100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 75

***

Chapitre 75 : Rencontrer les habitants

***Point de vue d’Alkelios***

Du haut de cette falaise, le village n’était plus qu’une trace à l’horizon. À mon avis, il se trouvait à une distance d’au moins dix kilomètres de chez moi. Si je volais, je pourrais facilement l’atteindre en quelques minutes. Si je courais dans la forêt, grâce à mon agilité et ma vitesse, je n’aurais pas besoin de plus d’une demi-heure. Certes, j’avais plutôt envie de rencontrer un autre être humain, mais lorsque je m’étais souvenu de mes rencontres précédentes avec Kronius Zevedar, je ne savais plus à quoi m’attendre.

Dans mon esprit, j’étais censé être un allié de l’humanité à cause de l’endroit où je suis né, de ma famille en Roumanie, sur Terre. Mais quand j’y pensais, si ma mère devait rencontrer Seryanna, elle ne se sentirait pas très à l’aise avec elle. La version non éveillée de la dragonne était beaucoup plus humaine, alors que sa version éveillée avait une queue et une paire d’ailes. Pour la plupart des humains sur Terre, ma femme n’était pas différente d’un monstre qu’ils devaient craindre.

À la fin, étais-je un allié des humains ou des dragons ?

Tenant compte de ce que Dieu avait dit sur nous, les terriens ayant une grande capacité de reproduction avec les espèces indigènes de ce monde signifiaient que nous étions plus ou moins censés être un allié de la vie et de la diversité.

Pourtant, était-ce une erreur que je souhaite aussi un peu d’interaction humaine de temps en temps ? Ou était-ce juste une nostalgie ? Cela ne me dérangeait certainement pas de ne pas avoir de petite amie humaine. Seryanna était plus que je ne pouvais vouloir d’une femme, mais avoir des amis avec qui traîner avec ne me semblait pas si grave.

Poussant un soupir, je m’étais penché en arrière sur la falaise et avais regardé les nuages qui passent au-dessus de moi.

Eh bien, je ne peux pas rester éloigné d’eux pour toujours… et si je commence à penser à ce qui est politiquement correct ou pas, je finirai par devenir fou… pensai-je avant de fermer les yeux.

Comme cela, j’entendais la douce brise dans les feuilles des arbres autour de moi et cela m’apportait leur odeur de verdure. Malheureusement, je n’étais pas du genre à connaître très bien la différence entre les plantes. Pour moi, un chêne était identique à un cèdre et je me suis égaré face à la différence entre pruniers, pommiers et poiriers. Eh bien, je savais à quoi ressemblaient un pin et un palmier, mais c’était à peu près tout. Si je voulais identifier quelque chose, j’utiliserais simplement mes compétences.

Ainsi, ce parfum qui me chatouillait doucement le nez était celui d’une forêt, d’arbres sains.

C’était agréable, relaxant et me rappelait quelque peu la Terre, mais c’était probablement à cause de leur faible énergie magique. Contrairement aux arbres du continent du Dragon qui étaient riches en matériaux, ceux-ci avaient l’impression qu’ils en manquaient sérieusement. Ou peut-être qu’il y avait une autre raison derrière cela. Quoi qu’il en soit, c’était une question sur laquelle je pourrais me pencher à un autre moment.

Quand j’avais ouvert les yeux, j’avais vu un pygargue à tête blanche voler dans le ciel.

« Je dois aller dans ce village et savoir où je suis…, » avais-je dit.

Ainsi, avec cela à l’esprit, je m’étais levé et j’avais sauté de la falaise. J’avais déployé mes ailes et n’avais battu qu’une fois pour me donner un petit coup de pouce. Si je volais sérieusement, je pourrais l’atteindre plus rapidement, mais j’avais choisi de planer tout le chemin là-bas. De cette façon, je pourrais avoir une meilleure vue du village et des environs.

En approchant de la petite colonie à la lisière de la forêt, la première chose que j’avais remarquée, ce sont les champs qui s’étendaient de l’autre côté. Ils étaient d’un beau vert qui m’avait fait me sentir en paix. D’un endroit à l’autre, il y avait des paquets de peluches blanches rassemblées et frôlant l’herbe.

Je les avais reconnus immédiatement, ces créatures étaient les moutons terrifiants.

Ils ont réussi à apprivoiser ces bêtes ? J’avais pensé cela, surpris.

Pour moi, les moutons étaient parmi les créatures les plus redoutées qui se cachaient dans la forêt. La variante de farceur était particulièrement agaçante, même pour ceux aussi puissants que moi. D’une certaine manière, j’avais eu pitié des Dayuks vivant sur le continent Dragon.

En reprenant mon vol, j’avais baissé les yeux sur la colonie elle-même. En dehors du temple au milieu, il n’y avait pas d’autre construction en pierre. Cela donnait une impression rustique, mais je ne m’attendais pas à y trouver une bonne auberge ou une guilde des aventuriers. Au mieux, je recevrais des informations sur la région dans laquelle je me trouvais, puis me dirigeais vers la ville la plus proche.

Une autre chose avait attiré mon attention. Contrairement aux villages de dragons qui étaient entourés de murailles ou avec des gardes, ce village n’avait rien de tel. Il semblait être complètement sans défense devant une attaque de monstres.

Peut-être qu’ils ont de forts aventuriers qui y vivent ? Je me demandais cela.

J’avais repéré un bon endroit pour atterrir et j’avais descendu. C’était près d’un de ces troupeaux de moutons.

« On y va ! » Dis-je en touchant le sol.

Ma queue se balançait dans les airs et j’avais plissé les yeux dirigés vers le mouton.

Soigneusement, je m’étais rapproché de l’un d’eux.

La créature avait levé les yeux vers moi avec une paire d’yeux ennuyés puis avait lâché un « Baaah! »

J’avais sauté en arrière et pris une position défensive.

En m’ignorant, le mouton avait pris une poignée d’herbe et il commença à la mâcher.

« Hein ? » J’avais cligné des yeux en raison de la surprise Ne me considère-t-il pas comme une menace ? me demandais-je.

En me rapprochant, j’avais pris un bâton… et l’avais approché du mouton.

Le mouton n’avait pas réagi.

Je l’avais approché à nouveau.

Le mouton leva la tête et me regarda. J’avais dégluti. Le mouton cligna des yeux une fois puis sortit de la portée de mon bâton. En m’ignorant encore, il avait continué à brouter l’herbe.

« Hein ? » J’avais cligné des yeux de surprise.

Laissant tomber le bâton, je m’étais approché du mouton et avais soigneusement caressé sa laine duveteuse avec mon doigt. Le mouton n’avait pas réagi.

Il y a une dernière chose que je peux essayer. J’avais pensé cela.

J’avais sorti un morceau de viande juteuse fraîche de mon [Trou noir] et je l’avais jeté devant les moutons. Je m’attendais à ce qu’il le gobe d’une bouchée, qu’il le déchiquette avec ses crocs, mais le mouton mangea simplement l’herbe à côté. Ce mouton avait complètement ignoré un morceau de viande crue !

« Ce mouton… il ne mange pas de viande ?! » déclarai-je, surpris.

La joie m’avait envahi lorsque j’avais réalisé qu’il s’agissait d’un mouton normal, comme ceux que j’avais vus sur Terre !

« C’EST UN MOUTON ! » Dis-je avec un grand sourire sur mes lèvres alors que je prenais la bestiole duveteuse et la soulevais dans les airs.

Avec le même regard ennuyé dans ses yeux, il continua de manger son herbe.

« Hahaha ! C’est un mouton ! » Répétai-je comme si j’avais retrouvé la couronne perdue de l’Atlantide.

« @ $ % @% ^ @ $ @ $ @% ^ ! »

Quelqu’un avait parlé un peu de charabia et cela avait attiré mon attention.

Quand j’avais tourné la tête, j’avais vu un simple agriculteur tenant une fourche et tremblant de toutes ses articulations.

« @ *% ! @ & % & ! @ & % @% & ! » Commença-t-il à crier, et il retourna désespérément au village.

Quoi ?! J’étais perplexe.

Je ne pouvais pas comprendre ce que cet homme disait et pire encore, je pense avoir effrayé la pauvre chose.

Après avoir déposé les moutons, je m’étais dirigé vers le village. Ma queue se balançait dans les airs avec anticipation de ce que j’allais trouver ici et de ceux que j’allais rencontrer. Après si longtemps, j’allais enfin avoir ma première rencontre avec les humains de ce monde.

Au moment où j’étais entré dans le village, j’avais vu les gardes et les agriculteurs brandir des épées et des fourches. Ils étaient tous dirigés contre moi et aucun de ces types ne semblait heureux de me voir. Il serait préférable de dire que j’avais été accueilli non pas comme un visiteur ou un touriste, mais plutôt comme un ennemi.

Hein ? Pourquoi me regardent-ils comme ça ? Je me demandais et me grattais la tête du bout de la queue.

« @ $ % @% ^ Dragon ! » Dit l’un d’eux en me montrant du doigt.

Il n’y avait qu’un seul mot que je comprenais… et je m’étais rendu compte d’un truc.

Merde… j’ai oublié de changer de forme…, pensais-je.

« @% $ % ! @% ! » avait crié l’un d’eux, puis ils avaient tous fait un pas en avant, mais il était clair qu’ils avaient peur de moi.

« Allez, les gars ! Je ne veux aucun problème ! » avais-je dit en essayant de leur montrer mon meilleur sourire à pleines dents.

Une femme avait crié et un enfant avait pleuré après avoir vu mes dents acérées scintiller au soleil.

« % ! » Un autre homme avait dit quelque chose.

Ils parlaient tous dans la même langue, mais je ne comprenais pas. Pour moi, cela sonnait comme un mélange de néerlandais et de latin parlé avec un accent français. Le seul mot qui avait traversé était « dragon ».

Eh bien, cela aurait pu aller mieux..., pensai-je, et à ce moment-là deux chasseurs pointèrent leur arc vers moi et lâchèrent leurs flèches.

Les projectiles avaient volé dans les airs et avaient rebondi sur mon armure comme si de rien n’était. Je portais l’armure conçue par moi avec mon talent de forgeron divin. Comment diable la flèche normale d’un pauvre chasseur humain était-elle censée la percer ?

« GAAH! » L’un des hommes qui ressemblaient à un aventurier local gémissait de douleur lorsqu’il fut frappé au genou droit par l’une d’entre elles.

« KYA! » Cria une femme qui fut presque transpercée par l’autre, mais heureusement pour elle, seule sa jupe fut endommagée.

« Euh… pas de ma faute ? » avais-je dit en levant un doigt.

« @ $ ^ ! » avaient crié les villageois.

« Je ne vous comprends pas ! » Rétorquai-je.

Les enfants et les autres villageois, voyant l’homme blessé, avaient ramassé tout ce qui leur restait sous la main et les avaient lancés sur moi.

Je n’avais même pas pris la peine d’esquiver.

Les cailloux, les roches, les flèches, la poterie et les morceaux de bois avaient tous rebondi sur moi comme ils le feraient face à un mur solide comme un roc. La seule chose que j’avais évitée, c’était le linge sale qu’un type ivre avait jeté. Cette chose était une arme mortelle même pour moi !

En regardant les villageois en colère qui faisaient de leur mieux pour me chasser avec des cailloux et des rochers, j’avais tout simplement renoncé à toute tentative de communication avec ces gens-là.

« Vous savez quoi ? Je vais juste partir. » Déclarai-je en massant mon front avec deux doigts.

Oui, c’est la meilleure solution pour le moment…, pensai-je. Puis j’avais sauté dans les airs et retournai dans la forêt.

Les villageois s’acclamèrent comme s’ils avaient réussi à chasser le roi démon.

Quand j’avais atterri, j’avais poussé un long soupir.

Je ne m’attendais pas à ce genre de résultat, mais retourner dans ce village était un non catégorique. Au moins, ils avaient une belle histoire à raconter à d’autres personnes maintenant. Comment ils ont résisté face à un terrifiant dragon qui est venu un jour dans leur village et comment ils l’ont courageusement chassé en jetant… des cailloux sur lui.

Eh bien, c’était mieux que rien.

Laissant le village de côté, j’avais décidé qu’il était préférable de changer mes plans pour que je puisse me réintroduire dans la société humaine. Être un dragon n’était probablement pas la meilleure option. Aussi, dès que j’avais été assez loin du village, j’avais repris ma forme humaine.

Une fois de plus, j’avais continué à courir à travers la forêt, mais au lieu d’aller plus loin, j’avais suivi le bord et étais allé vers le sud. Ce faisant, je souhaitais rencontrer quelqu’un qui puisse me comprendre et m’aider à apprendre la langue des habitants.

Je m’étais souvenu que j’avais cette compétence de Dieu :

Dictionnaire des navets : capacité passive qui donne au héros la possibilité d’apprendre de nouvelles langues dix fois plus vite qu’il ne le pourrait normalement. Le héros est maintenant capable de différencier facilement les langues.

Cette chose n’était pas la meilleure des meilleures, mais c’était quelque chose. Le problème était que je ne pouvais pas différencier les langues que je ne connaissais pas ! Donc, jusqu’à ce que j’apprenne la langue humaine parlée ici, c’était quasiment inutile.

Après environ une demi-heure de course à travers la forêt, je l’avais quittée et avais couru le long de la lisière. Puis, environ une heure plus tard, j’avais finalement repéré une ville. Cette colonie avait de grands murs et bâtiments en pierre.

Pour avoir une meilleure vue, j’avais sauté dans les airs au-dessus des arbres et j’avais jeté un coup d’œil à ce qui était au-dessus des murs. La première chose que j’avais remarquée était l’architecture. Les bâtiments civils me rappelaient fortement la ville d’Andromède à Albeyater, mais ils étaient beaucoup plus petits, car ils étaient destinés à être utilisés par des humains. Il y avait un petit palais à l’arrière qui rivalisait avec les temples que l’on pouvait voir dans différentes parties de la ville.

Seryanna m’avait dit un jour que, tandis que les humains de ce monde adoraient les mêmes dieux que les dragons, ils voyaient leur importance avec des yeux différents. Par exemple, le couple Zeus et Hera étaient considérés par les dragons comme des dieux ordinaires, tandis que pour les humains, ils faisaient partie des hauts gradés du Panthéon. Hercule était un autre dieu apparu des deux côtés. Il était un dieu des héros et il serait le premier-né entre le couple, mais pour les dragons, il était un dieu du courage.

Les différences n’étaient pas si grandes, mais elles existaient et provoquaient souvent de grands débats entre groupes religieux. Les seuls dieux qui n’avaient jamais différé d’un endroit à l’autre étaient Lumenya et Lumenos, les deux dieux de la Lumière ; Nocturnia, la déesse des ténèbres et deuxième épouse de Lumenos ; Nocturnis, frère de Nocturnia et dieu principal des nains ; Drakartus, dieu de la vie et dieu principal des dragons ; Andaryos, dieu de la guerre et dieu principal des elfes ; et Senyadelle, la déesse de la moisson.

Je m’étais toujours demandé si ces dieux étaient réels et pas seulement des histoires sur le mur d’un vieux temple.

« Argh ! Éloigne-toi de moi, crétin ! » Cria quelqu’un.

On aurait dit que cela venait de la forêt. Pendant un moment, j’allais l’ignorer.

Attends une seconde ! Je peux le comprendre ? Je pensais cela et m’étais précipité vers le propriétaire de ce cri.

Peu importe qui il était, il était forcément mon ticket pour apprendre la langue des humains ici et même rencontrer des habitants qui n’étaient pas si désireux de me lancer des cailloux !

Grâce à ma vitesse et à mon agilité, j’avais rapidement atteint la scène. Quatre dayuks entouraient un aventurier humain dans la vingtaine, aux cheveux bruns et aux yeux noirs. Il portait une légère armure de cuir noir et brandissait… deux mitraillettes noires ?!

« Qu’est-ce que ?? » Fut la première chose à sortir de ma bouche.

« Toi-là ! Va-t’en ! C’est dangereux ! » Me cria-t-il.

En le regardant mieux, j’avais vu qu’il grimaçait de douleur. Il était blessé et du sang coulait de son bras gauche. Il y avait trois autres dayuks non loin d’ici, mais ils étaient morts. Les autres ici étaient ce qui restait de leur meute et ils ne semblaient pas reculer.

« Tu ne m’as pas entendu ?! Pars d’ici ! » Me cria-t-il.

Quoi ? Pourquoi ? me demandais-je.

En regardant autour de moi, je ne voyais aucune raison de le faire. J’avais marché jusqu’au premier Dayuk. Il grogna et je fermai brusquement son museau en le saisissant de la main droite. Avec une légère pression, la bête commença à gémir avec sa queue entre ses pattes.

« Allez, vas-y. » Dis-je en le jetant par-dessus mon épaule.

« Jappement ! Yelp! » Cria le Dayuk en roulant dans les airs puis dans un arbre.

L’impact avait mis fin à la vie du monstre.

« Qu’est-ce que… » L’homme me regarda, surpris.

« Maintenant, alors… vous pouvez fuir d’ici ou me faire face. » Dis-je en montrant un sourire aux bêtes.

Les Dayuks s’étaient regardés une fois puis s’étaient enfuis. Il leur était impossible de comprendre mes mots, mais leur instinct leur hurlait probablement dessus, leur disant que j’étais la créature la plus dangereuse qu’ils aient jamais vue.

Après leur départ, j’avais regardé vers l’aventurier abasourdi et lui avais dit : « Bonjour ! Je m’appelle Alkelios ! Quel est le vôtre ? » Et il avait souri.

« Euh… Kalderan… Kalderan Brahmin… et vous… vous n’êtes pas d’ici, n’est-ce pas ? » Dit-il avec un sourire ironique.

« Non, mais comment le saviez-vous ? » avais-je demandé.

« Vous parlez le Draconique oriental…, » répondit-il.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. merci beaucoup pour ce chapitre^^. la suite semble amusante, dommage qu'il faille attendre encore une semaine pour la connaitre...

  2. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire