuse apportait aussi du bonheur à Ristia. Elle avait quelqu’un qui l’adorait vraiment, ce qui l’avait fait sourire.

Ristia s’était ensuite dirigée vers le sommet d’une colline à la périphérie de la ville. Elle était finalement arrivée devant l’orphelinat, un bâtiment en pierre qui semblait loin d’être solide. Il y avait plusieurs zones qui avaient été endommagées, donnant l’impression que la bâtisse pourrait s’effondrer à tout moment. Normalement, on aurait hésité à s’approcher d’un endroit comme celui-ci, mais Ristia, c’était le contraire. Elle était excitée, pensant que ma future sœur pourrait être là, ayant besoin de mon aide !

« Hello ~ ~? Y a-t-il quelqu’un ~ ? » Elle frappa humblement à la porte plusieurs fois. Après quelques instants d’attente, les portes en bois s’ouvrirent lentement, et une jeune fille à la peau brune sortit. À en juger par sa taille, elle était probablement plus jeune que Nanami, probablement vers le milieu de l’adolescence. Quoi qu’il en soit, elle projetait une aura quelque peu envoûtante — une jeune fille d’une beauté captivante, c’est le moins qu’on puisse dire.

« … Qui êtes-vous, ma sœur ? » demanda la fille.

« Ma sœur ! » s’exclama Ristia.

Oh mon dieu, la première fois que quelqu’un de plus jeune que moi m’appelle « Sœur » ! Bien sûr, il manque la partie « Grande », et il n’y a pas d’amour derrière, mais c’est un début fantastique ! Ristia était excitée, sentant qu’elle avait fait le bon choix en venant à l’orphelinat. Finalement, il lui vint à l’esprit que la jeune fille lui faisait un regard bizarre, alors elle s’était éclairci rapidement et gentiment la gorge pour se ressaisir.

« Je suis désolée de t’avoir fait peur. Je suis Ristia. Je suis ici parce que je veux travailler dans cet orphelinat, » répondit Ristia.

« Vous voulez travailler ici… ? Écoutez-moi ! Je ne sais pas quelle est l’idée géniale derrière tout ça, mais vous feriez mieux de retourner maintenant d’où vous venez. » Bien que la fille lui ait dit de dégager, Ristia avait gardé son sourire.

« Pourquoi dis-tu cela ? » demanda-t-elle en inclinant avec perplexité la tête. Le visage de la jeune fille à la peau brune fit un visage amer face à cette question, et elle se mit à scruter la zone voisine autour d’elle avant de se rapprocher un peu plus de Ristia.

« … N’avez-vous pas entendu les rumeurs sur cet endroit, ma sœur ? » demanda la fille.

« Par “rumeurs”, tu veux dire…, » commença Ristia.

« Maria ! Qu’est-ce que tu fais là-bas ? » Une voix masculine la réprimandant résonna. Quand elles s’étaient tournées vers la source, elles avaient vu un homme dodu et d’âge mûr qui les regardait fixement.

« … ! Rien. Rien. Cette fille demandait juste son chemin, » répondit la fille à la peau sombre.

« Pas tout à fait. Je suis venue ici parce que je veux travailler à l’orphelinat, » répondit Ristia.

« Merde, vous… ! » s’exclama la fille.

« Oh ho, bien, bien, bien. N’es-tu pas une adorable jeune femme ? Tu veux dire que tu veux travailler ici ? » demanda l’homme.

« Oui, Monsieur ! » Ristia hocha la tête énergiquement. L’homme corpulent avait souri face à ça.

« Oh, tout de suite ? » demanda-t-il.

À côté d’elle, la jeune fille à la peau brune se couvrit le visage en disant : « … Oh, mon Dieu. Ne dites pas que je ne vous avais pas prévenu. » C’était un autre commentaire auquel Ristia n’avait pas prêté attention.

« Et si on parlait à l’arrière ? » demanda l’homme rond, l’invitant à entrer. Elle s’était avancée et était ainsi rentrée dans l’orphelinat.

Traversant les couloirs tout en étant guidés par l’homme, ils étaient tous les deux entrés dans la pièce à l’arrière de l’édifice. Le caractère plutôt démodé de l’édifice s’était manifesté dès qu’on franchissait la porte d’entrée, mais la pièce dans laquelle Ristia s’était retrouvée était en contraste flagrant avec cela. C’était extrêmement bien rangé et luxueux. Cela avait fait tourner les engrenages dans la tête de Ristia. Est-ce que c’était par respect pour les invités qui venaient les voir ? Ou peut-être que le directeur avait dépensé l’argent pour avoir un milieu de vie confortable pour lui ? Il n’était pas clair lequel des deux c’était.

« Assois-tu là-bas, je t’en prie, » déclara l’homme.

« Oui, merci, Monsieur. » Ristia s’était avancée vers une chaise et s’installa dessus d’une manière élégante. Suivant en costume, l’homme d’âge mûr et potelé s’assit sur la chaise en face d’elle.

« Commençons par quelques présentations, d’accord ? Je m’appelle Georg et je suis le directeur de cet orphelinat, » déclara l’homme.

« Merci pour l’accueil courtois. Je m’appelle Ristia, directeur Georg, » déclara Ristia.

« Hmm. Tu sembles être une jeune femme très bien élevée. Puis-je te poser une question sur ton passé ? » demanda Georg.

« Je suis juste une fille normale. » Ristia avait calmement proclamé qu’elle était une fille normale alors qu’elle était pour ainsi dire évaluée par l’homme plus âgé. Malgré le point sur lequel elle avait insisté, même son courage mental était déjà manifestement anormal. Le directeur Georg en arriva naturellement à la même conclusion et commença à la regarder d’un regard soupçonneux.

« … Et si je peux te poser une question sur ton expérience passée ? » demanda Georg.

« Je me suis enfuie de chez moi il y a quelque temps, » déclara Ristia.

« Oh ho… Tu t’es enfuie de chez toi. Alors, ça voudrait dire que tu aimerais travailler ici puisque tu n’as nulle part où aller et nulle part où rester ? » demanda Georg.

« Non, je n’ai pas vraiment de tels besoins. Bien sûr, si je pouvais travailler ici en tant qu’employée résidante, ce serait l’idéal. Je souhaite aider les enfants dans le besoin », répondit Ristia en souriant d’une oreille à l’autre. C’était une réponse à laquelle le directeur Georg ne s’attendait probablement pas. Ses yeux s’étaient écarquillés de surprise… suivie d’un gloussement guttural, mais faible.

« … Euh, Monsieur ? » demanda Ristia.

« Désolé, où sont mes manières ? Tu es si jeune, et pourtant tu as un état d’esprit si splendide. J’adorerais que tu travailles ici, » déclara Georg.

« … Est-ce que c’est d’accord ? » Ristia avait été déconcertée par la facilité avec laquelle il avait été convaincu.

« C’est tout à fait d’accord. Quelqu’un comme toi est plus que bienvenue dans nos couloirs pour travailler ici. Cependant, nous ne pouvons pas offrir beaucoup en termes de salaire si tu es un travailleur à domicile… J’espère que ça ne te dérange pas ? » Le directeur Georg avait préfacé l’offre avant de donner le taux suggéré… ce dont Ristia était honnêtement ignorant, à savoir s’il s’agissait d’un montant faible ou significatif. Le salaire, cependant, n’était pas ce qui était important pour Ristia ici, alors elle hocha la tête et répondit. « Je n’ai aucun problème avec ça, Monsieur. »

« Super ! Je suis content que tu sois d’accord avec ça, » déclara Georg. « Bienvenue parmi nous. »

« Je suis si contente de pouvoir travailler ici, Monsieur ! » déclara Ristia.

« C’est bon à entendre. Je compte sur toi pour bien servir cet orphelinat, Mme Ristia », déclara le directeur Georg, le sourire aux lèvres, en applaudissant. Immédiatement après, la jeune fille à la peau brune que Ristia avait rencontrée dans l’entrée de la chambre entra dans la pièce.

« … Vous avez sonné ? » demanda la femme.

« Oui, cette fille, Mme Ristia, ici présente, va travailler ici à partir d’aujourd’hui. Présente-la aux enfants et montre-lui les ficelles, » ordonna Georg.

« Elle est ce que… ? Ma sœur, vous n’avez pas…, » Maria regarda Ristia d’un regard condamnable, jusqu’à ce que…

« Maria. » Le directeur Georg avait saisi son épaule, ce qui fit trembler de surprise le corps de Maria.

« … D’accord, » la fille à la peau brune s’était précipitée avant de jeter un coup d’œil à Ristia.

« Suivez-moi, je vais vous faire visiter, » déclara-t-elle en sortant pratiquement du bureau.

« Hé, attends-moi. Directeur Georg, si vous voulez bien m’excuser, » déclara Ristia avant de se lever et de franchir la porte, poursuivant la fille à la peau brune.

Elle pensait que la jeune fille venait peut-être de la laisser là, mais heureusement, la petite à la peau brune attendait juste à l’extérieur de la pièce. Cependant…

« Par ici. Par ici. » Après avoir confirmé la présence de Ristia, la jeune fille à la peau brune s’était rapidement mise à marcher.

« … Pourrais-tu me dire ton nom ? » demanda Ristia en marchant à côté de la jeune fille, pour être rencontrée sans réponse. « Hé, hé ? Je demande…, » elle essaya encore une fois de demander, mais avant d’avoir eu le temps de terminer sa pensée, la jeune fille à la peau brune s’arrêta au coin du couloir et leva les yeux sévèrement vers Ristia.

« Je croyais vous avoir dit de faire demi-tour, ma sœur. Pourquoi n’avez-vous pas fait ça ? » demanda la fille.

« Parce que je ne le ferai pas. Je veux aider les enfants dans le besoin, » déclara Ristia.

« … Je vois. Alors je ne dirai plus un mot. Je veux moi-même aider les enfants », dit la jeune fille à la peau brune d’un ton évocateur.

Son expression était teintée de noirceurs, d’une manière assez différente de celle d’une jeune fille ordinaire de quinze ans. Elle avait donné l’impression d’avoir vécu plusieurs fois plus longtemps que cela. Ce n’est peut-être pas un être humain ? Ristia pensa ça en scrutant le corps de Maria avec sa magie. Les données qu’elle avait reçues lui avaient dit qu’elle était cent pour cent humaine, mais elles avaient révélé d’autres renseignements préoccupants. Il y avait plusieurs petites écorchures sur le bas du corps et, pour empirer les choses, elles étaient toutes infectées. De telles infections touchaient principalement les adultes, et dans de rares cas chez les enfants, mais peu de symptômes apparaissent chez la fille. Elle n’avait probablement même pas réalisé qu’elle avait une infection. Ristia avait tendu la main pour jeter un sort de guérison sur la jeune fille, mais dès qu’elle l’avait fait, elle avait crié : « Ne me touchez pas ! » et elle frappa la main de Ristia. La réaction inattendue avait fait écarquiller les yeux de Ristia.

« Euh… Je suis désolée. J’ai dû te surprendre en te tendant la main comme ça, » déclara Ristia.

« Non, c’est moi qui devrais être désolé. J’ai juste été un peu surprise, » la jeune fille avait dit qu’elle n’avait qu’un « peu surprise », mais elle semblait toujours méfiante à l’idée d’être touchée. Pour l’instant, Ristia avait décidé d’abandonner toute magie de guérison. Elle avait ensuite essayé de chercher un autre sujet, se disant qu’elle devrait détendre l’atmosphère.

« Oh, c’est vrai, je n’ai jamais entendu ton nom. Pourrais-tu te présenter ? » demanda Ristia.

« … Je m’appelle Maria. J’aurai 15 ans cette année, » répondit la fille.

« Maria ? C’est un nom si doux, » déclara Ristia.

« Oui, Maria. Et le sucre est doux, pas mon nom, » déclara Maria.

« … Euh, d’accord. Dûment noter, Maria. » La fille à la peau brune répondit par son nom et son âge, rien d’autre. C’était une présentation de soi très directe et sans fioritures, mais une fois que Ristia avait vu l’expression de Maria, elle s’était rendu compte que ce n’était pas le cas. Il était probable que cette fille n’avait jamais eu l’occasion de dire quoi que ce soit d’autre dans le passé.

Ristia avait donc répondu de la même manière. « Je m’appelle Ristia, et j’aurai 17 ans cette année. »

« … C’est tout ? » demanda Maria.

« J’espérais que tu apprendrais à connaître le reste avec le temps, » répondit Ristia.

« … Ma sœur, vous êtes bizarre, » déclara Maria.

« Je ne suis pas bizarre. Je suis une fille normale, » répondit Ristia.

« Hehe hehe hehe… et vous êtes drôle. » Pour une raison inconnue, elle s’était mise à rire. Ristia était déçue, car elle n’avait jamais eu l’intention de faire rire la fille, mais Maria avait l’air de s’amuser, ce qui la satisfaisait quand même.

« Maria, pourrais-tu me faire visiter ? » demanda Ristia.

« Êtes-vous vraiment sûre de vous ? » demanda Maria.

« Oui, aussi sûre que possible, » répondit Ristia.

« … C’est étrange. Une petite partie de moi me dit que vous allez vous en sortir, » déclara Maria en réduisant le son de sa voix, « Ouais… Même si c’est impossible. » C’était un murmure incroyablement petit, mais Ristia l’entendit claire comme du cristal, étant la Sang Véritable qu’elle était.

« Ça va aller, tu sais ? Je le jure, » déclara Ristia.

« HahaTrès bien. Je vais commencer par vous présenter tous ceux qui vivent à l’orphelinat, » déclara Maria.

***

Partie 9

« Sur cette note, ce sera donc la nouvelle fille qui s’occupera de tout le monde. »

Ristia avait été conduite dans une grande salle commune de l’orphelinat où elle avait rencontré en face à face les douze orphelins — Maria incluse — qui vivaient dans l’institution. Il y avait quatre garçons et huit filles. Alors qu’elle s’émerveillait de la façon dont Maria était jeune quand elle l’avait vue pour la première fois, les autres enfants étaient tous encore plus jeunes qu’elle. D’après ce que Maria lui avait dit, toute personne âgée de plus de 12 ans était habituellement « diplômée » de l’orphelinat. En tout cas, il y avait douze enfants, chacun d’eux étant probablement un diamant brut. La tête haute, ils regardaient Ristia avec une combinaison d’espoir et d’inquiétude peinte sur leur visage. Ristia s’agenouilla devant eux et parla à hauteur des yeux.

« Bonjour, tout le monde. Je m’appelle Ristia. Je veux aider les enfants dans le besoin, alors je vais travailler ici à l’orphelinat à partir de maintenant. Est-ce que tout le monde peut me dire leurs noms ? » Elle avait affiché son sourire angélique, qui fascinait les garçons et stimulait leur instinct de protection. C’était un sourire qui rassurait si bien les jeunes enfants que la majorité d’entre eux, qui avaient été sur leurs gardes, avaient commencé à céder face à ses charmes.

« Je m’appelle Mew ! »

« Je suis Ayane ! »

« Je m’appelle Glen ! »

Un cœur de présentations s’était fait en même temps.

« Allez, les enfants. Si vous parlez tous en même temps, vous allez confondre la dame, » déclara Maria en réprimandant tout le monde pour ses manières. Une fois qu’elle l’avait fait, ils s’étaient tous excusés à l’unisson avant de se taire. « Désolée, Grande Soeur Maria ! »

« Wôw…, » Ristia regarda Maria, son regard rempli de respect. Dans son esprit, elle pensait, « G-Grande Sœur Maria » ! Tu es incroyable, Maria ! Tous ces enfants t’adorent comme une Grande Sœur ! Je suis plus vieille que toi quand il s’agit d’années, mais tu es plus riche en expérience ! J’ai tant à apprendre de toi ! Je ferai de mon mieux, mais je ne vais pas prendre du retard non plus ! Ristia s’était trouvée motivée.

« Merci, Maria, mais c’est bon, » déclara Ristia.

« Hein ? Qu’est-ce que tu veux dire par c’est “bon”… ? » demanda Maria.

« C’est bon, parce que j’ai mémorisé les noms de tout le monde, » déclara Ristia.

« Qu’est-ce que tu racontes ? Se souvenir d’un tas de noms qui vous est crié dessus en même temps, c’est de la folie —, » avant que Maria ait pu finir le monde, Ristia avait dirigé ses yeux vers la fille qui se tenait le plus loin devant.

« Cet adorable garçon manqué aux oreilles de chien est Mew. » Ristia souriait, caressant les oreilles canines bleues et poilues de Mew, l’incitant à sortir un petit « woof » et à sourire de joie. « Et la fille mince s’appelle Ayane. Ses yeux violets sont tout simplement magnifiques. » En ce qui concerne Mew, les enfants ne semblaient pas très convaincus par les affirmations de Ristia, mais au fur et à mesure qu’elle continuait et commençait à réciter leurs noms, ils commençaient à avoir l’air étonnés.

« Alors qu’en est-il de moi ? »

« Des cheveux noirs comme les miens ? Ton nom doit être Glen, » dit Ristia, caressant la tête de Glen d’une manière très naturelle. Il n’avait que dix ans, mais le beau sourire de Ristia lui faisait rougir les joues. Et donc, à la suite de sa démonstration — . 

« Tu es incroyable, sœurette !! »

Ristia avait reçu des applaudissements et des louanges unanimes des enfants. Elle avait commencé à faire la fête dans sa tête. Oh mon dieu, on vient de m’appeler « sœurette » par une salle pleine d’enfants ! Et bientôt, ils m’adoreront tous. Je ne serai pas seulement « Sœurette », je serai au niveau de « Grande Sœur Extraordinaire » ! pensa Ristia, en gonflant son moral. En tout cas, Ristia avait correctement nommé dix des onze enfants.

« Et le dernier, mais non le moindre, c’est toi. Mais tu ne t’es jamais présentée, » s’était-elle adressée au garçon qui regardait dans l’air à une petite distance de là. Bien qu’elle ait essayé de parler au garçon, l’enfant aux cheveux bruns avait simplement réagi en se tortillant, refusant de se tourner vers elle.

« Allons, Allen. Tu le sais très bien. » Ne voulant pas laisser passer ça, Maria avait saisi les épaules du garçon et le regarda droit dans les yeux.

« Grande Soeur Maria… Comment peux-tu dire ça ? Cette fille est amie avec le directeur, n’est-ce pas ? » Qu’est-ce qu’il insinuait par là ? S’il voulait dire que Ristia était une « collègue » travaillant à l’orphelinat, alors cela aurait tout son sens… mais Maria avait fini par secouer la tête.

« Je ne pense pas que ce soit le cas, » répondit Maria.

« Comment peux-tu en être si sûre !? » demanda Allen.

« Comment ? » Maria avait commencé à jeter un coup d’œil à Ristia.

« Parce que… elle est un peu une tête en l’air, et elle n’a pas l’air très fiable, » déclara Maria.

Pas fiable !? Maria pense que je ne suis pas fiable !? Le cœur de Ristia semblait avoir été jeté par terre. Mon pauvre cœur. Il n’est pas rare qu’une personne que tu viens de rencontrer ne compte pas entièrement sur toi, mais je n’arrive pas à croire qu’elle ressente cela pour moi dès notre première rencontre. Si c’est ainsi, alors je ne me retiendrais pas ! Je vais faire mon possible ! Je vais aller jusqu’au bout et m’assurer que Maria m’adore ! Elle dira : « Grande Soeur, tu es incroyable ! » en un rien de temps ! pensa Ristia, jurant solennellement en secret. Rétrospectivement, c’était probablement ce moment qui avait décidé du sort de l’orphelinat — non, de toute la ville. Cependant, il n’y avait pas une âme présente qui s’en soit rendu compte.

Il n’y avait qu’un seul enfant qui s’était dit : C’est déjà assez bizarre quand elle a soudainement baissé la tête, mais maintenant, elle sert de ses mains en un poing. Qu’est-ce qu’elle a ?

« … Hé, sœurette, vas-tu bien ? » demanda Ayane.

« Merci de demander, mais je vais bien, Ayane, » Ristia avait fait semblant de ne pas être affectée dans l’espoir de ne pas être considérée comme encore plus : peu fiable… Ça ne l’avait pas empêchée d’avoir les yeux un peu embués. « Sais-tu ce qu’il voulait dire par “amis avec le directeur” ? » Ristia demanda à Ayane en laissant Maria et Allen se disputer, mais la fille secoua la tête en réponse.

Elle avait cependant chuchoté. « C’est peut-être dû au fait qu’Allen déteste le directeur. »

« … Pourquoi le déteste-t-il ? » demanda Ristia.

« Allen aime bien Grande Soeur Maria, mais Grande Soeur Maria est proche du directeur, » déclara Allen.

« Ils sont proches… ? » Ristia avait réfléchi, repensant aux deux individus qui interagissaient plus tôt. Cela ne lui donnait pas l’impression qu’il y avait du mépris, mais ils ne semblaient certainement pas proches, en aucun cas.

« Tu sais, je vois parfois le directeur sortir de la chambre de la Grande Soeur Maria quand je vais aux toilettes tard le soir, » déclara Allen.

« … Oh, c’est vrai ? » Ristia semblait avoir une idée de ce qui se passait et pensait demander plus de détails, mais…

« Hey, Ayane, non. On nous a dit de ne jamais en parler, tu te souviens ? »

« Oh, c’est vrai. Alors ouais. Désolé, sœurette, » déclara Ayane.

« hm-mm, non. Je suis désolée, » Ristia s’éloigna du sujet. Elle se tourna de nouveau vers Allen et Maria pendant qu’ils continuaient à se disputer.

« Le fait est que je n’adhère pas du tout à cette raison insensée ! » s’écria Allen.

« Je te l’ai dit, elle n’est pas le genre de personne que tu penses qu’elle est, All —, » Ristia avait touché l’épaule de Maria et avait souri.

« Je te remercie, » déclara Ristia.

« … Hein ? » s’exclama Maria.

« Merci de m’avoir défendu, mais c’est bon. » Elle voulait dire cela moins dans le sens où elle n’avait pas peur d’être soupçonnée, mais plutôt dans le sens où elle était assez fiable pour gérer la situation elle-même. Quelle que soit l’interprétation, Ristia avait fait face à Allen.

« Quoi ? Tu ne vas pas me piéger comme les autres, compris ? » déclara Allen.

« Ouais, je ne t’en veux pas de ne pas pouvoir me faire confiance. C’est notre première rencontre, après tout, » Ristia finit sa phrase, puis regarda simplement la paire d’yeux bleus d’Allen. Ces yeux la regardaient fixement, mais elle savait que c’était parce qu’il s’inquiétait pour Maria. « Ce n’est pas grave. Je suis cruelle envers ceux qui font de mauvaises choses aux gens que j’aime, mais je ne suis jamais cruelle envers ceux qui ne m’aiment pas, » déclara Ristia, tirant Allen dans sa poitrine pour un câlin. Avec les seins généreusement fournis de Ristia, toute la tête d’Allen avait rougi.

« Quoi !? Attends, qu’est-ce que tu fais !? » s’écria Allen.

« “Quoi” ? Je pensais que ça t’aiderait à te détendre, » déclara Ristia.

« D-Détendre ? Ce n’est pas ce dont je parle ici —, » Allen était revenu à la raison et avait repoussé Ristia loin de lui. « Je dis que je ne vais pas juste te faire confiance ! » Allen avait lâché sa remarque d’adieu avant de se précipiter hors de la pièce. Ristia le regarda faire, se lamentant, Oh non, il me déteste… Malgré sa peine, elle avait décidé que c’était une mauvaise idée de le laisser tranquille, alors elle avait essayé de le poursuivre, mais Maria l’avait arrêtée avant qu’elle ne le puisse.

« Je parlerai à Allen. Peux-tu divertir les autres enfants, ma sœur » déclara Maria.

« Mais…, » murmura Ristia.

« Ne t’inquiète pas. Il était juste un peu gêné, » déclara Maria.

« … Gêné ? Pourquoi ? » demanda Ristia.

« Peu importe ce que tu fais. Occupe-toi des choses ici, » déclara Maria.

« Eh bien… Je ne suis pas sûre de ce qui se passe, mais d’accord. Assure-toi qu’Allen va bien. » Après réflexion, Ristia décida de faire ce que Maria lui avait suggéré. Après tout, Maria était si mûre au-delà de son âge, et elle semblait savoir comment les enfants fonctionnaient plutôt bien. Elle avait donc décidé de laisser Maria s’occuper d’Allen pendant qu’elle divertissait et jouait avec les autres.

Ristia avait interrogé les enfants sur diverses choses ici et là après cela. Et une fois le dîner terminé…

« Peut-on reconstruire cet orphelinat ? » demanda Ristia, après être venue au bureau du directeur Georg pour lui parler directement.

« Ristia… Qu’est-ce que tu me demandes ? » demanda Georg.

« Je demande si je peux reconstruire l’orphelinat. J’ai parlé aux enfants, et ils m’ont dit qu’il peut y avoir des courants d’air ici. D’ailleurs, il semble que beaucoup de choses soient en train de s’effondrer ici, alors… euh, puis-je…, » en voyant l’expression choquée sur le visage du directeur Georg, Ristia s’était calmée. Son plan initial était d’obtenir la permission de reconstruire l’endroit d’abord, puis elle et le directeur discuteraient de la façon dont elle pourrait s’y prendre pour réparer certaines choses. Comme son plan était si bien établi, elle sentait qu’il était tout à fait inattendu qu’elle se heurte à un obstacle dès le départ.

« Écoute, Ristia, à partir d’aujourd’hui, je peux comprendre ton amour pour les enfants. Cependant, il y a certaines choses dans le monde que tu peux et ne peux pas faire. Tu devrais d’abord te concentrer sur ce que tu peux faire, » déclara le directeur.

« … Oui, Monsieur. Toutes mes excuses. » Mais reconstruire une maison est quelque chose que je peux faire ! Ristia pensa ça, mais elle n’était pas assez puérile pour s’y opposer à haute voix. Certes, elle n’était pas non plus assez adulte pour abandonner humblement son idée.

« En tout cas, tu as fait du bon travail aujourd’hui, mon enfant. Qu’est-ce que ça fait de travailler ici toute une journée ? » demanda Georg.

« C’était tellement amusant de passer du temps avec les enfants ! » déclara Ristia, rayonnante de joie. Le directeur Georg, d’un autre côté, semble avoir été embrouillé.

« C’est… Alors ? Il semble donc que tu es faite pour ce travail, » déclara le directeur Georg avec un sourire enjoué en prenant une bouteille et deux verres sur une étagère. « Ristia, tu sais boire de l’alcool ? » Elle n’avait jamais bu auparavant, mais elle savait ce que c’était que de boire de l’alcool — c’est pourquoi elle avait répondu par l’affirmative.

À noter que Ristia avait dix-sept ans, mais comme ce monde n’était liée par aucune loi interdisant aux mineurs de consommer de l’alcool, tout cela était parfaitement correct selon ces normes. En parlant de normes, c’était une princesse de Sang Véritable, donc les lois humaines étaient inutiles pour elle de toute façon.

« Alors, ce n’est pas grand-chose, mais fêtons ton arrivée avec un verre. » Le directeur Georg s’était détourné et avait commencé à verser le contenu de la bouteille dans la paire de verres. Lorsqu’il se retourna à Ristia, il lui présenta le verre qui lui était destiné, ce qu’elle accepta. La boisson semblait être une sorte de vin, et elle remplissait une bonne partie du verre.

« Portons un toast à ton nouvel avenir, » déclara Georg.

« Mon nouvel avenir, Monsieur ? » demanda Ristia.

« Eh bien, oui. J’espère que tu feras tout pour les enfants, » déclara Georg.

« Oui, Monsieur. Je ferai de mon mieux pour répondre à vos attentes ! » Elle leva son verre et imita les gestes du directeur Georg avant de prendre une gorgée de vin. L’arôme moelleux et l’astringence subtile du vin se répandent dans le palais de Ristia. C’était la première fois que Ristia buvait de l’alcool, mais elle s’était sentie attirée par ce vin.

« Ehehehe, c’est plutôt bon. » Ristia descendit le reste avec délice. C’est vraiment bon ! Je n’ai jamais fait d’alcool auparavant, mais je le ferai peut-être la prochaine fois que j’en aurai l’occasion… pensa Ristia en analysant les ingrédients du vin avec sa langue. Voyons voir, cette boisson « vin » semble être des raisins fermentés pour donner l’alcool. Hmm… Oui, le raisin et l’éthanol semblent être les ingrédients clés. Quoi d’autre ? Voyons voir… Cette astringence vient des tanins. Il y a aussi les acides aminés, et… hm ? N’est-ce pas… un extrait de plantes médicinales avec un agent somnifère ? C’est donc la cause de cette légère amertume. Ce n’est pas nécessaire pour la saveur, mais… peut-être que c’est ici pour que tu puisses passer une bonne nuit de sommeil ? Quoi qu’il en soit, cela ne m’affecte pas, alors peut-être que cet ingrédient n’est pas nécessaire pour éprouver la joie pure et simple du vin.

Ce seul ingrédient suffisait à rendre une fille normale complètement inconsciente, mais pour la fille normale autoproclamée, Ristia, il avait à peine le même effet qu’une herbe apaisante, et elle n’en était guère affectée. C’est ainsi qu’elle avait commencé à boire son vin, comme le directeur Georg l’avait suggéré en bavardant avec lui.

« Tu es si jeune, mais tu peux vraiment tout boire, » déclara Georg.

« Merci, Monsieur. C’est la première fois que je bois du vin, mais il est plus délicieux que je ne l’aurais jamais imaginé, » déclara Ristia.

« N’est-ce pas une gâterie ? Mais je crois qu’il est temps qu’on s’arrête pour ce soir. Ce serait terrible si cela entravait ton travail, après tout » déclara Georg.

« Vous avez raison, Monsieur. Alors, je vais y aller… Oh, Hmm…, » Ristia avait été informée qu’il s’agirait d’un poste avec logement, mais elle s’était soudain souvenue qu’on ne lui avait jamais montré ses quartiers. Georg semblait se souvenir et lui assura de ne pas s’inquiéter.

« Tes quartiers sont juste à côté. À partir d’aujourd’hui, c’est là que tu resteras, alors fait comme chez toi. Maintenant, retire-toi dans tes quartiers et repose-toi bien, mon enfant… Oui, extrêmement bien, » il lui avait donné la clé de ses quartiers. Peut-être que je devrais retourner chez Nanami et lui donner des informations sur ce qui se passe ? Ristia avait d’abord pensé cela, mais il était déjà tard, alors elle avait changé d’avis. Je peux le faire une autre fois.

« Hmm… C’est donc ma chambre, » se murmura Ristia d’un ton impressionné, en entrant dans la pièce comme on lui avait attribué. En y repensant, Ristia avait toujours vécu dans un château — et un château qui avait été construit avec une technologie bien au-delà de la portée des humains de cette époque. Alors que c’était probablement un sentiment qui blesserait les sentiments d’une personne si elle le disait à haute voix, Ristia appréciait un peu tout cela, car cela ressemblait à une excursion pittoresque à la campagne pour elle.

Oh, mais je pourrais ne pas être capable de dormir sur un lit aussi dur. Cette pièce sent aussi un peu la moisissure… Je devrais peut-être faire un peu de décoration intérieure. Ristia avait utilisé sa magie pour désinfecter et dépoussiérer la pièce. Puis, elle avait mis le vieux lit dans sa boîte à objets et avait déroulé un tapis doux et moelleux sur le sol. Après avoir posé des rideaux de dentelle sur la fenêtre, elle avait placé son fidèle lit de style princesse au centre de la pièce. Finalement, elle avait installé un lustre magique illuminé de pierres magiques et avait placé un objet magique contrôlant la température, l’humidité et la purification d’air sur le mur.

Ça devrait suffire. Maintenant, tout ce que j’ai à faire… Oh, ça me rappelle qu’il y a un bain ici ? Ristia avait réfléchi d’une manière adorable, mais c’était naturellement sans réponse — ou plutôt, même si elle obtenait une réponse, ce ne serait certainement pas une affirmation. S’il n’y en a pas ici, je devrais peut-être en préparer un ? Ristia avait réfléchi, mais elle avait reconsidéré la question, car n’importe quelle construction faite maintenant réveillerait très probablement les enfants. Je vais me dépêcher de dormir. Je commencerais à rénover la chambre demain. Elle avait ensuite décidé de purifier son corps avec de la magie pour ce soir. Après qu’elle l’ait fait, elle s’était changée en une jolie camisole comme pyjama, avait éteint les lumières et s’était jetée au lit. Cependant, peu de temps après…

« Y a-t-il quelqu’un à l’extérieur de la pièce… ? » Alors qu’elle était couchée dans son lit, Ristia remarqua qu’elle avait un visiteur non invité juste devant sa porte.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire