À la recherche sérieusement d'une sœur ! La Princesse Vampire Ultime – Tome 01 – Épisode 1 – Partie 4

***

Épisode 1 : La fille normale autoproclamée se réveille de son profond sommeil

Partie 4

Dès que Gawain avait frappé avec la rapière, Ristia avait lancé son propre sort. La magie offensive de niveau quatre déployée par Ristia avait englouti l’attaque de Gawain… ainsi que Gawain lui-même, brûlant tout son corps sans même laisser une seule cendre derrière. Il ne restait plus que les échos des derniers cris de Gawain qui résonnaient dans la vaste salle.

« Okie dokie, c’est réglé, » déclara Ristia.

Ristia venait d’effacer un être humain de la surface de la planète, mais elle n’avait pas montré une once de sentiment lorsqu’elle s’était à nouveau tournée vers Nanami. Nanami saignait abondamment. Son visage était déjà pâle et presque sans vie. Elle était sur la voie rapide vers les portes de la mort. Tandis que ces pensées lui traversaient l’esprit, elle se tourna vers Nanami, jusqu’à ce que…

« N-Ne me touche pas ! » s’écria Nanami.

« Quoiii !? » s’exclama Ristia.

Nanami l’avait rejetée si brutalement en dépit de sa respiration laborieuse, ce qui avait porté un coup terrible à Ristia. C’était un tel choc qu’elle s’était retrouvée agenouillée sur le sol, désespérée. Argh… Je n’arrive pas à croire que Nanami me déteste maintenant. Cela me secoue au plus profond de moi-même ~ ! Peut-être que le tuer était une erreur ? Mais j’avais peur que si je n’agis pas vite, Nanami meure… Si je n’agis pas vite, Nanami mourra. Je ne veux pas qu’elle me déteste encore plus qu’elle ne le fait probablement déjà, mais c’est mieux que de la voir mourir ! pensa Ristia en rassemblant les petits restes de force mentale qu’il lui restait et elle s’approcha de Nanami.

« Reste en arrière. Recule ! » s’écria Nanami.

« Je suis désolée. Tu dois être terrifiée. Mais essaie de contenir un peu ta peur, d’accord ? Je vais guérir tes blessures pour toi, » déclara Ristia.

« … Hein ? As-tu l’intention de guérir… mes blessures ? » demanda Nanami.

« Hmm-hmm, c’est exactement ce que je vais faire. » Pour Ristia, les humains n’étaient pas très différents des autres animaux. Si c’était mignon, elle l’aurait fait. Si c’était une affaire ne la concernant pas, elle ne mettrait pas la main dessus. Et si cela menaçait son bien-être, elle riposterait sans pitié. C’était son état d’esprit.

Pour l’instant, cette jeune fille était absolument tombée dans la catégorie « voulant faire un câlin » pour Ristia.

« Donc sur cette note, ça te dérange si j’utilise la magie ? » demanda-t-elle gentiment. L’espoir s’était formé dans les yeux effrayés et désespérés de Nanami.

« S’il te plaît… aide-moi… aide-moi…, » déclara Nanami.

« Ouais, laisse-moi m’en occuper, » déclara Ristia.

Maintenant qu’elle avait obtenu son consentement, Ristia avait posé sa main sur la blessure béante de Nanami et avait lancé le sort de guérison le plus puissant dont elle était capable, une magie de régénération de niveau huit. Une lumière divine avait enveloppé Nanami alors que sa blessure avait été instantanément cautérisée. Mais ce n’était pas la seule chose qu’il avait faite. Elle avait également éliminé toute anomalie dans son corps et remplacé le sang qu’elle avait perdu. De plus, il enlevait toutes les taches ou tous les dégâts sur ses vêtements et renforçait son corps délicat. Peu de temps après, la lumière était revenue dans les yeux flous de Nanami, et son teint était encore meilleur que la normale.

« W-Whoa…, » Nanami avait commencé à examiner son corps avec une expression d’incrédulité totale.

« Eh bien ? Es-tu bien guérie là ? » demanda Ristia.

« O-Oui. Tout… Tout est guéri. Même les cicatrices que j’ai depuis mon enfance. Vraiment tout. De plus, j’ai l’impression d’avoir un corps extraordinairement léger maintenant, » répondit Nanami.

« Génial, c’est une merveilleuse nouvelle ~, » Ristia avait célébré comme si c’était pour elle, et une fois que Nanami l’avait vu, ses joues avaient commencé à rougir.

« Euh… euh, merci beaucoup. Pour m’avoir sauvé la vie, bien sûr ! » déclara Nanami.

« Hmm-hm, tu n’as pas besoin de me remercier. » Tant que tu m’adores en tant que ta sœur aînée, alors tu n’as pas besoin de me remercier ! pensa Ristia, mais elle ne l’avait pas dit tout haut. Rien de tout cela ne servait à rien si elle lui demandait de l’appeler « Grande Soeur » par obligation pour une faveur. Elle voulait que Nanami l’appelle « Grande Soeur » de son plein gré. C’était ainsi qu’elle voulait que ça marche.

En échange, elle s’était présentée avec le meilleur attrait possible. « Je m’appelle Ristia. »

« Ristia. D’accord, Mademoiselle Ristia, » déclara Nanami.

« Mademoiselle… Ristia…, » elle avait penché la tête en signe de déception.

« Hein ? N’étais-je pas censée t’appeler comme ça ? » demanda Nanami.

« Euh… non, ça ne me dérange pas, c’est juste que…, » Ristia avait gardé l’espoir qu’elle l’appellerait peut-être « Grande Soeur Ristia », alors elle était un peu déprimée pour ça, mais elle avait rassemblé son énergie et avait essayé de l’utiliser.

« Qu’es-tu exactement, Mlle Ristia ? » demanda Nanami.

« Hein ? Je suis une fille normale, » répliqua Ristia.

« Une fille “normale” ne va pas bien après avoir reçu une perforation dans la poitrine par une épée ! » s’écria Nanami.

« Grr…, » Ristia commençait à avoir l’air triste. Pour Ristia, résister à une attaque dans le cœur était tout à fait normal. En fait, mourir à la suite d’une coupure serait plus étrange. Cependant, voyant que Nanami ne pouvait même pas imaginer que ce soit le cas, elle avait poussé un soupir.

« Tu ne peux pas balayer ça sous le tapis avec une moue mignonne. Tout à l’heure, tu as dit que c’était l’œuvre de la rapière, mais Monsieur Gawain avait cette rapière, et tu l’as tué sans problème. Ai-je tort ? » demanda Nanami.

« Par hasard, est-ce que le fait de tuer ce Monsieur Gawain, n’était pas bien ? » demanda Ristia.

« E-Euh… C’est lui qui a essayé de te tuer, donc je pense… que ce n’est pas forcément mauvais, » déclara Nanami.

« Ah, Ok…, » l’expression de Nanami alors qu’elle disait « je pense » semblait plutôt incertaine. En gros, c’était techniquement correct, mais c’était considéré comme exagéré. C’est ainsi que Ristia le perçoit.

« … Attends, alors revenons au sujet, n’as-tu pas balayé les choses sous le tapis de cette façon ? Mademoiselle Ristia, dis-moi. Qu’est-ce que tu es ? » demanda Nanami.

« Mais je suis une fille normale…, » répliqua Ristia.

« D’accord… permets-moi de changer ma phrase. Mademoiselle Ristia, tu n’es pas humaine, n’est-ce pas ? » demanda Nanami.

« Je veux dire, je…, » répondit Ristia.

Ristia était dans une situation délicate. Après tout, elle savait que si sa petite démonstration de force était suffisante pour lui faire peur, le fait de devenir une princesse de Sang Véritable lui ferait probablement encore plus peur.

« Je suppose que tu ne veux pas le dire ? J’ai… raison, n’est-ce pas ? Après les choses odieuses que Monsieur Gawain essayait de te faire tout à l’heure, je suppose que je ne peux pas te reprocher de ne pas me faire confiance, » Nanami subissait à sa façon la trahison qu’avait faite l’autre. Elle mentirait si elle disait qu’elle n’avait pas ses préoccupations, mais elle en était venue à la conclusion qu’il était grossier de poser des questions à la personne qui lui avait sauvé la vie. Bien que, malgré cela… Ristia transpirait des grosses gouttes avec l’interaction de Nanami. Après tout, Ristia savait qu’amener Nanami à l’appeler « Grande Soeur » serait une impasse complète si Nanami croyait qu’elle cachait des faits simplement parce qu’elle était prudente à son égard.

« Ce n’est absolument pas une question de confiance ! » répliqua Ristia.

« Tu n’as pas besoin de te forcer. Tu viens d’être poignardée par une épée, donc c’est normal que tu aies des doutes à mon sujet, » déclara Nanami.

« Je dis la vérité ! Nanami, je ne te soupçonne de rien ! » Ristia était désespérée, elle voulait se rapprocher de cette fille. « Je te jure que je ne te soupçonne pas. C’est juste que, euh, eh bien… tu sais. Si je te disais qui j’étais, tu pourrais avoir peur de moi comme avant… peut-être. »

« Peur ? Tu veux dire que j’aurais peur même si c’est moi qui t’ai demandé qui tu es ? » demanda Nanami.

« M-M-Mm-hmm. Tu veux dire que… n’auras-tu pas peur ? » Elle avait demandé à Nanami avec des yeux de chiot nerveux. Avec le regard de Ristia sur elle, les joues de Nanami rougissaient.

« J-J’admets que tu m’as l’air un peu intimidante, néanmoins, je te dois la vie. Je n’aurai pas peur, » déclara Nanami.

« … Vraiment ? » demanda timidement Ristia.

« Je suis désolée d’avoir perdu la tête tout à l’heure. Je pourrais finir par être surprise ou quoi que ce soit d’autre, mais tu ne me verras pas avoir aussi peur comme je l’ai fait avant. Je te le promets. » C’est pourquoi Nanami s’était empressée d’encourager Ristia, qui semblait nerveuse et mal à l’aise. En conséquence, Ristia accepta de tout cœur les paroles de Nanami.

« Oh, merci ~ ! En vérité, je suis la plus jeune fille des Sangs Véritables, » déclara Ristia.

Nanami s’était pétrifiée.

« … Hein ? S-Sangs Véritables ? Par “Sangs Véritables”, tu ne veux pas dire… la première tribu de vampires qui a gouverné ce continent jusqu’à il y a un millénaire… n’est-ce pas ? » demanda Nanami.

« Ouaip ! Je suis de la royauté vampirique ! » répondit Ristia.

Le visage de Nanami s’était figé comme jamais auparavant.

« Hein ? Euh, pardon… quelque chose ne va pas ? » demanda Ristia.

« O-Oh, rien ! Pas du tout ! Je n’ai pas le moins du monde… peur… Non ! » Nanami s’était forcée pour affirmer cela alors qu’elle frissonnait de partout. Elle avait manifestement peur, mais elle essayait probablement de faire semblant pour sa chère vie parce qu’elle avait promis qu’elle n’aurait pas peur.

« Euh, euh… Je suis désolée, » déclara Ristia.

« Non, c’est moi qui devrais être désolée. Tu m’as sauvée, donc je sais que tu n’as pas l’intention de me tuer, et pourtant…, » murmura Nanami, puis sursauta quand elle réalisa ce qu’elle avait dit. Elle avait ensuite regardé Ristia d’un air nerveux. « Ça te dérange si je te demande une chose ? »

« Hein ? Tu n’as pas besoin d’être gênée pour de telles choses. Tu peux m’en demander autant que tu veux, mais… oui, qu’est-ce que c’est ? » demanda Ristia.

« Lady Ristia, vous êtes la plus jeune fille des Sangs Véritables… ce qui voudrait dire que vous êtes une princesse vampire, n’est-ce pas ? » demanda Nanami.

« … Lady Ristia…, » murmura Ristia.

Elle soupira, déplorant que sa sœur s’éloigne encore plus de son emprise.

« … Hum, quelque chose ne va pas ? » demanda Nanami.

« Non, non, ce n’est rien. Tu me demandes si je suis un vampire, c’est ça ? C’est ce que je suis. Je suis la princesse de Sang Véritable. Un vampire, » répondit Ristia.

« Alors, est-ce que ça pourrait être que… vous m’avez sauvé la vie parce que vous allez, euh… faire de moi votre parente ? » demanda Nanami.

« Hein !? Eh bien, euh, euh…, » balbutia Ristia.

Vu que Ristia avait un peu songé à lui demander. « Ça te dérangerait de devenir ma parente et ma petite sœur ? » elle avait hésité à dire la vérité. Une fois que Nanami avait vu cette hésitation visible, son visage était rempli d’une sorte de désespoir — comme si elle savait que le monde touchait à sa fin. C’était là que la tragédie avait frappé.

Devenir la parente de Ristia, une Sang Véritable, signifierait être presque immortelle, posséder des capacités physiques avancées, ainsi qu’une longue durée de vie sans presque aucune pulsion vampirique. Cela signifiait gagner le corps ultime. Cependant, dans l’esprit de Nanami, devenir la parente des vampires de bas étage qui hantaient actuellement les terres signifiait acquérir des capacités physiques légèrement améliorées, mais introduisait une foule de faiblesses et signifiait même devoir boire le sang des gens pour avoir une chance de survie — et, dans le pire des scénarios, cela signifiait même perdre la raison. Il s’agissait de devenir ce qui était pratiquement un cadavre vivant.

Il y avait une énorme disparité dans ce qui leur venait à l’esprit quand il s’agissait de parents vampires pour les deux. Malheureusement, Ristia n’avait pas considéré que cet aspect s’ajoutait à l’équation, alors en voyant Nanami tomber dans le désespoir, elle avait cru que Nanami la rejetait.

« Désolée, tu n’aimes pas l’idée de parents, oui !? C’est bon, je ne ferai pas de toi une parente ! » s’exclama Ristia.

« V-Vraiment ? » demanda Nanami.

« Euh-hmm, euh-hmm-euh ! Je t’assure que je ne ferai rien que tu ne veuilles pas, Nanami ! » déclara Ristia. Waaaah, faire cette promesse signifie que je ne peux pas faire de Nanami ma petite sœur ~ ! Mais, mais… Nanami a l’air vraiment paniquée, donc je ne peux pas me permettre de lui faire faire quelque chose qu’elle n’aime pas. Sinon, je serais l’échec pour une sœur aînée. Je n’aime pas ça, mais c’est la vie. Une vie sans sœur… Sniff…

Ristia pleura intérieurement en jurant qu’elle ne ferait pas de la fille une parente.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire