À la recherche sérieusement d'une sœur ! La Princesse Vampire Ultime – Tome 01 – Épisode 2 – Partie 6

***

Épisode 2 : La fille normale autoproclamée retourne à la civilisation

Partie 6

Ils étaient finalement arrivés dans la maison où vivait la famille de Nanami. C’était un petit magasin d’objets magiques qui se trouvait à quelques encablures de la rue principale.

« C’est notre maison. L’espace est restreint, mais entrez, s’il vous plaît, » Rick était entré dans le magasin avec Nanami et Ristia juste derrière lui.

« Bienvenue à cette boutique… oh, mince, c’est juste toi, Rick. Tu t’es ramené, hein ? »

« Oui, ne sois pas si excitée, maman. Quoi qu’il en soit, oublie ça. Nanami est de retour à la maison, » déclara Rick, faisant un pas de côté. Une fois qu’il l’avait fait, Ristia et Nanami avaient pu voir la femme qui s’occupait de la boutique.

Alors que Rick l’appelait « maman », elle ressemblait davantage à une jeune femme d’une vingtaine d’années. Et comme Rick semblait aussi être dans la vingtaine, les voir dans une dynamique mère-fils n’avait pas vraiment marché. Mais une fois que les Sangs Véritables étaient devenus autonomes, c’est-à-dire lorsqu’ils avaient commencé à ressembler à de jeunes garçons et à de jeunes filles, ils commençaient à vieillir à un rythme extrêmement lent. Dans ces conditions, Ristia n’avait rien trouvé de particulier à propos des deux individus.

« … Nanami ? Nanami ! » La femme regarda Nanami, se leva bruyamment, et se précipita vers elle à une vitesse folle.

« Nanami ! Oh, Dieu merci ! Tu es en vie ! » s’écria la femme.

« Wah-phhh ! Argh ~ je ne peux pas respirer ~, » Nanami s’était tortillée, alors que son alimentation en air frais était obstruée par l’ample poitrine qui la serrait très fort dans ses bras.

« Hah... Remercions la bonne étoile pour ta sécurité. Comme tu n’es pas rentrée à la maison quand ton équipe devait rentrer, je me suis inquiétée pour ta mort, » déclara la mère.

« … Aww. Je suis désolée, maman, » répondit Nanami.

« Tu m’as vraiment fait peur. Alors… que s’est-il passé ? » demanda sa mère.

« Eh bien, l’équipe de reconnaissance a été anéantie…, » répondit Nanami.

« L’équipe de reconnaissance a été anéantie !? » Nanami poursuit en expliquant que l’équipe de reconnaissance avait été attaquée par des monstres, tous tués, et qu’elle avait été sauvée du danger. Sa mère avait été choquée d’apprendre la nouvelle, mais elle l’avait serrée dans ses bras, contente qu’elle s’en soit sortie au moins en un seul morceau. C’était une scène réconfortante d’amour familial, une scène qui rappelait à Ristia sa propre famille quand elle la regardait.

La famille de Ristia ne tomberait pas en décrépitude en l’espace d’un millier d’années, et il était impossible de penser qu’une autre tribu aurait pu les anéantir. Cependant, il était tout aussi impossible de penser qu’ils l’abandonneraient pendant plus d’un millier d’années. Ils devraient être en vie quelque part, mais ce qu’ils font et où est la question. Je devrais probablement aller les chercher bientôt, pensa Ristia.

« Qui est cette petite dame qui est restée là tout ce temps ? » demanda sa mère.

« C’est Lady Ristia, » répondit Nanami.

« Euh… Lady Ristia ? » demanda sa mère.

« C’est la sauveuse de l’explication que je viens de donner. Je voulais la remercier et je lui ai demandé de me suivre chez moi. Ça ne te dérange pas si elle reste au-dessus de notre… hum, maman ? » Nanami avait incliné la tête dans la confusion au milieu de son introduction, se rendant compte que sa mère ne réagissait pas du tout. Au contraire, la jeune femme était restée figée après avoir regardé Ristia, pour une raison ou une autre.

Que lui est-il arrivé ? s’interrogea Ristia, inclinant aussi la tête.

« Qui est cette fille !? Oh mon Dieu, elle est aussi mignonne que possible ! Est-ce une sorte de poupée ? C’est une sorte de poupée vivante !? » s’écria sa mère.

« Je ne suis pas une poupée, je suis une fille normale, » répondit Ristia.

« Haaaaah, et avec une voix aussi mignonne, mon Dieu ! Puis-je vous serrer dans mes bras ? Je vais vous serrer dans mes bras, que ça vous plaise ou non ! Amenez-vous là ! Ahhhh ! » Elle était restée fidèle à ses paroles, donnant à Ristia un câlin intense.

Maintenant que je suis écrasée par les seins de cette dame, elle est vraiment le portrait craché de mes sœurs, nota mentalement Ristia.

« Hé, regarde, Nanami. Mademoiselle Ristia ne flanche pas du tout, » déclara Rick.

« C’est Lady Ristia pour toi ! » Et aussi, pour une raison ou une autre, elle avait reçu un coup de pouce pour sa réputation. Cet encouragement avait fait réfléchir Ristia : Si Nanami m’appelle « Grande Sœur », je serai ravie d’améliorer ma réputation à leurs yeux. Tandis qu’elle pensait cela, elle attendait que la jeune femme soit rassasiée de l’étreinte.

Un court laps de temps s’était écoulé, et elle avait fini par lâcher prise.

« Haah ~ c’est le meilleur câlin que j’aie jamais eu. OK, donc, vous êtes… Lady Ristia, enfin, je crois ? » demanda la mère.

« Ristia suffira ~ je ne suis qu’une fille normale, après tout, » dit Ristia avec innocence.

« Oh ? Est-ce vrai… ? » murmura la jeune femme en expirant. « Non seulement je vous ai sautée dessus en ne faisant pas attention à mes manières, mais je vous ai serrée dans mes bras. Mais vous n’avez pas l’air du tout en colère. J’étais là, à vous prendre pour une aristocrate pompeuse, mais j’ai dû me tromper. »

« Ouais, je ne suis certainement pas une aristocrate. » Elle n’allait pas faire des pieds et des mains pour dire : « Oui, je suis une princesse des Sangs Véritables. »

« Hé, attends, maman. Tu la testais en pensant que c’était une aristocrate ? Qu’allais-tu faire si elle se mettait en colère ? » demanda Rick.

« Hah ! Évidemment, je ramperais pour obtenir son pardon, fiston, » répondit-elle avec un doux sourire. Rick soupira en réponse.

« Malgré tout, je suis content de voir qu’elle te plaît. Nanami et moi, on va faire un rapport à la guilde, alors tu peux tenir compagnie à Mlle Ristia en attendant ? » déclara Rick.

« Hein ? Grand Frère ? Attends, je dois parler à Lady Ristia, » répondit Nanami.

« Tu le feras plus tard, » répondit Rick.

« Qu’est-ce qu’il y a ? L-Lady Ristiaaaa…, » Nanami regarda Ristia, espérant qu’elle la sauverait. Elle avait mentionné plus tôt qu’elle voulait discuter avec elle de la façon dont elle devrait parler ouvertement de toute l’affaire de la mort du dragon, donc cela signifiait probablement des problèmes si elle était traînée à la guilde avant qu’elles puissent mettre leurs histoires au clair. C’est pourquoi Ristia avait souri et lui avait dit qu’elle la laisserait faire.

« Non, ce n’est pas ce que je veux dire. Eh bien, c’est le cas, dans une certaine mesure, mais… Lady Ristia, s’il vous plaît, maîtrisez-vous, d’accord ? » demanda Nanami.

« Hm-hmm, c’est bien. Je vais attendre patiemment que tu reviennes, » répondit Ristia.

« Cela ne sonne pas vraiment “bien” du tout, » déclara Nanami.

« Dépêchons-nous et partons, » déclara Rick.

« Waaaah, OK, OK, OK ! J’arrive ! J’arrive, alors arrête de me traîner ~ ! » Rick s’était mis en route en emmenant Nanami.

Ce genre de… comment dois-je le dire ? Cela me fait en quelque sorte réaliser que les frères et sœurs plus âgés, quelle que soit leur tribu, courent partout, pensa Ristia d’une manière insouciante.

« Alors, Ristia, ma chérie… Oh, est-ce que la partie “chérie”, c’est trop ? » demanda la mère.

« Pourquoi, bien sûr que non, oh… Hmm…, » répondit Ristia.

« Je m’appelle Eindebelle. Belle me convient très bien aussi, » répondit la mère.

« Compris, sœurette. Ce sera Belle, » déclara Ristia.

« Sœurette !? » Eindebelle semblait secouée.

« Est-ce que c’est interdit… ? » demanda Ristia.

« Non, ce n’est pas ce que je voulais dire par là. C’est juste que Rick et Nanami me traitent toujours comme ils le font, tu vois ? Alors je me suis un peu préparée à me faire traiter comme une vieille dame, » déclara Eindebelle.

« Pourquoi le font-ils ? De quoi parles-tu ? » Ristia pencha la tête dans la confusion, pas au courant de ce qu’elle voulait dire.

« Ah, c’est vrai. Ils ne te l’ont pas dit. Tout ce que j’ai fait, c’est les emmener tous les deux et les élever. Donc, tu vois, je ne suis pas leur vraie mère, » déclara Eindebelle.

« Tu n’es donc pas leur mère, mais ils t’appellent… Maman, et non pas “Grande Sœur”, ou quelque chose comme ça ? » Ristia avait été secouée, car si c’était elle qui avait une fille plus jeune sous sa garde qui l’aimait et l’adorait, elle l’aurait naturellement fait appeler « Grande Sœur » à la place.

« Je sais que l’écart d’âge justifierait qu’ils me traitent comme une sœur aînée, oui. Mais, eh bien… ces enfants ont probablement fini par vouloir une mère plus qu’une sœur, » déclara Eindebelle.

« Ça… je suppose que cela doit être dur, » déclara Ristia.

« Comprends-tu mon combat ? » demanda Eindebelle.

« Eh bien ! Bien sûr que si ! » répondit-elle, dans un rare cas de compréhension de la situation — jusqu’à présent.

« Ristia, ma chérie, tu es un amour. Veux-tu être ma petite sœur ? » demanda Eindebelle.

« J’apprécie l’offre, mais j’ai deux sœurs aînées. Désolée, » déclara Ristia.

« Oh wôw, tu en as deux, hein ? » répliqua Eindebelle.

« Ouais. Cependant, je ne sais pas vraiment où elles sont en ce moment, » déclara Ristia.

« … ! Ah, hé, désolée à propos de ça…, » déclara Eindebelle.

« Ce n’est pas grave. Cela ne me dérange pas, » déclara Ristia avec un sourire adorable, pensant simplement qu’elles étaient parties errer quelque part sans elle. Cependant, comme Eindebelle n’avait aucune idée de sa situation, elle l’avait prise pour une raison plus profonde. Elle essuya les larmes qui se formaient dans ses yeux, pensant : C’est si pénible, mais elle est toujours capable de garder un cœur ouvert pour les autres ? Cette gamine est trop gentille, je te le dis. Ristia était cependant complètement inconsciente de ce malentendu.

« Pour revenir au sujet, Nanami a dit que c’est toi qui lui as sauvé la vie. Je t’en remercie. Et je le pense du fond du cœur, » déclara Eindebelle.

« Oh non, j’étais dans le coin, c’est tout », déclara Ristia.

« Tu l’as quand même sauvée, et c’est ce qui compte ici. Merci beaucoup. Je le pense vraiment, » Eindebelle n’avait pas encore été informée de la partie de l’histoire où Ristia avait vaincu un dragon à elle seule, mais on lui avait dit que Nanami aurait été en grand danger si Ristia n’avait pas été là, alors elle avait exprimé sa profonde gratitude en conséquence. « Y a-t-il quelque chose dont tu as besoin ? Je ferai de mon mieux pour t’aider. »

« Quelque chose dont j’ai besoin… ? Oh, maintenant que tu le dis, je n’ai pas d’argent, » déclara Ristia.

« Eh bien, bon sang… Tu vas droit au but, n’est-ce pas ? » dit Eindebelle avec un sourire ironique. Elle l’aurait probablement pris comme une récompense si Ristia ne l’avait pas dit.

« Pour être précis, l’argent est la seule chose que je n’ai pas. Connais-tu des magasins qui achèteront et vendront ? » demanda Ristia.

« Hmm ? Qu’est-ce que tu veux vendre ? » demanda Eindebelle.

« Un catalyseur enchanté, ou peut-être un objet enchanté, » répondit Ristia.

« Oh, mince, si c’est ce que tu cherches, tu peux vendre tes affaires ici à la place, » déclara Eindebelle.

« Hein ? Es-tu sûre de toi ? » Elle avait un peu d’espoir depuis qu’elle était arrivée dans ce magasin, considérant qu’il s’agissait d’objets magiques et qu’il y avait toutes sortes de potions et d’objets enchantés sur les étagères de la boutique. Si je peux demander ses services, alors… pensa Ristia, sortant la sacoche en cuir qu’elle avait montrée au soldat plus tôt.

« Hein… ? Je sens que ce sac en cuir vient de sortir de nulle part. Suis-je en train d’imaginer des choses ? » demanda Eindebelle.

Alors qu’Eindebelle était perplexe, Ristia ne s’en était pas aperçue et avait plutôt aligné les catalyseurs présents dans son sac un par un sur le comptoir.

« Une feuille… ? Je n’ai jamais vu ce type de feuille auparavant, mais il est curieusement plein de mana, » déclara Eindebelle.

« Ah, c’est une feuille de l’arbre du monde, » répondit Ristia.

« A-Ahhh, l’arbre du monde, c’est ça… Je te demande pardon ? Arbre du Monde ? » Eindebelle avait commencé à faire surgir des points d’interrogation tout autour d’elle. C’était tellement absurde qu’elle n’avait pas été capable de s’y faire, mais… Ristia elle-même ne s’en était pas rendu compte, et elle avait continué à aligner d’autres catalyseurs à côté d’elle.

« … Hé, c’est une pierre magique ! Et il contient une quantité folle de mana ! Tu pourrais te faire une fortune avec ça ! » s’écria Eindebelle.

« Oh, vraiment ? J’en ai un tas, c’est un soulagement. » Ristia sortit une nouvelle sacoche en cuir et versa un tas de pierres magique similaire sur le comptoir. La mâchoire d’Eindebelle avait touché le sol.

« Attends une seconde ! Quoi ? C’est quoi ce bordel !? Une seule de ces pierres magiques peut construire une nouvelle maison, alors comment peux-tu en trouver autant ? Ce n’est pas juste ! » s’écria Eindebelle.

« Je fabrique moi-même des pierres magiques, donc j’en ai beaucoup, » déclara Ristia.

« C’est toi qui les as faits !? C’est quoi ce bordel !? Qu’est-ce que tu veux dire !? » demanda Eindebelle.

« Je me suis beaucoup entraînée ~, » déclara Ristia d’une manière mignonne, mais il allait sans dire qu’un humain normal ne serait jamais capable de produire des pierres magiques. Si l’on voulait des pierres magiques, il fallait soit aller à leur recherche, soit parcourir dans des ruines anciennes. Cela dit, Ristia avait déclaré qu’elle avait créé les pierres magiques. Elle avait encore sorti une autre sacoche en cuir de sa boîte à objets comme s’il était tout à fait normal de le faire.

« Attends, je pensais que j’imaginais des choses, mais tu utilises une boîte à objets, n’est-ce pas ? » demanda Eindebelle.

« Oui, je le fais par commodité, » déclara Ristia.

« Euh, je ne discute pas de la commodité ici. Tu réalises que c’est une boîte à objets, n’est-ce pas ? Tu sais, c’est de la magie légendaire !? » s’écria Eindebelle.

« Au fait, mon plus grand chef-d’œuvre est celui-ci. Jolie, tu ne trouves pas ? » Ristia avait sorti une pierre magique noire de plusieurs centaines de carats, qui étincelait en absorbant la lumière environnante.

« Tu m’écoutes quand je dis : “Qu’est-ce que c’est que ce bordel ?” » s’écria Eindebelle.

« Hein ? Comme je l’ai dit, c’est une pierre magique que j’ai faite, » déclara Ristia.

« Tu plaisantes, c’est sûr. Je n’ai jamais vu ou entendu parler d’une pierre magique aussi extraordinaire depuis ma naissance, » s’exclama Eindebelle, sidérée.

Eindebelle était en fait une enchanteresse capable de faire de la magie de troisième niveau, la plaçant dans une classe d’élite parmi les humains de cette époque. Raison de plus pour laquelle le sang d’Eindebelle s’était figé au contact de l’époustouflante pierre. Cette immense pierre magique était semblable à celles décrites dans les légendes — incomparable à n’importe quel autre objet conventionnel. La pierre était évidemment du matériel de qualité trésor national, et ce n’était certainement pas quelque chose que l’on trouverait sur une simple fille qui se baladerait.

« … D’accord, crache le morceau. Qui es-tu ? » s’écria Eindebelle.

« Je suis juste une fille normale, » répondit Ristia.

« Une fille normale ne se promène pas avec des pierres comme ça ! » s’écria Eindebelle.

« Quoiii !? Vraiment !? » Je ne le savais pas ! pensa-t-elle, montrant clairement son choc. Elle semblait normale, anormalement mignonne aussi. En fait, elle semblait n’être rien de plus que ça. Néanmoins, sa conduite était clairement anormale. Cette jeune fille avait un tel déséquilibre que cela avait frappé Eindebelle avec un sentiment indescriptible d’instabilité.

« Je vais te le demander encore une fois… Qui es-tu ? » demanda Eindebelle.

« Je suis juste une fille normale, un peu douée pour faire des pierres magiques, » répondit Ristia.

« Non, non, non, non, non, arrête. On a dépassé le stade du “un peu”, Mademoiselle ! Tout d’abord, une fille normale ne pourra pas utiliser une boîte à objets, et même si tu n’es pas normale, tu ne pourras toujours pas faire des pierres magiques ! » s’écria Eindebelle.

« … Quel désordre ! » déclara Ristia, en se débattant intérieurement en raison de la déception après qu’on lui ait dit qu’elle était loin d’être dans le domaine de la normalité. Elle avait l’air frêle et adorable, comme un petit animal abandonné dans la rue.

« Oh… » Eindebelle regarda Ristia, visiblement choquée, et fit gémir de sympathie. « Pourquoi es-tu si déprimée envers toi-même ? On dirait que j’ai fait quelque chose de mal ici. »

« Hein ? O-Oh, non, ce n’est pas vrai du tout ! Belle, tu n’as rien fait de mal. Je m’en prends à moi-même sans vraie raison ! S’il te plaît, ne t’inquiète pas pour moi ! » Ristia avait courageusement proclamé cela alors que de minuscules gouttelettes de larmes s’étaient formées dans ses yeux. Ce fut un coup dur pour Eindebelle, car elle se sentait comme une ordure pour ce qu’elle avait apparemment fait.

« H-Hey maintenant, je suis désolée. Tu es une fille normale, Ristia. Tu l’es vraiment, » déclara Eindebelle.

« Hein ? Vraiment ? Tu le penses vraiment ? » demanda Ristia.

« Y-Yup, crois-moi. Je ne dis pas ça juste par culpabilité, » déclara Eindebelle.

« Super, c’est génial, je fais des trucs normaux de filles ! » le fait de regarder Ristia se pavaner et ricaner tout en étouffant ses larmes était si mignon qu’Eindebelle en était venue à réaliser quelque chose.

« Il n’y a rien de mal à dire Ristia est une fille normale. On va s’en tenir à ça, » murmura Eindebelle.

Dans son esprit, cependant, elle était aussi arrivée à la conclusion, et en plus, je peux toujours interroger Nanami pour obtenir des détails.

Non loin de là, Ristia ignorait totalement ces délibérations, car elle était trop occupée à sauter de joie. Et c’est ainsi que Nanami avait gagné une autre chose dont il fallait s’inquiéter.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire