100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 88 – Partie 2

***

Chapitre 88 : Incendie aux docks

Partie 2

Ainsi, avec Kataryna, je m’étais envolée vers la forêt Silvertooh. Au moment où le soleil s’était couché et que les deux lunes étaient levées dans le ciel, nous avions atteint la lisière de la forêt. Nous ne nous étions même pas arrêtées pour faire une pause ou installer notre camp pour nous reposer, nous avions continué à voler sans repos.

Afin de tenir cet effort continu, j’avais bu des potions de guérison. Mes muscles des ailes étaient un peu douloureux, mais je n’avais pas l’intention de m’arrêter avant d’avoir atteint le port. Les vies des Relliars dépendaient de moi, et si on apprenait que le campement humain avait explosé en éclats, il était alors fort probable que les navires appareilleraient rapidement pour éviter de nouveaux problèmes.

« Nous y sommes presque ! Comment vas-tu ? » M’avait demandé Kataryna.

« Je vais vivre ! Ne t’inquiète pas pour ça ! » Répondis-je.

De haut dans le ciel, le port des Relliars s’étendait sur une grande parcelle de terrain avec de nombreuses scieries et bâtiments à moitié construits qui me faisaient penser qu’ils dévoraient lentement la forêt environnante à la manière d’un monstre antique.

Les gardes de nuit patrouillaient comme d’habitude dans la ville, mais ils ne s’embêtaient pas à regarder dans le ciel à la recherche de menaces aériennes. Dans ce port, le pire qu’ils avaient à craindre était les excréments de mouettes, et non des dragonnes en armure prêtes au combat.

« Les voilà ! » Kataryna pointa du doigt trois grands navires noirs amarrés dans le port.

C’était des galions de l’empire Akutan, le drapeau noir et rouge flottait fièrement dans le vent. Les ancres avaient été larguées et les voiles levées. Seule une poignée d’hommes était sur le pont, surveillant tout ce qui était suspect, mais, tout comme la veille nocturne, aucun d’entre eux ne surveillait le ciel.

« Comment veux-tu faire cela ? » Demanda Kataryna.

« Tu vas parler au Seigneur de cette ville et lui parler de l’ordre du roi. Je vais aller voir les navires et voir s’il y a des esclaves à bord. » Répondis-je.

« S’il y en a ? »

« Ils seront libérés. Les humains seront envoyés dormir avec les poissons, » répondis-je en gardant mes ailes déployées pour glisser vers le galion situé à ma gauche.

Alors que je m’approchais, l’un des marins m’avait vue et pendant un moment, il n’en avait pas cru ses yeux. Il ouvrit la bouche pour demander de l’aide, mais je lui lançai mon épée. Drachenkrieg coupa l’air et coupa sa tête en deux. Le sang de l’humain avait coulé sur le pont.

J’avais atterri non loin du corps, puis j’avais récupéré mon épée.

Sans me soucier de cacher le corps, je me dirigeai vers la porte qui me conduisait à un niveau inférieur. Trois marins s’étaient tenus sur mon chemin, trois têtes avaient roulé sur le sol après avoir rencontré la lame de mon épée.

Je continuai mon chemin vers la cale, où, un instant, j’espérais ne plus voir que des produits échangés qu’ils prévoyaient d’importer dans l’empire Akutan. Ce que j’avais vu, cependant, n’était rien de tel.

Alignée à droite et à gauche de la cale, passé les grandes caisses contenant les conserves, la bière et d’autres provisions, j’avais vu deux cages remplies d’esclaves remplis à ras bord. Tous étaient des enfants âgés de 10 à 16 ans. Les filles étaient séparées des garçons et portaient toutes un collier autour du cou pour symboliser le fait qu’elles n’étaient rien d’autre que des esclaves pour les humains.

Quand ils m’avaient vue, certains d’entre eux avaient redressé leurs oreilles et avaient laissé échapper un miaulement douloureux. Cela m’avait brisé le cœur de les voir ainsi séparés de leurs familles et contraints à un destin qu’ils ne souhaitaient pas.

« Sur ordre de Sa Majesté le roi Kragarr Ruvus et de ses alliés du royaume Albeyater, je suis ici pour vous rendre votre liberté et vous rendre à vos familles ! » Leur avais-je annoncé.

« Nous sommes sauvés ! » Cria l’un d’eux.

« Nous allons être libres ! » avait dit un autre.

« Grande sœur ! Tu as entendu ? On retourne chez papa et maman ! » déclara un jeune garçon en appelant sa sœur située de l’autre côté.

Leurs appels de joie continuèrent, mais je n’avais pas de temps à perdre. Les humains étaient alertés maintenant, alors je devais faire vite.

« Éloignez-vous des portes ! » Leur avais-je dit.

Les enfants obéirent et reculèrent.

Avec Drachenkrieg dans ma main, j’avais coupé les portes à leurs charnières, puis les avais sorties. Quand un marin était venu voir ce qui se passait, j’avais ramassé une des portes en métal et je l’avais jetée. Il n’avait pas esquivé et il était mort de l’impact.

Emmener les enfants par les ponts supérieurs aurait été trop lent et gênant. J’avais donc utilisé mon épée pour ouvrir un trou dans la coque du navire, à un mètre environ de l’eau. En utilisant la partie coupée, j’avais créé un pont de fortune pour qu’ils puissent sortir en toute sécurité.

Bien sûr, il y avait plusieurs marins qui m’attendaient avec leurs épées dégainées, mais je les avais tués en volant, en leur attrapant la tête avec mes bras et en les écrasant ensuite comme des tomates.

Les enfants n’avaient pas commenté la brutalité que j’avais montrée, certains étaient heureux d’avoir agi de la sorte et je ne voulais pas penser à la façon dont ces humains osaient nuire à des enfants. De tels individus n’avaient aucune place parmi les vivants.

Après que les enfants aient quitté le navire, le tumulte avait déjà atteint un niveau où les gardes relliars faisaient leur apparition, cependant, les premiers mots qui sortaient de leur bouche n’étaient pas ceux auxquels je m’attendais.

« Que faites-vous tous en dehors de vos cages ? »

Les humains avaient réussi à trouver des âmes viles et semblables parmi les gardes.

« Votre roi m’a ordonné de TUER tous ceux qui sont complices de ce trafic, » déclarai-je avant de me précipiter.

Je l’avais frappé à la poitrine avec la moitié de ma force. Son corps avait été renvoyé dans un bâtiment voisin. Le garde relliar était mort instantanément.

Lorsque je tournai mon regard vers l’autre garde, il laissa échapper un son effrayé, mais l’instant d’après, il crachait du sang. La lame de Drachenkrieg lui avait transpercé la poitrine et des flammes avaient jailli à l’avant, le dévorant de l’intérieur.

Après avoir retiré mon épée de son cadavre, je me dirigeai vers le navire suivant. Pendant ce temps, les enfants s’étaient rassemblés dans un petit groupe aussi loin que possible de cette action dangereuse.

À l’intérieur du deuxième galion, j’avais trouvé les adultes, âgés de 18 à 34 ans, principalement des femmes. Les hommes présents ici semblaient forts et en bonne santé. Quand ils m’avaient vue, ils avaient réagi avec crainte et inquiétude, mais une fois que je leur avais dit que j’étais ici au nom de leur roi, ils avaient immédiatement transformé leur chagrin en joie.

Je les avais fait sortir de la même manière, en faisant un trou dans la coque du navire et en utilisant cette pièce découpée comme pont de fortune pour eux. Une fois sortis, ils avaient retrouvé les enfants. Il semblait que des familles entières avaient été kidnappées et amenées jusque-là. Peut-être que les esclavagistes croyaient que faire venir les parents les aiderait à mieux s’occuper des enfants. En les plaçant à bord de deux navires différents, ils avaient également veillé à ce que ni l’une ni l’autre des parties ne se vengent par crainte de ce qui pourrait arriver à ceux qui n’étaient pas à leur portée pour protéger.

Heureusement, ce dernier galion n’avait pas d’esclaves, mais il transportait beaucoup de marchandises comme des conserves, des épices, des bijoux et de la poterie. Il y avait aussi quelques caisses remplies d’épées à ras bord. Pendant un moment, on aurait osé penser qu’il pourrait s’agir d’un navire marchand ordinaire, mais le drapeau qu’il avait n’appartenait certainement pas à la Guilde des Marchands. Ce navire faisait partie du même groupe que les deux autres.

Avec les esclaves à l’écart et les marins qui commençaient à se rassembler pour me combattre, tout était prêt pour le grand final. Je m’étais levée sur le pont et avais salué celui qui, à mon avis, était le capitaine de ce navire et également le chef de ce convoi.

« Quelle raison as-tu pour interférer dans les affaires de l’empire Akutan ?! » M’appela-t-il avec colère.

Au lieu d’utiliser le langage humain, il utilisait le langage relliar. Peut-être pensait-il que je ne pourrais pas le comprendre autrement ?

« Quand vous avez enlevé les Relliars, vous en avez fait mon affaire ! » Déclarai-je en pointant Drachenkrieg vers lui.

Les flammes furieuses avaient léché la lame et s’étaient étendues comme un monstre affamé.

« Ce n’est pas une épée normale ! » Un des marins avait souligné l’évidence, alors que d’autres ne s’étaient même pas souciés d’utiliser une langue que je connais.

« Veux-tu devenir l’ennemi de l’empire Akutan ?! » Le capitaine tenta de se cacher derrière le nom de son pays.

« Je le suis déjà, humain. Ne vois-tu pas que je suis une dragonne ? » Lui demandai-je.

« Ça, je le vois. Mais ce n’est ni Akutan ni un royaume de dragons. Pourquoi es-tu ici ? J’exige des réponses ! » Il éleva le ton de sa voix.

Je lui avais fait un sourire, puis j’avais chargé mon énergie magique, me préparant au combat.

« Vous avez osé faire du mal à quelqu’un de précieux pour moi. Vous avez osé aller à l’encontre des lois de ce royaume et en faire des esclaves à la vente sur vos marchés. Ai-je besoin d’en dire plus ? » avais-je demandé.

« N’importe quoi ! Nous faisons partie de l’empire Akutan ! Ce royaume de Sarakus sera bientôt le nôtre, alors si nous prenons quelques plébéiens comme esclaves ? Je leur ai fait du bien en rassemblant leurs déchets et en leur donnant un but ! » Déclara-t-il presque comme s’il était fier de sa mission d’esclavage d’autres personnes.

« Est-ce que vous pensez tous la même chose ? »

Ma question avait poussé plusieurs d’entre eux à regarder leurs pairs et à faire un pas en arrière. C’était un choix judicieux pour eux. S’ils n’attaquaient pas, je les épargnerais et les laisserais se faire juger.

« Qu’est-ce que c’est ça ? Êtes-vous des traîtres ?! » Demanda le capitaine enragé.

« Capitaines, nous avons servi sous vos ordres pendant ce voyage et nous avons accompli notre travail comme demandé. Mais nous n’avons jamais souhaité faire de l’esclavage. » Déclara l’un d’entre eux.

« Alors, quittez mon navire immédiatement et n’osez pas revenir dans l’empire Akutan ! » Leur ordonna le capitaine.

Les hommes m’avaient regardé une fois, puis leur capitaine. Avec une dernière chance de changer d’avis, ils avaient maintenu leur résolution et laissé tomber leurs épées. Sept d’entre eux débarquèrent, tandis que les marins des autres navires se rassemblaient sur les quais, prêts à aider ceux qui se trouvaient sur le pont.

« Je suppose que vous ne mourrez pas tous aujourd’hui. Dommage. » Dis-je en fermant les yeux et me souvenant une fois de plus dans l’état dans lequel j’avais trouvé Shelly sous cette église au milieu de la forêt.

Une âme aussi douce que la sienne n’aurait jamais dû être blessée de la sorte, et le savoir, cela me remplissait de rage. Un puissant feu avait brûlé en moi et ses flammes avaient été libérées par mon énergie magique.

« Tuez-la ! » Ordonna le capitaine.

Cinq humains s’étaient précipités vers moi, l’épée dégainée avec de la magie de renforcement du corps activée.

Ils n’avaient montré aucune hésitation dans leurs épées ou leurs regards. Ils avaient visé mes points vitaux et avaient essayé de me faire tomber immédiatement. Pourtant, peu importe leur force et leur rapidité, ils ne pouvaient pas se comparer à moi. Même si je les laissais me frapper, ils ne pourraient pas rayer mon armure.

Ils avaient tiré leurs épées contre moi. Ils avaient visé ma vie. Ainsi, il n’était pas nécessaire que j’hésite à prendre les leurs. En fait, j’étais heureuse qu’ils aient choisi cette voie. Cela m’avait donné une raison très légitime de tuer chacun d’entre eux à ma guise.

Le premier marin à venir vers moi, j’avais esquivé son épée et lui avais coupé les mains, puis je l’avais saisi par le visage, avant de l'écraser au sol, lui brisant le crâne. Le second avait été coupé à la taille par Drachenkrieg. Le troisième avait été giflé au visage par ma queue, puis empalé avec mon épée. Je l’avais soulevé et je l’avais déchiré en deux pour pouvoir infliger à mes ennemis le sentiment de terreur.

Une partie d’entre eux recula, mais je profitai de ce moment d’hésitation et leur lançai un souffle de feu. Alors qu’ils criaient de douleur et sautaient par-dessus bord dans l’eau, je m’étais envolée dans le ciel et j’avais chargé une puissante Boule de Feu. Le sort était basique, mais dans mes mains, il n’y avait pas de quoi en rire.

Lorsque la boule de feu avait touché l’un des navires, elle avait explosé et avait envoyé une mer de flammes sur son pont. J’ai ensuite utilisé une Faux de vent pour couper ce navire en deux et le condamner à couler au fond de la mer.

Face à cette démonstration de puissance, le capitaine était à court de mots.

Mais je n’avais pas encore fini.

J’avais volé vers le deuxième navire, puis je l’avais frappé à l’arrière avec toute ma force. Le bois enchanté craqua puis se brisa, envoyant des éclats partout. Avec un trou ouvert pour moi, j’avais pris une profonde inspiration, puis j’avais libéré mon feu dedans.

Pour le moment, passer à ma forme de demi-bête aurait été trop pour ce port.

Alors que les flammes balayaient tous les ponts, je commençais à voler autour de lui, coupant tout le navire en morceaux avec mon épée. Il ne fallut pas longtemps avant que tout commence à couler au fond de la baie.

Maintenant, il ne restait plus qu’un navire, celui sur lequel se trouvait le capitaine. Bien que j’ai trouvé assez étrange que les autres capitaines et premiers officiers ne soient pas ici, je lui avais donc demandé.

« Où sont les autres capitaines ? »

« Hein ? Avec l’évêque Marconium Bassar. » Répondit-il alors qu’il était encore sous le choc de ce qu’il venait d’assister.

« Alors ils sont morts. » Dis-je avec un sourire.

J’étais heureuse. Aucun d’entre eux ne s’éloignerait, alors, j’avais versé mon énergie magique dans mon épée, puis j’avais lancé un torrent de sorts de flamme sur eux.

Des boules de feu, des faux de feu, des tornades de feu, des flèches de feu, des serpents de feu, des flammes qui dansaient et un feu qui dévoraient l’équipage et le navire tout entier, mais je pouvais toujours sentir que la rage dans mon cœur ne s’était pas calmée. J’avais tué tous les autres, à l’exception de ceux qui avaient déposé leur épée.

Quand j’avais attrapé les soldats en fuite, je les avais déchirés à mains nues, puis j’avais jeté leurs restes dans les flammes. L’odeur de chair humaine brûlée se répandit sur tout le quai.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Gros gaspillage sur le coup de la colère. Elle aurait pu massacrer les équipage et laissé les navires et les marchandises intacts pour aidé le royaume de Sarakus.

Laisser un commentaire