100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 129 – Partie 2

***

Chapitre 129 : La tentative de kidnapping

Partie 2

Une fois que nous avions quitté le Colisée, nous étions retournés à notre auberge et nous nous étions préparés pour le dernier jour du tournoi. Nous n’avions pas grand-chose à faire à part nous détendre, prendre un bon repas et discuter. C’était censé être un jour comme un autre, cependant, alors que j’étais à ma table, regardant des trous dans le menu parce que pour l’amour de tout ce qui était sacré, je ne pouvais rien trouver de délicieux là-dedans, nous avions soudainement entendu un cri venant d’en haut.

« C’est Ildea ! » Coshun fut le premier à réagir en se levant de sa chaise et en se précipitant sur lui.

« Je vais le suivre. » Kalderan m’avait dit alors que j’étais resté là-bas avec seulement Risha et Amadeus.

« Attendez ! Ma sœur est là-haut ! » avait réagi le garçon à la fin puis il s’était précipité.

« Je vais garder la table pour vous tous, alors… allez-y. » Risha m’avait dit cela gentiment en voyant que j’étais le seul à ne pas se lever et à se précipiter après eux.

« Elle vient probablement de voir un rat ou les sous-vêtements sales de Coshun. » J’avais haussé les épaules.

« Pourquoi aurait-elle… » Risha fronça les sourcils vers moi.

Elle me juge, n’est-ce pas ? J’avais pensé cela et j’avais poussé un soupir.

Honnêtement, je n’avais pas ressenti le besoin de me précipiter là-haut surtout parce que les couloirs seraient bondés et avec Coshun et Kalderan là-haut, je n’aurais littéralement pas d’endroit où me déplacer. Ainsi, au lieu de monter les escaliers, j’étais sorti de l’auberge et j’avais fait le tour, pour voir si les fenêtres étaient ouvertes.

Juste au moment où je tournais le coin, j’avais vu quelques ombres sauter hors de la pièce avec Ildea, Roshelle et Drumora sur leurs épaules.

« Hein ? » Je les avais regardés comme un idiot jusqu’à ce que mon cerveau entre enfin en action, et j’avais dit : « Maintenant, attendez une minute ! C’est un kidnapping ! »

À ce moment-là, Coshun, avec l’expression d’un homme qui était sur le point d’assassiner quelqu’un, avait sauté par la fenêtre et s’était précipité sur eux. Kalderan n’était pas loin derrière avec ses armes et tirant déjà des balles sur l’ennemi. J’étais le seul du groupe à être laissé pour compte. Enfin, pas pour longtemps.

D’un seul saut, j’avais atteint le toit des bâtiments et j’avais couru après eux.

Nos ravisseurs, d’après ce que j’avais pu voir, portaient tous de longues robes noires qui cachaient bien leur corps et avaient la tête enveloppée dans un bandage noir qui ne laissait que leurs yeux visibles. Cela ressemblait à un bon déguisement qui appelait le mot « suspect » à un kilomètre de distance. Si j’étais l’un des gardes, je les aurais arrêtés il y a longtemps, mais en voyant comment ils se déplaçaient au-dessus des bâtiments, les repérer d’abord en pleine nuit aurait été la première tâche à accomplir avant de tenter de les appréhender.

Coshun n’avait pas pris la peine d’amortir ses pas, donc beaucoup de gens avaient été surpris par ses coups de pied, et les armes de Kalderan manquaient leur cible pour le moment. Cela aurait été une bonne poursuite si ceux qui les suivaient étaient des aventuriers normaux, mais… nous ne l’étions pas.

Kalderan avait réussi à frapper l’homme qui portait Drumora dans le tibia, et avec un gémissement, il était tombé du toit. La fille avait crié de panique, mais elle avait été facilement rattrapée par lui avant d’atteindre le sol. C’était un véritable sauvetage de Héros. Avec un bon coup de pied à la mâchoire, Kalderan avait assommé le ravisseur et nous avait laissé les deux autres.

Je m’étais précipité vers le plus proche de moi, qui tenait Roshelle. Contrairement à Ildea, qui portait toujours son masque et sa cape, elle ne portait que sa cape maintenant, tandis que Drumora ne portait que sa cape. Il semblait que ces trois-là arrivaient exactement au moment où elles étaient sur le point de changer.

« Maintenant, si je compte bien… » dis-je, puis au pas suivant je m’étais poussé vers l’avant.

En un instant, j’avais atteint le ravisseur et j’avais simplement tiré Roshelle de ses bras en lui donnant un coup de pied dans le dos. Perdant l’équilibre, l’homme roula sur les toits et atterrit dans l’allée en contrebas. J’avais entendu des os se fissurer et un gémissement de douleur, mais je n’avais pas pris la peine de retourner voir s’il était mort ou vivant, à la place, j’étais allé jusqu’à Kalderan pour la déposer.

Quand je l’avais atteint, l’homme expliquait déjà en détail ce qui s’était passé et avait vaincu le ravisseur.

« Tu vas bien ! C’est bien, mais où est le grand gars ? » demanda-t-il en fronçant les sourcils.

« En bas. Je vais te la laisser avec vous en attendant. Retournez à l’auberge, » lui avais-je dit.

« Ça ira. » Il acquiesça.

« Merci de m’avoir sauvée, » déclara la bonne d’une voix douce en sortant de mes bras.

« Aucun problème, » lui avais-je dit et puis j’avais sauté sur les toits.

Le dragon était déjà hors de vue, mais s’ils étaient hors des toits, cela signifiait qu’ils étaient quelque part dans les allées en train de se bagarrer. J’avais décidé de me concentrer davantage sur ce que je pouvais entendre en retraçant mes pas, puis j’avais couru dans la direction générale dans laquelle ils se dirigeaient la dernière fois que je les avais vus.

Pas même un instant plus tard, j’entendis le fracas des épées venant de quelque part sur ma gauche. Là, j’avais vu Ildea avec son masque enlevé se cachant derrière Coshun alors qu’il se battait contre cinq ravisseurs. Cela ressemblait à une tentative organisée et pas seulement à quelque chose qui s’est produit sous l’impulsion du moment. D’après la façon dont ils s’étaient battus contre le grand type, je pouvais même dire qu’ils étaient bien meilleurs que les Chevaliers de la capitale, ce qui signifiait qu’ils faisaient partie d’une organisation immensément puissante dans ce pays, sinon même étrangère.

Eh bien, en laissant de côté mes spéculations, la seule raison pour laquelle je pouvais les voir s’en prendre aux filles, à l’exception d’être conscients de leur identité et d’essayer de tourner une bonne pièce du roi et de l’ambassadeur d’Akutan, était que Coshun, Kalderan et moi avions réussi à atteindre les finales du tournoi. Ainsi, si mon jugement était juste, quelqu’un ne voulait pas que nous gagnions ou peut-être pire, ils voulaient que nous tuions quelqu’un malgré les règles qui s’y opposaient.

« Donnez-nous la femme ! » demanda l’un des ravisseurs alors qu’il affrontait Coshun.

« JAMAIS ! » il leur répondit.

« Vous allez le regretter ! » cria un autre en l’attaquant.

La vitesse de leurs coups était vraiment rapide et le dragon réussissait à peine à les suivre. Ce n’était pas parce qu’il était plus faible qu’eux, mais plutôt parce qu’ils portaient des épées courtes destinées à la vitesse et qu’il portait son épée volumineuse à deux mains. La différence de vitesse était attendue, mais l’avantage de la force et du poids se manifestait à chaque contre-attaque. Les ravisseurs avaient été repoussés comme des enfants qui pouvaient à peine se tenir debout.

Pendant qu’ils se battaient, j’avais cherché le masque d’Ildea et je l’avais vu non loin d’eux, il était cassé après que quelqu’un ait marché dessus. Je suppose qu’elle l’avait laissé tomber ou que quelqu’un l’avait enlevé et l’avait écrasé au sol. Quoi qu’il en soit, l’identité d’Ildea était désormais menacée, et j’espérais et priais qu’aucun de ces idiots ne sache qui elle était.

« Alors, vous amusez-vous là-bas ? » J’avais demandé du haut du toit en regardant Coshun les repousser.

« Alkelios! Tu es là juste à temps ! » il m’avait répondu.

« Tch ! Un autre est venu ! »

« Oh, ça ne me dérange pas, il est plus que suffisant pour vous battre, » avais-je dit en passant devant eux et en m’approchant d’Ildea : « Ça va ? Qu’est-il arrivé à ton masque ? » avais-je demandé.

« Je vais bien… le masque est tombé lorsque nous sommes tombés sur le toit. Je ne sais pas où il est tombé. » Elle secoua la tête.

Elle ne pouvait probablement pas le voir d’ici. J’avais pensé cela et lui avais donné mon masque. « Utilise ça. »

« Merci. » Elle hocha la tête, même si je craignais qu’en cachant son identité, il ne soit probablement trop tard.

« Retraite ! » l’un d’eux avait appelé, puis ils avaient tous fui dans des directions différentes.

« Qu’est-ce que… » Coshun fut stupéfait pendant un moment.

« Tu ne devrais pas les poursuivre ? » Ildea me le demanda.

« Nous pourrions probablement en attraper trois, peut-être quatre, mais pas tous et à présent, il est même inutile d’essayer de le faire…, ce que je ne veux absolument pas faire, car cela nous attirerait trop d’attention. » J’avais secoué ma tête.

« Penses-tu que l’un d’eux a réalisé qui elle était ? » M’avait demandé Coshun.

J’avais haussé les épaules. « Ton avis est aussi bon que le mien. Quoi qu’il en soit, jusqu’à présent, elle portait le masque et il y a peu de chances que l’un d’eux sache qui elle est vraiment… peut-être? J’espère… » J’avais haussé les épaules. « De toute façon, je m’attendais à ce que tôt ou tard quelqu’un découvre l’identité d’Ildea. Nous nous en occuperons le moment venu, inutile de t’en inquiéter maintenant. » Dis-je en regardant vers le palais.

« Alors, est-ce que cela signifie que cet incident est lié au tournoi ? » demanda-t-il en rengainant son épée.

« Très certainement parce que, comme je l’ai dit, Ildea portait ce masque jusqu’à présent. Il aurait été impossible pour quiconque de savoir qui elle est vraiment. »

« Ils voulaient les kidnapper et nous faire perdre nos batailles ! Comme ils sont lâches ! » Coshun grogna.

« Oui, mais maintenant, nous avons autre chose à craindre qu’un pauvre perdant qui se fera battre en pâte par nous demain. » Lui déclarai-je en lui tapotant l’épaule.

« Lequel ? » demanda-t-il en plissant les sourcils.

« Le fait qu’à partir de demain… nos déguisements ne seront peut-être plus si utiles… » dis-je en regardant Ildea qui portait maintenant le masque que je lui avais donné.

« À moins que… nous ayons de la chance et qu’aucun d’eux ne m’ait reconnu. » Elle espérait.

« Oui, si nous avons de la chance, mais… la chance en elle-même n’est pas une garantie… » lui avais-je dit, puis j’avais ajouté « Nous ferons comme si personne ne connaissait ton identité pour le moment, en plus, l’endroit le plus sûr pour toi est à nos côtés de toute façon. » J’avais haussé les épaules.

Nous étions retournés à l’auberge par la suite et avions raconté aux autres ce qui s’était passé, y compris le fait qu’il y avait une chance que les ravisseurs savaient maintenant qui était Ildea, cependant, Kalderan avait exprimé ses doutes à ce sujet. Il pensait que certains ravisseurs au hasard ne connaîtraient probablement pas quelqu’un comme la princesse dont l’état actuel était inconnu. Pour soutenir sa théorie, il avait souligné que les affiches recherchées ne pouvaient pas non plus être considérées comme une reproduction idéale.

Alors qu’il était l’optimiste parmi nous, les autres n’étaient pas convaincus, et le lendemain, nous étions arrivés au Colisée avec l’impression d’avoir marché tout le long, pieds nus sur du verre brisé. La pression était terriblement élevée et chaque regard que les gardes nous jetaient donnait l’impression qu’ils les dirigeaient droit sur Ildea. C’était comme si nous marchions dans un piège, mais si nous nous enfuyions maintenant, les choses pourraient finir par empirer, comme nous transformer en assassins qui n’avaient pas réussi à atteindre le roi ou quelque chose du genre. Quoi qu’il en soit, faire semblant que tout était normal était la meilleure façon de procéder.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire