100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 93 – Partie 3

***

Chapitre 93 : Le forgeron divin

Partie 3

Maintenant, pour enlever le collier, j’avais besoin de quelque chose qui puisse changer de forme et de taille, identifier l’enchantement du collier esclave puis le désactiver correctement. Lorsque j’avais regardé la liste des enchantements divins, j’avais vu plusieurs sorts qui pourraient fonctionner : Dissipation absolue, Extracteur d’énergie magique, Annulateur d’énergie magique, Déconstruction des sorts, Négation d’enchantements et Manipulateur d’enchantements.

Tout cela semblait dangereux à leur manière. Selon qui et comment ils étaient utilisés, ils pourraient même transformer le collier que je voulais enlever de Tamara en une arme pour mutiler et tuer même un éveillé supérieur. Parmi eux, j’avais considéré que la Négation d’enchantements était le meilleure et le plus sûre à utiliser. Le Manipulateur d’enchantements aurait pu transformer chaque armure de ferraille en quelque chose d’indéniablement puissant ou en objet maudit.

Mon esprit étant fixé sur ce que je voulais faire, j’avais sorti une barre de Dregaryum de mon Trou noir, puis j’avais saisi mon fidèle Marteau du Forgeron divin, avant de commencer mon travail.

Chaque fois que je frappais le métal, un tonnerre puissant se faisait entendre et le sol autour de moi tremblait un peu. C’était comme si un dieu massif martelait la surface de la planète. C’était plutôt intimidant, même pour moi, mais lorsque je me tournai vers Kalderan, il sembla regarder très loin dans l’horizon, avec un regard paisible.

Oui, il échappait à la réalité à la vitesse du son !

Environ une demi-heure plus tard, j’avais une belle bague en métal prête à être enchantée. L’un des enchantements que je voulais imbiber dessus était quelque chose qui l’aiderait à changer de taille en fonction de qui et sur quoi il était placé, ainsi, mon moment le plus embarrassant avait commencé.

« Pony Power! » Avais-je crié. Puis un grand éclair avait frappé l’enclume divine sur lequel je tenais l’anneau du Dregaryum.

J’avais pris une profonde respiration et ensuite, j’avais frappé à nouveau.

« Pony Power! » Le prochain chant était venu.

J’avais continué comme ça pendant encore une cinquantaine de minutes jusqu’à la fin du processus. Avec ma fierté en morceaux, j’avais levé les yeux vers l’anneau en métal, maintenant un tore parfait, alors que je le soulevais dans les airs avec la pince. Cela avait l’air si simple que l’on pourrait le prendre pour une merde sans valeur, mais l’enchantement qu’il contenait pourrait transformer n’importe quelle arme magique en une babiole.

« J’ai fini. » Déclarai-je et me tournai pour regarder le groupe.

Risha était toujours assommée et Kalderan buvait du thé chaud tout en regardant à l’horizon.

« Je pense que je vois les portes du Nirvana, » déclara-t-il.

« Oh ! N’ose pas atteindre l’illumination spirituelle ici ! » Je l’avais appelé et je m’étais précipité pour l’en sortir avant qu’il ne soit trop tard.

Quelques instants plus tard et avec l’aide d’un sort d’eau, j’avais pu le ramener à la réalité et réveiller Risha.

« C’était… mortifiant… je me suis presque transformé en moine ! » Dit Kalderan en se mettant à quatre pattes et en regardant le sol.

Il respirait fort et était trempé jusqu’aux os. Risha frissonnait près du feu.

« Pourquoi nous as-tu largué une rivière dessus ? » Se plaignit-elle.

Tamara était la seule à ne pas avoir souffert de la colère de mon sortilège d’eau parce que je l’avais écartée.

« Encore une fois, je m’excuse. Mais regardez, les outils divins sont partis ! » avais-je dit en montrant le champ maintenant vide.

Tout ce que je devais faire pour les faire disparaître était de désactiver mes compétences. Tant que je ne voulais pas qu’ils partent, l’atelier divin resterait ici même si je mourais. Les outils n’étaient pas accompagnés d’un manuel d’instruction spécifiant cela, mais chaque fois que je tenais le marteau et frappais l’enclume, j’avais le sentiment qu’ils étaient là aussi longtemps que je le souhaitais et que c’était le cas. Peu importe que je sois mort ou vivant.

« Bien… alors ? As-tu terminé l’outil dont tu parlais ? » Demanda Kalderan en se levant et en me regardant.

Sortant une paire de serviettes de mon trou noir, je les avais remises aux deux et ensuite j’avais dit : « Oui, c’était un succès. »

« Alors, voyons-le. » Dit-il en se frottant les cheveux trempés avec la serviette.

« Bien. Ceci est ici l’anneau du déni. Il peut annuler les effets de tout enchantement sur n’importe quel objet sur lequel il est attaché. » Dis-je en le lui montrant.

À l’heure actuelle, il ressemblait à un tore d’argent avec un grand rayon de 20 centimètres et un petit rayon de 5 millimètres.

« Des enchantements ? » Demanda Kalderan en plissant les sourcils.

« Oui. » Je hochai la tête. « C’est un objet divin, techniquement, donc littéralement, tout enchantement. » Dis-je.

« … » Ils avaient tous les deux un air vide.

« Mais ne vous inquiétez pas pour ça. Après avoir enlevé le collier de Tamara, je le jetterai dans un coin de mon Trou noir. À part moi, personne ne pourra plus l’utiliser. » Déclarai-je avec fierté.

« Tu as créé un objet divin que tu prévois d’utiliser tout au plus une ou deux fois dans ta vie ? » Kalderan me regarda avec un sourcil plissé.

« Oui. » Je hochai la tête.

« Soupir… D’accord, occupe-t’en bien. » Il se frotta les tempes comme s’il venait d’avoir un terrible mal de tête.

« Bien sûr. Ah, avant que j’oublie. Voici quelques potions de Rotiqus pour vous empêcher de tomber malade » Je lui fis un sourire en lui tendant deux bouteilles. « Une pour toi et une pour Risha. »

« Potion de Rotiqus ? Tu veux dire ces trucs très chers, que même les nobles arrivent à peine à obtenir ? » Demanda-t-il en plissant les sourcils.

« … »

« Ce truc coûte cher. » M’avait-il dit.

« Coûteux ? Ça ? » Je clignai des yeux surpris alors que je me souvenais que les ingrédients n’étaient que de l’herbe de dragon, de la racine d’Adeline, du sel et de l’eau.

La racine d’Adeline était trouvée littéralement sur chaque arbre du continent des dragons, tandis que l’herbe de Dragon était encore plus commune. Comment cela pouvait-il être cher ? Au mieux, c’était traité comme une sorte de boisson énergisante par des dragons paresseux.

« Oui, près de 100 pièces d’or, » déclara Kalderan.

« 100 pièces d’or pour un truc pareil ? Je me demande combien ils paieraient pour quelque chose qui contient une plante Soigne Tout? » Dis-je en secouant la tête En parlant de ça, je me demande comment va la reine? Est-ce qu’elle boit toujours le thé Soigne Tout ? Je pensais à cela en laissant mon esprit s’émerveiller devant le royaume Albeyater.

« La plante Soigne Tout est une plante mythique qui n’existe pas sur le continent humain. Ne me dis pas que tu as quelque chose comme ça ? » demanda Kalderan.

« Comment dans le monde le connais-tu alors que c’est aussi rare ?! » Rétorquai-je.

« J’ai beaucoup lu, et j’ai entendu beaucoup de choses grâce à ma compétence. Où que j’aille, beaucoup de commerçants se parlaient d’une rumeur ou d’une autre. » Avait-il déclaré.

« Ça a du sens. » Je laissai échapper un soupir.

« Hé, mais ne pense pas que je suis une sorte de botaniste. J’entendais parler de quelque chose ici et là. La potion de Rotiqus et la Soigne Tout en font partie. » Se défendit-il.

« Est-ce que la racine d’Adeline te dit quelque chose ? » Lui avais-je demandé.

« Non. » Il secoua la tête.

« C’est l’un des ingrédients de la potion. Quoi qu’il en soit, Tamara, viens ici. » Dis-je.

« Oui, Maître. » Elle acquiesça et se plaça devant moi.

J’avais soulevé l’anneau du déni au-dessus de sa tête, puis je l’avais abaissé jusqu’à ce qu’il soit au même niveau que le collier d’esclave. Après avoir laissé couler une partie de mon énergie magique à l’intérieur, la taille de l’anneau avait diminué tandis que le petit rayon devenait plus grand. Il se réarrangeait littéralement jusqu’à toucher le collier d’esclave.

« Bien, maintenant, la négation d’enchantements. » Dis-je avant de l’activer.

Dès que je l’avais fait, j’avais entendu un bruit fracassant provenant du collier d’esclave et il n’y avait plus d’énergie magique qui le traversait. Soigneusement, j’avais ensuite élargi l’Anneau de Déni tout en tirant sur le collier d’esclave jusqu’à ce qu’il se casse d’un coup sec. J’avais enlevé l’anneau du déni et jeté ce qui restait du collier d’esclave.

Maintenant, avec cet article stupide enlevé, Tamara fut finalement autorisée à se déplacer à sa guise.

Cela me rappelle, si le marchand de la Compagnie Noire lui avait ordonné de revenir à lui plutôt que de me demander de la remettre, cela aurait rendu les choses un peu plus difficiles pour la sauver. Je pensai cela en la regardant dans les yeux et remarquai qu’ils commençaient à s’éclaircir et à retrouver leur énergie.

« Tamara ? » avais-je demandé.

« Nya ~ Maître… le collier… » Dit-elle, puis des larmes se mirent à couler de ses yeux.

Avant que je le sache, elle pleurait dans mes bras, heureuse d’avoir été libérée de cette chose misérable. Je la caressais doucement en attendant qu’elle se calme. Kalderan et Risha la regardaient avec un sourire chaleureux.

« Tout va bien, Tamara. Tu es en sécurité maintenant. » Lui dis-je d’un ton doux.

« Hic ! C’était effrayant ! Ça faisait mal ! Ça faisait mal ! Je ne voulais pas être esclave ! Je ne voulais pas ! Les hommes mauvais ont mis le collier sur moi ! C’était effrayant ! Hic ! » Cria-t-elle.

« Là là. Tout va bien. » Je n’arrêtais pas de dire.

Il lui avait fallu un certain temps pour se calmer, mais une fois qu’elle l’avait fait, nous lui avions donné à manger et Risha lui a donné des vêtements de rechange, et j’avais continué à la caresser doucement.

« Maître, maintenant que tu n’es plus mon maître, comment devrais-je t’appeler ? » Demanda-t-elle en me regardant.

« Alkelios. Je m’appelle Alkelios Yatagai. » Je lui avais dit cela avec un sourire.

« D’accord ! Je m’en souviendrai ! Alkelios ! Tamara s’en souviendrait, nya ~ ! » Dit-elle avant de me faire un sourire éclatant capable de dissiper les nuages noirs qui menaçaient le cœur de quelqu’un.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

Laisser un commentaire