100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 96 – Partie 4

***

Chapitre 96 : Le rituel Nunbana

Partie 4

« Vous l’avez tué… pourquoi ? » avais-je demandé.

« Il était mauvais… même selon les critères d’un héros humain. Il a essayé d’apporter le chaos à Albeyater. »

« Je vois… Alors, qu’est-ce que vous ressentez pour Alkelios ? » J’avais demandé par curiosité en voulant savoir comment de telles espèces différentes pourraient être réunies.

Cette question était plutôt une curiosité personnelle à cause de ma femme.

« Je l’aime. » Répondit-elle simplement.

« Le fait qu’il soit humain ne vous dérange pas ? » avais-je demandé.

« Moi ? Au début si, mais ensuite c’est passé. Alkelios, de son côté, ça l’a gêné un moment. Les héros humains ont… des morales, des croyances… et un sens commun différent. » Elle avait expliqué.

« Différentes morales, de croyances et de bon sens. Intéressant. Où est-il maintenant ? »

« Je ne sais pas… l’autre héros humain… il a dit qu’il l’avait envoyé dans le temps et dans l’espace. Je l’attends. C’est mon mari, le dragon que j’aime… »

Il y avait quelque chose qui m’avait surpris quand elle avait dit ces mots. Sire Seryanna n’avait pas vu cet Alkelios comme humain ou dragon. Pour une fière et puissante dragonne comme elle, voir cet humain avec un tel respect m’avait impressionné.

« Merci, Sire Seryanna. Je vais vous laisser. » Dis-je en me dirigeant vers la porte.

« Pourquoi ai-je répondu si facilement ? » Elle avait demandé.

« Vous êtes fatiguée, et cet endroit… ce n’est pas un bon endroit pour mentir. » Répondis-je avec un sourire ironique.

En sortant de la pièce, j’avais été touché par l’air frais de l’extérieur.

« Votre Majesté, comment était-ce ? » J’avais été interrogé par le grand prêtre.

« C’était intéressant… J’ai eu ce que je voulais, alors je vais passer à Sire Kataryna. » J’avais hoché la tête.

L’autre dragonne se trouvait dans la salle de prière du temple du dieu de la Terre. Comme son nom l’indique, c’est une pièce où un croyant pouvait se connecter à l’élément de ce dieu.

Pour cet endroit, mon armure régulière était assez bonne. Une fois que je m’étais changé, j’étais entré.

Les grandes stalagmites et stalactites m’avaient accueilli avec une chorale de gouttes d’eau. Un écho sans fin avait rebondi sur les murs de pierre. La pression de l’air ici était étrange, mais la température était à des valeurs normales.

Là-bas, au centre de la pièce, j’avais vu la dragonne aux écailles d’argent lire la prière au dieu de la Terre. Il ne semblait pas que deux jours se soient écoulés pour elle. La toge qu’elle portait sublimait sa beauté naturelle, mais elle restait propre et non perturbée.

« Sire Kataryna ? » J’avais demandé.

Ma voix résonna avec un fort bruit qui me força à me couvrir les oreilles.

Chauves-souris sanglantes sur un sandwich turquoise ! J’avais maudit en serrant la mâchoire, en attendant que le son disparaisse.

« Chut. Ici, le son est si fort que vous pouvez entendre votre battement de cœur. » Me dit la dragonne, pourtant sa voix résonnait à peine.

« Je… je vais essayer. » Même quand on chuchotait, ça restait très bruyant.

« Pourquoi êtes-vous ici ? » Demanda-t-elle alors qu’elle fermait le livre et me regardait dans les yeux avec un regard froid qui glaçait mon âme.

J’avais dégluti « Cela fait partie du rituel de Nundaba. Je dois vous rendre visite à toutes en tant que dirigeant de Trindania. »J’ai dit.

« Je vois. Très bien. » Elle acquiesça.

« Alors… une question. Que pensez-vous de notre continent jusqu’à présent ? »

« De cet endroit ? Hm… faible, ennuyeux, légèrement dangereux ? Ce n’est pas si mal. Peut-être, peut-être pas ? »Dit-elle puis haussa les épaules.

Tout comme les autres dragonnes, celle-ci était aussi complètement honnête avec moi.

« Alors… que pensez-vous d’Alkelios ? » Je rétrécis les yeux.

« Le mari de Seryanna ? Je l’aime. » Répondit-elle sans détour.

« Quoi ? » Je clignai des yeux surpris.

C’était une autre réponse à laquelle je ne m’attendais pas et j’avais presque élevé la voix à cause de cela.

« Euh… vous l’aimez ? Comme dans un ami ? »

« En amoureux. Je veux porter son œuf. »

« Euh… » La brutale honnêteté de cette dragonne m’avait fait perdre mes mots.

« Cet amour, cependant, je ne peux pas le partager… Il appartient à Seryanna. Moi… je ne fais que passer. » Elle m’avait fait un sourire ironique.

Le son de sa voix était empli d’une étrange tristesse. Cela m’avait fait ressentir de la pitié.

Est-elle inquiète de ne pas recevoir cet amour en retour ? Je m’étais demandé cela et ensuite je m’étais souvenu de quelque chose que ma femme m’avait demandé quand je ne savais pas si je devais ou non lui demander de m’épouser.

« Sire Kataryna, vous dites que vous aimez cet homme, n’est-ce pas ? »

« Oui. » Elle acquiesça.

« Alors, de quoi avez-vous peur en choisissant de partager cet amour avec lui ? »

« Peur de perdre ? Je… » Elle s’arrêta et baissa les yeux, elle fronça les sourcils.

« Pensez-vous que Sire Seryanna va vous repousser ? Pensez-vous qu’il ne vous aimera pas en retour ? » avais-je demandé.

« Je… » elle me regarda comme si elle était en transe.

Peut-être que jusqu’à présent, elle n’y avait jamais pensé. Si elle n’avait pas participé à ce rituel Nandaba, elle n’y aurait probablement jamais pensé non plus. Je me suis dit en frottant ma barbe.

« Peut-être que c’est leur complicité ? » J’avais demandé.

Elle secoua la tête.

« Non… j’ai peur de perdre mon amour comme mon amour passé. » Elle répondit.

Oh… c’est encore… inattendu, avais-je pensé.

« Votre ancien amoureux aurait-il voulu vous voir seule pour le reste de votre vie tout en le gardant dans votre cœur ? Je ne dis pas qu’il faut l’oublier, mais aucun homme ne souhaiterait que son amante reste seule après son décès. Du moins, aucun homme qui mérite d’être appelé un homme. Je n’ai pas peur de permettre à ma femme de trouver le bonheur après mon départ. Bien sûr, je souhaite être en deuil, mais je préfère son sourire plutôt que ses larmes. » Dis-je avec un sourire.

Sire Kataryna avait repris chaque mot que j’avais dit, mais je ne pouvais pas dire si cela faisait une différence ou pas. Jusqu’ici, j’avais compris que ces dragonnes n’étaient pas de mauvaises personnes. Elles avaient définitivement gardé leurs mots et s’étaient concentrées sur le rituel sans essayer de tricher ou quoi que ce soit. Leur état d’esprit en était la preuve.

« Pensez à ce que j’ai dit. Peut-être que ça vous aidera. Malheureusement, je ne peux pas rester plus longtemps. » Dis-je puis me dirigeai vers la porte.

Le fait qu’elles aient un tel respect pour un héros humain avait également montré que nous, en tant que nains, risquions de ne pas être opprimés par eux s’ils en avaient l’occasion. Nous ressemblions beaucoup aux humains et il y avait beaucoup de héros humains parmi nous maintenant. Je ne voudrais pas signer un accord par lequel j’aurais gagné la faveur des dragons, mais en abandonnant celle de mon propre peuple.

Après être sorti de la salle, un prêtre avait fermé la porte derrière moi et le Haut prêtre s’était approché de moi.

« Comment était-elle, Votre Majesté ? » Il avait demandé.

Je lui avais montré un sourire, puis j’avais répondu : « Elles ont suivi le rituel comme promis. Elles ne regardent pas de haut notre empire. Elles ont les mêmes inquiétudes que nous, les nains, et pour ce que cela vaut peut-être, je ne peux pas les voir comme des ennemis. »

« C’est une bonne nouvelle, Votre Majesté ! » Il acquiesça puis me fit un sourire.

« Quand je suis venu ici, j’ai vu Son Altesse assise sur la Plate-forme de l’âme et chantant la prière fidèlement. A-t-elle arrêté ? » avais-je demandé.

« Non. » Il secoua la tête.

« D’accord, alors je ne la dérangerai pas. Je vais retourner au palais maintenant. » J’ai hoché la tête.

« Est-ce correct de ne pas l’interroger également ? » Il m’avait demandé.

« Oui. Le rituel Nundaba teste son endurance et sa fierté en tant que noble. Un individu égoïste n’aurait pas accepté de continuer jusqu’au bout, et quelqu’un comme ça n’aurait aucune place à ma table de négociation. Même si les sujets sont bons, si le chef ne vaut rien, tout le groupe va échouer. » Dis-je avec un signe de tête.

« C’est comme vous le dites, Votre Majesté. » Le grand prêtre s’inclina devant moi.

Après avoir parlé avec ces deux-là, j’avais fini par être encore plus curieux à propos de cet homme, Alkelios. Peut-être que dans le futur, je rencontrerais ce héros humain qui avait capturé les cœurs de deux puissantes dragonnes.

La partie la plus difficile du rituel de Nundaba était maintenant terminée et même si elles ne tenaient pas toute la troisième journée, elles pouvaient toujours être considérées comme ayant réussi. Néanmoins, il serait sage que je ne dise pas aux autres chefs de tribus les questions que je leur avais posées. Ils les auraient vus comme inutiles. Mais peu importait ce qu’ils voulaient découvrir, ce qui importait était ce que je voulais trouver à leur propos, et c’était le fait qu’ils n’étaient pas des monstres comme beaucoup le pensaient.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    Le Roi nain est très respectable.

Laisser un commentaire