100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 94

***

Chapitre 94 : Le continent des nains

***Point de vue de Seryanna***

« Est-ce juste moi, ou bien ce voyage a l’air un peu plus long qu’il ne le devrait ? Roi de cœur. » Dis-je en posant une carte sur la table.

« Ce n’est pas juste toi, Seryanna, nous ressentons tous cela. En plus, il pleut des cordes dehors. Trois de cœur, » déclara Kataryna en posant une carte sur la table.

« Vous rappelez-vous comment c’était quand nous sommes arrivés sur le continent nain ? Reine de pique. » Demanda la princesse Elleyzabelle.

« Bien sûr… Joker. Je prends la moitié de vos armées pour moi. » Avais-je dit en plaçant la carte sur la table.

« Tch ! Je savais que tu avais quelque chose de bien, mais je ne pensais pas que c’était un joker, et j’ai même joué mon Valet de pique ! Ah ~ rends-moi mon armée ! » Se plaignit la princesse Elleyzabelle.

« J’aurais bien voulu que tu prennes mon armée de paysans. » Kataryna me fit un large sourire.

« C’est comme si tu avais hérité de la chance de ton mari ! » Observa-t-elle avec peine alors que je coupais en deux sa puissante armée et que je la complétais.

« Je ne sais pas, je suis juste bonne pour jouer à Battlefield. » Je rigolai.

Ce que la princesse avait dit il y a un instant m’avait rappelé le moment où nous avions quitté le continent Relliars pour nous diriger tout droit vers le continent nain.

C’était juste après que j’ai commencé à réfléchir plus sérieusement à la formation de mon ordre de chevalier, les Lames brûlantes. À l’époque, je n’avais même pas de nom pour cela, je l’avais simplement reporté à plus tard, alors que je formais les trois seuls chevaliers qui s’y trouvaient à part moi-même. J’avais pensé à cela et un petit sourire était apparu sur mes lèvres.

Je tenais dans ma main la carte du roi de cœur.

Un nain si étrange… pensai-je.

Deux ans et trois mois plus tôt

***Point de vue de Seryanna***

Le vent froid avait frappé la proue et balayé le pont. Les humains normaux et les dragons faibles l’auraient trouvé insupportable, mais ceux qui nous accompagnaient dans ce voyage étaient tous des vétérans aguerris dotés de pouvoir élevé. À l’heure actuelle, la princesse Elleyzabelle prenait le thé avec le capitaine sur le pont tout en portant ce qui ne pouvait être considéré que comme une simple robe d’été blanche au design élégant, idéale pour une femme noble. Le thé n’était pas encore gelé, car les tasses étaient enchantées pour le maintenir à une température tiède.

On pouvait voir trois dragons s’entraîner au sabre près du mât principal du navire. Amarondi Shellar et Quran Van étaient des chevaliers issus de famille de barons ayant peu d’expérience du combat. Le troisième s’appelait Attrakus, il était un chevalier paysan qui avait participé à la guerre précédente et avait réussi à attirer l’attention de ses supérieurs. Ces trois hommes étaient censés être les premiers membres de mon ordre de chevaliers, du moins Sa Majesté, le roi Feryumstark l’avait voulu.

Au départ, je n’avais aucun intérêt à les former ou à commander un ordre, mais après les événements sur le continent relliar, j’avais commencé à voir les limites de ma propre portée. L’enlèvement de Shelly aurait pu être évité si j’avais les chevaliers que je pouvais commander pour surveiller tout élément suspect.

Je me souvenais également de l’époque où j’étais allée combattre pour lutter contre l’armée du traître Draejan. Être parmi les soldats qui avaient suivi non pas mes ordres, mais ceux du roi m’avait permis de comprendre et de vivre une expérience incroyable.

Les dragons étaient des êtres qui n’étaient pas censés vivre seuls. Ils n’étaient pas censés se battre seuls sur le champ de bataille. Maintes et maintes fois, nous nous étions unis contre la puissance des forces humaines envahissantes ou contre toute autre personne désireuse de troubler notre paix. Nous avions travaillé ensemble, mis au point des stratégies et des tactiques, et avions renforcé nos forces pour les empêcher de nuire à notre précieuse population.

Rien que de penser à ce qui se serait passé si Shelly avait été ma fille, cela m’avait fait froid dans le dos. Après tout, dans un pays où l’on n’avait pas d’alliés, dans un monde où l’on était le plus puissant, il n’y avait personne non plus pour veiller sur vous et sur ceux que vous trouviez précieux et beaucoup plus faibles que vous.

La grande similitude entre toutes les espèces résidait peut-être dans cette simple vérité : en des temps troublants, nous restions unis pour nous protéger et protéger ceux qui nous tenaient à cœur.

Pour moi, cet ordre de chevalier allait m’aider à prendre soin de ma grande faiblesse que j’avais négligée jusqu’à présent. Cela m’aiderait à devenir plus forte d’une manière que je pensais impossible auparavant.

« S-S’il vous plaît… épargnez-nous ! » Cria Attrakus.

« Hm ? Ce n’est que votre 100e pour aujourd’hui. Vous pouvez continuer jusqu’à 200 ! Regardez ? Sire Quran sourit déjà de joie ! » Dis-je avec un signe de tête alors que je surveillais leur entraînement.

« Il ne sourit pas de joie ! Il est en train de sombrer dans la folie après tout cet entraînement intensif ! » S’écrièrent Amarondi et Attrakus en même temps.

« Vous agissez bêtement tous les deux. » Je secouai la tête. « D’ailleurs, ce n’est que la partie facile de notre entraînement ! » Je leur fis un sourire et serrai le poing.

« NOOON ~! » avaient-ils fait écho à leurs cris sur la mer vide alors que tous les autres sur le bateau les avaient complètement ignorés.

Ouaip ! L’entraînement de grand-père était le meilleur pour augmenter la force d’un faible !

***Point de vue de Kataryna***

« Devrions-nous faire quelque chose à propos de… ça ? » Demandai-je en désignant le trio qui, une fois leur entraînement à l’épée terminé, devait nager après le bateau.

« Si tu les ignores assez longtemps, ils deviendront un simple bruit de fond. » Répondit Elleyzabelle d’un ton calme en prenant une gorgée de son thé.

« Euh, Maîtresse Kataryna, vous ne ferez pas passer Tanarotte à travers quelque chose comme ça, n’est-ce pas ? » Demanda une certaine dragonne aux écailles argentées.

« Hm, t’entraîner à mort… Cela ressemble à une solution légale qui consiste à se débarrasser accidentellement de sa subordonnée. » Dis-je en commençant à envisager sérieusement cette possibilité.

« Princesse Elleyzabelle, êtes-vous sûre que vous irez bien à traverser le continent des nains avec une telle compagnie ? » Demanda le capitaine d’un ton inquiet.

« J’irai bien. » Répondit-elle avec un doux sourire.

« UN REQUIN ! Il y a un requin derrière nous ! » Cria Attrakus.

« C’est l’idée ! Maintenant, nagez plus vite ! » Ordonna Seryanna.

« Nous allons mourir ! » Crièrent-ils tous en même temps.

« Vous n’êtes pas si faible ! J’espère que vous allez survivre… d’une manière ou d’une autre. Peut-être ? D’accord, je vais juste avoir confiance en vous ! » Leur dit Seryanna.

« … » les trois tombèrent dans le silence quand ils remarquèrent son moment d’hésitation.

« Tenez, utilisez ça comme distraction. » Dis-je aux trois hommes en attrapant Tanarotte par la queue et en la jetant à l’eau.

« Hein ? NOOON ! Maîtresse Kataryna, au moins, donnez-moi vos sous-vêtements pour nager ! » Cria-t-elle juste avant de tomber la tête la première dans l’eau.

« J’espère que les requins vont l’avoir. » Dis-je en époussetant mes mains et en m’éloignant de la rembarre.

« Kataryna, ne gâche pas l’appétit du requin avec elle. » Réprimanda Seryanna.

« Meh. » J’avais haussé les épaules et ignoré la remarque.

***

***Point de vue d’Elleyzabelle***

Alors que nous quittions le continent relliar, il y avait un changement visible parmi les deux dragonnes qui pourraient même faire trembler un puissant général derrière les ailes de sa mère.

Même si Kataryna s’était habituée à être harcelée par Tanarotte, je pouvais souvent la voir regarder l’horizon et soupirer profondément comme s’il y avait quelque chose de lourd dans son cœur. Quand j’avais eu la chance de lui parler en privé, j’ai découvert qu’elle se sentait de plus en plus inquiète de revoir Alkelios. Même si elle l’avait vu pour la dernière fois depuis longtemps, elle ne pouvait s’empêcher de se sentir bizarre lorsqu’elle pensait à une vie sans lui.

Pour l’instant, c’était une simple pensée éphémère, rien de plus, rien de moins, a-t-elle affirmé. Pour ma part, je l’avais vue commencer à s’éveiller à un nouveau sentiment de nostalgie et d’amour. Si elle allait l’accepter ou non, c’était une autre affaire.

Ce voyage, toutefois, avait été le plus bénéfique pour Seryanna. Elle pensait maintenant activement à la formation des trois chevaliers, bien que ses méthodes ne soient pas pour les faibles. Si elle arrivait à obtenir un ordre complet, je pourrais déjà les considérer comme les plus forts de notre armée. Père serait certainement heureux avec cela.

Notre destination en ce moment était Port Nefer. Les nains, cependant, étaient un peu un mystère pour moi.

Ce n’était pas une espèce qui aimait naviguer en mer ou voyager dans des contrées lointaines. Bien que très traditionnels, ils étaient un peu xénophobes. C’était principalement dû à la peur de la famille royale vis-à-vis des étrangers.

Le roi actuel était supposé craindre particulièrement les humains et avait déployé de nombreux efforts pour les tenir à l’écart du continent. D’autre part, j’avais aussi entendu dire qu’il n’était pas un dirigeant aussi capable, se livrant à divers plaisirs coûteux et allant même jusqu’à abuser du pouvoir qu’il détenait.

J’espérais qu’en rencontrant Sa Majesté, je pourrais l’impressionner avec le marteau d’Alkelios et peut-être aussi l’intéresser afin d’ouvrir une route commerciale avec nous. Le faire envoyer une aide militaire sous forme de soldats était trop pour le moment, mais les bonnes armes et armures étaient toujours les bienvenues.

« Combien de temps faudra-t-il avant que nous atteignions le continent nain ? » avais-je demandé au capitaine Mathew.

« Les journaux ont mentionné un voyage d’environ trois semaines, alors nous ne devrions pas être si loin de là, » avait-il répondu.

C’était la première fois que le capitaine Mathew naviguait dans ces eaux, il ne pouvait donc pas me donner une estimation plus précise. Comme il y avait eu d’autres navires qui venaient du continent Dragon ou du continent relliar, nous avions suffisamment de journaux de bord et de notes d’autres capitaines pour choisir ce que nous pensions être la route la plus sûre et la plus courte.

Alors que je portais à mes lèvres les dernières gouttes de thé, je levai les yeux au ciel et commençai à me demander ce que j’allais faire après mon retour sur le continent Dragon. Je n’avais pas prévu beaucoup de choses, mais je voulais lire beaucoup de livres. Mère voulait me préparer à être une bonne dragonne qui pourrait agir depuis l’ombre d’un royaume. Elle craignait que le premier choix de mon frère comme épouse soit peut-être un peu trop pour le royaume d’Albeyater et elle avait besoin de quelqu’un de plus lucide et possédant de bonnes connaissances en politique. Il se trouve que j’étais de la bonne couleur pour cela.

« Ah ! Le requin a recraché Tanarotte, » déclara Kataryna, surprise.

Je secouai la tête puis me levai de ma chaise.

« Je vais me retirer dans ma chambre pour le moment. » Leur dis-je.

« Très bien. Passez une agréable journée, Votre Altesse. » Dit le capitaine Mathew.

« Tu veux que je vienne avec toi ? » Demanda Kataryna.

« Non, tu peux aller de l’avant et repêcher ton chevalier. » lui avais-je dit.

« Est-ce que je dois vraiment le faire ? » Elle ressemblait à un enfant qui se plaignait.

« Oui. » Je hochai la tête puis partis.

La dragonne avait claqué la langue.

***

***Point de vue de Seryanna***

Lors du deuil du quatrième jour de la troisième semaine depuis notre départ du continent relliar, le marin dans la tour avait crié aussi fort que possible : « Terre en vue ! »

Je levai les yeux vers lui puis vers l’horizon, où il regardait. Il y avait un peu de brouillard à ce niveau, alors j’avais ouvert les ailes et je m’étais envolée dans le ciel jusqu’à me trouver à deux cents mètres au-dessus du navire.

Là-bas, j’avais de nouveau regardé vers l’horizon.

Le continent nain était à peine visible, mais il était impossible de confondre le bout de terre avec autre chose. Contrairement au continent relliar, celui-ci était recouvert d’une épaisse neige et de nuages gris tourbillonnants se profilaient au-dessus de lui dans le ciel. On pouvait voir un sommet de montagne au milieu, mais aucun signe de forêt ou de plaine, juste des falaises escarpées étaient là pour nous accueillir.

C’était impressionnant dans un sens, mais en même temps, cela me donnait un sentiment plutôt inconfortable.

J’étais revenue à bord du navire et j’avais raconté aux autres ce que j’avais vu.

« J’ai entendu dire que les eaux autour de ce continent étaient plutôt difficiles à naviguer, mais les journaux nous indiquent que tant que nous naviguerons vers Port Nefer, nous ne devrions pas avoir de problèmes. » Dit le capitaine Mathew en se frottant le menton avec deux doigts.

« Nous pourrions toujours jeter l’ancre loin du port et ensuite nous diriger vers le port, » avait suggéré la princesse Elleyzabelle.

« S’il s’avère trop dangereux de trop nous approcher, c’est ce que nous ferons, mais pour l’instant, je souhaite voir si nous pouvons jeter l’ancre dans le port plutôt qu’en pleine mer. En plus, je préférerais que nous ne fassions rien pour contrarier les nains. » Il acquiesça.

« Très bien, capitaine, je vais vous laisser la décision. En attendant, nous nous préparerons pour le long voyage qui nous attend. Aucun dragon n’a visité leur capitale depuis des siècles. Je ne sais même pas s’ils nous recevront correctement… » Dit-elle avec un peu d’inquiétude dans le ton de sa voix alors qu’elle regardait vers la proue, où la bande de terrain devenait visible.

« Espérons que le cadeau d’Alkelios et nos propres armures et armes suffiront à impressionner les nains et à les faire réfléchir à nouveau si nous sommes dignes ou non d’une audience avec leur roi. » Dis-je en regardant l’anneau Stockage qui contenait ce cadeau ainsi que de nombreuses autres choses que nous pensions utiles pour nos négociations sur ces terres étrangères.

Depuis que nous avions quitté le continent relliar et nous étions dirigés vers le sud-ouest en direction du continent nain, la température avait diminué progressivement. À l’heure actuelle, il faisait un peu froid, mais nous avions l’impression que la température serait beaucoup plus froide une fois que nous aurions jeté l’ancre au port.

Contrairement aux humains ou aux fantômes, nous, les dragons, ne ressentions pas le besoin de porter des vêtements de rechange. Aucun des marins n’avait changé d’uniforme et même la princesse Elleyzabelle avait continué à porter sa robe blanche. Notre affinité pour les éléments et notre force naturelle était tout ce dont nous avions besoin pour nous protéger du froid mordant et des chaleurs élevées. Pour Kataryna et moi, le contrôle de la température n’était qu’un jeu d’enfant. Nous avions aussi les armures d’Alkelios. Même si nous traversions un désert ou une montagne glacée, nous ne ressentirions aucun changement de température.

D’autre part, bien que les nains résistaient bien au froid, ils avaient encore besoin de manteaux confortables pour se tenir au chaud dans la neige.

À notre arrivée à Port Nefer, ils étaient nombreux à monter sur la jetée et à nous regarder avec des yeux curieux. C’est à ce moment-là que j’avais remarqué à quel point les nains que je connaissais étaient différents de ceux trouvés sur ce continent.

George, le barman de l’auberge à l’extérieur de Toros à Albeyater, était quelqu’un de joyeux, ouvert aux étrangers et toujours prêt à donner un coup de main. Ainsi, j’avais toujours imaginé les nains comme un peuple joyeux, mais les nains que je voyais maintenant avaient l’air de se débattre entre la peur et le doute.

« Ces gens sont-ils vraiment les nains ? » avais-je demandé en voyant les gardes s’approcher de nous.

« Les nains sont gentils quand ils te connaissent, mais en général, ils forment un groupe craintif qui vit sous le contrôle de leurs lois et de leurs traditions. Comme vous pouvez le constater, de nombreux totems remplissent ce port et leur tenue leur donne l’impression de vouloir incarner l’esprit de l’animal qu’ils vénèrent. » Princesse Elleyzabelle.

« Ils sont également assez xénophobes. Quand j’étais petite, j’ai entendu parler d’un dragon qui a été battu à mort pour avoir marché sur les quais avant que le roi ne le lui permette, » avait déclaré Kataryna.

« Oui. Je suis aussi au courant de cette loi. Nous attendrons à bord du navire qu’un représentant de leur pays arrive pour nous parler. S’ils continuent à nous ignorer, nous tenterons de forcer notre chemin au cas où ceux qui se trouvent ici auraient envoyé le mauvais message à Sa Majesté. » Ordonna-t-elle.

« Oui, Votre Altesse ! » Obéis le capitaine.

« Combien de temps pensez-vous que cela prendra ? » avais-je demandé en levant les yeux et en remarquant les premiers flocons de neige tombant du ciel.

« Qui sait ? » Répondit Kataryna avec un haussement d’épaules.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour le chapitre, j'adore la série 😊😊

  2. un grand merci pour le chapitre

  3. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire