À la recherche sérieusement d'une sœur ! La Princesse Vampire Ultime – Tome 01 – Épisode 1 – Partie 2

***

Épisode 1 : La fille normale autoproclamée se réveille de son profond sommeil

Partie 2

Dans l’instant qui avait suivi, Ristia avait senti que la Cage de Cristal se brisait. Peu importe combien de temps s’était écoulé dans le monde extérieur avant sa libération, puisque le temps était figé pour elle, tout s’était passé comme si c’était en une seconde. Ayant réalisé ce fait, Ristia s’était délibérément assise d’une manière lente, tout cela pour une raison vitale.

C’était parce que le fait de s’asseoir lentement donnait un air plus attirant.

Cependant, dans son esprit, elle était follement excitée. Ristia avait senti que son sceau avait été brisé de façon naturelle. Cela signifiait pour ainsi dire que sa petite sœur qui avait brisé le sceau était potentiellement juste devant elle. Remplie d’attentes, Ristia ouvrit lentement les yeux pourpres.

Debout, il y avait une charmante, adorable — non, en fait, une fille absolument adorable avec de longs cheveux châtains et des yeux verts. Elle avait une expression légèrement effrayée en regardant Ristia de haut.

U-Une petite sœur ! Non, sans aucun doute, c’est ma mignonne petite sœur ! Super, une petite sœur ! Ma première petite sœur ! Super, elle est si mignonne ! Elle est mignonne comme un bouton en fleur ~ ! Ristia pensa, ravie et étourdie, sachant que si sa famille était là, elle interjetterait. « Bon sang, mon enfant, tu es bien plus mignonne ! » Elle était sur le point de se lever et d’aller faire un câlin à sa présumée petite sœur, mais… elle s’était quand même arrêtée juste avant elle. Elle s’était rendu compte qu’une sœur aînée distinguée ne devrait rien faire de puéril devant sa petite sœur. Ristia avait souri à sa présumée petite sœur avec une expression posée.

« Enchantée de faire ta connaissance. Tu dois être ma petite sœur, » dit-elle d’un ton digne avec un sourire élégant sur son visage. Elle se comportait parfaitement comme une sœur aînée aimable. Maintenant, je suis une grande sœur ! se dit Ristia. Cependant…

« La poupée a parlé !? » La réaction de la fille n’était pas tout à fait ce à quoi Ristia s’attendait.

« Hum, pardon, mais… de quoi tu parles ? Je ne suis pas une poupée, » déclara Ristia.

« O-Oh, tu ne l’es pas ? » demanda l’autre fille.

« Je ne le suis pas. Connais-tu des poupées qui parlent comme ça ? » demanda Ristia.

« Eh bien, non… Ce n’est pas le cas, » répondit l’autre.

« Comme je m’y attendais. » Ristia acquiesça d’un signe de tête satisfait, s’éclaircissant la gorge. « Eh bien, une fois de plus, recommençons. »

« Hein ? De quoi ? » Sa présumée petite sœur était embrouillée par ses paroles, mais Ristia s’était raclé la gorge avec une adorable petite « Hmm ». Assise sur ses genoux, elle leva les yeux vers sa sœur présumée et sourit avec élégance.

« Enchantée de faire ta connaissance. Tu dois être ma petite sœur, » déclara Ristia.

« N-Non, je ne le suis pas, » répondit Nanami.

« … Hein ? T-Tu ne l’es pas ? » Ristia avait demandé à sa sœur présumée avec l’intention de faire un nouveau départ, mais elle avait été rejetée, ce qui l’avait déstabilisée.

« Euh… oui. Je m’appelle Nanami. Je ne suis pas ta petite sœur, » déclara Nanami.

« P-Pas possible ~…, » l’image d’une sœur aînée raffinée et gentille n’était plus qu’un souvenir éphémère. Ristia s’était pris un choc si fort que quiconque la regardait serait sympathique alors qu’elle s’affalait sur le sol recouvert d’éclats de diamant. Elle pouvait entendre une querelle alors qu’elle faisait ça.

Un homme avait demandé. « Hé, pourquoi n’as-tu pas prétendu être sa petite sœur ? »

Et la fille répondit. « Je ne pouvais pas dire un mensonge aussi évident. »

Néanmoins, Ristia était dans un marasme, et cela avait à peine attiré son attention. Ristia avait commencé à tripoter un éclat de diamant avec ses doigts.

« Attends, tu vas certainement te blesser si tu touches ces éclats ! » Une Nanami agitée avait remonté le haut du corps de Ristia. Le comportement de Nanami ressemblait à celui d’une petite sœur qui s’inquiète pour sa sœur aînée.

« Euh… es-tu sûre que tu n’as aucune chance que tu sois ma petite sœur ? » demanda Ristia.

« … Oh, euh… Je suis désolée, » répondit Nanami.

« … Quel fiasco, » déclara Ristia, clairement déçue. Son visage mignon, déformé par la tristesse, suffisait à stimuler l’instinct parental chez tous ceux qui le regardaient. Il était difficile d’expliquer pourquoi — peut-être que c’était l’expressivité extrême, ou peut-être que c’était juste parce que c’était trop dur à résister face à ça. Mais c’était probablement pour cela que ses parents et ses sœurs aînées la dorlotaient et la couvraient toujours de leur affection.

« C’est quoi ce bavardage et ce papotage ? » Soudain, une voix grossière avait retenti. Ristia s’était tellement entichée de la perspective d’une petite sœur que l’homme d’âge moyen ne s’était même pas inscrit à ses yeux, mais il se tenait là dans la pièce.

Il semble avoir à peu près… le même âge que Père. Il a peut-être quelques millénaires ? Ristia, ne réalisant pas qu’ils étaient tous les deux humains, pensait cela, et interprétait mal la situation. Bien sûr, en les inspectant avec une tête plus calme, elle aurait dû savoir qu’il ne s’agissait pas de Sang Véritable, mais… Ristia ne pensait qu’à sa petite sœur. Il n’est pas plus jeune que moi. Ce n’est même pas une fille, pensa Ristia alors qu’elle faisait disparaître une fois de plus l’homme de son esprit. Elle avait alors commencé à réfléchir à ses prochaines actions.

En vérité, elle connaissait déjà la raison pour laquelle elle avait été réveillée malgré l’absence d’une petite sœur. Elle ne s’attendait pas à ce que quelqu’un d’autre que des membres de sa famille vienne visiter ce donjon, alors elle avait mis en place le sceau pour qu’il puisse être brisé par quiconque tant qu’il était une fille plus jeune qu’elle. Elle aurait dû lancer une contre-mesure à cela… Mais peut-être qu’elle pourrait s’en tirer sans. Après tout, les gens venaient rarement ici, et arrêter le temps pour elle n’était que trop simple. Ristia se leva alors et commença à reconstruire sa Cage de Cristal.

« Hé, ne nous ignore pas ! Nanami, fais quelque chose ! » ordonna l’homme.

« Argh ! » s’écria Nanami.

L’homme avait crié sur Nanami, la faisant sursauter de peur. Cela attirant l’attention de Ristia qui se tourna vers Nanami.

« Euh, Nanami, c’est ça ? Nanami, es-tu dans un pétrin ? » demanda Ristia.

« Hein ? Pourquoi penses-tu cela ? » demanda Nanami.

« Ben, c’est que… je te vois frissonner, » répondit Ristia.

« O-Oh, eh bien… euh… euh…, » balbutia Nanami.

« Si tu es dans le pétrin, je peux t’aider, » elle n’était pas sa petite sœur, mais cela n’avait pas changé le fait que Nanami était mignonne. Il était inévitable que Ristia, fan de tout ce qui était mignon, s’intéresse à Nanami. Cependant, malgré la gentillesse de Ristia, Nanami frissonnait encore.

« C’est un dragon. Un dragon est dehors et nous cause des problèmes ! » répondit Nanami.

« … Un dragon ? Est-ce la raison de ta situation difficile actuelle de Nanami ? » Elle avait demandé à l’homme dont elle ne voulait pas entendre le nom.

« Ouais, c’est vrai ! On a été pourchassés par ce satané dragon et on a couru dans cette pièce. Maintenant, il attend dehors, et on ne peut pas sortir d’ici ! » répliqua l’homme.

« Vous avez été poursuivi par le dragon… et vous avez couru dans cette pièce !? » Le dragon qui était venu à l’esprit de Ristia était du type qui mesurait quelques dizaines de mètres de haut et pouvait transformer toute une région en une mer de flammes avec son souffle. Et en apprenant qu’il y avait un dragon géant à l’intérieur de son donjon, la seule façon pour Ristia de l’imaginer était d’imaginer un dragon squelettique qui se retrouvait coincé dans les couloirs étroits du labyrinthe si serré qu’il ne pouvait même pas bouger… Hee hee, j’aimerais bien voir ça. Je ne peux pas imaginer qu’un humble dragon puisse ruiner le donjon que j’ai construit, mais peut-être devrais-je vérifier juste pour être sûre ? pensa Ristia quand l’homme ouvrit à nouveau la bouche.

« Hé, qui es-tu, au fait ? » demanda l’homme.

« Qui suis-je ? … Juste une fille normale, » répondit Ristia.

« Une fille normale !? Tch, tu ne sers à rien. Ne connais-tu pas au moins une sortie de secours ? » demanda l’homme.

« Il n’y a pas de sortie de secours, » répondit Ristia.

« Hmph, tu es vraiment inutile, » répliqua l’homme.

« Mais je peux tuer un simple dragon pour vous, » répondit Ristia.

Juste après que Ristia ait déclaré cela, le visage de l’homme avait indiqué qu’il était abasourdi… avant de démontrer sa colère.

« Essaies-tu de te foutre de nous, ou as-tu perdu la tête ? Tu n’es même pas une aventurière, petite fille. Il n’y a aucune chance que tu puisses battre ce monstre ! » s’écria l’homme.

« Nanami, est-ce que tuer ce dragon t’aidera ? » demanda Ristia à une Nanami effrayée.

« Le tuer… Ne me dis pas que tu as l’intention de vaincre ce dragon !? » demanda Nanami.

« C’est ce que je vais faire. Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Ristia.

« T-Tu ne peux pas ! Les dragons sont des ennemis redoutables qui ne peuvent être vaincus que par un effort combiné de plusieurs aventuriers entraînés ! » s’écria Nanami.

« Hehehehe, je vois que tu t’inquiètes pour moi. Je t’en remercie. » Ristia s’était sentie heureuse, caressant gentiment la tête d’une Nanami un peu plus petite qu’elle.

« Ce n’est pas une question d’inquiétude en soi. Mais attends, pourquoi me caresses-tu ? » demanda Nanami.

« C’est par ce que ta sollicitude m’a rendu heureuse. Mais ne t’inquiète pas. Je vais m’en sortir. Battre un dragon est une tâche facile. Une fois que j’aurai vaincu ce dragon, tu me diras si ça t’aide ou pas, Nanami-chan ? » demanda Ristia.

« Eh bien, ça me rendrait heureuse si tu étais vraiment capable de le vaincre, mais…, » répondit Nanami.

« Hmm, alors c’est bon, » Ristia répondit avec une expression calme comme elle réfléchissait d’une manière calculée. Si je défais le dragon, elle serait heureuse. En d’autres termes, si je défais le dragon, Nanami sera impressionnée. Elle pourrait même m’appeler « Grande Soeur » ! Tandis que ces pensées lui passaient par la tête, elle ouvrit sa boîte à objets et sortit une rapière magique qu’elle avait fabriquée par le biais lors d’un entraînement à l’enchantement qu’elle avait fait il y a bien longtemps.

« Quoi ? D’où sors-tu ça ? » demanda Nanami.

« Hm ? D’où ? De ma boîte à objets, idiote, » déclara Ristia.

« Boîte à objets ? Parles-tu de cette magie légendaire du stockage ? » demanda Nanami.

« … Légendaire ? Hmm, mais ce n’est qu’une vieille boîte à objets ordinaire, n’est-ce pas ? » Pour Ristia, une boîte à objets était une magie de niveau 4 et n’était pas du tout rare, et encore moins légendaire. Elle n’avait jamais imaginé que quelqu’un la traiterait comme telle, alors elle avait penché la tête avec perplexité. Eh bien, de toute façon, tout ce que j’ai à faire, c’est de battre ce dragon, pensa-t-elle, en se retournant et en se dirigeant vers la porte menant à l’extérieur de la pièce.

« Attends un peu, s’il te plaît ! Comme nous l’avons dit, il y a un dragon juste à l’extérieur de la pièce ! » s’écria Nanami.

« J’apprécie ton inquiétude pour moi, mais ça va aller. » Nanami lui tendit la main pour l’empêcher de partir, mais Ristia l’évita agilement et posa sa main sur la poignée de la porte menant à l’extérieur. D’ailleurs, tout ce que ce donjon avait à offrir était protégé par la magie de Ristia, alors rien ne se briserait facilement tant qu’il ne serait pas pourri. C’est pourquoi l’ancienne porte s’était lentement ouvert, sans même laisser entendre un seul grincement. Cela menait sur une vaste pièce. La zone que Ristia utilisait pour son entraînement magique faisait des mètres de large, et s’enfonçait loin, avec au milieu… un dragon de cinq mètres de haut en attente.

« … Qu’est-ce que c’est que ça ? » s’écria Ristia.

« Le dragon ! Je te l’ai dit il y a une seconde ! » répliqua Nanami.

« … Tu veux dire l’enfant… d’un dragon, exact ? » demanda Ristia.

« De quoi parles-tu !? C’est un dragon adulte, peu importe comment on le découpe ! » Nanami soutenait avec véhémence que c’était un adulte, pratiquement les larmes aux yeux, mais ce que Ristia voyait par terre, c’était un jeune dragon, âgé de quelques siècles seulement, peu importe comment elle le regardait. S’il avait été vrai que le dragon avait quelques siècles de plus que Ristia, il n’en était pas moins un enfant en termes de dragon. Ce n’était pas une grande menace, mais… Nanami semblait sincèrement avoir peur de ce bébé dragon.

Avoir peur d’un dragon de ce calibre est évidemment étrange ! Ristia y avait réfléchi longuement, jeta un autre coup d’œil à Nanami et comprit qu’elle était un être humain normal. Un être humain ? Une fille humaine… dans le pétrin… ? Si je l’impressionne, elle va sûrement m’adorer. Si c’est le cas, elle pourrait se permettre d’être une parente et ma demi-sœur officielle ! Oh oui !

S’accrochant à sa dernière chance, Ristia avait enfoncé sa rapière dans le sol, avait sorti un ruban normal de sa boîte à objets et avait noué ses longs cheveux brillants ensemble. Non pas parce qu’elle pensait que ça la gênerait, mais parce qu’elle pensait que ça la rendait plus cool. En fait, ça la rendait moins cool et plus mignonne.

« Très bien, tout est prêt. J’y vais ~ ! » déclara Ristia.

Ristia avait repris sa rapière et elle commença sa marche vers le dragon.

***

« Je te le dis, c’est dangereux ! … Attends, pourquoi ne me laisses-tu pas t’attraper ?? » Évitant que la main de Nanami ne l’arrête, la jeune fille s’apprêtait à défier le dragon avec une imprudence monstrueuse. Gawain avait vu cela, pensant que c’était leur chance, et avait attrapé la main de Nanami.

« Fuyons de là pendant que cette fille se fait attaquer ! » déclara Gawain.

« Qu’est-ce que vous racontez ? Voulez-vous qu’on l’abandonne ? » demanda Nanami.

« Whuh !? Alors, veux-tu être l’appât ? Il n’y a aucune chance de battre ce dragon. Dans ce cas, sacrifier quelqu’un est le seul moyen ! » Gawain cria de colère, faisant grimacer Nanami de peur. Voyant la faiblesse de Nanami, Gawain claqua sa langue avec dégoût. Une douzaine d’aventuriers expérimentés attaquant tous en même temps étaient nécessaires pour vaincre un dragon. Et même si vous en aviez autant, vous deviez vous préparer à subir de lourdes pertes. Peu importe le nombre de sorciers à la volonté faible et de petites filles bizarres qui étaient présentes, tout ce qu’ils pouvaient faire était de servir de boucliers.

 Bien sûr, je choisis l’option où le plus de gens possible peuvent s’échapper ! pensa Gawain.

Naturellement, la raison pour laquelle il poussait Nanami à s’échapper était de l’utiliser comme appât s’il n’était pas capable de s’enfuir pendant que la fille bizarre se faisait tuer. En fin de compte, il donnait la priorité à sa survie.

« Quoi qu’il en soit, partons d’ici ! » Gawain avait essayé de tirer sur le bras de Nanami et de commencer leur fuite. Nanami, cependant, avait résisté.

« … Qu’est-ce que tu crois faire ? » s’écria Gawain.

« E-Euh, je… »

C’était peut-être la culpabilité de laisser la jeune fille se faire tuer et la peur de mourir en conflit les uns avec les autres qui la faisait geler sur place. Décidant que tout argument supplémentaire serait une perte de temps, Gawain décida d’abandonner Nanami et de partir seul.

« Très bien, fais ce que tu veux. Je m’en vais d’ici ! » Gawain commença à se retourner, le corps gigantesque du dragon s’élança vers l’avant pour attaquer la mystérieuse fille.

« Attention !! » cria Nanami.

Les yeux de Gawain s’étaient écarquillés lorsqu’il avait entendu le cri d’avertissement de Nanami, qui était venu alors que le dragon était en plein milieu de sa charge vers elle. En réponse à l’avance précipitée du dragon, la jeune fille avait placé sa rapière à peu près au niveau de la hanche, prête à frapper.

Espèce d’abrutie ! Tu ne vas pas faire une bosse sur un dragon avec une rapière fragile ! Si tu veux faire une attaque aussi inutile, autant essayer d’éviter une ou deux attaques et me laisser plus de temps pour sortir d’ici, bon sang ! Dans son esprit, Gawain crachait autant d’abus qu’il pouvait imaginer.

Cependant…

« Hee-yah ! » La fille avait frappé avec sa rapière avec un joli petit cri. Après quoi… tout avait dérapé.

Le sol de la zone avait été enveloppé d’une lumière rouge alors que le bruit d’une explosion et d’une vague de chaleur atteignait l’endroit où se trouvait Gawain. Il détourna les yeux face à l’onde de choc massive, et il ne fallut pas longtemps avant que le sol ne soit recouvert… par le silence. Lorsque Gawain regarda en arrière, il vit… la fille aux cheveux noirs, immobile et silencieuse. Et autour d’elle, des morceaux de sol qu’elle ne devrait jamais pouvoir détruire étaient retournés et éparpillés — jusqu’aux coins de la pièce.

Quant au dragon ? Il n’était trouvable nulle part.

Attends, qu’est-ce que c’est que ce bordel !? Elle a volatilisé un dragon d’un seul coup !?? Pas possible, c’est tout bonnement impossible, c’est de la folie ! Un monstre qui ne serait abattu que par plusieurs centaines d’attaques d’une douzaine d’aventuriers chevronnés et qui se ferait abattre d’un seul coup par une petite fille est à peu près aussi incroyable que cela peut l’être ! Je dois rêver !

Ça n’avait pas de sens.

Pour commencer, l’anéantissement d’un dragon d’un seul coup était impossible, encore moins en raison de l’attaque d’une petite fille délicate qui faisait un adorable petit « hee-yah ». Bien sûr, il y avait des héros dans l’histoire qui poussaient un cri avant de lancer leurs attaques fougueuses, mais ce n’était qu’une fille angélique qui agitait une petite rapière adorable en faisant « hee-yah ». C’est tout ce qu’il y avait à dire sur elle. Malgré cela, l’étage était en ruine et il ne restait aucune trace du dragon.

 

 

« … C’est quoi ce bordel ? Est-ce que je rêve ou quoi ? » La situation à laquelle il était confronté était si incroyable que Gawain se sentait empli par un sentiment indescriptible de peur.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. J’espère que gawain vas se faire tuer part un monstre ou un truc du genre. O et merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire