100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 95 – Partie 3

***

Chapitre 95 : L’empereur nain

Partie 3

Comme l’a dit Kita'Milla'Nei, un soldat royal était ici pour nous accueillir. Il portait une armure en écailles rouges et noires avec une grosse lance dans la main droite. Un bout de tissu rouge était attaché avec une ficelle rouge depuis le bout de la lance, la laissant voler dans le vent.

L’arrivée d’un roi étranger dans son pays était généralement considérée comme une question urgente dont Sa Majesté devait être immédiatement informée. Le fait que nous ayons été accueillis dans sa capitale sans épées et sorts dirigés contre notre cou était un bon signe.

Notre chariot suivit docilement les soldats royaux jusqu’à la porte du palais Mush. Sur notre chemin, j’avais pu apercevoir de nombreux humains qui marchaient dans les rues sans aucune peur. Les nains semblaient s’être habitués à eux et ils s’intégraient déjà assez bien aux conditions de vie autour de ces régions. Ce qui était surprenant à voir, c’était le fait qu’ils avaient adopté la mode naine plutôt que d’imposer leurs propres styles.

Contrairement aux villes d’Osza et de Tesva, Exaver était beaucoup plus grand et était rempli d’innombrables bâtiments de deux ou trois étages, construits en pierre dure enchantée pour survivre aux éléments. Les rues étaient pavées et il existait même un système de canalisations simple où toute la saleté était enlevée. D’innombrables soldats patrouillaient dans les rues, mais les nains vivant ici ne semblaient pas s’en soucier.

Entre les maisons se trouvaient des totems de pierre et de bois qui s’élevaient dans le ciel à presque la moitié de la hauteur du bâtiment à côté d’eux. Ils étaient partout.

Le seul bâtiment qui se démarquait parmi toutes ces maisons était le palais de l’empereur. Il a été construit sous la forme d’une pyramide avec des côtés en forme d’escalier. De loin, je pouvais voir plusieurs gardes patrouiller à chaque pas de la pyramide, tandis que les tours servant de défense principale au palais étaient utilisées par des observateurs, des archers et des mages.

Malgré le sentiment dangereux et intimidant qu’ils essayaient d’émettre, nous n’avions pas vraiment l’impression que c’était aussi impressionnant. Sans aucune sorte de défense antiaérienne, cet endroit était une cible facile pour nous, les dragons, mais pas pour les humains.

À son arrivée au Palais Mush, le soldat royal était retourné à son poste et un autre nain portant une armure similaire s’était présenté devant nous. Il avait une grosse barbe et une ceinture dorée au lieu d’une rouge comme le soldat précédent.

« Je m’appelle Klor'Mangu'Var. Je suis un des gardes royaux de Sa Majesté. Je suis ici pour vous accompagner dans la salle d’audience. Vous pouvez laisser vos chariots ici, car un employé s’en occupera, et ne craignez rien, personne ne touchera vos affaires ! » Il hocha la tête une fois puis attendit que nous descendions du chariot.

La première à sortir était Kataryna. Comme si le froid l’écoutait, les rafales avaient cessé de souffler et la neige avait cessé de tomber. Son regard imposant fit trembler le nain.

« Je ne sens aucun danger, Votre Majesté. » Lui dit-elle.

Klor'Mangu'Var déglutit puis regarda vers la porte.

La princesse Elleyzabelle était sortie et avait regardé le nain avec son regard autoritaire puissant. À chaque mouvement qu’elle faisait, elle révélait une élégance digne de quelqu’un de sang royal, tandis que la pression autour d’elle indiquait à ceux qui le sentaient qu’elle était une puissante princesse-dragon.

Les derniers à sortir étaient moi et Kita'Milla'Nei. Même si je ne voulais pas que mon entrée soit aussi voyante que celle de Kataryna, j’avais laissé une pression suffisante pour leur faire savoir que moi aussi j’étais une puissance avec laquelle ils ne devraient pas essayer de perdre leur temps.

Tandis que Kataryna se tenait du côté gauche de la princesse, je me tenais du côté droit et derrière nous se trouvaient nos chevaliers. Devant nous se trouvaient les deux nains chargés de nous présenter à Sa Majesté Mush’Nomv’Azer.

« On y va ? » Demanda la princesse Elleyzabelle en leur montrant un doux sourire.

« Bien sûr. Par ici. J’espère que vous trouverez dans votre cœur le pardon pour nos travailleurs présents ici. Lors de notre dernière bataille, le palais Mush a été lourdement endommagé, au bord de la destruction. » Nous déclara le garde nain.

« Est-ce vrai ? Il est bon que l’empereur actuel ait réussi à faire que la justice soit rendue sur cette terre à ce moment-là. » Avait-elle déclaré.

« Effectivement ! Le précédent dirigeant était un monstre qui a été rayé de nos livres d’histoire et n’est resté que comme un souverain diabolique anonyme. » Répondit-il, montrant du ton de sa voix le dégoût qu’il éprouvait envers ce nain.

« Alors, nous allons essayer d’être attentifs sur le sujet. »

« S’il vous plaît, essayez de l’être. » Il acquiesça puis commença à nous guider à travers la cour.

Maintenant que nous avions franchi les portes du palais Mush, nous pouvions voir un nombre incalculable de travailleurs enchaînés déplaçant les débris ou réparer les parties en ruine du mur. Tout cela était le signe d’une bataille récente où des individus à forte puissance s’étaient battus les uns contre les autres, les rebelles contre les loyalistes.

« Ne faites pas attention aux ouvriers autour de ces endroits, ce sont tous des rats puants qui ont incliné la tête devant le dirigeant précédent. Aucun d’entre eux n’a eu de problème à lever l’épée contre les innocents… » déclara Klor'Mangu'Var.

« Sont-ils les soldats fidèles de l’ancien dirigeant ? » Demanda la princesse Elleyzabelle.

« Pas seulement des soldats, mais des serviteurs, des anonymes, d’anciens officiels et même des tribus entières qui se sont rangés de son côté. » Nous avait-il dit.

L’entrée principale du palais Mush était encore en pleine reconstruction. Il ne restait que les charnières de l’ancienne et ils luttaient pour combler un tas de trous laissés dans le sol de la cour par de puissantes explosions. Partout où je regardais, il y avait des nains et des humains qui portaient des haillons et travaillaient sans relâche pour les reconstructions. Des gardes vigilants les surveillaient, s’assurant qu’ils ne se relâchaient pas et ne fuyaient pas le site.

Qu’il s’agisse de gardes ou d’esclaves, aucun d’entre eux ne pouvait se comparer à Kataryna ou à moi en termes de force, mais malgré cela, je n’avais jamais baissé ma garde.

Quand nous étions sur le point d’arriver à la porte du palais, j’avais senti une vague d’intentions meurtrières me visant. J’avais déplacé ma main sur le manche de mon épée, puis j’avais frappé l’ennemi. L’événement s’était déroulé en une fraction de seconde, mais j’avais su tout de suite qu’un corps était tombé par terre, coupé en deux à la taille.

« Kuh… comment ? Je… je ne peux pas mourir… comme ça… » Dit l’homme en essayant de s’approcher de moi, mais je reculai.

Il était l’un des esclaves. Le désespoir pouvait être écrit dans ses yeux alors qu’il essayait toujours de s’approcher de moi, mais un instant plus tard, sa tête était fendue en deux par l’épée de Klor'Mangu'Var.

« Parasite sanglant ! C’est une bonne chose qu’il n’ait pas touché votre armure, madame. » Dit-il en plaçant un pied sur l’épaule de l’homme puis en retirant son épée de son crâne.

Le cadavre était tombé par terre alors que la flaque de sang grossissait.

« Que voulez-vous dire ? » Demandai-je alors que je rangeais mon épée.

« Ce bâtard avait une capacité lui permettant de voler les enchantements de toutes les armures qu’il touchait, les transformant en métal inutile. Le pouvoir absorbé lui permettait de reprendre des forces pendant un court laps de temps, mais il reviendrait ensuite auxdites armures. Nous avons perdu de bons nains à cause de lui. Ptew ! » Il avait craché sur son corps.

Je regardai les restes de l’humain et pensai que s’il avait touché mon armure, sur laquelle il y avait les enchantements d’Alkelios, il aurait pu devenir assez fort pour échapper de cet endroit.

Bien qu’une telle situation aurait été désagréable, j’étais certaine que Kataryna aurait pu le gérer à ma place.

« Et la femme là-bas ? » Demanda la princesse Elleyzabelle.

« Celle-là ? Elle avait la capacité de charmer tous ceux qui la regardaient dans les yeux. Elle a utilisé son pouvoir pour amasser une grande fortune et provoquer d’innombrables conflits entre les nains. Quand elle a attiré l’attention de l’ancien dirigeant, elle a été envoyée pour charmer différents chefs de tribus et les faire entrer dans son camp. Un jour, elle a rencontré l’épouse de l’empereur et elle s’est fait crever les yeux avec un poignard. Depuis lors, elle est l’une de nos captives. » Avait-il répondu.

« Ne sera-t-elle jamais libérée ? »

« Elle ? Qui sait ? Tout dépend de la volonté de l’empereur maintenant. » Il haussa les épaules, puis se retourna. « Avançons, Sa Majesté nous attend. »

Nous l’avions suivi à l’intérieur du palais, où des travaux de rénovation et de réparation étaient encore en cours. Ils repeignaient et reconstruisaient presque toutes les parties du palais comme s’ils voulaient simplement effacer toute trace de l’ancien dirigeant. Les seuls tableaux laissés sur les murs étaient ceux de paysages ou de représentations abstraites des dieux ; tout le reste avait été abattu.

« Deux mois ont passé et ils travaillent toujours sur le palais ? » Demanda Kataryna.

« Le palais, Madame, a été l’une des dernières choses que l’empereur a ordonné de reconstruire. Tous les efforts ont d’abord été concentrés sur la réparation des murs extérieurs de la ville, des maisons détruites et des divers lieux publics nécessaires aux nains vivant ici. » Répondit Klor'Mangu'Var.

« Hm ~ Est-ce vrai ? »

« Nous sommes arrivés. Derrière ces portes se trouve la salle d’audience où vous trouverez Sa Majesté, l’empereur Mush’Nomv’Azer ! » Déclara-t-il alors qu’il se déplaçait sur le côté.

Le couloir par lequel nous étions conduits se terminait par deux grandes portes décorées d’or et d’argent mettant en vedette ce que je pouvais deviner être l’ancien Trindania. Kataryna s’avança et poussa les portes.

« Maintenant, entrez, invités de Sa Majesté, l’empereur Mush’Nomv’Azer ! Princesse Elleyzabelle Sojourn Seyendraugher ! La duchesse Seryanna Draketerus ! La Chevalière Royale Kataryna Georg ! Chevalier Amarondi Shellar ! Chevalier Coran Van ! Chevalier Attrakus ! Et chevalière Tanarotte Narnyesall ! » Cria le nain à notre droite aussi fort que possible, nous faisant tous grimacer.

« Est-ce qu’il y avait un besoin de crier comme ça ? » Dit Kataryna avec un grognement en se frottant l’oreille droite.

La princesse Elleyzabelle avait fait un pas en avant et avait conduit notre groupe devant le seul nain qui se tenait sur le trône.

Cette salle n’avait pas de fenêtre à travers laquelle la lumière pouvait passer, mais il y avait d’innombrables cristaux qui émettaient une lumière blanc pâle collée au plafond. Un tapis rouge était étendu à nos pieds jusqu’au trône, se terminant à un peu moins de trois mètres de celui-ci. À gauche et à droite de celle-ci, six colonnes formaient deux rangées et parmi elles, je pouvais voir beaucoup de nains d’apparences différentes, allant de faible et timide à gros et intimidants.

Il n’y avait pas beaucoup de naines parmi eux, et celle qui se tenait derrière le trône semblait être une demi-naine si la taille était prise en compte. Parmi les gardes royaux se trouvait également une humaine blonde aux yeux bleus et à l’arrière, près de la sortie arrière, une femme humaine à la peau noire.

La raison pour laquelle je pouvais voir tout ce qui se trouvait là-bas était parce que les nains ici étaient assez petits comparée au dragon de taille moyenne. Dans nos demi-bêtes, cette forme aurait été comparable à des géants ici. Ce palais avait certainement été construit dans le but d’accueillir de grands étrangers également, car nous n’avions aucun problème à nous frayer un chemin à travers les grandes portes. La majorité des maisons que nous avions vues jusqu’à présent, tout comme les auberges, nous avaient forcés à nous baisser un peu afin de nous loger à l’intérieur.

Une fois que la princesse Elleyzabelle avait atteint la fin du tapis rouge, elle avait fait un salut poli et nous avions tous emboîté le pas.

« C’est un plaisir de faire votre connaissance, empereur Mush’Nomv’Azer. »

« Le plaisir est pour moi, invité du lointain continent des dragons ! J’espère que votre visite sur cet humble continent nain sera de bonne volonté ? » Répondit l’empereur en descendant du trône.

Il portait une armure d’épaisses plaques de métal de couleur noire et or. L’énergie magique émise par les enchantements était impressionnante, mais beaucoup plus faible que ceux de ma propre armure. À côté du trône, sa hache de combat y reposait, attendant d’être tenue. La lumière dans la pièce était reflétée par le tranchant, et le manche était couvert d’épaisses lanières de cuir. Le nain avait une emprise puissante à en juger par l’épaisseur de son gant et dégageait une présence imposante digne d’un homme à sa place. La barbe brun foncé et les cheveux épais étaient des marques de sa jeunesse, mais le regard dans ses yeux verts contenait la sagesse d’un guerrier vétéran.

Donc, il est l’empereur des nains ? Je pensais pourtant que lorsque j’avais imaginé Alkelios debout devant lui, ouvrant ses ailes et laissant échapper la pression de son autorité, je ne pouvais voir que ce nain trembler de peur devant lui.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

Laisser un commentaire