À la recherche sérieusement d'une sœur ! La Princesse Vampire Ultime – Tome 01 – Épisode 2 – Partie 7

***

Épisode 2 : La fille normale autoproclamée retourne à la civilisation

Partie 7

« Alors, serais-tu en mesure de vendre ces catalyseurs dans ton magasin ? » demanda Ristia.

« Me demandes-tu de les vendre ici ? » Des gouttes de sueur coulaient sur le front d’Eindebelle qui répondait à Ristia, l’adorable fille d’origine inconnue. Chaque catalyseur de la pile devant Eindebelle valait plus que tout le stock de son magasin. Elle avait gentiment proposé de les vendre à la place de la jeune fille, mais cela attirait de sérieux signaux d’alarme.

« C’est vrai, et si tu en as besoin, je peux toujours en faire des objets enchantés, » déclara Ristia.

« Qu’est-ce que — ? Peux-tu même faire des enchantements !? À ton âge !? » demanda Eindebelle en état de choc pour la énième fois.

La création de pierres magiques était un talent tout droit sorti des contes de fées, donc c’était difficile à avaler, mais les enchantements étaient le domaine d’expertise d’Eindebelle. Elle s’était dévouée à son métier depuis qu’elle était enfant, donc elle le savait mieux que quiconque. Elle savait qu’il était absolument impossible pour une jeune fille comme Ristia, au milieu de l’adolescence, de créer des objets enchantés avec la pile de catalyseurs qui se trouvait devant elle.

Néanmoins…

« … Oh, c’est vrai. Je suis une fille normale, donc je ne peux pas faire d’enchantements », commenta Ristia d’une manière distante, mais adorable, faisant frissonner le dos d’Eindebelle. Elle ne devrait pas être capable de les faire, logiquement parlant. Elle ne devrait pas, mais son commentaire donnait certainement l’impression qu’elle pourrait très bien le faire si elle le voulait. Eindebelle décida alors de jouer un petit tour.

« Tu sais, Ristia. De nos jours, les filles normales peuvent faire des choses comme faire des enchantements, » déclara Eindebelle.

« Attends, peuvent-elles le faire ? » demanda Ristia.

« Bien sûr que si. Je suis moi-même une fille… et je dirige même cette boutique d’enchantement, n’est-ce pas ? »Et la seule raison pour laquelle j’en suis capable, c’est à cause des vingt ans d’entraînement que j’ai suivi depuis que je suis gamine. Je sais que je me suis traitée de fille normale pour cacher ça, mais ça me met mal à l’aise…, pensait Eindebelle.

Ristia avait alors répondu : « Tu as raison… Tous les objets enchantés ici sont après tout ton œuvre. »

Comment diable sait-elle cela ? Soupçonnait Eindebelle, mais elle avait laissé passer ça pour accomplir ce qu’elle avait prévu de faire. Ristia avait continué.

« Je vois. Compris. Ça veut juste dire que Nanami a eu une mauvaise idée tout ce temps, hein ? » déclara-t-elle avec un sourire angélique. Eindebelle avait simplement regardé et s’était dit. Cette fille est… une idiote ou quoi ? Cependant, la façon dont elle l’a dit m’a intéressée. J’imagine que Nanami lui a mis cette idée en tête. Et ça veut dire que Nanami sait qui est vraiment cette fille et lui a dit de garder le secret, non ? Je suis presque sûre que je ne suis pas loin du compte. C’était la conclusion d’Eindebelle à ce sujet.

C’était aussi à ce moment-là qu’elle aurait pu laisser tomber, car tromper une innocente petite fille la rendait coupable. Malheureusement, sa curiosité avait pris le dessus.

« Donc Ristia, tu peux vraiment faire des enchantements, n’est-ce pas ? » demanda Eindebelle.

« Euh-hmm, bien sûr que je peux, » déclara Ristia.

Je le savais ! Eindebelle s’exclama intérieurement avec excitation. Si elle était juste capable de faire des enchantements et vraiment juste cela, alors cela se terminerait simplement avec elle étant une enfant douée et rien de plus. Mais encore une fois, et si ? Et si Ristia était à un niveau où elle pourrait utiliser les catalyseurs empilés devant les deux femmes ?

« Pourrais-tu me montrer un objet que tu as enchanté, Ristia, ma chérie ? » demanda Eindebelle, essayant de la jouer cool alors que son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine.

Ristia, d’autre part, ne se doutait de rien et souriait, en répondant, « bien sûr ~. »

Quel genre de fantastiques objets enchantés a-t-elle en réserve ? se demanda Eindebelle, son pouls s’accélérant instantanément. À sa grande consternation, Ristia avait sorti une masse blanche de métal.

« C’est quoi… ? » demanda Eindebelle.

« C’est du platine. J’ai prévu d’en faire une broche, » répondit Ristia.

« … Tu as prévu ? Tu veux dire que tu vas faire une broche tout de suite ? » C’était un processus qui pouvait prendre plusieurs semaines. Elle avait voulu que Ristia lui montre un enchantement déjà accompli, si possible, mais elle s’était trouvée incapable de terminer cette pensée à haute voix.

C’était parce que ses yeux avaient entrevu le cercle magique incroyablement élaboré qui s’était formé autour du corps de Ristia.

« Qu’est-ce que… ? Est-ce que c’est un... » s’exclama Eindebelle.

En ce qui concerne la magie dans ce monde, il faudrait dessiner un cercle magique à partir du mana pour agir comme un circuit, ce qui vous permettrait d’insérer votre propre force magique et de produire l’effet que vous désirez. La magie de niveau 1 servait de base, composée d’un seul cercle magique. La magie de niveau 2 allait ajouter un autre cercle avec un effet différent au premier. La magie de niveau 3 allait ajouter deux cercles avec des effets différents au premier, et ainsi de suite et ainsi de suite. Plus vous montiez de niveaux, plus la disposition du cercle devenait complexe.

Le cercle magique complexe que Ristia avait dessiné avec peu d’efforts contenait huit cercles magiques. Ce qui veut dire…

« C’est… un sort de niveau 8, » s’exclama Eindebelle.

C’était impossible. Inconcevable.

L’humanité n’avait réussi à atteindre que le niveau 4. Il y avait des histoires de sorciers qui avaient atteint le niveau cinq, mais il s’agissait essentiellement de contes de fées. Il n’y avait aucune chance qu’un être humain puisse utiliser la magie du niveau 8. Non, cette impossibilité ne s’était pas arrêtée aux humains. Même les dirigeants des légendaires époques du passé, les Sangs Véritables, auraient atteint leur limite au niveau sept. Il ne devrait y avoir aucune forme de vie sur cette planète capable d’un sort de niveau 8. Même s’il n’aurait pas dû y en avoir, Ristia se tenait là, jetant son sort sous les yeux d’Eindebelle. Le métal qu’elle appelait « platine » prenait la forme d’un cœur ouvert asymétrique. Son centre contenait une pierre magique qui brillait de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel.

« Je peux y placer un enchantement, qui annulera n’importe quelles maladies corporelles. Donne-lui la protection nécessaire pour neutraliser tous les éléments dangereux… Enchantement ! » déclara Ristia.

Annuler les maladies corporelles, c’est déjà dans le territoire d’artefact, ma fille ! Ce commentaire avait à peine surgi au-dessus d’un murmure râpeux avant…

« Ehehehe, tout est fait ~, » proclama Ristia avec un sourire innocent, ignorant qu’Eindebelle était saisie par le choc et la crainte. Dans sa paume se trouvait la broche à cœur ouvert. La pierre qu’il contenait pouvait rapporter un prix exorbitant, tout comme le bijou. Eindebelle l’avait regardé, complètement stupéfaite.

« As-tu dit que ça annulerait les maladies corporelles ? » demanda Eindebelle.

« Euh-hein, ça annulera tous les maux physiques, » déclara Ristia.

« … Tout et n’importe quoi ? Puis-je faire un petit essai ? » demanda Eindebelle.

« Bien sûr, je t’en prie ~ » avec désinvolture, Ristia lui avait offert l’œuvre d’art, qu’Eindebelle avait prise avec ses mains hésitantes et tremblantes.

« Euh, donc… tout ce que j’ai à faire c’est mettre mon propre mana là-dedans ? » demanda Eindebelle.

« Non, puisque tu utilises une pierre magique, tout ce que tu as à faire est de la tenir, et elle s’activera, » déclara Ristia.

« Ah, tu ne dis rien, » s’exclama Eindebelle.

Les enchantements typiques étaient jetables, ou ils nécessitaient que l’utilisateur fournisse sa propre essence magique pour les aider à les alimenter. Cependant, cette règle ne s’appliquait pas aux pierres magiques de grande puissance. Il était possible de les faire s’activer automatiquement en utilisant le propre stock de mana de la pierre au lieu de les charger périodiquement. Eindebelle avait de l’expérience dans le maniement des pierres magiques auparavant, bien qu’aucune n’avait ce niveau ridicule de puissance. Il était de notoriété publique qu’il existait des objets enchantés qui transportaient des pierres magiques qui ne nécessitaient pas que l’utilisateur fournisse du mana pour l’activer. Apparemment, elle était tellement secouée qu’elle s’était voilé la face sur ce fait très fondamental.

« D’accord, il n’y a rien à faire. » Eindebelle avait sorti une potion avec un agent anesthésiant des étagères et en prit une petite gorgée en tenant la broche. Normalement, elle aurait ressenti une sensation de picotement dans sa bouche, mais… elle n’avait rien senti de tel, et à la place, la broche avait émis un petit flash de couleur arc-en-ciel.

Après qu’Eindebelle eut avalé une gorgée de la potion, elle se mit à engloutir hardiment le reste. Malgré cela, les sentiments d’engourdissement ou de paralysie ne s’installèrent jamais, et la broche qu’elle tenait dans la main brilla à nouveau. Eindebelle était maintenant convaincue que la broche avait éliminé les effets de l’agent engourdissant.

En vérité, elle était aussi capable de créer un enchantement pour annuler les effets d’un agent anesthésiant, mais non seulement elle aurait eu besoin de beaucoup de travail pour le créer, mais ses effets n’auraient pas été aussi rapides que cela. Il avait également aidé à annuler toutes les maladies corporelles, et pas seulement certaines d’entre elles. La création d’un tel enchantement à large spectre était hors de sa portée. Bien qu’elle n’ait pas fait de test pour d’autres effets, si l’objet annulait les effets de la potion anesthésiante qu’elle avait choisie au hasard, il était fort probable qu’elle se débarrasserait de presque tout. Cela signifiait que la broche était essentiellement un artefact et que son créateur, Ristia, était une légende ambulante.

— Qui diable es-tu ?

Les mêmes soupçons que ceux qu’Eindebelle avait eus précédemment avaient refait surface dans son esprit, mais elle n’avait pas prononcé ces mots par considération pour Ristia et pour son insistance à vouloir être une fille normale. Au lieu de cela, elle avait posé une question différente.

« Laisse-moi te demander : pourquoi es-tu ici ? » Avec de tels pouvoirs, Ristia était capable de diriger cette ville — non, tout le continent comme elle l’entendait.

Mais au lieu de cela, Ristia avait répondu : « Je veux aider les enfants dans le besoin, c’est pourquoi j’ai besoin d’argent pour subvenir à mes besoins. Ça m’aiderait si tu m’achetais cette broche… »

La réponse que Ristia avait apportée avec ce sourire inaltéré avait complètement bouleversé les attentes d’Eindebelle. Sa réponse était si inattendue qu’Eindebelle était restée là, clignotant des yeux de surprise.

« Tu veux vraiment faire ce que tu dis ? » demanda Eindebelle.

« Hm-hmm ! Je le pense vraiment ! » Les grands yeux pourpres de Ristia étaient clairs et purs. Eindebelle n’avait pas l’impression que la fille lui mentait. Et même si Ristia préparait quelque chose, Eindebelle — non, l’humanité n’avait aucun moyen de l’arrêter, elle et sa magie de niveau 8. En prenant cela en considération, il n’y avait aucune raison pour que Ristia mente. Et surtout, Ristia n’avait pas l’intention de faire du mal à Nanami, alors Eindebelle était prête à laisser passer l’affaire.

C’est alors que Rick, qui était censé être en route vers la guilde, se précipita dans le magasin.

« Maman, vas-tu bien !? » s’écria Rick.

« Pourquoi fais-tu irruption comme ça ? » demanda Eindebelle.

« D’abord, éloigne-toi de cette fille. Sur le chemin de la guilde, j’ai commencé à demander à Nanami quelques infos sur elle, et elle n’est clairement pas normale. C’est pour ça que je suis rentré, » déclara Rick.

« … Hein ? » Ristia avait été choquée d’apprendre qu’elle n’était pas normale.

Il doit y avoir une raison pour qu’elle soit si obsédée par la normalité, non ? avait réfléchi Eindebelle.

« Tu m’écoutes, maman !? » s’écria Rick.

« Hm ? Oh, oui, je suis à l’écoute. Tu peux m’expliquer ce que tu veux dire par cette fille qui n’est pas normale ? » demanda Eindebelle.

« Elle a apparemment tué un dragon quand elle a sauvé Nanami. Il mesurait cinq mètres et avait anéanti l’équipe de reconnaissance, mais elle l’a battu d’un seul coup, » répondit Rick.

« Hein… C’est toute une chose, ça » déclara Eindebelle.

Il était rare de voir un dragon dans la vraie vie à cette époque. Bien sûr, entendre qu’il y avait un dragon qui vivait là au début avait été un choc, mais il n’était pas déraisonnable pour un dragon d’anéantir cette équipe de reconnaissance. Et ce n’était certainement pas un choc que Ristia ait vaincu ce dragon. En voyant comment Ristia pouvait utiliser la magie de niveau 8, Eindebelle savait que Ristia se contenterait d’une attaque rapide pour se charger d’un simple dragon.

« Maman ! Ce n’est pas le moment de chanter des louanges. Elle a tué un putain de dragon ! » s’écria Rick.

« Uh-huh, uh-huh, je vois le tableau. Alors, qu’a dit Nanami ? A-t-elle dit que Lady Ristia est un monstre dangereux ? » demanda Eindebelle.

« Euh, non… Nanami dit qu’elle n’est pas dangereuse. En fait, elle a dit qu’elle était un… ange. » Rick avait l’air perdu. C’était un demi-frère charmant, alors il voulait croire ce que Nanami lui avait dit, mais il était très probablement en conflit à propos de l’affirmation « ange ». Malgré tout, Eindebelle pensait que la phrase correspondait parfaitement à la fille.

« Si Nanami dit que Ristia est un ange, alors c’est un ange, » déclara Eindebelle.

« Maintenant tu le dit aussi, maman !? » s’écria Rick.

« Rick, si tu parlais à Ristia, tu le saurais toi-même. La fille est tout à fait un ange. » Il était difficile d’imaginer que l’innocence de Ristia ne soit qu’un jeu d’acteur. Si Ristia ne faisait que mettre un masque, alors Eindebelle ne saurait plus quoi croire. C’est pourquoi elle avait ensuite présenté la broche à Ristia. « Cette broche est trop chère pour être vendue ici au magasin. Tiens, Hun. Reprends-le. »

« Oh, ok..., » Ristia avait repris la broche avec un visage qui indiquait qu’elle le faisait à contrecœur. En voyant Ristia affaisser ses épaules dans la déception, Eindebelle avait eu un sourire effronté.

« En échange, je demanderai à l’un de mes contacts de te l’acheter. Et pour ce qui est du coût de la vie en ce moment, je vais m’occuper de toi, » déclara Eindebelle.

« J’apprécie, mais es-tu sûre… ? » demanda Ristia.

« Bien sûr que je le suis. Tu peux me remercier en t’entendant avec Nanami, d’accord ? » demanda Eindebelle.

Ristia était stupéfaite, clignant des yeux, avant de répondre avec un grand sourire. « D’accord ! »

Voir ce sourire heureux avait suffi à réaffirmer à Eindebelle que Ristia était en effet une fille bonne et honnête. Sa beauté écrasante lui donnait l’envie de donner un autre gros câlin à la jeune fille, mais Rick s’était interposé avant qu’elle n’en ait eu l’occasion.

« Attends une seconde, maman. Es-tu sérieuse ? » demanda Rick.

« Eh bien, je suis sérieuse, » répondit Eindebelle.

« D’accord, mais… »Avant que Rick puisse commencer sa phrase insatisfaite, Eindebelle l’avait interrompu.

« Franchement, Rick. Si Ristia essayait de faire quelque chose à Nanami, à quoi bon la ramener ici ? » Si elle avait voulu faire quelque chose de malfaisant à Nanami, il n’était pas nécessaire de prouver à Eindebelle ou Rick qu’elle soit encore en vie. Après tout, si l’équipe de reconnaissance avait été anéantie, il n’y aurait eu aucun moyen de savoir si Nanami avait été emmenée.

« Tu n’as pas tort…, » déclara Rick.

« Maintenant, c’est bien beau que tu te fasses du souci pour Nanami, mais perdre de vue ce qu’il y a autour de toi, c’est quelque chose sur quoi tu dois travailler, Rick, » déclara Eindebelle.

« Argh… D-Désolé, » déclara Rick.

« Ce n’est pas à moi que tu devrais t’excuser, fiston, » déclara Eindebelle.

« C’est vrai. Euh… Je suis désolé si j’ai dit quoi que ce soit pour vous offenser, Ristia. Euh, Mademoiselle Ristia, » déclara Rick.

« Hm-hm, ne vous inquiétez pas, ça ne m’a pas dérangé, » dit Ristia en souriant. Elle avait écouté toute leur conversation avec une expression qui disait clairement qu’elle réagissait ainsi par considération. Lorsqu’il s’en était rendu compte, Rick avait poussé un lent gémissement de culpabilité. C’est à ce moment-là…

« Hah, hah, hah, hah... Grand Frère ! Rick ! Attends ! Ne me laisse pas comme ça ! » s’exclama Nanami.

« N-Nanami !? » Nanami était rentrée à la maison au pire moment possible du point de vue de Rick.

« Grand Frère, n’as-tu pas été impoli avec Lady Ristia ? Si c’est le cas, je m’en fiche si tu es mon frère, tu en paieras le prix, » déclara Nanami, ses mots après son retour tardif à la maison forçant Rick de plus en plus loin dans un coin. C’était un spectacle qui la rendait méfiante, alors elle s’était plutôt tournée vers Ristia.

« Lady Ristia, il n’a pas été impoli avec vous, n’est-ce pas ? » placé dans une situation extrêmement difficile, Rick avait commencé à transpirer à grosses gouttes jusqu’à ce que…

« Non, tout va bien, tout va bien. Ces deux-là t’aiment vraiment, Nanami. » Ristia n’avait pas pu répondre négativement. Au contraire, elle avait fait l’éloge de Rick et d’Eindebelle.

« Mademoiselle Ristia…, » Rick regarda Ristia, comme s’il se sentait sentimental face à une personne qu’il traitait si mal qui avait répliqué à son impolitesse avec de la gentillesse. Le regard d’Eindebelle, qui voyait son visage rougir légèrement, n’était probablement pas seulement le fruit de son imagination.

On dirait que le printemps est là et que l’amour est dans l’air pour toi, Rick. J’aimerais bien dire ça, mais je pense que c’est une fille qui est trop pour toi, fiston. Eindebelle pensait ça, ruminant les difficultés futures de Rick avec un sourire embarrassé.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire