100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 93 – Partie 2

***

Chapitre 93 : Le forgeron divin

Partie 2

« Parlez-vous des aventuriers suprêmes ? » Demanda Risha, un peu déconcertée par notre conversation.

« Non » je secouai la tête. « Le rang de la guilde des aventuriers et ce dont nous parlons sont deux choses différentes, » avais-je expliqué.

« Est-ce si… Eh bien, je n’avais jamais entendu parler de telles personnes jusqu’à présent. » Elle nous fit un sourire ironique.

« Je l’ai entendu de certains marchands ambulants. Ils parlaient d’autres langues, mais apparemment, il n’y en a pas dans le royaume des dix épées. »

« Hm, c’est bon à savoir. » Je hochai la tête.

Sans éveillé supérieur pour défendre le Royaume, il pourrait facilement tomber aux mains d’un dragon. Moi seul étais plus que suffisant pour en prendre le contrôle complet, mais ce n’était pas mon objectif final. Même si c’était le cas, j’aurais adopté une approche plus différente, telle que prendre le contrôle de l’intérieur et ensuite former un coup d’état avec le soutien de la population. Draejan avait tenté de prendre le contrôle d’Albeyater en utilisant la force militaire et la population s’était rebellée. Notre camp était plus qu’heureux de réduire ses ambitions en poussière.

En nous éloignant de plus en plus du village d’Ohirga, j’avais commencé à remarquer un changement étrange à Tamara. Ses yeux continuaient de regarder vers l’horizon, mais ils manquaient de l’énergie d’un enfant typique. Son pouls était lent et elle ne réagissait pas à moins que nous l’appelions.

Au début, je pensais qu’elle se sentait malade ou quelque chose du genre. Identificus Processus Juridicus ne fonctionnait pas très bien sur les espèces pensantes, et la commande « Afficher le statut » était également inutile, car elle ne révélait rien d’autre que ce que je savais déjà, alors j’avais décidé d’arrêter le cheval et de regarder. Vérification.

« Pourquoi nous arrêtons-nous ? » Demanda Kalderan.

« Tamara n’a pas l’air bien… » Dis-je en descendant de cheval.

« Que veux-tu dire ? » Demanda-t-il en me regardant.

Pendant tout ce temps, il la portait sur son cheval, alors il y avait une chance qu’elle ait un peu le mal des transports, mais sa réponse plutôt apathique à nos appels m’avait fait douter de cela.

« Tamara, te sens-tu bien ? » Demandai-je en l’aidant avec précaution à descendre du cheval.

« Cette esclave est en parfaite santé, Maître. » Répondit-elle d’un ton très stoïque.

« Qu’est-ce que… » Réagis Kalderan.

« Pourquoi as-tu dit cela ? Tamara, qu’est-ce qui ne va pas ? » Lui avais-je demandé en la regardant dans ses yeux sans vie.

Je pouvais dire qu’elle était toujours en vie, mais c’était comme si elle ne contrôlait pas son propre corps.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » Demanda Risha en rapprochant son cheval de nous.

« C’est Tamara, elle agit bizarrement. » Dis-je.

« Que veux-tu dire par là ? » Demanda-t-elle en fronçant les sourcils alors qu’elle descendait elle aussi.

« Tu ne peux pas le voir ? Elle se comporte comme une esclave. »

« Mais… c’est une esclave ? » Dit-elle comme si c’était évident.

« Elle n’est pas une esclave, ni la mienne ni celle de personne ici. Il n’y a personne pour lui donner des ordres non plus, alors pourquoi rester fidèle à ça ? » Je levai les yeux vers Risha.

« Hm, eh bien… tu as raison, mais je pense avoir également observé ce type de comportement chez d’autres esclaves. » Dit-elle alors qu’elle se rapprochait et regarda dans les yeux de Tamara.

« Tu l’as déjà vu ? » Je fronçai les sourcils.

« Tamara ? » L’appela-t-elle.

La Relliar leva les oreilles et regarda Risha.

« Êtes-vous une connaissance de Maître ? » Demanda-t-elle.

« Hein ? Non. Qui est ton maître, Tamara ? » Demanda Risha.

Tamara m’avait pointé du doigt.

« Cette esclave appartient à l’individu là-bas. » Répondit-elle avec le même manque d’émotion qu’auparavant.

« Où est son “nya” “nya” d’avant ? » Demanda Kalderan.

« C’est comme si elle avait subi un lavage de cerveau. » Dis-je en fronçant les sourcils.

« Hm… Ce doit être le collier, » déclara Risha en le pointant du doigt.

« Ne pouvons-nous pas simplement l’enlever ? » avais-je demandé.

Elle secoua la tête.

« J’ai bien peur que ce ne soit pas possible. Seule une personne ayant les compétences appropriées peut retirer ou fabriquer un collier d’esclave. Ces individus sont surveillés par le royaume et généralement employés par une société d'esclavagiste, car ils ne peuvent être eux-mêmes asservis et que le fait d’ouvrir des colliers d’esclaves à gauche et à droite est mauvais pour les affaires et la sécurité publique, » avait expliqué Risha.

« Mais elle agissait normalement la veille. » Fit remarquer Kalderan.

« Le collier était probablement partiellement inactif. Avec la mort du maître, la propriété doit avoir changé pour le tueur de l’ancien maître, ce qui fait d’Alkelios le nouveau maître. »

« C’est stupide. Pourquoi le tueur du précédent maître le deviendrait-il ? » Demandai-je en plissant les sourcils.

« Les esclaves sont essentiellement des outils, des objets. Par conséquent, il n’est pas rentable pour lui de mourir avec le maître. Il est plus utile qu’ils soient “réaffectés”. » Expliqua Kalderan en fronçant les sourcils.

« C’est aussi un bon moyen de retrouver le tueur dans certains cas, » avait ajouté Risha.

« Et permets à une entreprise d’esclaves de récupérer en toute sécurité ses esclaves d’un voleur, » avait déclaré Kalderan.

« Alors, c’est la faute du collier ? Cela signifie-t-il qu’elle reviendra à la normale une fois que nous l’aurons enlevée ? » Demandai-je en croisant mes bras sur la poitrine, puis en inclinant la tête vers la droite.

« En théorie, oui. Le supprimer, cependant, n’est pas si facile. On doit non seulement trouver une entreprise capable de libérer des esclaves, mais également détenir les documents officiels appropriés, tels que ceux qui prouvent que tu l’as acheté légalement, ainsi que celle par laquelle ton esclave a été acheté. Elle doit également être reconnue comme ayant reçu l’approbation du gouvernement pour être libérée. » Avait expliqué Kalderan.

« Pourquoi est-ce si compliqué ? » Je poussai un soupir d’ennui.

« Parce que les marchands d’esclaves veulent promouvoir l’idée qu’il est beaucoup plus rentable d’asservir quelqu’un et de le vendre que de le libérer. Seuls les nobles ou les très riches marchands sont généralement capables de libérer des esclaves, mais sans une raison valable, même eux ne recevraient pas l’autorisation appropriée du gouvernement. »

La petite Réliiars n’avait aucune réaction à son geste. D’habitude, elle levait la tête et affichait un sourire satisfait, comme le ferait un chat domestique.

« Alors… ce que tu dis, c’est que libérer Tamara ici serait difficile parce que ceux qui le peuvent ne le feront pas facilement, cela coûterait cher à cause de la loi, et ce serait un gâchis bureaucratique supplémentaire ? » avais-je demandé en plissant mon front.

« Malheureusement, si tu veux la libérer légalement, tu auras besoin de la documentation appropriée pour elle, comme l’acte de propriété et l’esclavage juridique. Autant que je sache, tu ne possèdes aucun des documents, et je doute que le marchand l’ait avec lui, considérant quels types de plans macabres il avait pour elle. » Dit Risha.

« Pour couronner le tout, cela ressemblait à un asservissement illégal effectué par nul autre que la Compagnie Noire, » avait déclaré Kalderan.

« Hm… Donc, en d’autres termes… il est impossible de passer par les moyens légaux ? » Demandai-je.

« Oui. » Kalderan acquiesça.

« Bien ! Alors je suppose que je vais devoir la libérer moi-même ! Ou juste faire quelque chose qui fait ça pour moi. Hm, un outil pour enlever le collier ? Cela pourrait effectivement être utile ! Bien ! Partons sur ça ! » Déclarai-je avec un sourire.

« Attends ! Que veux-tu dire par en faire un toi-même ? Comment peux-tu faire un tel outil ? Avec quoi ? Où ? » Demanda Risha en me regardant avec une expression perplexe sur le visage.

Laissant de côté Risha, sceptique, et Kalderan en train de soupirer, je m’étais éloigné de la route et étais allé sur les plaines. Ici, j’avais retourné le sol avec ma magie, puis je l’avais aplati jusqu’à ce que son apparence soit lisse.

Les deux compétences que je prévoyais d’utiliser étaient les suivantes :

Puissance de poney ! Niveau 5 : Donne au héros la possibilité d’enchanter et d’imprégner de la magie à tous les objets à la hauteur de rang divin. Les enchantements nécessitent un élément non endommagé ou un objet test pour un objet temporaire. Le héros doit avoir une compréhension claire de l’enchantement souhaité pour pouvoir fonctionner correctement (ceci ne s’applique pas aux rangs divins enchantés). L’enchantement d’un objet ne peut être fait que pendant le processus de fabrication de l’objet et nécessite que le héros crie le nom de la compétence. La force de chaque enchantement dépend de la quantité d’énergie magique versée au cours du processus d’enchantement ou d’imprégnation.

Avancement I : Permets la création et le test de nouveaux enchantements basés sur ceux déjà connus.

Avancement II : Permets au héros d’enchanter des objets endommagés.

Avancement III : Les enchantements appliqués par le héros peuvent être concentrés sur le noyau de l’objet afin que les dégâts extérieurs ne les affectent pas autant.

Avancement IV : La liste d’enchantement divin est maintenant ouverte. Liste d’enchantement divin

Hard Rock ! Niveau 5 : Donne au héros la possibilité de créer une armure ou une arme allant jusqu’au rang divin. Forger nécessite une forge, une enclume et des outils de forgeron. La fabrication du cuir nécessite un support de tannage et des outils de fabrication du cuir. Les objets de rang divin nécessitent une forge divine, une enclume divine et des outils divins. Coût : dépends de l’élément.

Avancement I : 50 % moins de chances d’échouer lors de la fabrication.

Avancement II : Peut maintenant imprégner des objets d’énergie magique pour augmenter leur durabilité.

Avancement III : Créer les outils du Forgeron Divin.

Avancement IV : Créer la Forge divine, l’enclume divine et les outils de confection de cuir divins.

Ainsi, sans plus tarder, je fis apparaître là où je me trouvais, la Forge Divine, l’Enclume Divine et les Outils du forgeron divin. Comme d’habitude, voir ces choses m’avait fait faire un sourire ironique. Ils avaient tous l’air assez extravagants, plus grands et beaucoup plus majestueux que je l’aurais souhaité, et ils émettaient une aura qui ferait honte à un temple.

Du bon côté des choses, ils avaient dégagé une aura si oppressante que tous les monstres dans un rayon de quelques kilomètres s’enfuiraient aussi vite que leurs jambes pouvaient les porter.

« Je vais travailler un peu maintenant, alors vous pouvez aller de l’avant et préparer le camp. » Je leur avais dit cela, mais quand j’avais regardé en arrière, je les avais vus en train de transpirer. « Quoi ? » Demandai-je.

« A-Alkelios q-qu’est-ce que c’est ? » Demanda Kalderan en désignant la forge.

« Une forge divine. Sinon, comment pourrais-je fabriquer des objets de rang divin ? » Je plissais les sourcils.

« Des articles D-divin ? Vous voulez dire le t-type pour lequel les pays voudraient tuer ?? » Demanda Risha.

« Que pensez-vous que mes épées soient ? » avais-je ri.

« T-Tes épées sont… » Risha s’évanouit.

« A-Alkelios ? » Kalderan me regarda avec un sourire ironique.

« Oui ? » Je le regardai.

« Achète une compétence de bon sens. Je vais… je vais m’occuper de Risha et faire comme si je ne l’avais pas vu, je ne te voyais pas créer quelque chose que les nains mentionnent dans leurs légendes. » Il me fit un sourire ironique en commençant à installer le camp.

Fronçant les sourcils, je me retournai vers la Forge Divine et me demandai si ces choses étaient vraiment impressionnantes?

À en juger par leurs réactions, il était clair qu’ils étaient au-delà du commun, mais c’est peut-être aussi parce qu’ils n’étaient pas très bien informés du niveau de compétence des forgerons de ce continent. Soldra n’était pas exactement ce que j’appellerais « un bon endroit où trouver une arme ». Les forgerons qui se trouvaient là-bas m’avaient laissé complètement déçu, car ils étaient troublés en voyant l’une de mes épées fabriquées en série qui ne valaient pas grand-chose à Albeyater.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire