100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 91 – Partie 2

***

Chapitre 91 : Combat pour la fourrure

Partie 2

***Point de vue de Kalderan***

Depuis que j’avais parlé à Alkelios la nuit dernière, je savais que cette mission d’escorte risquait fort de se transformer en combat. Comme ils le disent, ne cherchez pas de problèmes, ils vous trouveront. Dans mon cas, j’aurais préféré que les ennuis fassent un détour jusqu’à la prochaine étape.

C’est lorsque j’avais vu la fille relliar sauter dans les bras d’Alkelios que je savais que je devais faire mon choix. Rester avec Alkelios signifierait très probablement faire de la Compagnie Noire un ennemi, mais perdre mon seul ami était encore pire.

Une fois que j’avais sorti mes armes et fait face au commerçant, mon choix avait été fait.

« Tu es fou, Kalderan. Tu l’as toujours été et le seras toujours, » avait déclaré Ragna.

« Peut-être, mais je préférerais donner un coup de pied à un gobelin plutôt que de brosser les dents d’un dragon. » Répondis-je.

C’était un dicton commun parmi les aventuriers de ces régions. Cela signifiait que vous deviez choisir judicieusement vos batailles, sinon vous vous retrouveriez morts.

Les armes dégainées, j’avais affronté les anciens membres de mon groupe. Je n’avais aucune intention de me rendre ou d’abandonner Alkelios. Ragna, Magar et Reva étaient tout prêts à me battre. Ils affichaient leurs sourires confiants et se rapprochaient de moi. Seule Risha a montré des signes d’hésitation.

Bien que je l’avais vu avec le reste de ce groupe, je ne l’avais jamais vue comme une personne aimant combattre d’autres êtres humains. Si elle avait besoin de se défendre, elle pourrait être impitoyable, mais quand il s’agissait d’être celle qui était à l’offensive, elle préférait menacer, utiliser des mots insultants ou de vilaines blagues, mais elle n’attaquerait jamais directement avec l’intention de tuer.

« Assez bavardé ! Tuez-le ! » déclara Magar, l’aventurier d’avant-garde en soulevant son bouclier et en préparant son gros marteau.

« Je suis d’accord, » déclara Reva en plaçant une flèche dans son arc et en la pointant sur moi.

« Je ne pense pas…, » essaya de dire Risha alors que son regard inquiet passait entre eux et moi.

« Risha, reste en dehors de ça si tu n’as pas le courage de verser du sang ! » Aboya Ragna.

J’avais enlevé la sécurité de mon SMG et je m’étais préparé à éviter le chemin de la flèche.

« Tuez-le ! » Ordonna Ragna.

La flèche avait volé vers moi, mais j’avais esquivé à droite. Magar, attendant ce mouvement, s’était précipité vers moi avec son bouclier. Ragna s’était déplacée sur le côté pour m’attaquer lors d’une attaque en tenailles, le seul problème était que Risha ne m’interrompait pas de l’autre côté, elle restait près du chariot, gardant ses mains sur la garde de ses poignards, mais sans les dégainer.

J’avais sauté sur le côté puis j’avais dirigé mon SMG sur Magar. En appuyant sur la gâchette, je lâchais une pluie de balles sur lui, mais son armure était résistante. C’était un simple feu de couverture, mon but était Reva.

En passant devant Magar, j’avais pointé une arme à feu sur Ragna et lui avais tiré dessus, tandis qu’avec l’autre je visais l’archer. La rousse avait été obligée de reculer pour éviter mes balles, mais Reva n’avait pas été aussi chanceux. Il avait utilisé son manteau pour se défendre. S’il avait été normal, il aurait été mort, mais l'enchantement de renforcement sur ses vêtement se déclencha et le transforma en une armure à l’épreuve des balles. La différence était qu’il ne pouvait pas arrêter complètement la force de l’impact.

Il avait crié de douleur et s’était laissé tomber sur le sol. Son corps, bien qu’il n’ait pas été percé, comportait de nombreuses contusions et peut-être même une ou deux côtes cassées.

Ragna se précipita vers moi tandis que Magar s’installait pour protéger Reva. Je sautai en arrière et évitai l’épée de Ragna en lui tirant quelques balles pendant que je le faisais. Son armure en arrêta plusieurs, mais une balle put atteindre son épaule droite. Dès que j’avais atterri sur mes pieds, j’avais voulu courir vers le côté opposé, mais l’un des mercenaires qui s’étaient battus avec Alkelios se tenait juste à côté.

Même si je pouvais affronter les anciens membres de mon groupe, je ne pouvais pas lever le doigt contre ces hauts niveaux.

« Je t’ai maintenant ! » Cria Magar alors qu’il me frappait avec son bouclier.

L’impact m’avait envoyé rouler sur le sol. Je m’étais levé dès que je m’étais arrêté et j’avais évité la lame de Ragna.

« Je suis surpris que tu ne sois pas blessé après ça, » déclara Magar.

« J’ai un ami qui a proposé d’enchanter mon armure. » Je lui avais montré un sourire narquois.

Quoi qu’Alkelios ait fait à mon armure, cela avait certainement augmenté ses capacités défensives. C’était quelque chose bien au-delà de ce que les marchands locaux pourraient m’offrir. C’était cependant dommage que je n’aie pas pu assister à tout le processus. Je faisais des courses pour acheter des fournitures à cette époque.

« S-S’il te plaît, Kalderan, abandonne… tu ne peux pas gagner, » Risha essaya de me persuader.

« Je suis désolé, mais cette bataille n’est pas en votre faveur. » Dis-je en rechargeant mes armes et en me préparant pour le prochain round.

« M-Mais… » essaya de dire Risha, mais Ragna la coupa.

« Reste en dehors de ça, femme ! Si tu es trop lâche pour nous rejoindre, alors ne t’oppose pas à nous ! » Cria-t-il.

« Je n’ai pas peur… c’est juste… que me battre contre Kalderan est… » Dit-elle.

« Laissez-la, Ragna, Risha est bonne à utiliser contre les monstres, pas contre les humains, » déclara Magar.

« Tch ! Femme inutile. » Cracha Ragna en pressant la poignée de son épée et en me regardant fixement.

J’avais écouté leur conversation, mais je n’étais pas intervenu. C’était mieux si Risha ne les rejoignait pas. Se battre contre trois était plus facile que de se battre contre quatre, et elle était aussi du genre à se rapprocher et à viser les organes vitaux ou les tendons des membres.

Ragna m’avait attaqué à nouveau en même temps que Magar se préparait avec son marteau géant. Reva se remettait encore de mon attaque. Il sortit une potion de soin et la but. J’avais pointé mon arme sur sa bouteille, mais Magar s’était placé entre nous, bloquant le passage de mes balles.

En claquant la langue, je reculai de quelques pas et tentai de l’attaquer de loin, mais Ragna commençait à s’impatienter. Il avait renoncé à une défense complète et s’était avancé vers moi aussi vite que possible. Magar était bien protégé dès le départ grâce à son armure lourde, mais il était le plus lent de tous.

« Meurs ! » Cria Ragna quand il fut assez proche pour m’attaquer.

J’esquivais et tirais quelques balles sur lui avant que je ne sois forcé de sauter sur le côté pour éviter le bouclier de Magar.

Reva s’était rétabli et s’était préparé à tirer une flèche sur moi. Magar et Ragna s’étaient tenus entre nous et m’avaient forcé à m’éloigner de lui, leur donnant l’avantage. La pression soudaine relâchée par l’épée d’Alkelios avait contribué à créer un moment de confusion parmi eux, me permettant de reculer à une distance de sécurité.

Tout ce groupe était fait de non-magiciens. S’ils avaient quelqu’un qui pourrait me tirer des boules de feu, j’aurais eu de graves problèmes. Malgré tout, je devais admettre que je n’étais pas aussi faible que lorsque je les avais quittés. L’ancien moi, celui d’avant la rencontre avec Alkelios, n’aurait pas pu lutter contre ces trois hommes comme je le faisais maintenant. À l’époque, je n’avais ni la vitesse ni les réflexes nécessaires pour esquiver ces attaques rapides à l’épée.

C’était la raison pour laquelle j’avais l’impression de pouvoir gagner maintenant si je mettais tout en œuvre, et cela me faisait réaliser à quel point j’avais progressé grâce à l’aide d’Alkelios.

Pourtant, il était vrai que mes attaques telles qu’elles étaient ne pouvaient rien faire contre leurs armures et leurs armes. J’avais gagné beaucoup de points en force et en vitesse, mais les dégâts causés par une balle étaient restés fondamentalement inchangés. Ces armes avaient aidé un faible à devenir fort, mais elles n’avaient pas grandi avec la force de leurs utilisateurs. C’était leur défaut, leur inconvénient, et pendant un moment, j’avais vraiment pensé que je ne pouvais rien y faire, que mon seul espoir était d’inventer de nouvelles armes bien plus puissantes que celles que j’avais auparavant.

L’acquisition d’une nouvelle compétence de Dieu avait changé la donne.

En voyant les trois d’entre eux se remettre de la distraction causée par l’épée d’Alkelios, j’avais décidé de l’utiliser pour la première fois en combat réel. Il n’y avait plus besoin d’hésiter maintenant, plus besoin de tester ma force.

« Piège à anguilles ! » avais-je crié quand j’avais vu Ragna se rapprocher en courant avec son épée levée pour me frapper.

Son sourire montrait sa confiance en ses compétences. Ses yeux me regardaient comme un faible qu’il pouvait écraser à tout moment. Il n’avait pas hésité. Il voulait me couper là où je me tenais, peu importe si nous nous connaissions auparavant ou non.

Avec mon chant, j’avais senti mon énergie magique remplir la balle dans le canon de mon SMG droit. Cet enchantement l’avait transformé en quelque chose de beaucoup plus puissant et beaucoup plus meurtrier que ce que j’avais tiré jusqu’à maintenant. Je ne pouvais utiliser qu’une balle à la fois, mais c’était plus que suffisant.

J’avais pointé le pistolet sur sa tête et j’avais appuyé sur la gâchette.

Bam !

Cela ressemblait à un revolver, mais le recul était inexistant.

Une balle ordinaire de 9 mm tirée par l’un de mes SMG pourrait percer une plaque de 5 mm d’épaisseur. Les armures normales non enchantées seraient déchiquetées par ça, ce qui pourrait lui permettre de résister à une force d’impact jusqu’à 4 ou 6 fois supérieures.

Lorsque j’avais conçu mon SMG, j’avais utilisé le Vityaz-SN comme modèle, mais je n’avais pas été en mesure de reproduire ses performances modernes. Au mieux, ils pourraient être comparés davantage à un UZI en termes de précision et de cadence de tir. J’essayais constamment de les améliorer et atteindre mon stade actuel de développement avait été un grand succès pour moi.

Malgré tout, les balles que j’avais insérées dans mes chargeurs étaient normales. Je ne pouvais pas reproduire les explosives ou les perforantes. Je ne savais pas comment elles travaillaient et de quoi elles étaient faites. J’avais essayé d’innombrables fois de les fabriquer, mais j’avais échoué lamentablement chaque fois.

Cette fois, cependant, avec Piège à anguilles, je pouvais donner à mes balles à pointe normale de 9 mm le même pouvoir de pénétration qu’une balle perforante de 12,7 x 108 mm pour le fusil anti-matériel OSV-96. Sur Terre, une telle balle de calibre 50 pouvait percer une plaque d’acier de 25 mm d’épaisseur.

En d’autres termes, les armures enchantées moyennes des Chevaliers humains de ce royaume humain pourraient facilement résister à un barrage de balles provenant de tout ce qui se trouve sous un fusil antimatière de cal. 50. Si les armées russes combattaient l’armée du Royaume des Dix Épées, seuls les chars et les bombardiers pourraient faire la différence, sinon les soldats sur le terrain ne pourraient rien faire contre eux.

Pour moi, ce fut tout un choc lorsque je réalisai à quel point de puissantes armures enchantées étaient présentes sur cette planète. C’est pourquoi mes armes à feu n’avaient été qu’un sujet de ridicule pour les aventuriers de Soldra. En ce qui concerne l’armure d’Alkelios, je doute même que les armes nucléaires l’aient affectée.

Cependant, à partir de ce jour, on ne se moquerait plus de mes armes !

La balle enchantée avec laquelle j’avais tiré avait été chargée d’assez d’énergie magique pour en faire une pointe perforante de calibre 50, mais ce n’était pas tout. J’avais également ajouté l’enchantement capable de libérer à l’impact jusqu’à dix fois plus de force. Pour sécuriser mes armes, j’avais ajouté un troisième enchantement qui avait permis à ma balle d’absorber le recul de mon arme lors de son tir et de l’utiliser pour amplifier sa propre force.

Je n’avais rien dit à Alkelios hier, mais une fois que j’avais réalisé à quel point Piège à anguilles était puissant, j’avais immédiatement passé tous les points restants à son amélioration. Maintenant, je pouvais ajouter trois enchantements différents à une balle et j’avais à peine commencé à exploiter le potentiel de cette compétence.

En conséquence, la balle que j’avais tirée sur le visage de Ragna avait simplement ignoré les enchantements de son armure et lui avait traversé la tête. La force libérée fit exploser sa tête comme une pastèque, envoyant sa matière cérébrale partout. Son corps avait trébuché et était tombé mollement sur le sol.

Magar et Reva s’arrêtèrent net et me regardèrent avec de grands yeux et la bouche ouverte.

Je ne m’étais arrêté qu’un instant pour regarder mon arme, puis le corps étendu à mes pieds.

J’ai fait ça…, avais-je pensé puis j’avais regardé les deux autres.

Magar était devenu rouge de colère et s’était précipité vers moi. J’avais chargé une autre balle avec le double du pouvoir de pénétration de l’autre et je l’avais dirigée vers sa poitrine.

Lorsque j’avais appuyé sur la gâchette, Magar avait été renvoyé par l’impact, son bouclier avait un trou énorme au milieu et sa poitrine était écrasée. L’homme était mort sur le coup.

Voyant cela, Reva recula et tenta de s’enfuir. Je pointai mon arme sur lui et murmurai :

« Piège à anguilles ! »

J’avais appuyé sur la gâchette.

BOOM !

La balle avait traversé les airs et fait un trou dans la poitrine. Il s’était arrêté et s’était tourné vers moi une dernière fois.

Ce n’était pas la première fois que je voyais les yeux d’un mourant et je n’étais pas aussi impressionné que j’étais la première fois. Cet homme, bien qu’il se soit enfui, avait essayé de me tuer sans remords. Si l’occasion se présentait, il aurait pris ma vie sans poser de questions.

Je baissai mon arme et enlevai mon doigt de la gâchette.

« C’est fini, » avais-je dit.

***Point de vue d’Alkelios***

La bataille de mon ami m’avait coupé le souffle. C’était aussi intense que cela, et ces détonations fortes avaient certainement attiré l’attention de tout le monde. Les seuls qui restait à nous défier était le marchand et cette femme Risha, mais elle n’était pas en état de se battre. Dès que Kalderan avait tiré une balle dans la tête de Ragna, elle était tombée sur le sol, tremblante et regardant avec choc alors que ses autres compagnons étaient tués l’un après l’autre.

Alors que Kalderan se remettait de la bataille, je me dirigeai vers la chatonne relliar.

« C’est fini maintenant. » Lui dis-je avec un sourire.

« Fini ? » Demanda-t-elle alors qu’elle redressait ses oreilles et les remuait gentiment.

Avec le bruit de notre combat, elle avait eu peur et s’était blottie contre le sol.

« Oui, ma petite. » Dis-je en la tapotant doucement sur la tête.

« Nya ~ merci, monsieur… » Dit-elle.

« Je m’appelle Alkelios et cet homme là-bas est Kalderan. Comment t’appelles-tu ? » Lui demandai-je en la caressant doucement comme un chat.

« Nya ~ mon nom ? Mon nom est Tamara, nya ~ ! » Dit-elle en me regardant avec ses yeux mignons et son sourire adorable.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre! tiens voila une autre Tamara.

  2. merde pourquoi tamara ça me dit quelque chose
    Merci

  3. Merci pour le chapitre.
    Je me demande si l'auteur à une chatte qui s'appelle Tamara ?

Laisser un commentaire