100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 74 – Partie 2

***

Chapitre 74 : Hélas les années ont passé !

Partie 2

***Point de vue d’Alkelios***

« ACHOO! » J’avais éternué.

Eh bien, il faisait un peu froid ici.

Je me tenais actuellement au sommet d’une falaise et regardais le village à la lisière de cette forêt. Loin derrière moi se trouvait l’endroit où j’avais atterri il n’y a pas si longtemps. Le fait était que je ne savais toujours pas si je voulais aller là-bas et rencontrer les habitants ou non. Il n’y a pas si longtemps, j’étais dans une bataille de vie et de mort avec Kronius. Bien que cela fût considéré comme ma victoire, j’avais appris que ma femme l’avait tué. Cela ne me dérangeait pas autant que je le pensais, ce qui me faisait peur en un sens. Même maintenant, quand je pensais tuer les gens là-bas dans le village, je ne pensais pas que c’était impossible si on me donnait la raison de le faire, mais je trouvais toujours étrange que de tuer des dragons me soit plus facile que de tuer des humains.

Peut-être que les dragons montrent leur intention de tuer mieux que les humains ? Ou c’est peut-être parce que je les ai rencontrés en premier ? J’avais pensé cela, mais il y avait une autre possibilité.

Si le Dompteur de Dragons créait des dragons plus aimables avec lesquels je pouvais devenir ami, il était possible que cela me rende indifférent lorsque je tue ceux qui ne peuvent pas devenir mes amis. Si cela était vrai, cette compétence était assez cruelle.

L’adrénaline d’avant, la précipitation que j’ai ressentie… c’est toujours là… pensai-je en baissant les yeux.

Il avait été dit que de nombreux guerriers auraient besoin de jours, voire de semaines, pour se calmer après une bataille fatale, alors que certains ne s’en remettaient jamais.

Mes mains ne sont pas celles d’un innocent… J’ai tué, et je vais probablement en tuer plus… pensai-je en serrant mes mains dans les poings La seule différence sera maintenant le fait que ce ne sera pas des dragons je tue, mais… des humains.

Pourtant, malgré ces sentiments, ce qui m’inquiétait le plus, c’était de pouvoir tuer accidentellement des innocents. Après tout, si cet endroit était une ville pour débutants par rapport aux standards du jeu, je ressemblais alors au dernier boss. Si je poussais un monstre ici, il mourrait. J’étais ainsi ridiculement fort.

Là encore, c’est probablement la raison pour laquelle j’avais été jeté à cet endroit. Je devais apprendre cette différence de puissance, mais aussi comment la contrôler, non ?

Il y avait beaucoup de choses qui me dérangeaient ou m’inquiétaient. Tuer les autres par accident ou quand ils ne méritaient pas, c’en était une. Une chose était de tuer quelqu’un en état de légitime défense sur un champ de bataille pendant une guerre, et une autre était de les massacrer de sang-froid au milieu de leur modeste village devant leur famille.

Soupirant, je me suis penché sur le sol, j’avais levé les yeux au ciel et j’avais repensé à la reine.

Ce thé est censé aider à ralentir les effets du poison. J’avais oublié cela un instant, mais je suppose que c’était la raison pour laquelle Dieu m’a dit de me laisser aller tranquillement. Ensuite… si ce n’est pas pressé d’aller la guérir, alors il est possible que mes amis aient déjà rassemblé la majorité des ingrédients. Les oranges et le sang royal humain sont probablement les plus difficiles à acquérir…, pensai-je, puis j’avais laissé échapper un autre soupir. « Si je devais le deviner, alors il lui reste plus d’un an avant que le poison ne la tue. » Dis-je.

Fermant les yeux, j’avais passé en revue tout ce que je pouvais faire pour passer de la conquête de ce pays à un peu de temps libre comme aventurier errant. Cependant, si je partais sur le chemin de la guerre, je me ferais probablement beaucoup d’ennemis. Et si les dirigeants actuels étaient gentils et pacifiques ? Avec ce genre d’individus, je pourrais négocier plutôt que me battre.

« Contrairement à un vrai dragon, sous cette forme, je n’ai aucune écaille ni quoi que ce soit qui puisse prouver que je ne suis pas un humain. » Dis-je en ouvrant les yeux. « Alors… je suppose qu’il est préférable de voyager comme un aventurier et peut-être en quelque sorte atteindre une position à partir de laquelle je peux négocier pacifiquement avec eux ? » Me demandai-je à voix haute.

En me levant, j’avais regardé vers le village et avais hoché une fois la tête.

J’avais pris une décision, au moins pour le moment.

« Je souhaite trouver une orange à partir de laquelle je puisse extraire le jus nécessaire au traitement de la reine Elliessara. Je souhaite trouver un moyen pacifique d’acquérir le sang royal humain, et j’aimerais pouvoir faire quelque chose pour améliorer les relations entre ce royaume et Albeyater ou, en général, entre humains et dragons. Je pense que ça devrait marcher. Si nécessaire, je les recalibrerai plus tard. » Dis-je en hochant la tête.

J’avais le maximum de chance permis dans ce monde, alors il était certain qu’en réalisant ces souhaits, l’Univers opérerait sa magie de manière à les concrétiser.

Avec cela, il ne me restait qu’une dernière chose à faire.

En ouvrant mon menu de statut, j’avais examiné les détails de ma compétence Dompteur de Dragons.

Dompteur de Dragons Niveau 5 : Il s’agit d’une compétence passive de type bonus. Lorsqu’un héros développe une sorte de relation amicale ou intime avec un dragon, cette compétence lui permettra de créer un lien privilégié. Le lien est indestructible par toute autre compétence à moins que le héros ne le veuille. Le héros a son espèce changée en permanence d’humain à mi-humain, mi-dragon. La variante du dragon est choisie en fonction de sa personnalité et de ses compétences. Ce changement rend le héros immunisé contre tout autre changement d’espèce de manière permanente ou tout changement de variante. Le héros acquiert les traits spéciaux de chaque variante ainsi que tous les traits des espèces draconiennes et conserve ses traits d’espèce humaine. Le héros gagne 30 % des statistiques du dragon et le dragon aura la possibilité d’augmenter son niveau 10 fois plus rapidement, quel que soit l’endroit où il se trouve. Le Dragon gagnera l’équivalent de 10 % des statistiques globales améliorées du héros lorsqu’il se trouve à moins de 100 mètres de lui.

Avancement I : le héros peut sentir la direction dans laquelle il peut trouver son ami Dragon sélectionné. Nombre de dragons pouvant être détectés simultanément : 5. Cibles actuelles : Seryanna, Kataryna, Thraherkleyoseya, Brekkar, Elliessara.

Avancement II : Tous les dragons gagnent 10 points de statistique à chaque montée de niveau et tous les 10 niveaux gagnés en présence du héros permettent aux dragons d’améliorer de façon aléatoire leurs compétences. Le héros peut choisir où ajouter les points de statistiques à tout moment. Si le lien est rompu avant de les appliquer, ils seront automatiquement ajoutés à la statistique ayant la valeur la plus élevée.

Avancement III : le héros peut choisir de partager une partie de son propre XP gagné avec jusqu’à 3 amis Dragon sélectionné. Dragons actuellement sélectionnés : Seryanna, Kataryna, Kléo.

Avancement IV : Permets à un ami Dragon de connaître l’emplacement actuel et la direction générales du héros. Dragon actuellement sélectionné : Seryanna.

À partir de là, j’avais sélectionné le quatrième avancement et activé l’option : envoyer l’emplacement.

« Cela devrait le faire. » Dis-je avec un sourire.

***

***Point de vue de Seryanna***

Les Chevaliers appartenant à l’ordre des Lames brûlantes suivaient leur cours d’entraînement habituel sur le terrain d’entraînement du palais de Drakaria. Ils se déplaçaient sans délai à chaque ordre que je leur donnais, et poussaient leurs corps au maximum, quand je leur avais demandé de le faire. Personne n’était sorti de la ligne ou n’avait parlé sans être autorisé.

Bien que récemment établi, l’Ordre des Lames brûlantes s’était rapidement fait connaître grâce à sa réactivité et à sa discipline stricte. Au début, il y avait dix fois plus de dragons que ceux présents ici, mais seul ce groupe avait réussi à survivre à mon entraînement.

« Changer de formation. Flèche ! » Je leur avais ordonné cela et ils avaient immédiatement obéi.

« Au sol, faites dix pompes. » J’avais ordonné cela et j’avais commencé à les encercler comme un faucon, essayant de repérer leurs faiblesses et leurs défauts. « Brygon! Trop lent ! Darius ! Trop haut ! Lenna! Arrêtez de regarder la queue de Margun ! »

« Oui madame ! »

Après avoir terminé cette série d’exercices d’échauffement, je leur avais ordonné de faire une simulation de bataille avec les épées d’entraînement. Le premier était basé sur le tournoi 1v1, alors ce serait un tournoi par équipe de 2 et enfin une bataille entre des équipes de cinq. S’ils ne se fatiguaient pas assez à la fin, j’allais leur faire faire une bataille royale.

Pendant que je les regardais se battre, je m’étais assise sur le côté et j’avais repensé à Alkelios. Pas un jour ne passerait sans que je souhaite son retour en toute sécurité. Trois ans s’étaient écoulés depuis la bataille de Pustia. Beaucoup de choses s’étaient passées pendant ce temps. J’avais voyagé dans beaucoup d’endroits et rencontré beaucoup de gens. Pour mon succès, j’avais même reçu le rang de commandant de chevaliers et j’avais été autorisée à établir mon propre ordre. C’était la plus haute récompense que le roi puisse me donner en plus de me nommer générale, mais pour ce rôle, j’étais à la fois trop faible et trop inexpérimentée. En temps voulu, j’étais certaine de prendre la place de mon grand-père et de diriger une armée à moi.

Malgré tout, je détenais le titre de duchesse et, avec la princesse Elleyzabelle comme sœur-épouse, je disposais de suffisamment de pouvoir politique et militaire pour faire réfléchir beaucoup de dragonnes influentes de ce royaume avant de me prendre la queue. Peu avaient essayé et toutes avaient échoué, en particulier celles qui voulaient me faire oublier Alkelios et choisir l’une de leurs marionnettes comme nouveau mari.

Quelle blague…, pensais-je.

En levant les yeux au ciel, je m’étais demandé où pouvait bien être mon bien-aimé. Où il errait… et autour de la jupe de quelle femme il remuait la queue ? Mais j’étais certaine qu’il n’oserait jamais tenter quelque chose d’aussi stupide.

Alors que je pensais à lui et aux trois dernières années qui avaient passé si lentement pour moi, j’avais vu Kataryna, ma chère amie, avec sa protégée et chevalière : Tanarotte Narnyessal.

« Seryanna, comment s’est passée ta journée ? » Me demanda-t-elle avec un sourire.

« Comme d’habitude. Es-tu prêt pour un petit longeron en plus d’un entraînement dans la soirée ? » avais-je demandé.

« Oui, bien sûr ! » Elle acquiesça.

« Un entraînement de lady Kataryna… Ah ~ ce sera merveilleux à voir ~ » déclara Tanarotte avec un regard un peu étrange.

« Tanarotte… tu baves. » Kataryna la regarda froidement.

« Pardon, lady Kataryna ! » Elle essuya rapidement sa bave puis s’inclina plusieurs fois comme une marionnette brisée.

« Qu’est-ce que tu vas faire d’elle ? » avais-je demandé.

« J’hésite entre une nouvelle sculpture de glace au fond de l’océan ou un bouclier en viande lors de la prochaine guerre. » Répondit-elle avec un sourire.

« Pour Lady Kataryna, n’importe quoi ! » La dragonne avec des écailles d’argent, des yeux rouges et des cheveux mauves avec des mèches d’argent mélangées à l’intérieur parlait comme un soldat obéissant.

« Si seulement mes hommes étaient si loyaux. » Je laissai échapper un soupir.

« Elle est TROP loyale ! Même maintenant, je ne suis pas habituée à ça… » Kataryna laissa échapper un soupir.

« Au moins, elle n’essaye plus de voler tes sous-vêtements ou des morceaux de ton armure pour les adorer. » Dis-je avec un sourire ironique.

Il y avait une limite à admirer quelqu’un, mais cette femme avait dépassé cette limite il y a très longtemps.

« Pourquoi regardes-tu ailleurs ? » Kataryna interrogea la dragonne aux écailles d’argent.

Elle faisait semblant de ne pas entendre.

Craquant ses doigts, Kataryna l’attrapa par la nuque.

« Eep ! » Elle laissa échapper un son mignon et ressemblait à un lionceau étrange qui avait été attrapé par son parent en colère.

Kataryna avait souri puis la laissa tomber dans un tonneau à proximité rempli d’eau.

« Fais gaffe. » Lui dit-elle.

J’avais rigolé.

C’était un peu comme un duo de comédies, mais c’était bien mieux que ce qu’elle était à l’époque lorsque nous avions commencé à voyager.

Je me demande ce qu’Alkelios penserait d’elle ? J’avais réfléchi et j’étais allée donner des ordres à mes chevaliers.

***

***Point de vue de Kataryna***

Trois ans étaient une longue période pour quiconque, qu’il soit humain ou dragon.

Avec l’état actuel de la reine, nous nous sentions pressés par le temps. Ne pas savoir combien de temps il lui en restait était beaucoup plus effrayant que de savoir.

À ce jour, le roi avait probablement trouvé la Wyrm squelettique pour lequel il avait effectué une quête spéciale à la guilde des aventuriers, lorsqu’il avait découvert pour la première fois ce dont le traitement avait besoin. Le but de cette mission, cependant, n’était pas d’obtenir les cornes, mais de signaler l’emplacement. Cette bête n’était pas quelque chose que tout non éveillé puisse gérer.

Si je misais un pari, je dirais que Seryanna et moi avions plus de difficulté à obtenir nos articles que le roi. Les autres ingrédients nécessitaient plus une chance. En ce qui concerne le jus d’orange et le sang humain royal, nous devrions probablement organiser un groupe d’éveillé pour attaquer un royaume humain à proximité afin de les obtenir. Le Royaume des Dix Épées était un bon candidat pour une mission d’assassinat rapide.

Ces dernières années, depuis ma rencontre avec Alkelios, il n’y avait eu que des aventures après l’autre. C’était les années les plus actives de ma vie et j’avais eu le temps de réfléchir à ce que je voulais de lui et de mon avenir.

Malheureusement, au cours de mon voyage, j’avais réussi à attraper un insecte parasite appelé Tanarotte Narnyessal. Elle était une dragonne de l’élément de l’éclair supérieur qui était simplement fasciné par mes prouesses. Cette dragonne m’adorait et voulait être comme moi, et les choses qu’elle avait essayées pour devenir mon chevalier étaient assez folles pour remplir le journal d’un fou. Et le pire était que je ne pouvais pas la tuer. Elle ne faisait pas cela par intention perverse, mais par pure admiration. Comment pourrais-je tuer quelqu’un qui m’admirait simplement ?!

Laissant cela de côté…

« Mam! Je.... Blurgha ! Je ne peux pas… haleter… respirer ! »

« Hm… Est-ce que j’ai entendu quelque chose ? » Dis-je en continuant de pousser le couvercle.

« Laisse-la simplement. Tu souris. » Seryanna m’avait dit cela après son retour après avoir été donnée ses ordres à ses chevaliers.

À contrecœur, j’avais lâché le couvercle et le ravageur avait sauté, prenant une grande respiration.

« Air ! Doux, bon air ! » Dit-elle.

« Tch ! » J’avais fait claquer ma langue.

« Hm ? »

Soudain, Seryanna s’arrêta net et regarda en plein air.

Fronçant les sourcils, je lui avais demandé « Quelque chose ne va pas ? »

Elle ne répondit pas, mais des larmes se formèrent au coin de ses yeux et roulèrent sur ses joues.

« Seryanna ? » avais-je demandé.

Comme si toute son énergie était drainée de son corps, la dragonne à écailles rouge tomba à genoux et leva les yeux au même endroit au milieu de l’air.

« Ç-ça… c’est… » Dit-elle.

« Qu’est-ce que c’est ? » Demandai-je, inquiète.

Sans pouvoir les contrôler, les larmes de Seryanna coulèrent sur ses joues et elle essaya de les essuyer, mais elles ne s’arrêtèrent tout simplement pas.

« Que se passe-t-il ? Seryanna, parle-moi ! »

« Kataryna… ceci… » Elle me regarda dans les yeux en pleurant, mais c’était toutes des larmes de bonheur. « Il est de retour… mon mari est de retour… » Dit-elle.

« Quoi ? » Je clignai des yeux, surprise.

« ALKELIOS EST DE RETOUR ! » Cria-t-elle de joie.

C’était assez fort pour que tout le monde dans le palais nous entende, et probablement plus loin que ça aussi.

Plus tard, après s’être calmée, elle m’avait parlé de l’étrange message qu’elle avait vu apparaître devant ses yeux comme une lettre flottante.

Le message était le suivant :

Envoyer l’emplacement Propriétaire : Alkelios Yatagai Draketerus

En direction de la flèche d’or : 1785 kilomètres

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

8 commentaires

  1. merci beaucoup pour cette deuxième partie, hâte d'en connaitre la suite^^.

  2. "avec la princesse Elleyzabelle comme sœur-épouse" ? j'ai pas compris cette phrase, on peut m'expliquer ?

    • La princesse Elleyzabelle a épousé le MC, du moins sur la papier.

      Avec ce pouvoir, Seryanna, et surtout son mari sont à l'abris des intrigues de bas-étages des dragonnes (qui détiennent le pouvoir dans le royaume). Elles ne peuvent pas arriver et proposer leurs filles ou leurs garçon (ou mari, ou elle-meme) à épouser l'un ou l'autre en disant qu'ils gagneraient du pouvoir.

      Après, ils ont leur manière imagée de le dire, dû au fait qu'ils sont des dragons.

      • Ok. Mais cela a été dit a quelle chapitre (pour le mariage) car j'en m'en rappel pas du tout. Sinon merci pour la réponse.

        • C'est dans celui-là, mais ils en avaient déjà parlé dans le tome précédant.
          Là, c'est juste une formalité qui n'a même pas été montrée, car ce n'est qu'un mariage politique.

          On en verra surement plus par la suite, au retour de l'époux, si il revient un jour, et ne tombe pas sous le charme d'une autre princesse, chevalière ou ancienne bandit.

Laisser un commentaire