100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 96 – Partie 1

***

Chapitre 96 : Le rituel Nunbana

Partie 1

Deux ans et trois mois plus tôt

***Point de vue de Seryanna***

La salle d’audience de l’empereur était censée être imposante et les nobles nains qui s’étaient réunis ici pour surveiller cette cérémonie étaient censés être intimidants. Les gardes royaux dégageaient une force qui aurait effrayé un simple paysan et le regard de l’empereur lui-même était perçant et rempli d’une lourde pression pouvant faire taire même un noble turbulent.

Dans un tel endroit, j’étais censée me sentir humble, peut-être même effrayée, mais cela n’existait pas. Pour ma part, je ne me sentais pas différente de simplement entrer dans un bar bondé. Il y avait quelques regards qui indiquaient un danger, mais rien que je ne puisse pas gérer.

Comparée au roi Feryumstark, l’autorité de ce nain semble faible et la présence de la reine Elliessara est beaucoup plus intimidante que n’importe laquelle des leurs. Je pensai cela en regardant du coin de l’œil les nobles qui nous entouraient.

« Notre présence sur vos terres en est une de bonne volonté, Votre Majesté. » Déclara la princesse Elleyzabelle en lui faisant un sourire élégant.

« Hmph ! Comme beaucoup l’ont dit avant ! » déclara l’empereur Mush’Nomv’Azer.

« Pardonnez mon impolitesse, votre majesté, mais les dragons d’Albeyater ne sont pas ici pour parler en leur nom. » Déclara-t-elle avec le même ton poli et respectueux dans sa voix.

« Et où sont vos hommes ? Je ne vois que des femmes devant moi ! » Dit-il en levant le menton.

« Votre Majesté, il y a peut-être longtemps qu’un dragon n’a pas envahi vos terres. Permettez-moi de vous rappeler que sur le continent du Dragon, nous, les dragonnes, gouvernons les pays et que les dragons les défendent. Cependant, cela ne signifie pas que nous ignorons la capacité d’un homme à gouverner. Le Premier ministre du royaume d’Albeyater, mon respectueux frère aîné, Elovius Seyendraugher, en est la preuve. » Expliqua la princesse Elleyzabelle avec un sourire aux lèvres qui ne trahissait pas sa capacité d’ambassadrice de notre pays.

Ce qu’elle pouvait faire avec une aisance presque naturelle, j’avais du mal à l’imiter. Sourire comme elle le faisait et laisser ma voix cacher mes vrais sentiments était presque impossible pour moi. Quand je m’énervais, c’était clair pour tout le monde autour de moi. Quand j’étais de bonne humeur, cela se voyait sur mon visage et cela se voyait aussi quand j’étais de mauvaise humeur. La plupart du temps, j’essayais d’être stoïque, mais si mon visage ne me trahissait pas, c’est ma queue qui le faisait.

D’autre part, malgré son âge plutôt jeune du point de vue d’un dragon, la princesse Elleyzabelle affichait un maniérisme qui reflétait non seulement son statut, mais également sa profonde compréhension des questions politiques.

Comparée à sa mère, il lui restait encore beaucoup de choses à apprendre et même en imaginant les deux debout côte à côte, c’était la reine qui captiverait toujours votre attention. Néanmoins, si à un tel âge, la princesse Elleyzabelle pouvait se présenter si bien devant le souverain d’un pays étranger, il n’y aurait plus que de grandes choses à attendre de sa part.

En tant que ses chevaliers, Kataryna et moi étions restés autour d’elle. Nous devions agir comme des statues sans émotion, capables de réduire nos ennemis au moment où nous sentions que l’intention de tuer était dirigée contre notre maître.

« Ce sont donc les hommes qui portent les épées et les femmes qui manipulent les documents. Puis-je supposer que vous êtes venu ici sans protection ? » L’empereur lui montra un sourire suffisant.

Nous sommes regardées de haut, avais-je pensé.

« Bien sûr que non, Votre Majesté. Ces deux chevalières sont mes fières chevalières et chacune d’entre elles a le pouvoir de lutter contre toute une armée. » Dit-elle et puis, d’un geste de main, elle me montra du doigt. « Puis-je vous présenter la duchesse Seryanna Draketerus ? Son mari est le duc Alkelios Yatagai Draketerus. Elle est une dragonne de mon beau royaume Albeyater. Lors de la dernière guerre, elle a réussi à vaincre par elle-même l’un des puissants dragons éveillés supérieurs de notre ennemi. » Les murmures commencèrent à se répandre parmi la foule des nobles. Les ignorants, la princesse déplaça ensuite sa main vers Kataryna avec le même mouvement fluide. « Permettez-moi de vous présenter Kataryna Georg, une chevalière royale et une puissante dragonne qui a combattu et dominé de multiples dragons éveillés supérieurs. »

« Je ne comprends pas. Quelle est la puissance d’un éveillé supérieur. Expliquez. » Demanda Sa Majesté.

« C’est quelqu’un qui a un niveau de pouvoir supérieur à 1000. Les humains l’appellent souvent éveillé ou ascendant. J’ai lu dans certains livres qu’ils s’appelaient autrefois béni ou évolué. »

« Hm… je vois. Alors elles sont puissantes, dites-vous. Pensez-vous qu’en venant avec ces deux, notre pays ne fera que pencher la tête face aux demandes défavorables ? » Interrogea-t-il alors que son regard devenait strict et perçant.

« Bien sûr que non, Votre Majesté. Leur devoir est seulement d’agir comme mes gardes dans ce voyage. Si vous ou quelqu’un d’autre avez l’intention de me faire du mal, elles agiront en conséquence. Néanmoins, notre intention ici n’est pas de transformer l’empire Trindania en ennemi, mais en un allié, » avait-elle expliqué sans montrer aucun signe de pression ou d’intimidation.

L’empereur Mush’Nomv’Azer se pencha en arrière sur son trône et ferma les yeux un instant. Il semblait être plongé dans ses pensées alors que des rides se formaient sur son front. Pendant ce temps, les nobles murmuraient entre eux et leurs opinions allaient de la simple curiosité à la désapprobation absolue de notre présence dans ces murs.

Peu importe ce qui était murmuré à l’arrière-plan, nous étions restés silencieux et avions attendu patiemment que Sa Majesté poursuive la conversation. Ce nain, cependant, n’était pas un imbécile et même moi, je pouvais dire que ces négociations seraient assez difficiles à atteindre. Nous proposions quelque chose que l’Empereur avait promis à son peuple, un lien avec le monde extérieur, mais il devait également tenir compte des paroles des nobles qui l’avaient aidé à remporter la couronne.

Avec notre présence sur le continent de Trindania, les choses allaient probablement plus vite que prévu.

Lorsque l’empereur Mush’Nomv’Azer ouvrit les yeux, il nous regarda. Une détermination inébranlable se manifesta sur son visage et une vague d’autorité se dégagea de sa présence.

« Bien que je considère votre présence dans mon empire comme favorable, une opportunité pour notre avenir, nous, les nains, sommes toujours ancrés dans nos traditions. Quand il m’est venu, d’accepter les héros humains comme faisant partit de mon peuple, je l’ai fait sans sourciller pour que leur aide dans mon ascension au trône soit claire pour quiconque. Les dragons, cependant, n’ont jamais été accueillis pour entrer sur nos terres. Notre commerce est, au mieux minime, et de nombreux cas de parias ont été passés en contrebande sur vos navires et sortis de l’Empire. Quant au dernier membre de la royauté à avoir pénétré dans ces lieux, c’était un roi relliar, il y a plus de 200 ans. Il est venu avec une demande de guerre que le roi a alors rejetée. »

« Je comprends, Votre Majesté. Alors que pouvons-nous faire pour obtenir l’acceptation de l’empire Trindania ? » Demanda la princesse Elleyzabelle.

« Mon acceptation ? Rien. Cependant, la plupart des nobles ici ne vous voient pas avec des yeux favorables. Leurs sujets seront sans doute les mêmes. Quant aux nains plus traditionnellement liés, ils exigeront immédiatement de vous renvoyer. Ce sont eux que vous avez besoin de convaincre pour gagner l’acceptation de notre peuple. » Déclara-t-il.

« Et comment ferons-nous cela ? » Demanda-t-elle sans perdre son calme même une fraction de seconde.

« Je ne peux penser qu’à une chose. Cependant, aucun autre étranger n’a osé accepter cette voie… » Dit-il en se frottant la barbe et en fermant les yeux.

« Votre Majesté, vous parlez de… » L’un des nobles osa parler avec surprise.

« Oui. » Répondit-il avec un signe de tête puis nous regarda. « Vous passerez toutes les trois par le rituel de Nundaba, également connu sous le nom de rituel d’acceptation. Grâce à cela, vous serez considéré comme des nôtres, un nain. Cela ne signifie nullement que vous abandonnez votre pays d’origine. Le rituel de Nundaba depuis les temps anciens a été utilisé pour tester la loyauté d’un nain ainsi que son lien avec nos dieux. Si nos divinités vous acceptent, nous, les nains, ne pouvons que nous plier à leur volonté. » Il expliqua.

« Puis-je entendre les détails de ce rituel ? » Demanda la princesse Elleyzabelle en plissant les yeux.

C’était le premier signe d’émotion qu’elle avait montré, et l’impact de celle-ci fit vaciller l’empereur.

« Euh… Oui. Ahem! Le rituel de Nundaba exige que tous ceux qui souhaitent participer soient amenés à la cour du temple. Là, ils choisiront chacun le Dieu dans le temple duquel ils se soumettront. En tant que princesse d’Albeyater, cependant, nous ne pouvons vous demander de faire de même. Vous serez vêtue du même costume traditionnel que les deux autres et resterez sur la Plate-forme de l’âme jusqu’à ce que vos deux Chevaliers aient terminé leur rituel, si elles le souhaitent. »

« Votre Altesse, nous ne pouvons pas vous quitter… Quelque chose comme ça… » Objectai-je immédiatement.

« Sire Draketerus, je comprends votre inquiétude, cependant, il y en a d’autres qui peuvent agir en tant que mes gardes pendant votre procès. Je crois que Sire Shellar, Sire Van, Sire Attrakus et Sire Narnyesall suffiront. En outre, je crois que nous pouvons faire confiance au bon empereur Mush’Nomv’Azer pour nous fournir la protection appropriée. » Dit-elle puis regarda Sa Majesté.

« Bien sûr ! Je ne montrerai aucune pitié à ceux qui osent déranger ce rituel sacré ! Ai-je été clair ? » Il éleva la voix en jetant un regard froid sur tous les nobles de la pièce.

« Bien sûr, Votre Majesté ! » Plusieurs d’entre eux inclinèrent la tête.

« Je vais envoyer mes meilleurs hommes pour les garder en signe de ma loyauté ! » Déclara un autre.

« Moi aussi ! Bien sûr, je ne ferai rien pour tacher le nom de Sa Majesté ! »

Ils avaient tous donné leur accord, mais j’avais entendu un étrange murmure : « Ce n’est pas comme si tout le monde s’attendait à ce qu’ils passent ce genre de procès. C’est trop honteux pour les femmes, après tout. »

L’empereur Mush’Nomv’Azer se leva. Il ramassa son arme puis le souleva au-dessus de sa tête.

D’une voix forte et dominante, assez fort pour être entendu dans toute la salle d’audience, il cria : « Alors, qu’il en soit ainsi ! Je déclare que ces trois personnes doivent passer par le rituel de Nundaba immédiatement ! »

Les nains avaient acclamé leur empereur. Tous ne semblaient pas en être satisfaits et nous étions encore confuses quant à ce que cet étrange rituel nous demanderait.

Une fois que les nains s’étaient calmés, l’empereur s’était tourné vers la foule et avait ordonné « Grand prêtre Klen'Ashin'Tark, veuillez escorter nos invités estimés jusqu’à la cour du temple et les préparer au rituel de Nundaba. »

« Comme vous voulez, Votre Majesté ! » Un nain vêtu d’une robe d’un blanc pur s’était avancé et s’était incliné devant lui.

Il avait une longue barbe blanche tressée et portait autour du cou un grand collier composé de dents de monstre, tout infusées d’énergie magique. Avec son sourire calme et doux, vous ne sentiriez pas que ce nain pourrait constituer un danger, mais mon instinct me disait qu’il était probablement l’un des individus les plus puissants présents ici.

Avec un rythme lent, il s’était approché de nous et avait ensuite fait un petit salut.

« Je m’appelle Klen'Ashin'Tark. Je suis le grand prêtre de cette ville et aussi un représentant de tous les temples. S’il vous plaît, permettez-moi de vous guider vers notre lieu de prière. Par ici. » Il avait ensuite marché devant nous.

« Je vous souhaite bonne chance, dragonnes ! » déclara l’empereur.

« Merci, Votre Majesté. Nous ne vous décevrons pas, » déclara la princesse Elleyzabelle en hochant la tête, puis en suivant le grand prêtre.

Je fis un salut à l’empereur puis les suivis. Kataryna acquiesça une fois et nos quatre chevaliers avaient salué.

Dès que nous étions sortis de la salle d’audience, Tanarotte avait approché Kataryna avec un grand sourire aux lèvres.

« Ne t’inquiète pas, je veillerai à protéger la princesse ! » Déclara-t-elle.

« Je m’inquiète davantage que tu essayes de te faufiler à l’intérieur du temple pour me regarder. » Dit Kataryna en grommelant en plissant les yeux.

« Keh! Comment as-tu découvert mon plan ?! » La demoiselle-dragon était sous le choc.

« Peut-être qu’avant de commencer ce rituel de Nundaba ou quoi que ce soit, nous devrions organiser des funérailles pour toi ? Tu sais, juste au cas où. » Demanda Kataryna avec une contraction sur la joue droite.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour ce chapitre

Laisser un commentaire