100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 96 – Partie 2

***

Chapitre 96 : Le rituel Nunbana

Partie 2

« Ne vous inquiétez pas, Sire Kataryna, tous nos temples sont gardés par de puissants guerriers et les salles dans lesquelles vous prierez ne peuvent être ouvertes que par un prêtre de confiance choisi par vous. Si quelqu’un ose ouvrir la porte sans mon approbation, les autres prêtres l’entendront certainement et agiront immédiatement. » Nous déclara le prêtre nain.

Au moment même où je voulais faire un commentaire sur la possibilité d’un assassinat de la princesse, elle m’avait regardée puis m’avait dit. « Je sais ce que tu veux dire, Seryanna, mais c’est un risque que je suis prête à courir si cela signifie que nos deux nations se rapprochent. »

La détermination dans ses yeux brillait comme une étoile brillante. Rien de ce que j’aurais dit ne l’aurait fait changer d’avis. En outre, à moins que quelque chose de vraiment dangereux ne se produise, interrompre ou refuser de participer à cet essai ternirait la confiance de l’Empereur en nous et en tous les dragons.

« Je suivrai vos ordres. » J’ai dit.

« Bien. Maintenant, grand prêtre Klen'Ashin'Tark, que devons-nous faire exactement? » Elle l’avait demandé.

« C’est simple. Vous choisirez un dieu ou un esprit de votre désir, puis vous resterez dans la salle de prière pendant trois jours. Un sablier sera utilisé pour mesurer le temps. Vous aurez le devoir de le retourner une fois que le sable aura complètement coulé. À la goutte du premier grain de sable, vous recevrez un livre de prières pour cette entité spécifique. Vous aurez le devoir de le lire une fois par jour. Si vous ne savez pas lire, nous demanderons à l’un de nos acolytes de le lire pour vous. » Expliqua-t-il en regardant en avant.

« Il faudra faire ça pendant trois jours sans dormir? » avais-je demandé.

« Oui. Voulez-vous entendre le nom de tous nos dieux et esprits gardiens? »

« Il n’y en aura pas besoin. Kataryna, tu choisis le dieu de la Terre, et Seryanna, le dieu du feu. Je n’aurai d’autre choix que de rester au milieu de la plate-forme d’âme, mais je crois que ces deux-là sont les plus compatibles avec vos éléments, » déclara la princesse Elleyzabelle.

« Dieu de la terre? N’y a-t-il pas de glace? » Demanda Kataryna avec un sourcil levé.

« De glace? Non, la glace est juste de l’eau devenue froide. Pourquoi y aurait-il un dieu de glace? Le dieu du feu contrôle la température de toutes choses. Nous le prions pour que nos lames se réchauffent dans la forge, puis se refroidissent correctement dans l’eau. » Le Grand Prêtre Klen'Ashin'Tark expliqua avec beaucoup de zèle dans le ton de sa voix, presque comme s’il essayait de nous convaincre de la puissance de la divinité qu’il adorait.

« Exactement. En outre, je crois que le Dieu de la Terre t’ira bien. Grand prêtre, aurez-vous la gentillesse de dire à mes chevaliers à quoi elles s’attendent à l’intérieur de ces deux temples? » Lui demanda la princesse d’un ton poli.

« Bien sûr! Dans la salle de prière du dieu du feu, les températures vont monter et descendre toutes les heures, atteignant parfois des valeurs presque insupportables. De nombreux nains ont été forcés de quitter la salle de prière quelques heures après y avoir pénétré. Quant à la salle de prière du Dieu de la Terre, vous serez soumis au silence étrange des vieilles grottes abandonnées. Le déplacement de la terre sera la seule chanson que vous entendrez à part votre cœur qui bat et votre souffle haletant. Un humain a une fois osé rester dans cette chambre pendant plus d’une journée, puis en est sorti complètement fou. Le pauvre homme hurlait qu’il voulait retourner dans un endroit étrange appelé “Japon” pour devenir quelque chose d’étrange appelé “esclave corporatif”. » Il secoua la tête et offrit une prière silencieuse à cet individu.

« Ce devait être un héros humain, » avais-je dit.

« Eh bien, aucun de nous, les nains, ne l’avait vraiment dérangé. C’était un type étrange qui affirmait qu’il gouvernerait un jour le monde et disposerait d’un harem. Dommage qu’il soit impuissant dans la tête. » Il secoua la tête et lui proposa une autre prière silencieuse.

« Cela semble intéressant. Que voulez-vous dire impuissant dans la tête? » Demanda Kataryna avec un sourire narquois sur les lèvres.

« Et bien, l’histoire se passe comme ça. Peu de temps après l’apparition des héros humains, une belle jeune fille naine est tombée amoureuse de lui pour une raison étrange connue uniquement des esprits, mais il ne l’a pas touchée même quand elle s’est jetée sur lui nue. Son corps a réagi, mais son esprit ne semblait pas comprendre le concept de “plaisir sexuel”. À la fin, elle lui donna un coup de pied dans sa virilité et alla trouver quelqu’un d’autre avec qui tomber amoureux. Le pauvre homme, ne comprenant pas ce qui s’est passé, il est venu chercher mon aide et je lui ai dit d’utiliser l’une des salles de prière. »

« Hahaha! Si amusant! » Ris Kataryna.

« Hm? Alkelios a presque fini comme ça aussi… » J’avais plissé le front.

« Non, mon amie, ce gars-là n’aurait jamais fini comme ça. Tout d’abord, contrairement au type insensé dont le souverain nous a parlé, Alkelios a tout à fait été attiré depuis le début. Il avait juste un peu trop de stress accumulé sur ses épaules. C’est tout. » Elle haussa les épaules.

« Oh? Vous connaissez quelqu’un qui a traversé une situation similaire? » Le grand prêtre nous regardait avec de grands yeux curieux.

« Similaire, peut-être… » je hochai la tête. « Mais il s’en est remis. »

« Comment a-t-il réussi ? Puis-je savoir? »

« Nous avons longuement discuté de la façon dont il a vu les choses APRÈS avoir surmonté la lumière du jour ! » Répondit Kataryna en riant.

« L’avez-vous battu? » Le prêtre ne s’attendait pas à une telle réponse.

« Jusqu’à ce qu’il se soit calmé, oui. Sinon, il ne m’aurait pas écouté. »

« Sans elle, je doute que j’aie pu faire quoi que ce soit pour aider mon mari à sortir de cette situation difficile. » Avais-je dit.

« Je crois que cela dépend de l’individu, cependant. Il est beaucoup plus important de les placer dans un état dans lequel ils peuvent écouter ce que vous avez à dire, puis faire un choix sans les peurs qui pourraient les lier. » La princesse Elleyzabelle avait donné son avis sur la question.

« C’est en effet assez fascinant, et il ne semble pas que l’une de vous soit inquiète de passer trois jours dans la salle de prière. » Fit remarquer le grand prêtre.

« S’inquiéter de quoi ?? » Se moqua Kataryna.

« Je suis d’accord. Nous n’avons rien à craindre. » J’ai hoché la tête.

Nous avions continué à échanger des mots inutiles alors que nous traversions les rues étroites et parfois tordues de la capitale naine Exaver. En chemin, nous avions rassemblé de nombreux regards curieux, parmi lesquels les enfants semblaient être les plus enthousiastes à l’idée de nous voir.

Nous étions un spectacle rare pour eux.

Mais ce qui avait fait ressortir cette situation inhabituelle était le fait que le grand prêtre Klen'Ashin'Tark était un nain qui préférait se mêler aux gens du commun plutôt que de rester uniquement dans les milieux des classes supérieures. Même si certains nobles le regardaient de haut parce qu’il guidait les invités de l’empereur à marcher vers le Temple, cela ne nous dérangeait certainement pas. La princesse avait même fait remarquer que ce que faisait ce nain était une chose intelligente. En gagnant les faveurs des gens du peuple, il devenait très difficile pour ses ennemis parmi la noblesse d’essayer de le tuer ou de le forcer à faire quelque chose qu’il aurait pu désapprouver.

Le grand prêtre Klen'Ashin'Tark était un nain intelligent qui se souciait non seulement de lui-même, mais aussi de ceux qui l’entouraient. D’après ce que j’avais pu voir, il était le genre de personne que l’on ne pouvait détester et en même temps qu’on ne pouvait se permettre d’avoir comme ennemi. Si ce nain finissait par nous approuver, les négociations avec l’empire Trindania se dérouleraient en douceur.

La cour du temple avait au centre une plate-forme circulaire de trois mètres de haut. De là-dessus, le grand prêtre effectuait généralement ses cérémonies, qui impliquaient toutes les divinités qu’ils vénéraient. De mon point de vue, il s’agissait simplement d’une grosse dalle de pierre découpée en un cercle parfait aux bords arrondis, rien de plus. Je ne pouvais sentir aucune sorte d’énergie divine émaner de cela ni voir ce qui était si spécial à ce sujet, mais la religion et le culte avaient leur propre façon de faire croire que même les choses les plus insignifiantes avaient une grande valeur.

Les temples eux-mêmes faisaient tous face à la porte d’entrée de la plate-forme de l’âme. Ils avaient été construits en demi-cercle. De gauche à droite, ils étaient disposés comme suit : Temple des esprits des liquides; Temple des Esprits des Métaux; Temple du dieu de la terre; Temple du dieu de feu; Temple des esprits des gemmes; et Temple des Esprits de la Nature.

Quand nous étions arrivés à la cour du temple, je m’étais souvenue des temples du continent des dragons. Ils étaient assez grands pour que même un dragon se sente comme à la maison, avec de grandes arches et des colonnes impressionnantes décorées de scènes sculptées de mythes et de légendes. Cela me donnait l’impression d’être entrée dans une autre ville, gouvernée par des géants plutôt que par des nains, et c’était encore plus impressionnant de constater à quel point le plafond de leur maison était proche du sol.

Des portes en pierre massives nous avaient accueillis à l’entrée de chaque temple aux côtés de deux robustes gardes nains. Alors qu’ils essayaient de paraître intimidants, ils étaient bien en dessous de notre force. Tout au plus, je ne pouvais les voir que comme des alarmes bruyantes au cas où quelque chose se produirait, mais certainement pas une force sur laquelle il faut compter.

« Sire Seryanna, Sire Kataryna, un acolyte arrivera sous peu pour vous accompagner à la salle de prière du temple de votre choix. Là, vous apprendrez comment prononcer correctement les paroles de nos prières. Quant à Votre Altesse, permettez-moi de vous accompagner à mon bureau. Je vais personnellement vous aider avec les prières. Une fois que vos togas seront arrivées, les acolytes partiront et une prêtresse vous aidera à vous changer. » Expliqua le Grand Prêtre Klen'Ashin'Tark avec un regard calme.

« Toga? » Demandai-je en fronçant les sourcils.

« C’est le nom que nous utilisons pour cette tenue particulière. Il s’agit d’un vêtement semi-circulaire drapé autour des épaules et du corps. Chaque nain a une toge de cérémonie pour divers rituels, mais comme vous venez d’arriver sur ce continent et que vous n’êtes pas habitué à nos rituels, je ne m’attendrai pas à ce que vous en ayez une de votre taille, alors j’enverrai quelqu’un pour vous en préparer une pour vous. Il n’est pas nécessaire de prendre des mesures, il suffit de connaître votre taille. » Expliqua-t-il d’un ton calme.

« Donc, en d’autres termes, nous attendrons d’abord dans nos chambres jusqu’à ce que les togas arrivent et ensuite le rituel commencera? » Demanda la princesse Elleyzabelle.

« Effectivement. » Il acquiesça. « Pendant la préparation des togas, nous vous enseignerons à toutes les trois le moyen de prier correctement. » Il nous avait montré un sourire.

« Je comprends. Alors, s’il vous plaît, ouvrez la voie, » déclara la princesse Elleyzabelle avec un sourire courtois.

Le bureau du haut prêtre était situé dans l’espace situé entre le Temple du Dieu de feu et le Temple du Dieu de la Terre. C’était une grande pièce spacieuse avec une petite fenêtre à l’arrière donnant une vue sur un beau jardin de fleurs. La femme du grand prêtre était celle qui s’occupait d’elles.

Peu de temps après notre arrivée à l’intérieur, deux acolytes étaient arrivées pour nous guider, Kataryna et moi, dans nos salles respectives. Bien que réticente, j’avais suivi l’ordre de Son Altesse et je m’étais séparée d’elle. Je ne la verrais qu’à la fin du rituel, dans trois jours.

La salle de prière pour le temple du dieu de feu était juste à l’arrière du temple et dès que j’étais entrée, j’avais senti une vague de chaleur passer sur mon armure. L’acolyte l’avait trouvé insupportable au début et avait eu besoin d’un moment pour s’adapter, mais cela ne m’avait posé aucun problème. Dans mon armure, la température n’était pas supérieure à celle d’une rivière pendant une chaude journée d’été.

La pièce elle-même était de forme circulaire et contenait de nombreux cristaux magiques enchantés par des sorts de feu qui augmentaient la température autour d’eux. Le sol était entouré d’un fossé de lave, et la seule façon de le traverser était de passer par un pont en pierre que l’acolyte évoquait avec sa magie.

Quand je m’étais placée au centre de cette pièce, j’avais levé les yeux et j’avais vu le ciel bleu clair. C’était comme si je regardais de l’intérieur d’un volcan, la température semblait également correspondre.

« Lady Seryanna, c’est la salle de prière du dieu du feu. Je vais maintenant vous expliquer comment utiliser ce livre de prières. Est-ce que ça va si on commence maintenant? » Demanda le nain en me montrant un sourire ironique.

Il semblait être un jeune adulte, mais son sourire était forcé. Il aurait sans doute préféré être ailleurs que dans cette immense marmite. Ses vêtements étaient mouillés et il avait un peu de difficulté à respirer, alors que je ne commençais même pas à transpirer.

« Commençons. » J’avais hoché la tête.

« Merveilleux! » L’homme sourit puis fit apparaître deux pierres que nous pourrions utiliser comme chaises.

Au moment où il avait ouvert son livre, j’avais froncé les sourcils. Même si je pouvais lire les caractères grâce à la Bénédiction de la déesse Ambre qui recouvrait tout le continent, je ne pouvais pas comprendre les mots eux-mêmes. Pour moi, ils ne voulaient rien dire et ressemblaient à du charabia.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour cette histoire. Le passage sur le isekai japonais m'a fait sourire 😂

Laisser un commentaire